Skip to main content

Full text of "Terrain jurassique de Moscou"

See other formats


a*«^r 


L 


-  H** 


^Iîéém 


v> 


irX  yak 


4b>     * 


m 


4 


7> 


JULES    MARCO  U. 


FOR  THE   PEOPLE 

FOR  EDVCATION 

FOR  SCIENCE 

LIBRARY 

OF 

THE  AMERICAN  MUSEUM 

OF 

NATURAL  HISTORY 

flgSç" 


1 


'.' 1*1,3) 


r>  -       . 


U 


(J-  ) 


o 


M    <L**jLU.       œS^1 


/^yfxi     ^  ^?    Jiaavvv^Wi     ce-vi7v  t^-^,  JXl^,    c^^^-u, 


ô 


0<  ,  0      #•  ^' 


/  /    7 


V»-    I^JuL^^^rL^  L^-J^,  ^vX^      )>jl.    *UL 


CJi 


I . .'titA^i)^    «-"tr^^^jp--  I  ;  '  s   ~i ùt 


fcL^^M^,  jc-àH.  iW^k~.  _  ^éc^Q 


■£-?         /a-I^^-vC^,  ,  J^        ,/  €«,-«► 


Zjo,  /} 


0 
/  il  A  ,  iV~^ .  — <  ^^- 'i-  L  ^  °"  — ^^  /™'4 

<V  CCvw^a^'^  CS'urAiAAi^  .\-i^,  U)~£^  M>&7*~u~ 

- - — JL   i  m».  '  ' 


™2— 


2 


UEBER    EINIGE 


PFLANZEN-VERSTEINERUNGEN 


AUS     EINEM 


Sandsteine  des  Mosrovischen  Gouvernements 


VON   J.    AUERBACH. 


,*«4 


fAus  d.  Ballet,  der  Naturforsch.   Gesellsch.  in  Moscau,  Band.   46.  48»». ) 


llL^ 


C 


UEBER    E1N1GE 

PFLANZEN-VERSTEINERUNGEN 


AUS     EINEM 


Sandsteine  des  Moskovischen  Gouvernements 

VON    J.     AUERBACH. 

Der  fast  gânzliche  Mangel  an  Yersteinerunsen 
oder  deutlicben  Ueberlagerungen  macbte  bislier 
die  geognostiscbe  Bestiramung  der  Sandsteine  misè- 
res Gouvernements  zu  einer  liôclist  schwierigen 
Aufgabe  und  ich  glaube  daher  zu  deren  einstiger 
Losune  einen  nie  ht  unwilJkommenen  Beitra^  zu 
liefern,  indem  ich  eiuige  Versteinerungen  aus  dem 
genannten  Gesteine,  die  ich  kennen  zu  lernen  Ge- 
legenheit  hatte,  zu  beschreiben  versuche. 

Die  erwâbnten  Petrefacten  sind  in  einem  fein- 
kornigen ,  ziemlich  festen  Sandsteine  enthalten  , 
welclier  sicli  am  nôrdlichen  Abhange  eines  Hùgels 
ira  Klin'scben  Kreise  des  Moskovischen  Gouver- 
nements (6  —  7  Werste  NO  vonRlin,  etwa  3  Werste 
von  dem  Rircbdorfe  Rlenowka  )  in  losen,  zerstreu- 
ten  Blocken  von  2,   4  bis  6'  Durchmesser,  fast  un- 


mittelbar  unter  der  Dammerde,  von  thonigem  San- 
de  umgeben,  vorfindet,    Dièse    Blôcke    baben  eine 
abgerundete,  nierenfôrmige  G  estait ,    sind  auf  der 
Oberflâcbeund  den  Kluftflàchen  bàufig  von  Eisen- 
oxydbydrat  braun  gefârbt  ,     innen    aber  meislen- 
iheils  von  einer  gleicbmâssigen,  grauweissen  Farbe 
und  entbalten    zuweilen    ganze   Lagen    verkoblter 
Pflanzenreste,  die   zwar  nieistens    sehr  zerstùckelt, 
und  daber  unkenntlicb  sind,    aber  docb    einzelne, 
deutlich  erkennbare   Abdrùcke  liinterlassen  liaben. 
Unter     diesen    deutlicberen    Abdrùcken    sind  es 
vorziïglicb     zwei ,     welcbe    eine     nàbere     Bestini- 
niung  zulassen  ;    sie  scbeinen    beide    unzweifelbaft 
von  Pflanzen    aus    der  Familie   der  Farren   berzu- 
staromen  und  zwar  mocbte  die  eine   Art  (  Tab.  IV. 
fig.   1,  a,  4.  Tab.  Y.  7  ),  wegen  der  mit  der  ganzen 
Basis   an    die  Spindel    angewaclisenen     Fiedercbeu 
und  der  deutlicben  Mittelnerven  (fig.   7  )  der  Gat- 
tung Pecopteris,  Ad.  Brogn.  zuzurecbnen  sein  und 
etwa  in  der  Nâhe  des  Pecopteris   Oreopterldis  Ad. 
Brogn.  (*)  Cyatheites  Oreopterldis,  Gôpp.  (**)  ihre 
Stellung    finden,    die    andere    (  Tab.    IV.  fig.    1,   b 
et   2  )   aber    der  Gattung    Scolopendrites ,     welcbe 
Gôppert  gewiss   mit  dem  grôssten  Piecbte  von  der 
provisoriscben    Gattung  Fillettes,    Ad.  Brogn.  ge- 
trennt  bat,  einzureihen  sein.  Sie  abnelt  dem  Scolo- 


{' i   Ad.  Bkogn.      Hist.   des    végét.     foss.   tom     l.  pag.    317,    tab. 
C1V  et  CV. 

[**)   II.   R.   Gôppf.rt,  die   fossileu    Farrnkrauter,    pag.   323. 


\ 


pendriles  Jussieui,  Gopp.  (*)  (Filicites  scolopendrîoi- 

des  Ad.   Brogin.  (**)  ist  aber  (loch     wesentlich  von 

ihm  verschieden,  indeni  bei  der  genannten  Art  die 

lànçlichen  Fruchthanfen   sich   riach  den  Enden  zu 

verschmâlern     und    mit    dera  Mittelnerven     einen 

Winkel  von    etwa  30°  machen,     wàhrend  bei  un- 

serer     Art    die  Fruchthaufen  ihre  grosste     Hôhe 

und  Breite  unmittelbar  an  dera  Mittelnerven  errei- 

chen,  auf  dem  sie  fast  ganz   senkrecht  stehen  und 

auch    ira  ganzen  Habitus  eine  bedeutende    Abwei- 

chung  Statt  findet.  Dièse  VerscKiedenheit   scbeint 

mir  die  Aufstellung  einer  eigenen  Species   hinlàng- 

licb  zu  recbtfertigen  ,    fur  welche  ich,  wegen   der 

auf  dem  Mittelnerven  senkrechten  Stellung  der  pa- 

rallelen   Fruclitbaufen,    den  Naine u    Scolopendrites 

pectinalus  vorsclilagen  wùrde,  und  welche  mithin 

durch  folgende    Kenuzeichen    charakterisirt   wàre: 

Scolopendrites  pectinatus  ,  fronde  simplici, 

lineari,  nervo  medio  crasso,  capsularum  acer- 

vls  pinnatim     dispositis  ,    sese  tangentibus,  ob- 

longis,  versus  nervum    mediutn,  eut  perpendi- 

çulares  surit,   incrassatis. 

Ausser     diesen     zwei    Filiciten     finden     sich    in 

deinselben    Sandsteine    noch     ziemlich    hâufig  Ab- 

drùcke  von  stark  gestreiflen,  nicht  riâher  bestimin- 

baren      Calamilen-  Slengeln      mit     Scheidewândeu 


(*)   Ibidem,   pag.   276. 

(**)  Ad.      Brogn.     Hist.     vég.      fos.s.      tom.   I.   pag.      388,   tab. 
CXXXVII,  fig.  ?.    3.     . 


6 

(  Tab.  V,  fig.  8  et  9  )  und  einige  andere  noch  un- 
deutlicbere  Pflanzen-Versteinerungen  (  Tab.  IV. 
%.  3.  ô.   6  ). 

Obgleich  die  Gesammtbeit  dieser  Petrefacten 
lebbaft  an  analoge  Bildungen  in  dem  bunten 
Sandsteine  erinnert ,  so  mocbte  es  doch  zu  ge- 
wagt  sein,  daraus  Folgerungen  ûber  das  relative 
Alter  unseres  Sandsteines  macben  zu  wollen,  um 
so  mebr  da  die  Lagerungsverbàltnisse  desselben 
nocb  gànzlich  unbekannt  sind  und  das  unterlie- 
gende  Gestein  in  der  Umgegend  nirgends  zu  Tage 
kommt  ;  dièse  wicbtigsten  Bestimmungen  mùssen 
also  einstweilen  ferneren  Untersucliungen  und 
geùbteren  Forscbern  vorbehalten  bleiben. 

Errlaerung  der  Tafeln. 


Scolopendrites    pectinatus,  m. 


Tab    IV.  fig.    1.  a  Pecopteris. 

fig.    1.  h. 
fig.   2. 

fig:  s.  j 

fig.   S.  \      Unbestimmbare  Pflanzenreste. 

fig.  6.  ) 

fig.  4.  | 

Tab.   V.   r  \      Pecoptens....    aus  dem    Klin'schen. 

fig.   7.  r 


fig.  10 
fig.  il, 
fig.  8.  j 

fig.   9.  ( 

Moskwa, 

d.    14  October    1843. 


;       Pecopteris....  aus   Tatarowo. 
Calamités  .... 


7/ 


lv* 


uJ;.~ 


1841. 


Taà.JP: 


Jfy  3 


fyM 


Fg.±  \  Wm  1 


fy£ 


Scefteqfitoff  d&» 


Bulletins.  /X4-4-. 


fyf- 


Tu//./ 


Ace7zégrvZ&/y 


DELA 


4  *     f 


(1% 


(% 


érial 


®E§    HAWffiAMSTŒi 


Ire  iîloscciî. 


Tome   XIX. 


ANNEE  1  8^6. 

— — ^ — 


n°  m. 


^CKtftQLtl  ï 


»E    L'IMPRIMERIE   D'ATJGUSTE   SEMEN. 
1846. 


LETTR 

ADRESSÉE  A  LA  SOCIÉTÉ  IMPÉRIALE  DES  NATURALISTES  DE  MOSCOI 


PAR 


EOPOLD      DE      DUC  H. 


Le  */,.  Mai   1846. 


Les  Géologues  doivent  reconnaître   avec  la  plus 
grande   satisfaction  et  avec  le  plaisir  que  font  tou- 
jours naître  les   grands  pas    qu'on    voit  faire    à  la 
science,  que  c'est   principalement  à   la   Société  des 
Naturalistes  de  Moscou  et  à  son  activité    réfléchie 
qu'on    est  redevable   de  la    connaissance    de    cette 
formation  jurassique,  si  curieuse  et  si  instructive, 
dont  la  Capitale  est  entourée.   Quelle  différence,  en 
comparant  ce  que  nous  savons  maintenant ,     grâ- 
ces aux  travaux  des  naturalistes  de  Moscou  et  aux 
belles  collections  dont  ils  ont   honoré  ceux  ,  dont 
l'intérêt  pour  la  science    l'emporte    sur  leurs  for- 
ces, quelle  différence,  dis-je,  avec  ce  que  nous  sa- 
vions il  y  a  six  ans  ! 

Espérons,  que  cette  Société  si  utile  et  si  active 
voudra  elle  même  rassembler  en  un  corps  tout  ce 
que  Moscou  nous  apprend,  et  voudra  bien  nous  don- 


245 

lier  une  Monographie  raisonnée  des  environs  de 
cette  ville.  Tout  ce  que  les  étrangers  peuvent  y 
ajouter  ne  restera  que  fragmentaire,  et  ne  sera  que 
le  résultat  et  les  conclusions  souvent  assez  témé- 
raires, qu'un  seul  exemplaire  fait  naître.  Et  il  n'y  a 
qu'une  expérience  suivie,  qui  puisse  nous  donner 
des  lumières  sur  ce  qui,  parmi  des  productions  si 
variées,  est  réellement  caractéristique  pour  la  con- 
naissance des  terrains. 

L'ancien  monde  nous  présente  trois  terrains 
jurassiques  séparés  et  d'un  caractère  particulier. 
L'«/i  entoure  le  bassin  de  Paris  et  de  Londres. 
Ce  sont  les  couches  jurassiques  d'Angleterre  ,  de 
Normandie,  de  Bourgogne,  des  Ardennes.  Dans  le 
Nord  de  l'Allemagne  commence  le  second  de  ces 
terrains.  Le  Lias  disparait,  ainsi  que  les  coraux,  de 
la  partie  supérieure.  C'est  le  terrain  de  Russie,  déve- 
loppé à  Moscou,  et  qui  se  poursuit  jusque  dans  les 
steppes  des  Rhirgiz.  Le  troisième  est  le  système 
méditerranéen  du  midi  de  la  France,  de  la  Lom- 
bardie,  des  Carpathes  ,  de  la  Crimée.  L; 'Ammoni- 
tes tatricus,  les  grands  Aptychus  le  caractérisent. 
Etudions  donc  le  second  de  ces  systèmes  à  Mos- 
cou, comme  le  premier  en  Franconie,  dans  le  Glo- 
stershire  ou  aux  environs  de  Caen  ;  et  le  troisiè- 
me :  à  Como,  à  Trente,  en  Crimée. 

Que  la  Société,  faute  de  temps,  car  l'été  presse, 
me  permette  quelques  observations  ,  jetées  très  à 
la  hâte,  sur  ce  qu'on  a  publié   jusqu'ici  sur  le  se- 


146 

cond   de  ces  terrains  et  sur  ce  que  les  belles  col- 
lections qu'on  lui  doit    m'ont  fait  entrevoir. 

Il  est  vrai  que  le  travail  et  les  superbes  figures 
de  M.r  d'Orbigny,  à  la  suite  du  second  volume  du 
grand  ouvrage  sur  la  Russie  de  M.r  Murchison , 
pourraient  faire  croire,  que  nous  possédons  une 
excellente  Monographie  de  Moscou.  Mais  M. r  d'Or- 
bigny n'a  eu  qu'une  seule  collection  sous  les  yeux, 
souvent  qu'un  seul  exemplaire  et  non  des  plus  par- 
faits, de  manière,  qu'avec  tout  son  grand  mérite, 
le  caractère  de  la  formation  jurassique  de  Moscou 
ne  ressortirait  que  très  imparfaitement  de  ce  tra- 
vail, quoique  fait  de  main  de  maitre.  M.r  d'Orbig- 
ny est  certainement,  de  tous  nos  Paléontologistes, 
le  plus  savant,  le  plus  exercé  et  celui  qui  com- 
bine plus  que  tous  les  autres  naturalistes  la  con- 
naissance des  pétrifications  avec  ce  qu'une  Zoo- 
logie profonde  et  comparée  ,  suite  d'un  jugement 
admirable ,  peut  nous  apprendre.  Mais  occupé 
de  tant  de  travaux  divers  ,  il  se  peut  que  le  tra- 
vail sur  la  Piussie  n'ait  pas  attiré  toute  son  atten- 
tion, comme  la  nature  développée  dans  ces  régions 
le  mérite.  Il  sera  donc  permis  de  faire  quelques 
observations  sur  ses  déterminations,  que  je  prie  la 
Société  de  vouloir  bien  accueillir  avec  indulgence, 
jusqu'à  ce  que  je  puisse  lui  présenter  quelque 
chose  de   plus    parfait. 

Ammonites  catenulatus  Fischer.  Belle  ammonite, 
toute  particulière  aux  environs  de  Moscou,  qui 
se  place  très  naturellement  à  la  suite  des  Ammo- 


247 

nites  de  la  famille  des  Falcifères.  Ses  lobes  à 
dents  pendantes,  non  roid.es,  à  base  large,  le  prou- 
vent assez. 


lé' 


-V 


JLa  lace  suturale  ab  oblique  mais  plane  est 
tout  à  fait  caractéristique  pour  les  Falcifères  , 
puis  les  stries  qui  sur  une  courte  tige  se 
tournent  en  courbe  très  prononcée  vers  le  dos. 
Le  dessin  de  M.r  d'Orbigny  les  donne  mal,  comme 
n'ayant  point  de  courbe.  De  là  vient  ,  qu'il  nie 
que  l'Ammonite  puisse  entrer  dans  cette  famille  , 
et  la  place  dans  une  des  Glypéiformes  à  moi  in- 
connue. Le  rapprochement  avec  VA.  Discus  ne 
saurait  être  soutenu.  Celui-ci  appartient  aux  Amal- 
thées  à  lobes  très  différents. 

Ammonites  Lamberti.  M.r  d'Orbigny  veut  ,  que 
ce  soit  VA.  Leachii  de  Sowerby  et  change  ainsi 
d'un  seul  coup  tout  ce  que  tant  de  naturalistes 
ont  coutume  de  regarder  comme  A.  Lamberti.  11 
est  dans  l'erreur;  j'ai  comparé,  examiné  les  pièces 
d'Angleterre,  et  les  figures  de  Sowerby  elles  mê- 
mes font  voir  assez  facilement  que  VA.  Lamberti 
est  constamment  à  côtés  presque  plans ,  tandis 
que  VA.   Leachii  a  les  côtés  bombes.     Il    n'est  pas 


2*8 

bon  de  changer  des  noms    si     généralement  admis 
et   adoptés. 

Ammonites  Tscliejfkini.  C'est  avec  raison  que 
M.r  d'Orbigny  sépare  celte  Ammonite  ,  vraiment 
caractéristique  du  terrain,  de  VA.  sublœvis  ,  avec 
lequel  je  l'avais  combinée  comme  variété,  et  décri- 
te fort  au  long  Beytr.  zur  Geb.  v.  Russl.  p.  31. 
\JA.  sublœvis  conserve  un  plan  suturai  constam- 
ment droit,  taudis  qu'il  est  plus  ou  moins  bombé 
dans  VA.  Tschejfkini.  L'ombilic  de  VA.  sublœvis 
ressemble  par  cette  disposition  à  un  entonnoir  où 
les  tours  se  placent  exactement  les  uns  sur  les 
autres.  Dès  que  le  plan  suturai  est  bombé,  cette 
disposition  disparaît  et  les  tours  se  reconnaissent 
aisément.  Les  lobes  sont  absolument  ceux  de  VA. 
sublœvis  ,  jusque  dans  les  moindres  détails  :  VA. 
Tscheffkini  fait  donc  le  passage  entre  VA.  sublœ- 
vis et  VA.  omphaloides.  Des  Macrocépbales. 

Ammonites  Pallasianus  pi.  32.  f.  1.  Non  en  vé- 
rité. Cette  Ammonite  n'est  nullement  différente 
de  VA.  bifurcatus  Schlolbeim,  très  fréquente  dans 
les  parties  supérieures  du  Jura  d'Allemagne.  Le 
caractère  essentiel,  et  fort  marquant  de  cette  es- 
pèce, est  d'avoir  Jes  côtes  très  aiguës  ,  bifurquées 
près  du  dos,  de  manière  que  l'intervalle  entre  les 
bras  de  la  bifurcation  reste  beaucoup  plus  élevé 
que  Tinlervalle  entre  les  côtes  mêmes.  Elle  est  dé- 
crite Bucb,  Jura  in  Deutscbland  pag.  75.  Des  Pla- 
nulites. 

Ammonites  Panderi  pi.   33,  f.  3.  est  certainement 


249 

A.  mutabllis  Sow.  si  fréquent  et  si  grand  à  Me- 
zières.  Comme  VA.  mutabllis  a  été  envoyé  de  Ga- 
rachowo,  des  exemplaires  ,  qui  pour  Ja  forme  et 
les  lobes  ne  différent  point  de  celui  des  Arden- 
nes,  porteraient  à  croire  que  VA.  Pandcri  en  gé- 
néral devrait  être  réuni  à  VA.  mutabllis.  Des  Pla- 
nulites. 

Ammonites  Kirghisensis  est  VA.  apertus  Buch, 
Russia  100,  103.  C'est  une  variété  on  dépendan- 
ce de  VA.  Juson,  dont  les  tours  ne  sont  que  peu 
enveloppés.  Des  Dentées. 

Ammonites  subcorclatus  pi.  24,  f.  6,  7.  Il  est 
étonnant  que  M.r  d'Orbigny  n'ait  pas  conuu  une 
Ammonite  si  fréquente  et  si  caractéristique  pour 
le  Jura.  M.r  de  Sclilotheim  l'avait  nommée  A.  va- 
rians,  nom  dont^.  varlans  de  la  craie  s'est  emparé. 
Je  Tai  donc  changé  en  A.  a Iternans  et  figuré  Pétrif. 
remarq.  pî.  7.  fig.  4.  Ziethen  pi.  15,  f.  7.  Quenstedt 
Wurtemberg  p.  399.  Beaucoup  d'exemplaires, 
dus  à  l'obligeance  de  la  Société,  ne  laissent  aucun 
doute  sur  l'identité  de  l'espèce.   Des  Amaltbées. 

Ammonites  Brlghtii.  C'est  VA.  hectlcus  Reinecke 
très  connue  du  Jura.  Quenstedt  "Wurtemberg  pag. 
366,  386.  Ziethen  pi.  10,  f.   11.  Des  Falcifères.  ' 

On  facilite  infiniment  les  descriptions  et  la  pein- 
ture générale  de  l'espèce  qu'on  décrit,  en  com- 
mençant par  désigner  la  famille  à  laquelle  l'espèce, 
dont  on  veut  donner  une  idée,  doit  être  subor- 
donnée. On  évite  par  là  de  faire  des  rapproclie- 
mens  inadmissibles  de  deux  espèces   peut  être  ap- 


250 

partenant  à  des  familles  très  éloignées  l'une  de 
l'autre.  M.r  d'Orbigny  ,  qui  connaît  si  bien  les 
Ammonites,  donne  rarement  cette  facilité  à  ses 
lecteurs. 

Que  n'a-t-on  beaucoup  de  descriptions ,  aussi 
parfaites  que  celle  de  la  Terebratula  aptycha  Fi- 
scber,  acuta  !  (  Bullet.  d.  1.  Soc.  de  Moscou  1844, 
889.)  Il  est  assez  vraisemblable,  qu'on  trouve- 
rait des  différences  essentielles  entre  celle-ci  et  la 
T.  acuta  de  Sowerby,  mais  sa  description  ne  vaut 
pas  celle  de  Moscou  et  sa  figure,  mal  placée  ,  ne 
donne  pas  assez  de  lumière  ,  pour  s'assurer  de 
l'identité  des  espèces.  Elle  n'existe  pas  à  Berlin. 
C'est  une  erreur,  pag.  892,£que  M.r  de  Buch  ait 
dit  qu'elle  représente  la  T.  varians,  si  commune 
en  Allemagne.  C'est  la  T.  personata,  qui  s'empare 
de  la  place  de  la  T.  varians  ;  et  celle-ci  n'est  cer- 
tainement pas  rare  en  Russie  ;  elle  se  trouve  de- 
puis Popilani  jusqu'à  Simbirsk  et,  n'en  doutons  , 
point,  dans  la  vallée  de  l'Ileck.  La  figure  grossie 
de  M.r  d'Orbigny  n'en  donne  pas  une  idée  très 
exacte.  Il  serait  à  désirer  que  nous  vissions  une 
description  égale  à  celle  de  la  T.  aptycha  de  la 
belle  Terebratula  Fischer i  des  Moscovites  ,  plus 
digne  de  porter  ce  nom,  que  la  T.  Fischeri  d'Or- 
bigny, qui  est  trop  voisine  de  la  T.  vicinalis 
Sclilo'th.  pour  pouvoir  en  être  séparée  comme  es- 
pèce. 


DE    LA 


-*• 


*lJL*Â       <7 


o 


IDE©   RAWRAMSVIEi 


te  ûhston. 


Tome    XIX. 


ANNÉE  1M6. 


N°  II. 


DE    L1MPRÏMEEÏI!   D'AUGUSTE   SEMSUT. 


1846. 


s 


DK    LA 


COUPE    GÉOLOGIQUE    DES    ENVIRONS 

DE      M  O  S  C  O  II. 


Le  travail  que  nous  présentons  n'a  pour  but  que 
de  servir  d'explication  à  la  seconde  coupe  que 
nous  avons  publiée  Mr.  Frears  et  moi  (  Yoy.  Bull, 
de  Mosc.  1845  N°  4).  Ce  but  explique  pourquoi 
nos  descriptions,  .ne  tendant  qu'à  déterminer  les 
fossiles  ,  ne  sont  que  rigoureusement  suffisantes 
et  ne  sont  pas  aussi  complètes  qu'elles  pourraient 
l'être.  Nous  n'avons  figuré  que  les  pièces  peu 
connues  ;  toutes  les  fois  que  nous  avons  connu 
une  bonne  figure,  nous  nous  sommes  contentés  de 
la  citer.  Enfin  nous  désirons  vivement  que  les  fos- 
siles que  nous  avons  signalés  comme  nouveaux  ne 
le  soient  pas,  car,  dans  ce  cas,  ils  n'auraient  qu'une 
valeur  zoologique  et  ne  pourraient  servir  à  une 
comparaison  géologique  quelconque.  Quiconque 
appréciera  l'absence  d'ouvrages  souvent  nécessai- 
res, le  manque  de  collections  complètes,  sentira  la 
difficulté     de    bien^  distinguer    ce    qui  est  réelle- 


415 

ment  nouveau.  Nous  prendrons  pour  base  tous 
les  travaux  publiés  sur  la  géologie  de  notre  gou- 
vernement, ain,si  que  nos  propres  recliercbes  pu- 
bliées Tannée  passée.  Ces  dernières  sont  : 

1.  Discours  sur  les  Animaux  du  gouvernement 
de  Moscou,  prononcé  à  la  clôture  du  cours  aca- 
démique de  l'année  scliolaire   1844—1845  (*). 

2.  Excursions  géologiques  dans  les  environs  de 
Moscou,  dont  les  résultats  ont  été  exposés  dans 
la  Gazette  de  Moscou   (**•]    1845.  N°  51. 

3.  Excursions  etc.  Ibid.   N°  92-93.  (***). 

4.  Nouvelles  excursions  etc.  Ibid.  N°  128  , 
133-134.  (****> 

5.  Premier  essai  d'une  coupe  géologique  des 
environs  de  Moscou,  par  Mr.  Frears  et  moi  ,  an- 
nexée aux  extraits  de  mon  discours. 

Avant  d'entrer  dans  la  discussion  des  faits  qui 
nous  occuperont  plus  loin,  faisons  l'historique  de 
la  "géologie  de  notre  gouvernement.  Cette  partie 
du  travail   comprendra  : 

1.  L'exposé  rapide  des  trois  époques  que  nous 
croyons     pouvoir     signaler    dans    l'histoire.     L/ap- 


(*;    O    /KHBOTHMXT.       MoCKOBCKOH     ly  6 . ,        ptqt,      II  pOH3HeCeHHa  a    B'b 

TopjKecTBeHHOMii   CoôpaHiu      MocKOBCKaro      yHHBepcHTeTa,     16-ro 
Jkmh    1845. 

(**)  O  recMormjecKHXT.  aKCKypciaxi  Bt  OKpecTHocrflXT»  Mockbm. 

(***)   Eoje  3KCKypcin   no^T»   Mockbok). 

(****)   IIpoAo^îKeHie   3KCKypciS    11041)   RIockboio. 


440 

prédation    des    faits  spéciaux    accompagnera  l'ex- 
position de  ces  derniers  ; 

2.  Les  coupes  géologiques; 

3.  Les  cartes  géologiques  ; 

4.  Les  cartes   topograpliiques  ; 

5.  Les  cartes   géographiques,  et  enfin 

6.  Les  collections  géologiques  provenant  des  en- 
virons de  Moscou. 

PREMIÈRE    PARTIE. 

A. 

Historique  de  la  géologie  de  notre  gouvernement. 

En  jetant  un  coup  d'oeil  rétrospectif  sur  les  re- 
cherches dont  notre  gouvernement  a  été  l'objet, 
trois  faits  saillants  nous  montrent  nos  annales  géo- 
logiques divisées  en  trois  époques.  Voici  ces  trois 
faits  :  1°  Le  voyage  du  Docteur  Macquart,  2° 
rOryctographie  de  M.  Fischer  de  Waldheim,  3°  le 
séjour  de  voyageurs  étrangers  dans  notre  gou- 
vernement. 

Première  époque. 

(  Docteur  Macquart  ) 

Les  recherches  géologiques  dans  notre  gouverne- 
ment remontent  à  cinquante  ans  ,  et  le  premier 
ouvrage  sur  ce  sujet  a  été  publié  par  le  Docteur 
Macquart.  Ce  savant, Docteur-régent  de  la  Faculté  de 
Paris,  etc.,  fit  un  voyage  dans  le  nord  par  ordre  du 
gouvernement  français,  et  fit  paraître  ensuite  son 
ouvrage  à  Paris  en  17  89,  sous  le  titre  :  «  Essais,  ou 
recueil    de    mémoires  sur  plusieurs     points  de  mi- 


447 

néralogie,  avec  Ja  description  des  pièces  déposées 
chez  le  roi,  la  figure  et  l'analyse  chimique  de  cel- 
les qui  sont  les  plus  intéressantes,  et  la  topogra- 
phie de  Moscou.  »  Cet  ouvrage  est  accompagné  de 
sept  planches  gravées.  La  topographie  de  Moscou 
parut  aussi  en  allemand  (Topographie  von  Moscau, 
mit  vielen  interessanlen  statislichen  Bemerkun- 
gen.  Francfurt-am-Main,    1790). 

M.  de  Buch  fait  mention  (  *  )  de  l'ouvrage  de 
Macquart  comme  faisant  partie  d'un  grand  Ouvra- 
ge (  Reise  nach  clem  Nord  en  durch  Fiebig,  1790), 
que  nous  ne  connaissons   pas. 

Le  livre  du  Docteur  Macquart  a  cela  d'émi- 
nemment intéressant,  qu^il  contient  déjà  clairement 
formulés  les  principaux  faits  de  la  science  actuelle. 
Nous  allons  passer  ces  faits  en  revue  et  prouver 
ce  que  nous  avançons.  Ainsi  le  Docteur  Mac- 
quart  dit  : 

1.  Que  le  terrain  occupé  par  Moscou  a  été  an- 
ciennement recouvert  par  une  mer  ;  il  établit  ce 
fait  sur  la  présence  de  fossiles  marins  ; 

2.  Que  ces  fossiles  sont  clairement  répartis  en 
trois  roches  différentes ,  le  calcaire ,  la  roche 
noire  de  Kharochovo  ,  et  un  sable  désagrégé. 
Ces  trois  divisions  concordent  parfaitement  avec 
celles  que  nous  admettons  aujourd'hui  et  que  nous 
appelons  calcaire  de  montagne,  formation  jurassique, 
et  diluvium. 

(  *  )  Beitrœge   etc,  p.    69- 


448 

3.  Que  les  fossiles  du  calcaire  et  de  la  roche 
noire   se  retrouvent    aussi  dans  le  sable   désagrégé. 

4.  11  décrit  plusieurs  fossiles  avec  assez  d'exa- 
titude  pour  qu'il  nous  soit  facile  de  les  recon- 
naître ,  et  accompagne  sa  description  de  figures 
qui  leur  donnent  un  nouveau  degré  de  clarté.  C'est 
ainsi  qu'on  reconnait  dans  la  description  et  la  fi- 
gure le  Ghoristites  mosquensis  ,  deux  Productus, 
le  Chœtetes  radians,  ainsi  que  FAmin.  virgatus, 
l'Ara,  validus,  et  la  Terebratula  acuta. 

5.  11  avait  porté  son  attention  non  pas  seule- 
ment sur  la  conformation  extérieure  et  superficielle 
des  fossiles,  mais  encore  sur  quelques  points  de 
leur  structure  intérieure  ;  ainsi  il  avait  remarqué 
dans  les  Productus  ce  que  nous  appelons  main- 
tenant les  lobes  hépatiques  et  attache  des  mus- 
cles,  dans  les  Bélemnites  il  parle  d'une  pyrami- 
de, et  dans   les  Ammonites  d'un  syphon. 

6.  Il  signale  déjà  dans  le  calcaire  les  différen- 
ces du  test  des  mollusques,  tantôt  composé  de  la 
substance    primitive,  tantôt  silicifié. 

7.  C'est  à  lui  qu'appartient  le  mérite  d'avoir  in- 
diqué Rhorochovo,  qui  est  devenue  localité  clas- 
sique. 

8.  Il  avait  déjà  signalé,  comme  caractérisant  cet- 
te localité,  les  pyrites  et  les  deux  formes  sous  les- 
quelles ces  dernières  se  présentent,  ainsi  que  le 
gypse  (  syénite  )  du  second  étage. 

9.  La  multitude  de  Bélemnites  de  cette  localité 
ne  lui  a  pas   échappé. 


449 

10.  11  parle  d'une  antre  localité  qu'il  dit  in- 
téressante et  qu'il  appelle  Oslrov,  en  la  plaçant  à 
28  versles  de  Moscou  ,  sur  la  rivière  de  la  Mosk- 
va.  11  signale  dans  cette  dernière  localité  un  fait 
très  important  que  nous  tenons  à  rapporter  avec 
ses  propres  expressions.  «J'ai  fait  une  remarque  as- 
sez singulière  sur  cette  colline,  c'est  que  si  l'on 
frappe  avec  un  bâton  sur  le  sol  sableux,  il  reten- 
tit sous  les  pieds  avec  un  bruit  absolument  sem- 
blable à  celui  qui  a  lieu  lorsque  l'on  frappe  de  la 
même  manière  la  solfatare  près  de  Naples.  Cepen- 
dant je  n'ai  pu  soupçonner  de  volcan  ,  parcequ'à 
l'exception  d'une  pierre  ou  deux  ,  qui  auront  pu, 
quoique  siliciées,  en  présenter  quelqu'indice,  rien 
d'ailleurs  ne  m'a  pu  confirmer  dans  cette  opinion. 
J'ai  fait  creuser  un  trou  de  vingt  pieds  de  pro- 
fondeur ,  dans  Fendroit  où  le  bruit  se  faisait  le 
mieux  entendre,  j'ai  trouvé  le  même  sable  qu'à  la 
surface  du  sol  ,  et  la  même  impression  de  bruit 
sourd  s'est  fait   sentir.» 

Personne  n'a  parlé  depuis  de  cette  localité  in- 
téressante. Cependant  nous  croyons  que  le  Dr. 
Macquart  voulait  citer  Ostrovttsi  ,  premier  relai 
de  poste  sur  la  route  de  Bronnitzi  ;  du  moins 
avons-nous  remarqué  le  même  bruit  profond  et 
sourd  à  trois   verstes  derrière  ce  village,  de  l'autre 

côté  de  la  rivière  de  xMoscou,   au  pied  d'une     élé- 

* 
vation. 

11.  Enfin  il  décrit  les  différentes  pierres  à  bâ- 
tir qu'on  exploite  aux  environs  de  Moscou. 


450 

Ainsi  non  seulement  la  géologie  commence,  pour 
notre  gouvernement,  avec  le  Docteur  Macquart, 
mais  elle  fait  de  prime  abord  avec  lui  un  pas  gi- 
gantesque. Si,  dans  l'ouvrage  de  Macquart,  il  n'y 
a  pas  encore  de  vues  nettes  sur  la  répartition 
des  fossiles  en  différents  étages  caractérisés  par 
eux,  la  faute  n'en  est  pas  au  Docteur  Macquart, 
mais  bien  à  la  science  elle-même,  qui  ne  soupçon- 
nait par  alors  le  parti  qu'on  pouvait  tirer  des  fos- 
siles pour  établir  l'âge  respectif  des  couches. 

La  direction  purement  descriptive  que  nous 
venons  de  signaler  dans  l'ouvrage  du  Docteur  Mac- 
quart,  et  qui  est  le  caractère  de  cette  première 
époque  géologique,  se  retrouve  dans  quelques  no- 
tices dues  au  célèbre  Pallas,  et  contenues  dans  le 
récit  de  son  voyage. 

Seconde  époque. 

(  M.   Fischer  de  Waldheim.  ) 

M.  Fischer,  appelé  en  1804  à  occuper  une  chaire 
de  zoologie  à  l'Université  de  Moscou ,  porte  son 
attention  sur  les  productions  de  notre  vaste  em- 
pire, et  particulièrement  sur  les  fossiles  de  notre 
gouvernement.  C'est  pour  réaliser  ses  vues  scien- 
tifiques que  Son  Excellence  fonda  la  Société  des 
Naturalistes  de  Moscou  en  1805.  De  cette  époque 
commence  une  nouvelle  ère  pour»  la  géologie  de 
notre  gouvernement.  C'est  alors  que  parurent  dans 
le  Bulletin  de    la   Société   ces    notices    nombreuses 


451 

où  éclatent  une  sagacité  hors  de  ligne  et  une  per- 
sévérance infatigable.  Les  fruits  des  recherches  in- 
nombrables de  Son  Excellence  furent  publiés  dans 
le  grand  ouvrage  de  FOryctographie ,  qui  remplit 
à  lui  seul   cette  seconde  époque. 

Le  fondateur  de  notre  Société  devint  aussi  le 
fondateur  de  la  géologie  rationnelle  de  notre  gou- 
vernement. 11  ne  se  borne  pas  à  la  description  ,  à 
la  classification  des  fossiles,  mais  il  les  répartit  en 
groupes  ,  et  tire  de  cette  répartition  des  conclu- 
sions pour  établir  l'âge  géologique  des  roches  où 
ces  groupes  se  présentent.  Après  une  analyse  la- 
borieuse la  science  arrive  avec  lui  à  une  syn- 
thèse puissante,  à  une  généralisation  riche  d'idées 
et  de  faits.  Nous  ne  nous  étendrons  pas  sur  le 
mérite  de  ce  grand  ouvrage:  nous  nous  bornerons- 
à  reproduire  ce  qu'en  dit  un  des  plus  grands  géo- 
logues, un  des  plus  savants  paléontologues  de  no- 
tre temps,  Léopold  de  Buch  (*)  «  Le  grand  ouvra- 
ge de  M.  Fischer  nous  donne  une  idée  très  clai- 
re des  formations  dénudées  aux  environs  de 
Moscou.  » 

Pour  apprécier  comme  il  convient  le  mérite  de 
cet  ouvrage ,  n'oublions  pas  que  M.  de  Fischer 
avait  à  défricher  un  sol  que  personne  n'avait  tou- 
ché avant  lui  (  il  nous  semble  en  effet  que  l'ou- 
vrage du   Docteur  Macquart  lui    était  alors  incon- 


(*)   Beitrœge     sur     Bestimmung    der    Gebirgsformationen     ira 
Russland.    1840.  p.   67. 


452 

nu);  il  ne  trouvait  rien  de  fait,  nuls  précédents, 
aucune  collaboration,  et  pas  de  collections.  C'était 
donc  pour  lui  une  voie  qu'il  fallait  se  frayer  seul, 
un  édifice  qu'il  avait  à  élever  sans  trouver  aucune 
aide  autour  de  lui  ,  et  dont  il  devait  rassembler 
les  matériaux  avec  des  moyens  pécuniaires  très  in- 
suffisans.  Aussi  son  ouvrage  fut-il  extrêmement 
goûté  :  on  en  publia  plusieurs  extraits  dans  diffé- 
rentes feuilles  périodiques,  le  Journal  des  Mines, 
le  Journal  des  Ingénieurs,  la  Gazette  de  notre  ca- 
pitale et  celle  de  notre  gouvernement.  L'impulsion 
que  cet  ouvrage  imprima  aux  progrès  de  l'His- 
toire Naturelle  fut  éminente.  Des  officiers  du  corps 
des  mines  furent  envoyés  pour  étudier  notre 
gouvernement  d'après  les  indications  de  l'Orycto- 
grapliie.  L'attention  de  savants  illustres  fut  atti- 
rée sur  le  sol  de  notre  pays.  L'effet  de  l'ouvrage 
fut  tel,  qu'il  se  forma  une  société  de  savants  voya- 
geurs qui  vinrent  étudier  notre  sol.  C'est  donc 
encore  à  M.  de  Fischer  que  se  rattache  la  troisiè- 
me époque. 

Troisième  époque. 

C'est  à  cette  troisième  époque  qu'apparaît  la 
géologie  de  notre  gouvernement  comparée  à  celle 
de  contrées  déjà  parfaitement  connues  et  décri- 
tes. Quelques  savants  pour  lesquels  la  géologie 
était  depuis  longtemps  un  objet  constant  d'étu- 
des dans  leur  pays ,  formèrent  une  société  pour 
l'exploration  de  la  Russie  ;    c'étaient    MM.  Murchi- 


453 

son,  de  Verneuil,  Keyserling,  Blasius,  auxquels  se 
joignit  comme  compagnon  el  comme  guide  Mr. 
le   Baron  de  MeyendorfF. 

Ce  projet    de  voyage  reçut  d'augustes  encoura- 
gemens    et     des  secours    de  tous  genres.     Sa    Ma- 
jesté   voulut    bien    mettre    à  la  disposition   de  ces 
Messieurs    toutes    les  Collections  de  l'Empire  ,     et 
leur     accorda     même      des     secours     pécuniaires  ; 
on  facilita     leur  voyage     en    leur     donnant    com- 
me    interprète   un    officier     supérieur    des    Mines. 
Toutes  les  découvertes  antécédentes,    tous  les  tra- 
vaux commencés    furent  mis  sous  leurs  yeux.    Ce 
voyage  ,  entrepris  sous  des  auspices  si  favorables, 
dura  deux  ans  (l  840— 41).  En  1844—45   parurent 
deux    ouvrages  ,    l'un   de  M.  le    Professeur  Blasius, 
l'autre  de  MM.  Murcliison,    de  Verneuil ,  et  Key- 
serling;   ce  dernier   présente  un    véritable     intérêt 
géologique  ,     tandis  que    le  livre  de  M.  Blasius  ne 
fait   qu'effleurer   quelques  points  de  géologie.  Ar- 
rêtons-nous sur  la  partie  de  l'ouvrage  de  M.  Mur- 
cliison   qui  traite    de    notre   gouvernement  ,    pour 
l'étude    duquel  M.    Erears   envoya     en    Angleterre 
les  fossiles    les   plus   importants  ,    fruits  de  ses  re- 
cherches de  plusieurs  années    M.  Auerbach  et  nous 
mêmes,  nous  nous  sommes  empressés  de  leur  envo- 
yer des  dessins   de  fossiles   et    les  résultats  de    dé- 
couvertes faites  après  leur  départ.    Notons    encore 
qu'à  la  composition  de  cet  ouvrage  ont  pris    part 
plus  de   seize  savants,  dont   plusieurs  occupent  les 
premiers    rangs     dans  la   science  :    Murcliison  ,    de 
N'  IL    1846'.  129 


454 

Verneuil  ,  Keyserling,  d'Orbigny,  Gôppert,  Bron- 
gniart,  Owen  ,  Mantel,  Agassiz,  Landsdale,  Lindley, 
et  autres.  L'ouvrage  a  été  imprimé  avec  tout  le 
luxe  possible  eu- Angleterre  et  en   France. 

Nota.  M.  Murchison,  dans  une  lettre  adressée  au  Docteur 
Leonhard  de  Heidelberg  Ç),  annonça  la  publication  de  son 
ouvrage  (**)  pour  le  mois  de  Mai  \  845.  Nous  ignorons 
si  cette  publication  eut  réellement  lieu  à  cette  époque, 
mais  il  est  parfaitement  à  la  connaissance  de  la  Société 
que  l'ouvrage  de  M.  Murcbison  n'est  parvenu  à  Moscou  que 
vers  les  dernières  semaines  de  l'année-,  si  donc  il  se  trouve 
dans  le  discours  prononcé  par  nous  à  la  séance  publique  de 
l'Université  le  16  Juin  de  la  même  année  ,  quelques  faits 
géologiques,  quelques  appréciations,  quelques  vues  identiques 
avec  celles  de  l'auteur  anglais,  nous  croyons  que  personne 
ne  pourra  voir  dans  cette  circonstance  naturelle  quelque 
chose  qui  ressemble  à  une  compilation. 

Passons  aux  coupes  et  aux  cartes  qui  ont  trait 
à  notre  gouvernement.  ,  ou  du  moins  au  bassin 
géologique  dont  il  fait  partie,  et  finissons  par  les 
collections. 

B.  Coupes  géologiques. 

1.  Coupe  locale  a.  de  Grigorowo,  b.  de  Vassili- 
ewskoë,  c.  de  Kainardji,  d.  de  Véreia.  Voir  l'Oryc- 
tograpbie,  tab.  F  et  P  indiquant  les  terrains 
d'ail uvion  et  l'étage  supérieur  du  carbonifère. 

2.  Coupe    idéale     depuis  Moscou   jusqu'à  Bélëw 


(*)   Bronn's  N.  Jahrb     1845    Heft.   3.  p.    30t. 
(  **  )  The  Geol.  of  Russia  in   Europe  etc. 


455 

basée  sur  les  observations  de  Murchison  ,  de 
Verneuil,  de  Blasius  et  du  Comte  Keyserling,  pu- 
bliée pour  la  première  fois  dans  le  Journal  des 
Mines:  1842.  N°  1.  avec  texte  explicatif,  et 
publiée  en  second  lieu,  avec  une  légère  correction 
dans  la  coupe,  mais  avec  le  même  texte  ,  dans  le 
1er  Num.  du  Bull,  de  Moscou,    1842. 

On  trouve  dans  ce  travail  deux  points  qui  doi- 
vent être  rectifiés:  1.  le  Grès  de  Tatarowo  et 
de  Litkarino  est  indiqué  comme  tertiaire  ;  il  a 
été  reconnu  depuis  qu'il  est  jurassique,  1.  Fétage 
à  Productus  gigas  est  superposé  à  Fétage  à  Cho- 
ristites  mosquensis,  tandis  que  Fordre  est  absolu- 
ment contraire. 

3.  Coupe  générale  du  Bassin  de  Moscou  publiée 
par  M.r  Helmersen  ,  en  1844  dans  FAnnuaire  du 
Journal  des  Mines  de  Russie  pour  l'année    1841. 

Elle  embrasse  tout  l'espace  compris  entre  S1. 
Pétersbourg  et  Orel.  Elle  est  malheureusement 
trop  peu  détaillée,  mais  exacte. 

4.  Plusieurs  coupes  ajoutées  à  la  carte  géogno- 
stique  du  lieutenant   Olivieri,    1844. 

Ces  coupes  ont  été  faites  sur  les  gouverne- 
ments de  Moscou,  Kalouga,  Toula  ,  Rézan  et  Nij- 
ni-Nowogorod.  On  ne  doit  les  consulter  qu'avec 
beaucoup  de  précautions,  car  elles  ne  donnent  que 
les  caractères  lithologiques  ,  et  encore  ces  carac- 
tères  sont-ils  quelquefois   contestables  (*). 

(*J  Une     légère     critique  en   a  été  publiée    par   Mr.  Jazikow 

(   M0CKBHTflHHH3>     1844    j\°    4). 

29* 


456 

5.  Coupes  locales  publiées  par  le  Professeur 
Blasius ,  dans  son  Voyage  en  Russie  (*).  2e  vol. 
savoir  : 

a.  Rive  droite  de  la  Paklira  près  de  Podolsk. 
(pag.   4.). 

b.  Coupe  de  l'Oka  près  de  Tarouza.  (  pag.  11.  ). 

c.  Coupe  de  l'embouchure  delaSvinika.  (pag.  16.). 

d.  Coupe  de  l'Oka  près  du  village  de  Kaissagori 
et  de  la   ville  d'Aléxine.  (pag-    18.). 

e.  Coupe  de  l'Oupa  près  du  bourg  de  Voskrés- 
senskoë  (pag    37.). 

f.  Coupe  de  l'Oka  près  de  Kalouga  (  pag.  58.  ). 
Toutes   ces    coupes    présentent   les  couches  des 

environs  de  Moscou  et  quelquefois  l'étage  infé- 
rieur du  carbonifère  et  le  dévonien  sur  lequel 
il  repose. 

6.  Coupe  de  la  rive  droite  de  la  Prikcha  et  des 
houllières  du  gouvernement  de  Novogorod,  faisant 
partie  de  la  Description  de  l'empire  de  Russie 
par   Guedéonow  et  Pouchkareff  1845  (**). 

7.  Premier  essai  d'une  coupe  géologique  des 
environs  de  Moscou  par  MM.  Frears  et  Rouillier, 
(***)  jointe  au  Discours. 


(*)  Reise  im  Europ.   Russland.  Brauuschweig    1844.  Vol.  I.  II. 

(  **  )  Pa3pt3i  npauaro  6epera  IIpiiKaiu  ir  MtcTopoJKaeHifl  Ka- 
MeHnaro  yr^a  01.  Horioropo^cKon  ryôepuiti.  JlpH^oaceHi.  kt.  nep- 
Boiay  BbinycKy  :  Onucanie  PoccifiCKofi  HiunepiH  ,  H34aB.  T.  ITyui- 
KapeEtTMx   u    reAeoHOEBiMt.. 

(  ***  )  reo^orH'iecKifi    pa3p  E3b  no»iBT.   o6na;KeHHMXï>  bi  oicpecTHo- 

CTJlXt    MOCKBM. 


457 

8.  Coupe  géologique  des  environs  de  Moscou 
par  les  mêmes,  Bull,  de  Moscou  1845.  N°  4. 

9.  Ajoutez  quelques  coupes  reproduites  dans 
l'ouvrage  de  M.r  Murchison. 

G.  Cartes  géologiques. 

1.  Carte  générale  du  gouvernement  de  Moscou 
cle  rOryctographie   1830  —  37. 

2.  Carte  locale  des  environs  de  Tatarowa 
(  Oryct.  Tab.  B  ).  Les  couches  tertiaires  de  Troi- 
tskoë  ne  sont  point  indiquées  sur  la  carte,  qui,  ainsi 
que  les  trois  suivantes,  sont  surtout  géographiques. 

3.  Carte  des  environs  de  Zvénigorod.  (Ibid. 
Tab.  C).  On  n'y  trouve  pas  les  calcaires  lacustres 
sur  la  Mojjenka  et  Jernovka  qui  sont  cependant 
indiqués    dans  l'ouvrage. 

4.  Carte  du  village  de  Kaïnardji  (Ibid.  Tab. 
D  ).  On  remarque  au  village  de  Bouschevoë  un  ter- 
rain crétacé  qui  n'a  pas  été  signalé  depuis  cette 
publication. 

5.  Carte  des  villages  de  Vassiliévskoë  et  de  Gri- 
gorovo  (  Ibid.  Tab.  E  ). 

6.  Carte  de  la  Russie  méridionale  publiée  par 
Léopold  de  Buch  et  jointe  à  ses  Recherches  sur 
les  formations  de  la   Russie   1840.    (Tab.  4.  )-(*). 


(*)  Beitraege  z.  Bestimmung  d.  Gebirgsformationen  in  Russ- 
land.  Aus  Karsten's  Archiv  f.  Minéralogie,  Geognosie,  Berg- 
bau  und   Hùtlenkunde.  Tom.  XV.  Berlin    1840. 


458 

Quoique  l'objet  spécial  de  cette  carie  soit  les 
formations  de  la  Russie  méridionale,  elle  indique 
cependant  le  gisement  du  jurassique  dans  le  si- 
stème  de  l'Oka  et  sur  la  rive  droite  du  Volga, 
ainsi  que  le  terrain  crétacé,  dans  un  développement 
assez   étendu  dans  les  environs  de  Moscou    même. 

7*  Carte  géologique  de  la  Russie  d'Europe  dres- 
sée par  le  Baron  Alexandre  de  Meyendorff.  Cette 
carte  n'a  pas  été  publiée,  mais  nous  sommes  cer- 
tains qu'elle  existe  ,  puisqu'il  en  est  fait  mention 
par  M.r  de  Meyendorff  lui-même  dans  une  lettre 
adressée  à  M.r  Erman  (*).  Le  Comte  de  Keyserling 
remarque  qu'elle  a  été  présentée  à  la  Société  géo- 
graphique de  Berlin  en  Fév.   1841. 

Cette  carte  a  été  également  communiquée  à 
M.r  Elie   de  Beaumont  (**). 

Enfin  le  Professeur  Blasius  signale  également 
l'existence  de  cette  carte  en  ajoutant  qu'elle  a 
servi  de  base  à  la  carte  de  M.r  Erman  (*)  dont 
nous  parlerons  plus  bas. 

8.  Carte  de  la  Russie  d'Europe  publiée  en  alle- 
mand par  le  Sous-lieutenant  Helmersen  :  1841. 
Le  texte  explicatif  a  été  inséré  dans  le  N°  4  du 
Journal  des  mines   1841. 


(  *  )  Erman's  Archiv  f.  wisscnsch.  Kunde  von  Russland.  1841. 
Ueft  I.  p.  68. 

(**)  Bull.   d.   Mosc.    1841.   p.    872. 


459 

Les  confins  du  bassin  de  Moscou  à  l'est,  ou 
plutôt  la  rive  gauche  du  Volga,  présentent  sur 
cette  carte,  dans  quelques  localités,  un  terrain  cré- 
tacé  qui  n'existe  pas  d'après  M.r   lazikow  (**), 

9.  Carte  de  la   Russie    d'Europe    par   M.r  Ennan 

Cette  carte  est  fondée  sur  les  cartes  et  les  tra- 
vaux précédemment  publiés  par  d'autres.  L'auteur 
divise  la  Russie  d'Europe  ,  sous  le  rapport  géolo- 
gique, en  quatre  régions  :  a.  région  fîno-boréale  ; 
b.  région  centrale  (  Mittel-Region  )  à  laquelle 
appartient  le  bassin  de  Moscou,  c.  région  Méridio- 
no-Caucasienne  ;  d.  région  Orientale,  ou  de  l'Ou- 
ral Occidental  (****). 

10.  Seconde  carte  de  la  Russie  d'Europe  par 
M.r  Helmersen  ,  1844,  essentiellement  corrigée: 
Annuaire  du  Journal  des  Mines  de  Russie  pour 
l'année  1841. 

11.  Carte  géognostique  de  quelques  parties  des 
gouvernements  de  Moscou,  Kalouga,  Toula,  Rézan 
et  INijni-Novogorod,  par  le  sous-lieutenant  Olivi- 
eri.  Cette  carte,  bien  qu'elle  ne  soit  pas  exempte 
de  toute  incorrection  géologique,  peut  cependant 


(  *  )   Reise   etc.    II.    p.   368. 

(**)   Bull.    d.   Mosc.    1843.  p.   327.  sq.   Mockbiitiihhhx  1843. 

(***  )  Archiv.    etc.    1841.  Heft  I. 

(****  )    Archiv.  ibid.   p.   71. 


460 

être  utile  à  ceux  qui  parcourent  ces  gouverne- 
niens,  parce  qu'elle  signale  les  localités  intéres- 
santes que  l'auteur  n'a  pas   analysées  lui-même. 

12.  Carte  annexée  à  l'ouvrage  de  M.r  Murchi- 
son.  Elle  ajoute  quelques  détails  concernant  la  re- 
partition    du  jurassique. 

1 3.  M.r  Boue  a  compris  le  gouvernement  de 
Moscou  dans  son  «Essai  d'une  Carte  Géol.  du  glo- 
be terrestre.  » 

D.   Cartes  topographiques. 

Nous  possédons  trois  cartes  topographiques  du 
gouvernement  de  Moscou,  dressées  toutes  les  trois 
par  ordre   du  gouvernement  : 

1.  Carte  topographique  des  environs  de  Mos- 
cou, 1818,  par  les  officiers  du  corps  des  Ingéni- 
eurs-Topographes et  gravée  en  1823  (*).  Quatre 
feuilles.  Elle  s'étend  sur  un  rayon  de  dix  verstes 
partant  du  centre  de   la   ville. 

2.  Carte  topographique  des  alentours  de  Mos- 
cou publiée  en  18*25  par  le  Dépôt  géographique 
(**).  Elle  s'étend  sur  environ  quinze   verstes,  mais 


(  *  )  TonoaparfjauecKa/i  n.apma  OKpeciiiHOcmeà  MocKSbi,  CHaTaa 
otHuepasifi  KiiapTiipMencTepcKOH  qacTH  is-l  18 1S  ro4y,  h  rpaBH- 
pocaHHaa  et>  Bochhomi>  Tonorpa<DimecKOMï.  ^eao  npn  T^aBHOMi. 
IIlTaôu  Ero   H&in.    Bejii'iecTHa,   bt>    18*23. 

(**J  TonozpcwfiiviccKa/i  napma  oupecinHOCinek  Mocueu  ,  H3A« 
Feorpa'MmecKnMx  Aeno,  bè    1825  rcy-y. 


461 

seulement     sur   la    partie  N  O    du    gouvernement 
en  suivant  le  cours  de  la  rivière. 

Nous  devons  ajouter  aux  deux  cartes  précéden- 
tes: un  plan  topographique  de  la  ville  même  et 
du  cours  de  ses  rivières. 

3.  Plan  de  la  ville  de  Moscou  dressé  en  1811, 
très-important  en  ce  qu'il  indique  quelques  riviè- 
res qui  ont  maintenant  disparu  et  nous  fait  con- 
naître les  modifications  apportées  au  courant  des 
rivières  de  la  Moskva  et  de  laousa. 

4.  Plan  de  la  ville  de  Moscou  publié  en  1843 
par  M.r  Khavski  (*)  à  l'échelle  de  cent  sagènes  par 
pouce  anglais.  Il  est  remarquable  en  ce  qu'il 
nous  donne  la  répartition  des  terres  labourables  et 
marécageuses,  des  ruisseaux  et  des  petites  rivières. 
L'auteur  s'occupe  maintenant  d'une  nouvelle  pu- 
blication de  ce  plan  avec  additions  et  corrections. 

Nous  ne  signalerons  pas  ici  quelques  plans 
dressés  sur  une  échelle  trop  réduite  pour  nous 
être  de  quelque  utililé. 

5.  Tracé   du  cours  de  la  Moskva  depuis  sa  source 
jusqu'à  son  embouchure,    à     l'échelle  de     8    ver- 
stes  par  pouce  anglais.  Ce  travail  est  encore  inédit, 
mais  on  peut  le  voir  dans  les  bureaux  des  Topo- 
graphes de  Moscou  (**). 

6.  Tracé  du    cours  de  la  même    rivière    depuis 


(*)   II^aHii  ciojtiiJHaro  ropo,4a  Mockbm.  H34.  XaBCKiS. 
(  **  )   Mea<eBan    HaHucinpia. 


462 

Moscou  jusqu'à  sou  embouchure  (*),  sur  une 
échelle  infiniment  plus  grande  (100  saj.par  1  pou- 
ce). Ce  beau  travail  nous  donne  non  seulement  le 
cours,  mais  encore  la  direction  de  tous  ses  afflu- 
ents, l'escarpement  de  ses  rives,  la  nature  des  ter- 
rains, la  largeur  et  la  profondeur  des  eaux  et  jus- 
qu'aux îlots  qu'elles  forment.  En  vingt-deux  gran- 
des feuilles,  non  imprimées,  également  dans  les  bu- 
reaux des  Topographes  de  Moscou.  Ce  tracé  est 
accompagné  d'une  explication  ,  sous  le  point  de 
vue  économique  ,  des  productions  naturelles  des 
eaux  et  de  l'emploi   qu'en  font  les  riverains. 

7.  La  partie  du  courant  de  la  Iaouza  qui  tou- 
che la  ville,  annexée  au  travail  de  M.1  Gastew  (Ma- 
tériaux pour  la  statistique  et  la  géographie  de 
la  ville  de  Moscou  (**)  ).  Quoique  ce  tracé  soit 
dressé  sur  une  échelle  très-petite,  il  est  réellement 
important  par  suite  des  modifications  continuel- 
les qu'éprouvent  cette  rivière,  et  qui  en  amèneront 
probablement  la  disparition  absolue.  Ce  tracé  a  été 
relevé  en    1794. 

E.  Cartes  géographiques. 

Parmi  le  grand  nombre  de  cartes  imprimées 
du  gouvernement  de  Moscou,  bien  peu  peuvent 
nous    être  de  quelque     utilité.    La    plus   détaillée 

(    *  )     ÀT-JaCT.     MOCKBBI     pEKH.     TaMt    ÎKC 

(  **  )     MaTepiJIJLI  AJH   IICMHOH    CpaBHHTCibHOiî      CTaTHCTHKH     MoCK- 

Btj.   lIacTb   ncpBaa.  MocKBa.    1841.  CTp.    153,  «lepTeaçt  8. 


463 

est  celle  qui  fait  partie  de  la  grande  collection  des 
cartes  de  l'Empire  connue  sous  le  nom  de  :  Car- 
tes de  la  Russie  en    (*)    100   feuilles. 

Il  existe  en  revanche  cinq  caries  non  imprimées 
appartenant  aux  Bureaux  des  Topogra plies  et  qui 
peuvent  être  de  la  plus  grande  utilité  sous  le  rap- 
port géologique.  Ce  sont: 

8.  Carte  de  chaque  Gouvernement,  à  Féchelle  de 
8  verstes  par  pouce  (**). 

9.  Carte  des   Districts  (***);  4  verst.  par  pouce. 

10.  Atlas  des  Districts  (****);  2  verst.  par  pouce. 

11.  Plan  général  des  Districts  (*****);  1  verst.  p. 
pouce. 

12.  Plan  spécial  des  villages  (******),  100  sag.  p. 
pouce. 

F.  Collections  géologiques. 

1.  La  plus  importante  des  collections  de  Moscou 
est,  sans  contredit,  celle  de  S.  E.  M.r  Fischer  de  Wald- 
heim.  Elle  est  d'une  très- grande  richesse  et  renferme 
la  plus  grande  partie  des  originaux  reproduits  dans 
FOryctographie.  Malheureusement  une  partie  de 
ces  objets  ont  disparu  dans    l'incendie  de  Moscou. 


(  *  )  CTo^HCTOBaa   KapTa   Pocc.  H&inepin. 

(  **  )    "  Ty^epHCKaa   KapTa.  » 

(  ***  )   i  KapTa  yi3340BT.   6e3Ti  oanaqeHia   Aaib.  » 

(  ****  )  «  KTAac-h  yE3AOBx.  » 

(*****)   ii  reHepa.n>HMH  n-iam.  vus/iobi.  • 

(  ******  )  H  Cneuia^tHtiH  n.iaHii  ,aam>.  » 


464 

2.  Collection  de  la  Société  provenant  des  dons 
de  S.  E.  M.r  Fischer  et  de  ceux  de  MM.  Frears, 
Olivieri  ,  Auerbach,  Fahrenkohl,  Rouillier  et  quel- 
ques autres  personnes. 

3.  Collection  de  l'Université  provenant  princi- 
palement des  dons  de  S.  E.  M.r  Fischer  et  des  piè- 
ces données  par  la  Société.  Elle  est  surtout  riche 
en  ossements  de    grands  animaux. 

4.  Collection  de  M.r  Frears  extrêmement  riche 
en  échantillons  choisis  du  jurassique  ,  malgré  de 
nombreux  envois  faits  en  Angleterre. 

5.  Collection  de  Mr.  Fahrenkohl  remarquable 
surtout  par  la  beauté  des  pièces  provenant  du 
troisième  étage  aux  Ammonites  carinés.  M.r  Fah- 
renkohl a  fait  plusieurs  envois  à  Berlin. 

6.  Collection  de  M.r  Auerbach  intéressante  en 
ce  qu'elle  présente  plusieurs  pièces  du  4e  étage 
jurassique  ou  à  minerai  pisiforme. 

7.  Nous  possédons  nous-mêmes  une  collection 
assez  riche  en  échantillons  provenant  en  grande 
partie  du  carbonifère. 

NB.  Des  échantillons  choisis  de  la  collection  de 
M.r  Auerbach  et  de  la  nôtre  ont  été  ,  d'après  uor 
tre  désir  ,  envoyés  par  la  Société  à  M.1  de  Buch 
à  Berlin. 

Ce  savant  naturaliste  a  reçu  également  de  MM.  de 
Fischer  et  Altmann  plusieurs  pièces  provenant  des 
terrains  de  Kharachovo.  Les  environs  de  Moscou  ont 
fourni  à  M.r  Pander  des  échantillons  recueillis  par 


465 

ce  savant  ;  M.  Jazikow  s'est  aussi  occupé  avec  suc- 
cès de  notre  gouvernement.  Le  corps  des  Ingé- 
nieurs des  mines  est  aussi  possesseur  de  fossiles 
recueillis  par  ses  officiers. 

Ces  détails  sur  les  cartes  et  les  collections  du 
gouvernement  de  Moscou  paraîtront  peut-être  mi- 
nutieux ;  nous  prions  nos  lecteurs  de  vouloir  bien 
nous  les  pardonner,  nous  avons  cédé  à  la  convic- 
tion qu'ils  pourraient  être  utiles  à  quiconque 
voudra  s'occuper  d'un  travail  géologique  et  pa- 
léoutologique  plus  complet  sur  cette  partie  de 
l'Empire. 

Seconde  Partie. 
Coup-d'oeil    général    sur  le  gouvernement  (*). 

Quiconque  étudie  les  accidents  de  la  surfa- 
ce du  sol  dans  notre  gouvernement  et  examine  les 
roches  qui  la  composent ,  est  frappé  surtout  par 
quatre    genres   de   phénomènes  très    prononcés  : 

1.  Le  sol  s'élève  fréquemment  en  monticules 
dont  la  hauteur  audessus  du  niveau  général  du 
gouvernement  est  souvent  considérable. 

2.  Le  sol  est  souvent  creusé  en  vallées  étroi- 
tes et  sinueuses. 

3.  Le  diluvium  qui  recouvre  tout  le  gouverne- 
ment se  montre    sous     deux  aspects     parfaitement 


(*)   Rouillicr:  Gazette  de  Moscou    1845.  N°    128   et  133. 


466 

distincts  :  c'est  tantôt  une  argile  tenace  ,  tantôt 
un  sable  meuble. 

4.  Les  caractères  physiques  du  sol  changent 
à  vue-d'oeil  à  l'époque  historique. 

Ces  quatre  genres  de  phénomènes,  qui  appar- 
tiennent aussi  bien  au  gouvernement  de  Moscou 
qu'à  ceux  qui  l'avoisinent,  exercent  nécessairement 
une  grande  influence  sur  l'homme  qui  est  venu 
habiter  ce  sol,  et  méritent  notre  attention,  même 
sous  le  rapport  historique.  Enfin  ces  phénomènes 
sont  souvent  le  résultat  d"une  même  cause  ,  et, 
par   conséquent,  se  tiennent  étroitement  entr'eux, 

I. 

Les  Monticules* 

La  partie    nord-ouest    de    notre    gouvernement 
est,  en  général,  plus     élevée    que   les  autres  ;     des 
monticules  assez  élevés  longent     notre    rivière    et 
ses  nombreux  affluents.  Aussi   les   districts  de  no- 
tre gouvernement  qui  sont  rapprochés  de  la  partie 
supérieure  du  cours  de  la  Moskva    ont-ils    un  as- 
pect particulièrement   pittoresque,  et  mériteraient 
la     dénomination    de     Suisse     Moscovite.     Ceci    a 
trait    en    général     aux    localités    qui     longent    les 
routes  de  Pétersbourg  et  de  Voskressensk ,  et  sur- 
tout à  celles    de  Zvenigorod    et    de  Mojaïsk  :    car 
c'est  entre  ces  deux  dernières  routes  que  se  trou- 
ve le  lit  principal  de  la  Moskva. 

L'origine  de  nos  monticules  et  de    nos  plateaux 


467 

élevés  ne  doit  pas  être  attribué  au  soulèvement 
des  couches,  parceque  celles-ci  sont  toujours  ho- 
rizontales comme  partout  ailleurs,  dans  notre  gou- 
vernement. Elle  vient  de  l'accumulation  des  roches 
sur  certains  points,  et  de  leur  dénudation  ,  sur 
d'autres. 

La  masse  de  ces  hauteurs,  ainsi  que  leurs  pen- 
tes, consiste  en  argile  diluvienne  rouge,  qui,  à 
cause  de  l'emploi  qu'on  en  fait  ,  porte  le  nom 
d'Argile  à  briques  :  telles  sont  les  rives  escarpées 
de  la  Skhodnia,  de  la  Moskva,  les  hauteurs  de  Ta- 
tarovo  ,  de  Vedensk  (  Be/jeHCKia  ropu  ),  les  Mon- 
tagnes des  Moineaux,  qui,  à  ce  que  l'on  prétend  , 
présentent  le  point  le  plus  élevé  aux  environs  de 
notre  capitale.  Toutes  les  vallées ,  au  contraire, 
les  vallons,  le  lit  de  toutes  les  rivières,  présentent 
un  sable  désaggrégé  et  jaunâtre.  Ces  deux  roches, 
l'argile  et  le  sable,  appartenant  Tune  et  l'autre 
au  diluvium  du  nord,  étaient  certainement  mélan- 
gées au  moment  où  elles  furent  transportées.  Mais 
comme  notre  gouvernement  touche  du  côté  du 
sud  aux  limites  mêmes  du  courant  du  nord,  ces 
deux  roches ,  de  données  différentes ,  devaient 
prendre  des  positions  différentes  en  raison  même 
de  leur  densité  et  de  leur  ténacité.  Comme  ces 
roches  n'avaient  plus  qu'une  faible  impulsion, 
l'argile,  en  raison  de  ses  propriétés  d'adhérer  T 
devait  rester  sur  les  points  où  elle  se  déposait 
fortuitement  ou  s'attacher  aux  endroits  élevés 
qu'elle  rencontrait  sur  son  passage;  tandis  que  le 


468 

sable  ,  en  sa  qualité  de  roche  éminemment  mobi- 
le ,  passait  pardessus  l'obstacle  ,  qui  arrêtait  l'ar- 
gile ,  et  pouvait  même  ,  après  avoir  été  déjà 
déposé ,  être  repris  par  quelque  courant  ,  pour 
être  charrié  dans  les  points  les  plus  profonds  du 
gouvernement.  C'est  un  fait  qui,  tous  les  ans,  se 
répète  en  petit  lors  de  la  crue  des  eaux. 

Il  est  également  évident  que  quelques-unes  de 
ces  inégalités  doivent  leur  naissance  à  l'enlève- 
ment des  roches  produit  soit  par  l'action  érosi- 
ve  et  énergique  des  eaux  du  grand  courant  du  nord, 
soit  par  l'action  plus  lente  des  eaux  printannières. 

]J  est  donc  évident  que  ces  monticules  doivent 
la  plupart  du  temps  longer  les  rivières.  Nous  avons 
dit  que  dans  notre  gouvernement  en  général  ,  et 
dans  les  hauteurs  qui  l'accidentent  en  particulier, 
les  couches  sont  toujours  horizontales.  Pour  prou- 
ver cette  horizontalité  dans  une  série  de  hau- 
teurs creusées  par  des  vallées  ,  il  faudrait  pou- 
voir déterminer  avec  précision  l'élévation  de  ces 
couches  audessus  du  niveau  de  la  mer  ,  et  com- 
parer cette  élévation  dans  les  couches  disconti- 
nues ,  travail,  qui  dans  notre  gouvernement  n'a 
pas  encore  été  abordé.  C'est  à  peine  si  nous  con- 
naissons le  point  le  plus  élevé  dans  la  capitale 
même  :  on  prétend  généralement  que  ce  point  se 
trouve  être  la  maison  Biéloselski-Biélozerski,  près 
la  porte  de  Tver. 


II. 


Répartition    respective  de  V Argile    rouge  et  du 

Sable. 

Ce  fait  a  une  haute  importance  pour  les  cara- 
ctères physiques  du  sol  ,  et  pour  l'emploi  que 
l'homme  fait  de  celui-ci. 

1.  Les  Briqueries  se  trouvent  généralement  sur 
les  collines  et  les  plateaux  élevés,  où  la  substance 
principale,  la  terre  glaise,  abonde.  Il  suffit  donc 
d'indiquer  les  lieux  élevés  du  gouvernement  pour 
dire  d'avance  où  les  briqueries  existent ,  et  où  il 
serait  avantageux   d'en   établir  (  ceteris   paribus). 

2.  Le  sable  diluvial,  autre  substance  indispen- 
sable aux  briqueries,  se  trouve  dans  les  vallées,  le 
lit  des  rivières,  et  les  grèves  applaties*  Heureuses 
donc  les  briqueries  qui  se  trouvent  sur  la  pente  des 
collines,  qui,  en  s'applatissant  jusqu'aux  bords  d'une 
rivière,  reçoivent  les  sables  que  celle-ci  charrie. 

3.  Outre  les  briqueries,  les  chaussées  encore 
existent  exclusivement  aux  dépens  des  roches  di- 
luviales  ;  leurs  cailloux  roulés  ,  leurs  blocs  errati- 
ques, et  leurs  sables,  voilà  les  matériaux  indispen- 
sables aux  routes.  Il  nous  paraît  que  l'argile  rou- 
ge est  moins  riche  en  roches  solides  que  le  sa- 
ble (ce  qui  est  tout-à-fait  conforme  à  leur  ori- 
gine vraisemblable),  et  que  les  roches  de  ce  der- 
nier sont  plus  variées  que  celles  de  l'argile  ,  où 
domine  surtout  le  quartzite  et  le  silex.  Au  moins 

JV°  //.    1S4G.  30 


470 

l'exploitation  des  roches  solides  et  du  gravier  pré- 
senla-t-elle  bien  plus  de  facilité  dans  le  sable  que 
dans  l'argile.  On  comprend  par  ce  que  nous  ve- 
nons de  dire  pourquoi  l'entretien  des  chaussées 
est  moins  onéreux  dans  les  gouvernements  à  sol 
plat  que  dans  les  gouvernements  accidentés  par 
de   nombreuses  collines. 

4.  Jetons  un  coup-d'oeil,  sur  les  matériaux  amon- 
celés le  long  des  routes  pour  ferrer  celles- ci  ; 
nous  y  reconnaîtrons  plusieurs  variétés  de  gra- 
nité, de  diorite,  et  autres  roches  primitives.  De-là 
la  couleur  bigarrée,  rougeâtre  des  chaussées.  Sur 
la  chaussée  de  Toula,  au  contraire,  pour  le  fer- 
rement de  laquelle  on  emploie  les  rognons  siliceux 
recouverts  d'une  croûte  calcaire,  de  la  formation 
carbonifère,  du  district  de  Podolsk  et  de  Serpou- 
khof,    la  couleur  dominante    est  le  blanc-grisâtre. 

5.  Dans  les  districts  de  Bronnitzi  ,  et  de  Kolo- 
mensk,  où  l'on  ne  trouve  en  quantité  suffisante 
ni  roches  solides  dans  le  sable,  ni  rognons  siliceux 
dans  le  calcaire  de  montagne  à  cause  de  la  pro- 
fondeur du  gisement  de  celui-ci,  il  serait  excessive- 
ment onéreux  d'établir  des  chaussées  macadami- 
sés. Dans  ces  districts  on  ne  peut  guère  se  servir 
que  du  calcaire  carbonifère,  même  pour  ferrer  les 
routes  défoncées  par  le  passage  continuel  des  trou- 
peaux que  la  Petite-Russie  envoie  aux  Gouverne- 
ments septentrionaux.  Des  villes,  comme  Zaraisk  et 
une  partie  de  Kolomna,  ne  connaissent  pas  d'au- 
tres matériaux  pour  les  chaussées. 


471 

6.  L'entretien  des  chaussées  dans  îes  districts 
montagneux,  comme  ceux  de  Bronuitzi,  Kolomna, 
Podolsk,  Serpoukhof,  et  autres  ,  est  eucore  plus 
dispendieux  à  cause  de  la  rareté   du  sable. 

7.  Une  autre  cause  de  dégradation  pour  les 
chaussées,  percées  dans  l'argile  des  districts  mon- 
tagneux ,  c'est  le  séjour  des  eaux  pluviales  dans 
les  endroits  défoncés  par  les  pieds  des  bestiaux 
qu'envoie  la  Russie  Méridionale  à  la  Russie  du 
Nord. 

8.  Enfin  une  dernière  cause  de  dégradation  dans 
les  districts  montagneux,  c'est  l'abondance  des 
eaux  printannières,  leur  accumulation  dans  les  ra- 
vins qui  les  sillonnent,  et  la  rapidité  qu'elles  ac- 
quièrent en  raison  de  l'inégalité  des   lieux. 

9.  Cette  répartition  des  deux  roches  du  di- 
luvium  exerce  aussi  une  influence  notable  sur 
l'a«riculture. 

Sur  les  plateaux  mêmes  qui  consistent  en  Argi- 
le pure  et  simple ,  la  végétation  reste  toujours 
très-maigre.  Sur  les  pentes  où  le  sol  devient  plus 
perméable,  et  où  le  vent  a  moins  de  prise,  elle  ac- 
quiert de  la  force.  Elle  se  développe  le  plus  dans 
les  plaines  où  le  Sable  s'unit  à  l'Argile,  et  dispa- 
rait complètement  sur  les  rives  plates  des  cours 
d'eau,  où  le  sable  est  trop  mobile  pour  que  les 
plantes  puissent  s'y  fixer.  Il  n'y  a  guère  qu'une 
espèce  de  salix  (  Salix  angustifolia  )  qui,  grâces  à 
ses  racines  longues  et  traçantes,  puisse  s'y  déve- 
lopper encore.  C'est  sur  la  culture   de  cette  plan- 

30* 


472 

te  que  le  Professeur  Blasius  a  attiré  raltentionr 
eu  l'indiquant  comme  propre  à  immobiliser  les 
sables. 

10.  Les  sols  cultivables  du  gouvernement  de 
Moscou  sont  donc  le  Sable,  l'Argile,  et  les  mélan- 
ges en  proportions  diverses  qui  en  résultent.  Le 
calcaire  marneux  (  Marne ,  calcaire  lacustre  )  et 
la  tourbe  ne  sont  pas  considérés  comme  sols  cul- 
tivables, le  premier  à  cause  de  sa  rareté  ,  le  se- 
cond ,  à  cause  des  dépenses  que  nécessiterait  la 
culture.  —  Il  serait  du  plus  haut  intérêt  de  dres- 
ser une  carte  de  la  répartition  de  ces  roches  di- 
luviales  sur  la  surface  du  gouvernement  de  Mos- 
cou et  de  ses  alentours  pour  guider  l'agricul- 
teur. Une  carte  semblable  est  déjà  dressée  pour  la 
province  de  Brandebourg,  en  Prusse. 

11.  Dans  les  districts  plats  les  rivières  sortent 
de  leur  lit,  lors  de  la  fonte  des  neiges,  inondent 
sans  violence  les  plaines,  et  y  laissent  en  se  reti- 
rant un  limon  fertilisant.  Les  creux,  les  parties  les 
plus  basses  gardent  pour  un  temps  assez  long 
l'aspect  de  petits  lacs.  Ce  sont  ces  plaines  périodi- 
quement inondées  qui  fournissent  le  meilleur  foin. 
Les  plantes  y  sont  plus  vertes  et  plus  serrées, 
lors  même  que  le  sol   est  aride  par  lui-même. 

12.  Les  districts  et  les  localités  montagneuses 
présentent  plus  de  facilité  pour  l'établissement 
d'un  étang  ou  d'un  puits  que  les  plaines,  en  tant 
que  celles-ci  ne  sont  point  marécageuses  ,  l'argile 
retenant  mieux  l'eau  que  le  sable. 


473 

13.  Enfin,  la  répartition  des  deux  roches  dilu- 
viales  peut  servir  à  l'évaluation  approximative 
des  hauteurs  locales  du  sol  :  ce  qui  peut  être  de 
quelqu'intérêt  pour  un  géologue  voyageur  qui 
n'a  pas  d'instruments  et  qui  va  trop  lentement 
pour  qu'il  puisse  évaluer  à  l'oeil  les  hauteurs  res- 
pectives des  lieux  qu'il  parcourt.  Si  ,  quittant  un 
Sable  meuble  ,  il  rencontre  un  sable  auquel  s'est 
mêlée  de  l'Argile,  il  peut  être  sûr  que  sa  marche 
a  été  ascendante  ,  et  plus  la  proportion  d'argile 
augmentera,  plus  aussi  la  hauteur  de  la  localité 
sera-t-elle  relativement  élevée  ;  et  vice  versa. 

III 

Les  vallées. 

Le  sol  de  notre  gouvernement  est  diversement 
découpé  par  de  nombreuses  vallées  qui,  d'après 
ce  que  nous  avons  exposé  plus  haut,  ne  doivent  pas 
leur  origine  à  des  soulèvements  ou  à  des  déchirures 
de  couches,  produites  par  des  soulèvements,  mais 
bien  aux  deux  mêmes  causes  que  les  collines  et 
les  plateaux  élevés  susmentionnés.  Car  en  les  étu- 
diant de  près,  on  est  frappé  de  plusieurs  caractè- 
res qui  leur  sont  communs  : 

1.  Leur  direction  est  généralement  assez  sinu- 
euse, et  l'intervalle  entre  les  deux  parois  ne  varie 
pas  beaucoup.  Les  deux  rives  présentant  la  mê- 
me suite  de  roches  sont  peu  escarpées  et  accusent 
l'action  érosive  des  eaux  :  caractère  qui  se  répète 
dans  leur  lit  actuel. 


474 

2.  La  direction  générale  des  vallées  et  des 
cours  d'eau  actuels  est  la  même.  Les  unes  et  les 
autres  vont  du  nord- ouest  au  sud-est. 

3.  Ces  vallées  convergent  ordinairement  vers  la 
source  des  rivières  ou  débouchent  dans  le  lit  des 
cours  d'eau  ,  la  plupart  du  temps  ,  du  côté  du 
nord,  ce  qui,  pour  la  Moskva  ,  revient  à  la  rive 
gauche. 

4.  Au  fond  de  ces  vallées  coulent  quelquefois 
encore  des  ruisseaux,  qui  se  dessèchent  l'été. 

5.  Au  fond  et  sur  les  pentes  de  ces  vallées  on 
trouve  souvent  des  fossiles  qui  habitent  encore 
maintenant  nos  eaux  lluviatiles.  Yoyez  plus  bas. 

Il  ressort  clairement  de  ce  que  nous  venons  de 
dire  que  nos  vallées  appartiennent  au  groupe  des 
vallées  d'érosion,  qui  sont  formées  par  le  courant 
des  rivières,  tant  actuelles  que  disparues,  par  les 
pluies  et  la  fonte  des  neiges. 

6.  Enfin  la  direction  générale  des  vallées  est  tou- 
jours perpendiculaire  ou  oblique  aux  fentes  prin- 
cipales de  nos  roches  dures,  le  grès  de  Tatarovo 
et  le  calcaire  carbonifère.  11  va  sans  dire  que  les 
rivières  sont  dans  le  même  cas   le  plus    souvent. 

Nous  nous  contentons  d'exposer  le  peu  de  ren- 
seignements que  nous  avons  pu  recueillir  nous- 
mêmes  sur  place,  personne  n'ayant,  à  notre  con- 
naissance, étudié  les  vallées  de  notre  gouverne- 
ment. 


475 
IV 

Variations  de   la  forme  du  sol. 

Les  variations  de  ia  surface  de  notre  gouver- 
nement sont  dues  à  différentes  causes.  Nous  avons 
parlé  dans  notre  Discours  de  celles  qui  provien- 
nent des  progrès  incessants  de  la  culture  et  de  la 
population  ;  nous  y  avons  signalé  la  disparition 
graduelle  des  bois  et  des  marais ,  la  diminution 
continuelle  des  eaux  et  le  nivellement  progressif 
du  sol,  nous  renvoyons  donc  nos  lecteurs  à  ce 
discours,  et  à  un  travail  étendu  que  nous  comp- 
tons publier  sur  les  variations  historiques  du 
climat  de  notre  gouvernement.  Nous  allons  arrêter 
l'attention  de  nos  lecteurs  sur  les  variations  du 
sol  produites  par  des  causes  géologiques  propre- 
ment  dites. 

Le  fait  naturel  le  plus  saillant  est  certainement 
le   recouvrement     général  de  notre  gouvernement 
par  le  diluvium.    Les  eaux    printannières ,    entraî- 
nent dans  leur  cours  ces  roches  meubles  et  désagré- 
gées, font  disparaître  peu-à-peu  différents  accidents 
du  sol,  emportent  des  monticules,  comblent  les  val- 
lées, et  tendent  par  conséquent  à  niveler  peu-à-peu 
le  terrain.  Ce  phénomène  devient  d'autant  plus  sen- 
sible que  les  eaux  pluviales  sont  tombées  plus  abon- 
damment, et  que  les  neiges  se  sont    fondues    plus 
rapidement.  Cette  action,  quoique  lente,  mais  repé- 
tée annuellement,  produit  des  effets  considérables. 


476 

Ainsi  tin  des  affluents  de  FOlca,  !a  Panphirofka» 
à  deux  Ou  trois  verstes  de  Rézan,  avait  encore,  ij 
y  a  une  vingtaine  d'années,  à  en  croire  les  liabi- 
tans,  une  profondeur  de  trois  ou  quatre  archines, 
et  des  bords  escarpées  et  couverts  de  bois.  Main-: 
tenant  c'est  à  peine  si  Ton  y  trouve  une  demi- 
archine  d'eau  ;  les  bords  sont  presque  plats  et 
privés  de  toute  végétation  ;  le  lit  est  tout-à-fait 
encombré  de  sables  :  aussi  n'est-ce  qu'avec  les  plus 
grands  efforts  que  nous  avons  pu  retrouver  la 
couche  jurassique  qui  affleurait  auparavant,  et  qui 
a  fourni  à  M.  Vosinski  les  beaux  fossiles  dont  nous 
parlerons  plus  bas. 

Le  lit  des  rivières  actuelles  nous  présente  cer- 
tainement les  exemples  les  plus  notables  des  vari- 
ations de  ce    genre. 

1 .  Un  phénomène  ,  presque  constant  dans  la 
Russie  centrale ,  est  la  grande  différence  des 
deux  rives  de  nos  rivières.  La  rive  droite  très-ac- 
cidentée ,  est  montagneuse,  et  couverte  de  bois; 
la  rive  gauche,  au  contraire,  est  basse  et  unie  ;  la 
première  offre  les  plus  importantes  carrières  de 
calcaire  ,  et  les  plus  fortes  accumulations  de 
pierres  roulées,  ainsi  que  les  briqueries  ;  la  secon- 
de, les  meilleures  terres  arables,  et  les  plus  belles 
prairies.  C'est  un  fait  qui  a  été  observé  pour 
quelques  rivières  de  la  Sibérie  du  nord  par  M.  de 
Wrangel,  et  dans  la  Sibérie  méridionale  par  M. 
Tschihatcheff.  Il  a  été  reproduit  ,  du  reste,  sur 
toutes    les  cartes  géographiques  de  la  Russie  cen- 


477 

traie,  et  n'a  pas  échappé  à  la  sagacité  de  M.  de 
Budget  de  M.  Blasius.  La  Russie  centrale  ,  an 
centre  de  laquelle  se  trouve  Moscou  ,  forme  un 
vaste  bassin  dont  la  pente  générale  va  du  nord- 
ouest  au  sud-est,  vers  la  mer  Caspienne,  qui  au 
SE  de  la  Russie  occupe  le  point  le  plus  pro- 
fond du  continent  (  ce  qui  prouve  que  c'est  là 
un  point  excessivement  déprimé,  c'est  que  la  mer 
Caspienne  conserve  encore  ses  eaux  ,  malgré  la 
disparition  de  la  communication  qui  existait 
entre  la  mer  Caspienne  et  la  mer  Noire  )•  Cette 
direction  de  la  pente  de  notre  bassin  coincide  avec 
celle  qu'on  attribue  au  grand  courant  diluvien  du 
nord.  11  était  donc  naturel  que  les  eaux  couran- 
tes se  portassent  vers  la  même  direction,  et  qu'en 
rencontrant  un  obstacle  sous  forme  de  colline  ou 
de  plateau  élevé ,  elles  contournassent  l'obstacle, 
lorsque  la  diminution  de  leur  force  d'impulsion  les 
empêchait  de  la  vaincre  ,  et  qu'elles  déviassent  de 
plus  en  pins  vers  la  mer  Caspienne  ,  en  suivant 
une  ligne  diagonale.  Celte  hypothèse  acquiert  en- 
core plus  de  vraisemblance,  si  l'on  prend  en  con- 
sidération la  faiblesse  de  la  pente  générale  de 
notre  bassin  ,  qui  ne  permet  point  aux  eaux  de 
forcer  les  obstacles  solides  qu'elles  rencontrent, 
tels  que  le  calcaire  de  montagne,  quoiqu'en  géné- 
ral elles  coulent  plus  souvent  dans  des  roches  meu- 
bles. (La  faible  penle  et  la  mobilité  du  terrain  en 
général  explique  la  sinuosité  de  nos  cours  d'eau.  ) 
La  rive  méridionale  ,     (  ce  qui  revient    à    la    rive 


.478 

droite  dans  notre  bassin  )  doit  donc  être  la  rive 
la  plus  haute.  Si  les  eaux  coulaient  du  Sud-Ouest 
au  Nord-Est,  il  est  probable  que  ce  serait  la  rive 
gauche  des  rivières  qui  serait  la  plus  élevée.  C'est 
ce  qui  arrive  pour  nos  rivières,  lorsque  ,  sur  une 
certaine  étendue  de  leur  cours ,  elles  changent 
ainsi  de  direction.  Ainsi  à  Protopopova,  près  de 
Kolorana ,  où  FOka  a  pris  la  direction  du  Sud- 
Ouest  au  N.  E.  c'est  la  rive  gauche  qui  présente 
l'élévation  la  plus  grande  (17  sajènes  audessus 
du  niveau  de  la  rivière  ),  et  où  s'exploite  le  marbre 
qui  orne  la  Cathédrale  consacrée  au  Sauveur  ;  mais, 
à  deux  verstes  en  avant  de  Protopopova,  près  du 
monastère  de  Serge  Goloukhvinski,  l'Oka,  après 
avoir  réuni  à  ces  eaux  celles  de  la  Moskva  ,  re- 
prend la  direction  générale  du  bassin,  et  dès  lors 
la  rive  droite,  où  se  remarque  la  villa  de  M.  Gou- 
berli,  redevient  la  plus  haute.  Nous  n'attachons  à 
cette  explication  qu'une  importance  relative. 

2.  Les  coudes  brusques  de  nos  rivières  sont  pro- 
duits le  plus  souvent  par  les  obstacles  qu'elles 
rencontrent  sur  la  rive  droite. 

3.  La  profondeur  la  plus  considérable  se  trou- 
ve toujours  du  côté  de  la  rive  droite  (ce  que, 
chacun  pourrait  énoncer  en  se  rappelant  le  dic- 
ton :  la  profondeur  est  toujours  près  de  l'escarpe- 
ment ). 

4.  Comme,  d'après  ce  que  nous  avons  dit  de  la 
pente  de  notre  bassin  ,  c'est  sur  la  rive  droite 
que  se  fait    sentir     l'impulsion    des    eaux  de    nos 


479 

fleuves  ,  c'est  aussi  sur  cette  rive  que  s'exerce  le 
plus  violemment  leur  action  érosive.  Les  dégra- 
dations que  cette  rive  éprouve  continuellement 
augmentent  surtout  à  l'époque  de  la  crue  pério- 
dique des  eaux ,  lors  de  la  fonte  des  neiges.  A 
l'action  des  eaux  vient  s'ajouter  alors  celle  des 
glaces  qu'elles  charrient  ;  et  l'impulsion  que  les 
glaces  acquièrent  sous  l'influene  du  vent.  Aussi 
les  propriétaires  de  la  rive  droite  des  fleuves  per- 
dent-ils annuellement  une  certaine  surface  de  ter- 
rain, et  des  villages  autrefois  éloignés  des  cours 
d'eau,  se  voient-ils  menacés  de  plus  en  plus  par  le 
rapprochement  des  rivières.  Des  dégradations  de 
ce  genre  ont  un  caractère  menaçant  sur  la  rive 
droite  de  la  Moskva,  près  de  la  montagne  des  Moi- 
neaux. 

5.  Mais,  en  revanche  ,  les  eaux  ,  obéissant  aux 
vents  du  printemps,  exercent  sur  la  rive  gauche 
une  action  non  moins  violente.  Après  s'être  lan- 
cées de  toute  leur  force  d'impulsion  sur  la  rive 
droite,  elles  sont  re poussées  sous  un  angle  égal, 
et  se  fraient  très  souvent  un  nouveau  lit  à  tra- 
vers le  terrain  applati  et  meuble  de  la  rive  gau- 
che. Les  habitans  des  campagnes  connaissent  très 
bien  ces  variations  subites  dans  le  cours  des  ri- 
vières et  leur  ont  donné  un  nom.  particulier  :  île- 
pepea,  ce  qui  peut  se  traduire  par  le  mot  de  per- 
cée. Il  y  a  quelques  années  encore,  la  Moskva  cou- 
lait au  pied  même  du  mur  d'enceinte  du  Mona- 
stère de  S1  Nicolas  (  MoHacTwpb  Hmko^ili   CTaparo  )  ; 


480 

depuis ,  elle  s'est  dirigée  vers  le  village  de  Kolo- 
mensk ,  en  laissant  le  monastère  à  un  quart  de 
verste  de  sa  rive  droite.  Maintenant  les  habi- 
tans  appellent  ce  monastère  IlepepBHHCKOH  MOHa- 
cTBipL.  Cette  dénomination  rappelle  le  brusque 
abandon  du  monastère  par  la  rivière ,  et  ne  peut 
guère  être  traduite  que  par  «  le  Monastère  aban- 
donné. >>  Nous  avons  eu  occasion  de  constater  un 
fait  analogue,  mais  plus  prononcé  encore,  à  douze 
verstes  environ  de  Rézan,  sur  l'Oka.  La  rivière  cou- 
lait, il  y  une  quinzaine  d'années,  entre  le  Monastère 
de  Saint-Oleg,  dont  il  baignait  le  mur  d'enceinte, 
et  une  petite  forêt  de  sapins  garnissant  sa  rive 
gauche.  Un  beau  jour  ,  la  rivière  fit  une  percée 
derrière  la  forêt  ,  et  transforma  celle-ci  en  un 
ilôt.  Cette  percée,  peu  considérable  d'abord  ,  s'a- 
grandit peu-à-peu,  et  fit  diminuer  le  volume  des 
eaux  dans  le  lit  primitif;  il  est  probable  même 
que  dans  un  laps  de  temps  assez  court  le  lit  an- 
cien se  desséchera  complètement  et  la  forêt  se  trou- 
vera  rejetée  sur  la  rive  droite  du  fleuve. 

6.  Plusieurs  cours  d'eau,  du  nom  desquels  les, 
habitans  se  souviennent  à  peine ,  existaient  dans 
la  capitale  ,  et  dans  ses  alentours ,  il  n'y  a  pas 
très- longtemps.  Ainsi,  dans  la  capitale  même, 
nous  pourrions  citer  les  noms  d'une  dizaine  de 
rivières,  les  unes,  tout-à-fait  comblées  ,  les  autres, 
coulant  dans  les  égoûts  de  la  ville. 

7.  Des  rivières,  qui  débitaient  plus  d'eau  que 
n'en  débite  maintenant  la  Moskva  elle-même,  sont 


481 

presqu'entièrement  desséchées.  Voyez  ,  par  exem- 
ple, la  Skhodnia,  qui  ,  après  avoir  longé  la  route 
Je  Pétersbourg  ,  vient  se  jeter  dans  la  Moskva, 
près  de  Touchino.  On  n'a  qu'à  examiner  la  lar- 
geur de  son  lit,  l'escarpement  de  ses  rives,  et  les 
traces  de  l'action  érosive  des  eaux  qui  y  ont 
coulé  .  pour  être  convaincu  que  le  volume  des 
eaux  qu'elle  roulait  a  surpassé  le  volume  actuel 
des  eaux  de  la  Moskva. 

9.  Ce  qui  prouve  que  nos  cours  d'eau  étaient 
jadis  plus  abondans  et  plus  larges,  c'est  la  dispa- 
rition des  îles  dont  leur  lit  était  semé.  Des  docu- 
ments historiques  constatent  l'existence  d'îles  dans 
la  capitale  même,  de  plusieurs  qu'on  ne  retrou- 
ve plus  maintenant.  Ainsi  ,  un  plan  de  Moscou  , 
qui  date  de  1811,  indique  dans  le  lit  de  la  Ya- 
ousa  ,  entre  l'embouchure  de  deux  petits  ruis- 
seaux, un  îlot  de  120  mètres  de  longueur  sur  80 
de  largeur;  à  l'embouchure  même  de  la  Yaousa, 
celle-ci  présentait  plusieurs  ilôts,  sur  l'un  desquels 
était  bâti  un  édifice  servant  de  bain  à  la  Maison 
des  Orphelins.  Une  autre  île  plus  considérable 
(350  mètres  de  longueur  )  est  signalée  sur  le  mê- 
me plan,  dans  le  lit  de  la  Moskva,  en  face  du  Krem- 
lin, vers  la  première  embouchure  du  canal  d'éva- 
cuation de  la  rivière. 

10.  Un  fait  notable  encore,  c'est  le  changement 
de  composition  chimique  des  eaux  de  notre  gou- 
vernement. A  une    époque   géologiquement  récen- 


482 

te,  ces  eaux  contenaient  en  dissolution  tant  de 
chaux  ou  perdaient  si  vite  l'acide  carbonique -qu'el- 
les déposaient  la  première  dans  leur  lit.  C'est 
là,  du  moins,  la  seule  manière  d'expliquer  la  for- 
mation des  couclies  de  tuf  calcaire  que  nous  trou- 
vons dans  le  lit ,  et  sur  les  bords  de  nos  riviè- 
res (la  Mojjenka  ,  la  Jernovka,  la  Moskva,  etc.. 
(  Voyez  plus  bas  ). 

11.  La  présence  de  ce  tuf  calcaire  peut,  à  ce 
qu'il  nous  semble,  indiquer  les  lieux  autrefois  oc- 
cupés par  nos  eaux  courantes  ;  il  est  certain,  du 
moins,  que  la  présence  de  ces  couches  n'a  été  si- 
gnalée que  dans  le  lit  et  sur  les  bords  des  riviè- 
res, où  dans  les  vallées  d'érosion  qui  y  débou- 
chent. Ainsi,  d'après  ces  probabilités,  nous  croyons 
pouvoir  dire  que  la  Moskva  a  occupé  autrefois, 
soit  simultanément,  soit  à  des  époques  différentes, 
tout  l'espace  compris  entre  les  prairies  appelées 
Loujniki,  et  le  pied  du  gradin  le  plus  élevé  de  la 
montagne  même  des  Moineaux,  La  rivière  a  donc 
coulé  plus  lia  ut  que  la  place  même  qu'on  avait 
choisie  d'abord,  pour  asseoir  les  fondations  du  Tem- 
ple consacré  au  Sauveur:  ce  qui  explique  pour- 
quoi les  architectes  .n'ont  pas  trouvé  le  sol  suf- 
fisamment solide  pour  l'ouvrage  projeté.  Ajoutez 
à  cela  ce  que  nous  avons  dit  plus  haut  sur  les  dé- 
gradations exercées  par  les  eaux  sur  la  rive  droi- 
te de  nos  fleuves,  et  l'on  concevra  parfaitement  les 
raisons  qui  ont  fait  abandonner  le  projet  primiti- 
vement   adopté   d'asseoir  près  de  la  montagne  des 


483 

Moineaux  cet  édifice,  dont   les  dimensions  devaient 
répondre  à  la  grandeur    de  sa  destination. 

12.  On  peut  donc  établir  ,  comme  règle  géné- 
rale, que  les  plateaux  élevés  de  la  rive  droite  ne 
présentent  pas  assez  de  sécurité  pour  l'établisse- 
ment d'édifices  importants  ,  à  moins  que  le  pied 
baigné  de  ces  plateaux  ne  consiste  en  une  roclie 
solide,   telle  que  le  calcaire  de  montagne. 

13.  Les  animaux  habitant  les  cours  d'eau  de 
notre  gouvernement  ont  subi  autant  de  varia- 
tions que  les  eaux  elles-mêmes.  Il  est  certain,  du 
moins,  que  la  plupart  de  ceux  qui  les  habitaient 
autrefois  ne  les  habitent  plus  maintenant.  Ainsi 
aucun  des  univalves  que  nous  avons  trouvés  dans 
le  calcaire  qu'a  déposé  la  rivière,  pas  plus  que 
l'unique  bivalve  (  Cyclas  cornea  ) ,  n'habite  plus 
les  eaux  fluviatiles  de  notre  gouvernement ,  ou, 
du  moins,  ne  s'y  trouve  que  très  rarement.  Ces 
mollusques  sont,  au  contraire,  très-abondants  dans 
les  eaux  stagnantes,  qui  manquent  à  leur  tour  des 
Unio  et  souvent  des  Anodonte,  seules  coquilles  des 
eaux  courantes  actuelles.  La  présence  des  univalves 
est  donc  un  caractère  très-tranché  des  eaux  sta«- 
nantes,  et  celle  des  Bivalves ,  un  caractère  appar- 
tenant presque  exclusivement  aux  eaux  courantes. 

14.  Les  eaux  fluviatiles  d'autrefois  étaient  plus 
chaudes  que  celles  d'à-présent. 

En  comparant  les  eaux  stagnantes  aux  eaux  couran- 
tes, nous  remarquons  que  la  température  des  pre- 
mières doit  être  plus  élevée  que  celle  des  secondes. 


484 

En  effet,  comme  les  eaux  stagnantes  sont  immobi- 
les ,  et  sont,  en  raison  même  de  leur  immobilité, 
moins  exposées  à  Faction  évaporante  de  l'air  contre 
Tinfluenee  duquel  elles  sont  protégées  du  reste  , 
par  leur  position  même,  en  général  ,  elles  conser- 
vent une  température  plus  chaude.  Le  développe- 
ment de  la  vie  végétale  \  dans  les  eaux  tranquil- 
les, et  par  suite,  celui  de  la  vie  animale  ,  la  res- 
piration des  êtres  vivants  qu'elles  nourrissent,  et 
la  putréfaction  de  ceux  qui  périssent,  contribuent 
à  en  empêcher  le  refroidissement.  Outre  cela,  ces 
eaux  sont  toujours  plus  troubles  et  plus  lentes 
que  les  autres,  et  par  conséquent,  tout  en  absorbant 
plus  de  chaleur  solaire,  elles  en  perdent  moins  par 
le  rayonnement.  Donc  les  animaux  qui  habitent 
les  eaux  stagnantes  ont  besoin  d'une  température 
plus  élevée  que  les  animaux  de  nos  eaux  couran- 
tes. Leur  présence  dans  les  eaux  fluviatiles  d'au- 
trefois accuse  dans  celles-ci  une  température  sem- 
blable à  celle  de  nos  eaux  stagnantes,  et  par  con- 
séquent plus  élevée  que  celle  de  nos  rivières.  Cet- 
te conclusion  nous  semble  justifier  par  ce  fait  que 
le  gouvernement  de  Moscou  était  autrefois  couvert 
de  bois  qui  a  presque  disparu  maintenant  ,  et 
qui  protégeait  les  eaux  contre  l'action  évapo- 
rante, et,  par  conséquent,  refroidissante  des  vents. 
Enfin  un  dernier  argument  en  faveur  de  la 
plus  haute  température  des  eaux  à  une  époque 
plus  reculée,  c'est  que  les  eaux  étaient  alors  plus 
abondantes,  et  par  conséquent  plus  profondes.  Or, 


485 

jusqu'à  une  certaine  limite  les  eaux  profondes 
sont  plus  chaudes  que  les  eaux  très  basses  :  ce  qui 
ressort  des  lois  de  la  repartition  de  la  chaleur 
dans  les  eaux  et  les  continents  des  zones  tempé- 
rées. Les  Français  viennent  de  faire  une  application 
très-belle  de  ces  mêmes  lois  dans  la  navigation. 
Comme,  sur  les  bancs  de  sable,  la  mer,  à  une  cer- 
taine -profondeur,  est  plus  froide  qu'à  la  profon- 
deur correspondante  dans  les  endroits  libres  ,  ils 
ont  imaginé  d'adapter  au  vaisseau  un  thermomè- 
tre, où  l'on  pût  voir  les  abaissements  de  tempéra- 
ture, et  par  là,  le  voisinage  des  bancs. 

(La  suite  au  prochain    N°.  ) 


C.    ROUILLIER. 


2V-  //.  1846.  31 


SOS 

QUELQUES    PASSAGES   DE    L'OUVRAGE 

DE  MM.  MlJRCHlSON,  E.  DE  VeRNEDIL  ET  LE   COMTE    A.  DE 

Keyserling  : 
«  GÉOLOGIE  DE  IA  RUSSIE  D'EUROPE  ET  DES  MONTAGNES  DE  L'OURAL  » 

PAR 
J.    AuERBACH    ET  H.    FfiEARS. 


Cet  ouvrage  important,  qui  a  projeté  de  si  vi- 
ves lumières  sur  plusieurs  parties  naguèrës  enco- 
re obscures  de  la  Géologie  de  la  Russie  ,  devant 
servir  désormais  de  base  à  toute  recherche  ultérieu- 
re sur  cet  objet,  il  nous  a  paru  nécessaire  de  relever 
les  quelques  erreurs  qui  s'y  sont  glissées,  d'autant 
plus  que  nous  y  avons  peut-être  involontairement 
contribué  nous-même,  soit  par  des  notices  qui  n'é- 
taient pas  suffisamment  détaillées,  soit  par  des  des- 
sins qui  pouvaient  induire  en  erreur,  parce  qu'ils 
avaient  été  faits  sur   des  échantillons  incomplets. 

La  première  objection  que  nous  nous  permet- 
tons de  faire    concerne    le  résumé  par  lequel    Mr. 


487 

d'Orbigny  termine  son  article  sur  les  fossiles  dit 
système  jurassique  en  Russie  (II,  487);  il  les 
classe  en  trois  groupes  différents,  correspondant  à 
autant  de  subdivisions  de  son  étage  oxford ien  ou 
bien  au  Kellowayrock,  Oxfordclay  ,  Coral-rag  et 
coralline  oolite  des  Géologues  anglais,  mais  des 
recherches  soigneuses,  suivies  pendant  plusieurs 
années  et  en  beacoup  de  localités  du  Gouverne- 
ment de  Moscou  ,  nous  mettent  à  même  de  pré- 
tendre qu\me  telle  parallélisation  de  nos  terrains 
jurassiques  avec  les  mêmes  formations  à  l'étran- 
ger ne  peut  pas  être  rigoureusement  poursuivie, 
mais  qu'au  contraire  beaucoup  de  fossiles,  que 
Mr.  d'Orbigny  cite  comme  appartenant  à  des  éta- 
ges différents,  se  trouvent  chez  nous  réunis  en 
grand  nombre  dans  une  même  couche,  tandis  que 
d'autres,  rapprochés  par  Mr.  d'Orbigny,  ne  se  ren- 
contrent réellement  chez  nous  que  dans  des  cou- 
ches parfaitement  distinctes  l'une  de  l'autre.  Ain- 
si par  ex.  le  Belemn.  absolutils  Fisch.,  la  Lyonsia 
Aldouini  d'Orb.,  la  Perna  quadrata  Sow.  de  l'éta- 
ge oxfordien  inférieur,  PAstarte  Duboisina  d'Orb., 
la  Trigonia  clavellata  Park.  de  l'étage  oxfordien 
moyen  et  enfin  P  Ammonites  biplex  Sow.  et  la 
Lima  rudis  id.  de  l'étage  oxfordien  supérieur  se 
retrouvent  dans  une  même  couche  (  notre  N"  3, 
v.  plus  bas)  soit  à  Khorochowo,  soit  à  Mnevniki 
etc.;  la  Trigonia  clavellata  Park.,  le  Pecten  num- 
mularis  PhiL,  la  Lima  consobrina  d'Orb.  se  trou- 
vent    communément     ensemble     avec  la  Trigonia 

31* 


488 

costata     Park.    (T.  elongata,  Sow?     du  grès   vert? 
d'après   d'Orbigny  )    V  Ammonites  Kônigii    Sow.  le 
Pecten    demissus  Bean.,  la   Terebratula  oxyoptycha 
Fisch.,   Ter.  omithocephala  Sow.    (  Ter.  Royeriana 
d'Orb.  )  dans  la  couche  de  K.horochowo,  que  nous 
désignons     par  le  N°  4.    D'un    autre    côte',     jamais 
nous   n'avons   pu  observer    ensemble    V Ammonites 
cordatus   Sow.  ou  la  Grypeaha  dilatata    id.    avec 
la  Trigoiiia     clavellata     Park.  ou  le  Pecten   num- 
mularis     Philip  ni  des  Ammonites    carinés    telles 
que  A.  Brightii     Pratt.,    A.    Lamberti    Sow.    (  A. 
Leachi   d'Orb.  )    A.  Iason  Zieten,  avec    V Ammoni- 
tes Kônigii     Sow. y  la    Trigonia     costata  Park.,    les 
Pecten  et  les  Térébratules  déjà  citées  etc.  —  U Am- 
monites Kônigii  Sow.  cité  par  Mr.  d'Orbigny  pour 
les  couches     inférieures  ,    n'a  été  réellement  ren- 
contré chez    nous  que  dans  les  couches  supérieu- 
res (nos  N°  4  et  5),    tandis  qu'au  contraire  V Am- 
monites    biplex  Sow.  et  la  Lima     rudis    id.,   pla- 
cés par  Mr.  d'Orbigny     dans    son  étage    oxfordien 
supérieur,  se  trouvent  chez  nous   constamment  au 
dessous  de  VAmm.  Kônigii  dans  notre  couche  Ef. 
3.  —  Enfin  la  présence,  dans  les  environs  de  Mos- 
cou, des  fossiles  de  tous   les  étages  oxfordiens,  ci- 
lés  par  Mr.  d'Orbigny,  paraît    nous    prouver    que 
nos  terrains    jurassiques     ne  peuvent   pas  être  li- 
mités    seulement  à   l'étage     oxfordien     inférieur, 
comme     semble     vouloir  le    faire    Mr.    d'Orbigny 
dans  la  conclusion  de  son     résumé. 

Si,  en  général,  une    distinction    de    nos  terrains 


489 

jurassiques  en   plusieurs   couches  dfe  différents  âges 

est  admissible  ,  nous  croyons  pouvoir  y  distin- 
guer, pour  le  Gouvernement  de  Moscou,  les  cinq 
étages  suivants  ,  caractérisés  d'une  manière  assez 
tranchée  : 

1.  Marne  grise  jaunâtre,  endurcie  ,  avec  mine- 
rai de  fer  pisiforme,  reposant,  partout  où  la  su- 
perposition a  pu  être  observée,  immédiatement 
sur  le  calcaire  carbonifère  et  même  se  mélangeant 
avec  lui  dans  ses  couches  les  plus  basses  ,  de  ma- 
nière à  ne  pas  laisser  apercevoir  une  limite  bien 
tranchée,  d'où  il  résulterait  que  cette  couche  ju- 
rassique s'est  déposée  sur  l'endroit  même  et  n'a 
subi  aucun  bouleversement  postérieur.  Parmi  le 
petit  nombre  de  fossiles  que  nous  y  avons  ob- 
servé jusqu'à  présent  ,  on  peut  citer  des  frag- 
ments de  Bélemnites  et  d'Ammonites  ,  une  petite 
Avicule  à  stries  rayonnantes  très  lines,  un  Pecten 
à  côtes   crénelées,  la  Terebratula   varians  (?  )  Schl. 

2.  Marne  feuilletée,  grisâtre,  à  grains  très  lins, 
mélangée  de  beaucoup  de  mica  ,  grasse  au  tou- 
cher, en  général  pauvre  en  fossiles  ;  elle  est  carac- 
térisée par  les  Ammonites  carinés  ,  tels  que  A. 
cordalus  Sow.,  A.  Jason  Ziet.,  A.  alternans  v. 
Buch  (A.  subcordatus,  d'Orb.  ),  A.  Lamberti  Sow., 
par  le  Bélemnites  hastatus  ,  l'Astarte  Buchiana 
d'Orb.,  la  Cucullaea  continua  v.  Buch,  la  Gryphœa 
dilalata  Sow.  etc. 

3.  Marne  grossière,  noirâtre,  contenant  souvent 
des  rocnons  de    la   même    roche    endurcie    et    des 


400 

concrétions  de  pyrite  de  fer  ;  c'est  cette  couche 
qui  est  la  plus  répandue  dans  notre  Gouverne- 
ment et  qui  a  fourni  le  plus  grand  nombre  de 
fossiles  différents,  parmi  lesquels  nous  citerons 
comme  appartenant  exclusivement  à  cet  étage  : 
Ammonites  virgatus  v.  Bach,  A.  biplex  Sow.,  A. 
Pallaslanus  d'Orb.,  Lima  proboscidea  Sow.,  Lima 
ruais  Sow.,  Venus  ovoides  v.  Buj/i,  Lucina  lyrata 
v.  Buch  (  L.  Fischeriana  d'Qrb.  ),  Orbicula  maeo- 
tis   EicJnv.  etc. 

4.  Sable  quarzeux,  concretionné  par  un  ciment 
calcaireux  ,  avec  beaucoup  de  grains  de  glauco- 
me; il  n'a  été  trouvé  dans  un  grand  développe- 
ment qu'à  K.horochowo,  où  il  est  caractérisé  par 
une  quantité  innombrable  de  pétrifications  ,  par- 
faitement conservées,  mais  appartenant  à  un  nombre 
assez  restreint  d'espèces,  comme  Ammonites  catenu- 
latus  Fisch.,  A.  Kônigii  Sow.,  Terebratula  aptycha 
Fisch.  (  Ter.  acuta  Sow.  ),  T.  digona  Sow.  (  T. 
Fischeriana  d'Orb  )  T.  ornithocephala  Sow.  (  T. 
Royeriana  d'Orb.  ),  T.  oxyptycha  Fisch.,  Cardium 
concinnum  v.  Buch  et  autres.  U  Avicula  mosquen- 
sis  v.  Buch  1844  (*)  (A.  Fischeriana  d'Orb.  1845), 
le  Belemnites  absolutus  Fischer,  Bel.  Panderianus 
d'Orb.,  la  Trigonia  costata  Park.,  et  la  Trig.  cla- 
vellala  Park.  (T.  signata  Ag.)  paraissent  se  trouver 
indistinctement  dans  cet  étage  et  dans  le  précédent. 

(*)   v.    Leotihard     u.     Bronn,     Jalnbuch     f.   Minéralogie     etc. 
1844,  Heft  5. 


491 

5.  Grès  quarzeux  passant,  par  tous  les  degrés  de 
dureté  ,  à  l'état  de  sable  ;  nulle  part  encore  on 
n'en  a  observé  le  recouvrement  par  quelque  autre 
couche  du  système  jurassique.  Les  restes  organi- 
ques que  coutient  ce  grès  semblent  indiquer  qu'il 
faut  le  rapporter  à  deux  formations  distinctes  , 
quoique  peut-être  contemporaines,  dont  Tune  est 
évidemment  marine,  tandis  que  l'autre  ne  contient 
que   des  restes   d'une  végétation  insulaire. 

Les  deux  localités  qui  jusqu'à  présent  ont  pres- 
que seules  fourni  des  fossiles  dans  nos  grès  ,  sont 
celles  de  Widkrino  et  ses  environs  et  de  Rlenko- 
wo  près  de  Rline,  dont  la  dernière  nous  offre  ex- 
clusivement des  empreintes  de  plantes  fossiles,  tan- 
dis que  dans  l'autre  on  n'a  observé,  sauf  quelques 
fragments  de  tiges  de  Calamité  ,  que  des  moules 
appartenant  à  des  coquilles  marines,  parmi  lesquel- 
les nous  croyons  pouvoir    distinguer  les  suivantes: 

Ammonites  catenulatus  Fischer,  (PI.  VI,  fig.  4,  5.). 
Nous  nous  bornons  à  donner  le  dessin  exact  de 
ce  fossile,  qui  s'accorde  parfaitement  avec  les  de- 
scriptions qu'en  ont  données  MM.  Fischer  de  Wald- 
heim  Sri  d'Orbigny.  —  La  nature  de  la  roche  ne  se 
prêtant  que  difficilement  à  reproduire  les  détails 
délicats  des  digitations  des  lobes  ,  on  ne  peut  re- 
connaître dans  l'échantillon  dessiné  que  leur  for- 
me générale,  qui  parait  être  tout-à-fait  identique 
avec  celle  de  l'A.  catenulatus. 

Ammonites  Kônigii  Sow.  (PI.  VI,  fig.  1—3.).  Il  ne 
diffère  du  dessin  qu'en  donne  Mr.  d'Orbigny  qu'en 


492 

ce  que  les  côtes  sont  moins  nombreuses  (  nos 
échantillons  n'en  présentent  que  douze  )  ,  et  que 
le  dos  est  un  peu  moins  saillant,  différences  que 
nous  avons  aussi  remarquées  dans  quelques  exem- 
plaires trouvés  à   Khorochowo. 

Inoceramus  lobatus  nob.  (PI.  VII, fig.  1  —  3.). Coquil- 
le subéquivalve,  inéquilatérale,  comprimée,  allongée 
transversalement,  divisée  en  deux  lobes  inégaux 
par  un  sinus,  qui  forme  un  angle  presque  droit 
avec  la  ligne  cardinale  et  qui ,  partant  du  som- 
met, se  dirige  en  s'évasant  vers  le  bord  palléal, 
où  il  produit  une  légère  échancrure  ;  la  surface 
des  deux  valves  est  marquée  d'ondulations  concen- 
triques ,  larges  ,  irrégulières  ,  peu  saillantes,  •  qui 
sont  plus  prononcées  vers  le  pourtour  du  labre  ; 
régions  anale  et  buccale  rétrécies  ;  la  ligne  cardi- 
nale porte  au  moins  dix  fossettes  sériales ,  repré- 
sentées sur  le  moule  par  autant  de  pointes  sail- 
lantes ;  lunule  cordiforme  allongée  ,  assez  profon- 
de, marquée  de  deux  côtes  longitudinales  ;  bec 
pointu  contourné  vers  le  côté  buccal. 

Dimensions  :  longueur  130  millimètres,  largeur 
80,  épaisseur  40,  bord  anal  32,  bord  buccal  21. 
Cucullœa  sp.  ind.  (  PI.  VIII,  ng.  1—3.  ).  Coquille 
subtriangalaire,  allongée,  très  renflée,  inéquilatérale, 
côté  buccal  court,  arrondi,  côté  anal  tronqué  ob- 
liquement, arrondi  du  côté  palléal,  anguleux  vers 
le  bord  cardinal  ;  fossette  ligamentaire  peu  profon- 
de, marquée  de  6  lignes  en  losange  ;  charnière 
formée  de  dents  nombreuses    transversales  au  mi- 


493 

lieu  et  de  trois  dents  longitudinales  latérales  ,  qui 
se  recourbent  par  leur  bout  intérieur  pour  s'unir 
aux  dents  transversales  ;  empreinte  musculaire 
anale  très  prononcée ,  buccale  guère  visible  sur 
nos  échantillons  ;  impression  palléale  bien  marquée. 
Dimensions.  Longueur  80  millimètres,  largeur 
63,  épaisseur  d'une   valve  26. 

Ne  possédant  pas  jusqu'à  présent  des  empreintes 
de  l'extérieur  de  la  coquille  et  ne  pouvant  donc 
pas  la  comparer  aux  espèces  connues  ,  nous  nous 
bornons  à  en  donner  la  description  et  la  figure, 
faisant  observer  toutefois  qu'elle  a  beaucoup  de 
rapports  avec  VArca  saratojensis  d'Orb.,  dont 
elle  difïère  surtout  par  sa  grandeur  infiniment  plus 
considérable. 

Natica  sp.  ind.  (PI.  VIII,  fig.  4,  5.). L'espèce  figu* 
rée  a  quelques    rapports  avec  la  N.   turbinijormis 
Rœm.y  du  Portlandstone,  elle    en  diffère  cependant 
en   ce  que  le  labre,  dont  l'angle  inférieur  est  plus 
arrondi,  montre  une  dépression  sensible  vers  la  spire. 
Il  nous  paraît  que  la  présence  ,    dans    ces  grès, 
de  V Ammonites  catenulatus  et  Kônigii  suffit  pour 
les  ranger  au  même     horizon    géologique    que  les 
sables     concrétionnés     de  Rhorochowo  ,    d'autant 
plus  que  nous    croyons    avoir  trouvé    dans    cette 
dernière  localité  une  espèce  analogue  à  notre  lno- 
ceramus  lobatus  ;   malheureusement  tous  les  échan- 
tillons que  nous  eu   possédons,    quoique  suffisants 
pour  en  déterminer  le  genre  ,    ne    sont    pas  assez 
complets  pour  constater  l'identité  de  l'espèce. 


494 

De  l'autre  côté  cependant,  Jes  grès  de  Widrino, 
toujours  sous  le  rapport  de  leurs  fossiles  ,  s'éloi- 
gnent considérablement  des  couches  supérieures  de 
Khorochowo  par  des  caractères  négatifs,  telle  que 
l'absence  complète  des  Bélemnites  ,  Térébratules, 
Cardium,  Avicula  etc.,  caractères  qui  d'ailleurs 
sont  sujets  à  être  anéantis  par  des  recherches  ul- 
térieures. 

Les  plantes  fossiles  appartenant  à  la  localité  de 
Kline  et  décrites  par  l'un  de  nous  en  1843  (Bull, 
d.  1.  Soc.  d.  N.  à  M.  vol.  XVII,  pag.  145.  )  ont 
été  soumises  à  un  nouvel  examen  par  Mr.  le  Pro- 
fesseur Goppert  (vol.  II  p.  501  399.  pi.  9.  fig. 
3  —  7  ),  d'après  les  dessins  que  nous  avions  com- 
muniqués à  Mr.  Murchison  ;  mais  malheureusement 
ces  dessins  avaient  dû  être  faits  sur  des  échan- 
tillons assez  imparfaits  et  ne  rendaient  pas  suffi- 
samment tous  les  caractères ,  qu'un  coup  d'oeil 
sur  les  exemplaires  originaux  aurait  sans  doute 
fait  apprécier  à  leur  juste  valeur  ;  c'est  ainsi  que 
Mr.  Goppert  a  pu  prendre  pour  une  empreinte 
d'écorce,  qu'il  compare  à  celle  des  Conifères  ,  ce 
qui  n'était  réellement  que  le  dessin  de  la  coupe 
d'une  tige,  voisine  peut-être  des  Lycopodites  ;  c'est 
ainsi  qu'il  a  pu  douter  de  la  présence  des  stries 
longitudinales  très  prononcées  ,  mais  irrégulières, 
et  des  dissipiments  transversaux  dans  des  tiges, 
que  nous  avions  cru  être  celles  d'un  Calamité  , 
c'est  ainsi  encore   que,   partant  de    la  supposition, 


495 

que  les  nervures  des  folioles  étaient  parallèles,  il 
attribua  au  genre  Pterophyllum  (  fam.  des  Gjca- 
dées  )  des  empreintes  de  feuilles,  que  nous  avions 
provisoirement  rapportées  au  genre  Pecopteris 
(  fam.  des  Fougères  )  ;  à  présent  des  échantillons 
bien  plus  complets,  trouvés  pendant  nos  excur- 
sions de  ré  té  passé,  nous  donnent  le  droit  de  re- 
venir à  notre  première  opinion,  vu  que  l'aspect 
général  de  la  feuille  et  la  disposition  des  nervu- 
res nous  paraissent  prouver  avec  évidence,  que  la 
plante  en  question  appartient  à  la  famille  des 
Fougères  et  doit  trouver  sa  place  provisoire  dans 
le  genre  Pecopteris  Ad.  Brongn.  ,  jusqu'à  ce  que 
des  échantillons  plus  distincts  et  portant  des  fruc- 
tifications permettent  de  lui  assigner  sa  place 
définitive.  La  diagnose  de  l'espèce  pourra  être 
exprimée   en  ces   termes  : 

Pecopteris  Murchisoniana,  nob     (PI.  IX.  fig.   1—3). 

P.  fronde    bipinnata  ,    pinnis    opposltis    al-* 
ternisve,  confertissimis,  patentibus  ;     pinnulls 
lato-linearibus,  apice  rotundatis    integris,  ap- 
proximatis,  subalternes  ,    sulco    rhachis  inser- 
tis ;  stipite  sulcato  ;  rhachibus  teretibus  ,    su- 
perne  sulcatis  ;  nervis  secundariis  numerosis, 
simplicibus,  e  nervo    medio     distincto    angulo 
acuto  egredientibus. 

L'échantillon  de  cette  espèce  dont  nous  repro- 
duisons une  empreinte  de  la  face  supérieure ,  a, 
sur  une  longueur    de  la  tige  de   150    millimètres, 


496 

de  20  —  21  piimes  de  chaque  côté,  qui  atteignent 
plus  de  85  millimètres  de  long  ;  leurs  rhachis 
sont  tellement  rapprochés  les  uns  des  autres,  que 
les  folioles  se  recouvriraient  plus  qu'aux  trois- 
quarts,  s'ils  étaient  déployés  sur  un  même  plan, 
mais  sur  presque  tous  les  échantillons  que  nous 
avons  pu  examiner  jusqu'à  présent,  les  folioles 
forment  entr'eux  un  angle  d'à  peu  près  80°,  po- 
sition qui  paraît  leur  être  naturelle  vu  qu'elle 
dépend  de  leur  insertion  sur  le  rhachis.  (  *  )  Ce 
dernier  est  marqué  sur  sa  face  supérieure  d'un 
sillon  assez  profond,  sur  les  parois  duquel  vien- 
nent s'implanter  les  folioles,  qui  de  cette  manière 
se  touchent  par  leurs  bnses  et  produisent  dans 
l'empreinte  les  angles  aigus  mentionnés  ,  sans  lais- 
ser voir  aucune  trace  du  rhachis,  tandis  que  ce- 
lui-ci se  voit  parfaitement  sur  la  contre-emprein- 
te, où  il  laisse  un  canal  assez  large,  dont  la  cou- 
pe perpendiculaire  présente  la  forme  d^un  denii- 
cercle.    (**)  Très   rarement  la   substance    même  du 


(*)  Nous  avons  essayé  de  rendre  cette  disposition  des  fo- 
lioles évidente  sur  le  dessin  par  des  lignes  anguleuses  placées 
à  côté  des  pinnes  de  la  fig.  1  de  notre  planche  et  indiquant 
la  direction   des   folioles,   vue  sur   une   coupe   verticale. 

(**)  Uue  insertion  des  folioles  toute  pareille,  quoique  l'an- 
gle formé  par  eux  soit  plus  obtus,  nous  porte  à  croire  que 
l'espèce  établie  par  Mr.  le  Prof.  Gôppert  sous  le  nom  de  Pte- 
rophyllum  filicinum,  sur  le  dessin  d'une  empreinte  avec  sa 
contre-empreinte,   trouvées  par   Mr.  le   Prof.   Rouillier   dans  les 


497 

rhachis  est  conservée,  mais  alors  il  est  bien  plus 
mince  que  l'empreinte  qu'il  forme  et  devient  an- 
guleux par  la  dessiccation.  —  Des  nervures  nom- 
breuses partent  des  deux  côtés  d'un  nerf  moyen, 
très  distinct  surtout  dans  sa  moitié  inférieure,  et 
se  dirigent  sans  se  diviser,  en  ligne  oblique,  vers 
le  bord.  La  texture  granuleuse  de  la  rocbe  ne 
permet  pas  de  décider  si  les  lignes  irrégulières, 
qu'on  peut  distinguer  à  la  loupe  entre  les  nervu- 
res latérales,  sont  des  impressions  produites  par  les 
ramifications  des  nerfs  ou  bien  si  elles  ne  sont  que 
les  interstices  entre  les   grains  du  grès. 

Qu'il  nous  soit  permis  de  finir  cet  article  par 
quelques  remarques  sur  des  localités,  que  des  cir- 
constances plus  favorables  nous  ont  mis  à  même 
d'étudier  plus  en  détail  que  n'ont  pu  le  faire 
les  savants  voyageurs  pendant  leur  passage  rapide 
par  notre  métropole. 

Vol.  I,  pag.  239  39.  il  est  dit,  que  le  «  grit  » 
de  Tatarowo  passe  aussi  de  l'autre  côté  de  la  ri- 
vière et  recouvre  les  coucbes  jurassiques  de  Kbo- 


grès  de  Tatarowo,  n'est  peut-être  qu'une  variété  de  la  forme 
qui  nous  occupe,  d'autant  plus  que  le  double  sillon  sur  le 
rhachis,  indiqué  dans  la  reproduction  de  notre  dessin  qui  se 
trouve  sur  la  planche  9,  Gg.  4,  a,  de  l'ouvrage  cité,  ne  peut 
être  attribué  qu'à  une  faute  du  dessinateur  ou  du  graveur,  aux 
quels  il  faut  aussi  reprocher  des  régularisations,  qu'ils  ont 
fait  subir  à  la  fig.  1  et  qui  ne  s'accordent  guère  avec  l'ori- 
ginal. 


498 

rochowo,  mais  jamais  jusqu'à  présent,  malgré  les 
recherches  les  plus  soigneuses  et  les  plus  détail- 
lées, nous  n'avons  pu  observer  rien  de  sembla- 
ble ;  des  sables  jurassiques  ,  analogues  à  ceux  de 
Tatarowo,  s'y  trouvent,  il  est  vrai,  mais  point  de 
«  hard  blocks  of  siliceous   grits,   in   situ.  » 

Vol.  I,  pag.  237.  le  nom  «  Inoceramus-grit»  est 
appliqué  aux  grès  ferrugineux  «  iron  »  shot-and- 
stones  »  des  montagnes  des  moineaux  ;  il  nous  pa- 
raît que  ce  nom  ne  leur  convient  nullement,  par^ 
ce  que,  le  nombre  des  fossiles  en  question,  main- 
tenant Avicula  mosquensis  v.  Buch,  est  infiniment 
trop  limité  pour  qu'on  puisse  les  regarder  comme 
caractéristiques  pour   la  roche. 

Vol.  I,  240  et  Vol.  Il ,  500,  les  couches  de 
Troitzkoïe  sont  représentées  comme  faisant  partie 
et  comme  contemporaines  du  grès  de  Tatarowo; 
cependant  ces  couches  reposent  sur  les  sables 
blancs  et  jaunâtres  jurassiques,  qui  recouvrent  le 
grès  de  Tatarowo  et  elles  sont  immédiatement  re- 
couvertes par  le  diluvium  du  Nord.  La  coupe 
représente,  de  haut  en  bas,  les  séries  suivantes  : 

Diluvium. 

Marne  ligniteuse,  rouge  brunâtre,  avec  tiges  de 
plantes  encore  flexibles  ,  écailles,  dents  et  vertè- 
bres de  poissons. 

Marne  verdâtre  et  bleuâtre. 

Concrétions  irrégluières  de  sable  blanc. 

Sable  jaunâtre,  plus  rouge  vers  le  bas. 

Grès  ferrugineux. 


499 

Marne  à  concrétions  (  notre  étage  jurassique 
N.  3). 

Marne    feuilletée  (notre   étage  jurassique  N°  2). 

Des  échantillons  des  roches  et  des  fossiles,  mal- 
heureusement perdus  dans  la  suite,  ont  été  com- 
muniqués par  nous  à  Mr.  le  Comte  de  Reyserling, 
qui  croyait  devoir  les  rapporter  provisoirement  à 
une  formation  récente,  mais  vu  que  ces  couches 
sont  déposées  entre  les  terrains  jurassiques  et  le 
Diluvium,  à  un  niveau  élevé  de  20'  au  dessus  de 
la  ligne  des  débordements  de  la  rivière  ,  il  nous 
paraît  évident  que  ce  dépôt  doit  être  rapporté  à 
l'un  des  membres  les  plus  jeunes  de  la  formation 
tertiaire. 

17  Janvier    1846. 


EXPLICATION  DES  PLANCHES. 

PI.      VI      fig.    1.   ammonites  Kônigii  Sow.,  grandeur    naturelle. 

»  ii  n      2.  Le   même,    coupe   de   la   bouche. 

h  »  »      3.   Le    même,   cloison    de   grandeur  naturelle,  des- 

sinée  d'après  un   autre   échantillon. 

»  »         »     4.  Ammonites  catenulatus  Fisch.,    grandeur    na- 

turelle. 

»  »         »     5.  Le  même,  vu   du  côté  de   la   bouche. 

PI.     VII.   fig.   1.  Inoceramus     lobatus    nob.    moule    intérieur    vu 
de  côté,  grandeur   naturelle. 

»         »  d     2.  Le  même,   vu  sur   les  crochets. 

«  »         »     3.  Jeune  individu   du  même,  vu  de  côté. 


500 

PI.  VIII.  fig.    1<   Cucullaea,  sp.   ind.  Moule  intérieur  vu  de   cô- 
té, grandeur   naturelle. 

,,         »  11      2.  La  même,   vue  du  côté  anal. 

»         »  »     3.   Empreinte  de    la  charnière     de    la    même    co- 

quille. 

»  »  «     4.  Natica,    sp.  ind.   moule     intérieur    vu  du  côté 

de    la  bouche,  grand,  nat. 

»  h         h     5.  La  même,    vue  du  côté  opposé. 

PI.      IX.    fig.    1.  Pecopteris    Murchisoniana  nob.    empreinte   de 
la  face  supérieure,  grandeur  naturelle. 

h  »  »     2.  Le  même,  partie   d'une  pinne   avec   des    nerfs 

distincts ,     d'après    un    autre    échantillon, 
gr.  nat. 

»        ■         m     3.  Le  même,  foliole  grossi,    pour  montrer    la  di- 
stribution des  nervures. 


—  nAf  }  i  Q»|  ^S» 


Foldout  in  Book! 


r: 


Bulletin  /S46. 


Tab.  VI 


2. 


3. 


^. 


5. 


Hullfitin  /#46. 


7hô.  nu. 


.?. 


'  mi 


4-. 


S 


HulZe/in/  7844?. 


Butte/in  784JÎ. 


COUPE   GÉOLOGIQUE 

DÉDIÉE  à  S.   Excellence  M.   FISCHER  DE  WALDHEIJI, 


FORMATIONS  Et  ROCHES. 


CARACTÈRES  l'ETROUHAl'llKJEES. 


LOCALITES. 


CARACTÈRES     PALÊ0XT0L0G1QUES. 


Halls     Irulicum;    II.  bidcnlala-,   Succinca  «mpbibia;  Acba 


1.1    '/■,.'., ./.■«' »»/.r..)it.«:    I!«'""   caualieulali 
4,  Fossilei  de  la  craie!  Coeloplilycliiuiu 


,V„„ .,     ul,,,.!.!..,     Ai»,    muta ;    Tcrcliralula    nl>,  I. 

,.,.„.,!, .   T   ili-   T.. m :i|.lul:,,T    iiulcnlala  .l'eClen.Car.li 

o.ncin  n.im    1» niluiiiv,   cauali,  .ul.,1  n     Tri-onia    coslala.    T.siguala. 

Lima  aiganlca  Cidarlsspatulatus  Anirl..  Le*  moules  sm.L  formCs  par  li 


1.  Coupes  locales  naturelle 

(Les  cl.iuïes  arabes  indiquent  lu  peu  de  âivolop 
pemenl  do  11   couelio  correspondante,  les 
.issanec  plus  for,.)- 

A.)   A.  „..  ,.  ,a  cas*».. 


14.  15.    17.   RI.    20.    Si 


,|nii'..|..l  1,r,.|„..:.1.|...!"l'..|i,ii.|iiiiilr.il 

'"        ».  Anipliidesma  donacifonne.    0>l 


mdilusaurusFrcarsii  I'imIi  |.  l,il,M„.i,in,s  2  sp.  Aslacus   sp.  A 
rans  A.  Jasnn,    A.   Duncani ,    A.    ornalus,    A.    cordalos.A 

lorli,  A.  «ublnovis.  Hi Lui -    laïus.     IV.i.n    II...  lu™.  I 

.,li.s  Klipsl.l'.person, Il,  vpli.ic.i  dilatais.  Aslarlccurdiformi. 

„,,!.,.  Nucula  rosirai  ..  I  iuculljc.i  rlunjala.  C  canccllala.  Ro, 


{.  Griga, 
XXIII.  XXIV. 

2.  SpaskvIS.  9.  14.  17. 

3.  Powichiao.  7.  1G.  XVII. 

4.  Troitzskoe.  VIL  11.  13. 

5.  Slelunikine.  10.  17. 

G.  Tatarawo,  VI.  8.  9.  10.  XL  12.  13. 
7.  Kluroahoim.  9.  M.  13.  XIV.  XV.  1G 
S.  Kmmtimm.   II.  1G, 

9.  nu.  {i.  xx.  xxi. 

10.  MlUwnikL  XV.   16.  17. 

11.  ChclcpikliaAl.  15.  1G. 

12.  Dragomiloms.  17.  XX.  XXI.  22. 

13.  Il'arMewo  (Montagnes  des  moincaui). 
!.  IV.  9.  10.  XL  XIII.   15.  1G. 


14.  Kahmmskoi.  XIII.  15.  10.  17. 

15.  Pcsseda.  II.  XII.  16. 
10.  Eotdtmki.  IL  XII.  13. 
17.  TWrjctio.  IL  XII.  13. 

1?.  Lilkarino  (Widkrino).9.  10.  IG.  XII.  1 3 

19.  MiaUhikowe.  9.  10.  1 1.  12.  13.  17.  IS 
19.  20.  23    XXIV. 

20.  Xmuminki.K.  12. 

21.  Sakino.  G.  14.  15.  10. 17.  XVIII.  22. 

22.  Doabrowilsi.  6.  XX.  XXI.  XXIV. 

23.  Podalsk.  XXII.  20.  XXIV. 

24.  Pr.Uf.wU  (près    de  Kolomna.)    G.    9 
14.   15.  17.  XX.  22.  23.  XXII'.  XXV 


ici*.    Ce  dernier   fui  ri. 


:  Waldbcimia  innsqo, 


II.  Il  y  a   recouvrement  gênerai    des   ailuvioos. 

III.  La  division  dr  drus  conclus  par  une  ligne 
'rpcndiculairc   iudic|uc  i|ue    ces  dernières 

ut   ensemble  par  alternance. 

IV  La  position  dis  rm.clies  est  gtncralcncnl 
oriiunlalé,  la  slraiilicalion  cnncordantci   il   n'y 

ulbulccs,  et   point  .1.-  soulevées. 

V  Les  rnclies  sol. des,  telles  ijue  le  gris  de  T. 
„..«.,  et  le  clcirc  de  montagne,  sont  sillont, 
.   T.  ..us  pjr.ilMI.s.  dont  la  direction  générale  c 

.1.,  II0S  au  ELN. 

VI.  Les  vailles  (toutes  vallées  d'érosion)  cl  I. 
mères  se  dirigcul  Iransversalcmeul  ans  Icnl. 
es  rnclies  solides,  c.  à  d.  du  gros  de  Talaro» 
l  du  calcaire  do  montagne. 

VI.  Lcslossiles  les  plus  fréquents  du  jura— B. 
cranta  canaliculatus,  B  esccnlrlcus,  et  Avicnla 
naosuucnsis  (Innceramos  dubius)   se  répètent   da 


I     fol 

ire  de  montagne  il  y  a  allci 
suches  calcaires  cl  de  l'arg.l 
aUudc  surloul  eu  fossiles. 


DE    LA 


COUPE  GÉOLOGIQUE   DES  ENVIRONS 


Moscou. 


(Suite  (*)) 

(PL  A  -  E  ) 

Passons  ,  après  avoir  fait  l'exposition  des  géné- 
ralités, à  l'étude  de  nos  terrains,  qui  sont  au  nom- 
bre de  cinq  : 

I.  Terrain  comtemporaiii. 

II.  —  diluvial. 

III.  —  tertiaire. 

IV.  —  jurassique. 

V.  —  carbonifère. 

On  a  fort  peu  de  renseignements  sur  les  trois 
premiers  terrains  ;  les  deux  autres  ont  été  beau- 
coup plus  étudiés,  et  surtout  le  terrain  jurassique. 

Dans  tout  notre  gouvernement  on  n'a  pu  par- 
venir au  delà  du  système  carbonifère. 

(*)  Voy.  Bull.    1846.  N.  II.   p.  444-485. 


Wsj-n 


360 

On   a   parlé  d'an   sixième  terrain  ,   le  crétacé. 

L'auteur  de  l'Oryctographie  (  p.  50,  81,  93 
et  179),  a  cru  avoir  reconnu  ce  terrain  près  de 
Bouschevo'é ,  d'après  la  présence  du  Srphonia 
py  ri  for  mis  Goldf.  et  des  rognons  de  silex  ,  mais 
il  a  change  depuis  d'opinion.  Ce  système  est 
encore  indiqué  sur  la  carte  de  M.r  de  Buch  (  Bei- 
tràge ,  Taf.  IV  )  avec  une  étendue  assez  grande, 
probablement  près  de  Podolsk,  et  une  seconde  fois 
dénudé  près  de  Tatarowo  et  de  Khoroschowo.  Ce 
savant  paléontologue  cite  la  page  92  de  l'Ory- 
ctographie  et  les  dessins  de  la  Terebratula  dyphia 
(Essais,  p.  539  et  573  pi.  VII.  f.  2.)  et  de  Pec- 
ten  quinquecostatus  (  Ibid.  p.  538  et  572  pi. 
VI.  f.  5.J  de  l'ouvrage  de  Macquart,  qui  repré- 
sente ces  fossiles  comme  provenant  «  de  la  pierre  à 
bâtir  de  Moscou  »  (  Ibid  p.  535  donc  dans  le  calcaire 
de  Miatschkovo  ).  La  page  citée  ne  donne  aucune 
preuve  décisive  de  la  présence  du  système  cré- 
tacé à  Tatarowo  ;  à 'la  suivante  il  est  vrai  Fauteur, 
comme  nous  l'avons  déjà  dit,  présente,  non  sans 
hésiter,  ce  terrain  à  Bouschevoë.  Mais  on  ne  sau- 
rait expliquer  comment  Macquart  ,  dont  les 
observations  sont  si  solides,  a  pu  indiquer  dans  la 
«pierre  à  bâtir  de  Moscou»  deux  fossiles  propres 
au  terrain  crétacé.  11  faut  nécessairement  suppo- 
ser que  ces  deux  formes  de  fossiles  sont  nouvel- 
les pour  le  carbonifère  et  voisines  des  formes  du 
terrain  crétacé,  d'autant  plus  que  maintenant  mê- 
me nous  ne  connaissons  que   très     imparfaitement 


36  J 

les  fossiles  du  calcaire  de  montagne  dénudé  aux. 
environs  de  notre  capitale.  M.r  de  Bucli  à  depuis 
supprimé  ce  terrain  dans  nos  contrées.  Le  Profes- 
seur Rose  croyait  aussi  (  Reise  n.  d.  Ural.  Altai  u. 
d.  Caspisch.  Meere,  Berlin  1837  I.  p.  78)  avoir 
reconnu  dans  nos  couches  les  fossiles  du  terrain 
crétacé  (les  bélemnites)  et  ceux  du  calcaire  de 
transition  (les  trilobites  ).  Mais  M. r  Blasius  remar- 
que (  Reise  II.  p.  5  )  que  le  calcaire  grenu,  blanc 
et  assez  friable  de  Podolsk  rempli  d'épines  d'our- 
sins et  de  restes  d'encrinites  et  présentant  souvent 
des  rognons  de  silex,  pouvait  induire  en  erreur  les 
voyageurs,  qui  ont  admis  le  système  crétacé  dans 
nos  environs.  Pour  un  motif  semblable,  Falk  avait 
appelé  «pierre  crétacée,  Kreidestein»  le  calcaire 
de  Miatschkovo,  qu'il  visita  en  1769  (*  )  M.1"  Her- 
mann  plaçait  le  terrain  de  Moscou  au  dessus  de  la 
craie  (Bull.  d.  M.  T.  IV.  p.  150,  Fisch.  Oryct. 
p.  80.)- 

I. 

TERRAIN  CONTEMPORAIN. 

Nos  terrains  d'alluvion  sont  peu  nombreux. 

1.  Dépôts  alluviens  mécaniques. 

2.  Dépôts  chimiques. 

3.  Dépôts  organiques. 


(*)  Beitràge     z.   topog.  Kennt    d.  Russ.  Reichs.      1785.  Vol. 
1.   p.  6,  et   54.   Vol.  II.   56. 


302 

1.    DÉPÔTS    ALLUV1ENS    MÉGANIQUES. 

a.  Us  sont  produits  par  les  eaux  et  la  glace,  qui 
acquièrent  une  force  plus  considérable  pendant  les 
crues  prin tanières.  Comme  toutes  nos  eaux  cou- 
rantes n'ont  qu'une  très  faible  pente  et  que  les 
glaces  se  fondent  assez  lentement,  nos  roclies  du- 
res n'en  sont  que  rarement  attaquées. 

Toute  leur  force  érosive  et  mouvante  s'exerce 
sur  les  marnes  peu  tenaces  du  jura  ,  et  beaucoup 
plus  ou  presque  exclusivement  sur  les  roclies 
meubles  du  diluvium,  qui  est  creusé  et  sillonné 
dans  les  directions  des  courants ,  et  transporté 
d'une  place  à  l'autre,  ce  qui  rend  l'étude  des  al- 
luvions  fort  difficile.  CTest  surtout  sur  la  rive 
gauche  que  les  dépôts  alluviens  ont  lieu,  et  qu'on 
rencontre  souvent  des  bancs  de  sable  diluvien 
jaune,  extrêmement  fin ,  qui  obéit  facilement  à 
la  force  motrice. 

b.  Les  eaux  fluviales  déposent  aussi  un  limon, 
produit  de  la  vie  organique  qu'elles  alimentent,  et 
dont  la  force  fertilisante  s'exerce  surtout  sur  les 
champs  labourables,  disposés  sur  la  rive  gauche 
de  nos  rivières.  Avec  ce  limon  sont  souvent  aussi 
transportés  des  restes  non  méconnaissables  de  co- 
quilles et  de  poissons  fluviatiles.  Quelquefois 
même  on  remarque,  après  la  crue  des  eaux,  des 
poissons  iïuviatiles  dans  des  eaux  stagnantes  res- 
tées dans  le  voisinage  des  rivières. 

Dans  les  eaux  stagnantes  les  mêmes  effets  ont 
lieu  mais  avec  de  légers  changements.  Les   dépôts 


363 

organiques  y  sont  plus  abondants,  les  sables  allu- 
viens,  qui  y  sont  chariés  par  les  eaux  printanières, 
plus  grossiers.  Enfin  les  unes  comme  les  autres 
tombent  au  fond  des  eaux  et  ne  sont  par  trans- 
portés. 

2.    Dépôts  chimiques. 

JNous  rangeons  ici  deux  substances  dont  la  se- 
conde est  bien  plus   développée  que  la  première. 

A.  Mines  des  marais. 

Elle  recouvre  souvent,  sous  forme  de  pellicule 
irrisée  nos  eaux  stagnantes  ou  du  moins  d'un  fai- 
ble courant  et  forme  au  fond  de  celles-ci  un  dé- 
pôt brun  —  rougeâtre. 

Dans  les  eaux  stagnantes  des  marais  cette  mi- 
ne est  bien  plus  abondante  ,  mais  jamais  assez 
pour  donner  lieu  à  quelque   exploitation. 

Toutes  nos  eaux  ,  tant  des  rivières  que  des 
sources  et  des  puits  ,  contiennent  le  fer  en  assez 
grande  quantité  ;  nous  avons  même  dans  les  en- 
virons de  Moscou  ,  ainsi  que  dans  la  capitale,  des 
eaux  minérales  ferrugineuses.  Gueldenstaedt  lors 
de  son  séjour  à  Moscou  en  visita  deux  ;  l'une  jail- 
lit aux  pieds  des  montagnes  des  moineaux  ,,  dans 
les  terres  du  monastère  Àndréew ,  et  l'autre 
se  trouve  dans  les  terres  de  la  campagne  Paw- 
lowsk  du  comte  Iagoujinsky,  à  40  verstes  de  Mos- 
cou  (  *  ).  L'auteur  de  l'Oryctographie    a  présenté 

(*)  F.  A.  Gueldcnstœdt's  Reisen  in  RusslancL  Peterb.  17&~. 
Vol.  I.  p.   27. 


36  î 

(  *  )  un  résumé  des  recherches  faites  sur  les  eaux 
fluviales,  celles  des  sources  et  sur  les  eaux  minérales 
ferrugineuses  de  Moscou.  Depuis,  Mr  Hermann  a 
analysé  une  source  ferrugineuse  dans  la  capitale 
même  (  **  ). 

A  ces  eaux  ferrugineuses  il  faudra  ,  à  ce  que 
nous  croyons,  ajouter  des  sources  salines.  Du  moins 
les  habitans  de  la  ville  de  Kolomna,  dont  l'hori- 
zon géologique  est  occupé  par  le  calcaire  de  mon- 
tagne, n'emploient-ils  pour  leur  usage  domestique 
que  l'eau  de  la  rivière,  leurs  sources  et  leurs  puits 
ne  présentant  qu'une  eau  dont  le  goût  de  sel  est 
très  prononcé  ,  ce  qui  est  d'autant  plus  frappant 
que  les  sources  qui  jaillissent  ordinairement  du 
calcaire  de  montagne  se  distinguent  surtout  par  la 
limpidité  ,  la  pureté  de  leurs  eaux  ,  et  par  une 
fraîcheur,  qui  les  fait  rechercher  et  préférer  pen- 
dant Té  té. 

Voyez  de  plus  les  pages  de  TOryctographie. 

B.  Tuj  calcaire  (Calcaire  lacustre  ,    terrain  d'eau 
douce  Brongniart. ) 

1.  L/auteur  de  FOryctographie  a  signalé  (page 
97  )  des  assises  de  calcaire  remplies  de  débris  or- 
ganiques fluviatiles  et  lacustres,   près  de  Zvénigo- 


;*)    Page    103-    107. 

(*•  )   Bull.  d.    M.    1812.    p.    181.  sq. 


365 

rotl,  à  l'endroit  où  les  deux  petites  rivières  la  Mo- 
genka  et  la  Gernovka  se  jettent  dans  la  Moskva. 
Comme  nous  ne  connaissions  pas  encore  ce  terrain 
aux  environs  de  notre  capitale,  nous  sommes  allés 
Tétudier  pendant    l'été  de  l'année   1844. 

Ce  terrain  ,  gisant  immédiatement  sous  la  terre 
végétale,  présente  un  calcaire  poreux,  marneux  dans 
ses  parties  supérieures  et  plus  dur  inférieurement. 
Il  n'atteint  pas  cependant  une  ténacité  suffisante 
pour  le  rendre  propre  à  être  employé  soit  com- 
me pierre  de  construction  ,  soit  pour  la  prépara- 
tion de  la  chaux.  Il  apparaît  sur  les  deux  rives 
escarpées  de  la  Gernovka  où  il  acquiert  une  puissan- 
ce de  9  pieds.  Les  vacuoles  extrêmement  fréquentes 
sont  remplies  quelquefois  de  débris  de  coquilles  , 
de  fer  limoneux  et  d'empreintes  de  feuilles.  Ses 
couches  très  nombreuses  et  faibles  alternent  avec 
une  argile  rougeâtre  ;  elles  sont  parfaitement 
horizontales,  régulières,  et  ne  contiennent  aucun 
corps  étranger.  Il  semble  donc  qu'elles  ont  été  dé- 
posées sans  grande  agitation  de  l'eau,  pendant  une 
assez  longue  durée  de  temps  et  qu'elles  n'ont  pas 
été  dérangées  depuis. 

Nous  avons  recueilli  dans  ce  calcaire  plusieurs 
espèces  de  fossiles. 

a.  Animaux  : 

Lymnjeijs. 

Les   trois    espèces    distinctes    sont    parfaitement 


366 

identiques     avec    celles    qui    habitent     maintenant 
les  eaux  de  Moscou. 

1.  Lymnaeus  auricularis  Drap.  (*) 

Lymnœus   auricularis  Drap.   Rouill.  Disc.    p.    64. 
Lymnœus    auricularis    Drap.    Rouill.    Erman's     Archiv.    1846 
p.  468. 

Un  seul  exemplaire. 

2.  L.  ovatus  Pfeiff. 

Lymnœus  ovatus  Pfeiff.  Rouill.  Disc.   p.   64. 
Lymnœus  ovatus  Pfeiff.  Rouill.  Erman  1.  c. 

3.  L.  palustris  Pfeiff. 

Lymnœus  palustris  Pfeiff.   Rouill.    Disc.  p.  64. 
Lymnœus  palustris  Pfeiff.  Rouill.   Erman.   1.  c. 

Deux  espèces  bien  plus  fréquentes.  Une  qua- 
trième espèce  (  Lymnœus  sp.  Disc.  p.  64.  Erman. 
L  c.  )  de  la  taille  de  L.  palustris  est  trop  muti- 
lée  pour  admettre  une  définition. 

Ces  trois  espèces  sont  fréquentes  dans  la  faune 
actuelle  de  nos  contrées. 

4.  SUCCINEA    PUTRIS    L. 

Succinea  putris   L.  Rouill.  Disc.   p.    64. 

Succinea  Rouill.  Erman.  1.  c.  (  non  Sucoines  putris   L.  j. 

Le  plus  grand  individu  est  parfaitement  identi- 
que avec  l'exemplaire  du  Succinea  (  Gochlochydra 
Ferr.  )    putris    L.  représenté  par  Ferrussac    (  Hist. 

(  *  i  Dans  tout  notre  mémoire  nous  ne  citerons  que  des  tra- 
vaux qui   ont  trait  à  des   fossiles  provenant  de  notre   bassin. 


367 

Nat.  des  moll.  terr.  et  fluv.  Tome  II.  (XI)  fig.  7. 
var.  a. 

Un  plus  petit  est  identique  ayec  la  Succinea 
(  Cochlodhydra  )  putris  L.  chez  Ferrusac  Ibid.  n. 
10,  que  l'auteur  dit  être  fossile  du  tuf  calcaire  et 
qui  lui  a  été  communiquée  par  M.r  le  Baron  de 
Schlotheim. 

On  trouve  cette  espèce  rarement  vivante  aux 
environs  de  Moscou ,  mais  nous  l'avons  reçue  en 
abondance  du  gouvernement  de  Voronèje. 

5.  Achatina  lubrica  Drap. 

Achatina  lubrica  Drap.  Rouill.  Disc.  p.   64. 

Achatina   lubrica   Drap.  Rouill.  Erman.  1.  c.   (  non  A.  baltica  ). 

Un   seul  exemplaire. 

Nous  la  connaissons  vivante  aux  environs  de  la 
capitale. 

Hélix. 

Ce  genre  est  représenté  au  moins  par  trois  es- 
pèces, qui  appartiennent  toutes  aux  Hélices  umbi- 
licatœ  non  carinatœ ,  anfractibus  lœvibus ,  deux 
d'entre  elles  aux  groupes  de  Hélices  peristomio 
inermi,  et  l'une  aux  H.  peristomio  armato. 

6.  Hélix  fruticum  Midi. 

Hélix  Moroguesii  Brongn.  Fischer  Oryct.  p.    179.  pi.  XVIII. 

f.    1.  2. 
Hélix  fruticum   Mûll.  Rouill.  Disc.  p.   64.   N.  337. 
Hélix  fruticum  MûlU  Rouill.   Erman.   1.  c.    (non  H.  fontium 

Mûll.  ). 

Les     individus  de  cette     espèce     surpassent    en 


368 

quantité  ceux  de  tous  les  autres  fossiles.  C'est 
certainement  la  H.  Morogucsii  Brong.  que  M.r  de 
Fischer  figure  et  décrit  dans  FOryctographie  , 
du  moins  ne  savons-nous  pas  indiquer  de  carac- 
tères distinetifs. 

M.r  Brongniart,  en  établissant  l'espèce  de  H.  Mo- 
roguesii  (  Annal,  d.  Musée  XV.  p.  379  pi.  23  f. 
7  ),  lui  assigne  une  forme  presque  orbiculaire  et 
cinq  tours  de  spire  parfaitement  lisses.  La  figu- 
re qu'il  en  donne  ne  la  représente  que  vue  per- 
pendiculairement à  la  spire.  Desliayes  (  Coq.  ca- 
ract.  Paris  Vol.  II.  p.  54  -  55  pi.  VI.  f.  1,  %  4.  ) 
la  caractérise  ainsi  «  testa  globosa  ,  lœvigata  ,  non 
angulata ,  spira  subpmminula  ,  sexies  circum- 
voluta  »  puis  il  ajoute  qu'elle  a  quelques  rap- 
ports de  formes  avec  la  H.  nemoralis  L.  Or 
tous  les  caractères  de  la  définition  cadrent  par- 
faitement avec  ceux  de  notre  fossile  ;  quant 
aux  rapports  de  forme,  nous  remarquerons  que 
certainement  notre  coquille  ressemble  à  H.  ne- 
moralis ,  mais  pas  plus  qu'à  la  H.  hortensis 
L.  (  Ferruss.  1.  c.  pi.  33  —  36  ).  Cependant 
il  est  facile  de  la  distinguer  de  la  première  es- 
pèce en  ce  qu'elle  a ,  comme  la  H.  Moroguesii, 
l'ombilic  bien  ouvert  ,  ce  qui  n'est  quelquefois  le 
cas  que  pour  de  jeunes  individus  de  H.  nemoralis^ 
et  que  son  bord  droit    n'est  jamais   replié,    relevé. 

En  revanche  il  y  a,  dans  les  dizaines  d'exem- 
plaires que  nous  avons  recueillis  de  cette  espèce, 
des  individus   qui  affectent  parfaitement   la  forme 


369 

du  Hclix  jruticum  L.,  déposée  dans  le  Musée  de 
l'Université  et  recueillie  par  M.r  le  Professeur  Kry- 
nizsky  dans  la  Russie  Méridionale,  par  Mr.  Schmidt 
à  Laibach,  et  par  M.r  Sacclii  aux  environs  de  Na- 
ples.  Enfin  nous  avons  trouvé  cette  même  coquil- 
le vivante  aven  sa  couleur  naturelle  et  l'animal  sur 
nos  champs  ;  elle  ressemble  par  sa  forme  autant  à 
la  figure  de  Deshayes  (  *  )  et  de  l'Oryctographie, 
que  deux  individus  de  la  même  espèce  peuvent  se 
ressembler. 

En  France  cette  espèce  a  été  trouvée  dans  Un 
calcaire  lacustre  grisâtre  supérieur,  qui  termine 
le  dépôt  tertiaire  du  bassin  de  Paris,  près  d'Orléans, 
et  que  l'on  observe  particulièrement  à  Péthivier 
et  à  Pontournois,  associé  à  des  Lymnœus  et  à 
des  Planorbis  (  Brongniart ,  Deshayes).  La  Hélix 
globulosa  Bentz,  Zieten  p.  38.  pi.  XXIX.  f.  3.  a. 
b.  c.  et  la  H.  depressa  Martens  Ibid.  f.  6.  sont 
des  formes  très  voisines.  Quenstedt  les  rapporte 
à  un  dépôt  récent  de  tuf  calcaire  (  **  ) 

7.  Hélix  bidentata   Gmel. 

Hélix  bidentata  Gmel.    Rouill.   Disc.  p.   64. 
H.  bidentata  Gmel.  Rouil!.   Erman.  1.  c. 

Parfaitement  identique  avec  des  exemplaires   de 


(*)  La  planche  VI  de  l'ouvrage  cité  de  cet  auteur,  dessi- 
née par  Vauthier,  est  plus  explicative  que  la  suivante  (pi. 6  )T 
dessinée   par  Leloy. 

[*")  Das   Flœtzgeb.  Wiirtemb.   Tubingen.    1843.   p.   550- 


370 

la  faune  vivante  ,  envoyés  par  M.r  Krynizsky  de 
la  Russie  Méridionale,  par  M.r  Sclimidt  de  Lai- 
bacb.  et  par  M.r  Sacchi  de  Naples.  De  pins  elle  a 
été  rapportée  par  notre  ami,  M.r  Fahrenkohl ,  au 
nombre  des  mollusques  qu'il  a  receuillis  sur  les 
bords  de  la  petite  rivière  Schana  ,  dans  le  gouver- 
nement de  Ralouga  (  *  ),  au  sud  de  Moscou. 

Nous  ne  l'avons  pas  trouvée  vivante  aux  envi- 
rons de  notre  ville.  La  suivante  y  manque  éga- 
lement. 

8.  Hélix  indentata   Gmel. 

Hélix  Desmarestina   Brongn.    Fischer  Oryct.  ibid.  f.  3.  4. 
Hélix  indentata   Gmel.  Rouill.  Disc.   p.  64.   N.    338. 
H.   indentata  Gmel.  Rouill.   Erman.   1.  c. 

Nous  appelions  ainsi  une  forme  parfaitement 
identique  avec  H.  Desmarestina  de  l'Oryctogra- 
pliie  et  avec  des  exemplaires  rapportés  par  M.r 
Fahrenkolil  de  Kalouga. 

Elle  a  de  grands  rapports  de  forme  avec  la  H. 
injlexa  v.  Martens,  Zieten  pag.  38.  pi.  31.  f.  1  a.  b. 
c.  qui  n'est,  suivant  Quenstedt  (  **  ),  que  le  moule 
d'un  fossile  du  calcaire  d'eau  douce. 

9.  Hélix  s  p. 

Présente  beaucoup  de  rapports  avec  la  Hellx 
subangulosa    Bentz ,    Zieten   p.    38.  pi.  31.  f.   2,  a 


(*)   Bull.    1844   p.   779. 

(**)  Das  Floctzgebirge  Wùrtembergs.   Tùbingen,  1843.  p.  551. 


/ 


371 


b,    c.  qui    selon    Quenstedt    (  *  )    est  de    la    même 
origine  que  l'antécédente. 

Nota.  A  la  page  98  de  l'Oryctographie  sont  mentionnées 
deux  espèces,  la  H.  decipiens  et  la  H.  turriculata,  comme 
provenant  de  ce  calcaire,  nui  ne  sont  plus  indiquées  dans  la 
description  des  fossiles  de  ce  terrain.  Nous  ne  les  connais- 
sons pas. 

Planorbis. 
Les  deux  espèces  déterminées  se  retrouvent 
fréquemment  dans  nos  eaux  stagnantes  ainsi  que 
dans  la  Russie  méridionale  (  M.r  Krynizsky  )  et 
même  aux  environs  de  Pétersbourg  (M.r  Kar- 
piuslcy  ). 

Nota.  Les  espèces  de  ces  trois  localités  ainsi  que  celles  que 
nous  devons  aux  envois  de  MM.r  Schmidt  ,  Sacchi  et  Fah- 
renkohl    se   laissent  analiser  ainsi  : 


/ 


,Corina 


!    latere  dextro  planiusculo     \.  PI.    conipla- 
natus  Drod. 
testa  utrinque  concava.    .   2.  P.  carinatus 
Mull. 
:  latere  dextro  convexo.         .   3.  jP.   nîtidus 

\  Miil)- 

•    ■  .      ;  latere  dextro  unico  cancavo.   H.  P.    vortex 

Mull. 

5.  P.    margi- 

natus  Drap. 

testa  costata. 


testa   utrinque  concava. 


dextra 


6.  P.  imbrica- 
tus  Mull. 


Plauortis< 


latere  dextro  profunde  umbilicato^ 
sinistro  planiusculo 


Canna    ,  Jatere  dextro 
nulla    \planuisculo 
!  sinistro  con- 
|cava  vel  um- 
bilicata. 


testa. 


anffustissima 


lai; 


testa   u trinque  concava. 


7.  PI.   corneus. 
Drap. 

8.Pl.vortîculus 
Troschel. 
Anfracti- 

bus      ad-  9.  P.  contortus 
pressis  Mail. 

Anfracti- 

bus       ro-  AQ.    P.    albus. 

tundatis.  Mull. 

M.  Pl.spiror- 
bis  Mull. 


(*)   Ibid. 

N\  W.  1846. 


24 


372 
Nous    avons    trouvé   dans     le  calcaire  de  Zvéni- 


gorod 


10.  Planorbis  vortbx  Miill. 


Planorbis  vortex.  Miill.  Rouill.  Disc.  p.  64. 
PL   vortex.  Mùll.   Rouiïl.  Erman.   1.  c   p.  469. 

11.  Planorbis  contortus  Midi. 

Planorbis  contorta  Mùll.  Rouill.  Disc.  p.  64. 
Planorbis    contorta  Mùll.  Rouill.  Erman.   1.   c. 

En  tout  identique  aves  les  espèces  de  la  faune 
actuelle   de  Moscou. 

12.  Planorbis  sp. 

Planorbis  hemistoma  Sow.  Rouill.  Disc.  p.    64. 
Planorbis  hemistoma  Sow.  Rouill.  Erman.   1.   c. 

Présente  beaucoup  de  rapports  avec  la  PL  hemis- 
toma Sow.  Ziet  pi.  XX.  p.  39.  f.  10.  IX.  que 
Quenstedt  dit  (*)  provenir  d'un  calcaire  lacustre 
de  Steinheim.  Selon  notre  analyse  elle  appartient 
au  groupe  des  PL  carina  nulla,  testa  utrinque  con~ 
cava.  Cependant  elle  diffère  de  la  seule  espèce  qui 
lui  appartient  ,  la  PL  spirorbis  Mùll. 

Nota.  Le  respectable  auteur  de  l'Oryctographie  cite  une 
seule  espèce  la  P.  lens  Brong.  avec  une  variété  P.  impresset 
Fisch.  Ces  fossiles  manquent  à  notre  collection  et  nous  ne  les 
avons  pu  étudier  que  dans  les  écrits  des  auteurs  qui  en 
parlent. 

Remarquons     d'abord    que     l'espèce    de    Fischer    et-  la    P1-» 


(*)  Das   Flôtzg.  etc.  p.   550. 


373 


lens  Brong.  nous  semblent  former  deux  espèces  parfaitement 
distinctes,  car  en  comparant  les  figures  qu'en  donnent  ces 
deux   auteurs,  on   remarque  des   différences  assez   fortes. 


PI.  lens  Brong. 


(Annal   du     Mus.   XV.   p.   372- 

PL  XXII.    f.    8.    Deshays    Coq. 

de    Paris   II.   p.   87.   u.    9.   PL 

IX.  f.    11-13.). 

Bouche  anguleuse,  comprimée 
vers  la  périphérie  du  disque, 
cordiforme.  Aussi  Brongniart 
dit  dans  la  caractéristique,  qui 
indique  à  peine  les  traits  les 
plus  saillants:  ce  planorbe  dif- 
fère beaucoup  du  Planorbis  ca- 
rinatus  ,  mais  il  a  les  plus 
grands  rapports  avec  le  Pl.com- 
planatus  Draparnaud  ,  dont  la 
bouche,  comme  dans  Pi.  nitidus 
MûlL,  est  cordiforme,  compri- 
mée des  cotés  (*). 

Tours  de  spire,  au  plus,  qua- 
tre. 


(*)  Voyez  :  Draparnaud.  Hist. 
nat.  des  coq.  terr.  et  fluv.  de  la 
France.  Paris  1805.  p.  II.  f. 
20—22.  Pfeiffer:Naturg.  Deut- 
scher  Land-u-Suesswasser  Mol- 
lusken.Weimar  1821.  p.  83.  Fof 
V    f.    14.  —  Troschel    de    lim- 


Pl.  lens  de  VOrycto- 


zr 


aphie. 


Pag.   180.  Tab.    18.  fig.  5.  6.) 


Bouche  vers  la  périphérie 
du  disque  parfaitement  arron- 
die ,  si  toutefois  la  figure  en 
est  exacte  ;  quoiqu'il  soit  dit 
expressément:  anfractibus  qua- 
ternis  ad  peripheriam  in  me- 
dio   subangulatis. 


Tours  de  spire  cinq,  h  six 
et  demie.  L'auteur,  il  est  vrai, 
n'en  cite  que  quatre  (anfrac- 
tibus quaternis),  mais  le  des- 
sin en  présente  cinq.  Cette 
différence  vient  de  ce  que  l'au- 


neaceis  gasteropodis  pulme- 
natis,  quae  nostris  in  aquis  vi- 
vun  t.  Berolini  M  DCCCXXXIV. 
p.   45. 

24* 


374 


teur  compte  les  tours  différem- 
ment de  Brongniart;  il  est  évi- 
dent que  si  on  traçait  une  li- 
gne droite  depuis  la  bouche 
du  fossile  à  son  sommet,  elle 
découperait  dans  la  PU  lens 
Brong.  4  tours  et  dans  la  co- 
quille de  l'Oryctographie  5.  Du 
reste,  il  est  vrai  que  le  nom- 
bredes  tours  peut  varier  avec  l'â- 
ge, et  il  serait  de  peu  d'impor- 
tance, si  Brongniart  n'y  avait 
ajouté   le  mot:  «  au  plus.» 

Tours  de  spires  peu  séparés 
les  uns  des  autres. 

Les  tours  de  spire  ne  s'élar- 
gissent que  très  insensiblement; 
les  quatre  premiers  apparais- 
sent au  coté  droit  presque  de 
la  même  largeur  ,  le  dernier 
tout  au  plus  deux  fois  aussi 
large  que  l'antécédent. 


Tours  de  spire  très  séparés 
les  uns  des  autres. 

Les  tours  croissent  sensible- 
ment en  large  ;  surtout  le  der- 
nier au  moins  deux  fois  et 
demie  aussi  large  que  l'anté- 
cédent. Dans  le  Pl.complanatus 
Drap,  avec  lequel  il  a ,  sui- 
vant Brong.  les  plus  grands  rap- 
ports, le  dernier  tour  est  aussi 
bien  plus  large  que  les  autres 
(ultimus  longe  major  quant  re- 
liqui,   Troschel). 

«Plutôt  bombé  et  lenticulaire  «Coquille  discoïde,  déprimée, 
qu'ombiliqué.»  plane  des   deux   cotés»» 

1.  En  résumé  nous  remarquerons  que  le  fossile  de  l'Orycto- 
graphie îhdiqué  sous  le  nom  Pi.  impressa  Fisch.  comme  variété 
de  PI  lens  ,  et  caractérisé  «tours  de  spire  moindres,  seu- 
lement au   nombre  de  trois    (*)   et  plus  séparés  les  uns  des  au- 


{*)  Ce  qui  équivaut  à  4.  tours,  suivant  la  manière  de  Brongniart, 


375 

très,  s'approche  bien  plus   de   l'exemplaire   original  de   PL  lens 
Brong.  que   le   fossile  de'crit  sous   ce   nom  dans  l'Oryclographie. 

2.  Que  ce  dernier  est  une  espèce  distincte  ,  bien  caracté- 
risée, peut-être  nouvelle  pour  le  terrain  en  question,  et  que  nous 
appellerions  PL  Fischeri. 

3.  Que  le  PL  lens  Brong.  se  distingue  cependant  de  PL  com- 
planatus  Drap,  avec  lequel  il  a  les  plus  grands  rapports  , 
en  ce  que  dans  le  premier  les  deux  cotés  se  ressemblent 
davantage  «la  coquille  est  presque  bombée,  lenticulaire» 
dans  le  PL  complanatus  au  contraire  :  dextrum  latus  parum 
convexum,  in  medio  vix  paullo  demissum  ,  suturis  distinctis  ; 
sinistrum  latus  itidem  parum  convexum  ,  ab  ultimo  anfractu 
fere  totum  occupatam  ,  ut  priores  anfractus  ,  qui  demissi 
umbilicum  efficiunt,  vix»  conspiciantur. 

13.  Gyclas  cornea  Lam.  (non  Drap.) 

Cyclas  comea.   Lam.  Rouill.   Disc.  p.   64. 
Cyclas  comea  Lam.    Rouill.  Erman.  1.   c. 

Exemplaire  qui  a  conservé  son  épiderme  exté- 
rieur et  présente  les  caractères  spécifiques  indi- 
qués chez  Lamarck,  excepté  le  dernier  (  zona 
marginali  lutescenti  ). 

14.  Cyclas  rivicola.  Lam  (?  C.  comea  Drap.) 

Cyclas  rivicola.  Lam.  Rouill.  Disc.   p.  64. 
Cyclas  rivicola.  Lam.   Rouill.   Erman.   1.  c. 

Nous  rapportons  à  cette  espèce  le  fragment 
d'un  exemplaire  de  taille  bien  plus  forte ,  plus 
épais  et  présentant  des  stries  distinctes  d'ac- 
croissement. 

Ces  deux  espèces  n'offrent  que  des  dents  laté- 
rales lamelliformes. 


376 

Elles  sont,  surtout  la  première,  communes  dans 
nos  eaux  stagnantes. 

/?.   Plantes. 

Le  calcaire  est  rempli  de  fragments  de  feuilles 
et  de  branches,  mais  tellement  mutilés  qu'il  ne 
nous  a  pas  été  possible  d'en  reconnaître  les  espè- 
ces. Voy.  l'Oryctog.  p.  179.  (*) 

En  comparant    ces    fossiles    avec    les    coquilles 
actuelles  de  Moscou,  nous  remarquons  que  : 

1.  Les  coquilles  de  Zvénigorod  appartiennent 
à  six  genres  dont  les  représentants  se  trouvent  dans 
nos  contrées. 

2.  Elles  appartiennent ,  à  l'exception  de  deux 
espèces  la  H.  bidentata  et  la  H.  indentata,  aux 
espèces  actuellement  vivantes  dans  nos  contrées. 

3.  Ces  deux  espèces  sont  fréquentes  dans  quel- 
ques gouvernements  au  sud  de  Moscou  (Voronèje, 
Kalouga,  Rharkow  etc.}. 

4.  Plusieurs  espèces  (  les  Lymnaeus  et  les  Pla- 
norbis  )  se  trouvent  aussi  au  nord  de  notre  gou- 
vernement jusqu'à  Pétersbourg   (M.   Karpinsky  ). 


(*)  Les  descriptions  et  les  planches  de  cet  ouvrage,  qui 
traitent  des  plantes  fossiles,  ne  semblent  être  qu'une  réimpres- 
sion d'un  article  que  nous  n'avons  pu  nous  procurer  :  Fischer 
de  Waldheim  :  Notice  sur  les  végétaux  fossiles  du  gouv.  de 
Moscou.  Mosc.  1824;  (Cité  par  E.  R.  Trautvetter,  dans  le  Grund- 
riss  ciuer  Geschichte  d.  Botanik  in  Russland.  p.    1&5.) 


377 

5.  Il  est  surtout  remarquable  que  les  genres 
Paludina ,  Anadonta^  Unio,  qui  sont  si  aboudants 
eu  individus  dans  la  faune  actuelle,  manquent  to- 
talement dans  ce  calcaire,  comme  aussi  le  Lymnaeus 
stagnalis  et  îe  Planorbis  corneus  ,  qui  sont  cer- 
tainement les  plus  fréquents  de  leur  genre. 

6.  Tous  les  fossiles  du  tuf  calcaire  vivent  actuel- 
lement dans  nos  eaux  stagnantes ,  ou  du  moins 
de  telles  ,  dont  les  eaux  ont  un  faible  courant  et 
qui  sont  renfermées  par  des  digues.  Voy.  pag.  483. 

7.  Les  plus  communes  semblent  avoir  été  la  H. 
fruticum  et  le  L.  ovatus  qui  ne  le  sont  plus  de 
nos  jours. 

8.  Enfin  les  univalves  semblent  avoir  été  bien 
plus  abondantes  à  l'époque  de  la  déposition  du  tuf 
calcaire  que  de  nos  jours. 

Ce  calcaire  en  définitive  parait  appartenir  au 
groupe  que  Brongniart  nomme  terrain  d'eau 
douce:  il  en  a  du  moins  tous  les  caractères  distinc- 
tifs,  tant  minéralogiques  que  stratograpbiques  et 
paléontologiques. 

Nota.  Ces  détails  sur  le  tuf  calcaire  ont  été  présentés  à  la 
Société  des  Naturalistes  de  Moscou,  à  sa  séance  du  19  Octobre 
1844.  (Voy.  Bull.  1844.  p.  923).  Les  faits  principaux  ont  été 
signalés  dans   notre  Discours  p.  62  —  64. 

On  connaît  d'autres  localités  où  affleure  le  même 
terrain. 

2.  L'auteur  de  l'Oryctograpbie  signale  le  même 
calcaire  ,  quoique  sans  fossiles,  sur  la  Nara  près 
de  Serpoukhow. 


378 

3.  MM.  Catala    et    Kiréew ,    qui  ont    bien  voulu 
aider     nos     recherches     géologiques     dans     notre 
gouvernement  ,    ont    trouvé    au    pied    de  Ja   Mon- 
tagne    des    Moineaux  ,  sur  Ja  rive  droite  de  la  ri- 
vière ,  à   quelques  pas  derrière  la  fabrique  de  Ra- 
dimzow,    le    même    calcaire.  Ses  caractères  strato- 
graphiques ,   minéralogiqucs      et     paléontologiques 
sont  les  mêmes,  à  l'exception  près  qu'il  ne  contient 
presque    point    la   Hélix    fruticum  ,     le    Lymnaeus 
ovatus,  et  qu'il  passe  inférieurement    en  une  mar- 
ne    noire,  riche    de    restes    de   plantes  ,   parmi  les 
quelles    on    reconnaît    facilement   les  branches  de 
notre  bouleau  actuel.  On   trouve  dans  celle-ci  très 
fréquemment  des    tuyaux    cylindriques   formés  par 
la  roche   endurcie  ,  qui ,  on  ne   tarde  pas    à    s'en 
convaincre  ,  se  sont  déposés  autour    des  branches 
de    plantes     et    ne    sont     vides    que    depuis    que 
celles-ci  sont  pourries. 

4.  Nous  avons  encore  retrouvé  le  tuf  calcaire 
sur  le  même  bord  de  la  rivière,  près  du  village 
de  Worobiëvo  ,  le  long  de  la  route  qui  conduit 
du  pied  de  la  montagne  à  l'extrémité  nord- 
ouest  du  village.  Le  calcaire  affleure  (  ayant  une 
archine  de  puissance  )  avec  les  caractères  de  celui 
de  Zvénigorod,  et  présente  presque  exclusivement 
la  H.  fruticum;  mais  en  revanche  il  remonte  très 
haut  le  long  de  l'escarpement  des  montagnes  sur 
une  étendue  de  50  pieds. 

Nota.  Il  est  juste  de    remarquer  que   M.r   Frears  connaissait 
déjà  cette  assise  de   tuf    calcaire,   mais  il    n'a  pas  indiqué  son 


379 

caractère  géologique  c.  à  d.  il  n'a  pas  démontré  qu'il  était 
identique  avec  le  calcaire  de  Zvénigorod,  signalé  dans  l'Oryc- 
tographie  et  que  les  fossiles  qu'on,  y  trouve  font  encore  par- 
tie de  la  faune  actuelle.  Nous  avons  exposé  nos  idées  en 
1845  dans  la  Gazette  de  Moscou  N°  92  et  dans  le  Disc, 
p.  63. 

5.  M.r  Frears  a  rencontré  le  même  calcaire  entre 
Petrovskoë  et  Petrovskoë-Rosournovskoë. 

6.  Nous  l'avons  retrouvé  sur  la  rive  gauche  de 
la  Skhodnia,  vis  à  vis  le  moulin  Sokolowo  (à 
18  verstes  de  Moscou). 

7.  M.r  Fahrenkohl  a  indiqué  sur  la  rive  gau- 
che de  la  Moskva,  derrière  le  pont  qui  la  traverse 
sur  la  route  de  Rolomenskoé  ,  au  pied  du  village 
de  Rojoucovo,  la  même  marne  noire ,  dans  la 
quelle  il  y  a  trouvé  de  plus  une  Clausilia  et 
une  Pupa. 

8.  Nous  avons  reçu,  de  la  part  du  Prince  Wol- 
demar  Lvoff,  des  échantillons  du  même  calcaire 
passant  à  la  marne  noire  avec  les  fossiles  dis- 
tinctifs,  que  Ton  a  trouvés  à  60  verstes  de  la  capi- 
tale, à  gauche  de  la  route  de  Pétersbourg,  district 
de  Rlin,  près  du  village  Spaskoë-Teleschovo  ,  sur 
la  rive  droite  et  marécageuse  de  la  Boschaïka,  qui 
tombe  dans  Flstra. 

9.  M.r  Alexis  Martinow  nous  a  communiqué 
des  échantillons  de  ce  tuf  avec  H.  fruticum,  qu'il 
a  recueilli  dans  le  gouvernement  de  Toula  ,  dis- 
trict de  Rachira,  au  pied  du  village  Mokraia  Kor 
(Rouill.  Disc.  p.  64.  Not.  336). 


380 

1  0.  M.r  Falirenkolil  Ta  rapporté  du  gouvernement 
de  Kalouga  ,  du  village  Diatkovo  sur  la  Schana 
(Bull.  d.  M.  1844.  p.  776.  Disc.  p.  64). 

11.  M.r  Bicliovetz  a  présenté  à  la  Société  des 
échantillons  du  calcaire  marneux ,  avec  Lym- 
naeus  ovatus  ,  trouvé  dans  des  terres  du  gou- 
vernement de  Kalouga ,  district  de  Tarouza ,  à 
un  quart  de  verste  du  village  Sourinka  et  à  deux 
de  Pschelënki. 

12.  MM.  Catala  et  Kiréew  ont  retrouvé  cette 
marne  avec  les  même  fossiles  dans  plusieurs  endroits 
du  bord  gauche  de  la  Pachra,  (  p.  e.  en  arrière  de 
Sekerino)  où  ce  terrain  parait  être  assez  fréquent. 

13.  M.r  Vosinsky  ,  élève  de  notre  Université , 
nous  a  indiqué  ce  terrain  sur  la  rive  droite  de  la 
Moskva,  près  le  village  Bouza'évo,  premier  relai  de 
poste  sur  la  route  de  Zvénigorod  ;  et  sur  la 
rive  droite  de  Tlstra,  deux  verstes  en  arrière  du 
Monastère  de  Voskressensk,  près  la  route  qui  con- 
duit  de  ce   bourg  à  Zvénigorod. 

14.  Nous  avons  encore  vu  des  échantillons  du 
même  tuf  calcaire,  qui  ont  été  pris  au  gouverne- 
ment de  Twer  ,  district  de  Wichnivolodsk,  dans 
la  campagne  Wassiliowo,  appartenant  au  colon 
Gropesco,  près  du  Moghilevskoi-Monastère.  L'assi- 
se du  tuf  calcaire  se  trouve  sur  la  rive  droite  de 
3a  Gavriikovka  ,  affluant  de  la  Tzna  ,  et  est  per- 
cée à  son  milieu  par  une  source  extrêmement 
froide  et  pure. 


381 

Ces  données  rendent  évident  que  ce  terrain  d'eau 
douce  est  assez  ordinaire  dans  le  bassin  de  Moscou, 
et  qu'il  acquiert  par  là  une  importance  géologique. 
Ne  Tayant  vu  nulle  part  distinctement  recouvert 
par  le  diluvium  ,  nous  l'avons  rapporté  à  l'époque 
post-diluvienne. 

3.  Dépôts  organiques. 

La  Tourbe  des  marais  est  abondante  dans  nos 
contrées  surtout  dans  les  localités  signalées  dans 
la  Coupe,  mais  c'est  à  peine  si  on  a  commencé  à 
l'exploiter  ,  et  il  nous  est  impossible  de  donner 
des  renseignements  suffisants  sur  cette  roche. 

"Voyez  ce  que  l'auteur  de  FOryctographie  en 
dit  (  page  102  —  103  ).  Ajoutez  y  encore  ce  que 
Gueldenstaedt  dit  sur  la  tourbière  située  au- 
delà  de  la  Slobode  Allemande  ,  quartier  de  la  ca- 
pitale. (*) 

IL 

TERRAIN  D1LUYIAL. 

On  n'a  que  fort  peu  étudié  ce  terrain.  Les  ren- 
seignements qu'on  en  a  acquis  peuvent  se  résumer 
ainsi: 


A.   Caractères  minéralogiques 

srrain  contient  sous  forme  de 
gravier,  de    cailloux  roulés  et  de  blocs   erratiques 


* 
1.  Ce  terrain  contient  sous  forme  de  sable  ,   de 


(*)   Gueldenstaedt  Reisen  etc.  I.  p.  27. 


382 

granité,  siénite,  gneiss,  quarzite,  lidite,  jaspe,  cor- 
naline, micaschiste  etc. 

2.  Ce  terrain  est  représenté  par  deux  roches,  le 

a.  Diluvium  arénacé, 

composé  principalement  de  sable  et  de  gravier, 
et  le 

b.  Diluvium  argilleux, 

dont  la  masse  dominante  est  V Argile  à  briques. 
La  quantité  et  la  diversité  des  roches  primitives 
sont  moindres. 

B.  Caractères  strato  graphiques. 

3.  Le  diluvium  recouvre  en  général  le  sol  de 
notre  gouvernement ,  à  l'exception  du  terrain 
contemporain. 

4.  Le  diluvium  sableux  recouvre  les  plaines,  le 
fond  des  vallées   et  le  lit  des  rivières. 

5.  Le  diluvium  argileux  occupe  les  sommités  et 
les  pentes  des  plateaux  et  des  collines. 

Nota.  1.  Pour  compléter  ces  faits  voyez  a.  Fischer:  Oryctog. 
pag.  98  — 102  b.  De  Verneuil  Bull.  d.  1.  Soc.  Géolog.  de  France 
1843.  c.  Ce  que  nous  avons  dit  dans  la  Gazette  d.  Mosc.  1845. 
N°  128  et  répété  Bull.  d.  Moscou  1846  page  469  —  475.  d. 
Murchison   etc.  Geol.  of.   Russ.   Tom.  I. 

2.  L'étude  des  blocs  erratiques  devient  de  jour  en  jour  plus 
difficile,  leur  quantité  diminuant  à  vue  d'œil.  C'est  ainsi  que  les 
blocs  erratiques  du  gouvernement  de  Vladimir,  si  communs  au- 
trefois,  ont  été  employés  pour  la  chaussée  macadamisée. 

Un  entassement  de  grands  cailloux  semblable 
à    celui    que    mentionne    M.r  de  Fischer  à  Zvéni- 


383 

gorod  (  Oryct.  p.  99.  )  a  été  retrouvé  par  M.r 
Yosinsky  sur  la  rive  droite  de  Tlstra,  vis  à-vis  le 
couvent  de  Voskressensk. 

G.  Caractères  paléontologiques, 

6.  Ce  terrain  renferme  beaucoup  de  fossiles  de 
deux  groupes  fort  distincts.  Les  uns  lui  appar- 
tiennent exclusivement  —  ce  sont  les  ossements 
des  mammifères;  les  autres  proviennent  des  ter- 
rains  antérieurs. 

a.  Fossiles  exclusivement  propres   au  diluvium. 
1.  Equus  fossilis  Guv. 

Equus  caballus    primigenius    v.    Meyer,    Fischer  Bull.   d.   M. 

1838.  p.  534. 
Equus    fossilis    Rouill.    et    Frears  2.  Coup.  Géol. 

Des  dents  machelières,  identiques  aves  celles  de 
l'espèce  vivante  ,  excepté  une  taille  moins  forte  , 
sont  communes  dans  nos  sables. 

Nous  n'avons  pas  vu  de  dent  qu'on  puisse 
rapporter  au  genre  Hippotherium ,  auquel  selon 
M.r  Bronn  (Letb.  II.  p.  1193).  appartient  YEquus 
caballus  primigenius  de  Meyer. 

2.  Elephas  mammonteus  Fischer. 

Elephas  mammonteus,  Fischer   1808. Programme  sur  l'Elasrao- 

therium  p.    11. 
Elephas  mammonteus  Fischer  (  1814)    Zoogn.  tabul.  synopt. 

ill.   T.  III.   p.   319. 
Elephas   mammonteus   Fischer.    Mém.  d.  1.  Soc.  Imp.  d.  Na- 

tur.  d.   Mosc.    1829.  p.  285. 


384 

Elephas    mommonteus    Fischer.     Bull.     d.     Moscou     1829.     p. 

267  —  278. 
Elephas  mammonteus  Fischer.  Oryct.  p.  lll.pl.I.  1830 — 1837. 
Elephas  mammonteus    Fisch.    Bibliographia    Paleon.    p.  146. 

(  1834  ). 
El.    mammonteus  Fisch.  Bull.  d.  Mosc.    1838.  p.  532. 
El.    mammonteus     Fisch.  Frears    et    Rouill.    1845.    lve  Coup. 

Géol. 
El.   mammonteus.  Fisch.   Rouill.   Disc.   p.    58.    N°  314. 
El.  mammonteus.  Fisch.  Rouill.  et   Frears  2e  Coup,  Géol. 
El.   mammonteus  Fisch.   Rouill.  Erman.    1.  c.  p.   466. 

Les  maclielièrs  et  les  défenses  ainsi  que  divers 
ossements  de  cet  animal  sont  très  communs  dans 
nos  contrées.  On  en  a  trouvé  au  centre  de  la 
capitale ,  lorsqu'on  posait  les  fondements  de  la 
cathédrale  du  Sauveur.  Pour  plus  de  détails  voy. 
TOryctographie  page   111  —  1  12. 

Nota.  Nous  voyons  cette  espèce  citée  ordinairement  sous  le 
nom  de  El.  primigenius  Blumenbach  ou  El.  mammonteus  Cuv. 
et  tout  au  plus  avec  l'autorité  de  Cuvier  et  celle  de  M.r  Fi- 
scher en  second  lieu.  Or  ceci  est  contraire  au  droit  de  l'anté- 
riorité, admis  dans  la  nomenclature.  M.r  de  Fischer  dit  devoir 
conserver  le  nom  El.  mammonteus  comme  étant  le  plus  ancien 
Oryct.  p.  lit);  il  l'avait  déjà  porté  sur  la  liste  des  animaux 
fossiles  de  la  Russie  en  1808  (  Programme  sur  l'Elasmotherium 
etc.  p.    11.  Bibliog.  poleont.  p.    146) 

M.r  de  Fischer  avoit  autrefois  admis  sur  des  dif- 
férences présentées  par  les  molaires,  les  espèces 
suivantes:  a.  El.  paniscus,  h.  El.  proboletes,(N.  Mém. 
XVII.  1.)  c  El.  pygmaeus  (  L.  c.  XVII.  2)  d. 
El.    campylotes,    e.     El.  Kamenskiï    (N.    Mém.    d. 


385 

M.    1829.   p.    285-295;    Bull.  à.    M.    1829.  p. 
267-278;  Bibliog.  paleont.  p.    146). 

L'Université  de  Moscou  possède  des  ossements 
de  Mammont  provenant  des  gouvernements  de  Mos- 
cou ,  Yladimir,  Twer  ,  Ralouga  ,  Toula,  Riazan  , 
Orel,  Smolensk.  N.  Mém.  1829.  p.  287  -  289: 
et  le  catalogue  du  Musée  de  l'Université.). 

L'analyse  chimique  d'une  dent  fossile  fut  don- 
née par  le  Prof.  Iohn  dans  les  Mém.  d.  Moscou. 
1812.  Tom.  111.  p.    217-220. 

Le  squelette  le  plus  complet  provenant  de  notre 
bassin  est  celui  que  l'on  a  trouvé  au  gouverne- 
ment de  Iaroslaw,  district  de  Daniloff.  Il  a  été  men- 
tionné dans  les  Gazettes  du  même  gouvernement, 
de  plus  par  de  Fisclier  Bibliogr.  paleont.  p.  366  et 
mon  Discours,  p.   60. 

Nota.  Ce  que  M.r  de  Fischer  avait  décrit  comme  étant  la 
dent  d'un  crocodile  (Oryct.  p.  1 19.  Grocodilus.  Tab.  IV.  Ichthy- 
osaurus  giganteus)  n'est  que  le  cône  d'une  défense  désagrégée 
du  mammont;  nous  avons  devant  nous  des  pièces  justificatives. 
Çuvier  l'avait  déjà  supposé  (  Rech.  oss.  foss.  VII.  p-  474.  )  et 
nous  l'avons  signalé  Disc.  p.   59.  Note   523. 

3.  Rhinocéros  tichorhinus  Fischer. 

Rhinocéros  de    Sibérie.  Fischer.  Prog.  sur  l'Elasmot.    p.     13. 

(1808). 
Rhinocéros   tichorhinus.   Fisch.  Zoognos.  tab.   syn.   ill  III.  p. 

304.  (1814). 
Rhinocéros  sibiricus.  Fisch.  N.  Mém.   d.   M.    1829  Tom.   I.    p. 

293.  sy.  al.  XVIII.    1.  2.  Mâchoire  infér.  et  corne. 
Rhinocéros  tichorhinus.  Fisch.  Bull.  d.    M.  1829.  p.  68  t.  pi.  3- 


386 

Rhinocéros    tichorhinus.    Fisch,  Oryct.   p.    114.  Tab.   II.   III: 

(1830—1831). 
Sur  le  gryphus  antiquitatis ,    des  natural.   allemands.     Mosc. 

1836.  Bull.  1831.   p.   152  sy.  pi.  I. 
Rhinocéros   tichorhinus.    Fisch.   Bull.  d.  Moscou    1838.   p.  533. 
Rinoceros  tichorhinus.  Fisch.  Frears  et  Rouill.  lre  Coup.  Géol. 
Rhinocéros  tichorhinus.  Fisch.  Rouill.  Disc.   p.  58. 
Rhinocéros  tichorhinus.     Fisch.     Rouill.   et  Frears  2-'   Coup. 

Géol. 
Rh.  tichorhinus  Fisch.    Rouill.  Erraan.  1.  c.  p.  466. 

4.  Mastodon. 

Mastodon  sp.  Fischer.  Bull.  d.  M.  1835.  p.  394. 
pi.  X.  f.  6. 

Une  jeune  dent  provenant  de  Riazan  et  trouvée 
par  M.r  Yosdvigensky. 

5.  Hippopotamus  maxim us  Nesti  et  Cuv. 

Hippopotamus  maximus  Fisch.  Oryct.   115  Tab.   III.  a, 
Hippopotamus  maximus  Cuv.  Fisch.  Bull.  d.  M.   1838  p.  533. 
Hipp.  maximus^  Rouill.  Disc.  p.  58.  N°  316. 
Hipp»  maximus,  Frears  Rouill.    lre  Coup.  Géol. 
Hipp.  maximus,  Rouill.  et  Frears.  2e  Coup.  Géol. 
Hipp.  maximus,  Cuv.  Rouill.  Erman.   1.  c.   p.  466. 

Du  district  de  Voloçolamsk. 

6.  Elasmotherium  sibiricum  Fisch/ 

Elasmotherium  de  Sibérie  Fisch.  Programme  contenant  la 
notice  d'un  animal  inconnu  aux  Naturalistes.  Moscou.  1808  c. 
Tab.  11.   Voyez  encore  Fischer;    Bibliog.  paleont  p.   136. 

Llasm.  de  Sibérie  Fisch.  Mém.  des  Nat.  d.  Mosc.  p.  255. 
sp.  pi.  21.  22.  C'est  la  répétition  du  travail  antécédent  avec 
les   mêmes   planches. 


387 

Elasmolhcrium    sibiricum    F.    Bull,   de  Moscou   1843    p.  458. 
sp.   On    trouve   ici   la   bibliographie   entière   de   l'animal. 
El.  Fischeri,   Pictet    Palcontol.   I.  p.  268. 
Elasm.   sibiricum,  Rouill.    Disc.  p.    58.    N.   317. 
Elasm.  sibiricum,  Fisch.  Rouill.   Erman.  1.   c.   466. 

Nous  possédons  une  omoplate ,  provenant  du 
gouvernement  de  Riazan.  Elle  présente  beaucoup 
de  rapport  avec  l'os  correspondant  de  l'éléphant,  du 
rhinocéros  et  du  cheval ,  c'est  pourquoi  nous 
avons   cru  devoir  la  rapporter  à  ce  genre. 

Nota.  Il  y  a  confusion  de  noms  donnés  aux  deux  espèces 
de  ce  genre.  L'espèce  dont  la  mâchoire  a  été  décrite  par  M.r 
de  Fischer  ,  est  appelée  par  ce  savant  Elemotherium  de  Sibé- 
rie (Programme  etc.  1808)  sans  nom  spécifique  latin.  Plus  tard 
il  cite  (Bull.  d.  M.  1843.  p.  458)  cet  animal  comme  décrit  dans 
le  programme  sous  le  nom  de  EL  sibiricum.  Cependant  on  le 
trouve  cité  sous  le  nom  de  El.  Fischeri  chez  Desmaret  (*),  Des- 
moulins (**),  le.  Fischer  (***)  H.  de  Meyer  (****),  Bronn  (*****}, 
Geinitz  (******),  Une  autre  espèce  a  été  indiquée  par  M.r  de 
Keyserling  (  Bronn's  Jahrb.  1842  p.  95.  Bull,  d-  M.  1843.  p. 
454.  pi.  III.  )  et  appellée  par  M.r  de  Fischer  El.  Keyserlingii 
Fisch.  Bull,  d  M.  1843.  p.  461.  (Geinitz  1.  c.)  oh  M.r  Fischer 
appelle  encore  sa  première  espèce  Elasm    Fischeri. 

7.  Bos  Pallàsii  Dekay. 

Bos  canaliculatus  Fischer.  Bull.   d.   M.    1830.   p.   85.   pi.  III. 
Bos  canaliculatus,  var.   mosquensis  Fischer,  Bull.  d.  M.  1834 

p.  437. 

(*)  Mammologie    1820  p.  546   n.  850. 

(**)   Diction,    classiq.   VI.    p.    92. 

(***)   Synopsis  Mammal.    1829   p.   417.  n.    116. 

(****)   Palaeoiog     1832   p.    78.    147. 

(*****)  Lethaea  geog-.   II.  p.   1196. 

(******)   Grundriss  d.   Versteinerungsk.  p.  44. 

N°  IF.  184G.  25 


388 

Bos  canaliculatus  Fisch.    Oryct.    p.    1  IG.   pi.   II I    G. 
Bos  Pallasii,  Fisch.  Bull.  d.  M.    1838.  p.   534. 
Bos  Pallasii,  Rouill.  Disc.  p.  58.   N.   318 
Bos  Pallasii,  Frears  et  Rouill.    lre  Coup.  Géol.   845. 
Bos  Pallassi,  Rouill.  et  Frears.  2e  Coup.  Géol. 
Bos  Pallasii  Dekay,  Rouill.  Ermau.  1.  c.  p.  466. 

On  en  a  trouvé  un  crâne  aux  environs  Je  Mos- 
cou (  Schablovo,  à  6  verstes  de  la  capitale  ). 

8.   Bos   priscus  Bojan. 

Bos  latifrons  Fisch.  Bail.    d.  M.   1830.   p.   8   pi.   II. 

Bos  latifrons    Harl.     et  Fisch.    (  Cit.     Geiuitz   Gruadriss.  d. 

Versteiaer.   p.  56.). 
Bos   latifrons,   Rouill.   et  Frears  2e  Coup, 

Un  crâne  en  a  été  trouvé  dans  le  district  de 
Kolomna.  Nous  l'avons  déposé  au  Musée  de  l'Uni- 
versité. 

9.   Alces  Savinus  Fisch.  (sp.) 

Cervus  ....  Fisch.   Bull.  d.  M.   Tome  VIL  p.    439. 

Cervus  [megalocerus)  Savinus  Fischer,  Oryct.  p.    117. 

Cervus  megaloceros,   Fischer  N.  Mém.  d.  M.    1834.  Tom.  III. 

p.   297. 
Cervus   megaleceros,   Fischer  Ibid.  Tab.   III   c. 

Cervus  megaloceros,   Fischer   Bibliog.  paleoot.   p.   367.    1834). 
Cervus  megalocerus,   Fisch.   Bull.  d.  M.    1838.   p.   5.    34-35. 
Cerf    approchant  du     Cervus  euryceros     s.   megaloceros.     Fi- 
scher Bull,  d.  M.    1834.  p.   439. 

Cervus  Savinus  Fischer,  Ibid.   p.   441.  justement  (p.    117.). 
Alces  Savinus,  Rouill.  Disc.  p.  58.   N.   319. 
Cervus  alces,  Eichwald  Bull.    1845.  p.    215. 
Alces  Savinus,  Ermau  Archiv.    1846.  p.    167. 

Crâne    très  bien     conservé    et  décrit    par  M.r  de 
Fischer,  trouvé  à  60  verstes  de  la  capitale. 


389 

Nota.  M.r  de  Fischer  a  déjà  remarqué,  dans  l'Oryctographie 
et  le  Bull.  d.  M.  1834.  p.  439  —  441,  que  ce  crâne  forme  le 
type  d'une  espèce  intermédiaire  entre  X  Alces  vivant  et  le  C. 
megaloceros.  Cependant  dans  des  écrits  postérieurs  (  Bibliogr. 
1834  et  Bull.  d.  M.  1838.  )  il  lui  donne  encore  le  nom  de  C. 
megaceros.  Nous  avons  fait  remarquer  (  Disc.  p.  58  Nota  319  ) 
que  ce  crâne  n'appartenait  pas  au  groupe  des  petits  cerfs  (renne) 
dans  lesquels  les  os  intermaxillaires  touchent  les  nasales,  et  aux- 
quelsap  partient  leC.  megaceros, mais  bien  au  sousgenre  des  cerfs, 
Alces,  qui  ont  les  nasales  éloignées  des  intermaxillaires  et  par 
conséquent  l'ouverture  nasale  antérieure  très  allongée.  C'est 
pour  la  même  raison  que  nous  avons  préféré  lui  imposer  le 
nom  de  Alces  Savinus.  Depuis,  M.1  Eichwald  (  Bull.  d.  M. 
1845.  p.  Erman.  1846.  p.  167  (*)  a  cru  devoir  rapporter  ce 
crâne  à  l'élan  ordinaire  (  Cervus  Alces  ),  opinion  que  nous  ne 
pouvons  partager. 

10.  Alces  resupinatus  n. 

Alces  resupinatus   n.    Rapport  annuaire  de  l'Univers,  de  Mos- 
cou  pour   l'année    1842. 

Alces  resupinatus  n.   Disc.  p.    58  N°    320. 
Alces  resupinatus   n.   Erman.   1.   c.    p.   466. 

Un  crâne  d'une  conservation  complète  ,  trouve' 
par  M.r  INetschaew  dans  un  lac  appartenant  à  ses 
terres  du  gouvernement  de  Kostroma,  district  de 
Néreclita. 

11  diffère  de  l'espèce  précédente  et  de  l'élan  vi- 
vant en  ce  que  la  partie  antérieure  du  crâne  est 
relevée  et  la  postérieure  déprimée,  et  sa  base  por- 


(*)  Erman's    Arhiv.     1846    p.    167   etc.  réimprimé    de   notre 
Bulletin. 

25* 


300 

tée  antérieurement.  Il  faut  en  conclure  que  cette 
espèce  portait  des  bois  d'une  taille  très  forte,  quoi- 
que les  présents  soient  très  jeunes ,  ce  que  la 
grandeur  du  crâne  (  d'un  tiers  plus  grand  que  le 
précédent  )  confirme  suffisamment. 

1 1 .   Cervus  elaphus  L. 

Cervus  elaphus  L.  Fischer  Oryct.  p.  118.   PI.  I.   6.  f.  4. 
Cervus  elaphus  fossilis  L.  Rouill.   Disc.  p.   58.   N.  321. 

Du  même  endroit  que  YAlces   Savinus. 
12.  Cervus  euryceros  Aldrov. 

Cervus  megacerus ,  Jazikow  Tableau  des  roches  du  Gouv. 
de  Simbirsk. 

Cervus  giganteus  ,  Rouill.  Séance  d.  1.  Soc.  d.  Natur.  d. 
Mosc.   1843,  18  Mars. 

Cervus  giganteus  Cuv.  Rouill.  Disc.  p.   58  N.  322. 

Cervus  megaceros  ,  Eichwald  Bull.  d.  M.  1845.  Erman's  Àr- 
hiv   1846.  p.   158  —  176. 

M.r  Iazikow  a  trouvé  le  crâne  et  une  perche  de 
cet  animal  dans  le  gouvernement  de  Simbirsk. 
Nous  avons  présenté  le  moule  de  ce  crâne  et  le 
dessin  de  la  perche  à  la  Soc.  d.  Naturalistes.  Le 
plâtre  est  déposé  au  Musée  de  l'Université.  Depuis, 
M.r  Eichwald  a  décrit  ce  fossile  dans  le  Bull,  d 
Moscou. 

13.  Castor  fiber  L. 

Castor  fiber,  Fischer  Bull.  d.  M.  1834  Tora.  VII  p.  434* 
pi.  XIV. 

Castor  fiber,  Fischer  Oryct.  p.   119.  p.  1.6.  f.  5.  (1830-1837) 
Castor  fiber,   Fischer   Bull.  d.  M.   1838  (T.  XI)   p.    535. 


391 

14.  Canis. 

Crâne  d'un  loup  fossile.  Fischer  Bull.  1834.  p. 
435  —  437  pi.  XV.  Mr.  Fischer  a  décrit  sous  le 
nom  d'un  loup  fossile  la  partie  postérieure  d'un 
crâne  trouvé  dans  les  tourbières  de  Moscou. 

Aux  environs  de  Zagorié. 

/3.  Fossiles  trouvés  dans   le  dïluvium,  mais  prove- 
nant des  terrains  antérieurs. 

8.  Ces  fossiles  appartiennent  à  deux  terrains 
le  carbonifère  et  le  jurassique.  C'est  un  fait  qui 
n'a  pas  échappé  à  l'observation  du  Dr.  Macquart. 

9.  Un  autre  fait  non  moins  important  est  celui, 
que  l'on  n'a  rencontré  dans  notre  diluvium  que 
des  fossiles  antérieurs  exclusivement  propres  aux 
deux  époques  mentionnées.  Car  le  genre  de  poly- 
piers Coeloptychium  n'a  été  trouvé  dans  le  dilu- 
vium que  sous  des  formes  nouvelles  ,  C.  ver~ 
rucosum  Fisch.  C.  confluens  Fisch.  C.  variolosum 
Fisch.  (Bull.  d.  M.  1843.  p.  667-70  pi.  XV. 
Rouill.  Disc.  p.  59.  N.  324  —  326),  qui  peuvent  ne 
pas  appartenir  à  la  craie. 

a.  Fossiles  carbonifères. 

Chaetetes  radians,  Harmodites  paralellus,  Sarci- 
nula  inter stincta ,  Spirifer  mosquensis  ,  Productus 
striatus,  etc. 


392 

b.   Fossiles  jurassiques. 

Belemnites  canaliculatus,  Ammonites  bifurcatus  etc. 

Il  est  probable  que  la  cl  eut  du  requin,  décrite 
par  M.r  de  Fischer  (Bull.  d.  M.  1835  pi.  VII. 
f.  5  )  et  trouvée  dans  le  diluvium  de  la  laousa,  ap- 
partient à  ce  système.  Du  moins  avons-nous  déjà 
ces  animaux  dans  notre  jura.  Le  même  cas  parait 
avoir  lieu  avec  la  petite  dent  d'un  Ichthyosaure, 
du  même  endroit.  Les  deux  pièces  ont  été  trou- 
vées par  M.r  Zoubkofï  (  Ibid.  p.   242  ). 

Une  dent  de  requin  a  aussi  été  trouvée  dans  le 
diluvium  de  la  Panfirovka,  gouv.  de  Riazan  ,  par 
M.r  Vosdvijensky  (  Bull.  d.  M.  1835.  p.  391.  ). 

Il  est  probable  que  c'est  clans  le  diluvium  qu'il 
faudra  ranger  des  rognons  de  quarz  arrondis  (  no- 
dules circulaires  Brongn.  )  affectant  la  forme  d'ani- 
maux et  surtout  des  Aplysies  ,  dont  fait  mention 
M.r  de  Fisclier  dans  la  description  des  terrains  de 
Ragoul  et  de  Kornéewo,  à  dix  verstes  de  la  capitale 
(Bull.  d.  M.  1834.  p.  235;  Bull.  1838  p.  542.). 

10.  Tous  ces  fossiles,  ainsi  que  les  mammifères,  se 
trouvent  ordinairement  dans  le  sable  des  rives  et 
du  lit  des  rivières.  L'argile  parait  en  contenir  ra- 
rement, ou  du  moins  l'extraction  en  est  rare. 

11.  Enfin,  un  fait  de  la  plus  baute  importance, 
c'est  la  présence  simultanée  des  restes  de  mam- 
moutb  et  de  productions  humaines  à  une  grande 
profondeur,  à  la  quelle  l'homme  n'atteint  pas  dans 


393 

ses  travaux  ordinaires.  Devrait-on  en  conclure  , 
que  l'homme  déjà  en  Europe  vivait  contemporaine- 
ment  aux  mammonts  et  autres  géants  disparus  de 
nos  jours,  comme  Roch  et  Lund  viennent  de  le 
prouver  pour  l'Amérique  ?  Nous  manquons  de  don- 
nées suffisantes,  aussi  tenons-nous  à  rappeler  le  fait 
en  question  dans  Jes  propres  termes  de  l'Orycto- 
graphie  (p.  119  )  «La  branche  gauche  d'une  mâ- 
choire inférieure  de  Castor  a  été  trouvée  dans  les 
terres  meubles  à  20  pieds  de  profondeur,  pendant 
les  travaux  du  canal  dans  les  environs  de  Zago- 
rié.  C'est  à  Mr.  le  Lieutenant  de  Rop  que  je  dois 
cette  mâchoire.  Il  m'a  assuré  qu'on  y  a  aussi  trou- 
vé des  molaires  de  Mammont  qui  ont  été  envo- 
yées à  St.  Pétersbourg.  Il  m'a  en  outre  remis  quel- 
ques ustensiles,  telles  qu'une  hache  et  une  flèche 
en  cuivre  fondu  et  des  pointes  de  lances  en  ob- 
sidienne et  en  picite  ,  qui  se  sont  trouvés  au  mê- 
me endroit.  » 

ÏIÏ. 

TERRAIN  TERTIAIRE. 

Une  assise  de  ce  terrain  encore  peu  étudiée  est 
connue  sur  la  rive  gauche  de  la  Moskva,  entre 
Tatarovo  et  Troitzkoë.  Composé  de  strates  très 
fins,  ligniteux,  il  ne  laisse  aucun  doute  sur  son  ori- 
gine lacustre.  Il  est  rempli  de  tiges  ,  de  feuil- 
les flexibles,  d'écaillés,  de  dents  et  de  vertèbres  de 
poissons,  et  d'infusoires  qui  appartiennent  à  une 
époque  assez  récente. 


394 

Les  plantes  ne  diffèrent  pas  de  1  époque  actu- 
elle. 

Les  poissons,  peu  étudiés,  il  est  vrai,  appartien- 
nent exclusivement  aux  Ctenoides  et  Cycloides. 

Les  infusoires  habitent  encore  actuellement  nos 
eaux  stagnantes  :  GallioneUa  distans,  (*)  Navicula 
viridis  (**),  Nav.  viridula  (***),  Synedra  capitata 
(****)  (selon  Eichwald  ). 

Ce  terrain  gisant  sur  les  sables  blancs  et  le  grès 
ferrugineux  de  Worobievo  ,    est  recouvert    par  le 
diluvium  du   nord.  Voyez    pour    cette    localité  la 
Coupe  à  Troitzko'é.  Une  autre  coupe    prise  à  quel- 
[ues  pas   plus    bas  que  la  nôtre  a   été  donnée  ré- 
animent par  M.rs  Auerbach  et  Frears. 

Nota.  1.  M."  Frears,  Auerbach  et  moi,  nous*  avons  découvert 
ce  terrain  tertiaire  supérieur ,  à  une  de  nos  excursions  en 
1843.  Frappé  de  la  bonne  conservation  et  de  la  multitude  de 
plantes  lacustres,  je  ne  doutais  pas  de  découvrir  dans  ce  mê- 
me terrain  les  restes  d'infusoires ,  et  en  effet  ,  calcinée  et 
traitée  par  un  faible  acide  muriatique  ,  cette  roche  me  donna 
un  résidu  grisâtre,  qui  consistait  exclusivement  en  carapaces 
d'infusoires  fossiles.  Alors  c'était  un  fait  nouveau  et  intéres- 
sant pour  la  science.  J'en  fis  part  à  la  Société,  dans  sa  Séance 
lu  16  Décembre  1843  (*****),  où  jai  présente  des    restes  d'infusoi- 


*)  Bull.  M.   1844  p.   529. 

**)   Ibid.  p.   533. 

***)   Ibid. 

****)  Ibid.  p,    541. 

*****  \  Voy.  le  Protocole  de  cette  séance  inserré  au  Bull.   1844 


395 

rcs,  de  poissons  et  de  plantes  que  je  passai  à  plusieurs  membres. 
J'ai  envoyé  aussi  un  échantillon  de  cette  roche  à  Ehrenberg,  à 
Berlin ,  et  fait  part  de  la  découverte  à  Murchison  (*)•  Des 
échantillons  de  la  roche  et  des  fossiles  ont  été  communiqués 
par  M.rs  Frears  et  Auerbach  à  M.r  le  Comte  de  Keyserling,  qui 
croyait  devoir  les  rapporter  à  une  formation  récente  (**).  N'a- 
yant pu  me  procurer  le  grand  ouvrage  sur  les  infusoires,  je 
n'ai  distingué  que  les  genres  Gallionella,  Navicula,  Bacila- 
ria,  Fragillaria  et  Cocconema.  Un  an  plus  tard,  M.r  Eichwald 
détermina  les  quatres  espèces  citées.  Voyez  pour  l'histoire  de 
cette  découverte  notre  Discours   p.    56,  Note  312. 

Nota.  2.  Rectifions  quelques  faits  cités  dans  «  Russia  »  etc. 
1.  Les  infusoires  ont  été  trouvés  dans  la  roche  ligniteuse  et 
non  dans  un  grès.  Vol.  I.  240,  Vol.,11.  500;  2.  ).  On  n'a  pas 
trouvé  de  moules  de  Bivalves  ,  ni  à  Tatarowo  ni  à  Troitzkoë. 
Ihid.  3.  11  n'y  a  pas  à  Troitzkoë  de  grès  identique  à  celui  de 
Tatarowo  (  Ibid.  ),  erreur  qui  vient  d'être  relevée  par  M."  Auer- 
bach et  Frears  (***)<  La  roche  caractéristique  de  Troitzkoë  n'est 
pas  jurassique.  4.  Enfin  il  est  inexact  d'attribuer  la  dé- 
couverte de  ce  terrain  à  M.r  Frears  seul  (  Ibid.  ).  Nous  l'avons 
signalé  à  la  Société  conjointement  avec  M.rs  Frears  et  Auer- 
bach. 

IV. 

TERRAIN  JURASSIQUE. 

Le  terrain  Jurassique  est  celui  qui  présente  dans 
notre  gouvernement   le    plus  d'étendue,  et  le  plus 

p.  214,  et  ma  note:  Naturh.  Notiz  iiber  die  Umgegend  v. 
Moskau,   Bull.    1844  p.   626    628. 

(*  )   Russia   etc.   I.   p.   241. 

(  **)   Bull.    1S46   p.  499. 

(***)  Bull.  M-   1846.  p.  498. 


396 

de  variété  sous  le  double  rapport  des  roches  qui  le 
composent  et  des  fossiles  qu'on  y  rencontre.  Com- 
me ces  roches  sont  le  plus  souvent  à  un  état  assez 
avancé  de  désagrégation  elles  offrent  plus  de  faci- 
lités à  être  étudiées. 

Nous  allons  d'abord  entrer  dans  les  détails  les 
plus  intéressants,  pour  y  saisir  ensuite  quelques 
généralités   concluantes. 

On  a  reconnu  après  des  recherches  suivies 
que  ce  système  est  composé  de  quatre  étages 
bien  distincts,  tant  par  les  roches  que  par  les 
fossiles,  et  surtout  par  ces  derniers.  Une  justice  à 
rendre  à  notre  infatigable  géologue  de  Moscou,  Mr. 
Frears  ,  c'est  que  c'est  à  lui  que  nous  devons  le 
pressentiment  et  l'indication  des  trois  premiers  éta- 
ges. Nous  avons  développé  cette  idée  dans  notre 
Discours  (  *  ),  sur  la  première  Coupe  géologique 
qui  lui  a  été  annexée  ,  dans  différents  articles 
imprimés  dans  la  Gazette  de  Moscou  (  **  )  ;  enfin, 
l'été  passé ,  nous  avons  pu  y  ajouter  uu  qua- 
trième étage. 

Ces  quatre  étages  sont  caractérisés  ainsi  qu'il 
sui  t  : 

1.  Premier  étage,  supérieur,  ou  étage  à  Ammo- 
nites catenulatus. 

2.  Second  étage  ,  ou  étage  à  Ammonites  vir- 
galus. 

(*)   Pag     40.   (  1845  ). 

(**)    1845  N   51    p     237  —  238,  et   dans   les    suivants. 


397 

3.    Troisième     étage ,     ou    étage    à    Ammonites 
alternans,  ou  généralement  à  Ammonites  carinés. 

4.  Quatrième  étage  ,     étage   inférieur  ,    ou  étage 
à   Térébratula  varians. 

M.r  Auerbach  et  Frears  -viennent  de  signaler  (*) 
dans  notre  jura  cinq  étages  ;  tout  en  reproduisant 
les  quatre  consignés  sur  nos  Coupes  ,  ils  en  propo- 
sent un  cinquième,  qui  leur  est  superposé,  repré- 
senté par  le  grès  quarzeux  de  Lidkarino  (Widkri- 
no)  et  de  la  Klënovka  (**)  près  de  Kline.  Nous  ne 
pouvons  partager  l'opinion  de  ces  géologues  in- 
fatigables et  admettre  le  cinquième  étage,  qui  ne 
doit,  ce  nous  semble  ,  former  qu'un  membre  de 
l'étage   supérieur.  En   voici  la  raison: 

Ce  nouvel  étage  comprendrait  deux  assises  dif- 
férentes, le  grès  de  Lidkarino ,  qui  n'a  offert,  sui- 
vant les  géologues  ,  sauf  quelques  fragments  de 
Calamité,  que  des  moules  de  coquilles  marines,  et 
le  grès  de  Kline,  où  l'on  a  trouvé  des  empreintes 
de  plantes.  Ces  assises  sont  assez  différentes  pour 
que  les  auteurs  pensent  devoir  «  les  rapporter  à 
deux  formations  différentes ,  quoique  peut  être 
contemporaines,  dont  l'une  est  évidemment  marine, 
tandis  que  l'autre  ne  contient  que  des  restes  d'une 

(*)   Bull.   d.  M.    1846.    p.   489-491. 

(  **  )  Dans  l'article  cité  le  village  est  certainement  par 
erreur  typographique,  Klenkowo.  M.r  Auerbach  l'avait  annoncé 
pour  la  première  l'ois  (  Bull.  d.  M.  1844.  p.  145)  Klenowka. 
Nous  avons  ainsi  indiqué  cette  localité  intéressante  sur  nos 
deux  Coupes. 


398 

végétation    insulaire.»  (*)    Or    cette    assise  mari- 
ne n'a  offert ,    toujours  suivant  Jes  mêmes  auteurs, 
que  trois  espèces  qu'on   puisse   définir    avec   quel- 
que  certitude,    YAm.  catenulatus ,  YAm.  Koenigii 
et  Ylnoceramus    lobatus    Auerb.     et    Frears.     Les 
deux     autres     fossiles     n'admettent     pas     de*  défi- 
nition. Or  les  deux  Ammonites  sont  justement  les 
fossiles  caractéristiques  de    l'étage    à  Am.    catenu- 
latus ;  ce  sont  les  seuls   fossiles  qui  ont  démontré 
que    le    grés    de   Lisdkarino  ,    dont    l'âge  a  été  si 
longtemps     problématique  ,     appartient     au  jura  ; 
il  faut  donc  le    rapporter  à  l'étage  qui  est  carac- 
térisé   par    eux,   d'autant  plus    que    l'Inoceramus 
lobatus    a     son     représentant    dans     cet     étage  de 
Kliorocliovo.     Pour    la    même   raison ,    si  le  dépôt 
insulaire  de  Rline,  suivant  ces  auteurs,  appartient 
au  même   étage    que    celui  de  Lidkarino ,  il  nous 
j)arait  qu'il  ne  doit  que  faire  un  membre  de  Féta- 
geà  Am.  catenulatus  de  Rborocbowo.  Si  le  grès  de 
Kline  est  au  contraire  différent,  rien  ne  prouve  qu'il 
soit  jurassique  ,   les  plantes   que  M.r  Auerbach  y  a 
trouvées  appartenant  toutes  à  de  nouvelles  espèces, 
et  comme   ce  géologue  distingué  Fa  prouvé,  à  un 
tout  autre  genre  que  celui  de  Pterophyllum  ,  qui 
suivant    les  auteurs   anglais    serait  à  lui  seul  suffi- 
sant pour  indiquer   l'âge  jurassique  du  terrain  (**). 


(*)  Auerb.    et   Frears  Ibid.    1846.  p.    491. 
(**)  Geolog.    of    Russ.  II.   p.    501.    M.r  Lindley  dans  une   let- 
tre  adressée  à  M.r   Murchison. 


399 

Ajoutons  encore  qu'on  a  trouvé  des  fragments  de 
Calamité,  qu'on  ne  saurait  distinguer  spécifique- 
ment de  celui  de  Lidkarino  ,  de  Tatarovo  et 
celui  de  Kline,  que  Tatarovo  a  aussi  fourni  une 
Pecopteris,  et  enfin  qu'à  Lidkarino  on  a  reconnu 
une  plante  tout  autre  que  les  calamités.  Aussi  les 
auteurs  semblent -ils  hésiter  en  proposant  cet 
étage.  O 

Premier  Etage. 

Syn.   Etage  supérieur,  étage  à  Amm.  catenulatus. 

S'il  est  juste  de  dire  en  général  que  le  terrain 
jurassique  est  varié  par  des  roches  et  riche  en 
fossiles,  c'est  pour  le  premier  étage  particulière- 
ment que  cette  remarque  est  vraie.  Mais  comme 
nous  le  verrons  bientôt ,  il  s'en  faut  de  beaucoup 
qu'il  soit  le   plus  étendu. 

A.  Caractères  minéralogiques. 

Ici,  comme  partout  ailleurs,  les  numéros  auxquels 
nous  renverrons  sont  les  numéros  correspondants 
de  la  Coupe. 

Quant  aux  caractères  minéralogiques,  on  peut 
diviser  cet  étage  en  quatre  groupes  naturels  : 

ÀA.  Sable  de  Vorabiovo. 

BB.  Grès  de  Tatarovo. 

CC.  Grès  de  Vorabiovo. 

DD.  Grès  de  Kharachovo. 


(*)  Voy.   au   bas  de   la  page  493  du   même   article. 


400 

AA. 

Sable  de   Vorabiovo. 

Syn.  (*)  Sable  blanc;  Sable  micacé;  Sable  de  la  Montagne  des 
Moineaux  (ce  qui  correspond  à  BopoôbeBtia  ropBi)  ;  Bujwh  hjh 
BopoôbeBCKow  necoici..  N°    11.    de  la  Coupe. 

Comme  cette  roche  ne  diffère  de  la  roche  BB 
que  sous  le  rapport  de  l'état  d'agrégation  ,  nous 
les  réunirons  toutes  les  deux  dans  l'exposé  suivant. 

BB. 

Grès  de  Tatarovo. 

Syn.  Grès  de  Litkarino,  de  Vitkarino  (Fischer1!,  grès  quar- 
zeux  blanc,  pierre  meulière,     ^iikoh   KaMeHb  ,   ^Hicaph,  M'B^bHiiq- 

HB1H      HiH       aCepHOEHBIH      K3MeHb    ,    TaTapHHCKiâ     HJH    ^UTRapiIHCKOH 

necqaHiiKT,.  Moskauer  Sandstein,  de  Keyserling.  Bull.  M.  1841. 
p.  897.  Ferriginous  sandsnone  of  Tatarovo,  Russia.  I.  p.  240. 
N°    12  de  la  Coupe. 

Cette  roche  quarzeuse  a  été  mentionnée  et  dé- 
crite par  l'auteur  de  l'Oryctographie  et  par  M. 
Olivieri.  Elle  est  hlanche  ou  plutôt  bleu -gri- 
sâtre ,  très  finement  grenue,  laissant  voir  à  peine 
à  l'œil  armé  de  la  loupe  des  grains  de  quarz  et 
des    paillettes  de  mica    argenté.    Sa    solidité  et   sa 


(*)  Les  auteurs  antécédents  n'ayant  pas  admis  de  division  en 
étages  dans  notre  jurassique  ,  il  est  souvent  très  difficile  de 
rapporter  leurs  dénominations  techniques  à  une  des  couches 
connues  actuellement,  ce  qui  a  surtout  trait  aux  couches  noi- 
râtres du  second  et  du  troisième  étage.  Il  faut  le  plus  souvent 
avoir   égard   aux   fossiles  mentionnés. 


401 

dureté  varient  de  l'état  de  complète  désagrégration 
(sable)  jusqu'à  n'être  plus  grenu  mais  bien  com- 
pact. A  l'état  de  désagrégration,  elle  est  extrême- 
ment abondante  à  la  montagne  des  moineaux  (  de 
là  son  nom  de  Bopo6teBCKOH  necoKT>  ).  On  la  trouve, 
à  son  plus  haut  degré  de  compacité  dans  les  car- 
rières de  Tatarovo.  Elle  offre  là,  dans  quelques 
couches  ,  une  solidité  et  une  dureté  toutes  parti- 
culières, une  cassure  subconchoïdale,  un  son  pres- 
que métallique  ,  et  un  grain  tellement  fin  et  tel- 
lement rapproché  qu'au  premier  abord  ou  dirait 
une  roche  tout-à-fait  compacte,  ce  qui  la  rend 
éminemment  propre  à  servir  de  pierre  meulière- 
La  roche  n'est  jamais  uniformément  solide  :  le 
plus  souvent  elle  passe  insensiblement,  par  degrés, 
de  l'état  de  grande  compacité  à  l'état  de  roche  dé- 
sagrégée d'autres  fois,  cependant  les  passages  sont 
brusques  ,  tellement  qu'on  rencontre  dans  la 
roche  la  plus  compacte  ,  des  creux  remplis  de  sa- 
ble, ('es  creux  se  présentent  le  plus  souvent  sous 
forme  de  nids;  quelquefois  aussi  ils  forment  des 
canaux  cylindriques  serpentant  dans  la  roche,  et 
remplis  de  sable  comme  si  celle-ci  était  rongée  par 
des  vers  ou  des  mollusques.  Dans  ce  dernier  cas, 
elle  perd  beaucoup  de  son  utilité  pratique  ;  car, 
lors  même  qu'au  sortir  de  la  carrière  ces  creux 
sont  remplis  d'une  matière  un  peu  tenace,  celle-ci 
se  désagrège  bien  vite  sous  rinlluence  de  l'air  hu- 
mide, et  surtout,  lorsque  l'eau,  comme  sur  les  trot- 
toirs, peut  y  séjourner.  En  revanche,  lorsque  cette 


402 

roche  est  à  l'abri  de  l'humidité,  exposée  à  l'in- 
fluence de  l'air ,  elle  acquiert  de  plus  en  plus 
de  solidité  :  aussi  la  laisse-t-ou  toujours  pendant 
quelques  mois  d'été  exposée  à  l'air ,  avant  de 
l'employer.  Quant  aux  matières  que  cette  roche 
contient,  nous  nommerons  des  paillettes  de  mica, 
un  minerai  de  fer,  des  animaux  et  des  plantes  fos- 
siles, et  du  charbon  végétal. 

Les  proportions  variables  de  mica  qu'elle  con- 
tient sont  intéressantes  pour  l'emploi  dans  les  ver- 
reries et  les  fabriques  de  fayence.  Le  fer,  qui  s'y 
présente  soit  à  l'état  de  phosphate,  soit  à  Fétat  de 
carbonate  argileux,  la  colore  en  jaune,  rouge, et  brun. 
Ce  fer  se  présente  de  deux  façons,  tantôt  à  l'inté- 
rieur, tantôt  à  l'extérieur.  Dans  le  premier  cas,  il 
imprègne  la  roche  en  couches  concentriques,  dont 
le  centre  est  souvent  la  mine  pure;  dans  le  second 
cas,  il  forme  des  dalles  entre  les  couches  de  grès,  et 
entre  les  blocs  ,  et  ne  colore  que  les  parvis  exté- 
rieurs de  ceux-ci.  Du  reste,  nous  en  reparlerons 
encore  avec  plus  de  détails  quand  nous  arriverons 
aux  fossiles  et  au  charbon    végétal  sus-mentionné. 

Ce  grès  se  présente  sous  deux  formes  de  gise- 
ment ,  tantôt  en  couches  assez  étendues,  tantôt 
en  blocs  séparés,  isolés  au  milieu  des  marais.  C'est 
le  premier  mode  de  gisement,  dont  Tatarovo  est 
le  type,  qu'on  trouve  le  plus  généralement.  11  a  été 
bien  saisi  par  M.  Fischer  et  par  M,  Olivieri. 

Les  carrières  de  Tatarovo  intéressent  vivement 
les  naturalistes     qui    parcourent    les     environs    de 


403 

Moscou,  en  leur  présentant  un  grès  blanc,  très 
dur,  de  cassure  subconchoïdale,  dont  l'âge  respectif 
n'a  pu  pendant  longtemps  être  déterminé  avec  quel- 
que vraisemblance,  vu  que  ses  rapports  stratogra- 
phiques restèrent  inconnus,  et  qu'on  n'y  trouva  pas 
des  restes  organiques.  Nous  avons  aussi  fait  plu- 
sieurs excursions  sans  avoir  pu  éclaircir  la  ques- 
tion, lorsque  l'un  de  nous,  Mr.  Auerbach,  reçut  des 
environs  de  Rline  plusieurs  blocs  d'un  grès  ,  qui, 
presque  avec  les  mêmes  caractères  minéralogiques  de 
Tatarowo,  présenta,  à  notre  grand  contentement, 
les  empreintes  de  trois  espèces  de  plantes  antédi- 
luviennes de  Tordre  des  polypodiacées.  Alors  re- 
doublant de  zèle  dans  nos  recherches,  nous  les  di- 
rigeâmes dans  deux  directions  différentes  ,  Mr. 
Auerbach  partit  pour  étudier  les  grès  de  Kline,  et 
moi  je  me  réservai  ceux  de  Tatarowo.  Visi- 
tant plusieurs  fois  les  élévations  de  ce  village  et 
celles  des  montagnes  des  Moineaux,  nous  avons  été 
frappés  de  leur  analogie  stratographique  et  miné- 
ralogique.  Dans  ces  deux  endroits  un  alluvion  de 
sables  jaunes  superposé  à  une  terre  à  brique, 
dominent  les  points  élevés  ;  puis  viennent  des 
couches  alternatives  de  sable  blanc  et  d'un  grès 
très  ferrugineux  ,  qui  présente  constamment 
des  rognons  et  des  géodes  remplis  de  fer  oxy- 
dé, et  dont  les  couches  dessinent  souvent  les  for- 
mes les  plus  variées ,  et  assez  régulières.  La 
seule  différence  qu'on  remarque  au  premier  abord 
entre  les  deux  lieux  indiqués,  c'est  la  cohésion  du 
JS°.  IV.  1846.  20 


404 

sable  blanc  et  la  position  d'une  couclie  noire  ooli- 
tique. Le  sable  blanc  des  montagnes  des  Moi- 
neaux est  friable,  même  terreux  ,  et  son  grès  fer- 
rugineux repose  immédiatement  sur  Foolite  ,  ce 
qui  n'a  pas  été  observé  à  Tatarovo.  Mais  nous 
n'avons  pas  tardé  à  remarquer,  1  )  que  le  sable 
blanc  et  le  grès  blanc  avaient  plusieurs  cara- 
ctères minéralogiques  communs  :  le  même  grain, 
la  même  présence  de  paillettes  de  mica ,  de 
géodes  et  de  rognons  ferrugineux  qui  les  divi- 
sent en  coucbes  assez  régulières  et  ces  dernières 
en  nids  et  en  blocs  détacliés.  2  )  Le  sable  blanc 
offre  des  rognons  de  masse  plus  dure ,  aussi  bien 
que  le  grès  blanc  des  nids  de  sable  terreux,  qui 
minéralogiquement  ne  diffère  en  rien  de  celui  qui 
est  si  réputé  aux  montagnes  des  Moineaux.  Le  sa- 
ble blanc  et  le  grès  blanc  passent  immédiatement 
à  l'argile  et  au  grès  ferrugineux  et  alternent 
avec  lui.  3)  Dans  le  grès  ferrugineux  des  mon- 
tagnes des  Moineaux  on  voit  des  couclies  fon- 
cées concentriques  d'une  mine  de  fer,  tout  aussi 
bien  que  dans  le  grès  blanc  de  Tatarovo.  4  )  Aux 
pieds  des  collines  de  Tatarovo,  à  la  rive  droite 
de  la  rivière  ,  immédiatement  près  du  pont ,  on 
voit  la  couche  noire  oolitique  avec  le  Belemnites 
canaliculatus,  Ammonnites  virgatus  ,  et  vis-à-vis, 
de  l'autre  coté  de  la  rivière  ,  en  s'approcbant 
de  Féglise  de  Khorocliovo,  nous  avons  ren- 
contré audessus  de  la  couclie  noire  oolitique  si 
bien  connue    par  son  caractère    typique  ,    le  même 


405 

grès  ferrugineux  ,  dont  nous  avons  fait  mention 
à  Tatarovo  et  aux  montagnes  des  Moineaux.  Le 
grès  ferrugineux  gisant  sous  le  sable  blauc  est 
encore  à  découvert,  sur  la  même  rive  que  les  car- 
rières de  Tatarovo  ,  à  une  demi-verste  de  distan- 
ce d'elles,  et  à  un  quart  de  verste  plus  haut  que 
Troïtzkoë.  Sur  ces  données-là,  nous  étions  portés  à 
croire  que  les  roches  de  ces  deux  points  intéres- 
sants étaient  isochromes,  et  nous  ne  désespérâ- 
mes pas  de  trouver  enfin  dans  les  carrières  de 
Tatarovo  des  restes  organiques  ,  qui  se  seraient 
dérobés  jusqu'ici  à  la  vue  des  visiteurs  habiles. 
De  plus,  ayant  trouvé  dans  le  grès  ferrugineux 
de  Vorobievo  des  restes  indubitables  d'animaux 
fossiles,  c'est  encore  sur  lui,  qui  entoure,  comme 
nous  venons  de  le  dire,  de  tous  les  côtés  le  grès 
blanc,  que  nous  avons  porté  de  préférence  no- 
tre attention  à  Tatarovo ,  et  nous  fûmes  as- 
sez heureux  pour  mettre  à  découvert  des  emprein- 
tes de  poly podium  ,  qui  nous  parurent  ressem- 
bler à  un  Pecopteris.  Dans  le  grès  de  Lidkarino, 
Mr.  Olivieri  annonce  avoir  trouvé  ,  quoique  très 
rarement,  des  restes  semblables  à  la  Stigmaria  fi- 
coides  (  *  ).  Voilà  donc  trois  localités  où  le  grès 
blanc  présente  des  restes  de  plantes  et  on  s'expli- 
que facilement  pourquoi  on  n'en  avait  pas  trouvé 
dans   le    sable    blanc  désagrégé  de  Vorobievo,  qui 


)  TopiiBiH  }KypHa.iT>    1844.  N°  3.  pag.  376. 

26' 


406 

lui  est  parfaitement  isochrome.  Il  est  plus  difficile 
de  se  donner  une  explication  de  l'absence  des  mol- 
lusques dans  le  grès  blanc,  les  quels  ne  sont  pas 
très  rares  cependant  dans  le  grès  ferrugineux  de 
Vorobievo. 

En  résumé,  tous  ces  faits  nous  semblaient  indi- 
quer une  déposition  contemporaine  du  grès  fer- 
rugineux, du  grès  blanc  et  du  sable  blanc.  Enfin 
nous  en  acquîmes  la  conviction  aune  excursion  que 
nous  ayons  faite  avec  Mr.  Frears,  en  1843.  Sur  la 
route  de  Bronitzi,  à  30  verstes  de  Moscou  et  à  3 
verstes  après  la  première  station  de  poste  Ostrovtsi 
(  Ocrnpoeiijbi  },.  on  traverse  la  rivière  de  Moscou 
sur  un  pont  (  *  ).  Immédiatement  après  sur 
la  rive  droite  de  la  rivière  et  à  droite  du  pont 
s'élève  une  colline  assez  haute.  Or ,  c'est  un 
lieu  très  intéressant  qui  met  à  découvert  les 
rapports  stratographiques  des  quatre  roches  qu'on 
est  souvent  obligé  d'étudier  séparément  dans 
notre  gouvernement.  La  couche  noire  oolitique 
de  Khorochovo  (  3me  étage  )  occupe  le  niveau  de 
la  rivière ,  recouvre  le  calcaire  de  Miatschkovo 
qui,  se  continuant  du  village  voisin,  de  même  -nom, 
descend  sous  le  lit  de  la  rivière.  Passez  sur  le 
flanc  opposé  de  la  colline  le  plus  éloigné  de  l'eau,, 
et  vous  verrez  trois  nouvelles  roches  découpées 
dans  un  ravin    qui    longe  la  rive.    Le  grès   ferru- 


(  *  )    BopOBCKOH    ncpeno37i 


407 

gîneux  de  Vorobievo  occupe  le  pied  du  monti- 
cule ,  dessus  git  une  assise  assez  forte  de  sable 
blanc  de  Vorobievo  ;  on  remarque  qu'il  entoure 
de  toute  part  des  blocs  isolés  de  grès  de  Tataro- 
vo  ,  qui  se  trouvent  ainsi  parfaitement  enclavés. 
Le  sommet  de  la  colline  est  dominé  par  des  alter- 
natives de  couches  de  sables  blancs  et  de  grès 
ferrugineux  ,  disposés  souvent  en  dalles.  Que  l'on 
se  rappelle  que  le  grès  ferrugineux  repose  sur 
Foolite  de  Khoroscbovo,  ce  dont  on  peut  se  con- 
vaincre aux  pieds  des  montagnes  de  Yorobievo  , 
à  Kboroscbovo  plus  bas  que  l'église,  vis-à-vis  de 
Tscboukino  entre  Tatarowo  et  Troitskoë  etc.,  et 
l'on  obtiendra  un  nombre  de  coucbes,  qui  se  sui- 
vent  ainsi  du  bas   en  baut  : 

Calcaire  de  Miatscbkovo. 

Oolite  de  Koroschovo. 

Grès  ferrugineux  de  Vorobievo. 

Grès  de  Tatarovo. 

Coucbes  alternantes  de  sable  blanc  de  Voro- 
bievo et  de  grès  ferrugineux  du  même  endroit. 

Nous  n'avons  pas,  il  est  vrai,  trouvé  de  fossiles 
dans  les  grès  et  les  sables,  mais  en  général  on  ne 
sait  que  trop  bien  qu'ils  y  sont  extrêmement  rares, 
et  puis  nous  y  avons  pu  rester  trop  peu  de  temps. 
Du  reste  les  caractères  de  ces  coucbes  appro- 
chent à  un  tel  point  de  ceux  des  localités  de  dével- 
lopement  typique,  que  Ton  croit  se  trouver  devant 
ces  dernières. 

En  résumé ,  que    l'on  ajoute   à  cette    superposî- 


408 

tion  de  grès  et  de  sables,  tout  ce  que  nous  venons 
de  dire   sur  leurs  structure,  et  on  se  laissera  néces- 
sairement  aller    à  l'idée    que  les  roches    en  ques- 
tion passent  l'une  dans  l'autre,  qu'elles  sont  évidem- 
ment d'une    déposition  contemporaine,   et  qu'elles 
n'affectent     quelquefois     de    caractères     différents 
qu'à   la    suite    de    l'influence  des  agens  physiques 
fortuits ,    topiques  ou  momentanés.  Le  sable  blanc 
de  Vorobievo    semble  avoir  été  le  moins   changé , 
et  être  le  plus  près  de  l'état  normal  de  déposition. 
11  ne  contenait  en  fait  de  corps  organisés  que  des 
plantes  herbacées,  qui  n'ont     pu    être    conservées 
dans  une  masse  désagrégée  ,    et  n'ont    laissé  leurs 
traces     que   dans  le  grès  de  Tatarowo    qui  a  subi 
l'effet    d'un    feu   pénétrant ,    ce  qui  est  prouvé  à 
l'évidence  par  les  nids  de  charbon  mentionnés  par 
Mr.  Auerbach  dans  le  grès  provenant  de  Kline  (*). 
Le  grès  ferrugineux  récèle  assez  de  mollusques  qui 
cependant    attaqués  par   l'effet  corrosif  des  mines 
de  fer,  ne  se  sont   le  plus  souvent    que    trop  mal 
conservées  pour  admettre  une  détermination  facile. 
Un  second  caractère    différentiel    de  ces  roches 
est  encore  offert  par  le  degré   de  leur   développe- 
ment respectif.  A  l'ordinaire    c'est    le  grès  de  Ta- 
tarovo  qui   domine  sur  les  autres,    mais  c'est  aussi 
presque  le  seul  qui  manque  tout-à-fait  aux  montag- 
nes des  Moineaux  qui   se  caractérisent  surtout  par 


(*)  Bull.    1844  N°   1    pag.    146. 


409 

une  presque  égale  puissance  de  grès  ferrugineux 
et  de  sable  blanc,  qui  en  constituent  presque  à  eux 
seuls  toute  la  hauteur  et  ne  laissent  plus  appa- 
raître le  grès  de  Tatarovo  ;  enfin  la  localité  in- 
diquée, derrière  le  pont  d'Ostrowtsi  offre  un  nou- 
vel intérêt  ;  de  subordonné,  comme  il  l'est  or- 
dinairement, le  grès  ferrugineux  devient  prédomi- 
nant et  enclôt  les  deux  autres. 

Nous  ne  croyons  donc  pas  déroger  à  l'état  actuel 
de  nos  connaissances  concernant  les  trois  roches 
indiquées  ,  en  les  appelant  les  représentantes  d'un 
même  terrain  oolitique ,  superposé  aux  couches 
de  Khorochowo  ,  et  dont  le  caractère  principal 
paléontologique  resterait   encore  à  préciser. 

Mr.  le  Prof.  Blasius  et  le  Comte  Keyserling  dans  une  note 
inserrée  dans  notre  Bulletin  (1841  p  897.)  identifient  les  grès  de 
Moscou  avec  des  grès  qu'ils  ont  observés  au  sud  de  notre  Gou- 
vernement, et  les  rapportent  à  l'époque  tertiaire.  (*)  «Dans  le 
Gouv.  d'Orel  près  de  Dmitrovsk,  à  l'ouest  des  Gouv.  de  Kursk  et 
Kh.arls.ow,  dans  le  Gouv.  de  Poltava,  au  sud  de  Tchernigow  nous 
n'avons  vu  que  des  couches  de  sable  et  de  grès,  dont  le  dernier 
présente  un  aspect  singulier.  Il  offre  à  la  cassure  des  surfaces 
éclatantes,  des  grains  quartzeux,  réunis  par  un  ciment  siliceux, 
quelquefois  par  l'opale.  Il  est  identique  avec  le  grès  de  Moscou 
et  fournit  d'excellents  matériaux  pour  les  pierres  meulières  de 
cette  contrée.  Nous  n'avons  trouvé  de  fossiles  dans  le  grès  que 
des  empreintes  de  feuilles  d'arbres,  qui  approchent  des  formes 
actuelles   et  des   restes    de    bois  creusés  par  des  coquilles  litho- 


( '"  )   C'était  aussi  l'opinion   de  Mr.   Olivieri  (  TopH.   /K.    1844. 
p.  349.  sq>  Erman's  Archiv   1845    p<    452.  ), 


410 

phages.  MM.  Mu  rebison  et  de  Verneuil  ont  reconnu  à  Moscoîi 
sa  superposition  sur  le  Jura,  et  nous  les  vîmes  très  claire- 
ment superposé  à  la  craie  de  Bielgorod;  aussi  pensons  nous 
qu'il  est  suffisamment  prouvé  que  ces  grès  sont  tertiaires.  Les 
argiles  ,  qu'on  trouve  aux  pieds  des  couches  de  sable  et  de 
grès  à  Kiew  avec  les  noyaux  d'un  très  grand  Cerithium,  d'un 
grand  Isocardium  et  d'une  Ostrea  ,  voisine  de  Os.  callifera  , 
appartiennent  vraisemblablement  à  la  même  formation  ,  ou 
à  une  autre  bien  proclie.  Dans  une  carte  manuscrite  Mr. 
Iazikow  l'a  indiqué  sous  ses  rapports  stratographiques  dans 
le  gouv.  de  Simbirsk,  et  le  premier  lui  a  assigné  l'âge  tertiaire. 
C'est,  peut-être,  la  plus  ancienne  forme  de  terrain  de  cette  pé- 
riode, connue  en  Russie   etc.» 

Nous  sommes  trop  convaincu  du  mérite  réel  des  travaux 
des  célèbres  géologues  ,  pour  douter  ,  qu'ils  ne  puissent 
donner  à  l'appui  de  leur  opinion  les  arguments  nécessaires  ; 
mais  désirant  répondre  à  l'appel  des  auteurs  (  Ibid-  899  ) 
de  soumettre  leurs  observations  à  des  révisions  ultérieures, 
nous  nous  permettons  de  faire,  avec  tout  le  respect  qui 
leur  est  dû  ,  quelques  remarques  quant  au  grès  de  ïalarowo, 
que  nous  avons  pu  étudier. 

Sur  quel  fondement  est  basée  l'identité  des  grès  du  gou- 
vernement de  Moscou  et  de  ceux  de  la  Russie  méridionale  ? 
Y  avait-il  identité  de  superposition  ?  Les  premiers  gisent  sur 
le  jura,  les  seconds  sur  la  craie  ;  les  couches  qui  reposent  sur 
les  grès  ne  nous  donnent  aucune  lumière  sur  leur  âge.  Y 
aurait-il  identité  de  caractères  paléontologiques  ?  On  ne  con- 
naissait pas  encore  de  fossiles  dans  le  grès  de  Moscou 
quant  la  note  en  question  fut  publique.  Enfin  y^  aurait-il 
identité  de  caractères  minéralogiques  ?  Mais,  en  premier  lieu, 
ils  ne  sont  que  d'une  importance  très  secondaire  lorsqu'il  s'a- 
git de  préciser  l'âge  respectif  d'une  roche  ,  et  puis  ils  sont 
différents  dans  les  deux  grès.  On  ne  voit  ni  opale,  ni 
ciments    siliceux   dans   nos  grès  ,     du  moins    c'est  le  fait  gêné- 


411 

rai  ;  au  contraire  ils  sont  d'une  cassure  homogène  plus  ou 
moins  finement  granuleuse  ,  ne  contiennent  que  des  paillettes 
de  mica  argentées,  et  sont  assez  souvent  colorés  par  le  fer.  Les 
couches  de  grès  blanc  alternent  constamment  avec  un  grès 
ferrugineux,  dont  les  traces  se  conservent  sur  les  blocs  sépa- 
rés. Enfin,  comme  on  L'a  déjà  remarqué  ,  le  caractère  minéra- 
logique,  ainsi  que  la  physionomie  générale,  varie  beaucoup  dans 
les  grès  de  Tatarovo,  de  Kline,  de  Lidkarino,  de  Dmitrovsk  etc. 
Nous  pensons  donc  qu'on  avait  devancé  les  faits  connus  en 
rapportant  avec  certitude  le  grès  de  Tatarovo  au  terrain  ter- 
tiaire. 

Depuis  la  publication  de  l'Oryctographie  du 
Gouv.  de  Moscou  on  a  cité  plusieurs  endroits 
où  les  grès  de  Tatarovo  sont  à  découvert  ;  voici 
toutes  les  localités  reconnues  importantes  pour  ce 
grès  ; 

1.  N.  E.  du  village  de  Tatarovo,  dans  son 
territoire,  localité  à  6  —  7  verstes  de  Moscou,  ré- 
putée pour  l'ancienneté  des  carrières,  et  qui  a  don- 
né le  nom  à  cette  roche.  Les  carrières  ont  été 
décrites  par  Fauteur  de  l'Oryctographie,  et  men- 
tionnées bien  antérieurement  à  cet  ouvrage  en 
1787  par  l'auteur  anonyme  d'une  superbe  des- 
cription topographique  de  notre  gouvernement  (*) 
puis  par  Storch  en   1796.  (  **  ) 

Le  grès  est  très  blanc  ,   en  général    moins  teint 


(*)  IIcTop.  0  Tonor.  onucaiiie  ropo,40Bï>  Mockobckoh  TyôepHiu 
et  nx%   y-B34aMH  M.   787.    p.    100  —  101. 

(**)  Materialien  z.  Kennt.  d.  russ.  Reich.  Vol.  I.  p.  142.  La 
description    de   notre  Gouvcrn.   est  la   trad.  d.  l'ouv.    précéd. 


412 

par  le  fer  que  celui  de  la  localité  suivante;  aussi 
est-il  maintenant  exclusivement  exploité  pour  la 
construction  du  grand  palais  Impérial  à  Moscou. 

Les  ouvriers  appelent  boutasse  non  seulement 
les  couches  sablonneuses  sur  lesquelles  repose  le 
grès  (  Oryct.  p.  92  )  mais  encore  le  grès  ferrugi- 
neux passant  au  sable  rouge  ,  intercalé  dans  les 
couches  du  premier. 

Il  a  été  reconnu,  depuis  que  la  roche  exposée  en 
blocs  détachés  à  Pair  pendant  le  printemps  et 
l'été  devient  plus  dure  et  résiste  d'avantage  aux 
agens  extérieurs;  au  contraire  employée  immédia- 
tement après  l'exploitation  elle  casse  facilement.  (*) 

On  n'a  trouvé  que  deux  plantes  dans  les  carrières 
de  Tatarowo,  ce  sont: 

a.  Pecopteris  Auerbachiana    Bull.    M.   1844.    pi.   V.   f.  10.   11. 

Pecopteris  sp.  Auerb.  Bull.    1844.   p.  148. 

Pecopteris  sp.  Rouillier  Discours    1845.  p.  43. 

Pterophyllum    filicirium  Gœppert.  Russ.    11.  p.    501.  pi.  G.  f. 

4.   (  inexacte  ). 

Pecopteris  Murchiniana  var,  Auerb.   et  Frears  Bull,    1846.  p. 

495.  et  496.   nota. 

Nota.  1.  Nous  avons  de'couvert  cette  plante,  le  premier  exem- 
plaire de  fossiles  à  Tatarovo  ,  en  1843,  en  présence  de  nos 
deux  élèves,  M.r  Anninekow  et  Tschégléew  ,  et  présenté  à  la 
Société  le  16  Sept.  1843.  (  **  )•  A  la  séance  suivante  nous  lui 
en    avons    communicpué  le  dessin  et  la  description   (  ***  ].  Plus 


(*)  Topa.  ac.   1843.  N°   8.  KaMeHOJOMHii  Mockbbi  p.  90. 
(**)  Protocole  de  cette   séance  Bull.    1843.  p.  808, 
(***)  lbid.  p.  817. 


413 

tard  nous  avons  fait  part  de  cette  découverte  à  M.r  Ehren- 
berg  (  *  ),  en  même  temps  nous  avons  passé  un  dessin  de  cet- 
te plante  à  M.r  Frears  pour  le  communiquer  à  M.r  Mur- 
chison.  Or,  c'est  la  copie  de  ce  dessin  qui  a  paru  dans  Russia 
II.  pi.  G.  f.  4  a,  6.  C'est  donc  une  erreur ,  lorsque  l'auteur 
de  la  remarque  insérée  à  la  page  500,  et  501.  Russia  II.  dit 
que  l'original  est  entre  les  mains  de  M.r  Frears  ;  ce  géologue 
zélé  ne  l'a  pas  trouvé    et  je  possède  l'échantillon   mentionnée. 

Nota.  2.  M.r  Goeppert  caractérisant  le  genre  Pterophyllum  : 
«  Frondes  pinnatœ,  pinnis  basi  tota  latitudine  insertis,  nervis 
parallelis,  simplicibus,  œqualibus  (**)»  il  nous  est  impossible  de 
partager  l'opinion  de  ce  botaniste  distingué  ,  qui  rapporte 
notre  exemplaire  à  ce  groupe.  La  feuille  présente  très  distinc- 
tement une  nervure  médiane  ,  très  forte,  comme  on  peut  le 
voir  et  sur  l'original  et  sur  la  figure  de  notre  Bulletin,  plus 
exacte  que  celle  de  «  Russia  »,  qui  du  reste  indique  aussi  une 
seule  nervure  au  milieu.  Le  sillon  distinctement  limité,  ou  le 
sillon  double  [sur  le  rocbis  n'existe  pas  en  réalité.  Sur  l'em- 
preinte Bull.  1844.  T.  v.  f.  10.  le  sillon  est  beaucoup  plus 
large,  que  sur  la  contre-empreinte  f.  11.  Enfin  cette  espèce 
appartenant  aux  Fougères  ne  peut  être  appellée  Jîlicina.  Aussi 
lui  avons-nous  donné  le  nom  de  Pecopteris  Auerbachiana,  en 
l'honneur  du  géologue  qui  en  avait  déjà  donné  les  délails  (***) 
et  qui  avait  rapporté  notre  exemplaire  comme  variété  à  sa 
Pecopteris  Murchisoniana.  Il  nous  semble  que.,  contrairement 
à  l'auteur  de  la  remarque  Russia  I.  p.  503.  ces  plantes  ne 
pouvaient  pas  à  elles  seules  indiquer  l'âge  de  notre  couche 
jurassique. 


(*)  Bull.    M.    1844.  p.   630.   Voyez  pour  l'histoire  de  ce  fait 
notre  Discours   p.   43. 
(**)  Russia  II.  p,    501. 
(***)   Bull.  M.   1846,  P«  436. 


414 

b.  Une  empreinte  mal  conservée  qui  rappelle  les 
roseaux  où  les   Calamités,  trouvés  par  M.r  Frears. 

Nota.  Les  auteurs  de  «  Russia  »  citent  (  Vol.  I.  p.  240.  ) 
une  coquille  bivalve  ,  voisine  de  Lucina,  trouvée  dans  le  grès 
de  Tatarovo.  Nous  ne  la   connaissons  pas. 

2.  Le  terrain  du  village  Lidkarino  (  *  )  apparte- 
nant au  Comte  Zotow  ,  ainsi  que  le  terrain  voisin 
du  Prince  Galitsin.  Ajoutez  à  la  description  de  ces 
carrières  inserrée  à  FOryctographie  (p.  91.)  ce 
qu'en  a  dit  récemment  le  Lieutenant-Capitaine  Oli- 
vieri,  qui  lésa  visitées  en  1843.  (**).  «Le  grès  occu- 
pe la  position  suivante  :  Dans  le  ravin  appelle  Alë- 
schina  (A-iemima  «Ma)  exploité  à  une  profondeur  de 
dix  sajènes  sur  200  de  longueur  et  autant  de  lar- 
geur, affleurent  des  sables  jaunes  et  rouges  super- 
posés à  un  grès  de  peu  de  dureté  (ciaÔBin  necqaH- 
hiik'b)  à  surface  ondulante  de  deux  archines  d'é- 
paisseur ;  enfin,  dessous  ,  vient  un  grès  plus  dur 
que  le  premier,  siliceux,  bleuâtre,  divisé  perpendi- 
culairement  en  blocs  de  trois  archines  carrées;  les 


(*)  L'auteur  de  l'Oryctographie  du  gouvernement  de  Moscou 
appelle  ce  lieu  Vydrino.  Dans  les  papiers  officiels  il  est 
mentionné  sous  Litkarino  {  JI&iTKapHHO,  Gazette  du  Gouv.  de 
Moscou  1843.  N°  17.  p.  149  en  russe)  et  quelquefois  sous 
Vidkorino  (  BBiTKopiiHo  ,  l'Invalide  russe  1844  NQ  17,  en  russe). 
M.r  Olivieri  écrit  dans  le  Journal  de  Mines  Vitkrinowo. 
Il  est  intéressant  de  noter  ces  changements  sensibles  que  subit 
le   nom    propre   d'une   localité  très  bien   connue. 

(  **  )  Journ  d.  Mines  1844.  p.  375.  sq.  en  russe.  Erman's 
Archïv.    1845   p.  449-452 


415 

lignes  de  division  suivent  quelquefois  les  diago- 
nales des  couches.  Dans  les  quatre  autres  ravins 
le  nombre  des  couches  et  la  puissance  des  grès  et 
des  sables  varient,  tantôt  les  uns  prédominent 
tantôt  les  autres.  L'inclinaison  des  couches  est  O, 
et  on  remarque  que  les  grès  y  gagnent  en  du- 
reté, lors  même  que  sur  le  flanc  opposé  gisent  des 
grès  friables  et  des  sables.  La  direction  N°  10.» 

Quant  aux  fossiles  trouvés  dans  le  grès  ,  Litka- 
riuo  est  devenu  un  lieu  éminemment  intéressant. 
M.r  Olivieri  y  avait  déjà  remarqué  des  plantes  et  M.r 
Frears  le  reste  d'un  calamité  (*)  M.r  Frears  et  moi 
nous  avions  présenté  à  la  Société  en  1844  (  **  ) 
les  empreintes  de  VAm.  catenulatus  et  Am.  Koe- 
nigii  ,  qui  ne  laissèrent  aucun  doute  sur  l'âge 
respectif  du  grès.  Enfin  M.rs  Auerbach  et  Frears 
viennent  d'indiquer  les  fossiles  suivants  (  ***  ). 

a.  Ammonites  catenulatus  Fischer,  Bull.  M.  1846  p.  491.  pi. 
V.  f.    4.    5. 

Amm.  catenulatus,  Rouill.    Disc.    1845.   p.    44. 

b.  Amm.  Koenig-u  Sow.  Ibid.  pi.  VI.  fV  1 — 3.  Am.  mutabilis, 
Rouill.   Disc.   1845.  p.  44. 

c.  Inoceramus  loïjatos  n.  sp.  Ibid.  p.  492,  pi.  VII.  f.  1  —  3. 
Les  fragments  que  nous  avions  devant  les  yeux  en  1845, 
e'taient   très  mal  conservés,   et  nous    ne  pouvions  décider  s'il  ne 


(*)  «  On  n'y  a   trouvé  que   très  rarement  des  restes  semblables 
à   Stigmaria  ficoides  »  ??    (  L.    c.  p.  376.) 
(**)    Voyez   notre  Discr.    1845.   p.   44. 
(***)  Bull.    M.    1846  p.  496  sq.  avec  4  pi. 


416 

fallait     pas  les  rapporter   au   Hippopodium   angustatum  Buch  , 
eu   à  la  Gervilia  lata   Phill.   Voy.  notre  Disc.  p.   44. 

d.  Cucullaea  sp.  Ibid.   pi.  VII.  f.  1.  —  3. 

e.  Natica    sp.   Ibid.  p.  493.  pi.    VIII.  f.  4.   5. 

3.  District  de  Kline,  à  six  verstes  du  chef  lieu, 
et  à  3  du  village  paroissiale  Klenovka.  Le  grès 
compose  des  blocs  détachés  ,  arrondis  sur  les  an- 
gles, gisant  sous  la  terre  végétale  au  milieu  d'un 
sable  argilleux  ;  c'est  le  seul  lieu  dans  notre  gou- 
vernement ,  où.  le  grès  a  un  autre  gisement  que 
celui  de  Tatarovo.  Cettç  localité  intéressante  a  été 
étudiée  par  M.r  Auerbech  (  *  ),  qui  y  a  décrit  les 
plantes  suivantes  : 

a.  Reussia  pectinata  Gœpp. 

Scolopondrites  pectinatus,  Auerb.  1844.  p.  147  .  IV.  fl  82. 
Rouill.  Disc.   1845.  p.  43. 

Reussia  pectinata  Geoppert  ,  1845.  Russia  I.  p.  502.  T.  G. 
f.   6.  b.  (copie  de  l'antécédente). 

b.  Pecoptei^is   Murchisoniana   Gœpp.  (sp). 

Pecopteris    sp.  Auerb.  1.   c.   p.    148.  T.  IV.    f.    1  à  4. 

Pecopteris  sp.  Rouillier  Disc.   1845.  p.  43. 

Pterophjllum  Murchisonianum  ,  Goeppert.  1.  c  p.  501.  T. 
f.   3,   5,   6.   b.   (Copie   de  la   précédente). 

Pecopteris  Murchisoniana.,  Auerbach  et  Frears  Bull.  1846- p.' 
495  —  497.  T.  IX.    f.   1-3.   (Superbe  exemplaire). 

c.  Restes  de  plantes  indéterminées  et  entre  autres 
des  traces  de   roseau  ou  de  Calamités.  Voyez  Au- 


(*)  Bull.   1843.  p.   816-817.  Ibid.   145—148. 


417 

erbach  Bull.  1844.  pi.  IV.  f.  3,  5.  PI.  Y.  f.  8,  9. 
et  surtout  Àuerbach  et  Fréars  Bull.  1846.  p.  494 
où  ils  élèveut  quelques  doutes  sur  le  Mus  cites- 
squamatus  Brng.  que  Goeppert  croyait  avoir  dis- 
tingué parmi  ces  restes.   Russie  I.  p.   502. 

On  voit  les  mêmes  couches  de  grès,  selon  M.r 
Olivieri  (Ibid.  p.  378),  se  prolonger  sur  la  rive 
droite  de  la  rivière  jusqu'au  village  paroissiale 
Diakovo  ,  où  elles  sont  à  découvert  dans  le  ravin 
dit  Papovo  (  HonoB'B  0Bpan>  )  et  Fauteur  assure  que 
l'exploitation  de  cette  roche  présenterait  aux  vil- 
lages Diakovo  et  Kolomensko'é,  qui  n'est  éloigné 
de  la  capitale  que  de  7  verstes  ,  un  profit  assez 
solide. 

ô.  En  longeant  la  rivière  de  Moscou,  passé  le 
village  de  Kolomensko'é  entre  Bessèdi  (  Bect^w  ) 
et  Litkarino,  on  rencontre  dans  les  terres  appar- 
tenant au  village  Gremeschevo  (  FpeiweqeBO  )  à 
une  verste  de  distance  du  bord  gauche  de  la  ri- 
vière, et  une  profondeur  de  4  archines  et  demie, 
un  grès  siliceux  dur  ,  finement  granuleux  ,  blan- 
châtre, cassant  régulièrement  en  blocs  d'une  */„ 
arch.  d'épaisseur  et  de  6  à  7  arch.  de  longueur, 
et  larges  de  s/4  arch.  On  l'exploite  dans  des  ra- 
vins pour  la  fortification  de  la  rivière  (  Olivieri 
L.   c.  p.  473). 

6.  «  Sur  la  Kliasma  on  trouve  des  lambeaux  de 
grès ,  qui  paraissent  être  des  continuations  des 
grès  de   Tatarovo  »    (Oryctog.    p.  92).  M.r  Olivieri 


418 

confirme  cette  observation    (  Jour.  cl.  Mines  Ibicl.  ). 
Cette  localité  a   été  mentionnée  par  plusieurs  (*). 

7.  Le  grès  du  district  de  Dmitrowsk  se  distin- 
guait par  une  couleur  très  blanche,  une  transpa- 
rence très  marquée  ,  et  l'absence  totale  de  mica, 
ce  qui  le  rendait  éminemment  propre  pour  la  fa- 
brication de  la  fayence:  aussi  a-t-il  été  entière- 
ment exploité  pour  la  fabrique  de  Auerbach  et  de 
Gardner  ,  de  sorte  que  l'histoire  de  ces  carrières 
est  perdue  pour  la  science.  On  sait  cependant  que 
les  couches  de  grès  formaient  des  monticules  assez 
élevés  au  milieu  d'un  marais. 

8.  District  de  Moscou,  sur  la  grande  route  de 
Bronitzi,  trois  Verstes  après  la  première  station 
de  poste  Ostrowtzi,  immédiatement  passé  le  pont, 
sur  le  bord  droit  de  la  rivière  Moskva.  Localité 
intéressante  par  les  rapports  stratographiques  de 
grès  de  Tatarowo  de  celui  de  Worobiewo  et  des 
sables  blancs  du  même  endroit. 

9.  District  de  Bronnitzi,  près  du  village  paroissiale 
Gjelsk ,  le  sable  est  blanc,  et  contient  en  général 
très  peu  de  fer. 

10.  Près  du  chef-lieu  du  district  de  Kolomna 
il  a  été  exploité  un  grès  qui  a  fourni  des  matériaux 
pour  la  construction  du  pont  de  la  ville  de  Kolom- 
na. Voyez  encore  Severginn  (**). 

Ces  deux  dernières     localités    n'ont    pas     encore 

(*)   Georgi  1798(Geog.  phys.   Besch.    d.  R.  R.  11.   313.    «  an  dcr 
Obern   Kliasma  »);  Severginn    iMhh.  scM.ieon.    Porcin.  1809p.    13 
(**)   L    c    p.    13. 


410 

été  étudiés,  et  nous  ne  les  connaissons  que  d'après 
des  échantillons  que   nous  nous  sommes  procurés. 

11.  A  15—18  verstes  de  la  capitale,  dans  les  ter- 
res appartenantes  aux  villages  Pankl  et  Kotelniki  , 
les  deux  rives  de  la  Moskva  mettent  aussi  à  dé- 
couvert le  même  grès.  Falk  visita  cette  localité  en 
1769  (*)  et  en    donna  la  coupe  suivante: 

1.  Argile  mêlée  avec  du  sable,  3  pieds. 

2.  Grès  blanc  mou  avec  géodes  de  fer  oclireux, 

4  k  8  pieds  ; 

3.  Sable  jaune,   4  à  6  p. 

4.  Grès  blanc  dur,  2  à  5   p. 

5.  Grès  N°   ± 

6.  Grès  N°  4. 

Séverginn  mentionne  aussi  ces  carrières  ('**  )  qu'on 
exploite  encore  maintenant  et  qui  fournissent  le 
grès  nécessaire  pour  la  construction  de  l'embarca- 
dère du  chemin  de  fer  à  Moscou. 

12-  Le  même  grès  est  encore  exploité  à  Tou- 
raëvo  ,  à  4  verstes  de  Lidkarino  par  les  paysans  de 
ce  village,  ainsi  que  de  celui  de  Miatsckovo.  Les 
deux  couches  de  grès  sont  moins  puissantes,  et 
moins   dures. 

Toutes  ces  localités,  à  l'exception  des  N°  9,  10, 
11,  sont  portées  sur  la  carte  géognostique  publiée 
par  Olivieri. 


(*)  Beit.  z.  Topog.  K.   etc.   I.   p.   54. 
(**)  Mhh.  sem-ieon.  Pocc.  I\    1809   p.    13. 

2V°  IF.  1846.         .  27 


4W 

13.  On  vient  de  trouver  le  même  grès  clans  les 
ferres  appartenant  à  la  campagne  Kousminki,  à 
8  verstes  de  la  capitale  ;  M.  M.  Roussinnow  et 
Campioni  en  ont  entrepris  l'exploitation. 

ce. 

Grès  de  Vorobievo. 

Syn.  Grès  rouge,  grès  ferrugineux  ;  KpacHon  iviu  xeA-b3ncToïp 
necwaHHUKij  ;  N°  13  de  la  coupe.  Iron-shut  sandstones,  Inocer- 
mus  Grit,  Grès  et  Inoceramus  Mursch.  Vern.  Keys.  (  Russ.  L 
237  nota  )  appelé  inconvenahlement  ,  comme  l'ont  déjà  re- 
marqué  Auerbach   et  Frears  (Bull.    1M6  p.  496'.). 

Gisement.  Cette  roclie,  quoiqu'elle  ne  se  montre 
que  dans  quelques  localités  ,  a  une  assez  grande 
puissance  ;  on  ne  peut  pas  en  dire  autant  de  l'éten- 
due qu'elle  occupe.  Cette  puissance  va  souvent  au- 
delà  de  2  sagènes,  ce  qui,  pour  nos  couches  jurassi- 
ques, est  assez  considérable.  Partout  nous  l'avons 
trouvée  divisée  en  assises  horizontales,  partagées 
elles-mêmes  en  blocs  et  en  dalles  par  des  fentes. 
Nous  ne  pouvons  par  encore  en  préciser  la  direc- 
tion générale.  Les  fentes  et  les  intervalles  des 
assises  sont  remplis  d'une  marne  grisâtre  qui  doit 
un  brillant  particulier  à  la  forte  proportion  de 
mica  qu'elle  contient.  Comme  cette  marne  est  peu 
tenace,  on  ne  la  trouve  que  dans  les  coupes  très 
récentes  :  car  elle  est  bien  vite  emportée  par  les 
eaux  de  l'atmosphère  et  des  rivières.  Citons  main- 


421 

tenant  quelques  localités  remarquables  par  le  déve- 
loppement et  la  dénudation  de  cette  roche. 

a.  Les  montagnes  des  Moineaux  (Vorobievo)  pré- 
sentent ,  au  bord  même  de  la  rivière,  derrière  la  ma- 
chine hydraulique,  des  couches  très  fortes  et  dou- 
blement intéressantes;  d'abord  parce  que  c'est  là  que 
la  marne  intercalée  a  un  grand  développement,  et 
ensuite  parce  que  Feau,  en  atteignant  cette  marne 
et  en  l'emportant  lors  des  crues  printannières,  y  a 
produit  une  inclinaison  et  un  renversement  de  cou- 
ches; ce  qui  est  rare  dans  notre  gouvernement, 
sauf  une  autre  localité  où  ce  phénomène  est 
reproduit,  non  plus  cette  fois  pour  du  grès  juras- 
sique ,  mais  bien  pour  du  calcaire  de  montagne. 
Ces  assises  sont  recouvertes  d'un  sable  blanc,  et  le 
passage  entre  les  premières  et  le  second  est  effec- 
tué par  une  décoloration  graduelle  du  grès.  La 
marne  sableuse  du  second  étage,  N°  15,  sert  de  lit 
à  ces  assises.  Cette  superposition  est  suffisante 
pour  la  détermination  de  l'âge  respectif  du  grès 
rouge,  où  Ton  n'a  trouvé  que  quelques  rares  fos- 
siles, et  encore,  très  mal  conservés. 

b.  Le  village  de  Kolomenskoë  ,  sur  la  Moskva, 
à  sept  verstes  de  Moscou.  Le  grès  rouge  n'y  est 
recouvert  que  par  l'argile  diluviale,  et  repose  sur 
le   grès  marneux  du  premier  étage  N°   1 4. 

c.  Yis-à-vis  je  moulin  abandonné,  sur  la  Schod- 
nia,  à  15  verstes  à  peu  près  de  Moscou.  La  rocbe 
est    recouverte     par    une     marne    noire     récente, 

27* 


422 

N°  4  de  la  Coupe.  Cette  localité  intéressante   n'est 
pas    mentionnée    dans    la  Coupe. 

d.  Le  village  de  Taturintsovo ,  à  10  verstes  de 
la  ville  de  Bronnitsi.  La  roche  y  forme  une  élé- 
vation considérable  (  Momina  ropa  ). 

e.  Les  hauteurs  de  Miatskkovo  pi  es  du  pont 
même.  Yoyez  plus  haut. 

D'autres  localités  moins  importantes  sont  indi- 
quées sur  la  Coupe. 

Caractères  minéralogiques.  Ce  grès  rouge  pré- 
sente une  agrégation  de  grains  de  sable  quarzeux 
coloré  en  rouge  par  la  mine  de  fer,  et  n'acquiert 
jamais  une  solidité  et  une  compacité  comparables 
à  celles  du  grès  de  Talarovo  ;  les  grains  sont  peu 
rapprochés  les  uns  des  autres,  et  si  la  roche  pré- 
sente quelque  solidité  ,  elle  la  doit  à  la  mine  de 
fer  qui  l'imprègne.  Dans  ce  dernier  cas,  de  rou- 
ge-brune qu'elle  est  ordinairement ,  elle  devient 
presque  noire,  les  grains  disparaissent,  la  masse  de- 
vient plus  uniforme,  plus  compacte,  et  acquiert 
un  faible  éclat  métallique.  Alors  la  pesanteur  de- 
vient considérable  et  le  son  clair  comme  celui 
d'un  métal.  Ces  caractères  se  développent  à  un 
haut  degré  surtout  là  où  la  roche  forme  des  dal- 
les peu  massives  entre  les  autres  couches ,  com- 
me à  Vorabievo,  à  Miatckkovo.  Le  plus  ordinaire- 
ment le  fer  domine  surtout  dans  une  série  de  cou- 
ches concentriques  occupant  le  centre  même  des 
blocs,  et   formant  par  là  leur  noyau. 

On  n'a    pas    fait  jusqu'à    présent  une  étude  se- 


4n 

rieuse  de  cette  roche  sous  le  rapport  chimique  : 
aussi  n'a-t-elle  été  jusqu'ici  d'aucune  utilité.  Les 
habitans  s'en  servent  quelquefois  pour  y  asseoir 
leur  chélives  demeures. 

Fossiles.  Cette  roche  est  très  pauvre  en  fossiles  : 
ce  qui  doit  être  attribué  à  l'action  corrosive  du 
fer  ;  car  dans  les  masses  qui  en  sont  imprégnées 
fortement  on  n'en  trouve  presque  point ,  et  les 
fossiles  n'y  sont  représentés  que  par  des  moules, 
et  jamais  par  leurs  restes.  On  y  trouve  cependant 
un  Cardlum  ,  et  plus  souvent  ,  une  Plagiostoma 
(  Lima  consobrina  d'Orb.  ).  M.  Frears  y  a  trouvé 
un  moule  d'Ammonite  et  de   Bélemnite. 

DD. 

Grès  de   Khoroschovo.  (  *  ) 

Syu.  Grès  marneux  glauconien  ;  N°  14  de  la  Coupe;  Grès  h 
Buchia,  Buchiasandstein  nob  ;  r^OKOHHTfiBBiH  necqaHHHKi,  Jazi- 
kow  MocKBiiTaHHHT.  1845  N°  4  p.  48  «  fVhitish.  sandwilh  green 
strice  (  b  )  »  de  la  coupe  N°  37  de  Khoroschovo  insérée  à  la 
page   237   du  Vol.   I.  de   «  Russia.  » 

Khoroschovo    est    celle    des     localités    de    notre 


(:*.)  Cette  localité  classique  fut  visitée  par  Pallas  en  1768 
(Voyages  I.  p.  21.).  On  la  trouve  encore  mentionnée  chez 
Falk.  (  Beitr.  topog.  Kentn.  d.  R.  R.  I.  p.  54),  chez  Gùelden- 
staedt  (Reisen  I.  p.  28),  chez  Séverginn  (  Mïmëp.  3eMj.  Pocc. 
Toc.  Vol.  II.  p.  14.  etc.  ).  Mais  les  fossiles  de  cette  localité 
furent  décrits  et  figurés  pour  la  première  fois,  comme  nous 
l'avons  déjà  remarcpué,  par  Macquart.  Du  reste  il  paraîtra  un 
article  détaillé  sur  Khoroschovo. 


4%i 

gouvernement  qui  a  attiré  la  première  l'atten- 
tion du  géologue.  Elle  acquiert  de  jour  en  jour 
plus  d'importance  par  l'abondance  et  la  variété  des 
fossiles  qu'elle  présente  :  ce  qui  lui  a  valu,  entre 
toutes,  le  titre  de  localité  classique  pour  l'étude 
du  jura. 

La  roche  la  plus  puissante  de  cette  localité  y 
(deux  sagènes  à  peu  près)  et  qui,  du  reste,  n'acquiert 
nulle  part  un  développement  comparable  à  celui 
qu'elle  a  ici,  est  un  grès  marneux  glanconien.  Elle 
affleure  presque  l'eau,  et  se  montre  sur  une  éten- 
due d'un  quart  de  verste.  Tout-à-fait  désagrégée 
dans  les  couches  supérieures  ,  il  acquiert  plus  de 
densité  dans  les  inférieures  ,  sans  jamais  ce- 
pendant arriver  à  la  solidité  du  grès  de  Tataro- 
vo,  ni  même  à  celle  du  grès  de  Vorabiovo.  En 
haut  il  offre  une  couleur  grisâtre  ;  plus  bas,  il  de- 
vient brun  rougeâtre.  On  y  trouve  mélangées  quatre 
substances  :  a  )  la  glauconie,  sous  forme  de  grains 
qu^n  ne  distingue  qu'à  la  loupe,  et  qui  donne  à  la 
roche  une  teinte  d'autant  plus  verte  qu'elle  y  est 
plus  abondante  ;  b.  )  une  chaux  pulvérulente  qui 
provient  évidemment  de  la  décomposition  de  tests 
de  mollusques-,  c.  )  des  paillettes  de  mica  argenté 
qui  s'y  trouvent  souvent  eu  forte  proportion;  d.  ) 
une  chaux,  qui  remplit  quelquefois  l'intérieur  des 
coquilles  bivalves  sous  forme  cristalline.  Jamais 
on  n'y  rencontre  de  trace  de  pyrite  de  fer  ,  mi- 
nerais si  abondant  dans  les  second  et  troisième  éta- 
ge. Ce  grès  se  présente  en  couches  horizontales  et 


425 

irrégulières  qui  n'ont  aucune  division  perpendicu- 
laire constante.  Exposé  à  l'air  sec  il  devient  solide  ; 
sons   l'influence  de  l'humidité  il  se  désagrège. 

Outre  Khoroschovo ,  nous  nommerons  encore 
quelques  localités  où  l'on    peut   étudier  ce  grès  : 

a  Kountsnvo,  aux  bords  de  la  Moskva.  b.  Kolomens- 
koë,  sur  la  même  rivière,  c.  Chélépikha,  près  de  Klio- 
rochovo.  d.  Koitsminki,  sur  la  route  de  Kolometiskoë. 
e.  Senkino  ,  à  cinquante  verstes  de  Moscou  sur 
la  rive  droite  de  la  Pakhra  ,  où  elle  a  été  indi- 
quée par  M.  Kiréew  ,  comme  présentant  quel- 
ques modifications.  Sa  couleur  y  est  gris-ver- 
dâtre,  l'agrégation  très  faible,  et  la  proportion  de 
mica  notable;  ce  qui  rend  très  difficile  l'extraction 
des  fossiles  qu'on  y  rencontre  encore  avec  leur  test 
brillant  comme  de  l'or.  (  *  )  f .  Enfin  Varvarino,  à 
deux  ou  trois  cents  pas  en  avant  du  moulin  du 
village  de  ce  nom,  sur  la  rive  droite  delà  Pakhra. 
Elle  y  est  représentée  par  une  roche  presque 
sableuse  ,  très  micacée  ,  d'abord  rouge  et  passant 
ensuite  au  vert-clair  ,  avec  des  débris  très  incon- 
naissables à"1  Ammonites  catenulatus.  g.  Sur  la  rive 
gauche  de  l'Istra,  sur  la  pente  escarpée  du  plateau 
occupé  par  Voskresensk,  à  une  dizaine  d'archines 
audessus  du  niveau  de  l'eau.  Cette  roche  est  sa- 
bleuse, colorée  en  vert,  et  recouverte  par  un  sa- 
ble d'une  couleur  rouge  intense.  C'est  à  M.  Ca- 
tala  qu'on  doit  l'indication  de  ces  deux  dernières 
localités. 

(  *  )    Lettre   de  M.   Kiréew. 


Nota.  Dans  l'Oryctographie  et  les  travaux  de  M.r  Fischer 
antérieurs  à  ce  grand  ouvrage  ,  on  trouve  souvent  Tatarovo 
{  Tatarobo  )  cité  comme  offrant  les  fossiles  de  cet  éta- 
ge ;  mais  depuis,  le  sol  a  tellement  changé  dans  nos  con- 
trées, que  nous  ne  voyons  à  cet  endroit  qu'un  fort  petit  lambeau 
du  second  étage.  La  même  remarque  s'applique  encore  à  la 
Mogjinka  (Moschinka  )  près  de  Zvénigorod,  dont  les  rives  sont 
tellement  recouvertes  par  le  diluvium  qu'on  n'y  voit  que  le  tuf 
calcaire  ,  et  qu'on  n'y  rencontre  plus  les  fossiles  du  calcaire 
de  montagne   souvent  mentionnés  par  de  Fischer. 

Fossiles.  Cette  roche  est  extrêmement  rielie  en  fos- 
siles, et  plus  riche  que  toute  autre  du  même  étage. 
Ils  y  sont  engagés  en  si  grande  quantité  qui!  n'y 
a  pas  un  pouce  cuhe  qui  n'en  présente  un  ou  plu- 
sieurs. 11  n'y  a  que  le  grès  sableux  du  second 
étage  qui  puisse  lui  être  comparé  sous  ce  rapport, 
quoique  la  diversité  des  fossiles  de  ce  dernier  soit 
plus  grande.  Les  fossiles  s'y  trouvent  souvent  avec 
leur  test  blanc  un  peu  désagrégé  à  l'extérieur, 
mais  plus  souvent  encore  ils  ne  sont  représentés 
que  par  leurs  moules.  Les  plus  abondants  sont  : 
VA  mm.  catenulatus  ,  deux  espèces  de  Bélemnites, 
le  Pecten  nummularis  et  la  BucJiia   mosquensis. 

Pour  arriver  à  retirer  ces  fossiles  intacts,  il  faut 
user  de  précautions.  L'expérience  nous  a  appris  qu'il 
ne  faut  jamais  procéder  à  cette  opération  sur  des 
blocs  humides.  H  vaut  mieux  laisser  à  un  air  sec  le 
temps  de  dessécher  la  roche  :  alors  elle  cède 
mieux  les  fossiles,  et  le  test  ne  se  brise  pas  aussi 
facilement  qu'avec  des  blocs  humides.  Pour  faire 
encore  mieux,    il  faut  en  poser  des  blocs    encore 


427 

imbibés  d'eau  à  l'action  du  froid.  La  congélation 
de  l'eau  qui  occupe  les  interstices  du  grès,  agran- 
dit ceux-ci  ,  détache  les  fossiles  de  leurs  points 
d'adhérence  tellement,  qu'une  fois  le  bloc  dessé- 
ché après  cette  opération ,  les  fossiles  tombent 
comme  une  amande   d'un  noyau  ouvert. 

11  est  difficile  de  saisir  quelques  caractères  qui 
aient  trait  à  l'aspect  général  des  fossiles  du  premier 
étage.  Cependant  nous  croyons  ne  pas  déroger  à 
la  vérité,  si  nous  remarquons  que  : 

a.  Le  caractère  assez  général  de  ces  fossiles  est 
de  présenter  un  assez  grand  nombre  d'espèces,  une 
variété  de  formes  du  même  genre,  qu'on  ne  remar- 
que pas  en  pénétrant  plus  avant  dans  le  terrain  ju- 
rassique, notamment  dans  les  Térébratules.  La  socia- 
bilité des  individus  est  encore  un  caractère  piquant. 

b.  Cette  remarque  cependant  ne  doit  pas  em- 
brasser les  Ammonites,  qui  ne  sont  représentés  ici 
que  par  deux  espèces  ,  tandis  que  leur  forme  est 
bien  plus  variée  dans  les  autres   étages. 

c.  Mais  en  revanche  le  petit  nombre  d'espèces 
du  genre  Ammonite  est  contrebalancé  par  l'abon- 
dance des  individus,  et  ce  dernier  caractère  ap- 
partient encore  à  presque  tous  les  genres  de  co- 
quilles bivalves,  quelques  unes  exceptées  ,  comme 
les    Lyrlodon,  les  Modiola. 

d.  La  grande  abondance  des  individus  est  sur- 
tout frappante  dans  les  Térébratules  ,  dont  il  est 
presque  impossible  de  trouver  un  individu  isolé, 
la  T.  pcrovalis  exceptée. 


428 

e.  Les  Térébratules  présentent  en  général  à  peine 
quelques  ondulations  sur  leur  test  ,  on  n'y  voit 
tout  au  plus  un  seul  pli  ;  la  T.  loxiœ  commence 
déjà  à  se  strier;  ce  caractère  acquiert  plus  de  dé- 
veloppement dans  le  second  étage  ,  et  parvient  à 
son  maximum  dans  le  quatrième,  dans  la  T.  va- 
rians ,  qui  respectivement  à  sa  grandeur ,  offre 
plus  de  stries  que  toutes  nos  Térébratules  juras- 
siques. 

f.  Cet  étage  en  comparaison  des  inférieurs  est 
assez  riche  en  univalves,  dont  le  nombre,  comme 
l'a  déjà  très  bien  remarqué  l'auteur  de  l'Orycto- 
graphie  ,  est  généralement  bien  inférieur  à  celui 
des  bivalves.  Mais  les  univalves  de  cet  étage  sont 
extrêmement  petits  et  difficiles  à  recueillir  ;  les 
plus  grandes  (de  la  liauteur  d'un  pouce)  appartien- 
nent de  préférence  au  second  et  au  troisième  étages. 

g.  On  n'a  pu  découvrir  ici  que  des  invertébrés 
et  encore  se  rapportent-ils  de  préférence  aux  mol- 
lusques. Il  n'y  a  qu'un  seul  échinoderme. 

h.  Des  empreintes  de  feuilles  de  plantes  ,  des 
restes  de  végétaux  carbonisés  sont  encore  l'appa- 
uage  exclusif  de  cet  étage.  Dans  les  deux  suivants 
on  découvre,  il  est  vrai,  facilement  des  végétaux, 
mais  toujours  en  forme  de  troncs  bien  épais  .  ou 
pétrifiés  ou  passant  à  l'état    de  lignite. 

Passons  à  la  revue  spéciale  des  fossiles. 


429 

A.  ANIMAUX. 

1.  Ammonites  catenulatus  Fisch. 
Des  Falcifercs. 

Am.   catenulatus    Fisch.  Oryct.   p     1G9.  T.  VIII.    f.    4. 

—  —  de   Buch   Karst.  Archiv    1842.  p.    536. 

—  —  Fischer    Bull.     1843    (non    1842    comme  chez 

d'Orbigny  Russia  I.   p.  435.  )   p.  107.  Tab. 
III.   f.    1-3. 

—  Iazikow,  Mockbhtîihiihtj    1845.  N"   4  p     48. 

—  —  Rouillier,   1845  Disc.    p.   48-  N°   200. 

—  —  Frears  et  Rouill.    1845.    1-re  Coupe   Géolog. 

—  —  Rouill.   et   Frears   2-e   Coupe   Géol.    1845. 

d'Orbigny    1846  Russia.  I.  p.  435.  T.  XXXIV. 
f.   8  — 12.   (Superbe   planche  ). 
—  Auerbach   et   Frears  Bull.  1846.  N°   2.  p.  490. 

—  —  de  Bucb,   Bull.    1846.   N°  3.   p.    246-247. 

Nous  n'avons  rien  à  ajouter  aux  belles  descri- 
ptions de  Fischer,  d'Orbigny  et  de  Buch,  si  non  que 
les  jeunes  individus  ont  le  dos  beaucoup  plus  ar- 
rondis que  les  vieux,  dont  les  tours  sont  compri- 
més et  le  dos  tranchant.  Il  serait  intéressant  de 
pouvoir  comparer  cette  espèce  à  VA  ni.  lœviuscu- 
lus  S.,  forme  voisine,  à  l'exception  des  côtes  un  peu 
élevées. 

Loc.  Tout  particulièrement  à  Khoroschovo,  puis 
à  Kountzovo  et  à  Senkino  (Mr.  Kiréew)  à  50  ver- 
stes  de  Moscou. 

Cette  Ammonite  est  si  bien  caractérisée  qu'elle 
n'a  été  confondue   avec  aucune   autre  espèce. 


430 

2.    Ammonites  Koenigii  S. 
Des  Plan  niés. 

Ammonites   Koenigii   S.  de   Buch    1840.  Gebirgsf.  p.   85  et    104. 

—  —  Phill.    Rep.  of.   the    Britisch.    Assoc.   etc. 

1841    p.    10. 

—  —         Iazikow.  1845   MocKPHTfiHHH'b  N°  4  p.   48. 

—  mutabilis  S.  Rouillier   1845.    Disc.  p.   49    N°   210. 

—  mutabilis  S.  Frears  et  Rouillier.    1846.    1-re  Coup. 

Géol. 
mutabilis   S.   Rouill.    et    Frears.     1845.     2-e  Coup. 

Géol. 
Koenigii   S.   d'Orbigny  Russia   II.  p.  436     437.  pi. 

3     5  f.    1      6. 

Koenigii  S.  Aueibach   et  Frears.    Bull.    M.    1846.  p. 

490  et  491   pi.   VI.   f.   1      3. 

Parfaitement  décrit  par  de  Buch  (Jura  in  Deutsch- 
and  )  et  d'Orbigny. 

Loc.  Abondant  à  Kboroschovo. 

Historique.  Il  est  remarquable  que  cette  forme,  aus- 
si fréquente  que  l'antécédente,  a  longtemps  échap- 
pée aux  recherches  ;  on  ne  la  peut  du  moins  rap- 
porter à  aucune  Ammonite  mentionnée  dans  l'Ory- 
ctographie,  ni  dans  la  Revue  de  fossiles  de  1843 
du  même  auteur.  (  *  )  De  Buch,  il  est  vrai,  croyait 
avoir  reconnu  (  **  )  cette  forme  dans  YAm.  corn- 
munis  S.  de  POryct.  p.  170  pi.  V.  f,  1.  mais  M.r  Fi- 
scher lui  même  remarque  (  ***  )  que  c'est  sa  nou- 
velle espèce,  YAm.  mosquensis,  dont  d'Orbigny  a  fait 


•J   Bull.  M.   1843.  p.   103—115. 

k*  I   Gebirgsf.  Russl.    1840. 

***)   Bull.    M.    1843.  p.    110    pi    111.    f.   4     7. 


, 


431 

un  Am.  Fi se he ri anus  (  *  )  et  que  de  Keyserling  a 
réduit  (**)  à  l'espèce  de  Mr.  de  Fisclier.  De  plus 
de  Fischer  indique  que  la  forme  en  question  est 
fréquente  (***)  à  Tatarovo  et  à  Khoroschovo  à 
Tétat  pyriteux  ,  ce  qui  n'arrive  pas  à  un  Ammo- 
nite du  premier  étage ,  le  pyrite  de  fer  n'ap- 
paraissant pour  la  première  fois  que  dans  le  se- 
cond étage.  Enfin  la  figure  de  l'Oryct.  indique 
une  Ammonite  dont  les  tours  ne  font  que  se  tou- 
cher, tandis  que  dans  YAm.  Kœnigii  ils  se  recou- 
vrent à  plus  de  la  moitié.  D'Orbigny,  aussi,  donne 
(****)  pour  YAm.  Kœnigii  la  figure  susmentionnée 
de  l'Oryct.  mais  c'est  évidemment  une  erreur,  car 
il  cite  (*****)  encore  la  même  figure  comme  iden- 
tique avec  YAm.  Panderi  Eichw. 

Terebratula   Brug. 

Nous  ne  répéterons  j>as  ce  qu'il  a  été  dit  (******)  et 
ce  que  nous  avons  signalé  (*******)  nous-même  con- 
cernant la  repartition  des  fossiles  de  ce  genre  dans 
notre  oolite.  Arrêtons  nous  plutôt  sur  quelques 
points  de  structure  de  leur  test. 

On  a  souvent  remarqué  que  les  térébratules  du 
terrain  crétacé  présentent  sur  leur  surface  des  points 

(*)  Russia.  II.    1846.   p.  441.   pi.  36.   f.  4  —  8. 
(**)   Wissenschaft.   Beobach.    1846.   p.   326. 
(***)  Oryct.  lbid. 

(  ***'*  )  Russia  II.    p.  437.   Syn.  de  l'A.  Koenigii. 
(*****)   L.  c.   p.   430.  Syn.  de  l'A.   Panderi. 
(******)    Bull.    d.  M.    1843.  p.   117.   sq. 
(*******  j   Bull.  d.   Mosc.   1844.  p.  889. 


432 

bien  distincts  disposes  régulièrement.  Mr.  de  Buch, 
dans  son  travail  classique  sur  ce  genre,  constitue 
même  un  petit  groupe  Tetcbratulœ  cretaceœ,  qui 
entre  autres  caractères,  ont  aussi  ceci  d'important, 
([ue  leur  test  est  orné  des  points  en  question. 
Cet  auteur  dit  encore  (  *  )  que  la  valve  inférieure 
de  la  T.  ornithocephala  présente  le  même  phénomè- 
ne ,  quoique  les  pores  des  premières  soient  plus 
fins,  plus  élégans  et  plus  régulièrement  disposés. 
11  parait  du  reste  que  Sowerby  est  le  premier 
qui  ait  remarqué  ce  caractère  ,  du  moins  avait- 
il  appelé  une  espèce  —  T.  punctata.  Le  célèbre 
auteur  de  FOryctographie  avait  déjà  (  1809)  re- 
marqué ce  caractère  intéressant  sur  son  espèce 
T.  scabra  (**).  Ces  espèces  appartiennent  au  grou- 
pe   Lœves  jugatœ. 

De  Blainville  a  donné  le  nom  de  T.  punctata  à 
une  espèce  vivante  pour  la  même  raison. 

Le  test  poreux  des  térébratules  à  fait  l'objet 
d'une  étude  spéciale  en  France  (  Desbays  et  De- 
longcbamps,  Russia  II  p.    17  )  et  en  Angleterre. 

Nous  avons  remarqué  que  le  test  de  T.  loxiœ 
(T.  actJLtu  S.  ci-devant)  et  T.  pentatoma  (T.  oxy- 
optyc/ia  Fisch.  )  se  désagrège  en  filaments  soyeux, 
asbestoïdes  (***). 

(*)    Ueber.  Tetabrat.  lri  <à.  Abliand.  Bcrl;.   Acad.  1833  p.   120. 

(  **  )  Térébratules  p.  23.  T.  chagrinée  «à  surface  finement 
granulée.  » 

(  ***  )  Sur  1rs  coquilles  dites  Térébratules.  1809.  Moscou  4. 
avec  3    pi.    p    23, 


J  ,, 


433 

Depuis,  Mr.  D'Orbigny  a  observé  (*)  des  li- 
gnes de  points  sur  la  T.  luna  (  Fischeriana  d'Orb.  T. 
indentala  S.  et  T.  digona  S.  ci-devant)  et  sur 
la  T.  scabra  T.  Boyeriana,  comprise  ci-devant  sous 
la  T.  ornithocephala  ). 

Or  ces  observations  gagnent  de  l'importance 
pour  les  Térébratules  moscovites.  Voici  ce  que 
nous  pouvons  avancer  avec  certitude  (  **  )  ; 

1.  L'apparition  des  filaments  sur  le  test  de  nos 
térébratules  tient  à  la  présence  des  points. 

"2.  Sur  un  test  solide,  où  l'on  n'a  vu  que  des  points? 
on  voit  des  filaments  lorsqu'il  est  plus  désagrégé 
par  la  fossilisation.  On  voit  même  ce  passage  im- 
médiat sur  différentes  parties  du  même  exemplai- 
re (  T.   luna  T.   subobesa  7  T.  scabra  ). 

3.  Ces  points  se  trouvent  sur  toutes  les  parties  du 
test,  la  valve  supérieure  aussi  bien  que  l'inférieure. 

4.  Ces  lignes  de  points  se  trouvent  non  seule- 
ment sur  la  surface  du  test,,  mais  bien  sur  toutes 
les  couches  qui  forment  l'épaisseur  des   valves. 

5.  La  disposition  de  ces  points  est  régulière,  et 
constante.    De  Buch    et    d'Orbigny     les    décrivent 


(*)   Géolog.   of.  Russ.   IL  p.    483,   484. 

(  **.  )  Le  nombre  des  planches  ayant  augmenté  contre  notre 
volonté,  nous  avons  remis  à  une  prochaine  occasion  quelques- 
figures  nécessaires  ,  comme  pour  éclairer  la  structure  du  tesS 
des  térébratules,  les  figures  de  plusieurs  térébratules  lisses,  e8 
les  figures  pour  les  variations  principales  de  la  T.  FisGhcr'a 
(  nob.   non  d'Orb-  )  et  de  Pleurotomaria  Munsteri  Roem. 


43  i 

disposés  en  quinconce,  ce  dernier  les  a  vus  sur  la 
T.  luna  Fisch.  (  T.  Fischer iana  d'Orb.  )  en  lignes 
qui  se  croisent  obliquement.  Nous  avons  vu  ces 
points  arrangés  sur  cette  même  térébratule  ,  ainsi 
que  sur  la  T.  sabra  de  manière  qu'ils  forment 
constamment  trois  ordres  de  lignes.  Les  deux  ran- 
gées bien  régulières  se  croisent  en  traversant  ob- 
liquement la  valve  en  sautoir,  la  troisième  est  paral- 
lèle aux  stries  d'accroisement.  Le  point  fait  donc 
partie  de  trois  lignes,  selon  qu'on  poursuit  la  di- 
rection des  rangées. 

6.  Nous  n'avons  pas  pu  remarquer  de  différen- 
ces bien  tranchées  dans  l'arrangement  de  ces  points 
suivant  l'espèce  du  fossile  ,  ou  les  différentes  par- 
ties des  valves. 

7.  Mais  la  grandeur  de  ces  points  varie.  De  Buch 
l'a  déjà  signalé  comme  différente  dans  les  térébra- 
tules  crétacées  et  la  T.  ornithocephala.  Nous  les 
avons  observés  de  même  calibre  dans  la  T.  scabra 
et  dans  la  T.  luna,  mais  plus  petits  dans  la  T.  su- 
bobesa  nob. 

8.  Leur  grandeur  varie  encore  suivant  les  diffé- 
rentes couches  du  test,  qui  se  laissent  diviser  sous 
ce  rapport  ainsi  que  sous  d'autres  en  deux  stra- 
tes. L'extérieur  est  moins  épais  que  l'intérieur. 
Le  premier  nous  a  semblé  ne  consister  qu'en  une 
seule  couche  (sa  coupe  du  moins  est  tellement  min- 
ce qu'elle  ne  nous  a  pas  permis  de  poursuivre  sa 
structure).  C'est  une  épiderme  solide  faiblement 
luisante    d'un  gris  un  peu  bleuâtre,  sur  des  exem- 


435 

plaires     bien     conservés    (  T.  luna  ,     T.  scabra,   T. 
subobesa  ). 

9.  Cette  couleur,  du  reste,  nous  semble  être  l'ef- 
fet (le  la  fossilisation,  parce  qu'elle  est  assez  com- 
mune à  tous  nos  fossiles  ,  lorsque  leur  test  n'est 
par  coloré  en  jaune  où  en  brun  par  le  fer  si  abon- 
dant dans  nos  couches.  Nous  remarquons  en  général 
pour  nos  fossiles  qu'ils  présentent  cette  couleur 
gris-bleuâtre  lorsque  leur  épiderme  décolorée  par 
la  fossilisation  n'est  pas  teinte  en  jaune-brunâtre,  et 
en  une  couleur  blanche  un  peu  sale,  lorsque  I'épi- 
derme  a  disparu.  Nous  n'avons  pas  vu  de  lest  qui 
ait  conservé  des  traces  de  sa  coloration  primitive, 
naturelle  (  *  ). 

10.  Les  points  sont  plus  petits,  leurs  interstices 
plus  larges  sur  Fépiderme  ou  le  strate  extérieur. 
Leur  disposition  est  la  même  que  dans  l'intérieur 
de  la  coquille. 

11.  La  densité  de  ce  strate  est  telle  ,  que  sou- 
vent le  fer  n'a  pu  colorer  que  cette  épiderme,  et 
n'a  pu   pénétrer  dans  les  couches  sousposées. 

12.  Le  strate  extérieur  où  l'épidémie  enlevé, 
le  strate  intérieur  apparaît  d'une  couleur  blanc- 
de-ueige,  avec  un  luisant  un  peu  plus  faible  que 
celui  de  l'argent  travaillé.  Les  points  s'y  dessinent 
en  noir  et  sont  plus  grands  et  plus  serrés. 


(*)  La  Lima  gigantea  S,  qui  aurait  conservé  sa  couleur 
naturelle  (Fahrenkohl  Bull.  1844.  p.  792.)  n'est  peut-être  qup 
colorée  en  jaune   brunâtre    par  le  fer  du  grès   glauconien. 

W  IF.  1S46.  28 


436 

13.  Le  strate  intérieur  est  composé  d'une  suite 
de  couches  extrêmement  minces  qui  ne  se  laissent 
séparer  que  très  difficilement.  La  disposition  et 
la  grandeur  des  points  sur  ces  couches  ne  nous  ont 
pas  semblé  varier. 

14.  Chaque  couche,  ainsi  que  le  strate  extérieur, 
est  composée  de  deux  éléments  :  des  filaments  et 
des  pores,  qui  sont  les  points  noirs  visibles  ,  qui 
constituent  les  interstices  entre  ceux-ci.  On  peut 
donc  très  bien  appeller  chaque  couche  un  réseau 
poreux. 

15.  Les  filaments  sont  disposés  sur  le  milieu 
des  valves  dans  le  sens  de  leur  longueur,  mais  en 
général  ils  suivent  et  longent  leur  contour,  c.  à. 
d.  qu'ils  sont  parallèles  aux  stries  d'accroissement. 
Cependant  il  y  a  en  outre  des  filaments  transver- 
saux et  obliques  que  nous  n'avons  pu  poursuivre. 

16.  Lorsque  le  test  commence  à  perdre  sa  compa- 
cité, ces  filaments  deviennent  appareils  et  surtout 
les  longitudinaux.  Us  sont  blancs  et  très  fins,  res- 
semblent en  un  mot  au  faisceau  de  soies  en  verre 
dont  on  se  sert  pour  les  expériences  électriques. 

17.  Vus  à  la  loupe,  ils  sont  presque  diaphanes, 
à  côtés  anguleux  ,  sans  trace  d'organisation  évi- 
dente ultérieure. 

18.  Lorsque  le  test  est  dans  un  état  de  désa- 
grégation fort  avancé,  il  commence  à  laisser  sur 
les  doigts  qui  le  touchent  une  poussière  blanchâ- 
tre, qui  sous  la  loupe  n'est  qu'un  amas  de  frag- 
ments soyeux  asbestoides  déjà  mentionnés. 


437 

19.  Les  pores  mentionnés  ne  sont  pas  creusés 
dans  l'épaisseur  des  filaments,  mais  ils  sont  formés 
entre  leurs  parois,  par  l'arrangement  de  filaments 
longitudinaux  et  obliques.  Chaque  filament  est 
tout  à  fait  uni  et  à  contours  linéaires,  droits.  Les 
pores  réguliers  disparaissent  entièrement  ,  lorsque 
les  filaments  désagrégés  se  dérangent  dans  leur  po- 
sition. 

20.  Les  pores  sont  des  ouvertures  ovales ,  à 
extrémités  arrondies,  dont  le  diamètre  longitudinal 
est  paralèlle  à  la  direction  des  filaments.  Ils  lais- 
sent finalement   passer  la  lumière  à   travers. 

20.  Le  bord  de  ces  pores  est  épais  et  relevé 
à  l'extérieur,  aussi  apparaissent-ils  sous  la  loupe  et 
le  microscope  bordés  d'un  anneau  noir-opaque. 
Il  parait  même  que  les  bords  des  ouvertures  re- 
sortent souvent  au  dessus  du  niveau  des  filaments. 

21.  Leur  ouverture  n'est  pas  horizontale  ou 
parallèle  à  la  valve  mais  un  peu  inclinée  vers  sa 
partie  inférieure.  On  croirait  qu'un  instrument 
aigu  les  ait  percés  de  l'intérieur  de  la  valve, 
ayant  le  sommet  dirigé  un  peu  vers  le  front  de 
la  coquille.  Sur  la  surface  intérieure  des  couches  les 
pores  sont  des  ouvertures  à  bords  concaves  ,  et 
très  fines. 

22.  Nous  n'avons  pas  pu  distinguer  ces  pores  régu- 
liers dans  plusieurs  espèces  de  nos  térébratules,  dont 
le  test  tombe  cependant  en  filaments  asbestoïde  (  T. 
loxiœ,  T.  triplicata,  T.  Fischerl  nob.  non  d'Orb.).  Ii 
parait  que  leur  test  était  très  compacte,  le  réseau 

98* 


438 

très  serré.  Nous  n'y  avons  vu  que  des  pores  diffor- 
mes et  irréguliers.  Les  auteurs  étrangers  disent  la 
même  chose   des  Térébratules  plissées. 

Voilà  ce  que  nous  avons  pu  observer  con- 
cernant la  répartition,  l'organisation,  la  forme  des 
filaments  et  des  soi-disants  points  sur  nos  téré- 
bratules. Il  est  à  désirer  qu'on  poursuive  les  dé- 
tails de  cette  organisation  ,  comme  la  disposition 
respective  des  filaments  et  des  pores  de  différen- 
tes couches  ,  le  développement  de  ce  réseau  po- 
reux etc.  Peut  être  arriverions-nous  à  jeter  quel- 
ques lumières  sur  l'organisation  de  la  coquille  en 
général. 

Nota.  Pour  compléter  l'histoire  des  progrès  de  la  science  sur 
les  térébratules,  nous  recommandons  à  nos  lecteurs  un  travail 
sur  ce  genre,  qui  n'est  que  fort  peu  connu  du  public  quoique 
il  date  de  1809.  C'est  «  Sur  les  coquilles  fossiles  dites  Téré- 
bratules »  faisant  le  premier  article  des  Notices  nombreuses  sur 
les  fossiles  du  gouvernement  de  Moscou  publié  par  Mr.  de 
Fischer  ,  article  non  inserré  dans  les  travaux  périodiques 
de  la  Société  des  Naturalistes.  Le  lecteur  trouvera  ici  dé- 
crites et  figurées  plusieurs  espèces,  qui  plus  tard  ont  reçu  de 
nouveaux  noms  par  de  Fischer  lui-même  et  d'Orbigny  ;  on  y 
trouvera  encore  l'exquisse  d'une  division  des  espèces  de  ce  gen- 
re dans  laquelle  les  groupes  admis  répondent  assez  bien  à 
ceux  qui  ont  été  indiqués  par  de  Buch  ,  le  célèbre  auteur  du 
travail  classique  sur  les  térébratules,  Mr.  de  Fischer,  admettait 
quatre  subdivisions.  1)  Tétébratules  à  bords  lisses  et  non  plissés 
(Non  plicatse  de  Buch.);  2)  Térébratules  à  bords  plissés  dont 
les  plis  sont  toujours  conformes  (  Pugnaceœ  de  Buch  );  3  )  Té- 
rébratules trilobées,  Trigonellœ  Fisch.  (  Alatae  de  Buch  )  ;  4.) 
PJij-iichonellœ  (  genre  Rhynchonella    Fisch.  ),     lobes     intermé- 


/  , 


439 

diaires  si  allongés  ,  qu'il  en  résulte  la  forme  d'un  bec.  A  ce 
groupe  appartiennent  la  T.  ringens,  T.  acuta  et  T.  loxiœ  qui 
se   distinguent  par  le   port   total. 

L'incendie  de  1812  a  détruit  les  exemplaires  de  ce  mémoire 
intéressant.  Son  texte  est  entré  en  grande  partie  dans  l'Ory- 
ctographie  ainsi  que  ses  deux  planches  qui  n'ont  subi  aucun 
changement. 

La   pi.   II     du  mémoire   est  la   pi.  XXIII.    de  l'Oryct. 

f.  1.    2.  =  f    6.   a,   b. 

f.  3.  4.  =  f.  7.    a,   b. 

f.  5,  6.  ==  f.   8.   a,   b. 

f.  7.  8.9=  f.    a,   b,  c. 

f.  10.  11=  f.    4.   a,   b. 

La  pi.  III.  du  mém.  est  la   pi.  XXII.  de  l'Or.    Les  chiffres   des 
figures   se  correspondent. 

L;a  f.    10.    11.    de   la   1-re    pi.  du  mém.   sont  les  fig.    1.  2,  de  la 
pi.  XXIII.  de    l'Or.  (  T.  octoplicata  Fisch.    non  Sow.  ). 

A.   Terebratulœ  pugnaceœ. 

Ce  groupe  est  plutôt  propre  au  second  étage  , 
ainsi  que  les  Plicatœ  en  général  ,  tandis  que  les 
Cinctœ  font  l'appanage  du  premier.  Les  espèces 
jurassiques  des  Pugnaceœ  peuvent  être  analy- 
sées (  * )  ainsi: 

A.   Terebratulœ  plicis  dichotomis,   saltem 
duplicis  generis 

T.  rimosa. 
T.  fur  dilata. 


(*)  Arrangement  fait    d'après  l'œuvre  classique  de  Buch   sur 
les   Térébratules. 


440 

B.  T.  plicis  aequalibus 

a.  Plica   in  lobo  mediano   uni«_a 

T.  acuta  S.  (non  Schlot.). 

T    ringeits  Buch. 

b.  Plicis  pluribus   (2  —  5) 

«.  Area  auriculata 

T.  varians  Schl. 

T.  variabilis   Schl. 

T.  tetraëdra  §. 

p.  Area  (*)  inauriculata    (**). 

T.  triplicata  Phill. 

(non  Ziet). 

Les  Pugnacées  ne  sont  représentées  dans  l'éta- 
ge supérieur  ,  que  par  une  seule  espèce ,  la  T. 
loxiœ  ,  qui  occupe  la  place  entre  la  T.  acuta  et 
la  T.  r in  gens,  ce  que  M.r  de  Fischer  avait  déjà 
exprimé  (  Oryct.  p.  47  ).  Ces  trois  espèces  enfin 
ont  une  physionomie  tellement  distincte  de  tou- 
tes les  téréhratules  ,  qu'il  en  avait  fait  (  1809) 
son  genre  Rhjnchonella ,  qui  passe  par  la  T.  bi- 
plicata  Phill.  et  la  T.  triplicata  Phill.  aux  autres 
espèces  des  Pugnacées. 


(  *  )  Nous  l'appellerons  area  inerme  lorsqu'elle  ne  présente 
pas  sur  son  passage  au  dos  de  la  valve  dorsale  de  ligne  éle- 
vée, aiguë,  que  nous  indiquerons  par  arête  aréale  (  Arealkan- 
te,  Linea,   Costa   arcalis). 

(  **  )  Si  l'on  voulait  compter  la  T.  triloba  Muenst.  parmi  les 
Pugnacées,  elle   appartiendrait  à  cette  dernière   section. 


441 

3.   Terebratula  loxi^   Fisch. 

lérébratule    en   forme  de  crêle  de   coq.   Pallas    17G8.  Voyag. 

I.   p.    22. 
Poullette    1789.    Macquart.   1.  c.   p.    514     Tab.    VII.   f.    5. 

Rhynchonella    Loxice  Fischer,     1809.      Térébrat.   p     35.  Tab. 

IL   f.   5.   6. 
Terebratula   variabilis     Sclil.  Fischer    1837.  Oryct.     p.     147. 

p.  23.   f.   8. 

Terebratula  acuta  Phill.   Murchison    et  De  Verneuil.   Extrait 

d'un  Rapport  de  la  Soc.   Brit.   p.  l'avanc.  des   sciences   1840 

et  d'un  Mérn.  pre'senté  à  la  Soc.  Géolog.  de  Londres.  1841. 

p.    10. 
Terebratula  acuta  S.,  Buch    1842.    Beitraege    etc.  Karsteus  Ar- 

chiv   1842   p.   536. 
Terebratula  acuta  S.,  Fischer   Bull.  d.  M.    1843.  p.    117. 

Terebratula  aptycha  Fischer,  Fischer.    Ibid.  p.    124  pi.  VI. 

f.   7.    8.   9.  (Jeune  ). 
Terebratula     acuta  S.,  Rouillier    Bull.    d.  M.    1844.   p.   889  — 

894.  pi.  XXII.  f.  1-10. 
Terebratula  acuta,  1844.  Frears  et  Rouillier  1-re  Coup.  Géol. 
Terebratula   acuta,    1845.     Rouillier    et     Frears     2-de   Coup. 

Géol. 
Terebratula  acuta  S  ,  Jazikow,  Journal  «Moscovite»  1845  p. 48. 
Tereb.   acuta  S.,  Russia   I.  p.  236. 

Terebratula  aptycha  Fisch.  D'Orbigny  Geol.  of.    Russ.  II    p. 
128.   pi.   42.  f.    22  —  26.     (  Exemplaire   d'une   taille   extra- 
ordinaire ). 
Terebratula  aptycha  Fischer,    Auerbach    et   Frears    Bull.    d. 

M,    1846.  p.  490. 
T.  aptycha  Fisch.  Buch  Bull.   1846.  p.   250. 

Le    grès    glauconien    de    Klioroschovo  est  plein 
d'individus    de    cette  espèce  qui  est  bien  caracté- 


44% 

ristique  pour  nos  couches.  Aussi  le  D.r  Macquart 
(1789)  l'a-t-il  déjà  remarqué  et  figuré  d'après  un 
exemplaire  de  taille  plus  forte  que  d'ordinaire,  ce 
qui  est  arrivé  aussi  à  d'Qrbigny.  On  l'a  dans 
les  derniers  temps  confondu  avec  la  T.  acuta  S  ; 
Murchison  et  de  Verneuil  l'indiquent  (*)  sous  le 
nom  de  T.  acuta  avec  l'autorité  de  Phillips,  quoi- 
que la  même  espèce  ait  été  décrite  sous  le  même 
nom  par  Sowerby  bien  antérieurement  à  cet 
auteur.  Lorsque  nous  avons  publié  notre  étu- 
de sur  cette  espèce  nous  lui  avions  déjà  remar- 
qué quelques  différences  avec  la  forme  de  l'auteur 
anglais  (**),  mais  nous  n'avons  pas  osé  l'en  séparer. 
M.r  de  Fischer  tout  en  l'appellant  encore  T.  acuta., 
décrit  (  1843  )  son  jeune  âge  sous  le  nom  de  T. 
aptycha  Fisch.  ce  que  nous  avons  indiqué  dans 
notre   étude  mentionnée. 

D'Orbigny  admet  cette  espèce  comme  spécifi- 
quement distincte  de  la  forme  anglaise  ,  et  lui 
assigne  le  nom  T.  aptycha  Fisch.  ,  qui  avait  un 
sens  bien  plus  restreint.  Mais  en  admettant  cette 
forme  comme  espèce  nouvelle,  il  faut  lui  restituer  le 
nom  spécifique  de  T.  loxiœ  Fisch,  bien  antérieur 
(1809)  à  celui  d.   T.  aptycha  (1843)  d'autant  plus 


(  *  )    Voy.   la  synonimie. 

(  f*  )  C'est  pourquoi  nous  avons  donné  à  noire  petit  article 
le  titre  de  :  Les  principales  variations  de  la  Terchratula  acu- 
ta S.  dans  l'oolite  de  Moscou.  Bull,  d.  M.  1814.  p.  889  —  894 
avec  pi.  XXII. 


443 

que  ce  dernier  nom  n'avait  trait  qu'au  jeune  âge. 
11  est  à  remarquer  que  D'Orbigny  en  citant  la 
T.  variabilis  de  l'Oryctographie  comme  identique 
avec  l'espèce  en  question  lui  impose  cependant 
le  nom  de  T.  aptycha  ,  quoiqu'il  soit  dit  dans  sa 
synonimie  qu'elle  a  déjà  été  décrite  sous  celui  de  T. 
loxiœ. 

L'étude  que  nous  avons  publié  sur  ce  fossile 
caractéristique  de  nos  couches  indique  ses  prin- 
cipaux caractères  et  ses  nombreuses  variétés. 

Les  variétés  (*)  de  cette  espèce  se  laissent  ré- 
duire à  quelques   formes  principales. 

a.  Varielates  ex  œtate. 

a.  Junior.  Déprimée,  le  sommet  du  bourrelet  est 
sur  le  bord  frontal,  un  seul  plis  sur  le  bord  la- 
téral.   T.    aptycha   Fiscb.    Bull.    M.    1843.  p.    124. 


(*)  Pour  plus  d'exactitude  dans  la  description  des  varié- 
tés ,  nous  les  étudierons  sur  le  même  plan  pour  tous  les 
fossiles.  A.  Varietates  ex  aetate  sont  ^représentées  par  trois 
formes  a.  Varietas  junior  est  le  fossile  à  sa  plus  petite  taille 
connu;  b.  Var.  juvenilis  est  le  même  lorsqu'il  a  acquis  la  moi- 
tié de  sa  taille  normale  ;  c  Var.  adulta  de  taille  ordinaire 
B.  Varietas  fortuit  a  —  toute  variété  qui  ne  se  laisse  pas  ex- 
pliquer par  l'âge  du  fossile.  On  tachera  d'indiquer  ces  chan- 
gements par  des  noms  exprimant  leur  caractère.  Par  opposi- 
tiou  aux  variétés,  l'original  du  premier  fossile  sera  appelle 
forme  normale,  adulte,  ce  qui  sera  encore  sous-entendu  toutes 
les  fois  qu'on  ne  placera  pas  d'adjectif  indiquant  l'âge  et  la 
yariété. 


444 

pi.    VI.    f.    789.    Rouillier    Bull.  M.  1844.  f.  1.  a. 
b.  c.  d. 

b.  Var.  juvenilis.  Deux  plis  sur  le  bord  latéral, 
le  bourrelet  commence  à  s'élever  sur  le  milieu  de 
la  ventrale.  Rouill.   1.  c.   f.   2. 

c.  V.  adulta  (  normalis  ).  Deux  ou  trois  plis 
sur  les  côtés,  une  écbancrure  sur  le  bourrelet  dont 
le  sommet  se  trouve  entre  le  bord  frontal  et  le 
milieu  de  la  valve  ventrale  :  taille  comme  l'indi- 
quent 1.  c.  f.  4.  5.  Il  faudra  ranger  ici  les  figures 
de  Fiscber  :  Térébratules  1809.  pi.  II.  f,  5,  6. 
Gryct.  pi.  XXIII.  f.  8.  a.  b. 

/3.   Var.  fortuites. 

d.  Var.  globosa.  Les  trois  dimensions  presque 
égales.  Deux  plis  latéraux  ,  le  dos  sans  échancru- 
re.  Le  sommet  du  bourrelet  entre  le  front  et  le 
milieu  de  la  ventrale.  Rouill.  L.  c.  f.   6. 

e.  Var.  bisinuata  Voisine  de  la  précédente,  mais 
avec  deux  échaucrures  sur  le  dos  tranebant. 
Rouill.  L.  c.  f.  7. 

f.  Var.  resupinata.  Trois  plis  latéraux,  le  som- 
met du  bourrelet  entre  le  milieu  de  la  ventrale  et 
le  deltidium.  Rouill.  L.  c.  f.  8.  9.  D'Orbig.  Rus- 
sia.  IL  pi.  42.  f.  24,  25,   25'. 

g.  Var.  reversa.  Trois  plis  latéraux,  le  sommet 
du  bourrelet  audessus  du  deltidium,  son  dos  arrondi, 
sans  écbancrure.  Vieil  individu.  Rouill.  L.  c.  f,  10. 

b.  Var.  major.  Les  figures  de  d'Orbignj  Russia. 
IL    pi.    42.   f,   24,   25,  25'  26    sont    certainement 


445 

une  variété  assez  rare ,  car  nous  ne  l'avons  pas 
trouvée  de  cette  grandeur  parmi  les  centaines 
d'exemplaires  que  nous  possédons  de  l'espèce.  Il 
faut  encore  ranger  ici  la  figure  de  Macquart  1.  c. 
p.  VIL  f.  5. 

Cette  variété  fait  passage  à  la  T.  triplicata. 
lorsqu'elle  n'a  qu'un  seul  plis  sur  le  bourelet  (  ce 
que  nous  avons  aussi  remarqué)  et  à  la  T.  acuta  S. 

B.   Terebratulœ  inflatœ. 
4.  Terebratula  pentatoma  Fisch. 

(  Tab.  B     f.    14  a  — m  ). 

Terebratula  pentatoma  Fischer.  Fisch,  Térébral.   (   1809  )    p. 

34.  n.  25.  t.   II.  f.   10.   11. 
T.  booealis  Schl.   Fischer  Oryctog.  p.   147.  pi.  XXIII.   4. 
T.   décor ata  dorso  piano  de  Bach   (  1842  )    Beitrœge  (  Karsl. 

Archiv.   p.   534.  ). 
T.   oxyoptycha  Fisch.,  Fischer   Bull.   d.   M.  1843.  p.   118.pl. 

IV.  f.    10.    11. 
T.  oxyoptycha  Fisch.   Rouill.  (  1845  )  Disc.  p.  51.  N°  228. 
T.  oxyoptycha    Fisch.,   Frears   et  Rouill.  (  1845  )   1-re  Coup. 

Géol. 
T.   oxyoptycha  Fisch.,  Rouill.   et  Frears     (  1845  )     2-e   Coup. 

Géol. 
T.  oxyoptycha  Fisch.  D'Orbigny     Geol.  of.    Russ.  II.  p.  4  19. 

pi.   42.   f.    11  —  13. 
T.  oxyoptycha  Fisch.  Auerbach  et  Frears     (  1846)    Bull.  d. 

M.    p.   490. 

Ce  fossile  élégant ,  qui  par  ses  plis  nombreux 
et  fins  et  son  ouverture  extrêmement  petite , 
rappelle  les  Térébratules  du  terrain    crétacé  ,     est 


446 

clans  les  Concinneœ  injlatœ  ce  que  la  T.  triloba- 
ta  Muenster  esl  parmi  les  Concinneœ  alatœ.  L'une 
et  l'autre  font  le  passage  des  Concinneœ  aux  Pug- 
naceœ ,  présentent  même  quelquefois  des  for- 
mes dans  lesquelles  le  front  est  bien  plus  haut 
que  le  milieu,  mais  appartiennent  encore  d'avan- 
tage aux  premières.  Le  plus  souvent  le  milieu  de 
la  valve  ventrale  est  plus  haut  que  le  front  ,  et 
si  même  le  contraire  a  lieu,  il  se  forme  sur  le  mi- 
lieu de  la  valve  un  coude  évident  et  le  sinus  for- 
me avec  le  plan  de  la  dorsale  un  angle  très  con- 
vexe, et  non  un  régulier,  ce  qui,  selon  de  Buch  (*), 
est  surtout  important  pour  distinguer  les  Con-r 
cinneœ  des  Pugnaceœ. 

Après  les  descriptions  de  ce  fossile  données  par 
de  Fischer,  de  Buch  et  d'Qrbigny,  nous  n'avons 
rien  à  ajouter  à  la  connaissance  de  la  forme  nor- 
male (  Tab.  B.  f.  14  a  — d).  Etudions  ses  variétés. 

ce.  Varietates  ex  œtate. 

a.  Var.  junior  (Tab.  B.  f.  14  i  —  m  ).  Coquil- 
le déprimée,  la  valve  ventrale  s'élève  il  est  vrai 
brusquement  sur  la  charnière  ;  mais  à  son  premier 
tiers  elle  s'incline,  devient  horizontale  et  à  son 
tiers  inférieur  tombe  brusquement  vers  le  front, 
qui  forme  une  ligne  presque  horizontale  à  peine 
un  peu  relevée  sur    son  milieu.    Oreillette     nulle. 

(*)  Téiébrat.  p.   71,  à   l'occasion   de    la   T.  trilobata    Mun- 
ster. 


4il 

En  général  cette  forme  est  tellement  distincte  de 
l'adulte  et  normale,  qu'elle  approche  beaucoup  plus 
des  formes  déjà  connues;  aussi  ne  la  rapporterions- 
nous  pas  à  Fespèce  en  question  s'il  n'y  avait  pas- 
sage à  cette  dernière  par  la  variété  suivante  ,  et 
si  nous  ne  les  trouvions  toutes  les  trois  constam- 
ment ensemble,  ce  qui  est  d'autant  plus  décisif  que 
l'espèce  ne  se  trouve  qu'en  nids,  absolument  éloi- 
gnés des  autres  fossiles. 

b.  Varietas  juvéniles  (  Tab.  B.  £  14.  e  — h  ).  Les 
caractères  de  l'adulte  commencent  à  percer  :  le 
bourrelet  se  détache  du  corps,  le  milieu  du  front 
est  à  la  hauteur  de  la  plus  haute  convexité  de  la 
ventrale  etc.  Notre  exemplaire  (que  nous  devons, 
ainsi  que  le  précédent  à  l'obligeance  de  Mr.  Ri- 
réew)  présente  de  plus  une  variété  un  peu  déran- 
gée dans  la  symétrie. 

j3.   Var.  fortuitœ. 

c.  Var.  pentatoma  quadriplicata.  Quatre  plis  sur 
le  bourrelet  et  trois  dans  le  sinus  ;  le  milieu  de 
la  dorsale  plus  déprimé,  caractère  qui  la  rap- 
proche davantage  de  la  vraie  T.  decorata. 

d.  T.  pentatoma  producta.  Le  milieu  du  front 
s'allonge  en  avant  des  angles  inférieurs  et  se  pla- 
ce plus  haut  que  le  milieu  de  la  ventrale.  Le  plan 
du  sinus  fait  un  angle  convexe  avec  la  dorsale. 
C'est  cette  variété  qui  est  représentée  par  d'Or- 
bigny. 


448 

Le  test  est  extrêmement  délicat  ,  quoique  assez 
épais.  On  ne  le  trouve  presque  pas  autrement  que 
désagrégé  en  filament  blancs,  soyeux  ,  asbestoïdes, 
entre  lesquels  on  ne  voit  pas  de  pores  réguliers, 
caractère  qui  lui  est  commun  avec  la  T.  loxiœ 
et  la   T.  Fischeri  nob. 

Historique.  Cette  forme  a  été  décrite  pour  la 
première  fois  par  de  Fischer  en  1809  sous  le 
nom  de  T.  pentatoma  ,  qui  fut  changé  plus  tard 
(  1843  )  par  le  même  auteur  en  T.  oxyoptycha. 
Dans  FOryctographie  p.  247  elle  est  décrite  et 
figurée  comme  T.  borealis  Schl.  D'Orbigny  en  ci- 
tant cette  dernière  comme  identique  avec  la  T. 
oxyoptycha,  n'a  pas  remarqué  que  l'auteur  avait 
placé  sa  T.  pentatoma  pour  synonime  de  la  T 
borealis.  La  planche  originale  de  la  T.  pentatoma 
étant  passée  sans  changement  dans  FQryctograpliie, 
où  elle  est  citée  par  tous  les  auteurs  comme  iden- 
tique avec  la  T.  oxyoptycha  ,  il  faudra  restituer 
le  nom  antérieur ,  d'autant  plus  qu'elle  ne  pro- 
vient pas  du  calcaire  de  Miatsckovo,  mais  bien  de 
Tatarovo  ,  comme  l'a  dit  l'auteur  lui-même  (  Té- 
rébr.  1809  p.  34). 

Gis.  et  Loc.  Khoroschovo  où  elle  forme  des 
nids  parfaitement  isolés.  Une  seule  fois  à  Karami- 
schovo,  près  de  Mnëvniki. 

C.  Tcrebratulœ  repandœ. 

11  y  a  des  individus  de  térébratules  qui  ne  se 
laissent  que  difïicilement  rapporter  à  ce  groupe,  et 


449 

qui  font  passage  aux  T.  cinctae.  Ce  groupe  enfin 
est  encore  d'autant  plus  difficile  à  préciser,  que 
ses  espèces  ne  présentant  que  des  caractères  sou- 
vent peu  tranchés,  offrent  cependant  beaucoup  de 
variations  dans  la  forme. 

La  T.  ornithoceplialas  en  est  un  exemple  frap- 
pant. De  toutes  les  onze  espèces  admises  par  de 
Buch,  celle-là  étant  la  seule  qui  appartienne  au  ju- 
rassique, on  croirait  qu'il  est  toujours  facile  de  la 
reconnaître;  cependant  il  n'en  est  pas  ainsi. 

Nous  n'admettons  pas  les  T.  orblculata  Roem. 
ni  la  T.  tetragona  Roem.  (*)  qui  nous  semblent 
être  de  fort  jeunes  individus  d'une  espèce  peut- 
être  connue  ;  à  la  vérité  Bronn  (  **  )  trouve  fort 
difficile  de  distinguer  les  T.  lœves  dans  leur  jeune 
âge.  Nous  l'avons  éprouvé  sur  nos  térébratules 
moscovites;  nous  disons  même  qu'il  n'est  sou- 
vent presque  pas  possible  de  distinguer  à  cette 
condition  les  individus  de  ce  groupe  des  indivi- 
dus des   T.  cinctae. 

Et  cependant  il  nous  semble  encore  que,  même 
en  ne  tenant  compte  que  des  vieux  individus,  les 
auteurs  comprennent  sous  la  T.  ornithocephala 
deux  formes  assez  différentes  pour  en  constituer 
deux  variétés  au  "moins  aussi  précises  et  aussi  éloig- 
nées dans  leurs  individus  extrêmes  ,  que  bien  des 


(*)   Oolite    p    52.  pi.  II.     f.    6  et    13. 
(**)  Lethœa  I.   p.   302. 


450 


térébratules  admises  comme  spécifiquement  différen- 
tes. Aussi,  selon  de  Bucli,  Sowerby  à  lui  seul  avait 
établi  six  espèces,  qui  toutes  sont  comprises  par 
de  Bucli  eu  une  seule  (  T.  ornithocephala,  T.  lam- 
pas,  T.  bucculenta,  T.  obovata,  T.  obtusa,  T.  pun- 
ctala  )  ;  ajoutez  y  la  T.  ventricosa  Hartmann  et  la 
T.  lateralis  Schl.  et  selon  Bronn  (*)  une  partie  de 
la   T.  lagenalis  Scbl. 

La  ligure  de  Bucb  Térébrat.  tab.  I.  f.  9  est  le 
type  d'une  forme  extrême  ,  la  figure  de  Bronn 
Letliœa  XVIII  f.  9  sert  de  norme  pour  la  seconde. 


Fi  g.  de  Buch. 

Crochet  très  allongé  grêle, 
fortement  recourbé. 

Angle     apical    moins     qu'un 
régulier  ,  aigu,    85  —76   (  et  de 
G7  selon   d'Orbigny  ). 
Coquille,  vue  sur  le  front,  sub- 
pentagonale. 

Les  valves  se  réunissent  sur 
le  front  en  courbe  très  pro- 
noncée entrant  dans  la  valve 
abdominale    (  **  ). 

La  valve  ventrale  plus  bom- 
bée. 


Fig.   de  Bronn. 

Crochet  recourbé,   fort. 


Angle  apical  d'un  quart  plus 
ouvert  que   la  figure  de  Buch. 

Coquille  ,  vue  sur  le  front, 
obronde,  ovale. 

Les  valves  se  réunissent  sur 
le  front  en  courbe  peu  pronon- 
cée entrant  dans  la  valve  dor- 
sale ("*)-! 

La  valve  ventrale  aussi  con- 
vexe que  la  dorsale  et  même 
moins   que  celle-ci. 


(*  )   Lethaîa  I  p.  302. 

(  **  )  Caractère  si  important  ,  qu'il  est  souvent  le  seul  pour 
la  distinguer  de  la    T.  biplicata  S.  (  Buch.  ). 

(***)  Caractère  qui  est  plus  développé  tdans  la  T.  bipli- 
cata S. 


451 

Certes  voilà  plus  de  différence  qu'il  n'y  en  a 
entre  quelques  espèces  généralement  admises. 

-  Cependant  les  deux  auteurs  disent  que  ces  for- 
mes ont  l'ouverture  extrêmement  grande  et  à  bord 
relevé.  Broun,  en  décrivant  cette  espèce,  cite  com- 
me identique  la  description    et  la  figure  de  Buch. 

Cette  circonstance  explique  pourquoi  les  térébra- 
tules  dont  nous  allons  parler  à  l'instant  ont  été  si 
longtemps  citées  comme  T.  ornithocephala  S.,  et 
pourquoi,  comme  l'a  remarqué  Bronn  ,  celle-ci  a 
une  grande  étendue  dans  la  répartition  géologique. 
11  appartient  à  de  Fischer  et  à  d'Orbignj  de  les 
avoir  distinguées  et  érigées   en  espèce  distincte. 

5.    T.    SCABRA    FlscJl. 

Tetebratul-a  scabra  Fischer  (  1809  ).    Te'rébratules,   p.  23.   N" 

2.   tab.    II.  f.    1.  2 
Terebratula  striatula     Mantel,     Fischer     '  1837  )     Oryct,    p 

148.  pi.    XXIII.   f.   6,  a.   b 
Terebratula  ornithocephala  S.,    Fischer    Bull.     1843.    p.    124 

pi-   IV.   f.    1.   2 
Terebratula     ornithocephala  S.,  Rouillier    Bull.   d.  M.    1844 

pag.  891 
Terebratula  ornithocephala  S.,  Rouillier  Disc.  p.  51.  N°  237 
Terebratula  ornithocephala  S.,  Frears  et  Rouill.  (  1845  )   1-re 

Coup.  GéoL 
Terebratula  ornithocephala  S.,   Rouill.  et  Frears    (1845)   2-e 

Coup.   Géol. 
T.  ornithocephala  S.,  Russia.   I.  p.  236. 

Terebratula  Royeriana   d'Orbigny   (  1845  )  Geol.  of.  Russ.  II 

p     484.   pi,   42.  f.  33.    34 

iY°.  IV.  1846.  29 


452 

Terebratula  ornithocephala  S.,  Auerbach  et  Frears     (  1846) 

Bull.  d.   M.   p.  490. 

Cette  forme  extrêmement  fréquente  dans  nos 
couches  n'a  aucun  des  trois  caractères  signalés  par 
de  Bucli  (*)  comme  principalement  importants  pour 
la  T.  ornithocephala  et  dont  le  premier  se  re- 
trouve dans  toutes  les  figures  rapportées  à  cette 
espèce,  savoir  : 

1.  Une  ouverture  très  grande  à  bord,  relevé, 
et  touchant  souvent  la  valve  ventrale. 

2.  La  ventrale  plus  bombée  que  la  dorsale. 

3.  Un  bourrelet  large  applati  sur  la  ventrale,  et 
retourné  inférieurement  vers  cette  même  valve. 

L'auteur  du  travail  classique  sur  les  Térébratu- 
les  ne  fait  mention,  certes  par  oubli,  de  points  régu- 
liers que  sur  la  valve  ventrale.  Dans  notre  espè- 
ce les  deux  valves  sont  également  chagrinées  d'un 
réseau  de  pores. 

Notre  fossile  présente  plusieurs  variétés  mar- 
quées. 

a.  Far.  elongata. 

Longue  de  V  V"  sur  &V2/y/  de  largeur  ,  aussi 
bombée  sur  le  tiers  antérieur  que  sur  le  milieu. 
Epaisseur     71/„//'«   (  An   T.   lampas    Sow.    T.    101. 

f.  4.  )  ? 


(*)  L.  c.   p.    119      120. 


453 

a.   Var.   acuminata. 

Forme  plus  élargie  au  milieu,  vers  le  front  brus- 
quement rétrécie.  Maximum  d'épaisseur  au  tiers 
supérieur,  G"1/,/"  ;  longueur  l'1/^",  largeur  9'"  au 
tiers   supérieur. 

b.    Var.  depressa. 

Maximum  de  largeur  au  milieu,  subarrondie. 
Maximum  d'épaisseur  au  tiers  supérieur ,  depuis 
l'endroit  où   elle  tombe  brusquement  vers  le  front. 

Longueur  10"'. 

Largeur   7"'. 

Epaisseur  A'". 

c.   Var.  major. 

Régulièrement  ovale  ,  les  valves  également  et 
fortement  bombées.  Longueur  V  â'/a'",  largeur 
11"',  épaisseur  10'/„.  Ouverture  très  petite.  Ap- 
proche de  la  T.  bullata  S, 

Nota.  J.  Sowerby  avait  déjà  remarqué  sur  Tercbratula  punc- 
tata  (  que  de  Buch  pense  n'être  qu'une  variété  de  la  T.  ornitho- 
cephala,  quoique  l'auteur  anglais  rapporte  la  première  au  grès 
vert  )  et  les  points  et  les  filaments  soyeux  du  test  Min.  Cou- 
chol.  p.   32. 

D.    TerEBRATULjE   CINCTJS. 

Le  grès  glauconien  de  Klioroschovo  nous  pré- 
sente deux  formes  bien  distinctes  de  ce  petit 
groupe  de  Térébratules  ,  facile  à  reconnaître  à  la 
parfaite  concordance  dans  la  position  des  régions 
convexes  et  concaves  sur  les  deux  valves. 

29* 


454 

Cette    section    de    Térébratules  n'a  pas  été  ren- 
contrée dans    les  autres  étages. 

Nota.   Ce  groupe  embrasse,    suivant   M.r    de  Buch,    douze  ou 
treize  formes  principales  ,  que   l'on  peut  analyser  ainsi  : 

I.  Les   valves  couvertes  de   côtes  non  symétriques. 

t.    T.   amphitoma  Bronn. 

II.  Les  valves  ornées  de  plis  symétriques 

Les  valves  percées    d'un  trou  au  milieu 

2.  T.  dyphia   Fabio  Colona. 
Les  valves  non  percées  au   milieu. 
Côtes   aiguës,  tranchantes 

Six  côtes.  3.   T.  pectunculus  Schloth. 

Quatre  côtes.  4.   T*  trigonella  Schloth. 

Côtes  arrondies,   peu  détachées 

Quatre  côtes.  5.   T.  quadrifida  Lam. 

Deux  côtes. 

Les  trois  dimensions  des   val- 
ves   égales  ;    coquille 

ronde  6.  T.   sacculus   Martin. 

Les  trois  dimensions   inégales  : 
L'épaisseur  prédo- 
mine. 1 .  T.   bullata  S. 
La  longueur  égale  deux 

fois  la  largeur.       8.   T.   lagcnalis.  Schloth. 
La  longueur  égale  la 

largeur.  9.    T.  numismalis  Lam. 

La   longueur    excède 
peu  la  largeur. 

a.  forme   d'un  tri- 
angle  régulier. 

Angle    apical 

moins  de  60°.       10.   T.  triangulus  Lam. 

b.  forme  d'un  tri- 
angle    allongé 


455 

Angle     apical 

de  76  à  82°  Les 

bords     latéraux 

ne     convergent 

pas.  il.    T.  digona    S- 

c.    Forme  ovale,  les 

bords      latéraux 

convergent.  12.    T.   indentata  S. 

b.  Forme:  un  pen- 
tagone   régulier, 

arrondi.  13.    T.   vicinalis  Schloth. 

Les  NN.  1,  2,  6,  10  n'appartiennent  pas  au  terrain  juras- 
sique. 

Les  deux  formes  de  nos  couches  font  partie  des  Térébratu- 
les  a  deux  côtes  arrondies  ayant  le  diamètre  longitudinal 
plus  long  que  l'épaisseur  et  un  peu  plus  grand  que  le  tran- 
sversal. 11  est  donc  surtout  nécessaire  de  comparer  nos  exem- 
plaires à   la    T.   digona,  la    T.   indentata,   et  la    T.  vicinalis. 

6.   Terebratula  luna   Flsch. 

Terebratula     Luna  Fischer,   Fisch.   Térébratules  (  1809  )     p. 

34.  N°  25-  Tab.  IL  f.  3.  4. 
Terebratula  digona  S.  Fischer  Oryct.  p.  148.  pi.  23.  f.  7. 
Terebratula  indentata  S.    Fischer  BuM.  d.  M.    1843.    p.   121. 

(*)  pi.  4.  f.  3.   4. 
T.  nucleata  Schl.  Fischer   L.   c.  p.   122.    pi.  IV.  f    5.  6. 
T.  indentata  S.  Rouillier  Bull.   d.  M.    1844.  p.   891. 
T.   indentata  S.  Rouillier  Disc.   p.   51.   N°   229. 
T.  indentata  S.,  Frears  et  Rouillier    lre  Coup.  Géolog. 
T.   indentata  S.   Rouill.  et  Frears   2e  Coup.  Geolog. 


■(•'*)   M.r   d'Orbigny  cite  souvent  cet  article  qu'il  avait  certai- 
nement en   extrait,  car  la   pagination    n'est  pas  celle  du  Bullet. 


456 

T.  digona  S.  Russia  I.    p.   236. 

T.  Fischeriana  d'Orbigny    Geol.   of  Russ.  II.   p.  482.  pi.  42. 

f.   27  —  30. 
T.  vicinalis  Schl.  var.   de    Buch    Bull.    M.    1846.  p.   250. 

Cette  forme  a  la  plus  grande  ressemblance,  avec 
la  T.  digona  à  laquelle  elle  pourrait  bien  appar- 
tenir comme  variété  climatique.  Elle  fait  en  même 
temps  passage  à  la  T.  indentata. 

La  forme  générale  est  subquadrangulaire ,  al- 
longée. Les  bords  supérieurs  presque  droits  pas- 
sent insensiblement  aux  latéraux  qui  descendent 
dans  une  direction  parallèle  jusqu'aux  angles  in- 
férieurs. La  plus  grande  largeur  se  trouve  déjà  à  la 
limite  inférieure  du  premier  tiers.  Le  milieu  aussi 
large  que  le  front.  Celui-ci  tronqué  ,  profondé- 
ment échancré.  Les  angles  inférieurs  obtus  arron- 
dis. La  valve  ventrale  remonte  de  l'area  sous  uu 
angle  de  65°,  acquiert  le  maximum  de  convexité 
au  commencement  du  tiers  moyen  et  la  conserve 
invariable  jusqu'au  milieu  du  dernier  tiers  où  elle 
tombe  assez  brusquement  vers  les  angles  inférieurs. 
Le  sinus  ventral  commence  du  tiers  inférieur  et 
s'unit  brusquement  avec  l'écliancrure  du  front 
Les  côtés  de  la  valve  ventrale  descendent  perpen- 
diculairement et  ne  présentent  avec  les  côtés  de  la 
valve  dorsale  qu'une  seule  surface  plane.  L'area 
occupe  presque  toute  la  longueur  du  bord  cardi- 
nal ;  elle  est  séparée  des  bords  supérieurs  par  une 
arrête  saillante  et  se  relève  un  peu  vers  les  extrémi- 
tés du  deltidium,  qui  est  deux  fois  aussi  large  que 


457 

haut,  et  porte  à  sa  partie  supérieure  une  échan- 
crure  profonde  ,  qui  passe  en  une  fissure  perpen- 
diculaire. L'ouverture  est  petite  ,  n'occupe  que  le 
tiers  du  deltidium  et  se  divise  par  les  arrêtes  de 
l'area  en  deux  parties  de  hauteur  égale  ,  dont  la 
supérieure  est  arrondie  et  l'inférieure  triangulaire; 
ses  bords  plans  non  relevés.  Le  crochet  pointu 
élevé  sur  le  bord  cardinal  tout  au  plus  trois  fois 
la  hauteur  du  deltidium  échancré,  mais  ordinai- 
rement deux  fois.  Il  s'avance  presque  au  niveau 
de  la  convexité  abdominale  du  fossile.  L'angle  api- 
cal  187°.  La  valve  dorsale  arquée  en  cercle  ac- 
quiert le  maximum  d'épaisseur  (deux  fois  celle 
de  la  valve  ventrale)  juste  au  milieu,  puis  elle 
tombe  un  peu  moins  brusquement  qu'elle  n'a 
montée  ;  dès  son  milieu  commence  un  sinus  plus 
profond  et  plus  long  que  le  ventral.  Le  sinus 
aussi  large  que  les  côtes  latérales  très  peu  pronon- 
cées sur   les  deux  valves. 

Vu  à  la  loupe  l'extérieur  apparait  recouvert 
de  port  disposés  en  lignes  croisées  et  obliques  sur 
les  valves. 

Dimensions.  Longueur  9'".  Largeur  5 !/3y//-  Epais- 
seur 5V9'" 

M.r  d'Orbigny  indique  sur  la  planche  une  taille 
deux  fois  plus  petite  que  les  formes  ordinaires 
n'en   présentent. 

Diffère  de  la  T.  digona  1  )  par  Téchancrure 
frontale  profonde,  2  )  le  sinus  dorsal  plus  profond 
et    plus    long     3  )    la     valve  dorsale    plus    arquée, 


458 

et  4  )  une  plus  forte  épaisseur  près  du  bord  fron- 
tal. Par  ce  dernier  caractère  elle  s'approche  de  la 
T.  indentata  de  laquelle  on  la  distingue  en  ce 
que  cette  dernière  a  les  bords  latéraux  convexes 
et  les  sinus  plus  profonds.  Existe-t-il  un  réseau 
apparent  sur  les  valves  de  la  T.  digona  et  la  T. 
indentata  ? 

Jeune  elle  est  respectivement  moins  longue  et 
moins  échancrée  et  alors  difficile  à  discerner  des 
formes  suivantes. 

Gis.  et  Loc.  Elle  abonde  dans  le  grès  de  Kho- 
roscliovo. 

Variété.  Nous  citerons  comme  légère  variété  (  7. 
luna  var.  subindentata  )  une  forme  qui  rapproche 
cette  espèce  encore  davantage  de  la  T.  indenta- 
ta. Elle  acquiert  sa  plus  grande  largeur  un  peu 
avant  le  milieu  et  se  rétrécit  presque  à  Tins  tant 
même  vers  le  front  aussi  vite  qu'elle  s'est  élargie. 
Les  bords  latéraux  sont  donc  convexes,  mais  près 
des  angles  inférieurs  ils  se  rétrécissent  un  peu  ,  et 
jjrésentent  ici  une  faible  excavation  ;  par  là  ces 
derniers  deviennent  plus  pointus.  Le  sinus  dorsal  est 
encore  plus  court;  Ja  valve  dorsale  moins  bom- 
bée, son  tiers  inférieur  retombe  plus  brusquement 
et  forme  avec  le  plan  abdominal  inférieur  un  an- 
gle de  66°.  Longueur  9"',  Largeur,  ô1/,,'"?  épaisseur 
h1/^".  Bord  frontale  A'" \  largeur  du  sinus.  l'/9« 
Même  localité. 


450 

7.   Tetebkatula  subobesa  n.  sp. 

Terebratula    saçculus   Montf.   Fischer  Bull.   M.    1843.  p.    123. 

(  Jeune   individu  ). 
T.   numismalis    Lam.    Rouill.    Bull.  M.   1844.    p.  891.     (Très 

jeune  ). 

Une  forme  intermédiaire  entre  la  T.  obesa  S., 
qui  d'après  Buch  n'est  qu'une  variété  de  la  T. 
bullata  S.,  et  la  T.  vicinalis.  Elle  approche  de 
celle-ci  par  la  forme  de  la  valve  ventrale,  et  de  la 
première  par  une  hauteur  souvent  égale  à  la  lar- 
geur. Elle  est  encore  voisine  dans  le  jeune  âge  de 
T.  digona  et  de  T.  indentata. 

Coquille  subpentagonale  irrégulière  ayant  qua- 
tre hords  à  peu  près  égaux,  et  l'inférieur,  le  frou- 
tal ,  plus  court;  les  trois  angles  distincts  et  les 
deux  latéraux  arrondis.  Les  bords  cardinaux  con- 
vergent sous  un  angle  un  peu  convexe  (  plus  que 
dans  la  forme  précédente);  à  l'endroit  de  leur  pas- 
sage aux  bords  latéraux  la  coquille  présente  le  ma- 
ximum de  largeur  ;  cette  union  s'opère  quelque- 
fois sous  un  angle  arrondi.  Les  bord  latéraux  éga- 
lent en  longueur  les  bords  cardinaux  de  la  valve 
ventrale,  et  présentent  par  leur  convergure  à  l'en- 
droit de  leur  union  avec  le  frontal  un  angle  très  con- 
vexe de  118°.  La  valve  ventrale  s'élève  rapide- 
ment du  bord  cardinal  et  présente  la  plus  forte 
convexité  déjà  sur  le  premier  tiers,  puis  elle  des- 
cend vers  sa  circonférence  et  tombe  perpendicu- 
lairement sur  ses  bords  latéraux    et     frontal  ;    son 


460 

sinus  inférieur  très  peu  marqué.  La  valve  dorsale 
très  convexe,  au  moins  deux  fois  plus  profonde 
que  la  ventrale.  Sur  des  vieux  exemplaires  sa  sur- 
face est  divisée  en  deux  plans.  Le  supérieur  le  plus 
long  est  arrondi  ou  subpentagonai  ,  représente  la 
forme  générale  du  fossile  ;  l'inférieur  quadrangu- 
laire  commence  un  peu  plus  bas  que  le  milieu  et 
forme  avec  le  supérieur  un  angle  convexe,  arron- 
di (135°),  c'est  dans  toute  sa  longueur  qu'est  cou- 
ché le  sinus  dorsal  quelque  fois  peu  prononcé, 
mais  souvent  limité  par  les  côtés  latéraux  saillants 
et  tranchants.  Le  front  tronqué  ,  échancré  ;  la 
ligne  formée  par  l'union  des  deux  valves  est  une 
courbe  convexe  vers  le  dos.  L'angle  formé  sur 
le  front  même  par  le  plan  dorsal  inférieur  et 
l'abaissement  de  la  valve  ventrale  de  90°.  Les 
côtés  des  deux  valves  s'unissent  encore  sur  deux 
plans  perpendiculaires,  mais  ils  sont  formés  prin- 
cipalement aux  dépens  des  côtes  de  la  surface  dor- 
sale inférieure  et  convergent  vers  le  dos  de  la  co- 
quille. 

Le  crochet  plus  grand  et  plus  recourbé,  ledelti- 
dium  moins  long  ,  divisé  suivant  la  longueur.  Du 
reste  l'ouverture  et  l'area  comme  dans  l'espèce 
précédente.  Cependant  l'area  est  moins  circonscri- 
te sur  les  extrémités  latérales  par  une  arête 
qui  va  se  perdre  sur  le  dos  de  la  valve  dorsale,  et 
ne  tombe  pas  vers  la  ventrale  comme  dans  l'espèce 
sus- mentionnée.  Longueur  18'"  Largeur  1'" 
Epaisseur  5'". 


461 

Angle    apical    88°  bien    plus    ouvert  que    dans   la 
précédente. 

Gis.  Loc.  Du  même  endroit  où  elle  est  tout  aus- 
si fréquente  la  T.  luna. 

Du  reste  la  description  peut  faire  ressortir  tou- 
te la  différence  qu'il  y  a  entre  ces  deux  formes. 
Nous  ajouterons  encore  qu'il  nous  a  paru  que  le 
réseau  de  pores  est  bien  plus  serré  dans  cette  for- 
me, au  point  que  sous  le  même  grossissement  on 
distingue  bien  plus  facilement  le  réseau  de  la  T. 
luna. 

Jeune  elle  présente  la  même  forme,  sans  échan- 
crure  frontale  cependant,  et  sans  les  plans  infé- 
rieurs dorsal  et  ventral  ;  le  front  est  simplement 
tronqué,  les  valves  se  touchent  de  près  par  leur 
tiers  inférieur  ;  le  sinus  et  les  côtes  peu  distincts. 
L'angle  apical  présente  déjà  sa  convexité.  Ce 
sont  des  variétés  de  cette  forme  que  j'ai  citées  (*) 
comme  T.  vicinalis  et  T.  numismulis  ;  avec  les 
quelles  à  la  vérité  elle  présente  une  forte  res- 
semblance. L'accroissement  se  fait  bien  moins 
en  longueur  et  en  largeur  qu'en  épaisseur ,  ce 
qui  produit  par  la  suite  les  deux  plans  inférieurs 
sus-mentionnés.  Le  front  perd  en  largeur ,  en 
sorte  que  les  bords  latéraux  sont  moins  convexes 
sur  les  jeunes  individus.    Ces  formes    iulerrnédiai- 


Bull.   d.  M.    1844.   p.   891. 


462 

res  sont  très  voisines  de  la  T.  vicinalis  ,  pour  la 
quelle  on  pourrait  la  prendre  si  Ton  ne  connais- 
sait leur  état  adulte. 

11  est  en  général  plus  difficile  de  distinguer  cet- 
te forme  de  T.  vicinalis  et  T.  bullatu.  Cependant 
les  cinq  plans ,  le  sinus  dorsal  profond  et  la  for- 
me générale  peuvent  encore  nous  guider ,  la  T. 
vicinalis  étant  plus  applatie  et  élargie,  et  la  T. 
bullata  plus  ronde,  plus  uniformément   bombée. 

Il  nous  parait  que  l'auteur  de  l'Oryctographie 
a  déjà  indiqué  cette  forme,  du  moins  sa  remarque 
(p.  148)  que  la  T.  digona  de  nos  couches  «pa- 
rait souvent  latéralement  plus  bombée  »  cadre 
très  bien  avec  notre  fossile. 


té.      TEREEUATULJS    SINUAT-flE. 

8.   Terf.bratula.  perovalis  Sow. 

Terebratula  costata  FLsch.    1809.  Térébr.   p.    23. 
T.    vulgaris    Schloth.   Fischer  Bull.  M.    1843.   p.    123    (jeune 

individu  ). 
T    vicinalis  Schl.  Rouill.   Bull.   M.     1844.   p.    891    (  jeune  in- 
dividu j. 
T.  perovalis  S.  Rouill.   Ibid 
T.  perovalis  S.,  Rouill.    1845  Disc.   p.    51    N°   233. 

Coquille  deux  fois  aussi  longue  que,  large, 
ayant  sa  plus  forte  largeur  au  tiers  du  milieu.  La 
dorsale  à  moitié  supérieure    plus    bombée  que  la 


403 

ventrale  ;    d'ici    jusqu'au     bord     frontal   toutes  les 
deux  tombent   mais  la  dorsale  plus  rapidement  que 
la  ventrale,     ce  qui    rend   la    partie    supérieure  de 
la  première  fortement    bombée  ,    presque   arquée, 
son  bec ,    quoique    court,  est  arrondi.  L'ouverture 
extrêmement   grande,  ronde,  oblique  à  la  charniè- 
re.    Le   deltidium     très   peu   apparent  ,     trois    fois 
aussi  long    que   haut.   L'area  très  distincte  se  per- 
dant en  arrière    insensiblement    avec    le    dos  sans 
former  de  ligne  élevée  ;  une  oreillette   peu  dépri- 
mée,   mais   distincte,    occupant    le  tiers  de   la  lon- 
gueur totale   de  l'area.  La  dorsale  relevée  à  com- 
mencer du  bec  en  carène,   arrondie  peu  apparente, 
et  dès  son  milieu  disparaissant  pour    passer    dans 
un  sinus  prononcé     surtout  sur  le  front ,    dont  le 
milieu  est  un  peu  relevé  vers  la  ventrale.  Les  deux 
côtes  de  la  ventrale,    applaties  ,  arrondies,  à  peine 
distinctes     ainsi  que  la  trace    du  sinus  ,    qu'on  ne 
distingue    qu'au     tiers    inférieur    un  peu  avant  le 
front    relevé.     Sur    quelques    exemplaires  le  front 
aussi    large    que    le  sinus  dorsal.    Les    bords   car- 
dinaux    s'unissent     insensiblement     aux    latéraux , 
qui  sur  le  milieu  de  la  longueur  sont  presque  pa- 
rallèles. Le  front  faiblement  détaché   du  reste  par 
une  dépression  où  un  sinus  à  peine  distinct  des  laté- 
raux. L'angle  cardinal  75°.  Les  deux  valves  recou- 
vertes d'un  réseau  très  régulier  et  très  fin  de  trous 
disposés  en  quinconce.    Le  test     quoique  épais    se 
laisse  facilement  comprimer  ;  aussi  ne   trouve-t-on 
que  rarement  de  grands  exemplaires  bien  conservés. 


464 


Dimensions  : 
Longueur   2   6VS 
Largeur    1"  9"'. 


/// 


Epaisseur   {"  V 

Les  auteurs  citent  plusieurs  variétés  de  ce  fossile. 

a.  T.  perovalis  S.  p.  456  -  457.  pi.  436  f.  4. 
5.  6.  Les  deux  valves  également  bombées,  les  bords 
latéraux  très  convexes,  les  oreillettes  distinctes. 

b.  T.  perovalis  S.  Roemer  Oolit.  p.  IL  f.  3.  a. 
b.  Le  dos  de  la  dorsale  plus  bombée  que  la  ven- 
trale arquée  ;  la  ventrale  bombée  surtout  à  la  par- 
tie inférieure  ;  le  bec  très  prolongé  le  front  plus 
pointu  ,  le  sinus  dorsal  apparent  à  la  partie  su- 
périeure. 

c.  T.  perovalis  S.,  var.  ce  Pusch.  Paleont.  p.  22. 
pi.  IV.  f.  5.  a.  b.  c.  ressemble  à  la  figure  de  So- 
werby,  mais  la  ventrale  est  moins  bombée,  voisine 
de   la  T.  ornithocephala. 

d.  T.  perovalis  S.,  var.  /3.  Pusch.  Paleont.  p.  22. 
pi.  IV.  1.  7.  a.  b.  Plus  large,  le  sinus  dorsal  très 
court. 

e.  T.  perovalis  S.,  var.  y.  Pusch.  Paleont.  p. 
22.  pi.  IV.  f.  8  obrd.  Plus  ovale  et  allongée,  les 
échancrures  latérales  inférieures  plus  prononcées, 
le  front  allongé.  Le  sinus  dorsal  distinct,  la  carè- 
ne non   apparente. 

Ces  deux  dernières  formes  sont  voisines  de  la 
T.  vicinalis  v.  Schl.  aussi  de  Buch  les  attacbe-t-il  à 
cette  dernière  espèce  (Puscb.  Paleont.  p.  22  nota). 

f.  Notre  exemplaire  se  rapproche    de  la  variété 


465 

figurée  par  Roemer ,  mais  Je  sinus  dorsal  est 
plus  court  ,  le  bec  moins  allongé,  le  front  moins 
pointu  ,  la  moitié  inférieure  des  valves  moins 
bombée,  plus  applatie.  Ce  dernier  caractère  rap- 
procbe  cette  espèce  encore  d'avantage  de  la  T. 
vicinalis  v.  Schl.  à  laquelle  nous  la  rappor- 
terions si  la  taille  n'était  aussi  forte  et  les  trous 
si  grands.  La  T.  Strogonovii  d'Orb.  Russ.  I.  p. 
483.  pi.  42  p.  31.  32.  Nôscbel  et  Helmersen 
Bull.  Pétersb.  T.  V.  p.  291.  pi.  I.  f.  5-7  est  en- 
core une  forme  voisine,  mais  elle  diffère  des  vraies 
T.  perovalis  1  )  en  ce  que  l'oreillette  manque 
totalement  2)  que  la  jointure  latérale  des  valves 
forme  une  ligne  droite,  tandis  que  c'est  une  courbe 
dans  la  nôtre.  3.  )  Enfin  d'Orbigny  et  Helmersen 
ne  font  pas  mention  du  réseau  poreux.  Elle  sem- 
ble encore  provenir  du  troisième   étage. 

g.  Enfin  nous  avons  à  signaler  une  sixième  variété, 
qui  représente,  assurément,  un  état  assez  jeune  (lon- 
gue de  1  170'")  de  l'espèce  en  question.  Elle  est  pres- 
que ronde,  du  moins  les  latéraux  ne  forment-ils  qu'un 
seul  cercle  régulier  avec  le  frontal,  non  séparés  de 
celui-ci;  les  cardinaux  sont  seuls  un  peu  tirés  vers 
le  bec  et  s'unissent  cependant  en  convexe  régu- 
lière avec  les  latéraux.  Aussi  la  valve  ventrale 
est-elle  presque  ronde.  L'area  distincte  ,  l'oreille 
peu  déprimée  mais  marquée  et  séparée  du  dos  de 
la  dorsale  par  une  ligne  un  peu  relevée.  La  ventrale 
marquée  de  deux  côtes,  dont  l'espace  intermédiai- 
re est  un  peu  déprimé  ;    le    sinus    dorsal    marqué 


406 

à  la  moitié  de  la  valve.  La  carène  dorsale  à  peine 
prononcée.  Le  maximum  d'épaisseur  (  5//y  )  se  trou- 
ve à  la  moitié  supérieure  ;  d'ici  les  valves  s'ap- 
platissent.  La  coquille  est  en  général  très  peu  bom- 
bée ,  presque  de  la  forme  et  de  l'épaisseur  de 
la  T.  numismalis  S.,  pour  laquelle  nous  la  pren- 
drions si  1  )  le  trou  n'était  beaucoup  plus  grand, 
le  bec  beaucoup  plus  ressortant  que  dans  cette 
dernière.  Nous  l'avons  appellée  T.  numismalis  S  , 
dans  notre   Discours  p.  31.  N°  232. 

S'il  nous  était  permis  cle  nous  prononcer  sur 
les  caractères  et  les  variations  de  la  T.  perovalis, 
nous  dirions  : 

1.  Que  les  caractères  les  plus  constants  de  cet- 
te espèce  sont  la  forme  ovale,  oblongue,  applatie, 
aux  bords  arrondis  ,  le  trou  très  grand  (  Bucb, 
Puscb  ).  Les  oreillettes  assez  longues,  comme  dans 
la  figure  pi.  436  f.  6  de  Sowerby  et  notre  exem- 
plaire var.  f.,  sont  encore  des  caractères  assez  im- 
portants. 

2.  Les  côtes  et  les  sinus  des  valves  sont  quel- 
quefois tellement  oblitérés  et  peu  apparents  qu'on 
est  porté  à  retirer  cette  espèce  des  Carinatœ  si- 
nuatœ  de  Bucli,  et  à  la  ranger  parmi  les  Cinctœ 
de  Buch. 

3.  A  l'âge  assez  avancé  ,  lorsque  le  fossile 
acquiert  toute  sa  taille  ,  on  distingue  deux 
types.  L'un  au  bec  plus  allongé,  l'angle  cardinal 
plus  petit  ,  aux  valves  bombées  dans  le  sens 
inverse,     c.  à  7    d.  que  la   dorsale  est  plus  bombée 


467 

à  sa  moitié  supérieure  ,  arquée  ,  et  tombe  rapi- 
dement vers  la  moitié  inférieure,  où  au  contraire  la 
ventrale  gagne  de  convexité.  L'autre  type  est  re- 
présenté par  les  figures  de  Sowerby  et  notre  exem- 
plaire, vu  la  plus  grande  épaisseur  se  trouve  sur 
la  moitié  supérieure.  Ici  l'épaisseur  de  la  coquil- 
le est  la  même  à  sa  moitié  supérieure  qu'à  l'in- 
férieure. Nous  appellerions  la  première  forme  T. 
perovalis  lespica  et  la  seconde  T.  perovalis  se- 
cundana. 

4.  Les  individus  jeunes  sont  plus  arrondis  peu 
convexes  ;  l'arête  areale ,  ainsi  que  les  côtes  du 
front  plus  marqués.  Enfin  notre  variété  g  est  le 
jeune  âge  du  second  type. 


(  Cofitinuabitur. 


N°  ÎV.  18 $6.  30 


Ta3>.A 


TaLA. 


Mk.S!E«,l.  A.  an.lnaMo.co«.^-Koppolt  iir.^ 


■  m  v/l  l     wJ\_UI  11  IV^I   . 


Foldout  in  Book! 


zw.a+M 


.     :■ 


TaVB. 


litkî'  Eioi,  a«  auiini>.M>i«L(i.ii>pjK.H.  aip«.) 


litK.'i'  Ecole  de  leSsiïCji.'Nloaccni^OoyyaVl  ih-w^ 


MeS.wedevr  lel- 


IU  u 


"UD 


TatE. 


DE  LA 


ocxété   Jtnpmale 


IDE©   W&WKAMSTŒi 


te  Moscou. 
Tome   XX. 


■j^SAKS'H'Si* 


AimÉE^f  8A7. 


N°  II. 


IMPRIMERIE     SEUEir. 

1847. 


SUR 

QUELQUES    SAURIENS    DE    L'OOLITHE 

DU 

GOUVERNEMENT  DE  S1MBIRSK 

TAS 

G.  Fischer   de  Waldheim. 


La  formation  oolithique  de  Moscou  et  de  ses  en- 
virons gagne  beaucoup  en  intérêt  par  les  découver- 
tes multipliées  qu'on  y  a  faites.  Les  recherches  de 
MM.  Rouillier,  Frears,  Auerbach,  Vosinsky,  Fahren- 
kohl  ont  démontré  l'abondance  de  corps  organiques 
fossiles  nouveaux,  ou  plus  ou  moins  connus,  qui  s'y 
trouvent. 

Les  restes  de  Sauriens  dans  les  couches  méritent 
une  attention  particulière,  Nous  avons  signalé  quel- 
ques mis  de  ces  restes,  aux  environs  de  Moscou. 
Maintenant  M,  Pierre  Mikhailovitch  Yazykov ,  connu 
par  ses  recherhes  géologiques  et  sesriches  collections 
paléontologiques  apporte  des  restes  de  Sauriens  de 
la  formation  oolithique  du  gouvernement  de  Sim- 
birsk,  qui  formeront  l'objet  de  notre   travail  actuel. 


363 

Des  vertèbres  de  différentes  formes  et  des  fragmens 
d'ossemens  très  grands  ne  laissent  pas  de  doute  sur 
le  genre  auquel  ils  ont  appartenu.  Les  tubercules 
latéraux  pour  l'insertion  des  côtes,  et  la  grandeur  des 
ossemens  isolés  porteraient  à  les  ranger  sous  le  gen- 
re Ichtbyosaurus. 

Mais  un  crâne  de  forme  conique,  comme  celui  des 
En alio sauriens,  des  Crocodiles,  parfaitement  conservé, 
couvert  même  de  son  épidémie,  rend,  par  cette 
conservation  même,  sa  définition  plus  difficile,  parce- 
cjue  les  os  ne  se  laissent  point  distinguer  les  uns 
des  autres, 

M.  Yazykov  prend  ce  crâne  pour  celui  d'un  Ple- 
siosauras,  mais  la  forme  des  orbites,  la  place  et  la 
forme  des  narines  et  surtout  la  mâchoire  inférieure 
dont  F  articulaire  n'avance  pas  au  delà  du  temporal 
le  distingue  des  Enaliosauriens  ainsi  que  des  Croco- 
diles et  me  décide,  à  en  former  un  genre  parliculier 
sous  le  nom  de 

RHINOSAURUS. 

Le  museau  obtus,  les  narines  grandes,  rondes  et 
distantes  forcent  de  croire  que  le  sens  de  l'odorat 
de  ranimai  en  question  était  organisé  d'une  manière 
peu  commune. 

Mais  il  est  bien  convenu  que  cette  dénomination 
pourra  être  changée  si  l'on  vient  à  reconnaître  des 
caractères  plus  apparens. 

Le  crâne  forme  un  cône  obtus  dont  la  largeur 
postérieure  surpasse  de  deux  tiers  la  longueur. 

L'épiderme  ne    permet  pas  de    distinguer    les  .  su- 


3(5  f 

Uires  des  os,   mais  on  en  peut  du  moins  désigner  îa 
place  et  les  proportions. 

L'épiderme  elle-même  est  plutôt  chagrinée  ou  gra- 
nuleuse qu'écailleuse;  les  grains,  presque  réguliers 
sur  les  frontaux  et  les  nasaux,  prennent  une  forme 
alongée  et  presque  rayonnante  sur  les  pariétaux  et 
les  temporaux. 

L'occiput  est  large,  court,  tronqué  en  arrière  et  sé- 
paré des  pariétaux  par  un  pli,  qui  paraît  indiquer 
la  suture. 

Les  orbites  rondes,  d'une  circonférence  considéra- 
ble, sont  distantes  et  s'inclinent  de  côté.  Une  échan- 
crure  subtrigonale  eu  avant  indique  la  perte  de  l'os 
lacrymal. 

Les  frontaux  larges  sont  séparés  par  un  pli  des 
nasaux.  Ceux-ci  bombés,  portant  au  milieu  une  ca- 
rène, sont  doubles  et  présentent  en  avant  et  de  côté 
deux  narines  rondes  et  grandes. 

Les  pariétaux  sont  larges,  alongés,  mais  ne  se  lais- 
sent point  distinguer  des  frontaux. 

Une  impression  circulaire  sur  le  pariétal  gauche 
paraît  rappeler  le  foramcn  Homianum  que  le  Rev. 
Lansdowne  Guilding  a  trouvé  dans  VJguana  et  que 
Richard  Owen  a  observé  dans  plusieurs  genres  de 
Sauriens,  dans  le  Monitor,  dans  les  Lézards  propre- 
ment dits  et  même  dans  le  Plésiosaurus.  Mais  cette 
impression  ne  se  trouve  point  à  la  même  place  et  ne 
peut  pas  être  appelée  trou,  ne  perçant  point  l'épi- 
derme. Il  faut  observer  la  même  chose  sur  l'impres- 
sion ronde  qui  se  trouve  sur  l'os  temporal  gauche. 
Les  impressions  paraissent  accidentelles,  mais  la  for- 


335 

me  régulière  ,  circulaire  ,  rend  assez  difficile  d'en 
deviner  la  cause. 

L'intermaxillaire  est  larger  dilaté  et  arrondi  au 
bout. 

L'os  temporal  est  très  grand,  bombé,  avançant 
en  arrière,  et  séparé  en  haut  de  l'occipital  par  une 
large  échancrure,  comme  dans  les  Crocodiles. 

L'état  de  la  mâchoire  inférieure  ne  permet  point 
d'en  distinguer  les  os  particuliers,  mais  elle  a  ceci 
de  particulier  qu'elle  est  arrondie  en  arrière  et  n'a 
pas  cette  appendice  articulaire  propre  aux  Enalio- 
sauriens,  aux  Crocodiles  et  à  plusieurs  Lézards.  Le 
complémentaire  en  fait,  à  la  vérité,  la  partie  la  plus 
large,  mais  il  n'est  pas  séparé,  et  forme  une  ligne 
contigiie  oblique  avec  l'articulaire.  La  mâchoire  est 
au  reste  forte  ,  épaisse  en  bas.  La  symphyse  est 
mince  et  les  os  réunis  arrondis. 

La  face  dentaire  est,  dans  les  mâchoires,  en  une 
ligne  presque  droite.  Les  dents  sont  fines,  un  peu 
comprimées,  distantes  et  très  pointues.  On  peut 
en  compter  de  chaque  côté  de  la  mâchoire  supérieure 
24.  Huit  sont  incisives  ou  placées  dans  l'intermaxil- 
laire, les  autres  appartiennent  à  la  mâchoire  propre- 
ment dite.  Les  dents  de  la  mâchoire  inférieure  sont 
plus  petites  que  celles  de  la  mâchoire  supérieure 
mais  la  matrice  qui  les  couvre  empêche  d'en  exami- 
ner la  nature  et  le  nombre.  Les  dents  de  devant  de 
la  mâchoire  supérieure  sont  plus  longues  et  diminuent 
de  longueur  en  arrière,  elles  paraissent  striées  à  la 
loupe.  Il  paraît  qu'elles  soient  implantées  dans  des 
alvéoles. 


366 

J'ai  désiré,  pour  honorer  celui  qui  par  ses  recher- 
ches a  fourni  les  matériaux  à  cet  article,  nommer 
l'espèce,  si  elle  peut  être  conservée: 

RHINOSAURUS   JASYKOY1I. 
PL  V. 

Les  dimensions  de  ce  crâne  sont  les  suivantes: 
Longueur    du    crâne     depuis  la    carène  de 

l'occiput  jusqu'au  bord  antérieur  de  Vos 

intermaxillaire.    .      .      . 2"  11"' 

Longueur    depuis  l'avancement  de  la  caisse 

tympanique 3.    5. 

Largeur    de  l'occiput .      .  2.    4. 

Largeur  au  milieu  des  yeux.    .     .      .     .     .  1.   8. 

Largeur  près  des  narines 1.1. 

Distance  des  orbites — 10. 

Distance   des  narines • —  4. 

Diamètre  des  orbites —  9. 

Diamètre  des  narines —  3| 

Hauteur  du  crâne  avec  la  mâchoire  inférieure.  1.    4. 

Longueur  de  celte  mâchoire 3.    1. 

Hauteur  postérieure  de  la  mâchoire  inférieure.  —  7. 

Hauteur  près  de  la   symphyse.     .      .     .     .  —  4. 

Les  vertèbres  attachées  au  crâne  sont  trop  em- 
palées dans  la  matrice  pour  en  indiquer  la  forme, 
et  l'objet  ne  m'appartenant  pas,  ne  me  permet  point 
d'y  porter  quelque  changement. 

Le  crâne  a  élé  trouvé  dans  les  couches  supérieu- 
res du  Jura  de  Simbirsk,  avec  les  grandes  vertèbres 
et  les  grands  ossemens  qui  me  restent  à  décrire. 


367 
ICHTHYOSAURUS  PLATYODON  Conyb. 

GlGANTKUS     LEACH. 
(Pi.   VI.   f.    1,  2  moitié  de  grandeur   naturelle.) 

Les  vertèbres  d'Icbtbyosaurus,  ainsi  qu'il  est  connu, 
ont  un  caractère  très  prononcé  dans  les  tubercules 
latéraux  et  centraux  pour  l'articulation  des  côtes  et 
dans  la  face  articulaire  concave.  La  compression  an- 
téro-postérieure  du  corps  dans  les  vertèbres  est  tout 
aussi  sensibles  que  dans  les  autres  espèces  de  l'Icb- 
thvosaurus. 

M.  Yazykov  les  a  déjà  décrites  en  1832,  dans  le 
journal  des  mines. 

Ofa      OTKpHTM      HCKOnaeMMXT.       OCTaTKOBt       iiXTiocaBpa 

G-MOi)  ropo^a  CiiMSnpcKa. 

TopHLifi  afypHa^.   1832.  I.  p.   183—194. 

PyccKiMMHBa.tfW.  1832.  N.  177.  p.  706-708;  et.N.  178. 

M.  Eichwald  en  a  donné  une  description  dans  le 
Bulletin  des  sciences  de  l'Académie  de  St.  Péters- 
bourg  en  1842.  Il  s'en  trouve  des  vertèbres  sem- 
blables dans  le   Jura  de  Moscou. 

La  forme  en  est  sub-hexangulaire,  et  la  grandeur 
seule  les  fait  rapporter  à  l'espèce  nommée. 

M.  Yazykov  en  possède  quatre  vertèbres,  dont  deux 
ne  portent  qu'un  seul  tubercule;  les  deux  autres  en 
ont  deux  dont  le  supérieur  placé  près  de  la  nevrapo- 
pbyse  est  plus  petit  et  rapprocbé  du  bord  et  celui 
du  centre  plus  grand  et  plus  élevé. 

Nous    donnerons    la  mesure  de  deux,   N°.  5  et  8. 

N.  5.     N.  8. 
Diamètre   anléro-postérieur.     ...     4"  6'"     4"  4"d 


368 

transversal 4     5        4.  2. 

vertical  près  de  la  nevra- 

pophyse.   .      .      .     .      .      .      1.    4.       1.   7. 

ventral 1.     10.     1.  8. 

Deux  vertèbres  plus  petites  se  trouvent  en  frag- 
mens  enclavée  dans  la  matrice,  (N.  9.)  avec  l'impres- 
sion d'une  grande  Ammonite  et  d'une  écaille  d'Avi- 
cula.  Ces  vertèbres  paraissent  être  caudales,  mais  la 
forme  ne  peut  être  indiquée.  Les  os  isolés  qui  se 
sont  trouvés  dans  la  même  couche,  sont  N.  1.  un 
fragment  de  l'os  du  fémur,  grand  et  sillonné  longi- 
tudinalement  à  la  surface  ,  dilaté  à  la  partie  supé- 
rieure et  arrondi  vers  l'inférieur.  Les  sillons  d'en  haut 
se  dirigent,  les  uns  vers  le  capitalum,  les  autres  vers 
le  trochanter. 

Tous  les  deux  sont  disparus  par  la  cassure. 

Longueur.      .      .     .      . 7" 

Dilatation   supérieure 4" 

Diamètre  inférieur 2"  11"' 

N.  2.  Un  fragment  de  l'humérus,  qui  est  très  di- 
laté dans  l'Iclithyosaurus.  La  partie  supérieure  est 
cassée.  Le  reste  est  très  large  et  comprimé.  La  sur- 
face en  est  lisse. 

Longueur  du  fragment 4" 

Largeur  de  la  partie  comprimée.     .      .     4"  10'" 

Epaisseur 1.2. 

Largeur  inférieure.  .     .      .     .     .     •     •     3. 

Epaisseur 2.   10. 

R.  4.  Fragment  arrondi  qui  paraît  appartenir  au 
coracoïde.  La  largeur,  mutilée  d'un  côté  est  de  3", 
7'",  l'épaisseur  1"  1'". 


369 

N.  7.  Fragment  d'une  côte,  de  2"  10/;/  de  lon- 
gueur. Elle  est  comprimée  avec  un  sillon  des  deux, 
côtés.   La  largeur  donne   10"',  l'épaisseur  5'". 

ICHTHYOSAURUS    thyreospondylus  Oiven. 
PI.  VIT. 

DE    GRANDEUR     NATURELLE. 

Richard  Owen  ,  Report  on  British  fossil  Reptiles. 
V.  Report  of  the  ninth  meeting  of  the  British  Association 
London.   1840.  p.   124. 

Les  vertèbres  de  cette  espèce  se  distinguent  par 
une  forme  subpentagulaire. 

Cinq  vertèbres  de  cette  espèce  (n.  10 — 14)  de  gran- 
deur peu  difïérente  qui  ont  été  trouvé  par  M.  Yazykov 
dans  les  couches  inférieures  du  Jura  de  Simbirsk, 
ont  été  soumis  à  mon  examen. 

Trois  se  suivent  et  s'adaptent  naturellement.  V.  la 
pi.  VIL  f.    L 

Toutes  se  ressemblent,  par  un  enfoncement  pro- 
fondément concave  à  la  surface  articulaire,  et  les 
deux  tubercules  latéraux  pour  l'articulation  des  côtes. 

Les  carènes  des  deux  cotés  de  la  neurapophyse 
sont  élevées  et  rudes.  Les  deux  tubercules  sont 
rapprochés  et  l'inférieur  se  trouve  au  centre  du 
corps  de  la  vertèbre. 

Les  trois  vertèbres  adaptées  ensemble  ont  une 
longueur  de  trois  pouces  quatre  lignes  franc. 

Dimensions  des  vertèbres  isolées. 
Diamètre  n.    14.     n.   11.     n.    10. 

anléro-postérieur.       .      .     2"  3'"  — 1"  4"'~ 2"  1\'" 


370 

%  3. 

%   3. 

3. 

1.   1. 

1.  3. 

1.  6. 

1.   1. 

1.   2. 

1.  5. 

transversal. 

ver  lie  al. 

antérieur. 

postérieur. 

Les  mêmes  formes  de  vertèbres  ont  été  aussi  ob- 
servées dans  le  Jura  des  environs  de  Moscou. 

Une  dent  subarquée  (PL  YI.  f.  3.)  dont  la  cou- 
ronne est  sillonnée  et  la  racine  aussi  longue  que  la 
couronne  a  été  trouvée  par  M.  Vosinsky,  dans  le 
Jura  de  Moscou.  Elle  appartient  à  une  espèce  dlch- 
thyosaurus  inconnue. 

Longueur  V  6'";  diamètre  de  la  base  où  commen- 
ce la  racine  3"'.  La  pointe  de  la  couronne  est  cassée 


But/etw  jS'+7.  fil . 


Tnb.  i: 


:î^"^.M& 


Rhinosaurus  Jasikovii 


Sc?«yoWÏ'  <*À 


BzUleewJ$4-7.P.l 


'MM 


ïçV—   . 


JclithijosauruN  platjjodon,C<yngb, 


ScAeao>re-#rdcl. 


Bulletins.  fêk7.  P.  / 


Ta  A. M. 


% 


II 


Ichthyosaurus  thjjreosponthjliiSj  Owen. 


■Sc/zegoù&r-  (f.e/-. 


ÉTUDES  PROGRESSIVES 


SUR 


LA    PALEONTOLOGIE    DES    ENVIRONS 
DE    MOSCOU 

SECONDE  ÉTUDE  (*) 

(Présentée  à  la  Société  le    19  Septemb.    1846.) 
(  Tab.   F     et  suivantes.  ) 

Les  notions  géologiques  sur  nos  contrées  s'accrois- 
sent si  rapidement,  comme  l'a  justement  remarqué  de 
Buch  (  **  )  qu'il  devient  difficile  d'en  suivre  l'his- 
toire. Grâce  à  une  récolte  extrêmement  riche  de 
l'été  dernier,  nous  sommes  à  même  de  donner  quel- 
ques détails  intéressants  sur  plusieurs  fossiles  juras- 
siques. Nous  ne  toucherons  que  des  points  restés 
peu  ou  point  connus  jusqu'à  présent. 


(  *  )  Le  premier  mémoire  paléontologique  sur  notre  contrée 
du  Prof.  Rouillier  vient  de  paraitre  dans  l'ouvrage  :  Jubilœum 
Fischer. 

(**)  Bronn's  Jahrb.  1845  p.  179.  Bull.  d.  M.  1846.  N'  4 
p.  244. 


372 

ï. 

REPTILES. 

Les  reptiles  deviennent  de  jour  en  jour  plus  fré- 
quens  dans  notre  jura.  Nous  venons  de  trouver  des 
vertèbres  et  des  fragments  d'os  dTchthyosaurus 
dans  les  couches  inférieures  de  Khoroschovo  ,  bai- 
gnées ordinairement  par  l'eau.  L'été  dernier  la  riviè- 
re se  trouvait,  à  cause  de  la  grande  sécheresse,  au 
dessous  de  son  niveau  ordinaire  et  a  dénudé  ainsi 
le  troisième  étage  (  *  )  qu'on  n'avait  pas  encore  indi- 
qué dans  cette  localité.  Nous  citerons  encore  des  res- 
tes de  vertèbres  du  même  animal  que  nous  avons 
rencontrés  à  Mnëvniki. 

II. 

POISSONS. 

1.  Les  dents  d'une  espèce  de  requin  (  Squalus 
Phillipsii  Rllr.)  ainsi  que  l'un  de  nous  les  a  figurées, 
(**)  deviennent  fréquentes  dans  nos  collections.  Nous 
reproduisons  la  forme  d'une  dent  avec  sa  base  ma- 
xiliane (  Fig.   1 .  ). 

III. 

BRACHIOPODES. 

Terf.bra.tula  triplicata  Phill. 
L'étude  que  l'un  de  nous  a  faite  (***)  sur  les  prin- 

(  *  )    Nous   y    avons   trouvé     Y  As  tarte     cordifornus     Deshayes 
Rouillier,  Bull.  M.    1846.  PI.  D.  f.    16   a  — h,   PI.  E   f.    1.   a-e) 
caractéristique  pour  le   troisième  étage  (a   Ammonites  carines), 
(**)  Rouillier  Bull.  M.    1846.   PI.  B.   f.  6. 
(!**)   Rouillier.    Bull.   M.    1844     p.   889.  sq. 


373 

cipales  variations  de  la  T.  loxiœ  Fisch.  ayant  été  trouvé 
utile  par  deux  paléontologues  distingués,  de  Buch  (*)  et 
Bronn  (**),  nous  nous  empressons  d'ajouter  des  détails 
sur  les  variations  des  térébratules  du  second  étage,  et  no- 
tamment  sur  la  T.  triplicata  Phill.  et  ses  formes  voisines. 

L'auteur  anglais  cite  pour  le  jura  du  Jorkshire  les 
trois  formes  :  T.  triplicata,  T.  bidens  Phill.  et  la  T. 
acuta  Sow.  Or  nous  croyons  avoir  trouvé  toutes  ces 
trois  formes  dans  notre  second  étaçe. 

Il  a  été  constaté  par  l'étude  de  la  T.  loxiœ  que 
la  vraie  T.  acuta  S.  du  terrain  anglais  n'a  pas  en- 
core été  indiquée  aux  environs  de  Moscou. 

La  description  et  les  planches  de  Sowerbv  donnent 
si  peu  de  détails  ,  que  nous  ne  pouvons  dire  au  jus- 
te, si  le  seul  exemplaire  que  nous  avons  sous  les  yeux 
est  la  vraie  T.  acuta  ;  il  est  néamoins  très  probable  que 
c'est  la  forme  identique  avec  la  figure  de  Phillipps,  qui 
elle  même  diffère  sensiblement  de  celle  de  Sowerby. 

Remarquons  toutefois,  que  s'il  est  vrai  que  la  Ter. 
bidens~Phiïï.  n'est  qu'une  variété  de  la  T.  triplicataPhlïï., 
il  se  pourrait  très  facilement  que  sa  figure  et  noire 
exemplaire  de  la  T.  acuta  n'en  soient  qu'une  forme 
transitoire  ,  du  moins  ces  trois  formes  ont  tout-à-fail 
le  même  aspect  général;  elles  ne  se  distinguent  que  par 
le  nombre  de  plis  sur  le  bourrelet  et  le  sinus  ,  et 
sont  évidemment  unis  par  des  passages  intermédiaires. 

Ces  trois  fossiles  ont  une  forme  générale  tri- 
angulaire ,  aux  deux  angles  intérieurs  un  peu 
arrondis,  ordinairement  plus  large    que  haute  et  lan- 

(*)   Bull.  d.  Mosc.    1846.    1.  p.   255. 
{**  )  N.  Jahrb.    1846. 

N°  IL  1847.  25 


374 

ge;  leur  corps  divisé  en  trois  parties  ne  se  distinguent 
donc  que  par  la  portion  médiane.  L'angle  apical 
est  droit.  L'ouverture  ronde  et  grande  ,  louchant 
souvent  jusqu'à  la  ventrale,  cependant  ordinairement 
le  deltidium  apparaissant,  divisé  (  sectum  ),  aussi  lar- 
ge que  liant ,  occupant  les  deux  tiers  inférieurs  de 
l'ouverture.  L'area  déprimée  en  forme  d'oreillette  , 
peu  ressortant  cependant,  occupant  plus  d'un  tiers  du 
coté  latéral  supérieur.  Du  haut  de  l'ouverture  descen- 
dent des  lignes  élevées,  qui  forment  la  limite  entre  le 
dos  de  la  valve  dorsale  et  l'area  ,  et  se  perdent  in- 
sensiblement en  s'inclinant  en  avant  sur  l'extrémité 
inférieure  de  son  oreillette.  Valve  ventrale  beaucoup 
plus  bombée,  remontant  perpendiculairement  sur  la 
charnière,  et  acquérant  le  maximum  de  hauteur  au- 
dessus  du  bord  frontal.  Elle  se  courbe  vers  celui-ci 
sur  le  premier  tiers  de  sa  longueur.  Les  ailes  retom- 
bent sous  un  angle  droit  et  même  souvent  aigu  ,  et 
présentent  deux  ou  trois  plis  distincts  en  avant  et 
autant  en  arrière.  Le  bord  latéral  droit,  le  frontal 
arrondi.  L'animal  parait  avoir  été  assez  gros  ,  aussi 
la  coquille  est- elle  rarement  bien  fermée.  Le  test 
extrêmement  épais  ,  très  grossièrement  lamelleux , 
recouvert  d'une  pellicule  très  dense  ,  dure,  quoique 
mince,  longitudinalement  élégamment  striée,  ce  qu'on 
aperçoit  souvent  sous  la  loupe;  les  couches  souspo- 
sés,  moins  denses,  plus  blanchâtres,  se  desagrègent 
en  filamens  asbestaïdes  longitudinaux,  comme  ceci  a 
déjà  été  remarqué  pour  nos  Térébratules  plissées.  Gran- 
deur totale  assez  forte. 

Gis.   et  Loc.   Second  étage  à  Khoraschovo. 


375 
2.   Tf.rkbratula  acuta  Sou>. 
(  %  2-3.  ) 

Tereb*    acuta  Sow.  . 

T.  acula  Sow.   Phill.  Jorksh*    p.  XIII.    f.   25. 
T.  triplicata  Phill.    variété   à   un    pli   sur  le  bourrelet.  Rouill. 

1846    II    p.  445. 

Pour  distinguer  cette  forme  (fig.  3.)  nous  remarque- 
rons qu'il  n'y  a  qu'un  seul  pli  dans  son  bourrelet* 
dont  le  sommet  se  trouve  perpendiculairement  au- 
dessus  du  bord  frontal*  Le  bourrelet  est  tranchant, 
et  nettement  détaché  de  la  valve  ventrale* 

Longueur  7V*"'« 

Largeur  9//y. 

Epaisseur  7V2/;/. 

Les  jeunes  exemplaires  (fig.   2.)  se  distinguent: 

1.  Par  moins  de  plis  sur  les  ailes  qui  ne  se  dé- 
tachent pas  distinctement  du  corps;  2.  le  bourrelet 
moins  relevé,  moins  saillant  et  plus  arrondi  ;  3.  en  ce 
que  le  maximum  de  la  hauteur  se  trouve  sur  le  mi- 
lieu de  la  valve  ventrale  et  non  sur  le  bord  frontal, 
ce  qui  les  rapprocherait  plus  des  Concinnœ  que  des 
Pugnaceœ. 

Les  transformations  apportées  par  l'âge  se  suivent 
dans  le  même  ordre,  que  celui  qui  a  été  indiqué  par 
l'un  de  nous  pour  la  Terebratula  loxiœ. 

Quoique  voisine  de  cette  dernière,  notre  espèce,  la 
Ter.  acuta  ,  si  toutefois  il  est  vrai  que  notre  exem- 
plaire appartient  à  cette  espèce,  s'en  distingue  suffi- 
samment; 

25* 


376 

1.  Par  une  taille  plus  forte,  au  moins  d'un  double 
et  souvent  d'un  triple  ;  2.  Par  le  bourrelet  plus  rai3- 
proché  du  bord  frontal,  moins  rejeté  en  arrière  ;  3e 
par  une  largeur  respective  constamment  plus  grande 
que  dans  la  forme  voisine  ;  4e  par  les  plis  moins 
tranchants,  et  le  test  beaucoup  plus  épais,  beaucoup 
plus  grossièrement  lamelleux,  même  dans  les  jeunes 
exemplaires  ;  5e  enfin,  par  un  gisement  différent. 

Il  a  été  déjà  remarqué  que  les  figures  que  donne 
d'Orbigny  de  la  Tcrebratida  loxiœ  Fisch.  (T.  aptliy- 
cha  Fisch.  )  réprésentent  des  fossiles  d'une  taille  beau- 
coup plus  forte  que  n'en  ont  les  individus  ordi- 
naires ,  aussi  se  rapprochent-elles  sous  ce  rapport 
beaucoup  plus  de  la  T.  acuta  en  question  ,  que  de 
la  vraie  T.  loxiœ  (D'Orbigny  Russ.  T.  II.  pi.  42.  f. 
24,  25,  26). 

Si  l'on  n'envisageait  celte  forme  que  comme  une 
variété  de  la  T.  tripartita  Phill.,  nous  l'indiquerions 
par  Ter.  triplicata  subacuta. 

3.   Terebratula  bidens  Phill. 
(Fig.  4-6.) 

Tereb.  bidens  Phill.  Jorksh.  IL  p.  XIII-  f.   24. 
T.   triplicala  Phill.    var.  bidens.     Rouill.    Bnll.   1846.  II.   pi. 

B.  f.   17. 

Ajoutons  aux  caractères  généraux,  que  le  bourre- 
let présente  deux  plis  saillants  ,  entre  lesquels  la  dé- 
pression fortement  marquée  acquiert  tantôt ,  comme 
c'est  le  cas  ordinaire,  la  moitié  de  la  ventrale,  quel- 
quefois cependant  elle  n'occupe  que  son  quart  inférieur, 


911 

et  n'apparaît  que  sur  le  bord  fronal.  Le  bourrelet 
clans  cette  dernière  variété  que  nous  indiquerons  par 
Tercbratula  bidens  (  triplicata  )  prlmaria  (Fig.  4.)  est 
moins  relevé,  moins  détaché  du  corps,  le  bord  frontal 
tout  au  plus  une  demi-ligne  plus  haut  que  le  milieu 
de  la  ventrale,  ou  égale  à  celui-ci.  Le  contour  général 
rapproche  donc  cette  forme  de  la  Ter.  varians  Schloth., 
vue  de  coté.  C'est  enfin  la  forme  qui  rapproche  le 
T.  bidens  de  la  T.    acuta  (  T.   triplicata  subacuta  ). 

Dans  la  Ter.  bidens  secundaria  (Fig-  5.  ),  le  bour- 
relet se  détache  et  se  relève  davantage  ,  la  dépres- 
sion médiane  ventrale  est  plus  longue,  les  ailes  plus 
hautes,  moins  tirées  sur  les  côtés  et  en  arrière ,  plus 
arrondies  ;  ce  qui  ferait  de  cette  forme  l'analogue  de  la 
Ter.  loxiœ  Bul.  1844  pi.  22,  var.  f.  6  a,  b,  c.  cl. 
Dans  les  jeunes  individus  ,  où  le  bourrelet  ressort 
très  peu,  le  bord  frontal  forme  une  courbe  ressor- 
tante,  régulière,  ou  un  segment  d'un  cercle  régulier. 
Les  ailes  ne  présentent  quelquefois  que  deux  plis  au- 
lieu  de  trois.  La  T.  bidens  tertiana  (  Fig.  6 — 7  ).  Là  le 
bourrelet  très-fortement  relevé,  rejeté  un  peu  en  ar- 
rière du  frontal  ,  beaucoup  plus  haut  que  le  milieu 
de  la  ventrale  ;  les  ailes  n'atteignent  pas  la  moitié 
de  la  hauteur  du  bourrelet  tiré  sur  les  côtés.  Le 
bord  frontal  présente  un  angle  très  aigu.  La  dimen- 
sion la  plus  saillante  de  la  coquille  ,  est  sa  hau- 
teur. C'est  donc  l'analogue  de  Ter.  loxiœ  Fisch.  Bul. 
1844.  p.  22.  f.  8.  9. 

Comme  dans  la  T.  bidens  ,  de  même  dans  la  T. 
acuta  Sow.  nous  n'avons  pas  remarqué  d'enfonce- 
ments  sur  le  milieu    du    bourrelet  ,    qui    indique    la 


378 

place  ou  ce  dernier  commence  à  se  détacher  du 
corps  (  T.  loxiœ  ibidem  ,  et  d'Orbigny  Russ. 
Vol.  11.  pi.  42,  f.  23,  24  ),  et  c'est  là  peut-être  un 
caractère  de  plus  pour  distinguer  la  Ter.  loxiœ  de 
\a.T.acuta  Sow.  (T.  triplicata  subacuta  nob.).  Elle 
s'approche  des  Pugnaces  plus  que  les  variétés  voisines. 

4.  Terebratula  triplicata  Phill.  (  non  Zieten.  ) 

(  %  8-  ) 

Tereb.  triplicata  Phill.  Jorksh.   II.   pi.   XIII.  22. 
T.  triplicata  Phill.   Rouill.  Bull.   1846.   II.  p.   445. 

Trois  plis  dans  le  bourrelet  et  deux  dans  le  si- 
nus. Tous  les  trois  sur  la  même  hauteur,  placés  à  la 
moitié  plus  haut  que  les  ailes.  Le  bourrelet  en  gé- 
néral relevé,  mais  très  peu  rejeté  en  arrière  du  fron- 
tal ,  le  maximum  de  sa  hauteur  sur  le  bord  frontal, 
qui  forme  un  angle  à  peine  plus  petit  qu'un  régulier. 

Les  variétés  les  plus  communes  sont  la  T.  bidens, 
souvent  plus  ou  moins  comprimée  de  coté.  Nous  ne 
possédons  que  deux  exemplaires  de  la  T.  acuta,  et 
un  seul  de  T.  triplicata  sur  une  vingtaine  de  T.  bidens. 

5.  Terebratula  furcillata  TheodorL 
(Fig.   9-10.) 

De   Buch   Terebr.  p.   63. 

Nous  avons  devant  nous  deux  formes  de  Térébra- 
tules  provenant  du  troisième  étage  ,  dont  l'une  est 
non  plissée  ,  et  pourrait  bien  n'être  qu'une  jeune 
forme  de  la  T.  Strogonovii  d'Orb.,  qui,  a  été  trou- 
vée constamment  avec  des  fossiles  que  nous  connais- 


379 

sons  aux  environs  de  Moscou  dans  le  troisième  éta- 
ge. L'autre  forme  appartient  aux  plissées  ,  et  sans 
contredit  à  la  forme  remarquable  décrite  :  T.  furcil- 
lata  Theodori.  Notre  fossile  présente  les  trois  carac- 
tères principaux  indiqués  par  de  Buch  dans  la  des- 
cription de  la  forme  mentionnée  : 

Ie.  Elle  présente  des  plis  de  deux  genres  diffé- 
rents :  les  plus  lins,  nettement  limités ,  ne  sont  dis- 
tincts que  sur  les  deux  tiers  supérieurs ,  et  se  per- 
dent sur  le  tiers  inférieur,  ou  apparaissent  d'autres 
plis  bien  plus  larges,  arrondis,  dont  chacun  comprend 
trois  à  quatre  des  plis  supérieurs.  Les  intervalles 
entre  les  inférieurs,  à  peine  concaves  ,  sont  recou- 
verts d'autant  de  plis  moins  larges  que  le  dos  des 
plis  inférieurs  eux-mêmes. 

2e.  Ces  deux  genres  de  plis  sont  séparés  réci- 
proquement sur  un  de  nos  exemplaires  par  une  li- 
gne d'accroissement  concentrique  ,  de  sorte  que  les 
plus  fins  se  présentent  presque  exclusivement  sur  la 
plaque  supérieure.  Mais  ceci,  comme  Fa  déjà  re- 
marqué de  Bucli  ,  n'est  qu'un  caractère  accidentel  : 
sur  un  autre  individu ,  les  plis  passent  insensible- 
ment les  uns  aux  autres. 

3e.  Notre  fossile  est  très  applati ,  ce  qui  constitue 
un  caractère  essentiel  de  la  T.   furcillata  Theodori. 

Quant  aux  autres  caractères  ,  les  voici.  Forme 
pentagonale  ;  bords  cardinaux  d'un  quart  plus  longs 
que  les  trois  autres,  égaux  entre  eux  ;  angle  cardinal 
presque  droit,  81°,  ouverture  très-petite  ,  ainsi  que 
le  deltidium  à  peine    apparent  ;   ligne  aréale  presque 


380 

mille  ;  la  petite  oreillette  passant  à  la  dorsale  sous 
une  ligne  arrondie.  Du  reste  notre  fossile  un  peu 
dérangé  dans  la  forme  ,  ne  laisse  pas  distinctement 
apercevoir  ces  menus  caractères.  La  ventrale  se  re- 
lève faiblement  sur  la  charnière,  et  acquiert  le  maxi- 
mum de  hauteur  sur  le  tiers  supérieur ,  d'où  elle  se 
continue  presque  sur  une  ligne  horizontale  jusqu'au 
front ,  d'où  le  bourrelet  à  peine  ressortant  présen- 
te cinq  grands  plis  arroudis,  (  de  Buch  en  indique 
trois  à  quatre  )  ;  les  côtés  sont  recouverts  de  quatre 
plis  ,  dont  le  plus  proche  du  front  et  le  plus  pro- 
noncé ,  est  celui  qui  avoisine  le  bord  cardinal  le 
moins  marqué.  Valve  dorsale  un  peu  convexe  à 
son  tiers  supérieur  et  s'abaissent  pour  passer  au  sinus, 
dont  le  fond  est  plat  et  présente  quatre  plis. 

]N  otre  fossile  serait  donc  une  très  légère  variété  , 
marquée  par  le  nombre  de  plis  sur  le  bourrelet , 
(  T.  f urc Mata  var.  quinqueplicata  n  );  de  Buch  en  a 
indiqué  deux  autres  (  var.  triplicata  et  qiiadriplicata  ) 
Dimensions: 

a.  jeune:  Longueur  7V0.   (%•  9). 

Largeur     8"'. 

Epaisseur  (maximum  au  tiers  supérieur^1/,/". 

b.  adulte  :   Longueur  W/J".  (fig.   10). 

Largeur  W/^"." 

Epaisseur  (de  notre  exemplaire  comprimé)  4"'. 
Ce     fossile    intéressant    par     sa     structure ,     l'est 
d'autant  plus    qu'il  est ,     suivant  l'autorité  très  impo- 
sante   de    Buch  ,    l'appanage  exclusif  du  Lias    supé- 
rieur. 

Gis.  et  Local.    Troisième    étage    à    Galiovo ,   avec 


881 

YAstarte  co'rdiformis^  les  Ammonites  carinés,  les  élé- 
gantes univalves,  la  Grypha&a  dilatata  et  aulres. 

La  T.  rimosa  de  Bucli  et  la  T.  furcillata  Tlieodo- 
ri,  comme  Fa  déjà  remarqué  avec  sa  sagacité  ordinai- 
re Tanteur  classique  sur  les  Térébratules,  présentent 
par  leur  lest  un  aspect  tellement  frappant  et  singu- 
lier, que  dès  le  premier  abord  il  est  impossible  de 
les  confondre  avec  des  formes  voisines. 

Aussi  sommes-nous  portés  à  former  de  ces  deux 
fossiles  un  petit  groupe  séparé,  sous  le  nom  de  Te- 
rabratulœ  duplicatœ  ,  d'autant  plus,  que  les  PUcosœ, 
sous  lesquelles  les  a  placés  de  Bucb  ,  sont  déjà  très 
nombreuses  en  elles-mêmes.  Ainsi  les  Térébratules  plis- 
sées  de  Fischer,  ou  plicatœ  de  Buch,  comprendraient 
trois  groupes  :  PUcosœ  de  Buch,  Dichotomœ  de  Buch, 
et  un  groupe  intermédiaire  entre  eux,  Duplicatœ  il. 
Cette  petite  tribu,  qui  ne  compte  actuellement  que  deux 
espèces,   présenterait  les  caractères  suivants  : 

Ie.  Test  recouvert  de  deux  genres  de  plis  diffé- 
rents. Les  supérieurs  les  moins  larges  et  le  plus  net- 
tement limités,  augmentent  du  crochet  au  milieu  de 
la  valve  ,  plutôt  par  intercalation  que  par  subdivi- 
sion. Ils  augmentent  tous  très  sensiblement  en  lar- 
geur  en  s'éloignant  du  crochet,  et  ce  qui  est  enco- 
re remarquable,  à  deux  ou  trois  plis  égaux  viennent 
s'en  adosser  un  on  deux  n'ayant  que  la  moitié  de  lar- 
geur des  précédents.  Nous  appellerions  les  pre- 
miers plis  supérieurs  principaux,  et  les  seconds — plis 
supérieurs  accessoires.  Les  inférieurs  moins  nettement 
limités,  plus  largement  espacés,  arrondis,  embrassent 
deux  (  T.    rimosa  )  à  quatre  et    cinq  plis  (  T.  fur  cil- 


382 

lata)  ,  et  disparaissent  à  peu  près  sur  le  milieu  du 
fossile. 

2e.  Le  test  est  composé  de  filaments  asbestoides, 
et  ne  présente  pas  de  réseaux  poreux,  ordinaire  dans 
les  Térébratules  non  plissés.  Ce  groupe  appartient 
donc  aux  Rhynchonelf.es  (  Voy.  plus  bas.  ). 

3e.  Ce  groupe  est  l'apanage  exclusif  du  Lias,  qui 
présente  un  aspect  de  faunes  singuliers  par  plus 
d'un  caractère  tranché. 

4e.  Les  Duplicata?  forment  un  passage  naturel  des 
Pficosœ  au  Dichotomœ.  Leur  forme  générale  les  a 
fait  placer  par  de  Buch  dans  les  Pugnaceœ  ,  mais 
elles  se  rapprochent  encore  des  Dichotomœ,  par  la 
dichotomie  de  leurs  plis  supérieurs,  par  leurs  plis  ar- 
rondis. La  T.  triplicata  Pliill.,  unit  par  ces  stries 
faibles  sur  les  grands  plis  (  comme  nous  l'avons  in- 
diqués plus  haut)  les  Duplicatœ  aux  Plicosœ. 

5e.  Cependant  il  est  facile  de  distinguer  les  Dupli- 
catœ des  Dichotomœ  ,  en  ce  que  ces  dernier»  ont 
un  deltidium  sectens  ,  et  que  leurs  plis  ne  s'élargis- 
sent presque  point  en  s'approchant  du  front,  ce  qui 
a  lieu  à  un  degré  très  marqué  dans  les  Duplicatœ, 
dont  le  deltidium  de  plus  est  embrassant  (deltidium 
amplectens  )  ;  les  plis  augmentant  en  nombre  plutôt 
par  intercalation  que  par  dichotomie.  Sur  le  front  des 
Duplicatœ  on  compte  moins  de  plis  que  sur  le  mi- 
lieu, les  supérieurs  étant  entièrement  disparus  ;  dans 
les  Dichotomœ  au  contraire  le  bord  frontal  présente 
plus  de  plis  que  le  milieu. 

Enfin  passons  à  la  charnière  des  Térébratules,  que 
nous  avons  pu  étudier  sur  une  masse    d'exemplaires. 


383 

De  Bue  h  dans  son  travail  classique  sur  les  Téré- 
bratules  (  *  )  a  déjà  signalé  le  fait,  que  ces  coquilles 
avaient  la  charnière  très  solide,  et  ne  se  trouvaient 
par  celte  raison  que  rarement  en  valves  dépareillées. 
En  effet  leur  charnière  est  plus  compliquée  que  celle 
de  toutes  autres  bivalves,  et  souvent  tellement  épaisse 
et  solide,  que  dans  les  valves  dépareillées  et  désa- 
grégées par  la  fossilisation  ,  la  charnière  se  conserve 
encore  ainsi  que  la  portion  du  test  qui  lui  est  atta- 
chée; ce  qui  donne  lieu  à  des  formes  bizarres,  qu'on 
serait  quelquefois  porté  à  attribuer  à  tout  autre  corps 
(p.   ex.  à  des  Trilobites)  qu'aux  fossiles  bivalves. 

Mr.  de  Blainville  (**,),  Chemnitz  (  ***  ),  Sowerby 
(****),  Fischer  de  Waldheiin  (*****),  pL1Sch.  (******),  p0ïi 
(*******)  ont  étudié  les  charnières  de  différentes  espèces. 
Mr.  Owen  a  complété  ces  renseignements  par  l'anatomie 
complète  de  quelques  espèces  de  Térébratules  (********) 
auxquelles  viennent  ajouter  de  précieux  détails  de  Ver- 
neuil  et  Ring.    (*********). 


(  *  )    Abhand.   d.   Acad.  zu  Berlin   aus  den   J.  1833. 

(**)   Malacol     pi.    51.   f.  1.  a. 

(***)  Conchjl.  B.    VIII.    t.   6.   78.   f.  711. 

(****)  Gênera  of  Schells.    Minerai   Conchyl. 

(*****)  Notice  sur  la  charpente  osseuse  des  térébratules  etc. 
Oryctogr.  p.    137. 

(******)  Polens   Palaeontol. 

(*******)   Testacea  utriusque  Sicilae  V.   II.  p.  XVI. 

(********)  Transact.  of  the  Zolool.  Soc.  Vol.  1.  partie  II.  An- 
nal, d.  Se.   Nat.   1835.  T.  III.  p.   52.  sq. 

!**•*<■***••)    Russia   etc.    11     Térébratules 


38  4 

Terebratula  scabra   Fisch. 
Rouill.   Bull.   d.   JVI.   1849.  f.   IL  p.  451. 

A.    Valve  dorsale. 

(Fig.   11.  A,). 

On  distingue  dans  la  charnière  de  cette  valve  les 
parties  suivantes  : 

a.  Deux  dents  marginales.  Elles  commencent  de 
l'ouverture  même  et  se  prolongent ,  en  se  rétrécis- 
sant, sur  le  bord  de  F  are  a  ,  où  elles  se  terminent 
un  peu  avant  la  dent  cardinale  supérieure.  Elles 
entrent  dans  un  sinus  correspondant  de  la  valve  ven- 
trale. 

b.  Deux  dents  dorsales  supérieures.  Ce  sont  deux 
petites  apophyses  ,  qui  remontent  de  la  surface 
intérieure  de  l'oreillette  de  l'aréa  ,  et  se  dirigent 
en  haut  et  en  dedans  parallèlement  au  bord  de  cel- 
le-ci. Leur  bord  libre  est  recouvert  de  petites  lamel- 
les parallèles  à  la  longueur  du  test,  qui  entrant  dans 
une  cavité  correspondante  de  la  ventrale ,  rendent  la 
charnière  plus  solide. 

c.  Deux  dents  dorsales  inférieures.  Elles  com- 
mencent aux  pieds  des  précédentes  ,  et  se  diri- 
gent obliquement  vers  l'intérieur,  où,  formant  une 
élévation  arrondie  elles  se  replient  brusquement  vers 
l'extérieur,  et  passent  insensiblement  à  la  substance 
de  la  valve. 

d.  Dans  l'angle  formé  par  le  coude  de  la  dent  in- 
férieure est  situé  une  dépression  profonde  ,  fossette 
cardinale  inférieure  (  fossa  cardinalis  inferior. 

e.  Deux  fossettes  articulaires   supérieures,  (cavitates 


385 

supra  cardinalis )  ,  creusées  à  la  base  de  la  partie 
supérieure  de  la  dent  supérieure,  et  destinées  à  loger 
la  dent  supérieure  de  la  ventrale. 

f.  Fossette  cardinale  inférieure  (cavitas  infracardina- 
lis,  deux  dépressions  moins  prononcées  sur  la  limi- 
te de  la  dent  supérieure  et  inférieure. 

g.  Impression  inférieure  (  impressio  infra-cardinalis  ), 
impression    irrégulière,  au  dessous  et  à  l'extérieur  des 
dents    inférieures.     On     en  voit  de  moins     prononcés 
an  dessus  des  dents  cardinales  (  impressio  supra  car-- 
dinalis). 

Tous  ces  organes  sont  paires,  placés  par  mi  de 
chaque   côté. 

h.  Une  arête  dorsale  ,  septnm  dorsal  qui  sépa- 
rant vraisemblablement  les  deux  animaux  réunis 
sous  le  même  test  (  de  Bucb  )  ,  fait  qui  est  prou- 
vé par  la  structure  du  test  même,  que  le  long  de 
l'arête  se  disjoint  souvent  de  lui  même  en  deux 
parties  parfaitement  symétriques,  de  sorte  qu'à  par- 
ler strictement  chaque  Térébratule  est  composée  de 
quatre  valves,  deux  dorsales,  et  deux  ventrales.  Tous 
les  caractères  se  laissent  encore  distinguer  sur  le 
moule  intérieur  des  Térébratules. 

B.  Valve  ventrale. 

(Kg-  11-  B.) 

C'est  surtout  la  charnière  de  cette  valve  avec  son 
arête  médiane  faisant  saillie  sur  le  morceau  des  val- 
ves désagrégées  ,  qui  rappelle  la  partie  céphalique 
des  Trilobites. 


386 

On  y  distingue: 

a.  Un  sternum,  élévation  en  forme  de  disque  sub- 
quaclrangulaire,  commençant  du  sommet  de  la  valve 
et  servant  de  base  à  toutes  les  autres  parties  de  la 
charnière.  Dans  cette  partie  la  valve  a  le  plus  d'é- 
paisseur,  trois  ou  quatre  fois   plus  que  la  valve  seule. 

b.  Canal  marginal  ( sulcus  marginalis),  logé  sur  la 
partie  supérieure  et  latérale  du  sternum,  et  recevant 
la  dent  marginale    de  la  valve  perforée. 

c.  Fossette  sunra-sternalc,  fossa  supra  stemalis,  im- 
pression légère  mais  constante,  impaire,  au  commen- 
cement du  sternum ,  entre  les  deux  canaux  margi- 
naux.  Son  intérêt  physiologique  nous  est  inconnu. 

d.  Cavité  articulaire  supérieure  (cavitas  articularis 
superior)  ,  fossette  triangulaire,  commençant  à  l'ex- 
trémité inférieure  du  canal  marginal,  et  bordée  à  l'ex- 
térieur par  le  bord  cardinal  ,  et  à  l'intérieur  par  la 
dent  ventrale  supérieure.  Elle  est  creusée  de  sillons 
transversaux  qui  reçoivent  les  lamelles  de  la  dent 
dorsale  supérieure. 

e.  Deux  dents  ventrales  supérieures  (dentés  ventra- 
les superiores )  deux  protubérances  allongées  et  obtu- 
ses sur  le  sternum,  à  l'intérieur  de  la  cavité  susmen- 
tionnée. Elles  entrent  dans  la  fossette  articulaire  su- 
périeure de  la  dorsale. 

f.  Deux  dents  ventrales  inférieures  (dentés  ventra- 
les inferiores),  deux  protubérances  obtuses  à  la  partie 
latérale  du  sternum,  et  à  l'intérieur  et  l'inférieur  des 
dents  précédentes.  Elles  entrent  dans  la  fossette  arti- 
culaire inférieure  de  la  dorsale. 


387 

g.  Fossette  articulaire  inférieure  (fossa  articularis 
inferior )  elle  commence  entre  les  deux  dents  de  cha- 
que côté  ,  et  se  loge  surtout  en  arrière  de  la  dent 
inférieure. 

h.  Pli  dentaire  (plica  dentalis).  Commençant  à  la 
base  de  la  dent  supérieure,  il  se  dirige  en  s'altérant 
vers  le  bord  cardinal  où  il    se  perd. 

i.  Arête  longitudinale  (  crista  longitudinalis ).  Elle 
commence  au  dessous  de  la  fossette  supra-sternale 
et  se  dirige  sur  le  milieu  du  sternum  ,  où  sur  son 
milieu,  elle  s'unit  perpendiculairement. 

k.  Arête  transversale,  qui  unit  les  deux  dents  infé- 
rieures. 

/.  Fossette  sternale  (fossa  sternalis)  une  de  chaque 
côté  de  l'arête  longitudinale. 

m.  Protubérance  sternale  (tuberculus  sternalis  ) , 
à  la  partie  inférieure  du  sternum  ,  entre  les  deux 
dents  inférieures  ,  et  séparée  de  ces  trois  organes 
par  un  sinus  circulaire,  irrégulier  ainsi  que   de  : 

n.  la  cloison  ventrale  ou  apophyse  médiane  Owen 
(  setum  ventrale  ).  Tous  ces  organes  à  l'œil  nu  sont 
paires  ,  à  l'exception  de  la  fossette  sternale  ,  de 
l'arête  sternale  longitudinale  de  la  protubérance 
sternale  et  de  l'arête  ventrale,  qui  dans  l'origine 
s'est  formées  par  la  réunion  de  deux  éléments  symmé- 
triques. 

Les  éléments  analomiques  se  dessinent  souvent 
sur  le  moule. 


388 
7.)  Terebratula  luna   Fischer. 

Rouill.  Bull.  d.  M    1846.   f.  11.  p.  455. 

A.  Value  dorsale. 
(Kg.  12.  A.) 

On  y   distingue  : 

a.  Deux  dents  marginales  très  faibles. 

b.  Deux  dents  dorsales  qui  commencent  du  milieu 
de  l'aréa  et,  convergeant  à  l'intérieur,  limitent  avec 
le  bord  du  crocliet  un  espace  quadrangulaire.  Leur 
caractère  est  celui  d'être  composé  par  deux  dents 
réunies  en  une  seule. 

c.  Un  autre  caractère  non  moins  saillant  consiste 
dans  la  présence  de  deux  cloisons  divergentes  ,  qui 
commencent  au  dessous  des  dents  cardinales,  faisant 
quelquefois  corps  avec  elles,  et  descendent  au  bord 
frontal.  Nous  avons  des  exemplaires  sur  lesquels 
ces  cloisons  atteignent  jusqu'à  la  moitié  de  la  co- 
quille. Nous  ne  savons  pas  si  elles  descendent  plus 
bas.  Cette  disposition  donne  au  moule  un  caractère 
particulier  et  rappelle  un  arrangement  parfaitement 
analogue  dans  le  Spirifer  Mosquensis  indiqué  dans 
rOryctograpbie,  et  relevé    surtout  par  de  Verneuil.  (*) 

d.  Impressions  irrégulières  à  l'extérieur  des  cloi- 
sons divergentes. 

B.  Valve  ventrale. 
(Fig.  12  B.) 

Le  caractère  le  plus  saillant  est  : 

[*)    Russia   etc.   T.    II.   p.   162. 


389 

a.  La  réunion  de  deux  dents  de  chaque  côté  en 
une  seule,  ce  qui  nécessite  une  seule  facette  articu- 
laire ,  dont  la  division  est  cependant  fortement  in- 
diquée. Les  dents  sont  plus  fortes  et  plus  épaisses 
que  dans  l'espèce  précédente. 

b.  Arête  sternale. 

c.  Tubercule  sternal. 

d.  Cloison  ventrale  plus  épaisse. 

e.  Facette  marginale  peu  prononcée. 

f.  Facette  épisternale. 

g*.  Facettes  sternales  plus  profondes  et  moins  ré- 
gulières. 

8.)  Terebratula    bullata   Sow.  (*) 

On  voit  sur  de  jeunes  exemplaires  dont  la  valve 
ventrale  est  plus  bombée  que  la  dorsale: 

A.   Valve  dorsale, 
(Fig.   12.  A.) 

a.  Une  seule  dent  de  chaque  côté,  formée  par  un 
repli  du  test  même,  qui  entre  par  l'ouverture  du 
crochet.  Le  repli  est  triangulaire  et  coupé  brusque- 
ment à  sa  partie  inférieure,  qui  atteint  jusqu'à  la 
moitié  de  l'aréa.  Le  bord  du  repli  forme  les  deux 
dents  droites  à  l'extérieur  desquelles  on  remarque  un 
petit  canal  pour  la  position  du  deltidium. 

Aucun  des  caractères  mentionnés  dans  les  espèces 
précédentes. 


(*)   Notre   grand   exemplaire   est   dessiné   sur  un  individu  trou- 
vé par  le  Prof.  Tschouroffsky. 

N°  IL  1847.  26 


300 

B.   Valve  ventrale. 
(Fig.   12    B.). 

a.  Sternum  hexagonal  ,  évasé  à  l'extrémité  ba- 
sale  ainsi  qu'aux  deux  Lords  inférieurs,  qui  sont  les 
plus  courts  des  six  bords.   Les  trois  restants  droits. 

b.  Fossette  articulaire  profonde  et  limitée  intérieu- 
rement par  les  bords  latéraux-supérieurs  du  sternum. 

c.  Une  échancrure  sternale  entre  ces  bords  latéro- 
mférieurs  et  la  fossette  articulaire. 

d.  L'arête  sternale  faible. 

e.  Des  fossettes  sternal.es  profondes,  occupent  tou- 
te la  surface  du  sternum,   qui  apparait  concave. 

f.  Une  cloison  ventrale,  en  forme  d'apophyse,  qui 
commence  à  la  partie  postérieure  du  sternum  où  se 
trouve  l'arête,   et  descend  jusqu'à  la  moitié  du  test. 

Sur  quelques  exemplaires  l'arête  sternale  descend 
dans  la  même  direction  et  forme  une  épine  sternale. 

g.  De  même  on  remarque  un  prolongement  à  l'an- 
gle inférieur,  qui  est  indiqué  sur  le  sternum  par  une 
ligne  élevée. 

9.)  Terebràtula    perovalis   S. 

Rouill.    Bail.    1846     p.   462. 

Nous  n'en  connaissons  que  la  : 
A.  Valve  ventrale 

(Fig.   13    A,  B.) 

Dont  la  charnière  est  formée  par  un  repli  du  lest, 
qui  entre  par  dessus  le  bord  cardinal  de  la  valve. 

a.  Fossette  marginale  profonde,  pour  loger  le  bord 
de  l'oreillette  de  l'aréa. 


391 

b.  Le  sternum  respectivement  petit,  arrondi. 

c.  Fossette  episternale,  Fossette  sternale  et  arête 
sternale  oblitérées. 

d.  Mais  le  caractère  essentiel  consiste  certaine- 
ment dans  les  fossettes  articulaires,  qui  égalent  deux 
fois  la  longueur  du  sternum,  et  sont  surtout  creusées 
au  dessous  de  lui,   dans  le  repli  cardinal. 

e.  Une  échancrure  triangulaire  entre  les  bords  in- 
térieurs de  ces  fossettes  ,  qui  forment  deux  dents 
assez  fortes. 

f.  La  cloison  ventrale  (  septum  ventrale  )  détacbée 
du  sternum,  peu  apparente. 

10.)  Terebratula  Fischeri  Rouill.  (non  (TOrb.) 

(Fig-  14-) 

Terebratula  Fischeri  Rouill.    1843.    (*) 

Terebratula  Fischeri   Rouill.    1843.   Bull.   d.  M.   1843.  p.  808. 
Terebratula  Fischeri  des   Moscovites,    de    Buch.    Bull.   d.   M. 
184G.   N°   III.    p.  250. 

Terebratula  Fischeri  Rllr.   Bull.    1846.   pi.   B.   f.    15. 

Charnière  parfaitement  distinguée  par  la  valve  ven- 
trale. 1.1  suffit  du  reste  de  jeter  un  coup  d'oeil  sur 
les  figures  grossies  que  nous  ajoutons. 

Le  même  type  se  répète  avec  quelques  change- 
ments dans  la  : 

11.   Terebratula  pentatoma  Fisch. 

Rouill.    Bull.    1846.    p.  445.   pi.   B.   f.   14. 

Nous  n'avons  que  la 

(*)  C'est  sous  ce  uom  que  nous  avons  communiqué  à  Mr. 
de  Buch  la  figure  de  notre  espèce  dans  un  envoi  de  fossiles 
que  la   Société  a  fait  à  ce   savant. 

c26+ 


392 

A.   Valve  ventrale. 
(  Kg.  15.  ) 

a.   Canal  marginal  faiblement  accusé. 

/;.  Fossettes  articulaires,  échancrure  sternale,  cloi- 
son ventrale,  comme  dans  l'antécédente,  à  l'exception 
du  sternum  qui  est  nul. 

c.  Deux  surfaces  marquées  de  stries  transversales 
à  l'extérieur  de  réchancrure  sternale. 

En  jetant  un  coup  d'oeil  rétrospectif  sur  les  dé- 
tails que  nous  venons  de  donner,  et  en  y  ajoutant 
quelques  autres  ,  puisés  chez  les  auteurs  classiques, 
on  arrive  à  plusieurs  conclusions  générales  concer- 
nant la  charnière  des  térébratules  : 

1.  La  charpente  osseuse  ,  appelée  charnière  est, 
sinon  toujours  du  moins  souvent,  composée  par  un 
repliement  du  test  même,  qui  entre  dans  l'intérieur 
de  la  coquille  par  le  bord  cardinal. 

2.  Les  charnières  varient  très  sensiblement  sui- 
vant deux  types  distincts,  qui  vont  se  prononçant 
surtout  sur  la  valve  ventrale. 

Premier    type. 
A.   Valve  dorsale. 

A  la  partie  intérieure  de  Faréa  s'attachent  deux 
dents  très-fortes  ,  souvent  lamelleuses  à  leurs  extré- 
mités, qui  sont  soutenues  par  des  lames  verticales  à 
la  valve  dorsale. 

B.   Valve  ventrale. 

Un  disque  élargi  s'attache  à  la  partie  cardinale  mé- 
diane   de    la  valve     ventrale    et    supporte    les     deux 


393 

dents  cardinales  ,  ainsi  que  quelques  parties  du 
système  apophysaire,  c.  à.  d.  les  apophyses  du  dis- 
que sternal  appartenant  à  la  charnière  et  ayant  le 
but  de  soutenir  la  charpente  osseuse  du  système 
apophysaire.  Voyez  pour  ces  détails  la  superbe  plan- 
che de  Buch.   Térebr.   Tb.  I.  f.    13.   14. 

3.  Les  lames  de  soutien  des  dents  de  la  valve  dor- 
sale descendent  quelquefois  perpendiculairement  à  la 
valve  dorsale,  c'est  alors  que  les  auteurs  disent  que 
les  térébratules  n'ont  que  deux  dents. 

4.  G  es  lames  de  support,  au  lieu  de  descendre  ver- 
ticalement, peuvent  aller  obliquement  en  diagonale  à 
la  valve  ventrale  et  affecter  de  nouveaux    caractères. 

5.  Leurs  parties  inférieures  sont  assez  prononcées 
pour  continuer  en  convergeant  vers  le  sept  médian 
dorsale  et  se  diriger  depuis  en  divergeant.  Cet  ar- 
rangement a  beaucoup  de  rapport  avec  l'organisation 
interne  du  genre  Pentamcrus  et  du  Choristites  Mos- 
quensis.  Aussi  la  valve  dorsale  en  a-t-elle  été  compa- 
rée aux  coquilles  de  ce  genre  par  de  Verneuil  (*)  Selon 
ce  même  auteur,  M.r  King,  directeur  du  Muséum  de 
Neucastle,  propose  d'en  faire  un  genre  Camerophoria 
(**),  qu'il  a  étudié  sur  la  T.   Schlotheimii  de  Buch. 

6.  ïl  n'y  a  que  deux  dents  cardinales  dorsales  et 
deux  cardinales  ventrales,  car  les  deux  ventrales  res- 
tantes sont  fausses  c.  à.  d.  n'entrent  pas  dans  des 
facettes  correspondantes  de  la  dorsale. 

7.  La  dorsale  peut  avoir  deux  dents,  ses  lames 
de  soutien  présentent  deux  dents  inférieures  et  qua- 

(*)  Russ.  II.   p.   102. 
(**)  Ibid. 


394 

tre  facettes  articulaires  pour  loger  les  dents  ventrales. 
Le    type  de  cet  arrangement  est  la  T.  scabra  Fisch. 

Second  type. 

A.  Valve  dorsale. 

Deux  dents  attachées  à  l'aréa  et  fortement  res sor- 
tantes, munies  souvent  à  leurs  extrémités  de  créne- 
lures  sériales. 

Les  supports  dentaires  sont  perpendiculaires  à  la 
dorsale  et  ne  présentent  aucun  caractère  distinct. 

B.  Valve  ventrale. 

Deux  facettes  articulaires  et  deux  dents  cardinales  ; 
deux  apophyses  en  cuilleron  ;  absence  du  disque 
sternal  remplacé  par  une  échancrure  sternale.  Systè- 
me cardinal  détaché  du  système  apophysaire. 

9.  En  consécnience  si  nous  voulions  résumer  les 
faits  énoncés  ,  nous  aurions  le  tableau  suivant  des 
groupes  des  térébratules ,  rangées  d'après  leur  ca- 
ractères essentiels: 

Type  premier.  Type  second. 

Terebratula  Rllr.  Rhynchonella  Fisch.  Pdlr. 

Valve     à     deux     ou     quatre  Valve  dorsale,  dans   ce  grou- 

dents  cardinales,  souvent  rem-  pe  comme  dans  l'autre,  à  deux 
place'es  par  deux  dents  cardi-  dents  aréales  fortement  pro- 
nales  réelles,  et  deux  inférieu-  noncées.  Valve  ventrale  à  deux 
res  non  engrenantes.  dents   et  deux  facettes    articu- 

laires.    Le    cuilleron  de  celle- 
ci,  posé  au  dessus  de   la   facette 
articulaire,  destiné  à  loger  des 
parties  internes  de  l'animal. 
Disque    sternal     de    la    valve  Disque   sternal  remplacé  par 

ventrale  prononcé.  une  échancrure  sternale. 


39 


.) 


Coquille    non   plissée  c.  à.  d.  Coquille     à     plis    longitudi- 

lisse  ou    portant  des  plis   Ion-     naux,  à   bord  plissé     (Fischer) 
gitudinaux  non  aigus.   Le  bord     Plicatœ   de    Buch. 
des  valves  non  plissé  ^Fischer). 
Non  plicatœ   de   Buch. 

Système  cardinal   faisant  par  Système  cardinal  détaché  du 

ces  apophyses  inférieures  corps      système   apophysaire. 
avec  le   système   apophysaire. 

Test    composé    de     filaments  Test    composé    de    filaments 

longitudinaux  et   obliques,   en-  longitudinaux  ou  obliques   non 

tre  lesquels  les  espaces  forment  espacés    par     des     pores  régu- 

des  pores  réguliers  (test  poreux  liers. 
des  auteurs). 

Coquille  appartenant     enco-  Coquille   exclusivement    fos- 

re  à  la  faune    actuelle.  sile. 

Coquille     appartenant     aux  Coquille     appartenant      sur- 
périodes :   carbonifère,   dévoni-  tout  au  silurien,   au    lias   et    à 
enne,  jurassique  supérieure  et  l'oolite  inférieur  et  moyen, 
tertiaire. 

Le  genre  Terebratula  embrasse  au  moins  trois  di- 
visions : 

I.  Térébratules  proprement  dites.  Il  faudra  ranger  ici: 

a.  T.   bullata  S. 

b.  T.  truncata. 

Buch.   Térébrat.   pi.  I.  f.    13.   14. 

c.  T.   vitrea.  Ibid.  f.  23. 

II.  Seconde  division  Nous  rapportons  à  ce  groupe  la 
a.   T.  scabra    Fisch.    Faudra-t-il    placer    ici    la  T. 

elongata    Schloth.   qui  a  le  même  caractère  à  la  val- 
ve ventrale?  Yoy.   de  Yerneuil  Russ.   11    p.  66.  61. 
III    Camerophoria  de  King.  On  rangera  ici  : 

a.  T.  luna  Fisch. 

b.  T,  Schlotheimu  de  Buch. 


396 

Voyez   de  Vemeuil.  Russ.  II.  p.    101.   pi.   V11I.  f.  4. 

c.   T.  superstes  de  Vemeuil. 
Ibid.  p.  104.  pi.  VIII.  f.  5. 

Ce  tableau  met  en  évidence  que  les  Térébratules 
sont  distinguées  des  Rhynchonnelles :  Ie  par  le  habi- 
tas général ,  2e  par  la  structure  du  test  ,  3e  par  le 
système  cardinal,  4,  par  le  système  apophysaire,  et  5e 
par  le  rapport  aux  périodes  de  la  vie  animale  sut"  la 
terre.  Ces  caractères  sont  suffisants  pour  maintenir  des 
groupes  génériques  admis  dans  beaucoup  de  bivalves. 

Nota  1.  Nous  ne  sentons  que  trop  bien  que  la  subdivision 
que  nous  admettons  dans  les  Térébratules  Brug.  Lara,  est 
loin  d'être  aussi  naturelle  qu'on  le  pourrait  désirer  (  *  )•  Mais 
c'est  là  un  inconvénient  de  tous  les  genres  des  Brachiopodes  ; 
qu'on  lise  le  travail  classique  de  Vemeuil  inséré  au  second  vo- 
lume de  Russia,  et  on  s'en  convaincra.  Ce  savant  naturaliste 
en  discutant  la  valeur  des  diverses  classifications  des  Brachi- 
opodes, dit  (**)  «  Diviser  toutes  les  coquilles  térébraluliformes 
en  quatre  ou  cinq  genres,  c'est  à  la  fois  trop  ou  trop  peu  ; 
c'est  trop  si  l'on  veut  n'avoir  que  des  genres  nettement  circons- 
crits et  limités,  c'est  trop  peu  si  l'on  a  pour  but  d'établir  des 
coupes  naturelles  qui  correspondent  aux  principales  modifica- 
tions que  présente  cette  classe  d'animaux  ,  mais  offrant  des 
passages  les  uns  aux  autres.  »  Aussi  de  Vemeuil  divise-t-il  les 
Brachiopodes  en  dix  genres.  Nous  dirons  presque  la  même 
chose  des  Térébratules  qui,  même  après  l'élémination  des  genres 
Strygocephalus,  Pentamerus,  et  Syphonotreta,  contiennent  en- 
core 1 80  espèces.  (***)  Cette  circonstance  à  elle  seule  suffit  pour 
justifier  le  démembrement  des  Térébratules.  Agassiz  dit,  en  trai- 

C)    Ainsi   la    T.    grandis     (  Broun   Leth.   pi.  39.  f.      19  )    fait 
par  la  charnière  passage  entre  ces  subdivisions. 
(")   L.  c.  p.    41. 
[**")  De   Verneuil   1    c    p.  48. 


3J7 

tant  du  genre  Venus  (*):  Je  ferai  seulement  remarquer  que, 
même  après  la  séparation  des  Cytherées  de  Venus,  ce  genre 
compte  encore  un  nombre  si  considérable  d'espèces,  que  l'on  est 
naturellement  porté  à  accueillir  toute  subdivision  basée  sur  quel- 
que caractère  constant,  alors  même  que  ce  caractère  ne  rélève- 
rait pas  de  partiesessentielles.»  Cette  subdivision  en  deux  gen- 
res est  toutefois  si  naturelle,  qu'elle  a  été  faite  par  plusieurs 
auteurs  ,  et  entre  autres  par  de  Fischer  (  1809),  de  Bucli  et 
de  Verneuil.  Que  Ton  place  à  la  vérité  devant  les  yeux  la 
T.  perovalis,  la  T.  Fischeri,  ou  la  T.  trilobata.  Il  reste  donc 
seulement  k  savoir  si  l'on  peut  élever  ces  groupes  à  des  genres 
distincts,  c'est   ce  que   des  recherches    ultérieures    décideront. 

Nota  2.  Nous  donnons  aux  Rhynchonelles  un  sens  bien  plus 
vaste  que  l'auteur,  M.r  de  Fischer,  n'y  attachait  lui-même.  Ce- 
pendant nous  nous  faisons  un  devoir  de  rétablir  ce  nom  comme 
étant  le  plus  ancien  ,  et  comme  le  correspondant  de  notre 
groupe.  En  1809  M. r  de  Fischer  disait.»  Les  térébratules  à  lo- 
bes intermédiaires  si  allongés,  qu'il  en  résulte  la  forme  d'un 
bec,  sont  des  Rhynchanelles.  La  pointe  du  bec  est  avec  le  trou  du 
sommet  dans  le  même  plan.  11  n'y  a  point  de  doute  que  ces 
coquilles   forment   un    genre  distinct  parles  caractères    suivants: 

«  Coquille  bivalve,  régulière,  h  valves  inégales  se  fixant  par  un 
ligament  ou  un  tube  court,  la  plus  petite  valve  perforée  a  son 
sommet  peu  proéminent    non  recourbée;  charnière  a.  .  .  .   dents.  , 

M.r  de  Fischer  rapportait  à  ce  genre  1)  la  Terebratula  loxice* 
2)  la  Rhynchonelle  canard,  Encyclopédie  T.  255,  fig.  6.  a  b. 
c.   3)   Rhynchonelle  aigle,   Encycl.    T.    246.    f.    1.  a.    b. 

11  est  évident  qu'en  rétablissant  ce  genre,  nous  lui  donnons 
un  sens  plus  vaste  et  des  limites  plus  précises.  C'est  un  tri- 
but d'estime,  que  nous  nous  empressons  de  rendre  aux  récher- 
ches    suivies  de    nôtre    vénérable    précepteur.     L'un    de  nous  a 


(*  )  Iconog.  des  coq.    tert.   réputées  identiques  avec  les  espèces 
vivantes   etc.  N.   IMém.   d.  1.   Soc.  Hclvct.  d.  Nat.    1845.   p.   28. 


398 

présenté  ce  genre  à   la  Société  ,     lors  de  la  Séance  du   19  Sep- 
tembre 1846. 

Nota  3.  Nous  avons  appris  par  le  N°  659  (19  Août,  1846)  de 
Y  Institut,  qui  nous  est  parvenu  dans  les  dernières  semaines  de 
la  même  année,  que  le  docteur  Morrhis  a  communiqué  à  la  So- 
ciété Géologique  de  Londres,  lors  de  sa  séance  du  22  Avril,  un 
travail  sur  la  subdivision  du  genre  Terebratula.  Après  avoir 
examiné  les  subdivisions  de  ce  genre  établies  par  Lamarck,  de 
Blainville,  Phillips  et  de  Buch  ,  après  avoir  mentionné  ensui- 
te les  recherches  du  Dr.  Carpenter  sur  la  structure  des  co- 
quilles, l'auteur  adoptant  la  manière  de  voir  de  ce  dernier  sur 
l'importance  de  la  ponctuation  de  la  surface  de  ces  coquilles, 
établit  qu'en  séparant  les  deux  formes  générales  qui  existent 
parmi  les  Térébratules,  celles  à  têt  plissé  et  celles  à  têt  lisse 
on  trouvera  que  la  majorité  des  dernières  ont  un  bec  tronqué 
et  la  coquille  ponctuée,  et  que  d'un  autre  coté  le  nombre  plus 
considérable  d'espèces  plissées  ont  un  bec  aigu  et  la  structure 
non  ponctuée.  L'auteur  applique  à  chacune  de  ces  divisions 
les  noms  Epithyrïdœ  et  Hypotliyridce,  expressions  suggérées 
par   M.r  Phillips. 

IV. 

GASTÉROPODES. 

Le  second  étage  est  devenu  de  nos  jours  assez 
riche  en  univalves  de  forte  taille,  du  moins  plus  ri- 
che que  les  deux  autres.  Ces  coquilles  appartiennent 
de  préférence  à  deux  genres,  Turbo  et  Pleur olomar la. 

M.  cTOrbigny  en  a  décrit  un  bon  nombre  ;  en 
traitant  des  mêmes  espèces,  nous  n'indiquerons  que 
les  caractères  non  mentionnés  par  cet  auteur,  ou  ceux 
qui  sont  un  peu  modifiés  sur  nos  exemplaires. 

(  *  )   Bull.   d.    M.   1846. 


399 

12.  Turbo   Iazikovianus  cVOrb. 

Turbo  Iasikofianus  d'Orb.  Russia  II.  pag.  451.  pi.  37.  f.  19-20. 

C'est  l'espèce  la  plus  commune  (  Rouillier  Bull. 
1846.  pi.  G.  f.  23.  grossie  (*). 

13.  Turbo  Meyendorfh  d'Orb. 

Turbo  Meyendorfii  d'Orb.   Russ.   II.  p.  450.  pi.  37.  f.    17—18. 

Commune  clans  le  second  étage  à  Khoroschovo. 
Dans  les  exemplaires  bien  conservés  les  tours  con- 
vexes sont  carinés  de  4  lignes  élevées,  qui  présentent 
des  tubercules  très  prononcés  surtout  sur  la  côte  infé- 
rieure. Entre  celle-ci  etlatrosième  s'en  intercale  une 
accessoire  plus  faiblement  marquée  que  les  trois  au- 
tres. Elle  ne  parait  qu'intercalée  entre  la  première  et 
la  troisième  dont  l'espace  est  plus  large  qu'entre  les 
restantes.  Aussi  cette  côte  disparait-elle  avec  l'âge, 
ou  sur  les  exemplaires  mal ,  conservés,  de  sorte  que 
chaque  tour  ne  présente  plus  que  trois  côtes  ,  et 
cette  espèce  est  alors  tellement  voisine  de  l'an- 
técédente qu'il  n'y  a  que  l'absence  de  tubercules 
sur  la  côle  supérieure  ,  qui  puisse  distinguer  celte 
dernière  ;  encore  ce  caractère  n'a-t-il  qu'une  valeur 
très  secondaire,  car  nous  avons  des  Turbo  Iazikovi- 
anus, qui  présentent  des  tubercules  faiblement  indi- 
qués sur  la  dernière  côte.  Ces  tubercules  en  géné- 
ral sont  formés  dans  cette  espèce,  comme  dans  tous 
nos  Turbo,  par  la  réunion  de  deux ,  rarement  de 
trois  côtes  linéaires,  longitudinales;  plus  souvent  en- 
core la  troisième    vient  aboutir    entre  deux   tubercu- 

(**)  Il  est  à  remarquer  que  plusieurs  univalves  du  travail 
cité  ont  été  renversées  par   le   lithograpbe. 


400 

les.  Chaque  tubercule  a,  dans  la  direction  de  la  côte 
tranversale,  plus  de  deux  fois  le  diamètre  de  l'espace 
qu'il  occupe  dans  la  direction  de  la  longueur  du  fos- 
sile. Pour  la  même  raison  les  côtes  inférieures  ont 
des  tubercules  plus  prononcés  que  les  supérieurs,  ou 
plutôt  les  premiers  sont  plus  distinctement  interrom- 
pus, incisés.  Les  côtes  longitudinales,  sont  ordinaire- 
ment plus  saillantes  et  par  conséquent  les  tours  plus 
anguleux,   que  ne  le  présente  la  figure  d'Orbigny. 

L'angle  spiral  comme  l'indique  cet  auteur ,  est 
presque  le  même  dans  ces  deux  formes  voisines. 
Appelons  cette  variété  de  fossile  —  T.  Meyendorfii 
var,  secundaria  (Fig.   16). 

14.)  Turbo  Puschtanus    d'Orb. 

Turbo  Puschianus  d'Orb.  Rus  si  a.  II.  p.  450.  pi. 
37.  f.  15-16. 

Forme  très  distincte  même  au  premier  abord  par 
les  tours  plus  arrondis,  plus  nettement  limités,  les 
côtes  longitudinales  plus  élevées  et  plus  nombreuses, 
et  l'angle  spiral  plus  ouvert,  caractères  déjà  indiqués 
par  M.   d'Orbigny. 

Nous  avons  devant  nous  une  variété  (  T.  Pu- 
schianus var.  secundaria  Fig.  17  ).  à  six  côtes  lon- 
gitudinales au  lieu  de  cinq,  comme  l'indique  l'au- 
teur de  la  Paléontologie  Frainçaise;  les  deux  côtes  in- 
férieures présentent  des  tubercules  distincts  ;  dans 
les  autres  ils  sont  confluents  ;  les  lignes  transversales 
sont  disposées  de  même  que  dans  les  espèces  précé- 
dentes.] Serait-ce  une  raison  suffisante  pour  séparer 
celte  forme  comme  une  espèce  particulière? 


401 

Enfin  i  ous  croyons  devoir  ajouter  une  nouvelle 
forme  du  même  étage  et  de  la  même  localité: 

15.)  Turbo  Panderiakus  n. 
(Kg.  18.) 

Coquille  imperforée,  à  peine  plus  haute  que  large, 
spire  formée  d'un  angle  régulier,  composée  de  (4  sur 
nos  exemplaires  )  tours  à  peine  convexes,  ornés 
de  4  côtes  dont  les  deux  inférieures  sont  distincte- 
ment tuberculeuses;  le  dernier  en  offre  treize;  bou- 
che obronde. 

Voisine  des  formes  antécédentes  quant  à  l'ornement 
du  test,  celte  espèce  s'en  distingue  et  surtout  du 
Turbo  Iazikovianus  et  du  T.  Meyendorfii,  par  les  tours 
bien  moins  convexes  et  l'angle  spiral  bien  plus  ouvert. 

Nous  aurions  en  conséquence  dans  le  second  éta- 
ge 6  formes  de  Turbo  voisines,  qui  dans  certains 
cas  ne  se  laissent  distinguer  que  par  une  côte  de 
plus  ou  de  moins,  caractère  certainement  très  minime, 
auquel  vient  en  aide  l'ouverture  de  l'angle  spiral, 
qui  est  toujours  constante,  et  par  conséquent  très  im- 
portante dans  l'accroissement  des  coquilles  univalves, 
comme  l'ont  démontré  par  des  recherches  exactes 
Neumann  de  Freyberg,  Elie  de  Beaumonl,  d'Orbigny. 

Côtes   longitudinales 
trois, 

angle   spiral  53°  — 1.   T.  Meyendorjli  var.  se- 

cundaria. 
n  »  55°  —  2.    T.  Jazikovianus. 

quatre, 

angle  spiral  53°  — 3.    T.   Meyendorjii. 
n  n  62°  —  4,  T.  Panderianus, 


402 

cinq, 

angle  spiral  60°  — 5.  T.  Puschianus. 
six.  Angle  spiral   60°      6.  T.  Puschianus    var.    se- 

cundaria. 
Nota.  Le    T.   bipartitusRouill.  (Bull.    M.    1846.  pi.  C.    f.    15.) 
appartient  au  premier   étage,    et  le     T.  Eichwaldianus    Rouill. 
(Ibid.    f.    14)   au  troisième. 

16.)  Buccinum  INCERTTJTM  d'Orb. 

(Fig.   19.) 

Buccinum   incertain   d'Orb.  Russia.  II.  p.  453.  pi.  38.  f.  6.  8. 

Nous  ne  connaissons  que  le  inouïe  mutilé  de  cette 
espèce,  très  distincte  de  toutes  nos  autres  univalves 
jurassiques. 

Coquille  épaisse;  les  tours  très  convexes,  augmen- 
tant peu  en  longueur,  recouverts  de  côtes  élevées 
transversales  largement  espacées.  L'ombilic  marqué, 
un  peu  perforé.  Bouche  ovoïde.  Distinct  de  tous  les 
univales  du  second  étage  par  les  côtes  transversa- 
les, notre  espèce  diffère  encore  du  Buccinum  incertum 
d'Orbigny  du  troisième  étage  en  ce  que  les  tours 
de  ce  dernier    s'élargissent  moins  rapidement. 

Gis.   et  hoc.   Second  étage  à  Mnëvniki. 

17.)    Pleurotomaria   Orbigniana    n.  sp. 
(Kg.  20.) 

Coquille  presque  aussi  large  que  longue;  spire  for- 
mée d'un  angle  régulier;  tours  convexes,  recouverts 
d'un  réseau  très  mince  et  régulier  formé  par  le  croi- 
sement un  peu  oblique  de  lignes  transversales  et  longi- 


403 

tudinales.  Chaque  tour  présentant  de  plus  :  1.  une 
rangée  de  tubercules  ridés,  transversaux,  qui  bordent 
les  contours  du  tour  précédent  et  y  forment  un  gra- 
din; 2.  une  carène  élevée  sur  le  milieu  du  tour,  lais- 
sant distinguer  trois  lignes  longitudinales  plus  forte- 
ment prononcés  que  les  autres.  La  partie  inférieure 
de  cbaque  tour  est  déprimée  sous  un  angle  presque 
droit  au  plan  extérieur,  et  présentant  le  même  des- 
sin de  lignes  croisées,  dont  les  longitudinales  cepen- 
dant sont  les  plus  fortes.  Ouverture  buccale  subqua- 
drangulaire ,  déprimée . 

Ouverture  de  l'angle  spiral  85°. 

Longueur  du  dernier  tour    8y//. 

18.)  Trochus   monilitectus    PhilL 
(Kg-  21.) 

Trochus  monilitectus   Phill.    York.   II.   pi.  9.   f.    33. 

Coquille  à  peine  plus  longue  que  large,  conique. 
Spire  formant  un  angle  régulier,  composé  de  (7) 
tours  non  convexes  ,  ornés  en  long  de  5  côtes 
tuberculeuses,  dont  la  dernière  descend  vers  le 
tour  suivant  en  gradin.  Entre  les  cinq  côtes  prin- 
cipales en  apparaissent  cinq  plus  minces,  tuberculeu- 
ses et  ondulées,  comme  les  précédentes.  Les  tu- 
bercules et  leurs  ondulations  se  correspondent  exac- 
tement, et  par  leur  réunion  générale  il  se  forme  de 
petites  côtes  transversales,  qui  traversent  les  tours.  Le 
dernier  tour  est  recouvert  en  dessus  de  15  à  17 
sillons,  assez  irréguliers.  L'ombilic  non  marqué.  Bou- 
che quadrangulaire. 


404 

Ouverture  de  l'angle  spiral    57°. 
Longueur  totale  51/ „'". 
Longueur  du  dernier  tour  ^}/^". 
Largeur   4'". 

Gis.  et  Local.  Troisième  étage  à  Galiovo  (Povschi- 
no  idem). 

Nota.  Nous  avons  trouvé  à  Galiovo  le  Buccinum  Keyserlin- 
gianum  Rouill.  (Bull.  1846.  pi.  C.  f  5)  d'une  taille  très  forte. 
Longueur  S1  /J".  Nous  ajoutons  le  dessin  de  son  test  fortement 
grossi   (Fig.  22.) 

19.)     R.OSTELLARIA    TRIFIDA    PllUl. 

Rostellaria  trifida  Phill.  Rouil.   Bull.   1846.   IL    pi.   C.  f.   7. 

On  a  déjà  remarqué  que  notre  espèce  ne  peut 
être  rapportée  au  fossile  décrit  par  Phillips  qu'avec 
beaucoup  de  doute,  la  description  et  la  figure  de  ce 
dernier  étant  fort  incomplètes.  Elle  est  encore  voi- 
sine de  Chenopus  Phillppi  (Koch  et  Dimcker,  Bei- 
troege  r.  d.  Nord.  Oolit.  Braunschweig  1837  p.  34. 
T.  2.  f.  13.),  de  laquelle  on  ne  saurait  la  distinguer 
que  par  le  manque  d'un  troisième  prolongement  di- 
gitiforme  au  labre  droit.  On  devra  peut  être  rap- 
porter notre  espèce  au  genre  Chenopus  établi  par 
Philippi  (Fauna  Molluscorum  regni  utriusque  Sicilia?, 
Hallœ  Saxonun  1844.  p.  184  ).  Coquille  tourri- 
forme  ;  les  tours  fortement  carinés  ,  longitudinale- 
ment  très  distinctement  striés  ;  ces  stries  apparais- 
sent surtout  vers  les  bords  du  prolongement,  qui  sont 
même  un  peu  rélevés.  Le  dernier  tour  j>résente 
deux  carènes,  dont  chacune  passant  au  labre  droit 
se  prolonge  en  épine  digitiforme  ,    recourbée  vers  le 


405 

sommet  de  la  coquille.  Le  canal  de  l'ouverture  for- 
me un  prolongement  recourbé  vers  le  labre  gauche, 
et  c'est  là  le  seul  caractère  qui  distingue  notre  exem- 
plaire de  celui  décrit  dans  le  Bulletin.  L'ouverture  de 
notre  exemplaire  est  recouverte  par  la  roche. 

Gis.  et  Loc.  Troisième  étage  à  Galiovo  (Povschino 
idem),   et  entre  Mnèvniki  et  Chélépikha. 

20.  Murex  Pcschianus  ii.  sp. 
(Fig-  23.) 

Testa  oblonga,  subturrita,  triangulata ,  subventri- 
cosa,  varicibus  tribus  cardinalibus,  laevibus  et  nudis, 
varice  interstitiali  unica,  subaparente;  longitudinaliter 
multiplicata;  columella  et  labio  paulum  undatis,  rec- 
tis,  plicis  obsoletis  ;  labro  paulum  producto,  inflato  , 
introrsum  reverso;  apertura  oblonga;  canali  ultimum 
anfractum  longitudine  adaequante  ,  longiori ,  recto, 
nudo,  simplici. 

Cette  coquille  élégante,  fracturée,  appartient  au 
genre  Murex,  limité  par  Pusch  (  Polen's  Paleont.  p. 
133 — 134),  à  la  subdivision  des  Murices  nudi  canali 
longiori  (Brouta  Monf.   ex  parte). 

Longueur  du  dernier  tour  2'". 
Largeur  ibid.  lx/'". 

Gis.   et  Loc.  Trosième  étage  à  Galiovo. 

UJcteon  cincta  (Rouill.  Bull.  1846.  pi.  C.  f.  17), 
YÀcteon  elongata  (Ibid.  f.  16)  sont  du  premier  étage. 
Du  troisième  sont:  la  Turitella  Fahrenkohlii  (  Ibid, 
f.  4),  la  Turitella  Kiréieviana  (Ibid.  f.   8),  la  Turitella 

7Y°  IL  1847.  27 


406 

Jazikoviana  (  Ibid.  f.l.  ),  le  Cerlthium  asperum  (Ibid. 
f.   2.)  el  le   Buccinum  laevc  (Ibid.  f.   6). 

V. 

ACEPHALES. 

21.  22.)    Panopaea  peregrina  d'Orb. 

P.  peregrina  d'Orb.   Russia  II.    p.   468     pi.   XL.  f.   10  —  12. 

Coquille  très  élégante,  caractérisée  surtout  par  des 
points  élevés,  disposés  en  lignes  rayonnantes,  et  dé- 
crite par  d'Orbigny.  Nous  ne  remarquons  pas  cepen- 
dant sur  notre  exemplaire,  que  la  valve  gauche  soit 
plus  élevée  que  l'autre,  comme  le  dit  cet  auteur,  au 
contraire  elle  ferme  très  justement  en  avant  des  cro- 
chets. Le  bâillement,  assez  faible,  ne  commence  qu'en 
arrière  de  ceux-ci ,  le  bord  palléal  est  fermé  jus- 
qu'à l'extrémité  anale.  Ajoutons  encore,  que  la  co- 
quille est  sensiblement  déprimée  sur  le  milieu  des 
crochets,  ce  qui  est  marqué  par  une  évasion  sur  la 
région  p  allé  aie. 

La  structure  du  test  présente  un  caractère  re- 
marquable. Sur  la  couche  extérieure  aussi  bien  que 
sur  les  internes,  on  voit  des  enfoncements  prononcés, 
tantôt  obronds  et  isolés,  tantôt  réunis  sous  forme 
de  sulcatures  ,  qu'on  ne  saurait  mieux  comparer 
qu'aux  sillons  tortueux  que  l'eau  forme  sur  le  li- 
mon des  rivières,  lacs  etc:  Ce  caractère  cependant 
n'intéresse  pas  toute  la  surface  des  valves,  mais  se 
trouve  irrégulièrement  limité  au  milieu  de  leur  sur- 
face lisse. 

Les  enfoncements  sont  encore  augmentés  par  les 
points  fracturées,   des  lignes  rayonnantes  qui  présen- 


407 

tent  alors  des  points  concaves,  disposés  en  lignes 
droites,  rayonnantes.  Les  points  élevés  des  lignes 
sont  en  conséquence  creux  à  leur  intérieur. 

Nous  distinguons   dans  nos  exemplaires    de    Pano- 
paea  plusieurs  qui  présentent  de  légères  modifications: 
lmo,  Taille  plus  forte:  longueur  2"  2'",    épaisseur  \" 
X1'4,  largeur    1"    3^'".    2do,     Crochet    respectivement 
plus  ressortant,     évasion  palléale  nulle,    bord   palléal 
plus  convexe,   extrémité  anale  plus  brusquement  tron- 
quée ;  3e,  mais  le  caractère    le  plus    saillant  consiste 
dans  l'ornement  du  test.   On  y  voit  de  même  les  en- 
foncements tortueux,     mais  pas  la  moindre   trace    de 
points  élevés,  rayonnants,    qu'on    devrait  encore  dis- 
tinguer lors  même  qu'il  seraient    brisés  par    le    frot- 
tement. Au  contraire  le  test  présente  des  lignes  peu 
apparentes,     élevées  ,    rayonnantes,  onduleuses,     qui 
recouvrent  toute  la  valve;  les  intervalles  sont  à    pei- 
ne plus  larges    que  les  lignes.   On  ne    saurait    mieux 
comparer    ces    ornements  qu'avec    les  traces  que    le 
doigt  laisse  sur  un  corps  mou.    Serait-ce    une  variété 
d'âge  (  P.  peregrina  var.   adulta  1  )    ou    bien  une    es- 
pèce distincte  (P,   Orbigniana  n.    Fig.  24)  ? 

23.)   Opis  lunulata   Sow. 

(  Kg.  25.  ) 

Opis  lunulata  Sow  (sp.)  pag.    279.    pi.  332.  f.     1  —  5.  (Cardita) 
?  Opis  (Cardita)  similis  Sow.   Ibid.   f.   6—8. 

C'est  la  première  espèce  de  ce  genre  distincte-r 
ment  connue  dans  notre   jura. 

Coquille  pyriforme,  très  fortement  bombée.  L'ex- 
térieur des  valves   divisé  en  deux  plans  par    une    li- 

27* 


408 

gne,  qui  du  haut  des  crochets  passe  à  l'angle  posté- 
ro-inférieur  de  la  coquille.  Le  plan  antérieur,  per- 
pendiculaire au  postérieur,  passe  à  la  surface  anté- 
rieure ou  au  bord  buccal  sous  un  angle  arrondi  et 
se  déprime  sensiblement  pour  former  la  facette  an- 
térieure, cordiforme,  large  et  très  courte.  La  plus 
forte  largeur  des  crochets  fortement  involvées  et  di- 
rigés  en  avant,  se  trouve  sur  le  plan  antérieur,  et  ne 
se  relève  un  peu  que  pour  former  la  circonférence 
arrondie  de  la  facette  postérieure,  moins  large  et 
cordiforme,  plus  longe  et  plus  ovale  que  l'antérieure. 
Tous  les  contours  des  deux  facettes  passent  au  reste 
de  la  coquille  par  des  surfaces  arrondies.  La  char- 
nière reste  inconnue;  il  se  pourrait  donc  que  l'espèce 
appartint  à  un  genre  voisin.  La  plus  forte  épais- 
seur se  trouve  au  milieu  de  la  coquille,  un  peu  au 
dessus  de  l'extrémité  inférieure  de  la  facette  anale, 
relevée  en  angle,  postéro-supérieur  On  distingue  en- 
core deux  autres  angles,  le  posléro-inférieur,  qui  est 
presque  droit,  et  l'antéro-inférieur  qui  est  arrondi 
et  posé  immédiatement  sous  l'extrémité  des  crochets. 
Les  jeunes  individus,  comme  ceux  du  Bulletin,  ont  le 
crochet  moins  prolongé,  la  facette  anale  prolongée 
jusqu'à  la  cinquième  partie  inférieure  ,  tandis  que 
dans  les  plus  âgés  elle  n'en  atteint  que  la  moitié;  le 
prolongement  du  plan  postérieur,  pour  former  la 
circonférence  de  la  facette  anale,  moins  prononcée; 
l'angle  postérieur  enfin  plus  arrondi.  Le  bord  in- 
térieur distinctement  crénelé. 

Gis.  hoc.   Second  étage  à  Khorochovo,  où  elle    est 
cependant  très  rare,   et  ne  forme  que  des  nids. 


400 

Remarque.  Sowerby  rapporte  cette  espèce  au  gen- 
re Cardita;  depuis  Defrauce  rangea  ce  fossile  dans 
le  groupe  Astartidœ  et  en  fit  un  genre  distinct,  Opis, 
Malheureusement  nous  n'avons  pu  distinguer  sur  nos 
exemplaires  ni  les  traces  du  troisième  muscle,  ni  les 
dents  cardinales.  Sowerby  décrit  une  forme  très 
voisine,  C.  similis,  si  toutefois  son  exemplaire  n'est 
pas  le  jeune  âge  du  premier  fossile.  Roemer  figure 
(Oolit  pi.  XIX.  f.  5)  une  forme  qu'il  appelle  dans 
la  table  explicative  des  figures  p.  59  :  Opis  lunulata 
Roemer  ;  mais  elle  a  une  forme  très  différente  du 
type  de  l'espèce  décrite  par  l'auteur  anglais.  Aussi 
Roemer  lui  donne-t-il  dans  le  texte  (Nacht.  z.  Oolit 
p.  36)  le  nom  de  Opis  excavata  Roem.  L'un  de  nous 
a  figuré  (*  )  le  moule  d'un  fossile  qu'il  faudra  peut 
être  rapporter  au  même  genre  quoique  vraisemblable- 
ment à  une  espèce  distincte  puisqu'il  provient  du 
premier  étage.  An  Cardita  similis  Sow.  ? 

CHARNIÈRES. 

En  décrivant  la  charnière  nous  nous  servons  des 
termes  proposés  par  Agassiz  (*).  Toute  la  surface  in- 
terne de  la  charnière  sur  laquelle  on  voit  les  dents, 
forme  la  région  cardinale.  Elle  est  limitée  supérieu- 
rement par  le  bord  cardinal  extérieur  ,  qui  porte  la 
lunule  et  le  corselet ,     et  intérieurement  par  le  bord 


(*)   Rouill.    Bull.    1846.  III.    pag.   pi.   B.  f.    12. 
(*)  Iconogr.  d.  coq.    tertiaires  etc.  N.    Mém.  d.    1.   Soc.   Hel- 
vét.    1845.    p.    12-  13. 


410 

cardinal  intérieur.  Souvent  elle  forme  un  coude  assez 
brusque  sous  la  dent  ligamentaire,  et  alors  elle  est  di- 
visée en  deux  plans,  un  antérieur  et  un  postérieur.  Les 
dents  par  leur  taille,  leur  forme,  leur  sommet  et  leur 
hase,  l'angle  plus  ou  moins  ouvert  sous  lequel  elles 
convergent  etc.  présentent  encore  un  caractère  im- 
portant. 

Passons  en  revue  les  charnières  de  plusieurs  co- 
quilles bivalves. 

24.     ASTARTE    OVATA    PllUl. 
Jstarte   ovata  Phill.    Rouil.    Bull.    1846.    11.  pi.    13.  f.    13. 

A.    Valve  droite. 

(  Fig.  26.  A.  ) 

a.  Ligament  sémiexterne  ,  à  peine  visible  lorsque 
les  valves  sont  closes  ,  occupe  un  corselet,  et  atteint 
presque  le  bord  cardinal  inférieur  ,  où  celui-ci  pré- 
sente un  sillon  pour  loger  la  dent  latérale  postérieu- 
re de  la  valve  gauche.  Nymphes  peu  accusées. 

b.  Dent  cardinale  très  forte  ,  perpendiculaire  au 
bord  cardinal  inférieur  ,  se  trouvant  immédiatement 
sous  le  sommet  du  crochet. 

c.  Fossette  cardinale  aussi  large  que  la  dent  pré- 
cédente. 

d.  Dent  ligamentaire  très  mince  à  peine  détachée 
des  nymphes. 

c.  Fossette  lunulaire  lui  cédant  à  peine  en  lar- 
gueur,  et  bordée  antéro-inférieurement  par  une  dent 
lunulaire  de  la  moitié  de  la  longueur  de  la  cardinale, 


41  i 

et  large  d'un  tiers  de  celle-ci  ,  se  perd  insensible- 
ment avant  d'avoir  atteint  le  bord  cardinal  inférieur. 
f.  Sillon  marginal  ,  occupant  la  moitié  de  la  lon- 
gueur inférieure  du  bord  lunulaire  destiné  à  loger  la 
dent  marginale  antérieure,  formée  par  la  moitié  in- 
férieure du  bord  lunulaire  de  la  valve  gauche. 

B.   Valve  gauche. 
(Fig.  26.  B.)- 

a.  Sillon  ligamentaire. 

b.  —       marginal. 

c.  Dent  marginale. 

cl.  Nymphes  très  faibles. 

e.  Fossette  ligamentaire  peu  profonde  et  peu  large. 

f.  Dent  cardinale  très  forte  en  largeur. 

g.  Fossette  cardinale. 

h.  Dent  lunulaire  formée  par  un  processus  du  bord 
lunulaire  interne. 

i.  Dent  marginale  antérieure,  formée  par  la  partie 
inférieure  du  bord  lunulaire. 

Les  dents  cardinales  et  lunulaires  évasées  à  leur 
sommet,  de  sorte  que  le  bord  lunulaire  interne  gau- 
che présente  une  échancrure  prononcée,  comme  nous 
l'avons  vu  aussi  dans  VAstarte  cordiformis. 

Toutes  les  dents  des  deux  valves  tronquées  à  leur 
base  obliquement  sur  le  bord  cardinal  intérieur. 

La  région  cardinale  en  général  courbée  sous  un 
angle  ouvert  sur  la  limite  postérieure  des  nymphes  ; 
son  plan  antérieur  formant  un  triangle  rectangle,  dont 
l'angle     droit    touche     le     sommet    du     crochet.     Ce 


4V2 

plan  antérieur  se  trouve    sur  le  tiers  antérieur  de  la 
coquille  et  surtout  sa  dent  cardinale. 

^  25.  Astarte  ovoïdes    Buch  (sp.). 

(  %  27.  ) 

Venus    ovoides   Buch.    Bronn's  Jahrb.    1845.   p.    181. 
Astarte  Duboisiana  D'Orb.  Russ.  II.   p.  455.  pi.  38.  f.  14— 17. 

La  charnière,  en  général  ,  formée  comme  dans 
l'espèce  précédente,  à  cela  près  que  la  région  car-- 
dinale  n'est  pas  si  brusquement  courbée  eu  arrière 
de  la  dent  cardinale  ;  le  canal  ligamentaire  plus  long; 
le  plan  cardinal  postérieur  plus  large,  la  dent  cardi- 
nale juste  au  milieu  de  la  valve  etc. 

a.  Fossette  liminaire.   (Valve  droite). 

b.  Dent  ligamentaire  respectivement  plus  forte  que 
dans  l'espèce  précédente,  et  dans  quelques  individus 
presque  aussi  épaisse  que  la  cardinale. 

c.  Fossette  cardinale. 

d.  Dent  cardinale  tronquée  à  son  sommet  et  à  sa 
base  comme  la  lunulaire,  mais  toutes  les  deux  n'at- 
teignent par  le  bord  cardinal  intérieur ,  contraire- 
ment à  l'espèce  précédente. 

e.  Fossette  ligamentaire  ,  un  peu  plus  étroite  que 
la  dent  précédente.  Sa  partie  supérieure  termine  un 
pli  allongé,  qui  commence  du  sommet  de  la  lunule 
et  passe  au  dessus  de  la  dent  cardinale  ,  caractère 
constant  dans  tous  les  individus. 

f.  Nymphes  très  fortes,  épaisses,  occupant  les  trois 
quarts  de  la  longueur  du  corselet  ;  sur  leur  bord  in- 
térieur la  dent  ligamentaire  disparait  parfaitement. 


413 

26.  Astarte  Panderi  Rllr. 

(Fig.    28.) 

Astarte   Panderi  Rouill.    Bull.  II.  pi.   E.  f.   7. 

Charnière  moins  solide,  région  cardinale  moins  lar- 
ge, presque  droite,  dents  en  général  faibles,  et  dans 
la  valve  gauche  une  seule  dent  bien  prononcée,  rap- 
pelant sous  ce  rapport  la  charnière  des  Lucines. 
Les  dents  tournées  par  leur  sommet  réciproquement 
sous  un  angle  beaucoup  plus  ouvert. 

A.   Valve  droite. 

a.  Dent  lunulaire  à  peine  indiquée  se  trouvant  sur 
le  bord  même  intérieur  de  la  lunule. 

b.  Sillon  marginal  extrêmement  étroit  pour  loger 
le  bord  lunulaire  de  la  valve  opposée. 

c.  Fossette  lunulaire  large,  passant  antérieurement 
en  une  fossette  marginale,  qui  au  dessus  de  la  dent 
lunulaire  présente  une  dent  accessoire ,  nouveau 
caractère  de  rapprochement  avec  les  Lucines. 

d.  Dent  cardinale  non  tronquée  à  sa  base. 

e.  Fossette  cardinale  plus  large  que  la  dent. 

f.  Bord  interne  des  nymphes  sans  trace  de  dents 
ligamentaires. 

g.  Sillon  ligamentaire  externe  occupant  presque  la 
moitié  du  corselet  et  à  peine  visible  lorsque  les  val- 
ves sont  closes. 

h.  Dent  accessoire  antérieure  sur  le  bord  cardinal. 

i.   Sillon  pour  la  dent  marginale  postérieure  gauche. 

Cette  espèce,  qui  réunit  les  genres  Astarte,  Lucina 
et  Cyprina  ,  est  très  voisine  de  la  Cyprina  Syssolae 
Keyserling.  Elle  s'en  distingue  1)  par  la  lunule  précisé- 


4\4 

ment  marquée,  déprimée,  2)  par  le  corselet  excavé, 
du  moins  davantage  que  dans  cette  dernière.  Des  exem- 
plaires bien  conservés  montrent  ces  caraclères  à  l'é- 
vidence; c'est  même  la  raison  pour  laquelle  nous 
avons  substitué  un  nouveau  dessin  à  celui  que  nous 
avions  donné  antérieurement  (Bull.  1846.  pi.  E.  f.  7.  b.) 

27.)    ASTARTE    RETROTRACTA    M.    SjJ. 

(Fig.  29.) 

Coquille  intéressante  en  ce  qu'elle  réunit  les  gen- 
res Àstartc  et  Lucina:  l'impression  musculaire  an- 
térieure simple,  non  allongée  en  bandelette  éloigne 
ce  fossile  des  secondes  et  le  rapproche  des  premières, 
taudis  que  des  dents  accessoires  assez  fortes,  le 
ligament  semiexterne  rappelent  les  Lucines.  Nous  n'a- 
vons pas  pu  distinguer  l'insertion  du  trosième  muscle. 

Coquille  fortement  bombée,  subglobuliforme,  min- 
ce, fragile,  recouverte  de  lignes  concentriques,  éle- 
vées rapprochées  et  régulières.  Facette  antérieure 
ovale,  faiblement  déprimée,  aux  limites  précises  ,  un 
peu  plus  large  que  la  postérieure.  Celle-ci  plus  al- 
longée parcourue  presque  dans  toute  sa  longueur 
par  un  canal  semiexterne  pour  la  position  du  liga- 
ment. Le  bord  crénelé,  les  deux  impressions  mus- 
culaires ovoides.  Mais  un  caractère  qui  laisse  distin- 
guer facilement  notre  fossile  est  la  forme  inverse 
des  crochets  et  des  dents  cardinales.  Les  premiers  se 
trouvent  sur  la  moitié  postérieure  des  valves,  ce  qui 
les  rend  inéquilalérales.,  et  cependant  ils  se  dirigent 
distinctement    en  avant.     La  valve  droite  porte  deux 


41.3 

fossettes  et  deux  dénis  coiiigues  dirigées  par  leur 
sommet  non  en  avant  ,  comme  à  l'ordinaire,  mais 
en  arrière,  de  sorte  qu'on  serait  porté  à  placer  la 
valve  sur  le  coté  gauche  si  la  position  respective 
de  la  lunule  et  du  corselet  permettait  quelque  doute 
sur  ce  point.  Dents  accessoires  fortes,  l'antérieure 
transversalement  crénelée.  Toutes  les  deux  se  trou- 
vent placées  immédiatement  au  dessus  des  impres- 
sions musculaires. 

Longueur     3//y. 

Largeur     2V2y//. 

Epaisseur  2"'. 

Gis.   et  Loc.   Troisième  étage  à  Galiovo.  Très  rare. 


Résumé.  Le  genre  Astarte,  comme  l'a  déjà  suffi- 
samment démontré  Pusch  (*),  présente  un  groupe  très 
artificiel,  dont  tous  les  caractères  génériques  varient 
beaucoup.  Nous  ne  répéterons  pas  ce  qu'en  a  dit  le 
célèbre  paléontologue  ;  cependant  signalons  les  faits 
importants,  que  nous  pouvons  étudier  sur  nos  espèces. 

1.  L'impression  palléale  n'est  pas  toujours  entière- 
ment convexe  ou  simple.  Dans  quelques  espèces, 
YAstarte  Panderi  et  surtout  YÀslarte  ovoïdes,  elle  pré- 
sente une  évasion  assez  prononcée  pour  qu'on  soit 
porté  à  les  ranger  parmi  les  Venus.  N'est-ce  pas  pour 
cette  raison  que  de  Buch  avait  porté  dans  ce  genre 
YAstarte  ovoides  ? 

2.  La  charnière,  contrairement  à  ce  que  disent  les 
auteurs  des    Astarle,  peut  présenter  trois  dents  dans 

(*)   Poleu's   Paléontologie   pag,    71—74. 


416 

chaque  valve    (  Astarte  ovata  ),    dont    la  ligamentaire 
peut  souvent  manquer. 

3  La  plus  forte  dent  de  la  valve  droite  est  tou- 
jours la  cardinale  sans  cependant  que  la  lunulaire 
manque  nécessairement.  C'est  alors  que  les  auteurs 
disent  que  la  valve  gauche  des  Astarte  porte  deux  dents. 

4.  Souvent  cependant,  comme  suivant  F.  Roemer, 
la  dent  lunulaire  est  oblitérée  ainsi  que  la  ligamen- 
taire, comme  c'est  le  cas  pour  les  espèces  tertiaires 
et  vivantes.  C'est  pourquoi  dans  une  Monographie 
récente  du  genre  Astarte,  F.  Roemer  n'assigne  à  ce 
groupe  qu'une  seule  dent  droite. 

5.  Les  dents  accessoires  sont  marginales,  linéaires; 
l'antérieure  présente  cependant  quelquefois  (  Astarte 
Pandcri ,  A.  retrotracta,  )  une  protubérance  dentaire 
qui  le  rapproche  des  Lucina. 

6.  La  dent  marginale  antérieure  est  formée  par  le 
bord  lunulaire  de  la  valve  gauche,  la  dent  marginale 
postérieure  au  contraire  formée  par  le  bord  du  cor- 
selet de  la  valve  droite.  Ces  dents  peuvent  se  trou- 
ver sur  la  valve  droite  (A.  retrotracta). 

7.  Cependant  quelquefois  il  y  a  une  dent  margi- 
nale postérieure  et  un  sillon  de  même  nom  sur  cha- 
que valve  (  Astarte  ovata  ). 

8.  La  dent  marginale  antérieure  de  la  valve  gau- 
che peut  être  quelquefois  double  (  Astarte  Pandcri  }•, 

9.  La  dent  lunulaire  est  formée  par  un  prolonge- 
ment du  sommet  du  bord  lunulaire  droit,  ordinaire- 
ment tronquée  à  sa  partie  supérieure  {Astarte  cordifor- 
mis,  As.  ovata), où.  le  bord  lunulaire  présente  une  exci- 
sion marquée. 


417 

10.  Les  dénis  principales  sonl  ordinairement  ob- 
longues  et  la  cardinale  surtout  perpendiculaire  au 
bord  cardinal  intérieur. 

11.  Ces  dents  sont  souvent  tronquées  à  leur  som- 
met, et  encore  plus  souvent  à  leur  base  ,  de  sorte, 
que  leur  milieu  ressort  en  angle  saillant  (  surtout 
dans  VAstarte  ovoïdes). 

12.  Cependant  quelquefois  les  dents  sont  mamello- 
nées,  coniques  ,  attachées  par  leur  base  à  la  région 
cardinale  ,  et  entrant  par  leur  sommet  arrondi  dans 
une  fossette  correspondante  (  Astarte  cordlformis 
Rouill.  Bull.   1846.  pi.  D.  f.   15.  E.  f.   1.) 

13.  Différents  individus  de  la  même  espèce  pré- 
sentent des  variations  sensibles  dans  la  forme  clés 
dents,  ce  qui  arrive  souvent  dans  VAstarte  ovoïdes  et 
surtout  dans  VAst.  cordlformis  ,  dont  la  dent  cardi- 
nale de  la  valve  droite  se  détache  par  segments  pa- 
rallèles à  la  base. 

14.  On  remarque  dans  quelques  esoèces  (  A.  ovo- 
ïdes )  un  replis  ou  une  dent  accessoire  ,  qui,  sortant 
du  bord  lunulaire  droit,  se  perd  dans  la  fossette  li- 
gamentaire. 

15.  Enfin  la  région  cardinale  est  quelquefois  pres- 
que droite,  souvent  brusquement  courbée  ;  les  dents 
principales  se  trouvent  sur  le  plan  antérieur. 

NB.  Quoique  Pictet  eût  fait  pour  les  bivalves  in- 
tégropaléales,  la  famille  des  Astartides  ,  caractérisée 
par  la  présence  de  trois  muscles,  ce  caractère  peut 
cependant  se  retrouver,  suivant  Pusch  et  ï\  Roemer, 
dans  quelques  Venus,  Cjtherea  etc.  qui  sont  d'autant 
plus    difficiles  à  classifier    que  les     Astarte    elles  me- 


418 

mes  ,    nous  venons  de  le  voir  ,     présentent  quelque- 
fois les  traces  d'un  sinus  paliéal. 

27.)  Puschia  Planât a  Sow.  (sp.) 

(Fis.    30.) 

?  Jstarte  planât  a  S.   pi.   257.    pag.   299. 

Puschia.  planata   Piouillier   Bull.  pi.    E.    f.   4  a-e. 

L'un  de  nous  a  figuré  dans  noire  Bulletin  et  pré- 
senté à  la  Société  ce  fossile  intéressant,  sous  le 
nom  de  Oreada.  Or  ce  fossile,  dont  on  a  dû  chan- 
ger depuis  le  nom,  puisque  de  Blainville  avait  déjà 
employé  ce  dernier ,  appartient  aux  Astartides 
par  la  charnière  et  les  trois  muscles,  et  se  caractéri- 
se suffisamment  a)  par  son  accroissement  surtout  en  lon- 
gueur, tandisque  les  Jstarte  sont  ordinairement  obron- 
des  (VA.  porrecta  de  Bucli  s'en  approche  déjà);  b')  par 
Fapplatissement  sur  le  milieu  des  valves,  qui  commen- 
ce des  crochets  et  se  prolonge  jusqu'au  bord  paliéal 
où  il  est  marqué  par  une  légère  évasion;  c)  par  l' arran- 
gement du  test  de  deux  couches  très  distinctes  , 
dont  les  directions  se  croissent   perpendiculairement. 

A.   Valve  gauche. 

(Fig.    30.  A.) 

a.  Fossette   lunulaire. 

b.  Dent  lunulaire. 

c.  Dent  cardinale. 

d.  Fossette  ligamentaire, 
c.   Sillon  ligamentaire. 

f,   Nymphes. 

rr.  Fossette  marginale    postérieure. 

li.  Mais  le  muscle  antérieur  assez  prolongé  rappelle 


410 

le  genre  Luc  in  a  l'impression  profonde  d'une  lame  an- 
térieure,  el  la  languette 

i.  de  l'impression  palléale ,  ainsi  que  le  test  com- 
posé de  deux  couches  : 

Une  couche  lamelleuse  et  l'autre 

Formée  par  la  réunion  de  filaments  perpendicu- 
laires à  la  coquille  et  occupant  surtout  les  côtés, 
indiquent  suffisamment  combien  l'organisation  de  l'a- 
nimal différait  de  celui  des  vraies  Astartes. 

B.   Yalve  droite. 
(Kg.  30.  B.) 

a.  Fossette  hmulaire. 

b.  Dent  liminaire. 

c.  Fossette  cardinale. 

cl.   Deux  dents  cardinales. 

e.  Fosette  ligamentaire. 

f.  Sillon  ligamentaire. 

28.    LlJCINA    LYRATA      PkUL 

(Fig.  31.) 

Lucina  lyrata  Phill.,  selon  de  Buch  (non  Lucina.  Fi  s  chéri  an  a 
d'Orb.  Russ.    II.  p    458.  pi.    38.    f.    31,   42). 

Ce  n'est  pas  sans  hésiter  que  nous  décrivons  la 
charnière  de  cette  coquille  assez  ordinaire  dans  no- 
tre second  étage,  reconnue  pour  la  première  fois 
par  de  Buch,  et  rapportée  par  lui  ainsi  que  par 
d'Orbigiry  au  genre  Lucina.  Le  prolongement  très 
prononcé  de  l'impression  musculaire  antérieure  la 
place    certainement    dans  ce  genre;    mais,    l'absence 


420 

du  limbe  ponctué,  la  présence  d'un  ligament  exté- 
rieur, des  nymphes  fortement  prononcées,  et  surtout 
la  charnière  l'en  éloignent. 

A.   Valve  droite. 
(f.  31.  A.  ) 

a.  Fossette  marginale   antérieure. 

b.  Dent    lunulaire    distincte   à  la   manière  de    plu- 
sieurs Astarte. 

c.  Fossette    lunulaire    de    la    largeur    de    la    dent 
cardinale. 

d.  Dent  cardinale  perpendiculaire  au  Lord  cardinal 
intérieur,  et  touchant  précisément  le  sommet  du  crochet. 

e.  Fossette  cardinale  très  large. 

f.  Nymphes  assez  prononcées. 

g.  Sillon  ligamentaire. 

B.    Valve,  gauche. 
(  Kg.  31.  B.  ) 

Elle  a  deux  dents  très  distinctes,  la  cardinale  sur- 
tout très   large. 

Il  est  donc  évident,  que  le  ligament  et  la  char- 
nière de  cette  coquille  la  placent  parmi  les  Astartes 
à  deux  dents  dans  la  valve  droite,  desquelles  elle  dif- 
fère par  Timpression  du  muscle  antérieur,  l'absence 
du  troisième  muscle,  si  toutefois  il  manque  dans 
notre  fossile,  ce  dont  nous  n'avons  pu  nous  convain- 
cre. Si  l'on  tenait  à  ranger  cette  espèce  parmi  les 
Lucina,  il  faudrait  la  rapporter  au  sous-genre  Ungui- 
cula    Defr,    caractérisé  par  la  présence    du  ligament 


421 

semiexlerne,  encore  clans  notre  espèce  est-il  par- 
faitement externe  ,  soutenu  de  nymphes  assez  pro- 
noncées, et  les  dents  accessoires,  si  significatives  pour  le 
genre  Lucina,  manquent- elle  s  à  l'espèce  en  question. 
C'est  du  moins  ce  que  nous  croyons  voir  dans 
nos  exemplaires  un  peu  défectueux,  salvo  meliori. 
N'oublions  pas  cependant  que  les  dents  s'oblitèrent 
quelquefois  dans  ce  genre  ('*),. 

LUCINA    HETEROCLITA    cTOrb. 
Lucina  heteroclila  d'Orb.   Russ.   II.   p.   460.   pi.   39.  f.   9.   18. 

Le  caractère  le  plus  saillant  dans  la  charnière 
est  son  peu  de  largeur  ,  sa  fragilité  et  sa  simplicité. 
Aussi  ne  possédons-nous  encore  aucun  exemplaire 
assez  distinct  pour  l'étudier  dans   toutes  ces  parties. 

29.  30.)  Gyprina  kharaschovénsis  n.  sp. 

(  Fig.  32-33.  ) 

II  serait  facile  de  confondre  cette  espèce  avec  la  C. 
Cancriniana  d'Orb.  ou  plutôt  avec  l'individu  que  l'un 
de  nous  a  décrit  sous  ce  nom,  si  l'on  ne  voulait  re- 
marquer que  notre  fossile  a  l'extérieur  bien  plus  fine- 
ment et  plus  élégamment  strié  surtout  vers  les  cro- 
chets, qui  sont  si  souvent  imis  dans  l'autre.  Ces  cro- 
chets s'élèvent  bien  moins  au  dessus  du  bord  cardi- 
nal. Enfin  la  différence  ap parait  surtout  dans  la 
charnière. 


(*)  Agassiz;  Iconog.    d.   coq.   tert:   N.  Me  in.   de  1.   Sol.  Helv. 
1845. 

A°  IL  1847.  28 


422 


C  YPRINA     C  ANCRÏNIANA . 

(1%  34). 

(  Exemplaire  Rouill.  Bull. 
1846.  pi.   E.   f.   8.) 

L'élévation  des  crochets  au- 
dessus  du  bord  cardinal  ex- 
térieur égale  la  moitié  de 
la  largeur  totale  de  la  région 
cardinale  (  *  )• 

Dent  accessoire  antérieure 
épaisse  et  large,  non  crénelée 
à  son  sommet,  et  formant  avec 
la  lunulaire  un  coude  brusque. 

Dent  ligamentaire  de  la  val- 
ve gauche  se  prolongeant  de 
son  sommet  en  avant  en  une  arê- 
te non  repliée  vers  l'inférieur 
•ur  elle  même. 

Bord  cardinal  intérieur  pro- 
fondément échancré  dessous 
la  fossette  ligamentaire  de  la 
valve   gauche. 

Il  parait  donc  que  la 
respectivement  plus  large 
vensis. 


C  YPRINA    liHARASCHOVENSIS. 

(Fig.  32-33.) 


Cette  élévation  égale  tout  au 
plus  le  tiers  de  la  largeur  de 
la  région  cardinale. 


La  même  crénelée,  allongée 
moins  brusquement  séparée  de 
la  ligamentaire. 

Le  même  prolongement  re- 
plié  vers  l'inférieur. 


Bord   cardinal   au  même  en- 
droit faiblement  échancré. 


Cyprina    Cancriniana    était 
que  la  Cyprina  kharascho- 


(*)  Kardinal-Flàhe  F.  Roemer  (Bronns  Jahr.  1843.  p.  61). 
Lame  ou  cloison  cardinale  Deshayes  et  Agassiz  :  Nouv.  Mém. 
d.  1.  Soc.  Helvétique  des  Se.  Natur.  1845.  Vol.  VIL  p.  13. 
Pour  les  dents  et  les  fossettes  de  cette  coquille  nous  emplo- 
yons les  termes  proposés  par  ce  dernier  auteur  dans  le  même 
travail. 


423 

Explication  de  la  charnière.  (  Les  mêmes  lettres 
clans  les  deux  espèces  indiquent  les  mêmes  parties). 

a.  Dent  accessoire  antérieure,  plus  large  et  plus 
épaisse  dans  la  Cyprina   Cancriniana* 

b.  Dent  lunulaire  formée  par  un  prolongement  de 
la  cardinale. 

c.  Fossette  lunulaire,  plus  spacieuse  dans  la  C.  KJio- 
roschovensis. 

d.  Dent   cardinale. 

e.  Sillon  ligamentaire  limité  intérieurement  par  des 
nymphes  assez  prononcées. 

f.  Fossette   cardinale. 

g.  Dent  ligamentaire. 

h.  Fossette  ligamentaire  très  étroite. 

Un  caractère  saillant  de  nos  deux  espèces  est 
donc  la  présence  de  trois  dents  distinctes  et  la  réu- 
nion de  la  cardinale  avec  la  lunulaire  dans  la  valve 
gauche,  contrairement  à  l'interprétation  de  la  char- 
nière des  Cyprines  donnée  par  Agassiz  (*),  ce  qui 
laisse  croire  que  les  Cyprines  admettent  comme  les 
Aslartés  des  variations  sensibles  dans  la  charnière. 

32.      Cl'CULLEA    ELEGANS      Fischer   (sp). 

(Fig.  35.  ) 

Pectunculus  elegans  Fischer  Bull,  de  la  Soc.  d.  Nat.  de 
Moscou.   1843.     p.     126.    pi.   5.    f    5. 

Coquille  épaisse,  bombée,  subarroudie,  équivalve, 
subéquilatérale.    L'extérieur  marqué  de    stries    d'ac- 

(■*)  Iconog.  d.  coq.  tertiaires  etc.  N.  Méui.  d.  1.  Soc.  ttelvét. 
1845    p.   48. 

28* 


424 

croissement,  concentriques,  et  de  lignes  rayonnan- 
tes. Le  bord  buccal  arrondi,  faiblement  déprimé  , 
moins  resortant  vers  sa  partie  inférieure  qu'à  la  su- 
périeure; bord  paléal  droit,  presque  parallèle  à  la 
charnière.  Le  bord  anal  arrondi,  tant  inférieure- 
ment  que  vers  son  angle  supérieur.  Le  crochet  as- 
sez prolongé,  fortement  involvé.  La  facette  ligamen- 
tale  très  courte,  occupe  tout  au  pins  la  moitié  du 
bord  cardinal,  présente  une  forme  rhomboïdale,  et 
recouverte  de  8  lignes  relevées,  disposées  en  sau- 
toir. La  plus  forte  épaisseur  se  trouve  sur  le  mi- 
lieu. La  charnière  présentant  5  à  6  dents  transver- 
sales médianes,  est  surtout  formée  par  des  dents  longi- 
tudinales, dont  4  atteignent  jusqu'au  bord  buccal  ;  la 
partie  anale  de  la  charnière  brusquement  recourbée 
forme  avec  le  bord  cardinal  un  angle  de  122°,  occu- 
pant ainsi  presque  les  deux  tiers  du  bord  anal,  et 
composé  de  5  ou  6  dents  longitudinales  très  cour- 
tes. Impression  musculaire  inconnue. 
Longueur  9"  1V2'". 


Largeur  1 1 

Epaisseur         9 


/// 
/// 


Gis:  et  hoc.   Second  étage  à  Khoroschovo. 

Cette  coquille  présente  les  plus  grands  rapports 
avec  X  Arca  Saralovensis  d'Orbigny,  de  laquelle  elle 
est  cependant  suffisamment  distinguée:  1,  par  la  forme 
généralement  plus  arrondie,  le  manque  total  des 
bords  anguleux;  2,  la  facette  courte;  3,  le  crochet 
fortement  involvé;  4,  par  la  forme  des  dents  cardi- 
nales longitudinales. 

A  l'état  jeune    l'espèce  est  plus  équilatérale,  com- 


425 

me  on  le  voit  sur  la  figure    donnée  par    M.   Fischer,, 
la  partie  anale  ne  s'allongeanl  qu'avec  l'âge. 

33.   Cucullaea  conciisna  de  Buch  (non  PJiillips). 

(1%36.) 

Arca  coneinna   de   Buch,   s*lon  d"Oi  b.   Russ.   II.  462.   pi'.   39". 
f.   17.    18. 

Cette  coquille  est  suffis  animent  décrite  par  M. 
d'Orbigny,  seulement  pour  la  distinguer  des  espèces 
suivantes  nous  croyons  qu'il  est  bon  de  remarquer  que: 
1.  Les  plis  rayonnants  sont  plus  épais  et  bien  moins 
élégants  que  dans  l'espèce  suivante  ;  2.  les  crochets, 
comme  l'indique  la  planche  de  Fauteur,  se  touchent 
réciproquement  ;  3.  l'épaisseur  est  moins  forte  qae 
dans  les  suivantes.  Aussi  faudra-t-il  avoir  égard  à  ht 
forme  de  la  coquille,  vue  de  son  côté  buccal. 
Dimensions: 

1)  jeune  individu.   (Fig.  36.  A.). 
Longueur     S1/»"'. 

Largeur       4V„///r 
Epaisseur     4*/<i///. 

2)  vieux  individu. 
Longueur     1"  5'". 
Largeur       Ç>l/J". 
Epaisseur     7//y. 

Gis.  et  Loc.  Seond  étage  à  Rhoroschovo. 

34.)    CUCULLAEA    ELONGATA    SoW. 
Cucullaea  elongata  Sow.  Rouil.  Bull.  1846.  pi.  D.  f.    12  a— d. 

Nous    n'avons  rien  à  ajouter    à  la    description    de 
cette  coquille. 


426 
Longueur  totale  quelquefois  2". 

Gis.  et  Loc.  Troisième  étage  à  Galiovo,    Mnëvniki, 
Paufirovka. 

35.)    CuCULLAEA    PRODUCTA      Tl.    Sp. 

(  Kg.  37.  ) 

Conf.  Koch.  II.   14.  Arca  carinata. 

Coquille  élégante  ,  très  fortement  bombée ,  très 
peu  large,  très  allongée,  plus  inéquilatérale  qu'aucu- 
ne  espèce  jurassique.  Le  bord  buccal  ressortant, 
plus  pointu  à  son  angle  supérieur  que  dans  les  au- 
tres espèces ,  sa  partie  inférieure  étant  fortement 
rétrécie.  Le  bord  anal  arrondi,  comprimé  vers  son 
angle  inférieur  ;  sa  partie  supérieure  non  écbancrée, 
ne  formant  qu'une  aile  peu  séparée  du  corps.  Le  bord 
inférieur  parallèle  au  bord  cardinal;  l'angle  inféro- 
postérieur  ne  se  prolongeant  pas  dans  la  diagonale 
de  la  coquille,  comme  dans  les  deux  espèces  précé- 
dentes. Sur  le  bord  palléal  un  peu  en  arrière  du 
crochet  se  trouve  une  dépression  qui  se  prononce 
par  une  échancrure  comme  dans  les  deux  espèces 
précédentes.  Crochet  remontant  perpendiculairement 
sur  la  charnière;  leurs  extrémités  à  peine  contournées, 
très  éloignées  réciproquement,  à  plus  de  la  moitié  de 
la  coquille.  Coquille  fortement  bombée  sur  son  quart 
antérieur  où  elle  est  aussi  épaisse  que  large.  En  ar- 
rière des  crochets  elle  se  comprime  plus  sensiblement 
que  dans  l'espèce  précédente.  Facette  ligamentale 
occupant  les  trois  quarts  de  la  longueur  totale  et 
recouverte    de  lignes  en    sautoir,    formant    un    angle 


427 

très  ouvert.  L'extérieur  des  valves  comme  dans  l'es- 
pèce précédente. 

Dimensions  1)  d'un  jeune  individu  (Fig-  37.  À.) 
Longueur     111//". 
Largeur        4y//. 
Epaisseur     S1/J'/. 

2)  d'un  individu   âgé  (Fig.  37.  B.) 
Longueur     1"  4'". 
Largeur       51/ '". 
Epaisseur    6V2/V'. 

On  distingue  cette  espèce  de  la  précédente  :  1.  par 
sa  forme  plus  allongée;  2,  son  angle  inféro-anal  non 
prolongé;  3,  le  bord  de  l'aile  postérieure  non  échan- 
cré  ;  4,  enfin  le  bord  palléal  parallèle  au  cardinal. 

Gis.  et  Loc.  Second  étage  à  Khorochovo. 

35.)     CuCULLAEA    COMPRESSIUSCULA    M.    Sp. 

(Fig.  38.) 

Conf.   Cucullaea  pectinata  Phill.  York.  II.   pi.  3.   f.  32. 

Cette  coquille  appartient  aux  espèces  de  ce  genre 
dont  la  longueur  excède  de  beaucoup  la  largeur, 
présentant  des  stries  concentriques  d'accroissement  et 
des  lignes  rayonnantes.  Cependant  on  ne  pourra  pas 
confondre  notre  fossile  avec  la  C.  elongata ,  la 
C.  concinna  et  la  C.  producta  ,  dont  elle  se  des- 
tingue  1°  par  une  épaisseur  beaucoup  moindre,  2° 
une  largeur  plus  forte;  3°  l'angle  antérieur  plus  large, 
plus  arrondi,  le  bord  supérieur  de  l'angle    postérieur 


428 

plus  déprimé;  4°  la  facette  ligamentaire  plus  courte, 
n'occupant  pas  même  la  moitié  de  la  longueur  totale; 
5°  les  stries  concentriques  et  surtout  les  rayonnantes 
moins  marquées,  la  coquille  plus  mince  etc. 

Longueur     12"  5%"'. 

Largeur      8V2"y. 

Epaisseur  (S'". 

Gis.   et  Loc.   Second  étage  à  Kboroschovo. 

11  faut  ranger  parmi  les  fossiles  du  troisième  étage 
la  C.  cancellata  S.  (Rouill.  Bull.  1846.  pi.  D.  f.  11. 
a-e),  la  C.  gracilis  (Rouill.  Ibid.  f.  14.).  Au  second 
étage  appartiennent  la  C.  ruda  (  Ibid.  f.  10,  a-d  )  et 
la  C.  signata  (  Ibid.  f.  9.  a-d  );  au  premier  étage 
appartient  l'espèce  figurée  Ibid.  f.   16.   a-c. 

36.)   CuCULLAEA     SCHOUROVSKII    U.    Sp. 

(Kg.  39.) 

Coquille  lisse,  allongée ,  subquadrangulaire.  Bord 
buccal  anguleux,  rétréci  inférieurement;  bord  anal  in- 
férieurement  pointu,  subarrondi  ,  rétréci  vers  l'angle 
supérieur,  non  écliancré,  qui  forme  un  angle  distincte- 
ment détacbé  du  corps.  Crocbets  placés  sur  le  tiers 
antérieur,  ne  présentant  point  d'impression  médiane; 
leurs  extrémités  faiblement  involvées  sont  réciproque- 
ment séparées  à  un  tiers  de  l'épaisseur  de  la  coquille. 
Facette  ligamenlale  longue,  occupant  toute  la  longueur 
du  bord  cardinal  et  recouverte  de  lignes  en   sautoir. 

Les  individus  plus  âgés  ont  les  angles  moins  res- 
sortants  et  la  forme  généralement  plus  arrondie. 


4  29 

Dimensions:   a)  d'an  jeune    individu  (Fig    39.   A.) 
Longueur    9'". 
Largeur        5"'. 
Epaisseur     Ô1/»"'- 

b)  d'un  individu   âgé  (Fig.  39.   B.). 
Longueur     111/,/". 
Largeur       6VQ. 
Epaisseur    (S'". 

37.)  Pinna  Hartmanni    Zlet. 

(Fig.  .40) 

Le  genre  Pinna,  représenté  dans  chacun  de  nos 
étages,  a  élé  trouvé  dans  des  échantillons  si  mal  con- 
servés, que  les  espèces  indiquées  dans  les  catalogues 
des  fossiles  moscovites  ne  sont  pas  suffisamment  pré- 
cisées. Ce  genre  a  plus  que  tout  autre  besoin  de 
révision. 

11  nous  est  d'autant  plus  agréable  de  pouvoir  pré- 
senter quelques  détails  sur  une  espèce  dont  les  ca- 
ractères sont  assez  bien  conservés  sur  un  moule 
provenant  du  second  étage  de  Khoroschovo. 

Bord  cardinal  droit,  bord  p  allé  al  à  peine  un  peu 
évasé  vers  l'extrémité  buccale.  Coquille  allongée,  s'é- 
largissant  très  peu  de  manière  que  l'extrémité  buc- 
cale forme  un  angle  très  aigu  de  20  degrés,  sur  notre 
échantillon ,  qui  a  2"  6"'  de  longueur)  l'extrémité 
du  fragment  dirigée  vers  le  côté  anal,  n'a  qu'un 
pouce  de  largeur.  Mais  le  caractère  principal  est 
la  forme  et  l'ornement  extérieur  des  valves.  Celles- 
ci  sont  élevées  juste  sur  leur  milieu  en  une  carène  Ion- 


430 

gituclinale  ,  qui  les  divise  en  deux  plans  conve- 
xes. Le  supérieur  ou  la  région  cardinale  ,  porte 
des  lignes  élevées  très  prononcées  droites,  rayonnan- 
tes, au  nombre  de  dix,  dont  les  espaces  assez  égaux 
ont  sur  l'extrémité  fracturée  buccale  une  ligne  de 
largeur.  Le  plan  inférieur  ou  la  région  paléale  est 
recouvert  de  stries  concentriques,  qui,  en  dépassant 
les  lignes  rayonnantes  se  perdent  insensiblement.  Une 
ou  deux  côtes  rayonnantes  dépassent  même  la  carène 
sur  le  plan  inférieur. 

La  coupe  transversale  sur  le  côté  buccal  forme 
un  quadr angle  sur  lequel  s'élève  la  coquille  en  py- 
ramide quadr  angulaire. 

Notre  coquille  approche  le  plus  de  Pinna  lïart- 
manni  Ziet. 

De  Pinna  Buchii  Koch  et  Dunker  pag.  33.  pi.  2. 
f.  17.  elle  diffère  par  une  forme  moins  élargie  vers 
le  coté  buccal,  par  plus  de  rayons  etc. 

38.)    Pecten  lens  Sow. 

(Kg-  41.) 

Pecten  lens  S.   d'Orb.  Russ.   il.   p.  476.  pi.  42.   f.    1.    2. 

Nous  ajouterons  concernant  cette  espèce,  décrite 
ordinairement  comme  ayant  les  valves  égales  et  les 
oreillettes  très-inégales,  les  points  suivants:  1°  la  co- 
quille est  inéquivalve,  la  dorsale  équilatérale  ou  du 
moins  bien  plus  symétrique  que  la  ventrale  ;  2°  les 
oreillettes  de  la  dorsale  ordinairement  égales  ;  dans 
quelques  exemplaires  l'oreillette  buccale  une  ligne 
plus  longue    que    l'anale;  3°  les  stries    concentriques 


.     431 

sont  formés  par  des  lames  doubles  très  rapprochées, 
et  s'élevant  au  dessus  de  la  coquille  d'autant  plus  qu'el- 
les s'approchent  davantage  dn  bord  paléal,  où  elles 
forment  même  une  crête  double,  qui  lorsqu'elles  se 
cassent  laissent  apercevoir  les  deux  lames  divisées 
par  un  faible  espace  ;  4°  l'oreillette  buccale  et  la 
valve  ventrale  présentant  une  excision  beaucoup  plus 
prononcée  pour  le  passage  du  byssus  que  dans  l'o- 
reillette correspondante  de  la  valve  dorsale  ,  où  ce 
caractère  manque  quelquefois  totalement;  5°  la  valve 
dorsale  fortement  bombée  du  bord  même  de  l'angle 
apical  et  acquérant  le  maximum  de  hauteur  à  son  tiers 
supérieur;  6°  La  valve  inférieure  très  peu  bombée, 
beaucoup  moins  que  la  dorsale. 

La  description  de  d'Orbigny  a  donc  trait  princi- 
palement à  la  valve  ventrale. 

Gis.   et  Loc.   Second  étage  à  Kharoschovo. 

Cette  espèce  est  extrêmement  voisine  de  Pecteni  Bull. 
1846  pi.   G.   f.   13)  qui  appartient  au  troisième  étage. 

39.)  Pecten  spathulatus  Roemer. 

(Kg.  42.) 

Pecten  spathulatus  Roemer.  Rouil!.  Bull.  d.  1.  Soc.  1846. 
pi.   C.   f-   30. 

Coquille  extrêmement  mince,  papyracée,  équilaté- 
rale,  les  valves  égales  en  grandeur,  mais  diversement 
bombées.  Les  oreillettes  égales,  très  petites  surtout 
dans  la  valve  dorsale,  occupant  tout-au-plus  le  tiers 
de  la  largeur  totale.  La  valve  droite  faiblement 
bombée  dès  le  commencement  de  l'angle  apical,  ou 
le  test  est    plus  haut    que  les  oreillettes;  la    ventrale 


432 

plane,  ou  même  un  peu  déprimée  dans  la  dorsale. 
Les  ligues  directrices  de  l'angle  apical  se  perdent 
insensiblement  avec  les  bords  latéraux  de  la  dorsale, 
et  n'atteignent  qu'un  peu  moins  de  la  moitié  de  la 
longueur  totale  ;  au  contraire  les  directrices  de  la 
ventrale  forment  des  lignes  droites  distinctement  li- 
mitées du  bord  latéral.  L'intérieur  de  la  limite,  en- 
tre l'angle  apical  et  les  oreillettes  de  la  dorsale, 
forme  une  ligne  élevée,  arrondie,  qui  entre  dans 
une  sillon  correspondant  de  l'intérieur  de  l'angle 
apical  de  la  ventrale.  Le  test  dorsal  plus  long  et 
respectivement  moins  large  que  le  ventral.  Tous 
les  deux  parfaitement  unis  laissant  à  peine  aper- 
cevoir les  stries  d'accroissement,  et  recouverts  d'une 
pellicule  luisante. 

Longueur     6V0"y. 

Largeur        S1^,,,. 

Gis.  et  Loc.  Troisième  étage  à  Galiovo,  ou  l'espèce 
est  très  commune. 

OSTREA     LAM. 

Nous  sommes  lieureux  de  pouvoir  donner  quel- 
ques détails  sur  les  espèces  de  ce  genre  si  difficiles 
à  caractériser.  Dans  les  individus  assez  fréquents 
nous  sommes  maintenant  à  même  de  préciser  trois 
espèces  bien   distinctes. 

40.)    ÛSTREA     KHOROCHOVENSIS    RoiÛll. 

(Kg.  43.) 

Ostrea    khorochovensis     Rouill.  Bull.    1846    II.    pi.    E.   f.    10, 

Cette  belle  espèce  a  déjà  été  figurée  et  nous 
n'avons  que  peu  de  chose  à  ajouter.  Sa  forme  générale 


433 

^st  un  oval  oblong,  oblus  au  bord  inférieur,  et  plus 
pointu  vers  la  charnière.  La  partie  cardinale  de  la  val- 
ve inférieure  est  rejelée  en  dehors;  la  partie  correspon- 
dante de  la  valve  supérieure  est  un  peu  contournée 
en  dedans,  et  imite  assez  bien  la  pointe  du  bec  d'un 
oiseau  aquatique  (par  ex.  de  Cancroma  cochlearia). 
Sur  le  bord  inférieur,  qui  jusqu'à  présent  est  resté 
inconnu,  se  présente  le  prolongement  du  sillon  et  de 
la  carène  des  valves,  qui  sont  divisées  par  eux  en  deux 
parties  perpendiculaires,  presque  égales.  L'intérieur 
■des  valves,  excepté  la  carène  rentrante  de  la  ventrale 
et  le  sillon  profond  de  la  dorsale,  est  uni.  L'insertion 
musculaire  assez  grande,  oblongue  dans  le  sens  du 
plus  grand  diamètre  de  la  coquille,  occupe  le  milieu 
de  la  valve  sur  son  plan  antérieur.  L'extérieur  des 
valves  ne  présente  que  des  rides  très  faibles,  qui 
n'influent  presque  pas  sur  la  forme  du  test  entier 
et  de  son  bord.  Le  test  épais,  distinctement  lamel- 
leux,  très  peu  bombé.  Les  couches  tombent  en  fila- 
ments argentés,  asbestoïdes.  La  charnière  et  la  carène 
comme  dans  le  Bull,  de  la  Soc.  des  Nat.  de  Moscou 
1846.  pi.  E.  f.  10.  Celle-ci  ne  passe  pas  toujours 
par  le  milieu  des  valves,  qui  peuvent  être  plus  lar- 
ges que  les  figures  données. 

Longueur     2"  3//y. 

Largeur         l"  4"'. 

Epaisseur  11'". 

Mr.  Goubaux  possède  un  fragment  de  la  valve 
dorsale  d'une  taille  peu  ordinaire  (largeur  de  la  val- 
ve 2"  10'"). 

Gis.   et  jLoc.   Second  élage  à  Khorochovo. 


434 

41.)     OsTREA    PRODUCTA    77.    Sf). 

(Kg.   44.) 

Celte  jolie  espèce  est  suffisamment  caractérisée 
par  sa  forme  et  surtout  par  l'extérieur  des  valves.  Elle 
est  équilatérale,  subéquivalve,  subpyriforrae,  laissant 
distinguer  un  sextangle  assez  régulier.  Les  deux  an- 
gles supérieurs,  un  peu  arrondis,  sont  formés  par 
le  bord  cardinal,  qui  est  la  partie  la  plus  rétrécie 
de  la  coquille;  les  deux  angles  latéraux,  l'antérieur 
et  le  postérieur,  se  trouvent  sur  la  limite  du  tiers 
inférieur,  et  divisent  ainsi  les  bords  latéraux  en 
deux  parties,  le  bord  antéro-supérieur  et  postéro- 
supérieur  du  bord  antéro-inferieur  et  postéro-infé- 
rieur.  Enfin  des  angles  se  trouvent  sur  les  extrémi- 
tés du  bord  inférieur.  Les  angles  cardinaux  sont  ar- 
rondis, les  latéraux  un  peu  plus  grands  qu'un  ré- 
gulier, enfin  les  inférieurs  sont  les  plus  ouverts.  Le 
bord  cardinal  arrondi  et  plus  court  que  son  opposé; 
l'inférieur,  qui  lui  même  cède  un  peu  en  longueur 
aux  inféro-antérieur  et  infero-portérieur;  les  antéro- 
supérieur  et  postéro-supérieur  sont  enfin  les  plus 
longs,  et  excèdent  le  précédent  d'une  moitié.  Le 
test  presque  plane,  à  peine  concave,  distinctement 
lamelleux;  le  bord  inférieur  dans  toute  sa  longueur 
déprimé  dans  la  valve  ventrale,  la  partie  voisine  de 
la  charnière  convexe,  et  la  charnière  en  forme  de 
bec  prolongé,  faiblement  contourné  sur  la  ventrale. 
Mais  ce  qui  dislingue  netlement  cette  espèce,  c'est 
l'extérieur  de  son  test.  1°  L'extérieur  de  toutes  les  la- 
melles est  chagriné     de  petits    points  déprimés,  coin- 


435 

me  cela  est  assez  fréquent  dans  les  Ostracés;  2°  des 
rides  concentriques,  faiblement  prononcées,  indiquent 
que  le  test  avait  antérieurement  une  forme  plus  oblon- 
gue,  moins  élargie  vers  son  tiers  inférieur,  et  surtout 
non  anguleux;  3°  des  plis  élevés,  rayonnants,  minces, 
presque  linéaires  ,  couvrent  l'extérieur  des  jeunes 
valves  et  disparaissent  sur  le  bord  de  la  coquille 
formée  par  la  couche  inférieure  la  plus  épaisse,  et  la 
moins  âgée  ;  4°  en  revanche  le  bord  inférieur  des 
dernières  couches  se  relève  quelquefois  sous  forme 
de  prolongement,  qui,  en  se  détachant  de  la  coquille, 
acquiert  l'aspect  d'une  épine  conique,  creuse,  et  ou- 
verte du  côté  de  la  valve.  L'extrémité  de  ces  épines, 
qui  se  trouve  indistinctement  sur  les  deux  valves, 
se  dirige  vers  leur  intérieur,  et  n'excède  pas  le  bord 
inférieur.  L'impression  musculaire  arrondie,  très  dis- 
tincte ,  est  placée  un  peu  au  dessus  de  la  moitié  de 
la  coquille  ,  plus  rapprochée  du  bord  buccal  que 
de  l'anal.  La  charnière,  mutilée  dans  notre  exem- 
plaire, parait  avoir  été  très  faible,  et  rapproche  no- 
tre fossile  du  genre  Plicatula. 

Longueur     1"  V". 

Largeur       10//y. 

La  plus  grande  dimension  correspond  à  la  posi- 
tion des  angles  latéraux. 

Gis.  et  Loc.   Second  étage  à  Khorochovo. 

NB.  On  trouve  assez  souvent  dans  l'étage  men- 
tionné une  grande  Ostrea,  dont  la  taille  est  plus  for- 
te que  celle  de  Lima  proboscidea;  mais  les  exemplai- 
res sont  tellement  mutilés,  qu'il  nous  a  été  impossi- 
ble d'en  préciser  l'espèce;  cependant  nous  la  croyons 


436 

être  voisine  de  VOstrea  proboscidca,  vu  que  ces 
empreintes  présentent  souvent  des  épines  mamel- 
loneuses  qu'on  croirait  être  formées  dans  l'intérieur 
creux  des   épines  de  VOstrea  en  question. 

42.)    OsTREA    DURIUSCULA   Phill. 

(  Fig.  45.  ) 

Ostvea  duriuscula  Phill.  Yorksh.  II.  pi.  IV.  f  1.  Valve  gauche. 

Ostrca  multiformis  Koch  et  Dunker.  Rouill.  et  Frears  2d<? 
Coupe.   Géol. 

Ostrea  duriuscula  Phill.  RouilL  Explic.  Bull.  184G.  N°  IV. 
pi.  E.   Fig.   9.  Valve    droite. 

Coquille  obronde,  subéquilatérale,  très  inéquivalve, 
variant  de  forme:  tantôt  un  peu  plus  oblongue,  tantôt 
un  peu  moins  symétrique  ;  c'est  ordinairement  le 
côté  droit  qui  est  alors  le  plus  large,  et  vers  lequel 
est  tournée  la  charnière  en  forme  de  bec  triangulai- 
re, souvent  très  nettement  détaché  du  reste  de  la 
valve  dorsale.  Le  bec  est  limité  de  la  coquille  tant 
sur  la  circonférence,  que  par  son  plus  de  convexité. 
La  valve  droite  assez  concave  montrant  à  peine  des 
rides  concentriques  et  ravonnantes  vers  le  bord  infé- 
rieur; la  valve  gauche,  irrégulièrement  et  peu  con- 
cave. Le  plus  souvent  elle  se  distingue  encore  en  ce 
qu'elle  présente  sur  la  moitié  inférieure  trois  rides 
larges  concentriques  réunies  par  des  rides  moins  larges 
rayonnantes.  La  circonférence  de  Tune  et  de  l'autre 
non  ou  à  peine  relevée.  La  charnière  petite,  trian- 
gulaire, plus  grande  sur  la  valve  droite  que  sur  la 
gauche,  où  on  la  remarque  à  peine.  La  première  a  une 
dépression  très  prononcée  qui  manque  à  la  charnière 
supérieure.   L'impression  musculaire  très  faible,  assez 


437 

grande,  ira  peu  oblique,  louchant  par  son  extrémité 
inférieure  à  la  moitié  de  la  longueur  du  test,  beaucoup 
plus  rapprochée  du  bord  anal;  son  extrémité  pointue 
est  tournée  en  haut  et  en  arrière.  L'intérieur  de  la 
coquille  parfaitement  uni,  l'extérieur,  sous  des  li- 
gnes d'accroissement,  ne  présente  ni  lignes  transversa- 
les, ni  longitudinales.  Ce  ne  sont  que  quelques 
exemplaires  exceptionnels  ,  qui  présentent  des  par- 
ties convexes,  irrégulières.  Coquille  très  mince  et 
fragile,  et  tellement  dense,  qu'on  y  distingue  à  pei- 
ne les  lamelles  à  l'oeil  nu. 

La  variété  oblongue  de  notre  Ostrea  est  très  voisi- 
ne de  YOstrea  excavata  Roemer  Oolit  p.  60.  T.  3. 
f.  8.)  de  laquelle  on  la  distingue  par  le  test  mince  et 
fragile,  les  bords  non  relevés  et  non  épaissis ,  la 
forme  et    la  position  de  l'impression  musculaire. 

Gis.  et  Local.  Second  étage  à  Khorochovo. 

43.)    Gryphaea  signât  a  n.  sp. 
(Kg.  46.) 

Coquille  épaisse,  ovoïde  allongée,  inéquilatérale, 
très  inéquivalve.  Valve  dorsale  plus  grande,  forte- 
ment bombée  sur  le  crochet,  allongée,  un  peu  in- 
volvée,  tournée  en  arrière  ou  à  droite,  épaissie.  Le 
sommet  du  crochet  tronqué  indique  la  place  par  la- 
quelle le  fossile  tenait  aux  corps  marins.  Le  bord 
buccal  de  la  valve  dorsale  plus  long  que  l'anal  ;  le 
palléal  arrondi,  relevé  un  peu  vers  l'anal.  La  ven- 
trale plus  petite,  un  peu  déprimée,  exactement  de 
la  forme  de  la  dorsale,  tout  le  bec  très  petit.  Les 
deux    présentant    des     stries     d'accroissement     con- 

N'  IL  1847.  29 


438 

centriqites,  lamelleuses,  et  la  dorsale  surtout  recou- 
verte de  stries  menues,  élégantes,  rapprochées,  parlant 
du  crochet  au  pourtour,  et  interrompu  par  les  stries 
concentriques.   Impression  musculaire  inconnue. 

Longueur     1'". 

Largeur        572'". 

Epaisseur  3'".  , 

Gis.  et  Loc.  Troisième  étage  à  Galiovo  (  Pov- 
schino  idem.) 

YI. 

ÉCHINODERMES. 

Les  restes  des  Oursins  marins  n'ont  pas  encore 
été  étudiés  dans  notre  terrain  jurassique,  quoique 
leur  présence  fût  attesté  depuis  longtemps.  Mr.  Auer- 
hach  décrivit  un  piquant  sous  le  nom  de  Cidarites 
spathulatus.  L'un  de  nous  a  figuré  (Bull.  1846.  pi.  G. 
f.  20,  21  22,  25)  récemment  des  corps  échinoder- 
mes.  La  récolte  de  cette  année  nous  a  permis  d'en- 
trer dans    quelques    détails    sur    cette  classe. 

Nous  avons  trouvé  plusieurs  piquants  de  différentes 
formes  dont  deux  appartiennent  au  troisième  étage, 
une  au  premier  et  les  autres  au  second.  Nous  savons 
bien  que  le  genre  Cidaris  présente  souvent  sur  le 
même  corps  des  piquants  assez  variables;  cependant 
ne  connaissant  pas  le  corps  de  nos  individus,  nous 
décrirons  leurs  piquants,  séparément,  comme  autant 
de  formes  différentes,  et  nous  leur  imposerons  des 
noms,  puisque  chaque  forme  doit  porter  son  nom. 

A.  Cidarites  muricati  (  piquant  chagrinés  )  non 
spinigeri  sont  ceux,  qui  ne    sont    recouverts  que    de 


439 

petites  granules  et  ne  présentent  point  d'épines. 
Us  n'ont  été  trouvés  que  dans  le  troisième  étage,  où 
Ton  ne    connaissait  pas    encore    ce  genre. 

44.)     ClDARITES    ELEGANS      11.    Sp. 

(Fig.  47.) 

Aculei  majores  teretes,  cylindrici,  tenuissime  ob- 
solète longiludinaliter  sulcati,  granulis  elevatis,  acu- 
lioribus,  lineis  sedecim  dispositis  et  apicem  versus 
inclinatis,  obtecti.  Petioli  brevissimi,  tenuissime  lon- 
giludinaliter sulcati,  versus  verrucae  limbum  vix  lalio- 
res,  ab  aculeo  stricte  distincti;  verrucae  limbus  linea- 
ris,  glaber,  orbicularis.  Circulus  glenoidalis  subcre- 
natus,  medio  profonde,  late  concavus. 

Longitudo  aculei  fracti  \"  y//5. 

Crassilies  linearum  duarum. 

Aculei  minores  (Fig-  48)  subcompressi  longiludi- 
naliter et  transversim  tenuissime  sulcati,  verrucis  gle- 
noidalibus  nullis. 

Nous  rapportons  ces  deux  formes,  que  nous  avons 
trouvées  dans  la  même  couche  à  Galiovo,  à  la  même 
espèce. 

45.)    ClDARITES    SUBELEGANS. 

(Fig.  48.) 

Nous  appelons  ainsi  des  fragments  de  piquants  qui 
ressemblent  beaucoup  à  l'espèce  précédente,  sinon 
qu'ils  sont  striés,  anguleux,  les  lignes  granulées  étant 
plus   rares    (10)  et  occupant  les  angles  du  polygone. 

Le  gisement  et  la  localité  sont  les  mêmes  que 
pour  l'espèce  précédente. 

29* 


440 

B.  Cidarites  spinigeri  (piquants    épineux). 

a.)  Mûrie ati. 

47.)  Cidarites  spathulatus  Auerb.   Var:  a.  Nob. 

Cidaris  spathulatus  Auerb.  Bull,  de  la  Soc.  des  Nat  de  Mos. 
1844.  p.  632. 

Cidaris  spathulatus  Auerb.  Abhandl.  Peterb.  Mineralog. 
Gesells.   1846. 

Cidaris   spathulatus  Auerb.  Rouill.  Bull.    1846.    pi.  C.  f.    19. 

Cette  espèce  du  premier  étage  a  déjà  été  signalée 
par  M.  Auerbach,  et  nous  n'allons  qu'ajouter  quel- 
ques caractères.  Le  pétiole  ainsi  que  la  partie  in- 
férieure du  piquant  est  rond;  vers  le  milieu  et  l'ex- 
trémité libre  il  s'applatit,  et  porte  même  sur  l'un 
des  côtés  dans  les  individus  d'un  âge  avancé ,  un 
sinus  longitudinal,  profond,  aux  bords  arrondis  ,  sur 
lesquels  le  piquant  semble  se  replier.  Les  épines  sont 
disposées  en  deux  rangées  sur  les  bords  opposés,  ne 
descendent  pas  dans  le  sinus  ,  mais  s'implantent 
quelquefois  sur  l'autre  côté  convexe  du  piquant. 
Le  premier  tiers  inférieur  est  chagriné  de  points  , 
disposés  le  plus  souvent  assez  régulièrement  en 
lignes  longitudinales.  Les  jeunes  exemplaires  sont 
respectivement  plus  larges  et  plus  comprimés  que  les 
vieux;  les  épines  sont  plus  fréquentes  et  recouvrent 
plus  irrégulièrement  la  surface  ;  ce  n'est  qu'à  la  fin 
du  développement  du  piquant  qu'apparait  sa  partie 
inférieure ,   arrondie . 

(Kg.  49.) 
var.    j3. 

Les  piquants    fréquents    de  cette  forme  se    distin- 
guent de  la    précédente  ,    en  ce    qu'ils    sont    arron- 


441 

dis,  et  non  comprimés.  Les  épines  ne  suivent  pas  si 
strictement  les  deux  bords  opposés  enfin  les  granules 
apparaissent  disposés  plus  irrégulièrement.  Cette  For- 
me fait  ainsi  le  passage  naturel  aux  piquants  de 
l'espèce  suivante. 

Gis.  et  Loc.  Second  étage  à  Khorochovo,  et  entre 
Mnévniki  et  Chélépekha. 

Il  se  pourrait  bien,  que  Tune  de  ces  dernières  formes, 
appartienne  au  corps  du  Cidarites  figuré  par  l'un  de  nous 
(Bull,  de  la  Soc.  des  Nat.  de  Mosc.  1846.  pi.  G.  f.  242. 

48.)    Cidarites  muricatus  Roem. 

(Kg.  50.) 

Verst.  d.  Nord.  Oolit.  Han.    1836.  p.  26.  T.  1.  f.    22. 

Nous  croyons  pouvoir  rapporter  à  cette  espèce  des  in- 
dividus, qui  présentent  tous  les  caractères  mentionnés 
par  Roemer  :  Cidarites  aculeis  cylindraceo-subulatis  , 
muricatis  ,  subtilissime  granulosis  ,  petiolis  brevibus, 
laevigatis. 

Elle  diffère  de  la  forme  précédente  en  ce  que  les 
épines  sont  irrégulièrement  disposées  sur  toute  la  face 
du  piquant,  que  les  granules  sont  plus  fortes  ,  plus 
denses,  et  ne  suivent  pas  la  disposition  linéaire. 

Gis.  et  Loc.  Second  étage  à  Khorochovo.  Moins 
fréquent    que  la  précédente. 

b.  Non  muricati. 

49.)    Cidarites  anceps    n.  sp. 

Var.  a. 
(F%.51.)_ 
Belle    espèce  ,     facile    à    distinguer    par    des    ca- 
ractères saillants  :    1°  les  piquants    subulés  tout  à  fait 


442 

comprimés  par  l'insertion  des  aculei;  les  pétioles  très 
courts,  très  arrondis;  2°  les  épines  très  régulièrement 
disposées  sur  les  deux  bords,  ordinairement  l'une  vis- 
à-vis  F  autre,  rarement  elles  sont  alternantes  avec  une 
tendance  manifeste  à  devenir  opposées;  3°  les  épines 
très  aiguës,  nettement  distinguées  à  leur  base  du  pi- 
quant, où  il  se  trouve  quelquefois  comme  dans  la  var: 
b.  une  ligne  un  peu  déprimée,  l'épine  entière  imitant 
ainsi  le  museau  du  poisson  serre.  La  pointe  du  pi- 
quant est  applalie,  et  présente  les  mêmes  caractères; 
4°  un  caractère  non  moins  saillant  est  rinclinaison  des 
épines  vers  Fun  de  ces  côtés,  sur  lequel  une  can- 
nelure longitudinale  se  fait  remarquer.  Dans  la  va- 
riété, J3.  cependant  les  épines  sont  droites,  dirigées  par 
leur  sommet  dans  des  côtés  diamétralement  opposés. 
Gis.   et  Loc.   Second  étage  à  Khorochovo. 

50.)    ClDARITES    SPINIGER    M.    Sp. 

Far.  ce. 
(Kg.  52.) 
Cette  forme  fréquente  est  lisse,  ou  à  peine  lon- 
gitudinalement  striée,  aux  piquants  arrondis,  et  porte 
des  épines  assez  fortes,  irrégulièrement  disposées  sur 
toutes  les  faces,  laissant  cependant  remarquer  des 
directions  plus  constantes  sur  les  faces  opposées;  l'é- 
pine vers  la  partie  supérieure  commence  à  devenir 
ovale.  L'extrémité  glénoidale  nous  est  inconnue. 

Far.  /?. 
(Fig.    53.) 
Parfaitement    semblable  à    la  précédente,     excepté 
une  forme  distinctement  comprimée. 


443 

Gis.   et  Loc.   Second  étage  à  Khorochovo. 

VII. 

POLYPIERS. 

51.)   ArsTHOPHYLLUM  Goldf.   (non  Schweiger.) 
(Kg.  54.) 

Les  polypiers  en  général  sont  si  rares  dans  notre 
jura,  que  jusqu'à  présent  on  n'en  connaît  aucune 
espèce  avec  précision.  Le  genre  Cossinopora  Goldf. 
a  été  indiqué  par  Fauteur  de  FOryctograpbie  comme 
étant  le  premier  polypier  connu  de  notre  jura  (Cos~ 
sinopora  macroptera  Goldf.  Oryct.  p.  176.  pi.  51. 
f.  4);  une  Aulopora  vient  d'être  trouvé  par  F  un  de 
nous.  Enfin  (*)  nous  présentons  une  troisième  forme, 
peut  être  un  Anthophyllum  excavatum  R.oem.  (  Oolit 
p.  20.  Tab.  I.  f.  8.)  Les  deux  exemplaires,  sont  trop 
obfusqués  pour  décider  de  l'espèce.  C'est  un  corps 
scyathifornie,  de  deux  pouces  de  longueur,  ayant  à 
la  base  élargie,  assez  profondément  concave,  un  pou- 
ce et  un  quart  de  largeur.  La  base  est  circulaire. 
Les  cotés  du  cône  sont  recouverts  de  côtes  longitudi- 
nales, parallèles,  régulières,  au  dos  arrondi,  partant 
du  sommet  du  cône  et  dépassant  le  rebord  de  la 
base,  pour  former  vraisemblablement  dans  sa  surface 
circulaire  'une  étoile  de  lamelles  rayonnantes,  ce  qui 
dans  nos  exemplaires  n'est  pas  visible. 

Gis.     et    Loc.     Second     étage    à    Kboroscbovo    et 
Mnévniki. 

(*)  Le   moule  que    nous  ayons  présenté  Jubilaeum  Fischeri  pi. 
2.   f.   6.    appartient  peut  être  aux  polypiers. 


444 

VIII. 

PLANTES. 

52.)    Pecopteris  Auerbachiàisa  Rllr. 
(Kg-  55.) 

Pecopteris  Auerbachiana  Rouill.  Bull.  d.  M.  1846.  p.  412. 
L'échantillon  d'empreinte  de  la  face  inférieure, 
qui  a  été  trouvé,  ainsi  que  l'espèce  suivante,  non 
plus  dans  les  interstrates  de  grès  ferrugineux  mais  bien 
dans  la  masse  même  du  grès  blanc,  à  Tatarovo,  ajou- 
tent les    faits  suivants  à  la  connaissance  de  l'espèce: 

1.  La  fronde  est  pinnée. 

2.  Les  pennes  sont  opposées. 

3.  Les  pennes  pouvaient  atteindre  une  longueur 
de  3"  3'",  sur  la  quelle  se  disposaient  environ  35 
pinnules. 

4.  Les  pennes  largement,  irrégulièrement  espacées. 
L'intervalle  entre  les  pinnules  inférieures  d'une  pen- 
ne et  les  supérieures  d'une  penne  suivante  pouvait 
égaler  la  largeur  totale  d'une  penne  ou  seulement  la 
moitié. 

5.  L'insertion  des  pennes  sur  la  tige  s'effectuait  sous 
un  angle  de  77°.  Cependant  tous  les  rachis  n'étaient 
pas  parallèles  entre  eux,  les  pennes  divergeant  un 
peu  par  leur  extrémité,  ce  qui  sur  notre  empreinte 
ne  parait  pas  être  l'effet  du  dérangement,   vu  que  : 

6.  Les  rachis  étaient  épais,  à  la  base  des  pennes 
presque  de  la  moitié  de  la  largeur  des  pinnules. 
Face  inférieure  des  rachis  arrondie,  convexe. 

7.  La  première  pinnnle,  la  plus  proche  de  la  ti- 
ge, se  détachait  des  autres  et  s'appliquait  plutôt    sur 


445 

celle-ci  que  sur  les  pinnules  suivantes.  Aussi  la  forme 
de  la  première  foliole  était-elle  l'inverse  de  celle  des 
folioles  ordinaires. 

8.  Les  pinnules  un  peu  élargies  à  la  base,  ad- 
hérentes au  rachis  sur  toute  leur  largeur.  Leur  for- 
me change  un  peu  selon  qu'on  les  regarde  de  la 
face  supérieure  ou  inférieure.  Leur  sommet  appa- 
rait  plus  obtus  lorsque  la  pinnule  est  plus  courbée 
sur  la  pierre. 

9.  La  nervure  moyenne  fortement  marquée  sor- 
tant obliquement  du  rachis,  légèrement  tournée  en 
avant  en  arc,  visible  jusqu'au  delà  du  milieu  de 
la  foliole. 

10.  Les  pinnules  couchées  sur  le  même  plan, 
ayant  les  extrémités  un  peu  courbées  vers  la  face 
inférieure.  Nous  ne  pouvons  distinguer  ,  ni  sur 
cette  empreinte,  ni  sur  celle  de  la  face  supérieure 
que  nous  avons  donnée  ailleurs  (la  seule  qui  soit  con- 
nue jusqu'à  présent),  l'angle  que  deux  pinnules  op- 
posées forment  par  leur  implantation  sur  le  rachis. 

11.  Le  rachis  de  la  fronde  très  large  (trois  fois 
la  largeur  du  rachis,  égalant  les  trois  tiers  de  la  lon- 
geur  des  pennes)  faiblement  convexe,  et  à  ce  qu'il 
nous  parait,  parcouru  inférieurement  par  un  sil- 
lon profond. 

Nous  formulons  en  conséquence  la  diagnose  de 
l'espèce  ainsi: 

P.  fronde  bipinnata;  stipite  inferne  rotundato,  sul- 
cato,  pinnis  oppositis,  remotioribus ,  extremitatibus 
paululum  divergentibus,  sub  angulo  in  sertis;  rachi- 
bus  inferne  rotundato,    convexis  dimidiam  fere  latitu- 


446. 

dînera  foliolorum  adaequantibus  ;  pînnulîs  oblongo- 
ovatis,  obtusîs,  basî  pariera  dîlatatîs,  integerrimis,  ap- 
proximatis,  subîmbrîcato-contîguis ,  patentîssîmis;  ner- 
vo  medîo  reliquis  distinction,  rachi  oblique  ascenden- 
te,  antrorsura  incurvato,  ultra  dimidiura  foliolura 
conspicuo;  nervuHs ? 

A  ce  litre  noire  espèce  se  distingue  suffisamment 
de  la  Pecopteris  Murchisoniana. 

53.)  Gycadites    Brongniarti  Roeraer. 
(Fig-   46.) 

?  Cycadites  Brongniarti  Roem.  Oolit.  f.  10—11.  pi.  XVII. 
f.    1.  6. 

C.  foliis  pinnatis,  sublinearibus ,  pinnis  numerosis 
linearibus  approxiraatis,  apice  obtusiusculis  raedio 
costatis,  basî  subdilatatis  ("Roemer). 

Fronde  puînée,  rachis  très  fort,  très  convexe  in- 
férieurement,  rétréci  un  peu  vers  la  base  inférieu- 
re des  pinnules;  pinnules  linéaires,  irrégulièrement 
rapprochées  intègres,  élargies  à  la  base.  Bords  des 
pinnules  très  saillants  et  recourbés  vers  la  surface 
inférieure. 

Serait-ce  un  Polypodium  ? 


Ajoutons  quelques  indications  sur  le  gisement  dans 
notre  jura  de  plusieurs  fossiles  décrits  par  d'Orbigny 
(Russia  etc).  Au  troisième  étage  appartiennent  : 

54.  Acteon  Frearsiana  d'Orb.,  retrouvé  chez  nous 
enlre  Mnëvniki  et  Chélépicha.  Ne  le  confondez  pas 
avec  Y  Acteon  cincta    Rouillier    (  Bull.     1846.     pi.   C. 


447 

f.  7.)  et  YActeon  elongata  Rllr.  Ibid.  f.   16.  qui  sont 
du  premier  étage. 

55.  Acteon  Perovskiana  d'Orb. 

56.  Corbula  borealis. 

57.  Cerithium   russiense  d'Orb.    , 

58.  Pholas  IValdheimil  d'Orb.  La  même  espèce 
ou  plutôt  une  forme  voisine  se  retrouve  aussi  dans 
le  second  étage  et  même  dans  la  couclie  de  Tâlitzi 
(  Rouillier:    Jubilaeum    Fischeri  1847  p.  20.) 


Conclusion  générale.  Nous  présentons  dans  cet  étu- 
de 15  formes  entièrement  nouvelles,  19  nouvelles 
pour  Moscou,  et  des  détails  sur  la  charnière  de  11 
formes  déjà  connues  dans  notre  jura;  en  conséquen- 
ce des  renseignemens  sur  58  fossiles. 

Nota.  Les  figures  des  fossiles  appartenant  à  cet  étude,  pa- 
raîtront dans  le  N°  prochain  du  Bulletin. 

Ch.  Rouillier 

et 

Al.  Vossinsky. 


HulleLin  IB41  Tali.  B 


Bulletin  lH'iî  Tab.6. 


BuMiii  i»4i  ia.G. 


BuMethi  ia«  'lab.  H 


BttIMhi  ira    lah.H 


Ê 


ÉTUDES  PROGRESSIVES 

SUR 

XaA  ©ÈOL.OGIB 

DE  MOSCOU. 
EXPLICATION  DES  PLANCHES  (*). 

a* 

Nota.  Ne  pouvant  à  cause  de  l'accroissement  rapide 
des  matériaux,  imprimer  la  fin  de  notre  Explication 
de  la  Coupe  géologique  des  environs  de  Moscou  (Bull. 
1846),  nous  donnons  la  légende  des  cinq  planches  atta- 
chées au  text  paru. 

Tab.  A. 

(Bull.   1846.  N°  IL). 

Fig,   4 .  a.    Ammonites  cordatus  S.  var.  pinguis,    vu  de 
coté. 

b.  Id.,  vu  du  coté  du  dos. 

c.  Id.,  vu  du  coté  de  la  bouche. 
Riazan. 


(*)  Toutes  les  fois  que  nous  n'indiquerons   pas  précisément  la  mesure 
nous  enlendon*  la   grandeur  naturelle. 


•264 

Fig.  2.  a.    Amm.  Lamberti  S.  xar.flexicostatus  Phill.  (?) 
jeune  individu,  grossi  deux  fois,  vu  de  colé. 
b.  Id.,   vu  du  coté  de  la  bouche. 
Riazan. 

Fig.  3.  a-  Amm,  alternans  de  Buch.  var.  ovalis  Quents., 
grossi  deux  fois,  vu   de  coté, 
b.  Bouche  du  même. 
Tr.  étage. 

Fig,   4.   a.  Amm.    alternans  de  Buch  ,  var.  compressus, 
grossi  deux  fois,  vu   de  coté, 
b.  Id.,  vu  du  colé  de  la  bouche. 
Tr,  étage. 

Fig.  5.  a.  Amm.  Lamberti  Sow.  var.  jîexicostatus  Phill. 
Q)(Cf.A.  cordatus  et  quadratus  S.)j  adulte, 
vu  du  coté  de  la  bouche,  de  gr.  nat. 
b.  Id.,  vu  de  coté,  de  gr.  nat. 
Riazan. 

Fig.  6.  a.  Amm.  cordatus  S,  var.  pinguis,  jeune,  vu  de 
colé. 

b.  Id.,  vu  du  colé  de  la  bouche. 
Riazan. 

Fig.  7.  a  Amm.  Hcnleyi  Sow.  (?),  grossi  deux  fois,  vu  de 
coté. 
b    Id.,  vu  du  coté  de  la  bouche. 

c.  Sinuosités  d'une  cloison 
Simbirsk. 

Fig.  S.  a.   Amm.  sp-,  grossi   deux    fois  ,    vu  du  colé  de   la 
bouche, 
b.  Id.,  vu  de  colé. 
Simbirsk. 

Fig.  9.  a    Amm.  Brodiei  S.  (?),  grossi  deux    fois,   vu    du 
coté  de  la  bouche. 


265 

b.  Id.,  vu  de  coté. 
Riazan. 
Fig.  40.  a.  Amm.   TVilliamsoni  Phill.,  vu  de  coté. 
Riazan, 

Tab.  B. 

(Pull.   1846  NO  IL). 

Fig.    4 .  a.  ammonites   Tscheffkini  d'Orb.,  vu  de  coté, 
b.  Id.,  vu  du  coté  de  la  bouche. 
Riazan. 
2.  a.  Amm.  Hcrvcyi  S.,  vu  du  coté    de  la  bouche. 

b.  Id.,   vu  de  coté. 

c.  Sinuosités  d'une  cloison    pour  montrer  les  lobes 

et  les  selles. 

d.  Jeune  individu,  vu  du  coté  de  la  bouche. 

e.  Id.,  vu  de  coté. 
Riazan. 

Fig.    3.  a.  Amm.   Lamberti  S.  var.  pinguis  Quents.,  vu 
de  colé. 
b.  Id.,  vu  du  coté  de  la  bouche. 
Simbirsk. 
Fig.   4,   a.  Amm.  polymorphus  mixtus  Quents..  vu  du  coté 
de  la  bouche. 
b.  Id.,  vu  de  coté 
Simbirsk. 
Fig.  5.  a.  Amm.  macrocepalus  Schl.  junior,  vu  du  colé 
de  la  bouche. 
b.  Id.,  vu  de  colé. 
Simbirsk. 
Fig.  6.  a.  Lamna    Phillipsii  n.    (Lamna    longidens  Ag?) 
vu  de  colé.  (Bull.   1847  p.  372.) 
b.   Id.,  vu  du  colé  de  la  face  extérieure. 


166 

c.  Id.,  coupe  transversale,  la  face  extérieure  en  bas 
Sec.   étage. 
Fig.  7.  a.   Thracia  laevigata  Phill.  (sp.)  rue  du  colé  des 
crochets, 
b.  Id,j  vue  de  coté  de  la  valve  droite. 
Pr.   étage. 
Fig.  8,  a.  Amm.  biplex  S.  var.  laevis,  vu  de  colé  de  La 
bouche, 
b.  Id.,  vu  de  coté. 
Sec.  étage. 
Fig.  9.  a.  Cyprina  laevis  n.,    vue  du  coté    des    crochets, 
grossie  deux  fois. 

b.  Id.,  vue    du  colé  de    la    valve   droite,   gr.  deux 

fois. 

c.  Même  individu,    de  gr.    nat.,  vu  du  coté    de  1. 

v.  dr. 

d.  Même  individu,  de  gr.  nat.,  vu  du  coté  du  bord 

buccal. 

e.  Jeune    individu,    vu  du  colé  de  la  valve  gauche. 

f.  Id.,  vu  du  coté  des  crochets. 

g.  Id.,   vu  du  coté  du  bord  buccal. 

h.   Moule  de  l'individu  c,  d,  vu  du  coté  d.   1.  v.  dr. 
Pr.  élage. 
Fig.  -fO.  a.  Pholadomia  canaliculata  Roem.,  vue  du  coté 
des  crochets, 
b.  Id.,  vue  du  coté  de  la  valve  droite. 

Fig.  4i.  a.  Cardium  concinnum  de  Buch,    moule,   vu  du 
coté  du  bord  anal, 
b,  Id.,  vu  du  coté  de  la  valve  gauche. 
Pr.  étage. 

Fig.  4%    a.  Cardita  sp.j   moule,  vu  du  coté  du  bord  anal. 
b.  Il,  vu  du  coté  de  la  valve  droite. 
Pr.   étage. 


267 

Fig.  43.  a.   Astarte  ouata  Phill.,  vue  du  coté  des  crochets. 

b.  Id.,  vue  du  coté  du  bord   buccal. 

c.  Td.,   vue  du  coté  de  la  valve  droite. 

Sec.   étage. 

Fig.  44.  a.  Terebralula  (  Rhynchonclla  Fisch.  Rouil. 
Hypothyris  Phill.,  Morrhis,  King.)  pentatoma 
Fischer  (T.  oxyopthycha  Fisch.),  vue  du  coté 
de  la  valve  ventrale  (Bull.  d.  M.  -1846  N°  II 
pag.  455  ) 

b.  Id.,  vue  du  coté  du  bord  latéral. 

c.  Id.,   vue  du  coté  du   bord  frontal. 

d.  Id.,  vue  du  coté  des  crochets. 

e.  Individu  plus  jeune   (var.   juvenilis    L.    c.)    un 

peu  dérangé  dans  la  valve  ventrale. 

f.  Id.,  vu  du    coté  du  bord  latéral. 

g.  Id.,  vu  du  coté  du   bord  frontal, 
h.  Id.,  vu  du  coté  des  crochets. 

i.    Individu   très  jeune  (  var.  junior  L.   c.)    vu    du 

coté  de  la  valve  ventrale, 
k.   ïd.,  vu  du  coté  du  bord  latéral. 
1.    Id.,  vu  du  coté  du  bord  frontal, 
m.  Id.,   vu  du  coté  des  crochets. 
Pr.  étage. 

Fig.  45.  a       Tcrebratula    (  Rhynchonella    Fisch.     Rouill 
Hypothyris  Phill.    Morrhis,    King    Bull.  1847 
pag.  394  sq.)  Fischeri  Rouill.  (non    d'Orb.), 
vue  du  coté  de  la  valve  ventrale. 

b.  Id.,  retenue   dans    la    position    propre    à    laisser 

voir  la  valve  dorsale  presque  entière. 

c.  Id.,  couchée  sur  la  valve  ventrale. 

d.  Id.,  du  coté  du  bord  latéral. 

e.  Id.,  du  coté  des  crochets. 
Sec.  étage. 


268 

Fig.  16.  a.  Sanguinolaria  elegans  Phill.  (?),  vue  du   colé 
de  la  valve  gauche,  grossie  deux  fois, 
b.  Id.,  de  gr.  nat. 
Tr.   étage. 
Fig.  17.  a.    Terebratula     (PJiynchonelld)     bidens    Phill. 
(Bull.   1847  p.  376.),  vue  du  coié  de  la  valve 
ventrale. 

b.  Id.,  vue  du  coté  du  bord  latéral. 

c.  Id.,  vue  du  coté  du   bord  frontal. 

d.  Id  ,  retenue    dans    la    position    propre    à  laisser 

voir  toute  la  longueur. 
Sec.  étage. 
Fig.  1S.  a.  Terebratula  (Rhynchonella)  Fischeri  var.  vue 
du  coté  de  la  valve  ventrale. 

b.  Id.,  vue  du   colé  du   bord   frontal. 

c.  Id.,  vue  du  colé  de  la   valve  dorsale. 

d.  Id.,  vue  de  coté  du  bord  latéral. 
Sec.  élage. 

Tab.  G.  (*). 

(Bull.    184G   N°   II.) 

Fig.   1.  a.   Turitdla  Iazikoviana  Rllr ,  grossie   deux  fois, 

vue  du  colé  de  la  bouche  (Bull.  1847  p  406). 

b.  Id.,  de  gr.   nat. 

Simbirsk. 

Fig.   2.  a.   Cerithium  asperum  Rllr.,  grossie   trois  fois,  vu 

du  coté  de  la  bouche  (Bull.   1847  pag.   406). 


(*)  Il  est  à  remarquer  que  les  univalves  de  celte  planche  out  été 
reuversécs  par  une  erreur  du  lithographe  et  qne  les  lettres  correspon- 
dantes  n'ont    pas   toujours   été   placées. 


2G9 

b.  Id.,  surface  extérieure  d'un  contour    pour  mon- 
trer la  disposition  des  lignes  élevées,  grossie. 
Tr.  étage. 

Fig.  3.        Turitella  Kirceviana  Rllr.,  vue  du  coté  de  la 
Louche  (Bull.  1847  pag.  405). 
Simbirsk. 

Fig.  4.  Turitella  Fahrenkohlii  Rllr.,  vue  du  colé  de  la 
bouche,  grossie  deux  fois  (Bull  1847  p.  405). 
Tr.  étage. 

Eig.  5.       Buccinum     Key serlingianum     Rllr. ,     grossi, 
trois    fois,   vu  du    coté    de    la    bouche.  (Bull. 
1847  pag.  404). 
Tr.  étage. 

Fig.   0.       Buccinum  lacve  Rllr.,  grossi,  vu  du  coté  de  la 
bouche.  (Bull.  1847  pag.  406). 
Tr.  étage. 

Fig.  7.       JRostellaria    trifida  Phill.,  vue  du    colé  de  la 
bouche.  (Bull.   1847  pag.  404). 
b.  Id.,  vue  du  coté  de  la  face  extérieure. 
Tr.  étage. 

Fig.   S.  a.   dpiocrïnitcs  rotundatus  Park.  var. 

b.  Id.,  Coupe  transversale  à  l'extrémité  supérieure, 
c    Id.,  à  l'extrémité  inférieure. 
Tr.  étage 

Fig.   9.  Pentacrinites  hasalliformis  Mill.         . 

Fig.  10.  Id. 

Fig.  H.  là. 

Fig.  4%  Id. 

Tr.  élage. 

Fig.  43.  a.  Pectenlens   S.,  var.,  valve  ventrale,  vue  en  dessus 
b.  Id.,  valve   dorsale,   vue  en  dessus. 


270 

c.  Portion  de  la  même,  grossie. 

d.  Valve  ventrale,  vue  de  coté. 

e.  Valve  dorsale,   vue  de  coté. 
Tr.  élage. 

Fig.  44.  a.    (*)    Pecten    Dechcni    Roemer,    vu  en    dessus, 
grossi, 
b.  Id.    de  gr.  nal. 
Tr.   étage. 
Fig.  44.   Turbo  Eichwaldianus    Rllr.,  vu    du  coté  de  la 
bouche,  grossi. 
Tr.  étage.  (Bull.  1847  p.  402). 

Fig.  45.  T.  bipartitus  Rllr.   (L.  c.  p.  402.),    vu   du  coté 
de  la  bouche,  grossi. 
Pr.   étage. 

Fig.  46.  a.  Actcon  elongata  Piouill.,  grossie,  vue  delà  face 
extérieure  (Bnll.   1847   pag.  405). 
b.    Id.,  vu  du  coté  de  la   bouche. 
Pr.  étage. 

Fig.  41 '.  a.   Actcon   cincta  Rouill.  grossie,   vue    de  la  face 
extérieure  (Bull.  1847  pag.  405). 
b.  Id.,  vu  du  coté  de  la   bouche- 
Pr.  étage. 

Fig.  48.  Actcon  lacvigata  Rllr.,    grossie,  vue  du  coté   do 
la   bouche. 
Tr.  étage 

Fig.  19.  a.  Cidaritcs    spathulatus  .  Aaerb.    (Bull.     1847 
pag.  440J 
b.   Id.,  partie  articulaire. 
Pr.  élage. 


(*)    A   gauche   de   la    précédente. 


271 

Fig.  20.  a.  Spatangites    carinatus    Leske,  vu  du  coté  de 
la  face  supérieure. 

b.  Id.,  vu  du  coté  de  la  face  inférieure. 

c.  vu  de  coté. 

d.  Pores  du  même  grossis. 
Tr.   étage. 

Fig.  24.  z.  Cidarites  Agassizii  Roem.,   vu    du  coté  de  la 
face  supérieure. 

b.  Id.,  vu  de  coté. 

c.  Id.,  vu  du  coté  de  la  face  inférieure. 

Sec.  étage. 
Fig.  22.  a.  Cidarites JlorigemmaFhill.,  (?), mouleexlérieur, 
grossie. 
b.   Id.,  moule  extérieur,  de  gr.   nat. 
c    Courbure  du   moule  intérieur,  vu  de  coté. 
Sec.  étage. 

Fig.  23.  a.    Turbo  Jazikovianus   d'Orb.,  grossi,  vu  du  coté 
de  la  bouche.  (Renversé.) 
Sec.   étage. 

Fig.  24.  T.  Puschianus  d'Orb.,  grossi ,    vu    du  coté  de  la 
bouche.  (Renversé.) 
Sec.   étage- 

Fig.  25.  a.  Macquartia  dubia  n. 

b    Excroissances  patelliformes  de  la  même,  grossies. 
Sec.  élaç;e. 

Fig.  26.  Anom\a  jurensis  Roem. 
Sec.   étage. 

Fig  27.  (*)  a.  dvicula  Sp.   valve  droite,    vue   en  dessus. 


(*)  Au  lieu     du   chiffre    27    ou    a    placé    par    erreur    25;    on  a    encori 
oublié  de  placer  les   deux  chiffres  28,   29. 


272 

b.  ld.,  vue  en  dedans. 
Tr.  élage. 
Fig.  28.  Àvicvla  signata  n.,  valve  gauche,  vue  en  dessus 

Tr.  élage. 
Fig.  29.  a.  Pecten  spathulatus  Roein    valve  dorsale, 
b.   Id.,  valve  venlrale. 
Tr.  étage. 

Tab.  D. 

(Bull.  1846  N°  II). 

Fig.  ■/.  a.  Buchia  {*)  [Aucclla  de  Keyserl.  \846)mosquen- 
sis    Fiscli.     (sp.)    (**)  ,  grossie ,    vue   du   colé 
de  la  valve  ventrale, 
b.   Id.,  vue  du  coté  du  bord  buccal. 
Fig.  2.  a.  Id.,  valve  venlrale,  vue  en  dedans,  grossie. 

b.  Id.,  valve  venlrale,    grossie,    vue  du  colé  de  la 
charnière. 
Pr.  étage. 
Fig.  3.  a.  Buchia  Pallasii  de  Keyserl.    (sp).   var.     valve 
dorsale,  de  gr.  nat.,   vue  en  dessus. 

b.  Id.,  vue  du  colé  du  bord  buccal. 

c.  Id.,  vue  en  dedans. 

d    Charnière  de  la   même. 
Sec.  élase. 


(*)  J'ai  établi  ce  genre  en  I-8.W,  d'après  une  analyse  présentée  à  la 
Société,  comme  on  peut  le  voir  signalé  dans  le  protocole  inserré  au  Bull. 
-38^5    p.  285,  et  une  seconde  fois  dans   mon  Discours  -ISN5    p.   52  nota  251. 

(**)  Ce  fossile  reçut  le  nom  spécifique  mosc/uensis  de  deux  auteurs: 
Mr  de  Fischer  la  nommé  ainsi  eu  4809  (Térebratules  etc.  pag.  56  pi.  f 
f.  8,  9.)  et  Mr.   de  Bucli   en    18H5. 


273 

Fig,  4.  a.   Bachia  Bronnii  nob.   vue   du  coté  de  la  valve 
venlrale,  grossie  deux  fois-, 
b-   Id.,  vue  du  coté  du   bord  anal. 
c.  Portion  du  test,   grossie. 
Tr.  étage. 
Fig.   5.  a.  Avicula  ovalis  Phill.  ?,  vue  du  coté  de  la  valve 
dorsale,  grossie  deux  fois. 
Tr.  étage. 
Fig.  6.  a.   Lima  Phillipsii    d'Orb.,    valve  gauche,  vue  en 
dessus. 

b.  Id.,  vue  du  coté  de  la  charnière. 

c.  Portion  du  lest,  grossie. 
Sec.   étage. 

Fig.  T.  a.   Lima,  rigida  S.?,  valve  droite  vue  en  dessus, 
b.  Id.    portion   du  lest,  grossie. 
Sec.  étage. 
Fig~.  8.  a.  Lima  sp.,   portion  du  test  grossie. 

Sec.  étage. 
Fig.  9.  a.    Cucullaca  (Arca)  signata    Rllr.    (C.    acmula 
Phill.?)  valve  droite,  vue  en  dessus  (Bull.  1847 
p.  428). 

b.  Id.  vue  de  dedans, 

c.  Id.,  jeune,  individu  vu  du  coté  de  la  charnière. 

d.  Id.,  portiou  du  lest,  grossie. 

Sec.  étage. 
Fig   10.  a„   Cucullaca    (Arca)    ruais    Rllr.,  valve    droite, 
vue  en  dessus.  (Bull.   1847  p.  428). 
b.  Id.,  vue  du  coté  de  la  charnière. 

d.  Id.,  portion  de  la  facette  du  ligament,  grossie. 

e.  Id.,  vue  en  dedans. 
Sec.  étage. 

Fig.  44 .  a.  Cucullaea  (Arca)  cancellata  Sow.  var.(C.  tcxta, 
Roem.?)  valve    gauche,  vue  en  dedans,  grossie 
deux  fois  (Bull.  1847  p.  428). 
N.  I.  1848.  18 


Tj4 

h.  Id.,  vue  en  dessus. 
c.  Id.,  vue  du  colé  de  la  charnière, 
e.  Td.,  portion  de  la  facette  du  ligament,  grossie. 
Tr.  étage. 

Fig.  42.  a.   Cucullaea  (Arca)  elongata   S.-,    valve   gauche, 
vue  en    dessus. 

b.  Id.,  vue  en  dedans. 

c.  Portion  du  lest,  grossie. 

d.  Valve  gauche  vue  du  colé  de  la  charnière. 
Tr.  étage. 

Fig.  43.  a.  Nu-cuia  lavryma  S.,   valve  ar.    gauche    vue  en 
dessus,  grossie  deux  fois. 

b.  Coquille  vue  du  colé  de  la  charnière»      , 

c.  Portion  du  lest,  grossie. 
Tr.  étage. 

Fig'.  44.  Cucullaea  (Arca)   gracilh   Rllr.  (C.  imperialis 
Roem .?),  valve  droite  vue  en  dessus  (Bull.  1847 
p.  428). 
Tr.  élage. 

Fig.  45.  a.    A&tarte    cordiformis     Desh.,     val*e    gauche, 
grossie,  vue  en  dedans» 

b.  Coquille  vue  du  coté  de  la  charnière. 

c.  Largeur  de  la  coquille. 

d.  Coquille  vue  du  coté  du  bord  buccal ,    grossie. 

e.  Denis  de  la  valve  gauche  vues  perpendiculaire- 

ment à  la  charnière,  grossies. 

f.  Epaisseur  de  la  coquille. 

g.  Valve  droite  vue  en  dessus,  grossie, 
h.  Longueur  de  la  même. 

Tr.  étage. 

Fig.  /6.  a.   Cucullaea  (Arca)  oblonga  Mill.?  valve    droite, 
vue  en  dessus,  de  demi  gr.  nal. 


275 

b.  Id.,  vue  du  coté  du  bord  buccal. 

c.  Id.,  vue  du  colé  de  la  charnière. 
Pr.  étage. 


Tab.  E- 

vBull.    1846  N.  II). 

Fig.    4 .  a.   Astarte  cordiformls  Desh.,  valve  gauche,  vue 
en  dedans,  de  gr.  n. 
b.  Id.,  valve  droite,  vue  en  dedans,  d.'gr.  nat. 

d.  Dent  cardinale  de  la  valve  droite  vue  perpendicu- 

lairement à  la  charnière,  grossie. 

e.  Charnière    de    la  valve  vue    en  dedans,    grossie. 

Les  dents  tronquées  (Bull.   1847  p.  417). 
Tr.  étage. 

Fig.  2.  Astarte  minima  Phill.,  valve  droite,  vue  en  dessus. 

b.  Id.,  vue  en   dedans. 

c.  Id.,  grossie  deux  fois,  vue  en  dessus. 

d.  Id.,  vue  en  dedans,  grossie  deux  fois. 

e.  Coquille  entière,  grossie  deux  fois,  vue  du  colé 

de  la  charnière. 
Tr.   étage. 

Fig  3  Lucina  lineata  S.  Jeune  individu,  vu  du  colé  de  la 
valve   gauche,  grossi  deux  fois, 
b.  Id.,   vu  du  colé  de  la  charnière. 
Tr.  étage. 

Fig.  4 .   a.  Puschia  (Astarte)  planata  Sow.  (sp.)?,  vue  du 
colé  de  la  valve  gauche  (Bull.  1 847  p.  418). 

b.  Id.,  vue  du  coté  de  la  charnière. 

c.  Id.;  vue  du  colé  du  bord  buccal. 

18* 


27G 

<l.  I.  Moule  intérieur,  vu  du  coté  de  la  valve  gauche, 
e.  Id  ,  vu   du  coté  de  la  charnière. 
Sec.  étage. 
Fig  5.  a.  Lucina  Frearsiana  Rllr.  sp.,  vue  du  coté  de  la 
valve  gauche. 
b    Id  ,  vue  du  coté  de  la  charnière. 

c.  Id.,  jeune  individu. 

d.  Id.  jeune  individu,  vu  du  coté  de  la  valve  gauche. 
Tr.  étage. 

Fig.   6.  Lucina   lyrata    Phill.   var.  pinguis,  vue  du  coté 
de  la  valve  gauche. 

b.  Id.,  vue  du  colé  de  la  charnière. 

c.  Id.,   moule    intérieur    vu    du    colé    de    la  valve 

gauche. 

d.  Id.,  vu  du  coté  de  la  charnière. 
Sec.  étage. 

Fig.  7.  Astartc  Panderi  n  ,  vue  du  coté  de.la  valve  gauche, 
b.  Id.,  vue  du  coté  de  la  charnière.  Figure  inexacte, 

qui  doit  être  remplacée  par  une  autre  (Tab.  G. 

fig.  28  c,  d). 
C.  Id..  moule  intérieur  vu  du  coté  de  la  charnière. 

d.  Id.,   vu  du  colé  de  la  valve  gauche. 

e.  Id.,  jeune  individu. 

Sec.  étage  (Bull.  -1847  p.  413). 

Fig.  S.  a.  Cyprina  Cancriniana  d'Orb.,  vue  du  coté  de  la 
valve  droite. 

b.  Id.,  vue  du  colé  de  la  charnière.    Cette    figure 

inexacte  en  ce  qu'elle  a  été  faite  sur  un  exem- 
plaire donl  les  nymphes  n'étaient  pas  appa- 
rentes, doit  être  remplacée  par  une  autre  (Tab. 
H.  fig,  33.  B). 

c.  Id.,  moule  d'un  jeune  individu,  vu  du  coté  de  la 

valve  d  roi  le. 


277 

d.  Id.,  moule  de  l'individu  a,  b,  vu    du  colé  de  la 

valve  droite. 

e.  Id.  vu  du  colé  de  la  charnière. 
Sec.  étage  [Bull,  i  847  p.  422). 

Fig.   9.  a.  Ostrea  duriuscula  Phill  ,  valve  ventrale  vue  en 
dessus. 

b.  Id.,  vue  en  dedans. 

c.  Id.,  charnière  de   la  môme,  grossie. 
Sec.  étage.  (Bull.  1847  p.  436). 

Fig. 10.  Ostrea  KharascJiovensis  nob.,    vue  du  coté  de  la 
valve  ventrale. 

b.  Id.,  vue  du  colé  de  la  valve  dorsale. 

c.  Id  ,  vue  du  coté  du   bord    anal. 

d.  Id.,   vue  du  colé  de  la  charnière,  grossie. 

e.  Jd.,  coupe  transversale    à  l'extrémité  inférieure 

brisée,  la   valve  dorsale  en-bas. 
Sec.  étage  (Bull.   1847  p.  432). 

Rllr. 


UIL 


Nota.  Les  planches  suivantes  appartiennent  aux  Etudes 
progressives  sur  la  Paléontologie  des  environs  de  Moscou 
(Bull.  1847.  N°  II.  pag.  371-448;. 

Tab.  F. 

(Bull.    1847   pag.  371-398). 

Fig.  1 .  a,  Lamna  Phillipsii  n.  (Lamna  longidens  Ag.?) 
avec  sa  partie  basilaire  vue  de  la  face  exté- 
rieure (Bull.   1847  p.   372). 


278 

b.  Id.j  vue  de  coté. 

Sec.  étage. 

Les  figures  \  —8  sont  destinées  à  représenter 
les  variations  principales  (Bull.  1847  p.  372  — 
398).  de  la  Terebratula  (Rhynchonella)  tinpli- 
cata  Phill.  Les  lettres  indiquent  les  positions 
suivantes: 

a.  Vue  du  coté  de  la  valve  ventrale,  la  térebratule 

couchée  sur  la  dorsale. 

b.  Vue  du  coté  de  la  valve  dorsale  ,  la  térebratule 

couchée  sur  la  ventrale. 
by.  Deltidiurn  grossi. 

c.  Vue  du  coté  du  bord  frontal 

d.  Vue  du  coté  de  la  charnière. 

e.  Vue  du  coté  du  bord  latéral. 

f.  Vue    du  coté    de    la  dorsale    retenue    dans    la 

position  propre  à  laisser  voir  toute  la  longueur 
du  fossile. 

g.  Position   opposée,   c.    à.  d.    vue    du   coté  de  la 

dorsale,    le    fossile    retenu    dans   la   position  à 
laisser  voir  toute  sa  longueur. 

Les  figures  représentent  les  variétés  suivantes: 

Fig.  2.    Terebratula  (Rhynchonella)  acuta  Sow.?  ou  plutôt 
Tereb.  tripllcata  Phill.  var.    subacuta  nob.  (L. 
c.  pag.  375). 

Moule  intérieur  d'un  jeune   individu. 

Fig.   3.  Id.,  individu  adulte. 

Fig.  4.    Ter.    (Rhynch.)    bidcns    (triplicata)    Phill.    var. 
primaria  n.  (L.  c.  pag.  377). 

Fig    5.  Id.,  var  secundaria  n.  (L.  c.) 


279 

Fig.  6—7.  Id.,  var.  terCiana  n.  (L    c.) 

Fig    8.   Ter.     ("Rhynch.)  triplicata    Phill.  typica  (L.  g. 
pag.  376). 
Toutes  du  sec.  étage. 

Fîg.  9.  a.  Tereb.  fur  dilata  Theodori,.  individu  assez  jeuue 
(L  c.  pag.  378).  An  nov.  sp.?  [T.  Zeuschneri 
nob.) 

b.  Id-,  vue  du  coté  du  bord  latéral. 
Tr.  étage. 

Fig.  10.  a.    Tcrebratula  furcillata    Theodori,    exemplaire 
adulte,  grossi  deux  fois,  vu  du  coté  de  la  ven- 
trale (L,  c.) 
1>.  Id  ,   vu  du  coté  dé  la  dorsale. 

c.  Id.,   vu  du  coté  du  bord  frontal. 

d.  Id.,  vu  du  coté  du  bord  latéral. 

Fig.  fi.  A.  Ter.  scabra  Fisch.  (L.  a.  pag.  384),.valve  dorsale 
vue  en  dedans. 
A'.  Id.,  vue  du  coté  de   la  charnière. 
B.  Id..,  valve  ventrale  vue  en  dedans,  grossie  (L.  c). 

Fig  12.  A,   Ter.  luna  Fisch.  (L.  c.  p.  388),  valve  dorsale 
vue  en  dedans. 
B.  Id.,  valve  ventrale  vue  en  dedans,  grossie. 

Fig*  42*  k.  Ter.  bullata  Sow.,.  valve  dorsale  vue  en  dedans, 
grossie  (L.  c.  pag.  389). 

B.  Id..,  vue  du  coté  de  la  charnière. 

C.  Coquille  entière,  vue-  du  coté  du  bord  latéral» 
D-   Id.,  vu   du  coté  de  la  ventrale* 

La  dorsale  nous  manque. 
Sec.  étage-. 

Fig,  13.  A.  Ter  perovulis  Sow.,  valve  ventrale  vue  en 
dedans.  La  charnière  est  fracturée  à  sa  partie 
inférieure  (L.   c.   pag.  390). 


280 

B.  Id.,  vue  du  coté  tle  la  charnière. 
Sec.  élage. 

Fig.44.X.   Ter.  (Rhynch.)  Fischeri  Rouill.    (non  d'Orb.) 
(L.  c.  pag.  391).  Valve  dorsale  vue  en  dedans. 

B.  Id.,  grossie. 

C.  Valve  ventrale  vue  en  dedans. 

D.  Id.,  grossie. 

E.  Valve  dorsale  vue  du  coté  dn  bord  latéral. 

F.  Moitié  des  deux  valves  opposées  réunies- 

Celle  dernière    figrure  et   toutes    les  antëcé- 
dénies    de    la    même    espèce    sont  destinées  à 
représenter  la   position  des  parties  respectives 
de  la  charnière. 
Sec.  étage, 

Fig,  45.  A.    Ter.  pentatoma  Fisch.  (L.  c.  pag.  391),  valve 
ventrale  vue  en  dedans,  grossie  deux  fois. 
B.  Id.,  vue  du  coté  de  la  charnière. 
Pr.  élage. 


Tab    G. 
(Bail.  1847    pag.  399-415). 


Fig.  46.  a.   Turbo  Meyendor fii    d'Orb.    var.    secundaria 
n.  (L.   c.  p.  400),  vue   du  coté  de  la  bouche, 
b.   Portion  du  tesl,  grossie. 
Sec.  étage. 

Fig.  47.  a.    Turbo  Pu.se/iianits.  d'Orb.   var.  secundaria  n. 
(L.  c.   pa£.  400),  vu   du   coié  de  la  bouche. 


'281 

b.   Portion  du    lest  grossie . 
Sec.  étage. 

Fig.  iS.    Turbo  Panderianus  n.  (L.  c  pag.  441),    vu  du 
coté  de  la  bouche. 
Sec.  étage. 

Fig.  49.    Buccinum    incertain    d'Orb.  (L.    c.  pag.  402), 
moule  avec  reste  du  lest,  du  coté  de  la  bouche. 

Sec.  étage. 

Fig,  20.  a.  Pleur oto  m  aria  Orbigniana  nob.    (L.    c.  pag 
402),   vue  du  coté  de  la  bouche. 

b.  Id.,  vue  du  coté  du   sommet. 

c.  Id.,   vue  du  coté  de  l'ombilic. 

d.  Tort  ion  du  test,  grossie. 
Sec.   étage. 

Fig.  24.  Trochus  monilitcctus  Phill.  (L.  c.  pag.  403),  vu 
dû  coté  de  la   Louche,  grossie 
Tr.  étage. 

Fig.  22.   Buccinum  Keyserlingiannm  Rouilk  (L.  c  pag. 
404).  Portion  du   lest  fortement  grossie. 

Coquille  entière  (Bull.   1846.   B.   C.  f.   5.). 
Tr.  étage. 

Fig.  23.  a.  Murex  Puschianus  n.    (L.  c.  pag.  405.),  vue 
du  coté  de  la   bouche, 
b.  Id.,  vue  du  coté  de    la   face    extérieure,    grossie 
deux  fois. 
Tr.  étage- 

Fig.  24 '.  a.  Panopaea     Orbigniana    nob.     {Pholadomya 
dilata  de   Keyserl.?)   vue  du   coté  de   la  valve 
gauche  (Bull.   1847   pag.  407). 
b.   Portion  du  lest,  grossie. 


282 

e,  Id.,  vue  du  coté  de  la   charnière, 
p.  Id.,  fortement  grossie,  pour  laisser  voir  la  char- 
nière. 

Sec.  étage, 

Fig.Vô.z.  Opis  lunulata  S.  (sp.)  (Bull.  -1817.  p.  407), 
vue  du  coté  de  la  valve  gauche,  grossie  deu\ 
fois. 

b.  Id.,  vue  du  coté  du  bord  anal. 

c.  Id.,   vue  du  coté  du  bord  buccal. 

d.  Id.,  valve   droite,    vue    en   dedans,    d.    gr.   itat., 

les  dents  usées. 

e.  Id.,  moule  intérieur,   vu  du  bord  anal. 

f.  Id.,  vu  du  coté  du  bord  buccal. 

g.  Id.,  vu  du   colé  de  la  valve  gauche. 

Sec.  étage. 

Fig..26.A.  Jsiarte  ovata  Phill.  (Bull.  1847  pag.  41G). 
Charnière  de  la  valve  droite,  vue  en  dedans, 
grossie  deux  fois. 

a.  Sillon  ligamentaire.  En  dessous   les   aymphes    el 

la  fossette  ligamentaire. 

b.  Dent  ligamentaire. 

c.  Fossette  cardinale. 

d.  Dent  cardinale. 

e.  Fossette  lunulaire. 

f.  Dent  lunulaire. 

g.  Sillon   marginal  antérieur, 
h.  Sillon  marginal  postérieur. 

i.    Comencement  du   bord  bticcaî. 

B.  Charnière  de  la  valve  gauche  grossie  deux  foi*. 

a.  Sillon  ligamentaire.    En  dessous  les  nymphes,    la 

fossette  ligamentaire  el  la  dent  ligamentaire. 

b.  Fossette  lunulaire. 


283 

c.  Dent  cardinale. 

d.  Fossette  cardinale. 

e.  Dent  marginale  antérieure. 

f.  Dent  lunulaire. 

h.  Dent  marginale  postérieure. 

C.  Id.,  valve  droite,    vu  du  coté  du   bord  anal. 

D.  Id.,  coquille  entière  vue  du  coté  du  bord  buccal. 
Sec.  étage. 

Fig.  91 .    Astarte  ovoïdes  de  Buch    (sp.).  Charnière  de  la 
valve  droite  (L.  c.  p.    412). 

a.  Fossette  lunulaire. 

b.  Dent  lunulaire  (*). 

c.  Fossette  cardinale. 

d.  Dent  cardinale. 

é.  Fossette  ligamentaire. 
f.   Nymphes. 
Sec.   étage. 

Fig.  28.  A.  Astarte  PanpLéri  Rllr,.  (Bull.  1847.  pag.  413). 
Charnière  de  la  valve  droite,  grossie. 

a.  Dent  lunulaire. 

b.  Sillon   marginal  antérieur. 

c.  Fossette  lunulaire. 

d.  Dent  cardinale. 

e.  Fossette  cardinale. 

f.  Nymphes. 

g.  Sillon  ligamentaire. 

h.  Dent  accessoire  antérieure. 


(*)  Au  lieu  de  «  b  Dent  ligamentaire  »   {  Bull..  18^7    p*o.  JH2),    lisez; 
Dent  lunulaire." 


284 

i.   Sillon   marginal  postérieur. 

B.  Id.,  coquille  vue  du  coté  de  la  valve  droite. 

C.  Id.,  vue  du  coté  de  la  charnière. 

D.  Id.,  grossie  deux  fois. 
Sec.  étage. 

Fig.  29.  a.  Astarteretrotracta  n.  {A.  obtusa'de  Keyserl.?}, 
valve   gauche,  de  gr.nal.  (L.  c.  p.  414). 

b.  Id.,  grossie  deux  fois. 

c.  Id.,  coquille,  vue  du  cote  de  la  charnière. 

d.  Id.,  grossie. 

e.  id.,  valve  gauche  vue  en  dedans,  grossie. 

f.  Ip.,  vue  du  coté  de  la  charnière,  grossie. 

Tr.  étage. 


Tab.  H. 

(Bull.   1847  pag.   418  —  436.) 

Fig.  30.  A.  Puschia  planata  S.  (sp.)P   Valve    gauche  vue 
en  dedans  (L.  c.  pag.  418). 

a.  Fossette  lunulaire. 

b.  Dent  lunulaire. 

c.  Fossette  cardinale. 

d.  Dent  cardinale. 

e.  Fossette  ligamentaire. 

f.  Sillon  ligamentaire. 

g.  Lame  marginale, 
h.   Sillon   marginal. 

B.  Charnière  de   la  valve  droite  {L.   c) 

a.  Fossette  lunulaire. 

b.  Dent  lunulaire. 


285 

c.  Fosselte  cardinale. 

d.  Dent  cardinale. 

e.  Fossette  ligamentaire. 

f.  Sillon  ligamentaire. 

C.  Coupe    de  la  coquille    dans     la  direction    de  sa 

longueur  pour  montrer    la  structure  du  lest, 
k.  Couches  concentriques. 
1.    Strale  composé  de  filaments  perpendiculaires. 

Tr.  étage. 

Fig.  31 .  A.  Lucina  lyrata  Phill.    (L.    c.    p.  419).   Valve 
droite  vue  en  dedans. 

B.  Coquille  vue  du  coté  de  la  charnière. 

Sec.  étage. 

Fig.  32.  A.  Cyprina  kharoschovensis  nob.  (L.  c.  p.  421  — 
421).     Jeune  individu  vu  du  coté  de  la  valve 
droite. 
B.   Individu  plus  âgé. 
Sec.  étage. 

Fig.  33.  A.  Cyprina  kharoschovensis  n.  (L.  c).  Individu 
adulte,  vu  du  coté  de  la  valve  gauche. 

B.  Id.,  vu  du  coté  de  la  charnière. 

C.  Charnière  de  la  valve  gauche. 

a.  Dent  accessoire  antérieure. 

b.  Dent  lunulaire. 

c.  Fossette  lunulaire. 

d.  Dent  cardinale. 

e.  Fossette  ligamentaire 

f.  Fossette  cardinale. 

g.  Dent  ligamentaire. 


286 

Fig,  34.  A.  Cyprina  Cancriniana  d'Orb.   (L.  c.  p.  422), 

vue  du  colé  de  la  valve  droite.  Jeune  individu. 

B.   Valve  gauche  de  la  même,  vue  en  dedans,  deux 

fois  grossie, 
a.  Dent  accessoire  antérieure- 
h.  Dent  lunulaire. 

c.  Fossette  lunulaire. 

d.  Dent  cardinale. 

e.  Fossette  ligamentaire. 

f.  Fossette  cardinale. 

g.  Dent  ligamentaire. 
Sec.   étage. 

Fig.  35.  A.  Cucullaca  elegans  Fischer  (sp.)  (L.  c.  p.  423). 
Jeune  individu  vu  du  coté  de  la  valve  droite. 

B.  Id.,  vu  du  colé  de  la  charnière. 

C.  Id.,  vue  du    colé  de  la  valve  gauche. 

D.  Id  ,  vue  du  coté  de  la  charnière. 

E.  Id.,  valve  droite    vue    en  dedans,   grossie    deux 

fois. 
Sec.  étage. 

Fig.  36.  A.  Cucullaca    concinna    de  Buch    [non   Phillips) 
(Bull.    1 847.    p.  425.)    Jeune  individu  vu  du 
coté  de  la  valve  droite. 
B.  Id.,  vue  du   coté  de  la  charnière. 
G.   Id.,    individu    adulte,    vu  du  coté    de  la  valve 

droite. 
D.  Td.,  vu  du  colé  de  la  charnière. 
Sec.  étage. 

Fig.  37.  A.   Cucullaca  producta  n.  Moule  d'un  jeune  indi- 
vidu   vu    du    coté    de    la  valve    gauche  (L.  c. 
pag.  426). 
B.  Id  ,  vu  du  colé  de  la  charnière. 


'287 

C.  Id.,   individu    adulle    vu    du    coté    de    la  valve 

gauche. 

D.  Id.,  vu   du  colé  de  la  charnière. 
Sec  élage. 

Fig.  3S.  Cucullaea  comprcssiuscula  nob.  (L.  c.  p.  427), 
vue  du  coté  de  la  valve  gauche. 
B.  Id.,  vu  du  colé  de  la  charnière. 
Sec.  étage. 

Fig.  39.  A    Cuc.  Schourovskii  nob.,  vue  (L.  c.  p.  428.) 
du   colé  de   la  valve  droite. 
B.   Id.,  vue  du  colé  de  la  charnière. 
Sec.  élage. 
Fig  40.  Pinna  Hartmanni  Ziet.  Fragment. 
(L.  c.  pag.  429). 
B.  Coupe  transversale. 
Src.   étage. 

Fig.  44.    Paraîtra  avec  la  planche  3. 

Fig.  42.  A.  Pecten     spathulatus  Roem.,     valve     ventrale 
vue  en  dessus. 
B.  Ll.,  vue  en  dedans.   (L.  c.  p.  431J. 
Tr.  étage. 

Fig.  43.  Ostrca  KharoscJwvensis  Rllr.  Valve  venlrale  vue 
en  dedans.   Le  sillon    disparait  quelquefois  sur 
la  surface  interne  de  la  valve. 
B.  Id-,  valve  dorsale  vue  en  dessus. 
G.  Id.,  vue  du  colé  du  bord  anale. 
Sec.  étage  (L.  c.  p.  432). 

Fig.  44.  Ostrea  (Plicatula)  producta  nob.  (L.  c.  p.  434). 
Vue  du  coté  de  la  valve  dorsale,  grossie  deux 
fois. 
B.  Valve  venlrale  de  la  même,  vue  en  dedans. 

/  -à 


288 

C.  La  même  vue  du  coté  du  bord  anal. 
Tr.  étage. 

Fig.  45.  \.  Ostrea  duriuscula  Phill.?,  vue  du  coté  de  la 
valve  ventrale.  Exemplaire  de  taille  moyenne. 
B.  Id.,  vue  du  coté  de  la  valve  dorsale. 
Sec.  étage  (L.  c.  p.    436). 


HOUILLIER    ET    VoSSINSKV. 


Ht  LLETIN 


DE    LA 


r  f 


SOCIETE    IMPERIALE 


DES  NATURALISTES 


je:    »]t«»Si«c:*>«J. 


Tome  XXII. 


ANNÉE  18^9. 


N°  I. 


MOSCOU, 

IMPRIMERIE    W.    GAUTIER. 

1849. 


HE^ATATB    ÏI03BQJ1JÏETCJÏ 


cl  tT>mt>  ,  *iTo6ti  do  OTne^aTaniii  Dpe^cTaBjeHO  ôWo  ex 
l^encypHLiîi  KoMHTeTi>  y3aKOHeHnoe  hhcao  ^-3ewn./[flpoBT.. 
MocKEa  ;  4eKa6pii  40-ro  a\ui,  4  849  ro^a. 

Hencopz  u  KaeaAepu  M.   C/iezupees. 


IB  TW  IDE  © 

PROGRESSIVES    SUR  LA   GEOLOGIE 

DE   MOSCOU. 


— ■ <>•©"■©*- 


TROISIÈME  ÉTUDE. 


Variations  de  la  Rhynchonella  Fischeri. 

Table  J.   (*)'. 

Genre  Rhynchonella.  Fischer,  Rllr. 

Le  genre  Rhynchonella  établi  par  de  Fischer  en 
1809,  et  plus  spécialement  précisé  par  nous  en  1847, 
a  été  assez  généralement  admis  récemment  sous  le  nom 
de  Hypothyris  ;  cependant  la  première  dénomination 
devra  garder  incontestablement  la  priorité  ,  d'autant 
plus,  que  Mr.   de  Fischer  connaissait  déjà  en  1809  le 


(*)  Ces  figures  ont  été  faites  sur  des  exemplaires  prove- 
nant des  précieuses  collections  de  Mr  Fahrenkohl  et  de  Mr 
Vosinsky. 

2V°  I.   1849.  1 


4 

réseau  qui  caractérise  ]e  test  ,   et  le    bec  des   vraies 
térébratules,  comme  d'Orbigny  vien*  de  Padmetire. 

Rhynchonella  Fischer.   Térébratules,   1809. 
Rhynchonella  Fisch.    Rouillier:    Bull.   d.   M.     1847,  p.   39-1. 

sq.   Diagnose   du-  genre. 
Rhjnchonella    Rouill.    Bull.   1848,  p.   267. 
Hypothyris   Phillips,  Morris:  Institut   1846,    19  Août. 
Hypothyris  King. 

Hypothyris  King.   Leonh.    et  Bronn.  Jahrb.   1847. 
Rhynchonella  Fischer,     d'Orbigny:  Terr.    cretac.   pi.   492. 

49).   etc. 
Rhynchonella  Fischer,  d'Orb.  Arm.   d.  se.  nat.    1847,  Octo- 
bre et  Novembre. 
Terebratula  auct. 

Nous  avons  décrit  ailleurs  les  principales  varia- 
lions  de  deux  Rhyncbonelles,  la  Eh.  loxiœ  Fiscb.  (*) 
et  la  Eh.  triplicata  Pbill.  (sp.)  (**);  étudions  le  dé- 
veloppement de  la 

Rhtjnchonella  Fischeri  Ellr. 

Rouillier:    Tcrebratula  Fischeri.    1843.    Bull.    1843  Rllr.   p. 

808. 

Rouillier:   Bull.   d.  M.    1844*.  p.    633.  «  Eine  der     schônsten 
und   grdssten  Terebrateln,    ein     Mittelding    zwischen    T. 

concinna  und   T.  tetraëdra, 

Bronn:     Terebratula     tetraëdra.   Paleont.  Collectan.     1843. 

p.    108. 


(•)  Bull.    1844.    p.    889.   sq. 

(")  Rllr.  et  Vosiusky  Bull.   1847.  p.    373.  sq. 


F-ahrenkohl:     Terebralula     intermedia      Lan).     Bull.     d.    M 
1844,    IV,    u.   789.  et   809.  No    86. 

De  Buch:    Terebratula  Fischeri  des     Moscovites,  Bull.   1846, 

III.  p.    250. 

Rouillier:    Terebratula   Fischeri,  Bull.   1846.   Tb.    13.  f.  15. 

âgé,   f.    18.   var,  planata. 
Rouillier:    Terebratula    Fischeri    Rllr.    (non    d'Orb).     L.   c. 

1847.    p.    391.   Histoire. 

Rouillier   et  Vosinsky:   Rhynchonella     Fischeri     Rllr.   L.  c. 

394.-394,   p.   Caractères  du  genre. 

Rouillier   et  Vosinsky:     Rhynchonella  Fischeri    Rllr.   Bull. 

1848.  p.    280.   Tab.    F.  f.    14.  Analyse  de  la   charnière. 

a.   Varietates  ex  œtate. 

Avant  d'entrer  clans  des  détails,  remarquons  toute- 
fois, qu'il  faut  distinguer  sur  le  test  de  ce  genre  trois 
espèces  de  lignes  longitudinales  marquées  : 

a.  Des  plis  inférieurs  ou  frontaux  (  Bull.  1847  N. 
II.  p.   381.  )  qui  apparaissent  sur  le  bord  frontal. 

b.  Des  plis  supérieurs  ou  cardinaux  (  lbid.  )  qui 
recouvrent  la  partie  supérieure  des  valves  dans  le 
groupe  des  Dichotomœ  de  Buch  et  des  Duplicatas 
nob.,  (*)  et  naissent  ou  de  la  divisions  des  inférieurs, 
ou  par  incalations. 

c.  Des  stries  élémentaires  dues  à  la  structure  du 
test,  qui  apparaissent  surtout  lorsque  celui-ci  com- 
mence   à  se  désagréger    et  tombent     même    en   fila— 


(*)    Bull     M.    1847.    p    381-382. 


6 

ments  asbestoides,  comme  nous  l'avons  remarqué  pour 
la  Rhynchonella  loxiœ  Fisch.  (*),  la  Rh.  oxyoptycha 
(**)  et  la  Rh.   triplicata  Phill.   (***). 

Or  revenons  à  notre  espèce.  i 

1.  Var.  Pulla.  La  plus  petite  taille  que  nous  connais- 
sons à  ce  fossile  est  figurée  Tab.  J.  fig.  57.  Il  ne 
présente  aucun  caractère  de  l'espèce,  pas  même 
celui  de  la  tribu  ,  de  sorte  que  si  nous  ne  l'avions 
trouvée  attachée  à  un  individu  plus  âgé  (  Fig.  59  ), 
nous  serions  disposés  à  la  rapporter  à  une  espèce 
toute  différente,  p.  e.  à  la  Rh.  oxyoptycha.  Forme 
ovoide  ,  ayant  la  plus  grande  largeur  sur  son  tiers 
inférieur,  l'oreillette  déjà  prononcée. 

2.  Mais  ce  qui  la  fait  surtout  remarquer,  est  le  ca- 
ractère d'être  recouverte  de  plis  différents  de  ceux 
qui  recouvrent  le  restant  de  la  coquille  qui  se  dé- 
veloppe avec  l'âge.  Le  nombre  des  premiers  est  plus 
grands  que  celui  des  seconds.  Les  plis  supérieurs 
moins  larges  sont  arrondis  ,  tandis  que  les  inférieurs 
ont  le  dos  très  aigu.  Par  cette  duplicité  de  plis 
cette  espèce  se  rapproche  des  Dichotomœ  et  des 
Duplicatœ  nob.   (****). 


(*)   Bull.  M.   1844.  p.  889.   sq. 

(**)  Nous  avons  prouvé  ailleurs  (  Bull.  1846  p.  448  )  qu'il 
faudrait  restituer  à  cette  térébratule  son  nom  primitif  T.  pen- 
taioma  Fisch.;  mais  comme  depuis  Konninck  a  apellé  ainsi 
tin  fossile  du  calcaire  de  montagne  ,  nous  accepterons  pour 
noire   espèce    la  nouvelle   dénomination  de   M.     Fischer. 

(*'**)    Bull.  d.    M.    1847   p.   362  —  378. 

(****)  Bull.  1847.   p.  381-382. 


3.  Ce  rapprochement  est  encore  d'autant  plus  mar- 
qué, que  la  coquille  très  jeune  se  détache  quelque- 
fois (Fig.  59.)  sur  l'individu  plus  âgé,  de  sorte  que 
les  plis  inférieurs  apparaissent  alors  nettement  limi- 
tés des  plis  supérieurs.  Du  reste  ce  caractère  incon- 
stant dans  les  deux  tribus  citées,  l'est  encore  moins 
dans  notre  espèce  ;  nous  ne  l'avons  même  vu  que 
sur  un  seul  individu  sur  une  centaine  d'exemplaire  , 
mais  alors  même  que  la  plaque  qui  porte  les  plis 
supérieurs  n'est  pas  détachée  il  y  a  encore  différence 
dans  les  plis. 

4.  La  réunion  de  deux  ou  trois  plis  supérieurs  en 
un  seul  inférieur  a  lieu  lorsque  le  fossile  a  environ 
6  mm.   de  longueur  sur  7  mm.  de  largeur. 

5.  A  partir  de  ce  moment  la  ventrale  se  relève 
de  plus  en  plus  de  sorte  que  dans  l'âge  avancé  toute 
la  partie  qui  porte  les  plis  supérieurs  se  trouve 
perpendiculairement  placée  sur  la  charnière  et  la  dor- 
sale. La  surface  de  plis  inférieurs  tombe  vers  le 
front. 

6.  L'accroissement  en  épaisseur  se  fait  surtout  au 
dépens  de  la  ventrale,  comme  ceci  a  assez  généra- 
lement lieu  dans  les  espèces  de  celte  tribu.  La  dor- 
sale n'est  arquée  que  sur  la  partie  des  plis  supé- 
rieurs ,  le  restant  se  développe  à  peu  près  sur  un 
plan  droit. 

7.  La  plus  forte  épaisseur  du  fossile  se  trouve  sur 
le  bord  frontal,  de  sorte  que  vu  de  côté  il  présente 
l'aspect    des  Pugnaceœ.     Ce    caractère    est    constant 


8 

jusqu'à  un  certain  âge;  alors  le  bord  froulal  ,  rejeté 
en  arrière  de  plus  en  plus  par  le  renflement  de  la 
ventrale  ,  occupe  encore  la  plus  forte  épaisseur  de 
la  coquille,  mais  il  vient  se  placer  sur  la  limite  du 
second  tiers  et  du  tiers  inférieur.  Ce  passage  de  la 
forme  des  Concinneœ  par  les  Pugnaceœ  a  déjà  été 
signalé  dans  l'histoire  de  la  Rh.  loxiœ.  Serait-ce  une 
régie  constante  dans  le  développement  des  Conçin- 
neœl 

8.  Du  reste  notre  espèce  est  une  Continuée  :  car 
alors  même  qu'elle  garde  encore  le  profil  des  Pug* 
nacece,  elle  présente  ,  vue  perpendiculairement  à  la 
ventrale,  trois  parties  nettement  détachées  :  le  corps 
et  deux  ailes  latérales, 

9.  Celte  séparation  n'a  pas  encore  lieu  sur  des 
individus  de  12  mm.  longueur  et  14  mm.  de  lar- 
geur (Fig.  58)  ,  mais  elle  est  déjà  indiquée  sur  des 
individus  ayant  18  mm.  de  longueur  et  20  mm.  de 
largeur  (Fig.  59).  Appelons  cette  première  forme, 
qui  est  encore  caractérisée  par  l'apparition  de  plis 
inférieurs  aigus  Far.  junior,  et  indiquons  par  var.  ju- 
venilis  les  individus  (Fig.  60)  où  le  détachement  des 
trois  parties  est  nettement  marqué.  Ces  dénomina- 
tions indiqueront  autant  de  phases  dans  le  dévelop- 
pement de  celle  belle  espèce. 

10.  Le  fossile  est  constamment  plus  long  que  haut 
ou  épais,  cependant  la  longueur  augmente  bien  moins 
rapidement  que  la  hauteur.  Pans  la  car.  pulla  lon- 
gueur 100,  hauteur  50;  dans  la  var.  jiunior  longueur 


100,  hauteur  83;  dans  la  var.  juvéniles  longueur  100, 
hauteur;  et  dans  les  individus  complètement  dévelop- 
pés (Bull.  1846  Tab.  B.  fig.  15)  la  hauteur  n'est 
que  près  de  0,85  de  la  largueur. 

11.  Le  diamètre  qui  varie  le  plus  et  qui  acquiert 
aussi  le  plus  d'étendue,  est  la  largueur.  Egale  à  la 
longueur  dans  la  var.  pulla  (  Fig.  57  )  la  largeur  la 
surpasse  déjà  dans  la  var.  junior  d'un  septième  et 
dans  la  var,  juvenilis  d'un  cinquième. 

12.  Dans  la  var.  adulta  (Fig.  64)  la  hauteur  sur- 
passe déjà  la  longueur,  mais  cède  en  beaucoup  à  la 
largeur.   Longueur  100,  hauteur  104,  largeur  160. 

13.  Le  lobe  médian  accroit  surtout  en  hauteur  et 
ne  s'avance  presque  pas  en  devant  du  bord  frontal, 
ce  qui  distingue  l'espèce  de  la  fih.  (  Terebratula  ) 
trilobata  Muenst. 

14.  Cet  accroissement  en  épaisseur  est  dans  l'âge 
avancé  tel,  que  les  deux  valves  se  louchent  sur  les 
côtés  sous  une  ligne  perpendiculaire  (  Var.  senior 
Bull.  1846.  pi.  B.'f.  15.)- 

En  résumé  notre  espèce  présente  cinq  phases  mar- 
quées, indiquant  autant  de  dégrés  de  développement 
«       progressif,  dont  les  caractères  peuvent  être  analysés 
ainsi  qu'il  suit: 


10 


Variétés  d'âge. 

Division  en 

Rapport  des  di- 

Tab. J. 

Plis. 

Bull.   1849. 

corps  et  ailes. 

mensions. 

V.  pulla. 

Plis   supérieurs 

Non    divisé  en 

Longueur  égale  à 

(Fig.    57.}. 

sans  inférieurs. 

corps  et  ailes. 

la  largeur,   et  plus 
forte  que  la  hau- 
teur. 

V .  junior. 

Plis  supérieurs 

Idem. 

Longueur    dépas- 

(Fig.  58.). 

et  inférieurs. 

sant    la  largeur 
et  la  hauteur. 

V.  juvenilis. 

Idem. 

Division  mar- 

Idem. 

(Fig.   60.). 

quée. 

V.   aclalta. 

Idem. 

Idem. 

Longueur  infé- 

(Fig:   64.). 

rieure  à  la  hau- 
teur et  à  la  lar- 
geur. 

V.   senior. 

Idem. 

Idem. 

Valves  réunies 

Bull.    1846. 

sur  les  côtés  sous 

(Tab.  B.  f.  15). 

un  plan  perpen- 
diculaire. 

/?.   Varietatcs    fortuitœ. 

Les  variations  accidentelles  intéressent  A.)  la  for- 
me générale,  B.)  le  nombre  des  plis  inférieurs,  G.) 
la  forme  du  bec  et  l'angle  cardinal,  D.)  la  symétrie  et 
enfin  E.  )  la  séparation  des  plis  supérieurs  des  in- 
férieurs. 

A.   Variations  de  forme  générale. 

Les  mieux  marquées  sont: 


11 

1.  Far.  globosa  (Tab.  J.  fig.  61).  La  différence 
des  trois  dimensions  est  moindre  que  ne  l'apporte  l'âge 
dans  le  développement  progressif,-  la  dorsale  plus 
bombée  ,  non  applatie  sur  sou  milieu  ,  mais  faisant 
une  courbe  ressortanle,  régulière.  Le  maximum  de 
hauteur  non  sur  le  bord  frontal  ,  mais  presque  sur 
le  milieu  de  la  ventrale. 

2.  Far.  explanata.  La  hauteur  moins  forte  et  les 
trois  parties  du  fossile  moins  nettement  indiquées 
que  ne  les  nécessiterait  l'âge  (  Tab.  J.  f.  62,  63.  ) 
La  ventrale  moins  bombée  sur  son  tiers  supérieur. 

3.  Far.  planata  (Tab.  B.  f.  18).  Hauteur  moindre, 
corps  et  ailes  faiblement  indiqués.  Diffère  surtout  de 
la  var.  globosa  en  ce  que  la  dorsale  est  moins  bom- 
bée et  la  largeur  est  plus  grande  ,  ce  qui  rend  la 
forme  moins  globuleuse  et  la  rapproche  des  Rh. 
(  Terebratula  )  quatuor plicata  Z.  et  Rh.  quinquepli- 
cata  Z.  sp. 

B.   Fariétés  produites  par  le  nombre  de    plis  inférieurs 
ou  frontaux. 

Le  nombre  des  plis  sur  le  bourrelet  varie  de 
2-4: 

1.  Far.  quatuorplicata  ,  la  plus  commune  ,  donc 
celle  que  l'on  pourrait  nommer  la  normale  (Tab.  B. 
f.   15  et  18;  Tab.  J.  f.  62,  65. 

2.  Far.   triplicata  (Tab.   J.  f.  61,  64.). 

3.  Far.  biplicata  (Tab.  J.    f.   58,  63.).    Cette  der- 


12 

nière  est  surtout  intéressante,  eu  ce  que  les  plis 
dans  l'âge  adulte  deviennent  très  largement  espacés 
(Tab.  J.  f.   63.)- 

Les  ailes  portent  ordinairement  trois  plis  saillants 
avec  un  ou  deux  moins  bien  marqués. 

C.  Variétés  du  bec  et  de  l'angle  cardinal. 

Ordinairement  l'angle  cardinal  est  plus  petit  qu'un 
droit,  c'est  du  moins  la  norme  pour  les  exemplaires 
qui  n'ont  pas  acquis  le  maximum  de  grandeur  pos- 
sible. Dans  ces  derniers  l'angle  cardinal  est  presque 
droit  et  même  plus  ouvert  que  celui-ci  (Tab.  B.  f. 
15.).  Dans  les  premiers  les  bords  cardinaux  forment 
des  courbes  rentrantes,  dans  les  seconds  ils  sont  rec- 
tilignes. 

L/ angle  cardinal  varie  de   115°  à  97°. 
Les  exemplaires  au  bec  très  ressortant,   effilé  (Tab. 
J.  f.  62.)  Far.  rostrata,  ne  sont  pas  rares. 

D.   Variétés  produites  par  le  dérangement  de  simétrie. 

Comme  toutes  les  Concinneœ  ,  notre  espèce  pré- 
sente souvent  des  exemplaires  dont  la  symétrie  est 
dérangée.  Cette  dislocation  intéresse  ou  le  lobe 
médian  (Tab.  J.  f.  61)  ou  les  ailes  (Fig.  64);  les 
parties  sont  portées  de  côté  plutôt  que  dérangées 
dans  le  sens  vertical  :  nous  n'avons  pas  vu  d'indivi- 
du dont  un  côté  soit  relevé  tandis  que  l'autre  s'abais- 
se comme  dans  la  T.  inconstans. 


13 


E.  Variétés   produites  par  l'arrangement    mutuel    des 

plis. 

Nous  n'avons  pas  besoin  de  revenir  sur  ce  point  ; 
remarquons  toutefois  que  le  cas  le  plus  rare  est 
présenté  par  les  exemplaires  sur  les  quels  la  co- 
quille très  jeune  se  détache  en  forme  de  plaque 
(  var.  disjuncta  Tab.  J.  f.  69.). 

Résumons  nous  : 

1.  L'histoire  du  développement  progressif  de  notre 
espèce  présente  un  passage  et  une  transformation 
des  Pugnaceœ  aux  Concinneœ ,  ce  que  nous  avons 
déjà  remarqué  à  l'occasion  de  la  Rhynchonella  loxiœ 
Fisch.  Notre  espèce  appartient  à  cette  dernière 
tribu. 

2.  L'âge  amène  aussi  la  transformation  des  Injla- 
tœ  en  Alatœ. 

3.  Les  variations  accidentelles  indiquent  combien 
le  passage  des  Concinneœ  injlatae  aux  Concinneae 
Alatae  est  facile.  Cependant  le  plus  souvent  il  y  a  di- 
vision en  corps  et  ailes. 

4.  Les  Dichotomae  de  Buch  et  les  Duplicatae  nob. 
ne  sont  pas  les  seules  dont  le  test  est  recouvert  de 
deux  genres  de  plis  :  ceci  peut  avoir  lieu  à  certain 
degré  dans  d'autres  Rhynchonelles  ,  et  spécialement 
dans  la  Rh.  Fischeri  Rllr.  Nous  aurons  prochaine- 
ment occasion  d'étudier  un  autre  exemple  de  ce  phé- 
nomène. 

5.  Notre  espèce  vient  se  placer    entre  la  Rh    tri- 


14 

lobata  Mûnst.  sp.  eliaRh.  tetraidra  S.  sp.  surtout  ses 
variétés  Rh.  quadriplicata  Z.  sp.  etRh.  quinqueplicata 
Z.  sp.  Une  autre  forme  voisine  est  la  Rh.  intermedia 
Lam.  sp.  (Encycl.  inéth.  pi.  243.  f.  3.  a.  b.).  Cepen- 
dent  l'accroissement  plus  en  largeur,  les  deux  genres 
de  plis  disparaissant  presque  vers  la  charnière,  l'o- 
reillette aréale  très  grande,  portant  à  sa  partie  supé- 
rieure une  autre  dent  arrondie  assez  prononcée,  et 
logée,  ainsi  que  la  partie  correspondante  de  la  ven- 
trale, dans  une  profonde  dépression  ;  enfin  et  sur- 
tout, l'histoire  du  développement  progressif,  suffiront 
pour  distinguer  notre  espèce  de  toute  forme  voi- 
sine. 

6.  La  Rhynchonella  Fischeri,  la  plus  belle  espèce 
de  térébratules  du  second  étage,  comme  la  Rh.  oxy- 
optycha  Fisch.  l'est  du  premier,  présente  cinq  pha- 
ses tranchées  de  développement  progressif  et  plus  de 
dix  variations  accidentelles,  donc  en  général  plus  de 
15  variétés.  Un  caractère  constant,  qui  se  répète  dans 
toutes  les  variétés,  est  la  grandeur  et  la  profondeur 
de  l'oreillette  et  de  Varea.  Il  serait  intéressant  de  com- 
parer ces  variétés  à  celles  de  la  Rh.  quadriplicata 
Z.  sp.  et  la  Rh.  quinqueplicata  Z.  sp.  dans  le  ju- 
ra du  Wurtemberg,  qui,  selon  Quenstœdt  ,  sont  très 
fréquentes. 


15 

EXPLICATION  DES    FIGURES.  (*) 

Tab.   J. 

I. 

Figures    appartenantes    a  l'étude    précédente 
(  2d0  Étude,  Bull.   1847  ). 

Fig.   46.  Gryphœa   signata  n.  sp.   (   L.  c.    p.  437.  ). 

a    Vue  du  côté   de  la  valve  dorsale,    grossie. 

b.  Vue  du  côté  du  bord  postérieur. 

c.  «  «         de  la  valve  ventrale. 

Fig.  47.    Cidarites  elegans   n.   sp.  (  L.   c.    p.   439  ). 

a.  Aculeus   major,   grossi  deux   fois. 

b.  Pointe  du  même,    grossi  deux   fois. 

c.  Deux   séries   linéaires    de   tubercules   fortement   grossis» 

d.  Plusieurs   séries,  à   un   grossissement   moindre. 

e.  Aculeus   minor,   gr.    nat. 

f.  Idem,  du    côté  de  la   face  articulaire,  grossi. 

g.  Idem,   fortement   grossi. 

h.  Fragment   d'un   autre  exemplaire, 
i.   Idem  fortement  grossi. 

Fig.    48.   Cidarites  subelegans  n.    sp.   (  L.  c.  p.  439). 

a.  Fragment   trois    fois   grossi. 

b.  Idem,  fortemant  grossi. 

Fig.   49.  (},   Paraîtra  avec  la  planche   suivante. 
Fig.  50.   De  même, 

Fig.   51.  Cidarites    anceps    n.   sp.      (L.    c.     p.    441.)  grossi  deux 
fois    Var.  u. 


(*)  Les   figures  sont  de  grandeur  naturelle  toutes    les   fois  que   l'on   n'a 
pas  marqué  expressément  le  contraire. 


16 

a  Fragment  avec  la  coupe  transversale  à  son  extrémité 
inférieure. 

b.  Autre  fragment  avec  son  pétiole  et  deux  coupes  trans- 
versales  aux  deux   extrémités. 

Fig.   52.    Cidarites     spiniger    n.    sp.    Far.   «.     (  L.   c.   p.   442  ), 
avec  les  deux  coupes  transversales. 

Figt  53.   Far.  fi.    de   la  même  espèce  (  L.    c.   p.    442). 

a.  b.  Deux    fragments  avec   les  deux    coupes    transversales. 

Fig.  54.  Paraîtra    avec   la  planche  suivante. 

Fig.  55.  Pecopteris    Auerbachiana    Rllr.   (L.    c.   p.    444.  )     Em- 
preinte de   la  face   inférieure. 

Fig:   56.  Cicadites  Brongniarti  Roem.   (L.  c.  p.  446. )  Empreinte 
de  la  fronde  du  côté  de  la  face  inférieure. 

a.  Portion   de  la   fronde   gr.  ri. 

b.  Coupe  du   rachis. 

c.  Portion   d'une   penne,   fortement'  grossie. 

11. 

Figures  appartenantes  a  la  Troisième  étude. 

Les  figures  57  —  65  indiquent  autant  de  variétés  marquées 
de  la  Rhynehonella  Fischeri  Rouill.  Les  mêmes  let- 
tres indiquent  toujours  les  mêmes  parties  et  les  mê- 
mes  positions. 

a.  Térébratulc  vue    sur  la  valve   ventrale, 
a".   Deltidium  grossi. 

a'.  Vue  sur  la   ventrale,  retenue  dans  une  position  propre  à 
laisser  voir  toute  la  longueur  de  la  coquille» 

b.  Vue  du  côté  de  l'a  valve  dorsale,  couchée  sur  la  ven- 
trale. 

b'.  Vue  du  côté  de  la  dorsale,  retenue  dans  la  position 
propre   à  laisser   voir  la    valve  dorsale  presque  entière. 


17 

c.  Vue  du  côté  du  bord    latéral. 

d.  Vue  du  côté  du  bord   frontal. 

e.  Vue  du  côté   des  crochets. 

Nous  avons  figuré  les  variétés   suivantes: 

Fi  g.     57.  Far.  pulla. 

58.  —    junior,  biplicata. 

59.  —    disjuncta. 

60.  —   juvenilis,  4-plicala. 

6t.  —  globosa,  juvenilis,  non  simetrica. 

62.  —  explanata,  4-plicata,  rostrata. 

63.  —  explanata,  adulta,  biplicata- 

64.  —  adulta,  triplicata,  reversa,  non  simetrica. 

65.  —  adulta,  quadriplicata   (  typica  ). 

Pour  compléter  cette  série  de   formes,   ajoutons  deux  exem- 
plaires que   nous  avons   figurés  ailleurs: 

1)  Far.    planata  Bull.  M.    1846.   Tab.  B.  f.    18.    a-d. 

2)  Far,  senior   (  typus  ).   lbid.    f.   15.  a  — e. 

C.     RODILLTER. 


Le  8  Avril   1848. 


Ar°  /.  1849.  2 


ç 


Uouill 


Bullet.lMb9ïkb.J. 


&tud&)  C70ct7.eiàiv-ed 


Bullet.l8%91kb.J. 


T.oheinlew.dcl. 


Rouilller     di 


BULLETIN 


DE    LA 


r  -T 


SOCIETE    IMPERIALE 


DES  NATURALISTES 


M9K3     ]»K«»S5«=:«3ftVL7.. 


Tome  XXII. 


ANNÉE  18^-9. 


N°  II. 


MOSCOU, 

Imprimerib  W.  Gautier. 

1849. 


nEIATATB   JL03B0AXBTCO. 


et  tëwb  ,  HTo6bi  no  OTnenaTaHiH  npe^cTaBJieHO  6wjio  b% 
IÇeHcypHbiîi  KoMHTeTt  y3aKOHeHHoe  hhcao  ^meMniapon-h, 
MocKea ,    MapTa  8-ro  ahh,  4  849  roaa. 

Ifencopn  u  Kaecuiepz  H.  Cnezupeen. 


El*  W®  E© 

PROGRESSIVES    SUR   LA  GÉOLOGIE 
DE  MOSCOU. 


QUATRIÈME  ÉTUDE. 

(Tab.  K.  f.  66—84.) 

60. 

NUMMULINA  ANTTQUIOR    nob.    (*) 

(Fig.  66-78.) 

Description.  Nurnmuline  lenticulaire,  ovale,  aux  an- 
gles obronds,  faiblement  accusés  et  irréguliers.  Dos 
comprimé  ,  sub-aigu.  Face  supérieure  obrondo- 
conique  ,  beaucoup  plus  convexe  que  la  face  infé- 
rieure,  qui  est  presque     plane    à  son    milieu.     Par- 


(*)  Présentée  à  la  Société  le   16  Décembre   1848.    Bull.    1848,  N" 
II.  p.  365. 

m  IL  1849.  22 


338 

faitement  lisse,  sans  traces  de  mamellon  ombilical  ni 
de  tubercules  rapprochés  vers  l'ombilic  ou  parsemés 
sur  les  faces.  Tours  de  spire  parfaitement  embras- 
sants à  tous  les  âges.  Feuillets  du  test  très  épaissis, 
surtout  vers  les  deux  faces  de  l'ombilic,  sur  le  dos 
près  du  pourtour  amincis ,  laissant  entre  deux 
feuillets  un  espace  vide.  Cette  structure  des  feuillets 
est  certainement  la  cause  de  ce  que  la  Nnmmuline 
se  fend  très  aisément  ,  sans  aucune  précaution  ,  en 
deux  moitiés  inégal emment  convexes ,  dans  la  direc- 
tion du  plan  horizontal  (*).  Alors  on  peut  séparer 
plusieurs  feuillets  ayant  la  forme  d'un  verre  de  mon- 
tre (  surtout  le  feuillet  inférieur  )  et  posés  l'un  dans 
l'autre. 

Coupe  horizontale  passant  par  le  milieu  du  dos 
comprimé  ,  présentant  le  pourtour  divisé  en  loges 
parfaites,  inégales,  irrégulières,  à  cloisons  extérieure- 
ment convexes.  Loges  d'un  pourtour  ne  faisant  pas 
ligne  continue  avec  une  des  cloisons  du  tour  juxtapo- 
sé. Deux  cloisons  appartenant  à  deux  tours  super- 
posées, n'observant  dans  leur  position  ni  alternance  y 
ni  concordance. 

Première  loge  beaucoup  plus  grande  que  les 
autres ,  ronde  ,  ou  à  peu  près  telle ,  ce  qui 
donne  à  la  coquille  du  jeune  âge  une  forme  très 
différente,  les  applatissements  périphériques  ne  cora- 


(*)  Le  Comte  Keyserling  explique  ce  fendillement  des  nummuli- 
nes  par  le  mode  de  communication  des  loges.  Verhandlungen  der  Kai- 
ser!. Minerai.   Gesells.   zu  St.   Petersb.    1847  p.    18. 


330 

mençant  à  apparaître     qu'avec    Facroissemeut  du  se- 
cond lour. 

Le  feuillet  supérieur  présente  des  caractères  diffé- 
rents de  ceux  de  l'inférieur.  La  face  extérieure  des 
deux  feuillets  est,  comme  nous  Pavons  déjà  remar- 
qué, parfaitement  lisse,  et  cependant  si  l'on  enlève 
un  feuillet  supérieur  (  c.  à.  d.  un  de  ceux  qui  sont 
les  plus  convexes  et  tournés  du  côté  de  l'ombilic  su- 
périeur ),  on  le  voit  récouvert  de  lignes  régulières, 
continues,  élevées,  rayonnantes  de  l'ombilic  vers  le 
pourtour  et  passant  immédiatement,  sans  interruption 
ni  déviation,  aux  cloisons  des  loges,  ce  qui  se  laisse 
facilement  expliquer  par  le  mode  d'accroissement. 
A  mesure  que  les  feuillets  supérieurs  s'enroulent ,  il 
apparait  vers  le  pourtour  extérieur  une  cloison  ,  qui 
traversant  l'espace  vide  périphérique  entre  deux 
tours  ,  vient  s'appliquer  sur  le  dos  du  tour  antécé- 
dent, et  laissant  vers  la  face  inférieure  du  test  ou  les 
feuillets  inférieurs  un  espace  vide,  se  dirige  en  en- 
tier vers  l'ombilic  supérieur  ,  entre  les  deux  faces 
opposées  de  deux  feuillets  supérieurs.  Ces  cloisons 
naissent  de  la  face  intérieure  du  dos  ,  et  il  arrive 
quelquefois  qu'elles  ne  touchent  pas  dans  toute  leur 
continuité  le  feuillet  sus-posé,  comme  ceci  est  géné- 
ral pour  le  genre  Fusulina.  Il  est  évident  que  les 
loges  communiquent  réciproquemment  par  le  vide 
des  cloisons,  qui  reste  au  pieds  de  leur  application 
au  dos  du  tour  précédent.  De  plus,  les  cloisons  dis- 
paraissent assez  brusquement  sur  l'intérieur  du  feuil- 
let inférieur,  près  de  sa  périphérie  ,  ce  qui  donne 
aux  deux  faces  opposées  de  la  Nummuline,    lorsque 


340 

les  deux  feuillets  ont  été  enlevés  ,    un    aspect    cliffé-? 
rent. 

Nous  n'avons  pu  découvrir  d'ouvertures  sur  les 
cloisons,  comme  il  est  permis  de  le  voir  quelquefois  sur 
les  vraies  Nummulines  ;  néanmoins  les  loges  commu- 
niquent par  le  vide  restant  au  pied  des  cloisons  , 
comme  l'a  signalé  récemment  Mr.  G.  A.  Mantell 
dans  des  exemplaires  fossiles  de  Nummulines  conser- 
vées dans  de  la  craie  et  des  pyromaches  (.*). 

Variations.  1.  La  principale  est,  comme  nous  l'a- 
vons déjà  rémarqué  ,  le  changement  de  forme  de  la 
première  loge  et  du  test  en  général  ,  apporté  par 
l'âge.  La  coquille  à  une  cellule  est  presque  ronde  , 
les  plus  jeunes  sont  respectivement  plus  convexes  sur 
leur  face  supérieure  que  les  plus  développées. 

2.  Une  variété  accidentelle  est  produite  par  le  dé- 
rangement de  régularité  ,  par  un  rétrécissement  de 
tours  en  général  très  rapprochés. 

3.  Nous  avons  devant  les  yeux  un  échantillon  qui 
parait  appartenir  ,  si  non  à  une  espèce  différente, 
du  moins    à  une    variété    assez    bien    marquée     par 


(*)  On  the  Fossil  Remains  of  the  soht  parts  of  Foraminifera  dis^ 
covered  in  the  Chai  :  and  Flint  of  the  Southeast  of  England  (Ame- 
rec.  Journ.  of  Se  and  arts  ,  by  Sillimann  and  Dana.  Sec.  Ser.  N° 
13.  February  1848  p.  70  —  74).  Mantell  appelé  ce  fossile  Rotalia 
(Mantell  1.  c.  p.  72  f.  2  );  à  juger  d'après  la  coupe  donné,  Je  fo- 
rarainifére  appartient  plutôt  au  genre  Rotalia  Montf.  c.  à.  d.  à 
Nummulina  d'Orb.,  cpi'à  Rotalia  Lam.  ou  Rotalina  et  Gjroidi- 
na  d'Orb. 


341 

un  plus  petit  nombre  de  grandes  loges,  des  cloisons 
plus  régulières  et  largement  espacées. 

Rapports  et  différences.  Ce  n'est  pas  sans  hésiter 
que  nous  avons  rangé  notre  fossile  dans  le  genre 
Nummuline.  A.  la  vérité  noire  coquille  présente 
les  caractères  assignés  à  ce  genre  par  d'Orbigny 
dans  son  dernier  ouvrage  (*)  :  «  Coquille  libre,  équi- 
latérale,  orbiculaire  ou  discoïdale,  épaisse,  encroûtée, 
sans  appendices  à  son  pourtour  ,  formée  d'une  spire 
embrassante  ,  à  tours  très  rapprochés  et  nombreux  ; 
le  dernier ,  toujours  marqué  dans  le  jeune  âge,  est 
souvent  impossible  à  retrouver  dans  Page  adulte.  Lo- 
ges petites,  courtes,  rapprochées,  très  nombreuses,  la 
dernière  faisant  saillie  dans  le  jeune  âge  ,  mais  peu 
distincte  dans  les  vieux  individus  ,  percée  d'une  ou- 
verture transversale  linéaire  contre  le  retour  de  la 
spire,  souvent  masquée  dans  Vâge  adulte.  » 

Quant  aux  traits  différentiels  entre  les  Nummuli- 
nes  et  les  Nonionines,  d'Orbigny  signale  surtout  com- 
me apanage  du  premier  genre  une  forme  plus  lenti- 
culaire, plus  anguleuse  ,  le  lest  plus  épaissi ,  et  le 
dernier  tour  si  étroit  chez  les  adultes  ,  qu'il  cesse 
d'être  visible.  Pour  le  second  genre,  d'Orbigny  relè- 
ve surtout  la  forme  moins  comprimée  ,  à  dos  arron- 
di, quelquefois  bulloïde  ,  d'une  contexture  quelque- 
fois vitreuse  ,  composée  de  loges  arquées  ,  se  rejoi- 
gnant toujours  aux  retours  de  la  spire  et  au  centre 
ombilical. 

(*).  Foraminifères    fossiles  du  bassin  de  Vienne    etc.  Paris     t846. 
p,    113  —  114. 


342 

IJ  parait  donc,  qu'il  faudra  ranger  noire  fossile  , 
comme  espèce  ou  même  comme  sous-genre,  entre  les 
Nonionines  et  les  Nummulines  ,  plus  rapproché  de 
ces  dernières  ,  desquelles  du  reste  il  diffère  :  par 
la  première  loge  parfaitement  ronde  ,  les  cloisons 
extérieurement  arquées  ,  ce  qui  est  contraire  aux 
meilleures  figures  que  nous  avons  pu  consulter. 

Notre  Nummuline  présente  clairement  la  spirale, 
que  Schafhâutl  (*)  avait  niée  dans  ce  genre,  et  sur 
laquelle  le  Comte  Reyserling  a  tout  récemment  diri- 
gé l'attention  (**).  D'après  ce  même  savant,  le  nom- 
bre assez  grand  d'espèces  de  ce  genre  ,  que  d'Or- 
bigny  trouvait  fort  confus  en  1826  (***)  et  que  Bronn 
avouait  ne  pouvoir  encore  distinguer  en  1838  (****)> 
compose  deux  grouppes  assez  distincts  : 

a.  Spire  simple,  comme  dans  la  Nummulina  lœvi- 
gata. 

b.  Spire  multiple,  comme  dans  une  espèce  pro- 
venant de  Mokattam  près  de  Kahiro  ,  dont  la  spire 
présente  plusieurs  lignes  involvées  sur  le  même  plan, 
de  manière  que  si  l'on  en  poursuit  une ,  jusqu'à 
la  fin  du  tour,  on  se  verra  éloigné  du  point  de  dé- 
part par  plusieurs  lignes  intercalées  de  loges.  Notre 
espèce  en  conséquence  appartient  au  groupe  à 
spire  simple  Keys. 


(*)   Bronn  und  Leonch.  Jahrb.    1846  p.   406.  sq. 

H  L.  c.  p.   19. 

(***)  Ann.  d.  Se.  Nat.    1826. 

(****)  Leth.  geog.   II.  p.    1131. 


343 

Le  Comte  Keyserling  d'après  une  élude  faite  au 
inusée  de  Vienne  sur  les  Nummulines  de  son  bassin, 
pense  (*),  que  les  cloisons  de  ce  genre  ne  sont  que 
périphériques  ,  que  le  plus  souvent  elles  ne  conti- 
nuent pas  sur  la  convexité  des  feuillets  concentriques 
sur  lesquels  ou  ne  voit  que  des  tubercules  (  des 
pores  remplis,  disposés  en  rayon  ),  et  que  d'Orbigny 
en  représentant  sur  les  Nummulines  des  cloisons  en- 
tières ,  comme  à  peu  près  dans  les  Nautiles  ,  sup- 
pléait théoréthiquement  à  la  nature.  Si  toutefois  no- 
tre espèce  est  une  Nummuline  ,  on  ne  pourrait  pas 
lui  appliquer  l'opinion  de  Mr.  Keyserling  :  notre  fos- 
sile laisse  voir  des  lignes  rayonnantes  ,  élevées  ,  ré- 
gulières ,  passant  insensiblement  aux  cloisons  péri- 
phériques. Il  se  pourrait  donc  que,  sous  le  rapport 
des  cloisons  comme  sous  celui  de  la  spirale,  on  doit 
diviser  les  Nummulines  en  deux  grouppes.  En  y 
ajoutant  la  forme  ,  la  grandeur  et  le  nombre  de  lo- 
ges, la  direction  respective  des  cloisons,  la  forme  de 
la  première  loge,  les  caractères  extérieurs  du  fossile 
etc.  on  aura  un  nombre  suffisant  de  caractères  pour 
distinguer  au  moins  les  principales  espèces  de  Num- 
mulines, et  l'on  conviendra  avec  d'Orbigny  et  de 
Keyserling,  que  les  espèces  de  ce  genre  se  laissent 
clairement  préciser  :  les  foraminifères  d'après  le  pre- 
mier savant  peuvent  dans  tout  les  cas  servir  à  dé- 
terminer l'âge  d'un  terrain  géologique. 

Dimensions.  Hauteur  3  mm.,  largeur  5  mm.,  pour 
de    jeunes    exemplaires.    Cependant    le  fossile    pou- 

(*)  L.  c.  p.    19. 


344 

vait  atteindre  une  taille  assez  forte  qui  est  un  carac- 
tère assez  exclusif  des  Nummulines.  Un  fragment 
périphérique  des  feuillets  inférieurs  (  fig.  73  )  a  9  mm. 
de  largeur  et  12  mm.  de  longueur. 

Gisement.  Nos  exemplaires  (  une  quinzaine  )  sont 
empâtés  dans  du  calcaire  de  montagne  exploité  à 
Miatschkovo.  D'Orbigny  donne  l'aperçu  suivant  de  la 
répartition  géologique  des  foraminifères  ,  d'après  les 
données  positives  qui  lui  ont  été  connues,  lors  de  la 
publication  de  sou  dernier  ouvrage  (*): 

Terrain  carbonifère  1  genre  1   espèce 

—  jurassique  5  genres  20  espèces 

—  crétacé  34  genres  280  espèces 

—  tertiaire  56  genres  450  espèces 
Epoque  actuelle  :  68  genres  1000  espèces. 

L'auteur  d'une  analyse  de  cet  ouvrage  classique, 
insérée  dans  un  journal  américain  (**),  rapporte  exacte- 
ment les  mêmes  chiffres,  d'où  l'on  pourrait  conclu- 
re que  les  terrains  du  Nouveau  Monde  n'ont  pas 
donné  d'autres  résultats.  D'Orbigny  insiste  surtout 
sur  le  fait  très  important,  que  les  Nummulines  n'ont 
été  trouvées  que  dans  les  terrains  tertiaires,  et  qu'elles 
manquent  même  dans  la  craie  supérieure,  comme  sur 
la  montagne  de  St.   Pierre  à  Màestrieh. 

Depuis  la  publication  des  Foraminifères  de  Vienne, 


(*)  L.  c.  p.  XXXIII. 

(**)   Americ.  Journ.  of  Se.  and  arts,  by  SUlimaim  and  Dana,     1847 
Sec.  Ser.  JN°  12.  Novemb.  p.  453. 


345 

la  question  de  leur    répartition  géologique  a  un  peu 
changé.  Relevons  les  faits  suivants  : 

1.  L'un  de  nous  avait  sigualé  en  1845  ,  dans  un 
discours  prononcé  à  l'Université  (p.  23  nota  30),  que 
la  Fusulina  depressa  Fisch.  n'est  que  la  coupe  trans- 
versale de  la  Fusulina  cylindrica,  et  qu'ainsi  les  deux 
espèces  de  ce  genre  devaient  être  réduites  à  une  seu- 
le, ce   que  depuis  d'Orbigny  a  confirmé  (*). 

2.  Il  est  à  remarquer,  que  d'Orbigny,  qui  en  trai- 
tant de  la  Fusulina  ,  cite  les  pages  126  —  127  de 
VOrycto  graphie,  ne  tient  pas  compte  de  deux  espè- 
ces de  foraminifères  du  genre  Spirolina ,  décrites 
et  figurées  sur  la  même  page  (  Sp.  sulcata  p.  127 
pi.  XII.  3  a,  b,  c.  ;  Sp.  denticulata  p.  127  pi.  XII. 
f.  4  )  par  Mr.  de  Fischer,  comme  provenant  du  cal- 
caire de  Miatschkovo.  Mr.  d'Orbigny  n'en  parle 
nulle  part,  que  nous  sachions.  Il  faudra  donc  por- 
ter le  nombre  des  foraminifères  repartis  dans  le  cal- 
caire de  montagne  à  deux  genres  déjà  connus,  et  y 
ajouter  un  troisième,  la  Nummuline  que  nous  venons 
de  décrire.  Ces  trois  genres  comptent  trois  espèces 
bien  précises  avec  deux  formes  de  moins  marquées. 

Ces  genres  appartiennent  à  l'ordre  des  Hélicostè- 
gues,  à  la  famille  des  JSautiloides,  qui  est  donc  la  plus, 
ancienne  sur  le  globe. 

3.  Moscou  et  son  calcaire  découvert  dans  plusieurs 


(*)  Murchison,  de  Verneuil,  de  Keyserling:  Russia  ,  II.  p.  16. 
pi,  I.  f.  1  a  —  f.  Foraminifères  de  Vienne  p.  112,  pi.  XXI.  f. 
15—17. 


34G 

gonvernemeiis  ont  jusqu'à  présent  présenté  seuls  ces 
trois  genres.  Ajoutons  aux  localités  connues  pour  le  gise- 
ment cle  la  Fusulina  une  nouvelle,  que  l'un  de  nous  a  si- 
gnalée à  la  Société  lors  de  sa  séance  du  (*)  16  Décembre. 
On  voit  à  Amirovo  ,  sur  la  rive  gauche  de  la  Klias- 
raa,  à  25  verstes  à  peu  près  de  la  capitale,  des  couches 
entières  de  Fusulina  intercalées  dans  le  calcaire  de 
montagne,  caractérisées  par  plusieurs  traits  particuliers, 
et  surtout  par  l'absence  du  Spirifer  mosquensis.  Nous 
reviendrons  bientôt  sur  cette  localité  intéressante. 

4.  Le  professeur  Zeuschner  vient  de  signaler  la 
présence  des  Nummulines  dans  des  couches  recou- 
vertes par  le  grès  vert  (**)  ,  superposées  immédiate- 
ment au  lias,  et  faisant  partie  de  la  formation  créta- 
cée inférieure  (Néocomien)  dans  les  Carpathes.  Le 
genre  /  Nummuline  parait  donc  avoir  existé  à  quatre 
époques  géologiques  différentes  (  époque  de  la  dé- 
position du  calcaire  de  montagne  ,  celles  du  crétacé 
inférieure  et  du  tertiaire,   et  époque  contemporaine  ). 

61, 

Trigonia  Falcki  71.   sp. 

(Fig.   79.). 

Coquille  sub-quadrangulaire  ,  très  inéquilalérale, 
épaisse.   Bord  cardinal  droit,  portant  des  traces  bien 


)   Rouillier  :  Bull.    1849. 

*)  Verhandl.   d.  Miner.   Gcscll.  zu  Petcrb.    1847.  p.   75,  90.  etc. 


347 

marquées  de  dents.  Bord  buccal  convexe,  passant  in- 
sensiblement sous  un  angle  obtus,  très  arrondi  ,  au 
bord  paléal  convexe  ,  évasé  un  peu  en  avant  de 
l'impression  musculaire  postérieure.  Bord  postérieur 
presque  droit.  Les  quatre  bords  se  dirigent  dans 
deux  sens  différents  :  le  cardinal  et  le  paléal  vont 
en  arrière  en  se  rapprochant  de  buccal,  et  Fanal  se 
rapproche  du  côté  du  bord  cardinal.  Delà  la  plus  pe- 
tite hauteur  de  la  coquille  vers  le  bord  anal,  la  plus 
grande  un  peu  en  arrière  du  bord  buccal  ,  sur  la 
limite  du  premier  tiers  de  la  longueur.  Les  quatre 
angles  arrondis,  le  buccal  supérieur  d'avantage  que 
les  deux  postérieurs,  et  le  buccal  inférieur  parfaite- 
ment rond.  Grochets  peu  ressortant  (  nous  ne  con- 
naissons que  l'empreinte  du  fossile  )  ,  placé  sur  la 
limite  du  premier  et  du  second  tiers  de  la  longueur 
totale  du  test.  La  plus  forte  épaisseur  sur  le  milieu, 
ou  un  peu  en  avant  de  lui  ;  elle  diminue  rapide- 
ment en  arrière.  Test  divisé  à  l'extérieur  en  trois 
plans,  dont  le  premier,  le  moins  large,  est  recouvert 
de  côtes  concentriques  (  nous  en  distinguons  sept  ), 
du  moins  sur  sa  partie  supérieure.  Le  plan  médian, 
le  plus  large  ,  est  marqué  de  cinq  côtes  fortement 
prononcés,  rayonnant  de  la  partie  postéro-supérieur 
des  crochets.  Une  sixième  côte  droite  ,  la  plus  lon- 
gue de  toutes,  les  quelles  en  général  sont  d'autant  plus 
courtes  qu'elles  sont  plus  rapprochés  du  bord  paléal, 
est  juste  en  avant  de  l'impression  musculaire  postérieu- 
re, et  limite  le  plan  médian  du  plan  anal.  Impression 
paléale  rapprochée  du  bord  paléal.  Impressions  mus- 
culaire très  fortes  ;    la  postérieure  grande,  arrondie, 


348 

placée  clans  l'angle  postéro-inférieur  du  fossile  ;  l'im- 
pression antérieure,  placée  dans  l'angle  buccal  infé- 
rieur, se  dirige  en  forme  de  bandelette  ,  fortement 
marquée  sur  nos  deux  exemplaires  ,  le  long  de  la 
partie  antérieure  du  bard  paléal  ,  rappelant  ainsi  les 
Lutines. 

11  faudra  peut-être  former  de  cette  espèce  un  grou- 
pe de  Trigonies  différant  des  espèces  connues,  d'au- 
tant plus  que  nous  avons  retrouvé  cette  même  im- 
pression musculaire  en  forme  de  bandelette  sur  l'es- 
pèce suivante. 


Dimensions. 


Longueur  66  mm. 


Hauteur  49  mm. 

Epaisseur  42  mm. 

Gisement  et  localité.  Formation  wealdienne,  à  Kà- 
telniki  (  à  sept  verstes  de  Litkarino  )  ,  nouvelle 
localité  que  l'un  de  nous  a  décrite  (  *  ),  intéressante 
par  la  puissance  des  carrières  ouvertes,  et  bien  d'a- 
vantage encore  par  la  grande  quantité  de  fossiles  as^ 
sez  variés.  Sons  ce  dernier  rapport ,  si  important 
pour  la  paléontologie,  Katelniki  occupe  la  priorité  sur 
Tatarovo,  les  environs  de  Klin  et  Litkarino,  ou  l'on 
avait  déjà  connu  les  fossiles  (**)  wealdiens  (  ci-devant 


(*)   Rouillier  :   Gazette  de  Moscou   (  en  russe  )    1847,  le  26  Juin. 

(**)  Un  des  fossiles  les  plus  communs  de  Katelniki  est  une  espè- 
ce particulière  du  genre  Inoceramus,  que  MM.  Auerbach  et  Frears 
avaient  décrite  de  Lidkarino  sous  le  nom  de  Inoceramus  lobatus  n. 


349 

grès  quartzeux  blanc  du  jura  supérieur  cle  Moscou. 
Voyez  N°  11  et  12  des  couches  de  noire  coupe  géologi- 
que insérée  au  Bull.  1846  ).  Nous  avons  nommé  notre 
espèce  en  l'honneur  du  voyageur  Falck  de  l'Académie 
de  Saint-Pétersbourg,  qui  en  1769  a  le  premier  don- 
né une  coupe  géologique  du  grès  blanc  ,  exploité  à 
Panki,  à  une  verste  à  peu-près  de  Kotelniki. 

62. 

Trigonia  Jomoi  n.  sp. 

(Kg.  80.) 

Coquille  de  la  forme  de  la  précédente,  à  l'excep- 
tion près  de  deux  angles  supérieurs,  qui  sont  moins 
arrondis ,  plus  reclilignes.  Impressions  musculaires 
moins  fortes  ;  la  postérieure  disparaissant  sur  l'em- 
preinte :  l'antérieure  en  forme  de  bandelette  appa- 
rait  dans  l'angle  inféro-anlérieur.   Nous  ne  distinguons 


sp.  (Bull.  d.  M.  1846  p.  492  pi.  VII.  f.  1  —  3.  Voyez  aussi: 
Rouillier  Bull.  1846  p.  412  )  et  que  Mr.  Eichwald  semble  avoir  tiré 
au  genre  Panopœa  (  Géognosie  1846  p.  515).  Comme  cet  auteur 
indique  le  nom  seul  ,  nous  ne  savons  au  juste  son  opinion  sur  ce 
fossile.  Les  auteurs  cités  ont  démontré,  que  le  fossile  appartient  au  gen- 
re Inoceramus,  comme  nous  le  voyons  aussi  sur  nos  exemplaires  ; 
dès  lors  il  faudra  changer  son  nom  spécifique  ,  puisqu'il  existait 
déjà  un  Inoceramus  lobatus  Miinster  (  Goldf.  pag.  113.  pi.  110. 
f.  3  a,  b.  )  caractéristique  pour  le  grès  vert  en  Allemagne.  Nous 
proposons  en  conséquence  à  l'espèce  wealdienne  le  nom  de  Inoc. 
Brachowi,  pour  conserver  à  l'histoire  de  la  géologie  de  Moscou  le 
nom  de  Mr.  Brachow.   (  Rllr.  ). 


350 

cette  bandelette  que  sur  l'un  de  deux  exemplaires 
que  nous  avons  devant  nous.  Test  divisé  (  au  moins 
sur  l'empreinte  )  en  deux  plans  ,  dont  l'antérieur  est 
recouvert  de  six  côtes  obliques,  qui  de  la  ligne  éle- 
vée, limite  de  deux  plans  ,  se  dirigent  en  courbe  un 
peu  ressortant  en  arrière,  en  avant  ,  vers  le  bord 
paléal.  La  côte  marquée  de  neuf  tubercules  ,  ar- 
rondis. 

Dimensions. 

Longueur  75  mm. 
Largeur  61  mm. 
Epaisseur  39  mm. 

Gisement  et  localité.  Formation  \vealdienne  à  Ka- 
telniki. 

Nous  nommons  cette  espèce  en  l'honneur  de  Mr. 
Jonio,  amateur  et  collecteur  zélé  d'objets  d'histoire 
naturelle  ,  qui  nous  a  communiqué  cordialement  ce 
fossile. 

63. 

Pecten  subtextorius  Miinst. 
(  Fig.   81  a,  b,  c.  ). 

Goldfuss.  Petrefact.  p.  48.  pi.  90  f.  IL  a,  b. 

Nous  ne  connaissons  qu'un  fragment  de  ce  beau 
Peigne,  de  sorte,  que  nous  ne  pouvons  ni  le  décrire, 
ni  le  comparer  suffisamment  à  l'espèce  décrite  par 
Goldfuss,  à  laquelle  nous  le  lirons  provisoirement. 

Test  très  mince,  fragile,  recouvert  de  côtes  rayon- 


351 

nnntes,  largemment  mais  irrégulièrement  espacés,  iné- 
gales ,  à  dos  pointu  ,  marqué  de  denticuïes  squa- 
meuses, formés  par  l'épaississement  de  stries  concen- 
triques, très  faibles  dans  les  interstices.  L'espèce  de 
Munster ,  à  en  juger  d'après  la  figure  de  Goldfuss  , 
a  les  côtes  à   peu  près  également  espacées. 

Gisement  et  localité.  Etage  à  Ammonites  alternons,  à 
Galiovo,  avec  Gryphœa  dilatatà,  Pecten  Decheni,  As- 
tarte  cordiformis  et  autres.  Les  exemplaires  de  Muns- 
ter viennent  du  calcaire  corallien  (  Corallenkalk  ) , 
près  d'Amberg,  de  Mugendorf  et  de  INattlieim. 

6JL 

ExOGYRA    COSTULATA    71.     Sp. 

(Fig.  82  a,  b,  c.  ). 

Nous  ne  connaissons  qu'un  fragment  de  la  valve 
inférieure,  qui  est  marqué  à  l'intérieur  de  côtes  ra- 
yonnantes très  faibles,  à  peine  visibles,  mais  relevées 
en  tubercules  allongés  le  long  du  bord  palléal  ,  et 
assez  éloignés  de  lui.  Le  plan  occupé  par  les  côtes, 
est  déprimé  vers  l'intérieur  du  fossile.  Extérieur  de 
la  valve  marqué  de  stries  d'accroissement  et  de  très 
faibles,  rayonnantes,  disjointes  par  les  premières. 

Dimensions.  Largeur  de  la  valve  9  mm.  Longueur 
du  fragment  7  mm. 

Gisement  et  localité.  Etage  à  Ammonites  alternans, 
à  Galiovo. 

N"  IL  1849.  23 


352 
65. 

Pholadomya  decorata  n.  sp. 
(Fig.  83.) 

Lyssianassa  Munst. 
Goniomya  Agass. 

Un  seul  fragment  du  moule  près  des  crochets.  La 
direction  des  plis  en  forme  de  V  vers  la  ligne  mé- 
diane, indique  suffisamment  qu'il  faut  ranger  ce  fos- 
sile dans  le  petit  groupe  de  Pholadomyes  (ou  Myaci- 
tes  aut.  )  ,  auquel  appartiennent  la  Mya  V-scripta 
S.,  la  Mya  litterata  S.  et  la  Mya  angulifera  S.,  dont 
Munster  fit  le  genre  Lyssianassa  et  Àgassiz  le  genre 
Goniomya. 

L'espèce  moscovite  se  distingue  surtout  par  les  plis 
arrondis,  peu  larges  et  élégants,  qui,  en  sortant  des 
côtés  du  crochet,  se  dirigent  sous  un  angle  très  aigu 
vers  la  ligne  médiane,  mais  qui,  avant  de  l'atteindre, 
se  rencontrent  en  deux  lignes  droites  ,  parallèles  à 
la  charnière.  Nous  comptons  quatorze  plis  ,  dont  les 
lignes  droites,  en  s'éloignant  du  crochet  ,  diminuent 
respectivement  en  longueur,  jusq'à  ce  qu'enfin  le  quin- 
zième pli  vienne  à  toucher  la  ligne  médiane  sous  un 
angle  aigu. 

Gisement  et  localité.  Etage  à  Ammonites  virgatus,  à 
Kharachovo. 


353 

66. 

Natica  sp. 

(  Kg-  84.  ) 

Un  seul  moule  intérieur,  qui  ne  présente  que  les 
caractères  du  genre.  C'est  la  seule  trace  de  ce  genre 
trouvée  dans  notre  jura. 

Ne  la  confondez  pas  avec  Natica  sp.  (  Auerb.  et 
Frears  Bull.  1846  p.  493  pi.  VIII.  f.  4,  5.  Rouil- 
lier  :  Pleurotomaria  binotata,  Gazette  de  Mosc.  1847, 
26  Juin  )  prévenant  de  la  formation  wealdienne  (  ci- 
devant  grès  blanc  de  Litkariuo  )  ,  ni  avec  les  trois 
espèces  jurassiques  à'Jcteon,  dont  Tune  a  été  décrite 
par  d'Orbigny  (  Russia  II.  p.  449.  pi.  39.  f.  8-11) 
et  les  deux  autres  par  l'un  de  nous  (  Rouillier.  Bull. 
1846,  pi.  C.  f.  16  et  17  ). 

Gisement  et  localité.  Étage  à  grès  de  Bucliia  (  Bu- 
chia-Sandstein,  Rouillier  :  Bull.  1846,  II  p.  423  ),  ou 
à  Ammonites  catcnulatus  ,  à  Kliaracliovo  ;  dans  la 
couche  supérieure  ferrugineuse. 


EXPLICATION    DES    FIGURES. 

Tab.  K. 

I. 

Figures    appartenant    à    une    Etude    précédente    (  2Je 
Étude,  Bull.   1847). 

Fig.  41.   Pecten  lens  S.  Pour  faire  voir   les  oreillettes   (Bull.    1847 
p.   430).  Voy.  l'Etude  suivante. 

23* 


354 

Fig,   49.    Cldaritcs  spathulatus  Auerb. 

Far.  p.   nob.  Bull.   1847  p.  440. 
Fig.   54.  Anthophyllum   Goldf.  sp.  L.  c.  p.  443. 

II. 

Figures    appartenant    à    la   Quatrième    Etude    (  Bull. 
1849,  p.  337-352  ). 

Fig.  GG.  Nummulina  anliquior  nob.,  vue  de  côté,  de  grandeur  natu- 
relle. 

Fig.  67.  Idem,  vue  sur  la  face  supérieure  ,  une  grande  partie  du 
feuillet  extérieur  enlevé.   Fortement  grossie. 

Fig,  G8.  Face  intérieure  d'un  feuillet  supérieur,  grossie. 

Fig,  G9.  Individu  fortement  grossi,  vu  de  côté  ;  le  feuillet  extérieur 
en  partie  enlevé. 

Fig.  70  Portion  périphérique  d'un  feuillet  inférieur,  vu  du  côté  de 
la  face  interne. 

Fig.  71.  Communication  des  loges  d'une  Nummuline,  figure  emprun- 
tée à  Mantell  (  vid.  p.  339  ) .  Le  fossile  conservé  dans  un 
pyromache  a  été  traité  par  un  acide  pour  enlever  le  cal- 
caire et  faire  apparaître  le  vide  des  cloisons  rempli  par  le 
silex.  Une  coupe  horizontale  très  mince,  humectée  de  bal- 
same  de  Canada,   a  été  posée  sous  le  microscope    (*). 

Fig.  72.  Passage  d'une  cloison  de  la  face  supérieure  à  l'inférieure, 
pour  laisser  voir  le  vide  restant  entre  la  face  extérieure  du 
feuillet  inférieur  et  la  face  interne  du  feuillet  inférieur 
suivant. 


(*)  Après  l'impression  de  cette  Etude  nous  eûmes  occasion  de  voir,  dans 
la  Bib.  Un.  fie  Genève  IN"  25,  48U7,  p.  269,  le  même  l'ail  concernant  la 
communication  des  loges,  signalé  par    Joly    et  Leymerie. 


355 

Fig.   73.  Coupe  suivant  le  plan  horizontal,   et  fragment  d'une  moitié 
inférieure  de  grandeur  naturelle. 

Fig.  74.  Moitié  inférieure  coupée  dans  le  sens    du  plan    horizontal, 
fortement  grossie. 

Fig.   75.  La  même,  de  grandeur  naturelle,  en  contours  extérieurs. 

Fig.  76.   Moitié  inférieure  coupée  dans  le     sens    du  plan  horizontal, 
d'une  variété  accidentelle,  à  tours  et  loges  très  irrégulières. 

Fig.  77.   Coupe  perpendiculaire,   fortement  grossie. 

Fig*  78.  a.  Variété  à  loges  très  distantes  du  même   (?)  fossile,  for- 
tement grossi. 

b.  Le  même  individu  de  grandeur  naturelle. 

Fig.  79.    Trigonia  Falcki  nob. 

Fig.  80.  —  Jonioî  nob. 

Fig.  81.  Pecten?  subtextorius  Mùnst. 

a.  Fragment  fortement  grossi. 

b.  Largeur  du  fragment. 

Fig.   82.  Exogyra  costulata  nob. 

a.  Fragment  de  la  valve  inférieure,  vu  en  dessus,  grossi. 

b.  Le  même,   vu  en  dedans,   grossi. 

c.  Gr.  nat. 

Fig.  83  Pholadomya  decorata  nob. 

a.  Fragment  du   crochet  grossi. 

b.  Gr.  nat. 
Fig-  84.  Natica  sp. 

RoUILLIER    ET    VoSINSRY. 
Août  1848. 


356 
CINQUIÈME  ÉTUDE  (*) 

(Tab.  K,  L,  M,  N.) 

Fossiles  jurassiques. 
I. 

Céphalopodes. 
1.  Ammonites  planulati   B. 

67.  Amm.  cigas  Z. 
(Tab.  K.  f.  85.  Tab.  L.  f.  86.). 

Amm.  gigas  Zieten    p.    17  tab.    13.  f.    1.  a,  b. 

»  »  »  Quenst.  Petref.   167  tab.    13.  f.  6. 

Nous  ne  connaissons  que  le  moule  de  plusieurs 
individus. 

Coquille  discoïdale  ,  comprimée  ,  arrondie  à  son 
pourtour,  sans  trace  de  carène  ou  d'applatissement, 
ornée  en  travers,  par  tour,  de  11  — 13  côtes  partant 
de  la  ligne  suturale,  qui  s'efïacent  vers  la  moitié  de 
la  hauteur  et  donnent  naissance,  en  se  bifurquant 
surtout  en  arrière,  à  4 — 5  branches  dirigées  légèrement 
en  avant  ,  où  elles  traversent  le  dos  daus  la  même 
direction.  Entre  ces  faisceaux  de  côtes  s'intercalent 
du  pourtour  du  dos  4 — 5  côtes  accessoires,  qui  éga- 
lent en  longueur  les  branches    terminales     des    tiges 

{*)  Voir  pour  la  Quatrième  Étude  Bull.   1849. 


357 

principales.  Spire  composée  de  tours  plu»  hauts  que 
larges,  recouverts  sur  la  moitié  Je  leur  hauteur,  ap- 
parents (Lins  l'ombilic.  Le  dernier  tour  a  les  32  cen- 
tièmes du  diamètre  entier.  Bouche  subarondie,  légè- 
rement comprimée  ,  peu  échancrée  par  le  retour  de 
la  spire  ;  ses  côtés  tombent  a  pente  très  douce  (  fa- 
ce suturale  )  vers  l'ombilic.  Cloisons  remarquables 
par  la  simplicité,  la  base  large  des  selles  et  les  dents 
courtes.  Lobe  dorsal  plus  long  et  plus  large  que  les 
autres.  Lobe  latéral  supérieur  à  peu  près  aussi  long 
que  large  et  plus  fort  que  les  trois  inférieurs.  Lobe 
latéral  inférieur  égale  en  longueur  et  largeur  au  ven- 
tral. Deux  petits  lobes  auxiliaires  dirigés  un  peu  obli- 
quement en  arrière.  Selle  dorsale  supérieure  plus 
large  que  longue,  bilobée.  Trois  suivantes  diminuant 
en  longueur  et  en  largeur.  Première  selle  laléro-ven- 
trale  moins  large,  mais  plus  longue.  La  ligne  du 
rayon  central  en  partant  de  l'extrémité  du  lobe  dor- 
sal touche  à  peine  le  lobe  latéral  supérieur  ,  passe 
sous  les  autres,  mais  laisse  en  arrière  le  premier  lo- 
be latéro-ventral  et  le  ventral.  Face  supérieure  de 
la  cloison  marquée  de  six  lobes  ,  un  dorsal  ,  deux 
latéraux,   deux  auxilliaires  et  un  ventral. 

Dimensions.  Diamètre  42  mm.  Hauteur  du  dernier 
tour  18  mm.  largeur  14  mm. 

Variations.  Le  développement  progressif  apporte 
deux  formes  : 

1.  Far.   adulta,  telle  que  nous  l'avons  décrite  ;   et 

2.  Var.  junior,  caractérisée  par  les  tours  respecti- 
vement plus  comprimés,  le  manque  total  de  noeuds  en 
forme  de  côtes  saillantes  au  pourtour  de  l'ombilic.  Ces 


358 

noeuds  ne  commencent  à  paraître  que  lorsque  le  tour 
a  acquis  14  mm.   de  hauteur. 

Rapports  et  différences.  L'arrangement  des  côtes 
distingue  cette  espèce  des  autres  Planulati.  Lorsque 
les  lobes  ne  sont  pas  accusés,  on  pourrait  confondre 
cette  espèce  avec  YAm.  Koenigii,  d'autant  plus  faci- 
lement, qu'elles  appartiennent  au  même  étage  et  aux 
mêmes  localités.  Cependant  les  jeunes  de  cette  der- 
nière espèce  ont  les  tours  plus  recouverts,  au  delà 
de  leur  moitié,  les  côtes  plus  fortement  marquées  et 
autrement  reparties,  la  bouche  plus  échancrée  ;  les 
exemplaires  adultes  se  distinguent  plus  facilement 
encore  par  leur  tours  bien  moins  hauts  et  moins 
recouverts,  etc.  Des  exemplaires  plus  avancés  que 
les  nôtres  ont  été  étudiées  par  Quenstedt  (  qui  les 
rapporte  comme  variété  à  YAm.  convohitus  Schl.  ) 
et  les  plus  âgés  par  Zieten,  de  sorte  que  4  phases 
(*)  du  développement  sont  assez  bien  connus.  Les 
jeunes  ,  lorsque  le  dessin  des  lobes  n'est  pas  appa- 
rent, ce  qui  est  ordinaire  à  cause  de  la  roche  aré- 
nacée,  peu  tenace,  se  distinguent  de  YAm.  lunula, 
pour    lesquels  ils  ont  été  pris  ,  par  le  manque    total 


(*)  Nous  userons,  pour  indiquer  les  variétés  de  l'âge,  de  la  métho- 
de que  nous  avons  suivie  dans  l'étude  des  Térébratules  :  nous  les  in- 
diquerons par  var.  pulla  («),  var.  junior  (/î),  var.  juvenilis 
(y),  var.  adulta  [S)  et  var.  senior  («),  ce  qui,  nous  le  savons, 
ne  laisse  pas  que  de  présenter  quelques  inconveniens.  Par  rapport  à 
l'ammonite  en  question,  Quenstedt  a  figuré  une  forme  approchant  de 
la  var.  à  ou  junior  et  Zieten  la  var.  a  ou  senior.  Nous  donnons  deux 
chainons  intermédiaires. 


359 

de  la  carène  dorsale  ,  par  les  côtes  très  fines  ,  les 
côtes  saillantes  au  pourtour  de  l'ombilic  apparais- 
sent bien  plus  lard.  Ces  mêmes  caractères  suffisent 
pour  ne  pas  confondre  l'espèce  avec  les  jeunes  de 
YAm.  Brlgthii  (  d'Orb.  Russia  H.  p.  431.  pi.  33.  f. 
9 — 13  )  que  d'Orbigny  cite  comme  provenant  de 
Rbaraebovo ,  et  que  ,  notons-le  en  passant  ,  nous  ne 
connaissons  pas  de  cette  localité. 

Gis.  et  loc.  Dans  un  grès  ferrugineux  ,  à  grains 
grossiers  ,  très  peu  tenaces  ,  avec  deux  fossiles  du 
premier  étage  (  YAm.  Koenigii  et  la  R.  oxyoptycha  ) 
au  dessus  de  celui-ci ,  entre  un  moulin  et  Mnèvniki, 
localité  voisine  de  Kharachovo,  et  si  intéressante 
par  les  nombreux  ammonites  pyrilisées  du  troisième 
et  les  beaux  exemplaires  de  la  R.  Fischeri  du  se- 
cond étage.  La  faible  assise  du  premier  étage  de 
cette  localité  à  pente  très  escarpée  ,  est  ordinaire- 
ment recouverte  par  le  diluvium  arenacé  et  n'a  été 
reconnue  que  ce  printemps  ,  à  l'une  des  premières 
excursions  en  Avril,  lors  du  séjour  de  Mr.  Seemann 
à  Moscou.  Les  eaux  prinlaniaires  avaient  fait  écrou- 
ler quelques  blocs  de  l'assise  supérieure  au  bas  de 
la  Moskva  (*). 

68.  Ammonites  Qcenstedti  nob.      __. 

(  Tab.  L.  Fig.   87.  ). 

Forme    générale    des    Planulatl    et    rappelant    les 
Falciferi  par  le  dessin  des  cloisons. 

(*)    Nous  croyons,   sans  pouvoir  l'affirmer,   que  la  même  espèce    se 
retrouve  aussi  dans  le  second  claire  à  Kharachovo. 


360 

Coquille  comprimée  arrondie  ou  très  faiblement 
applatie  à  son  pourtour,  lisse,  ornée  en  travers,  par- 
tours  de  8 — 9  sillons  ou  d'étranglements  dirigés  lé- 
gèrement en  avant,  d'autant  plus  profonds  ,  mieux 
marqués  et  plus  largement  espacés,  qu'ils  s'avancent. 
Entre  chaque  deux  étranglements  9 — 11  côtes  rap- 
prochées, peu  accusées  sur  le  moule  ,  dont  plusieurs 
se  subdivisent,  au  pourtour  de  l'ombilic,  en  deux 
branches  ;  la  postérieure  ,  avant  d'atteindre  la  li- 
mite du  tiers  inférieur  ,  donne  quelquefois  en  avant 
une  nouvelle  branche.  Une  côte  simple  peut  alterner 
avec  des  côtes  dichotomes.  Les  côtes  suivent  trois 
courbes  :  l'une,  en  arrière  ,  formée  par  le  faisceau 
des  deux  côtes  réunies  ,  est  la  plus  courte  ;  la  sui- 
vante, en  avant  ,  est  plus  longue  ;  la  troisième  com- 
mençant sur  le  milieu  de  la  largeur  du  tour,  se  diri- 
ge en  avant  et  passe  dans  cette  direction  sur  le  dos. 
Spire  composée  de  tours  plus  hauts  que  larges,  re- 
couverts un  peu  moins  que  sur  la  moitié  de  leur 
hauteur,  appareils  dans  l'ombilic  sur  plus  de  la  moi- 
tié de  la  hauteur  ;  le  dernier  a  les  43  centièmes  du 
diamètre  entier. 

Bouche  allongée,  déprimée,  obtuse  et  arrondie  en 
avant,  fortement  échancrée  et  plus  large  en  arrière, 
ses  côtes  coupées  très  peu  obliquement  vers  l'ombi- 
lic. Face  suturale  plane  ,  presque  perpendiculaire  , 
moins  inclinée  que  dans  les  vrais  Falcifères.  Cloisons 
à  lobes  peu  digités,  ayant  la  base  large  et  les  dents 
courtes  ,  pendantes.  Les  deux  selles  latéralles  plus 
longues  que  larges ,  leurs  bords  parallèles,  delà  leur 
forme  carrée.    Selle  dorsale  très  courte    portant  une 


361 

digitalion  médiane.  Des  selles  auxilliaires,  il  n'en  appa- 
raît qu'une  seule,  qui  est  arrondie  ,  plus  courte  et 
plus  large  que  la  latérale  inférieure  ,  et  moins  large 
que  la  supérieure.  Lobe  latéral  supérieur,  le  plus 
long  ,  et  plus  large  que  le  latéral  inférieur  et  plus 
large  que  le  dorsal.  La  ligne  du  rayon  central  ,  en 
partant  de  l'extrémité  du  lobe  dorsal,  coupe  le  lobe 
latéral  supérieur  et  passe  bien  au  dessous  de  tous 
les  autres. 

Dimensions.  Diamètre  65  mm. ,  largeur  du  dernier 
tour  19  mm.,  hauteur  26  mm. 

Différences  et  rapports.  Elle  a  été  jusqu'à  présent 
confondue  avec  les  jeunes  de  YAm.  virgatus  ,  des- 
quels elle  se  distingue  suffisamment  par  le  dessin  des 
côtes  ,  qui  se  subdivisent  déjà  en  six  faisceaux  et 
plus  sur  des  exemplaires  (YA.  virgatus  de  taille 
égale  à  celle  de  notre  espèce  ;  par  l'absence  d'é- 
tranglements rapprochés  à  cet  âge  etc.  Par  ses  lobes 
à  dents  pendantes  ,  à  base  large,  par  sa  surface  su- 
turale  un  peu  oblique,  par  ses  stries  sur  une  courte 
tige  dirigées  en  avant,  l'espèce  appartient  aux  Falci- 
fères  ,  dont  on  la  distingue  par  le  dos  sub-arron- 
die  (*),  les  étranglements  etc.     Du  reste  à  juger  par 


(*)  La  division  des  Ammonites  en  groupes  fondés  principalement  sur 
la  forme  du  dos,  comme  l'a  proposé  d'Orbigny,  facilite  certainement 
souvent  à  reconnaître  le  groupe,  mais  ne  laisse  pas  aussi  que  d'éloigner 
réciproquement  des  formes  qui,  par  l'ensemble  des  caractères,  sont 
très  voisines  ,  et  appartiennent  même  quelquefois  à  une  même  es- 
pèce. 


362 

les  étranglements,  notre  ammonite  parait  être  d'un 
Age  peu  avancé. 

11  fait  passage,  par  VA.  virgatus  des  Planulati,  aux 
Falciferi. 

Gis.   et  loc.   Second  étage,  à  Kharachovo.   Rare. 

2.  Amalthei  B. 

69.  Ammonites  alternans  B. 

(  Tab.  L.  f.  88,  109.  ) 

Ajoutons  aux  deux  variétés  déjà  signalées  de  cette 
espèce  :  VAm.  alternans  var.  ovalis  et  la  var.  com- 
pressas Quenst.  (Mr.  Bull.  1846,  pi.  A,f.  3,  Bull.  1848, 
p.  264  et  Mr.  Ibid.  f.  4,  1848,  p.  264  )  si  intéressan- 
tes, et  si  caractéristiques  pour  nos  localités  ,  les  va- 
riétés suivantes  : 

3.  Far.  Am.  alternans  quadratus  ,  Quenstedt  Pe- 
tref.  p.  96,  tab.  5,  f.  8.  Nos  exemplaires  se  font 
remarquer  surtout  par  les  côtes  nombreuses,  plus 
rapprochées  que  dans  les  autres  variétés  ;  par  les 
côtes  qui  se  dirigent,  en  avant  vers  le  dos,  en  courbe 
légèrement  arrondie,  non  anguleuse.  Bouche  ovale  , 
côtes  non  interrompues.  Plus  comprimé  que  l'original 
de  Quenstedt.  Diamètre  35  mm.,  hauteur  du  dernier 
tour  11  mm.,  largeur  9  mm. 

4.  Var.  Am.  alternans  pinguis  nob.  (  Fig.  109.  ) 
Remarquons  un  caractère  qui  se  répète  sur  la  plu- 
part de  nos  exemplaires.  La  côte  en  partant  du 
pourtour  de  l'ombilic,  se  dirige  un  peu  en  avant  et 
fait  une  forte  saillie  anguleuse,  puis  elle  disparait  en- 


863 

tièrement  sur  le  moule,  pour  apparaître  une  seconde 
fois  vers  le  pourtour  du  dos  en  forme  de  saillie  aus- 
si anguleuse.  Mais  comme  souvent  entre  deux  côtes  il 
s'intercale  une  intermédiaire  très  petite  en  qui  part  du 
dos  et  n'égale  en  longueur  que  la  saillie  dorsale  des 
côtes  principales,  il  arrive  souvent  que  la  branche  in- 
férieure de  celles-ci  semble  aboutir  à  deux  saillies  an- 
guleuses dorsales.  Ce  caractère,  évident  même  sur  les 
moules,  parait  indiquer  que  la  coquille  portait  le  long 
d'une  côte  un  renflement  anguleux ,  comme  cela 
est  prouvé  pour  YAm.  cordatus  var.  pînguis  nob.  (Rllr 
PJ.  A.  f.  1  a.-c.  D'Orb.  Russia  II.  pi.  34.  f.  3.4). 
En  général  ce  caractère  est  plus  marqué  sur  des  jeu- 
nes individus  qui  n'ont  pas  plus  de  diamètre  que  notre 
varietas  pinguis  ;  cependant  il  apparait  aussi  sur  de 
plus  âgés  dont  le  dernier  tour  a  21  mm.  de  hauteur. 
On  le  distingue  encore  dans  la  var.  compressas  Rllr. 
PI.  A.  f.  4.  a,  b,  et  il  disparait  le  plus  dans  Am.  al- 
ternans  quadratus,  qui  correspond  d'avantage  à  VAm. 
cordatus  Jlexico status  Rllr.  PI.  A.  f.  2.  a,  b,  5.  a,  b. 
L'âge  produit  trois  changements  :  1  )  la  longueur 
respective  des  deux  moitiés  d'une  même  bran- 
che change  ,  l'accroissement  de  la  côte  se  fait 
presque  exclusivement  aux  dépens  de  la  moitié  in- 
férieure, de  sorte  que  dans  les  jeunes  (comme  l'e- 
xemplaire de  notre  var.  pinguis  )  la  ligne  de  démar- 
cation des  deux  moitiés,  où  la  côte  disparait  entière- 
ment ,  se  trouve  juste  au  milieu  de  la  hauteur  du 
tour  ;  plus  tard  elle  avance  vers  le  pourtour  du  dos, 
et  lorsque  l'ammonite  a  acquis  10  mm.  de  hauteur 
par  tour,  elle  se  trouve  placée  sur  la  limite  du  tiers 


364 

dorsal.  2  ).  La  ligne  de  démarcation  disparait  insen- 
siblement, c.  à.  d.  la  saillie  inférieure  s'applatit  ,  la 
côte  commence  à  apparaître  non  discontinue  sur 
tonte  la  hauteur  da  liane,  tandis  que  la  saillie  supé- 
rieure reste  encore  bien  accusée.  3).  Sur  de  très 
jeunes  individus  de  YAm.  alternans  pinguis  (de  6  mm., 
de  diamètre,  pullus)  la  côte  est  indiquée  sur  le  moule 
surtout  par  la  saillie  inférieure  et  le  flanc  est  presque  lis- 
se sur  la  moitié  supérieure.  Alors  l'ammonite  approche 
de  la  forme  figurée  sur  la  PI.  A.  f.  8.  a,  b.  (Amm.  Zie- 
teninob.  Yoy.  ci-dessous  N°  72).  Sur  plus  d'un  exem- 
plaire cependant  les  deux  saillies  sont  déjà  accusées. 

5.  Var.  dorso  planato.  (Fig.  88)  Cette  forme,  bien 
caractérisée,  se  distingue  sur  les  moules  par  deux  ca- 
ractères :  1  )  la  distance  entre  la  carène  dorsale  et  la 
saillie  supérieure  de  la  côte  respectivement  plus  gran- 
de, et  surtout  2)  la  carène  dorsale  moins  saillante,  non 
limitée  de  l'extrémité  supérieure  de  la  côte  par  un 
sillon  profond.  Le  dos  tombe  en  plan  uni  de  la  ca- 
rène vers  les  côtés.  Dans  les  autres  variétés  il  y 
a  entre  la  carène  et  les  cotés  un  sillon  profond ,  et 
cet  intervalle  est  bien  moins  large.  Cependant  il  y  a 
des  formes  intermédiaires. 

Rapports  et  différences.  Des  exemplaires  de  11 
mm.  de  diamètre  de  cette  espèce  et  des  variétés  cor- 
respondantes de  YAm.  cordatus  flexicostatus  ,  pré- 
sentent des  caractères  tellement  rapprochés,  qu'il  est 
d'autant  plus  difficile  de  les  distinguer  que  le  dessin 
des  lobes  n'apparait  que  fort  rarement  et  que  ces 
deux  espèces  se  rencontrent  dans  le  même  étage  et 
les  mêmes  localités.     L'affinité  est  telle,    que  d'Orbi- 


365 

gny  a  fait  de  VA.  altrnans  une  espèce,  qu'il  appelle 
A  subcordatus.  Cependant  la  seconde  espèce  accroît 
plus  vite  en  hauteur  ,  les  côtes  ne  sont  pas  discon- 
tinues. Plus  tard  la  distinction  est  facile,  lors  même 
que  le  dessin  de  la  cloison  n'apparaîtrait  pas  :  ou- 
tre l'arrangement  différent  des  côtes  YAm.  alternans 
se  distingue  dans  les  moules  par  le  manque  du  sillon 
dorsal  ou  par  le  sillon  dorsal  que  les  côtes  ne  dé- 
passent pas  ,  ce  qui  est  assez  caractéristique  pour 
l'autre  espèce,  par  les  dentelures  de  la  carène  beau- 
coup plus  fréquentes  que  les  côtes. 

Gis.  et  loc.  Troisième  étage,  à  Tsclioukino,  à  Muëv- 
niki  ,  où  on  la  rencontre  pyritisée,  et  à  GaHovo,  où 
elle  est  le  plus  souvent  moulée  sur  la  roche,  qui  ne 
garde  que  la  nacre  intérieure  du  fossile. 

70.   Amm.   cordatus  S. 
Nous  en  connaissons  les  variétés  suivantes  : 

a.   Var.  cordatus  pinguis  nob. 
(  %  89.  ). 

Rouill.  Bull.    1846  pi.  A.  f.    1,   6. 
Bull.    1848  pag.   262,    263. 

Un  seul  individu,  très  jeune.  C'est  le  premier  que 
nous  avons  vu  de  Moscou. 

(3.   Far.   quadratus  S.   p.  52.   pi.   17  f.  3. 

Amm.  radians,   Fisch.   Oryct.    169   t.   6,   f.   3. 

A.         cordatus  S.   Fahrenk.  Bull.   1844  pag.   779,   808. 

C'est  la  variélé  la  plus  anciennement  connue  de 
celte  espèce. 


366 

L'exemplaire  à  tours  comprimés,  à  carène  détachée, 
présente  trois  espèces  de  côtes  :  Les  principales,  arri- 
vées à  la  moitié  de  la  hauteur  du  tour,  donnent  en 
arrière  une  branche;  d'autres,  de  la  longueur  de  cette 
branche  adventive,  s'intercalent  à  partir  du  dos  en 
arrière  de  celle-ci  et  d'une  branche  qui  traverse  tou- 
te la  côté,  mais  reste  simple.  La  position  respective 
de  ces  côtes  peut  varier.  Sur  un  fragment  long  de 
43  mm.  on  compte  vers  le  dos  15  côtes  fortement 
infléchies  vers  la  bouche.  Hauteur  du  dernier  tour 
25  mm.   Largeur  18  mm. 

Gis.  et  loc.  Troisième  étage  à  Galiovo,  où  elle  est 
très  rare. 

y.  Var.  Jlexicostatus  Phill. 

Cette  forme,  que  nous  avons  figurée  (Bull.  1846  PI  A. 
f.  2.  5.)  n'a  été  signalée,  jusqu'à  présent,  qu'à  Riazan. 
Nos  jeunes  exemplaires  se  distinguent  de  la  forme 
précédente  par  plus  d'une  côte  intercalée  entre  une 
dicholome  et  une  simple,  par  la  bouche  moins  hau- 
te, plus  élargie  vers  l'ombilic  ,  tandis  que  dans  la 
forme  sns-mentionnée  elle  a  les  côtés  presque  para- 
lèlles.  Diamètre  10  mm.  Hauteur  du  dernier  tour 
4  mm.,  largeur  3  mm. 

Gis.  et  loc.  Troisième  étage  à  Mnè'vniki  et  à  Galio- 
vo. Rare. 

71.     À  MM,    RaZOUMOVSKYI    liob . 

(  Fig.  90.  ) 

Coquille  faiblement  déprimée,  présentant  l'aspect 
général  des  drictes  de  Buch.  Tours  de  spire  ornés  en 


307 

travers  de  côtes  prononcées  largement  espacées,  qui 
du  pourtour  intérieur  s'élèvent  à  la  hauteur  du  mi- 
lieu des  lianes,  où  elles  finissent  assez  brusquement, 
après  avoir  acquis  leur  maximum  de  saillie.  Sur  le 
fragment  du  tour  que  nous  avons  sous  les  yeux,  équi- 
valant à  une  moitié,  on  compte  9  côles.  A  partir  de 
l'extrémité  extérieure  de  ces  côtes  l'ammonite  tombe 
brusquement  vers  le  dos  ,  sur  la  limite  duquel  on 
remarque  des  pointes  costales  ,  qui  correspondent  à 
autant  de  côtes  secondaires.  Ordinairement  deux  cô- 
tes secondaires  aboutissent  à  une  primaire  ;  il  s'en 
intercale  une  et  plus  ,  qui  n'ont  pas  de  côtes  pri- 
maires correspondantes.  Dos  aplati  ,  même  con- 
cave ,  à  carène  précisément  limitée  ,  présentant  plus 
de  crénelur.e  que  de  côtes  secondaires  ,  qui  passent 
sur  le  dos  et  se  dirigent  en  avançant  vers  la  carène. 
Bouche  pentagonale  des  Arieles,  présentant  deux  ex- 
cisious  ,  la  dorsale  et  la  ventrale,  qui  indiquent  com- 
bien le  recouvrement  des  tours  est  faible.  Dessin  des 
lobes  inconnu. 

Dimensions.  Diamètre  22  mm.,  hauteur  du  dernier 
tour  8  mm.,  largeur  II   mm. 

Rapports  et  différences.  Ne  connaissant  pas  le  des- 
sin des  lobes ,  il  nous  est  impossible  de  décider  au 
juste  la  famille  de  cet  ammonite.  11  parait,  qu'il  por- 
tait sur  les  côtes  inférieures  des  épines.  En  géné- 
ral, c^est  un  chaînon  intermédiaire  entre  les  Amalthées 
et  les  Arietes  :  d'un  côté  il  tient  àeVAmm.  cordatus 
pinguis  (Rllr,  Bull.  1846,  pi.  A.  f.  1.  a-c.)  auquel  peut- 
être  il  faudra  le  rapporter  comme  variété  remarquable, 
et  de  l'autre,  il  rappelle  les  krietes  par  la  dépression 
A0  //.   1849.  24 


3G8 

du  dos,  la  carène  médiane  très  précisément  limitée  , 
1û  bouche  pentagonale  etc.  Du  reste  l'absence  de 
deux  carènes  latérales  suffit  déjà  pour  distinguer 
notre  espèce  des  vrais  Arietes ,  qui  appartiennent 
aux  couches  beaucoup  plus  inférieures  que  les  no- 
ires ,  au  lias  ,  où  ils  ont  une  répartition  géologique 
très  précise.  Notre  espèce  vient  se  placer  naturelle- 
ment à  côté  de  Y  Amm.  spinatus  Brug.  (  D'Orb.  Terr. 
jur.  pi.  52)  auquel  il  ressemble  beaucoup  par  la 
forme  générale  ,  le  dos ,  la  bouche  ,  mais  duquel 
il  diffère  suffisamment  par  l'arrangement  des  cô- 
tes. L'espèce  de  Brugière  (  des  Amalthés  )  appartient 
au  lias. 

Gis.  et  Loc.  Etage  à  Amm.  carinés.  Galiovo.  Très- 
rare. 

Nous  Favons  nommé  en  mémoire  du  comte  Ra- 
zouinoffsky,  président  de  notre  société  lors  de  sa  fou- 
dation  ,  qui  le  premier  organisa  un  comité  scien- 
tifique pour  la  description  de  notre  gouverne- 
ment. 


72.  Amm.  Zieteni  Rllr. 
(Bull.   1846.  Tab.  A.  f.  8.  a,  b.  ) 

Ammonites  sp.  Rllr.   Bull.    1848  p.    264,  grossi   deux  fois. 

Forme  intéressante,  qui  lie  Y  Amm.  cordatus  pinguis 
à  Y  Amm.  altcrnans  pinguis,  et  les  Amallhées  en  gé- 
néral aux  Coronaires. 

Nous  n'en  connaissons    que  de  très  jeunes    exem- 


369 

plaires  qui,   suivant  le  développement  progressif,  pré- 
sentent des  variations  marquées: 

a.  Diamètre  total  11  mm.,  hauteur  du  dernier  tour 
4  mm. ,  largeur  5  mm. 

Coquille  composée  de  tours  aussi  et  moins  hauts  que 
larges,  recouverts  jusqu'à  leur  moitié,  et  marquées  eu 
travers,  par  tour,  de  20 — 22  côtes  noueuses,  anguleu- 
ses ,  dirigées  en  arrière  ,  n'apparaissant  que  sur  la 
moitié  interne  (ombilicale)  du  flanc.  Dos  lisse,  comprimé 
de  côté,  portant  l'indice  d'une  carène  prochaine. 

8.  (  Fig.  citée.)  Diamètre  total  141/,,  mm.,  hauteur 
du  dernier  tour  5  mm.,  largeur  ô1/»  mm. 

La  carène  perce  d'avantage  et  commence  à  deve- 
nir granulée. 

Des  fragments  d'un  âge  plus  avancé  semblent  indi- 
quer que  plus  tard  apparaît  une  seconde  raugée  de 
tubercules  dorsales. 

Gis.  et  loc.  Etage  à  Amm.  altemans,  à  Tschouki- 
no  et  à  Mnèvniki.  Pyritisée.  Assez  rare.   Simbirsk. 

3.  Am.   Coronarii  B. 

73.  Amm.  Hcmphresiands  S. 

(  Fig.  92  et  93.  ) 

Nous  avons  devant  nous  deux  formes  d'ammoni- 
tes qui  font  le  passage  des  Planulatl  aux  Coronarii, 
comme  YAm.  Quenstedti  faisait  celui  des  Planulati  aux 
Falciferi.  D'Orbigny  et  Quenstedt  dans  leur  étude 
classique  du  genre  qui  nous    occupe,    ont  déjà  sig- 

24* 


370 

nalé  le  fait  intéressant  du  premier  passage.  Ce 
dernier  auteur  dit  même  (  Petref.  )  que  souvent 
réloignemenl  de  forme  de  Y  A  m.  Humphresianus  des 
vrais  Coronaires  est  tel  ,  que  l'on  croirait  avoir  af- 
faire à  un  Planulé.  En  effet,  forme  générale;  arrange- 
ment des  côtes,  et  même  dessin  des  cloisons  ,  tout 
change  à  tel  point  et  si  insensiblement,  que  le  pa- 
léontologue allemand,  qui  cependant  pour  les  autres 
espèces  s'est  fait  un  objet  spécial  d'étudier  leurs  va- 
riations, pense  même  inutile  de  signaler  toutes  les  va- 
riétés de  l'espèce  en  question.  On  remarque  dans  les 
figures  données  par  les  auteurs  les  variétés  suivantes: 

a.  Variations  de  forme. 

1.  Variété  dont  le  recouvrement  des  tours  est  si 
petit,  la  bouche  tellement  obronde,  qu'elle  ressemble 
beaucoup  aux  Am.  communis,  Am.  annulatus  du  lias. 
D'Orb.  pi.   133. 

2.  Variété  ayant  la  bouche  plus  comprimée  de  cô- 
té, les  tours  réciproquement  plus  recouverts  ;  forme 
d'un  Planulé  à  bouche  un  peu  tirée  en  large.  Quenst. 
pi.  14.  f.  7. 

3.  Type  normal  des  Coronaires.  D'Orb.  pi.  135; 
Am.  linguiferus  d'Orb. ,  pi.    136. 

• 

/?.  Arrangement  des  côtes. 

Quenstedt  signale  deux  variétés  :  4)  à  tige  costales 
noueuses  ou  tuberculeuses,  et  5)  à  côtes  non  tuber- 
culeuses. D'Orbigny  figure  trois  variations  :  6)  à  cô- 


. 371 

les  tuberculeuses,  aux  branches  secondaires  large- 
ment espacées  ,  d'Orb.  pli  135  ;  7)  aux  branches 
rapprochées  et  plus  nombreuses,  Ibid.   pi.   136. 

y.  Variations  du  dessin  des  cloisons. 

Ce  caractère,  quoique  très  important  pour  l'espè- 
ce, change  sensiblement  dans  des  individus  d'un  âge 
(  ou  développement  respectif  )  égal  : 

a.  Dans  la  variété  typique  (  var.  3  )  tous  les  lo- 
bes se  trouvent  en  avant  de  la  ligne  du  rayon  cen- 
tral. D'après  d'Orbigny  (  Fig.  c.  p.  135  )  le  lobe 
latéral  la  dépasse  seul  un  peu  ;  selon  Bucb,  Bronn. 
(Letb.  I.  448)  et  Quensledt  (  L.  c.  pi.  14.  f.  10) 
il  ne  la  touche  que  tout  justement  ,  ou  même  il  est 
un  peu  moins  long  que  le  dorsal.  Le  dernier  lobe 
auxiliaire  et  le  ventral  ne  louchent  pas  le  rayon 
central. 

b.  Dans  la  var.  1  à  forme  de  Y  Ara  annufatus, 
1°  la  selle  dorsale  est  plus  longue  et  plus  large  ; 
2°  les  lobes  en  général  beaucoup  moins  digités , 
moins  composés ,  les  drgitations  moins  profondes  ; 
3°  La  selle  latérale  supérieure  beaucoup  moins  poin- 
tue et  plus  large  que  la  selle  latérale  inférieure , 
tandis  que  dans  la  forme  typique  ces  deux  selles 
sont  égales  en  largeur  tant  d'après  d'Orbiguy  ,  que 
d'après  Quenstedt.  4°  Enfin,  et  c'est  un  point  diffé- 
rentiel important,  effet  de  la  différence  du  recouvre- 
ment respectif  des  tours  ,  le  lobe  auxiliaire  inférieur 
et  le  lobe  ventral  passent  en  arrière  du  rayon  cen- 
tral. 


372 

c.  S'il  fallait,  selon  l'autorité  imposante  de  Quen- 
sledt  (L.  c.  p.  180),  rapporter  à  l'espèce  en  ques- 
tion Y  dm.  linguiferus  cVOrb.  pi.  136  ,  les  varia- 
tions des  cloisons  seraient  encore  beaucoup  plus 
marquées.  En  effet ,  le  lobe  latéral  est  respective- 
ment beaucoup  plus  large  ,  le  lobe  latéral  inférieur 
et  l'auxiliaire  s'avancent  d'un  demi-pouce  sur  le 
rayon  central,  et  ce  qui  est  important,  ils  sont  non 
seulement  parallèles  entre  eux,  mais  encore  au  lobe 
latéral  supérieur,  tandis  que  dans  la  forme  typique, 
ils  sont  obliques  et  le  latéral  inférieure  presque  per- 
pendiculaire au  supérieur. 

Nous  avons  devant  nous  deux  formes  qui  rentrent 
toutes  deux  par  leur  aspect  général  dans  la  var.  2, 
et,  par  rapport  à  l'arrangement  des  côtes  ,  dans  la 
var.  5.  Décrivons-les. 

a.   Var.  a. 
(Fig.  92.  ) 

Coquille  arrondie  ,  un  peu  comprimée.  Spire  com- 
posée de  tours  plus  larges  que  hauts,  recouverts 
un  peu  moins  que  sur  la  moitié  de  leur  hauteur , 
apparents  dans  l'ombilic  sur  plus  de  la  moitié. 
Le  dernier  tour  a  les  0,33  du  diamètre  entier. 
Tours  marqués  en  travers  de  cotes  saillantes  , 
qui,  un  peu  avant  la  moitié  de  la  hauteur  (  donc 
avant  le  recouvrement  par  le  tour  suivant),  se  subdi- 
visent en  deux  (  rarement  en  trois  )  branches  à  pei- 
ne plus  faibles.  Leur  direction  générale  est  assez 
constamment  nn  peu  en  arrière. 

Bouche  élargie  ,  comprimée,  plus  large  que  haute. 


373 

Dos  convexe,  arrondi.  Flancs  à  la  limite  de  la  selle 
latérale  inférieure  un  peu  déprimés.  Ligne  suturale 
peu  marquée.  Face  suturale  oblique.  Cloisons  à  lo- 
bes peu  digités  ,  se  trouvant  tous  en  avant  de  la  li- 
qne  du  rayon  central,  ayant  en  général  l'aspect  des 
Coronaires.  Face  supérieure  de  la  cloison  présentant 
une  selle  dorsale,  quatre  latérales  (  dont  deux  au 
dessus  de  la  ligne  suturale  ),  une  ventrale  bien  mar- 
quée et  quatre  auxiliaires  appliquées  sur  le  pour- 
tour extérieur  du  tour  antécédent. 

Dimensions.  Diamètre  39  mm.,  hauteur  de  la  bou- 
che  11   mm.,  largeur  21  mm. 

Gis.  et  Loc.  A  Kharachovo  dans  la  même  assise, 
qui  nous  a  fourni  YAm.  gigas  Z.  (  donc  le  quatriè- 
me ammonite  de  l'étage  supérieur,  où  Fou  n'en  con- 
naissait que  deux  espèces  ).  Ce  gisement  est  parfai- 
tement en  accord  avec  la  forme  ordinaire  des  Pla- 
nulés,  repartis  en  général  dans  le  jura  moyen.  Cette 
espèce  a  été  rencontrée  par  le  Capitaine  Grant 
(  Quenst.  p.  186  )  à  l'île  Culsch,  associée  à  la  Tri- 
konia  costata  et  an  Belemnites  canaliculatus.  Chez  nous 
c'est  juste  le  même  cas,  ou  plutôt  elle  se  trouve  immé- 
diatement au  dessus  de  ces  deux  fossiles.  En  Europe 
elle  est  l'appauage  des  couches  jurassiques  moyennes. 

b.   Var.  /3. 

(  Fig-  93.  ) 
Peu  différente  de  l'antécédente. 

Tours  un  peu  moins  embrassants  ;  bouche  plus  dé- 
primée ;  côtes  moins  saillantes  sur  le  dos  plus  applati. 


374 

Deux    étranglements    indiquent    l'âge  peu  avancé  de 
la  coquille. 

Dimensions.  Diamètre  26  mm.,  hauteur  du  dernier 
tour  8  mm.,  hauteur  de  la  bouche  7  mm.,  largeur 
12  mm. 

Gis  et  loc.  Comme  l'on  devait  l'attendre  à  la  forme 
moins  embrassante  des  tours,  rappelant  plus  celle  des 
Planulés  llassiques  [Ara.  communis,  A.  annulatus), 
notre  fossile  git  bien  au-dessous  de  l'antécédent  ;  il 
en  est  même  séparé  par  un  étage  entier,  et  se  ren- 
contre ,  pyritisé  ,  dans  l'étage  à  Ain.  alternans. 
Tschoukino  et  Galiovo. 

14.   Ammonites  coronatus  Brug. 
(Kg.  91.  ) 

Var.  junior. 

Jeune  exemplaire  ayant  13  mm.  de  diamètre  , 
marqué  de  quelques  caractères  qui  paraissent  être 
l'appanage  du  développement  progressif,  tels  que  : 

1,  Le  tour  orné  (sur  le  moule)  de  trois  étran- 
glements ou  sillons  profonds,  ce  qui  arrive  assez  sou- 
vent dans  le  jeune  âge  des  ammonites  ,  comme  l'a 
démontré  d'Orbigny,  et  comme  nous  aurons  prochai- 
nement occasion  de  le  signaler  dans  l'étude  sur  les 
variations  d'une  de  nos  plus  belles  espèces. 

2.  Entre  deux  étranglements  huit  à  neuf  côtes  sail- 
lantes ,  qui,  partant  du  pourtour  de  l'ombilic  ,  arri- 
vent à  l'angle  du  tour  ou  à  la  ligne  suturale  et  y 
donnent    naissance    à  deux  ou  à  trois    branches    se- 


375 

condaires,  plus  faibles,  qui,  en  s'inclinant  un  peu  en 
avant  ,  passent  par  le  dos  à  peine  visibles.  Il  parait 
que  ce  n'est  qu'avec  l'âge  que  ces  tiges  costales  for- 
ment des  noeuds. 

3.  Le  dessin  des  lobes  moins  digité,  plus  simple, 
et  le  lobe  latéral  moins  porté  en  arrière  de  la  ligne 
du  133011  central.  En  général  cependant  le  dessin 
de  la  cloison  correspond  (  à  l'exception  près  ,  qui 
est  l'effet  de  l'âge  )  au  dessin  exact  que  donne 
Quenstedt  (  Petref.  Tab.  14,  1"  ).  Celui  de  d'Or- 
bigny  (MYK.  Russia  II.  pi.  36.  f.  3.  )  ,  qui,  se- 
lon Quenstedt,  n'est  pas  toujours  assez  exact  sous 
ce  rapport ,  diffère  davantage  de  nos  exemplaires. 
Par  les  autres  caractères  ils  repondent  parfaitement 
aux  descriptions  et  aux  figures  de  d'Orbigny  ,  de 
Reiserling  (  Beobacht.  pi.  20.  f.  11  —  12)  et  de  Quen- 
stedt. 

Dimensions.   Diamètre   12    mm.,  hauteur  du  dernier 
tout   4  mm.,   largeur  8  mm. 

Rapports  et  différences.     Nos    exemplaires   appar- 
tiennent à  la  variété  que   Quenstedt  ligure  et  appelle 
var.  à  ombilic  rétréci  (engnabelig),  du  moins  le    tour 
recouvert   à   la  moitié  c.   à.    d.  juste  un  peu  au  delà 
des    tiges  costales.    La  var.    pulla  de  la  var.    anceps 
(  Am.   anceps  Reinecke  )  que  Q.   figure  à  bouche  ob- 
roude  et  ligne    sulurale  non  marquée,  indiquent  que 
nos  exemplaires  n'appartiennent  point  à  cette  variété. 
Cependant  de  Keyserling  figure  des  individus  d'un  âge 
un  peu  plus  avancé,  où  ce  caractère  saute  aux  yeux. 
Gis.  et  loc.  Etage  à  Am.  alternans,  à  JVlnëvniki  et 
à  Tschoukino.  Pyritisée. 


37(5 

75.  Amm.  Williamsoni  Pàill. 

Phillips-   Yorksh.    1.  p.    1G8  tab.   4  fig.    19. 
Buch:   Amm.    JVilliamsoni,  Karst.   Arcli.    1845.  T.  XVI. 
Rouillier  :  Amm.    Wllliamsoni  Phill.  Discours  1845  p.  49.  Bull. 
1846.  tab.   A.  f.    10.  Bull.    1848.  p.  265. 

De  Bach  la  mentionne  de  Makariew  sur  l'Oka  ; 
nous  l'avons  signalée  de  Riazan;  enfin  nous  avous  un 
exemplaire  provenant  de  Tschoukino  (  étage  à  Am. 
alternans  ).  Il  correspond  complètement  à  la  descrip- 
tion  donnée  par  de  Buch. 

4.   Ammonites  Armati  B. 

76.  Ammonites  perarmatus  S. 
(Bull.   1846.  Tab.  A.  f.   7.  a-c  ). 

Ammonites  Henleyi  S.   (?,)   Rllr.  Bull.    1848.  p.   264. 

Les  nouvelles  livraisons  des  Paléontologies  de  d'Or- 
bigny  et  de  Quenstedt  nous  ont  convaincu  que  cet- 
te espèce  doit  être  tirée  à  Y  Amm.  perarmatus  qui 
est  ainsi  la  première  de  la  famille  des  Armati,  trou- 
vée dans  des  couches  parallèles  aux  nôtres. 

Gis.  et  loc.  Depuis  la  publication  de  notre  figure 
nous  avons  reçu  des  échantillons  provenant  de  Ria- 
zan, de  Winew  (  Gouv.  de  Toula)  où  ils  gisent  en- 
semble avec  VAm.  Jason  ,  V Am.  cordatus  ,  YAm. 
Lamberti,  etc. 


'Ml 
II. 

Gastéropodes. 

77.   Fusus  minutus  Rœmer. 
(  %  94.  ) 

Fusus  minutus  Rœmer  p.    140.  pi.  XI.  f.   32. 

«  T.  testa  ovato-oblonga;  subventricosa;  angulo  spi- 
rali  54°;  spira  convexa;  anfractibus  (7)  convexis  gra- 
datis,  longitudinaliter  tenuissime  striatls,  transversim 
costatis;  costis  obliquis  supcrne  fortioribus  obtuso-an- 
gulatis  ;  apertura  ovoidea,  superne  latiori',  canali  pro- 
duction. » 

Dimensions.  Ouverture  de  l'angle  spiral  54°;  lon- 
gueur 13  millim.,  hauteur  du  dernier  tour  8  mm., 
largeur  7  mm. 

Différences.  Differt  du  Buccinum  incertum  d'Orb. 
par  l'angle  spiral  moins  ouvert,  les  côtes  plus  angu- 
leuses, les  lignes  longitudinales  moins  prononcées,  et 
l'ouverture  plus  rétrécie  inférieurement,  plus  longue- 
ment canaliculée. 

Gis.  et  hoc.  Troisième  étage.   GaKovo. 

78.  Turritella  Fahkenrohli  Pd/r. 

Turritella     Fahrenkohli  Rllr.    Bull.     1846  pi.  C.  f.  4.  Ibid. 

1848  p.  269. 

Nous     avons     devant    nous    des    exemplaires    peu 


378 

communs  ,    de  forte  taille  ,    ayant  près  de  la  bouche 
7  mm.   de  largeur* 

79.    TuRRITELLA    KrANTZI    liob. 

(  FiS-  95.  ) 

T.  testa  elongata,  spira  angulo  regulari  15°;  anfrac- 
tibus  convexis  ,  longitidinaliter  4-costatis  ,  per  paria 
remotis;  costa  tertia  fortiori;  transversim  arcte  reticula- 
tis  ;  apcrtura  subrotunda,  columella  lœvigata. 

Sur  quelques  tours  on  distingue  une  côte  longitu- 
dinale accessoire  intercalée  entre  la  seconde  et  la 
troisième,  et  une  sixième  sur  la  partie  inférieure  du 
tour  nou  recouverte  par  le  suivant. 

Différences  et  rapports.  Voisine  de  T.  Fahrenkoh- 
li  Rllr.  (Bull.  1846,  pi.  C  f.  4  Bull.  1848,  pag.  269) 
notre  espèce  s'en  distingue  par  le  nombre  moindre 
de  côtes  longitudinales ,  par  leur  disposition  par  pai- 
res, par  les  côtes  transversales  plus  fortes  et  plus 
espacées,  par  l'ouverture  plus  arrondie. 

Dimensions.  Ouverture  de  l'angle  spiral  15°;  lon- 
gueur  16  millim.,  hauteur  du  dernier  tour  3V2mm. 

Gis.  et  Loc.  Troisième  étage.  Galiovo. 
80.  Cerithium  Renardi  nob. 

(  Kg.  96.  ) 

C.  testa  elongata,  spira  angulo  regulari  12°,'  anfra- 
ctibus  complanatis,  longitudinaliter  4-costatis,  transver- 


sim  20—23  costatis,  inferne  G  —  7  simpliciter  costa- 
tis  ;  apertura  subquadrata  ;  columella  lœvigata  ;  ca- 
nal i  brevi. 

Coquille  allongée  ,  mince  ,  élégante.  Spire  formée 
d'un  angle  régulier  à  peine  un  peu  convexe  ,  com- 
posée de  tours  non  convexes,  ornées  en  travers  par 
révolution  spirale  de  20—23  côtes  linéaires  ,  traver- 
sées par  cinq  lignes  élevées  longitudinales,  laissant  à 
leur  point  de  jonction  une  saillie  un  peu  allongée 
dans  le  sens  de  la  longueur  de  la  coquille.  La  partie 
inférieure  du  dernier  tour  marqué  de  six  lignes  éle- 
vées. Bouche  subquadranguîaire.  Columelle  lisse  à 
canal  peu  prononcé. 

Dimensions.  Ouverture  de  l'angle  spiral  12°;  lon- 
gueur 8  millim. ,  hauteur  du  dernier  tour  par  rapport 
à  l'ensemble  0,21. 

Rapports  et  différence.  On  dislingue  notre  espèce 
de  Turritella  muricata  S.,  dessineechezPhillipsI.pl. 
IV.  f.  8.  par  plus  de  tubercules  sur  les  côtes  longitu- 
dinales, par  l'absence  de  la  face  inférieure  perpendicu- 
laire du  tour  et  la  bouche  canaliculée.  Phillips,  il  est 
vrai,  la  représente  avec  le  caractère  du  genre  Ceri- 
thium,  mais  elle  estime  vraie  Turritella,  à  bouche  en- 
tière, ronde  comme  la  figure  Sowerby  pi.  499.  et 
comme  l'ont  remarqué  Bronn  (Leth.  1.  p.  395.),  Koch 
et  Dunker.  De  Buch  (Jura  p.  103)  cependant  pense 
que  c'est  un  Cerithium. 

Gis.   et  Loc.  Troisième  étage.  Galiovo. 

Nous  nommons  cette  espèce  en  l'honneur  de  notre 
collègue  ,  Mr.  le  Dr.  Renard  sous  la  rédaction  du- 
quel apparait  notre  Bulletin. 


81.  Cerithium  asperum  El/r. 

Cerithiam  asperum  Rllr.  Bull.   1846    pi.  Cf.   2.   Bull.    1848 

p.   268. 

Un  exemplaire  de  taille  peu  ordinaire  a  10  mm. 
de  largeur  au  dernier  tour. 

82.   Cerithium  Strangwaysi  nob. 
(  %  97.  ) 

Cerithium  testa  turriculata  incrassata,  angulo  spi- 
rali  regulari  17°  anfractibus  (sex  et  ultra)  planis,  co- 
stulis  linearibus,  longitudinalibus  notatis  tribus,  échi- 
nât is  ;  transvcrsalibus  undecim.  Apertura  rotundata, 
caniculata.   Columella  lœvigata. 

Les  noeuds  formés  par  le  croissement  de  deux 
genres  de  côtes  se  disposent  sur  des  mêmes  lignes 
parallèles. 

Dimensions.  Ouverture  de  l'angle  spiral  17°;  lon- 
gueur totale  9  mm  ,  hauteur  du  dernier  tour  par  rap- 
port à  l'ensemble  0,35. 

Rapports  et  différences.  Ayant  l'aspect  général  de 
la  Turritella  echinata  de  Buch ,  notre  espèce  s'en 
dislingue  par  une  côte  longitudinale  de  plus,  et  sur- 
tout par  le  caractère  du  genre.  Il  est  nécessaire  de 
la  confronter  avec  le  Cerithium  de  Munster,  76,  Bronn 
Jahrb.  1833,  p.  325. 

Gis.   et  Loc.  Eta«e  à  Arum,   carinés.   Galiovo. 

Nous  la  dédious  à  la  mémoire  de  Strangways,  qui 
le  premier  a  donné  des  détails  curieux  sur  le  «dis- 
trict central  calcaire  »,  où  se  trouve  notre  capitale. 


;j8i 

83.    ACTEON    LiEVIGATA    Rllr. 
Rlir.  Bull.    18 1G  pi.  C.  f.    18.   L.  c.    1848  p.   270. 

Un  exemplaire  de  forte  taille  a  9  mm.  de  lon- 
gueur et  5  mm.   de  largeur  au  dernier  tour. 

III. 

T  E  R  È  B  R  A  T  V  h  E  S . 

".   Injlalœ  de  Buch. 
84.    R.HYNCHONELLA    CONCINNA    S.    Sp. 

(Kg.  98.) 

Dans  les  Térébralules,  plutôt  que  dans  beaucoup 
d'autres  genres  ,  on  remplirait  une  vaste  lacune  par 
Fétude  de  nombreuses  variétés,  tant  de  celles  qui  sont 
apportées  par  le  développement  progressif,  que  de  beau- 
coup d'autres  ,  qui  ne  se  laissent  pas  expliquer  par 
l'âge.  Mais  il  serait  nécessaire  que  ces  études  fus- 
sent poursuivies  sur  des  nombreux  exemplaires  pro- 
venant d'une  même  localité.  Nous  avons  tâcbé  de 
le  faire  concernant  plusieurs  Rhynchonelles  de  Mos- 
cou, les  espèces  de  ce  genre  étant  plus  sujettes  à  va- 
rier que  celle  des  vraies  Térébratules. 

Faute  d'exemplaires  suffisants  provenant  de  loca- 
lités étrangères  clas&iqaes  ,  qui  nous  serviraient  de 
terme  de  comparaison,  nous  restons  indécis  si  nous 
devons  rapporter  nos  individus  à  la  T.  continua  S., 
ou  à  la  T.  lacunosa  Schl.  Il  est  vrai  que  d'après  les 
figures    du  travail    classique  de  Buch  ,    la    distinction 


m 

de  ces  espèces  serait  facile,  la  première  appartenant 
aux  Injlatœ  et  la  seconde  aux  Alatœ.  Dans  la  pre- 
mière le  bord  frontal  du  bourrelet  fait  une  seule 
courbe  continue  avec  les  bords  frontaux  des  parties 
latérales,  la  coquille  ne  présentant  point  de  division 
en  lobe  médian  et  ailes  latérales  ,  pas  même  par  le 
changement  de  la  grandeur  des  plis.  L'angle  cardi- 
nal est  constamment  plus  petit  qu'un  droit.  L'area  a 
une  oreillette  très  prononcée.  Selon  le  même  auteur 
la  T.  lacunosa  se  distingue  par  l'angle  cardinal  droit, 
l'absence  de  l'oreillette,  la  division  fréquente  de  quel- 
ques plis  inférieurs  en  deux  plus  petits,  dirigés  vers 
la  charnière,  par  moins  de  plis  ,  par  le  lobe  médian 
détaché  des  ailes. 

Cependant  ces  distinctions  sont  loin  d'être  admises 
par  les  auteurs  classiques.  Sowerby,  qui  a  figuré  le 
premier  l'original  de  la  T.  continua  (Tab.  83.  f.  6.) 
donne  un  exemplaire  sur  lequel  le  lobe  médian  est 
très  nettement  détaché  des  ailes.  Le  même  caractère 
saute  aux  yeux  dans  les  figures  de  la  même  espèce 
données  par  Bronn  (  Lethea  pi.  XVI11  f.  3  )  et  par 
Zeuschner  (  Paleontologia  Polska  1845  pi.  IV  f. 
11 — 15).  Déplus  cet  auteur  admet  et  dessine  deux 
variétés  ,  de  formes  et  de  dimensions  très  variables 
(  forme  normale,  qui  approche  davantage  ,  à  l'excep- 
tion du  lobe  médian,  du  type  de  Buch.,  et  forme 
globuleuse).  De  Buch  cite  des  variétés  qui  n'ont  que 
15—20  plis  au  lieu  24—36  ordinaires.  Bronn  fait 
surtout  ressortir  pour  caractères  distinclifs  de  la  T. 
lacunosa  la  hauteur  de  la  valve  ventrale  ,  qui  ac- 
quiert tout  son  maximum   presque  sur  le    tiers  supé- 


383 

rieur  de  la  longueur ,  des  plis  aussi  larges  que  leur 
intervalle,  les  plis  du  bourrelet  ne  devenant  visibles  que 
vers  le  bord  ;  l'absence  de  la  côte  aréale  et  de  l'oreil- 
lelle.  De  Bucb  cite  la  T.  elata  Cat.  comme  variété  de 
la  T.  concinna,  et  la  T.  média  S.  comme  variété  de 
la  T.  tetraëclra;  Pusch  au  contraire  n'en  fait  qu'une  T. 
concinna,  etc. 

11  nous  est  dès  lors  difficile  de  préciser  l'espèce  des 
exemplaires  que  nous  avons  sous  les  yeux.  Par  l'angle 
cardinal  ouvert,  la  division  de  quelques  plis  ces  fossiles 
rappellent  à  la  T.  lacunosa,  par  d'autres  caractères  plus 
nombreux,  par  l'aspect  général  ,  ils  tiennent  d'avantage 
de  la  T.  concinna  ,  à  laquelle  nous  nous  décidons  à 
rapporter  nos  exemplaires. 

Nous  distinguons  deux  variétés  : 

ce.)  L'une  a  la  plus  grande  ressemblance  avec  la  fi- 
gure donnée  de  cette  espèce  et  appellée  par  Zeuscbner 
forme  normale  (  Paleont.  polska  pi.  IV  f.  Il  — 15), 
circonstance  d'autant  plus  importante ,  que  selon  la  re- 
marque de  Pusch  (Paleont.  p.  27  ),  les  exemplaires  que 
Zeuscbner  a  recueillis  dans  Yoolite  inférieur  de  Sanka, 
Ostrowiec,  Brodla  et  Baczyn  près  de  Gracovie,  ont  été 
définis  par  de  Bucb  lui-môme. 

Longueur  de  la  ventrale  19  mm.,  largeur  21  mm.  Epais- 
seur de  la  coquille  12  mm.  La  valve  ventrale,  ayant  acquis 
toute  sa  hauteur  sur  son  tiers  supérieur  (selon  Bronn-carac- 
tère  de  la  T.  lacunosa)  se  dirige  sans  monter  sensible- 
ment jusqu'à  la  limite  du  tiers  inférieur,  et  tombe  d'ici 
vers  le  bord  frontal.  Lobe  médian  détaché  des  ailes  par 
un  flanc  de  pli  plus  élargi  (  contrairement  à  la  figure  de 

N°  11.   1849.  25 


384 

Buch  ).  Sept  plis  sur  le  bourrelet,  et  6 — 7  sur  les  ai- 
les, dont  les  trois  premiers  sont  les  plus  prononcés, 
les  3 — 4  suivants  sont  applatis  ,  moins  larges  et  dispa- 
raissent insensiblement  vers  la  charnière.  De  plus  le 
troisième  pli  inférieur  latéral  de  l'aile  de  la  ventrale 
(  sur  le  côté  droit  d'un  exemplaire  )  présente  une  di- 
vision très  nette  en  deux  plus  petits  divisés  vers  la 
charnière  (  selon  de  Buch,  —  appanage  distinctif  de  la 
T.  lacunosa  ).   Oreillette  peu  haute,  mais  longue. 

Notre  forme  approche,  en  second  lieu  ,  de  la  figure 
donnée  par  Bronn  plus  que  de  toute  autre.  Elle  est 
beaucoup  moins  haute  que  l'original  de  Sowerby.  En- 
fin elle  diffère  de  toutes  les  figures  avec  lesquelles  nous 
l'avons  pu  comparer  par  moins  de  plis,  caractère  qui  , 
suivant  de  Buch,  varie  beaucoup. 

/3.)  Forme  dérangée  dans  la  symétrie.  Varietas  di- 
midiata  (  Fig.  98.  ).  Gomme  dans  plusieurs  Con- 
clnnœ  ,  il  arrive  souvent  à  la  T.  continua,  d'avoir 
un  côté  abaissé  et  l'autre  relevé  parallèlement 
aux  variétés  de  la  T.  lacunosa  (  T.  dimidiata  , 
dissimilis,  obliqua,  inœquilatera  ),  Notre  exemplaire 
repond  exactement  à  la  figure  que  donne  Zeuschner 
(L.  c.  p.  pi.  IV.  f.  6 — 10  Ksztalt  pogity  )  à  cela  près, 
que  dans  notre  exemplaire  le  côté  gauche  est  abaissé 
et  le  droit  relevé,  que  l'oreillette  aréale  est  plus  haute, 
et  que  la  ligne  aréale  est  très  saillante,  aiguë,  caractères 
qui  distinguent  surtout  la  T.   continua. 

Gis.  et  loc.  Ces  deux  variétés  sont  assez  rares  dans 
le  second  étage.  Kharachovo. 


385 

fi.    Duplicata;   nob. 

85.     R.HYNCHONELLA    DUPLICATA    /?//r. 

(  Fig.  99.  ) 

Nous  avons  établi  ailleurs  (*)  un  groupe  particulier  de 
Rhynchonelles,  Duplicata?,  dans  lequel  se  rangent  la  T. 
rimosa  de  Buch  et  la  T.  furcillata  Theodori.  Nous 
avons  ajouté  plus  tard  une  troisième  forme,  la  Pi.  Zeusch- 
neri  nob.  que  nous  avons  cru  d'abord  n'être  qu'une 
variété  de  la  T.  furcillata.  Depuis  nous  consultâmes  la 
figure  de  cette  dernière  (  Roëmer  Oolit  X1IÏ,  2  a,  b, 
c.  )  ainsi  que  quelques  exemplaires  envoyés  de  l'Allema- 
gne, et  nous  trouvâmes  que  notre  espèce  s'en  distingue 
par  une  taille  plus  forte,  la  forme  plus  arrondie,  le  bec 
moins  allongé,  par  des  plis  inférieurs  plus  nombreux, 
dont  chacun  comprend  3 — 4  supérieurs  ,  non  compté 
plusieurs  d'intercalés. 

Dans  notre  Troisième  Etude  (**)  nous  avons  signalé 
le  fait- remarquable,  que  la  R.  Fischeri  nob.,  avait  aussi 
la  tendance  à  se  couvrir  de  plis  dichotomes  vers  le  bec 
ou  la  charnière  ,  caractère  qui  rapproche  cette  espèce 
des  vraies  Duplicata?.  Du  reste  la  portion  de  la  ventrale  à 
plis  subdivisés  vers  la  charnière,  rentre  de  plus  en  plus 
au  dessous  du  bec  par  l'accroissement  rapide  de  la 
ventrale  en  hauteur  :  alors  on  n'appercoit  les  plis  doubles 
que  vers  le  bec  sur  la  dorsale. 


(*)  Rllr.  et  Vsky.    Bull.    1847  p.  381    sq. 
(**)  Bull.    1849  N°   1- 

25* 


380 

Enfin  nous  venons  de  remarquer  une  dichotomie  de 
plis  vers  le  bec  dans  la  R.  continua  (  p.  384  )  ,  et 
nous  ne  doutons  pas  que  la  dichotomie,  ou  en  général 
l'accroissement  de  plis  en  nombre  vers  la  charnière,  de- 
viendra un  fait  beaucoup  plus  ordinaire,  lorsqu'on  aura 
porté  l'attention  sur  ce  point. 

Ce  rapprochement  des  Duplicatas  et  des  Concinnœ 
doit  nous  étonner  d'autant  moins  que  ce  dernier  grou- 
pe présente  aussi  "quelques  espèces  (  la  T.  lacunosa  et 
surtout  la  T.  plicalella  S.  de  l'oolite  )  qui  par  la  di- 
chotomie de  plis  vers  le  bord  frontal  se  placent  natu- 
rellement à  côté  des  Dichotomœ  de  Buch. 

Nous  avons  devant  nous  une  térébratule  ,  qui  doit, 
ce  nous  semble,  former  une  nouvelle  espèce  dans  notre 
groupe  des  Dupllcatœ. 

Nous  l'appelions  Rhyn.  duplicata.  Forme  générale 
de  la  T.  rostrata  S.  de  l'oolite  ,  telle  que  la  donne 
Pusch  (*).  Triangulaire.  Les  bords  cardinaux  sont  droits 
et  les  plus  longs.  Les  latéraux  arrondis  ,  inclinés  vers 
le  frontal  ,  plus  courts  que  celui-ci,  formant  une  cour- 
be très  peu  ressortante.  Le  bec  allongé,  relevé  au  des- 
sus de  la  charnière.  L'ouverture  assez  grande.  L'area 
longue  à  côte  aréale  aiguë,  ayant  l'oreillette  haute  d'un 
quart,  de  la  longueur  totale.  Les  deux  valves  peu  bom- 
bées, la  dorsale  encore  moins  que  la  ventrale.  Celle-ci 
monte  d'abord  assez  rapidement,  acquiert  toute  sa  hau- 
teur   sur  le  milieu  ,    et  tombe    très  peu    vers  le  bord 


{ ) 


Paleont.  Tab.   III,   f.   7,   a.   b,   c, 


387 

frontal  ,    sur  lequel  le  bourrelet  cl  le  sinus  sont  à  pei- 
ne indiqués.   La  ventrale  tombe  très  légèrement  vers  les 
côtés.   La  dorsale  est  régulièrement  convexe  jusqu'à  son 
milieu  ,     d'où  le  sinus   commence  à  se  faire    remarquer 
par  une  dépression    plus  rapide.  Le  bord  frontal    con- 
tinue du  bourrelet  sur  les  côtés  presque  insensiblement. 
On  compte    sur  le  bord  frontal    de  la  ventrale  10  plis 
égaux,  à  dos  tranchant,   et     2 — 3   de  chaque  côté,    voi- 
sins de   l'area  ,  applatis,  bien  plus  faiblement  marqués. 
Mais  le  fait  remarquable    est,  que  ces  plis  inférieurs  ne 
sont  pas  les  seuls  qui  partent  de  la  charnière  ;  bien  au 
contraire,   on   voit  sortir  d'ici  plusieurs  plis  (  24 — 26  ), 
dont  quelqu'uns    ayant  atteint  la  moitié  de  la  longueur 
totale    passent  dans  un  seul  pli  large  ,  de  manière  que 
celui-ci   semble  devenir  dichotome  en  se  dirigeant  vers 
la  charnière  ;   d'autres  fois  une  côte  supérieure  arrive  sans 
discontinuer,  au  bord  frontal  ,    où  elle  se  laisse  distin- 
guer par    une  largeur    et  une  hauteur    bien    moindres. 
Les  plis  supérieurs    latéraux    voisins  de  l'area,  ne  dis- 
continuent pas  jusqu'au  bord  latéral.   Ceux  de  la  partie 
médiane  cependant  sont  différents    sur  les  deux  moitiés, 
la  cardinale  et  la  frontale  et  d'autant,  mieux  limités  que 
les  supérieurs    sont  imprimés  sur  une  plaque  ,     qui  en 
plus  d'un  point  se  détache  de  la  coquille.     On    distin- 
gue le  même  arrangement  des  plis  sur  le  moule   de  la 
dorsale,  qui  manque  dans  notre  exemplaire. 

Dimensions.    Longueur  10  mm.     Largeur    20    mm. 
hauteur    10  mm. 

Rapports  et  différences.  Notre  espèce  correspond  si 
bien  à  la  description  et  à  la  figure  de  la  T.  rostratra  S. 


388 

données  par  Puscb,  que,  certes,  nous  l'aurions  rappor- 
tée à  cette  dernière,  si  les  plis,  caractère  si  important 
dans  les  térébratules  ,  ne  l'en  éloignaient.  De  la  T. 
continua  ,  on  la  distingue  par  la  forme  beaucoup  plus 
déprimée  ,  le  bec  plus  effilé,  l'angle  spiral  beaucoup 
moins  ouvert.  Si  Ton  admettait  ces  caractères  comme 
indiquant  une  variété  ,  certes,  notre  forme  se  rangerait 
sous  la  T.   concinna. 

Gis.  et  loc,  Second  étage,  à  Kbarachovo,  où  elle  est 
très  rare. 

86.  Rhynchonella  lacunosa  Sch. 

(Fig.   100.) 

Var.   biplicata  junior  nob. 

Qu'il  nous  soit  permis  de  rapporter  provisoirement 
à  cette  espèce  un  moule  que  nous  ne  saurions  ranger 
mieux  sous  un  autre  type. 

Notre  exemplaire  a  la  forme  de  la  T.  concinna  , 
que  Zeuscbner  appelle  forme  normale,  à  laquelle  nous 
le  rapporterions,  si  les  plis  n'étaient  beaucoup  trop  peu 
nombreux,  trop  aigus  et  trop  larges.  Deux  plis  sur  le 
bourrelet  et  cinq  sur  les  ailes.  Les  plis  ne  commen- 
cent, (  sur  le  moule  )  qu'a  la  moitié  inférieure  des  val- 
ves.  L'oreillette  est  bien  accusée. 

Gis.  et  loc.  Etage  à  Am.  virgatus.  Kharachovo.  Très 
rare. 


389 

87.    R.HYNCHONELUÀ    PORRECTA    liob. 

(Fig.   101.) 

Coquille  allongée,  triangulaire,  aux  angles  intérieurs 
arrondis,  déprimée.  Valve  dorsale  très  peu  convexe,  au 
bec  un  peu  effilé,  recourbé,  s'élevant  beaucoup  au  des- 
sus de  la  charnière  ;  de  là  le  deltidium  très  apparent, 
plus  haut  que  large.  L'area  très  prononcée  ,  haute  ; 
l'oreillette  peu  indiquée.  La  ventrale,  s'élevant  très  peu 
au  dessus  de  la  charnière,  est  assez  régulièrement  con- 
vexe, et  acquiert  toute  sa  hauteur  à  son  milieu.  La 
division  en  corps  et  ailes  à  peine  indiquée  ;  de  là  le 
bourrelet  peu  apparent  sur  le  front  ;  le  sinus  Test  da- 
vantage à  commencer  du  milieu  de  la  dorsale.  Neuf  plis 
larges,  aigus  ,  commençant  de  la  charnière,  recouvrent 
le  test  :  trois  sur  le  bourrelet  et  trois  sur  les  ailes. 
11  pourrait  avoir  existé  quelques  autres  de  moins  mar- 
qués vers  la  partie  supérieure  des  ailes.  Notre  exemplai- 
re ne  laisse  pas  décider  des  plis  supérieurs  du  fron- 
taux, d'autant  moins  que  le  test  désagrégé  est  recouvert 
de  filament  asbestoïdes. 

Longueur  20  mm.;  largeur  17  mm.;  hauteur  8  mm. 
Hauteur  de  Farea  3  mm.   Ouverture  de  l'angle  116°. 

Rapports  et  différences.  Par  sa  forme  allongée,  par 
la  hauteur  de  l'area,  le  petit  nombre  des  plis  etc.,  fa- 
cile à  distinguer  de  toute  autre  Rhynchoneîle. 

Gis.  et  loc.  Etage  kJm.  virgatus  Kharachovo.  Très 
rare. 


390 

iv.  *: 

Acéphales. 

88.    ÀSTARTE    OVATA    P/lUl. 

Astarte  ovata  Phill.  Rllr.  Bull.     1846,     pi.    B.  f.    13.  RUr.  et 
Vsky.   Ibid.    1847,  p.  pi.   G,    f.   26  Ibid.    1848   p.  282. 

Une  "valve  gauche  bien  conservée  laisse  apercevoir  les 
caractères  suivants  non  mentionnés  dans  notre  descrip- 
tion. Test  extrêmement  épais  ,  dont  les  stries  d'ac- 
croissement ont  presque  entièrement  disparu.  Bord 
palléal  recouvert  de  crènulures  très  fortes  disposées 
en  côtes  un  peu  moins  larges  que  leur  intervalle,  oc- 
cupant toute  l'épaisseur  du  test,  et  ayant  une  ligne  à 
peu  près  de  longueur.  On  en  compte  41  sur  une  valve, 
22  mm.  longue  et  haute.  Impression  palléale,  à  une  de 
distance  du  bord,  sans  la  moindre  trace  d'exision.  Im- 
pression musculaire  anale  grande,  obronde ,  parfaite- 
ment limitée  par  la  dépression.  Impression  musculaire 
buccale  inférieure  plus  grande  et  plus  profonde  surtout 
supérieurement  où  le  lest  fait  une  forte  saillie  en  for- 
me de  dent  obtuse.  A  la  partie  supérieure  et  interne 
de  celle-ci,  bien  au  dessous  de  la  dent  lunulaire,  se  place 
1  impression  musculaire  buccale  supérieure  ,  petite  , 
mais  bien  marquée.  L'intérieur  du  test  n'indique  pas 
la  division  en  trois  lobes,  comme  ceci  est  assez  évident 
dans  plusieurs  espèces  du  genre. 

Le  test  présente  les  deux  couches  différentes  que 
nous  avons  signalées  dans  VA.  pianota  S.  (  Bull.  1847 
p.    110.  ). 


391 
89.   Astahte  Buchiana  d'Orb. 

MYK.    Russia  II,  p.   456,  pi.  33,  f.   23—25. 

Nous  n'avons  rien  à  ajouter  à  la  description  de  cette 
petite  espèce  ,  établie  par  d'Orbigny  ,  et  fort  peu  de 
chose  sur  ses  rapports  et  son  gisement. 

Bapports  et  différences.  D'Orbigny  en  traitant  de 
celle  espèce  la  compare  avec  l'Ast.  minima  Phill.  (qui, 
ce  nous  semble,  se  trouve  aussi  chez  nous  ),  et  pense 
même  que  de  Buch  ,  avait  pris  peut-être  pour  cette 
dernière  Y  Asti  Buchiana.  Nous  n'avons  pas  d'originaux 
anglais  de  la  première  espèce  ;  ce  que  nous  possédons 
de  nos  couches  (  Rllr.  Bull.  1846,  pi.  E.  f.  2  Ibid. 
1848,  p.  275  )  ne  cadre  pas  parfaitement  avec  les  fi- 
gures de  Phillips,  aussi  nous  abstenons-nous  encore  de 
définir  l'espèce  problématique.  Cependant  YAst.  minima 
Phillips  parait  être  beaucoup  moins  épaisse,  moins  bombée, 
et  plus  longue  etc.  On  pourrait  encore  confondre  Y  A.  Bu- 
chiana avec  les  jeunes  de  Y  A.  cordiformis  Desh.  (Roui  11. 
Bull.  1846  pi.  D.  f.  15  a-g  pi.  E.  f.  1  a-e  Bull. 
1848  p  274  ),  mais  alors  la  lunule  et  le  corselet  de 
cette  dernière  ne  laisseraient  aucun  doute  sur  l'espèce. 
11  est  fâcheux  qu'avant  l'espèce  de  d'Orbigny  ,  il  exis- 
tât déjà  une  A  st.  Buchii  Roem.  (  A  star  t.  p.  40  f .  4  ) 
du  néocomien. 

Gis,,  et  loc.  Etage  à  Am.  carinés  avec  Y  A.  cordifor- 
mis, à  Galiovo,   où  elle  est  beaucoup  moins  commune, 


392 

90.    ASTARTE    CORDIFORMIS    Desh. 

Kllr.  As.  cordiformis  Dsh.  BulJ.    1848.  p.  417,  Bull.  1846  D. 

f,    15,  a — g,  pi.  E.   f.    1.  a — e.  Figures. 

Bronn  :  A*  gryphœoides  Fahxenk.  Bronn  1848    (Nomeuclat.  p. 

115).    Synonime   à  rejeter. 

Un  exemplaire,  le  plus  grand  que  nous  ayons  vu,  a 
11  mm.  de  longueur.  11  mm.  de  hauteur  et  9  mm. 
d'épaisseur.   Coquille  presque  équilatérale. 

ïif-- 91.     AsTARTE    FaLKI    îiob. 


(  Fig-  102.  ) 

Coquille  quadrangulaire,  fortement  épaissie  ,  surtout 
vers  la  charnière  et  les  crochets  ,  recouverte  de  stries 
élégantes,  régulières  d'accroissement,  fortement  bombée. 
Bord  buccal  un  peu  évasé  près  de  la  lunule  }  presque 
droit  et  perpendiculaire  sur  le  palléal  qui  est  de  mê- 
me droit  et  auquel  il  passe  sous  un  angle  arrondi.  Bord 
anal  parfaitement  arrondi  a  ses  deux  extrémités.  L'anal, 
égal  en  longueur  à  la  plus  forte  épaisseur  du  fossile,  est 
le  plus  court;  le  cardinal,  un  peu  convexe,  plus  court 
que  le  palléal  ,  de  sorte  que  la  coquille  est  un  peu 
moins  large  en  arrière  qu'en  avant.  Les  deux  bords 
correspondants  parallèles,  delà  une  forme  quadrangu- 
laire presque  équilatérale,  régulière.  Les  crochets,  as- 
sez larges,  dans  l'angle  antéro-supérieur.  Lunule  un  peu 
plus  longue  que  large,  profonde,  mais  non  précisément 
limitée.  Corselet  presque  de  la  longueur  du  bord  car- 
dinal,    de  la  moitié  de  la  largeur  de  la  lunule.     Nym- 


393 

plies  peu  accusées,  longues  à  peine  au  de  là  d'un  tiers 
de  la  facette  postérieure.  Région  cardinale  large,  épais- 
sie. Ligne  cardinale  intérieure  recourbée  au  dessous  de 
la  dent  ligamentaire  sous  un  angle  obtus,  dont  les  deux 
lignes  directrices  sont  égales  en  longueur. 

L'espèce  appartient  à  celles  qui  ont  deux  dents  dans 
chaque  valve. 

Valve  gauche.  Sillon  marginal  antérieur  peu  pro- 
fond, ainsi  que  la  fossette  lunule.  Dent  cardinale  très 
large,  tronquée  obliquement  à  sa  base.  Fossette  cardinale 
de  la  même  largeur.  Dent  ligamentaire  peu  saillante 
mais  large.  L'arrière  partie  de  la  région  cardinale  lisse 
limitée  supérieurement  par  le  sillon  ligamentaire  sub- 
interne ,  court ,  et  postérieurement  par  le  sillon  mar- 
ginal postérieur  de  longueur  un  peu  moindre  que  la 
moitié  du  bord  cardinal. 

La  valve  droite  ne  se  distingue  que  par  une  dent 
lunulaire  très  faible ,  par  une  fossette  ligamentaire  ,  et 
par  la  dent  marginale  postérieure. 

Impressions  musculaires  très  profondes,  un  peu  allon- 
gées ;  l'antérieure  juste  à  l'extrémité  inférieure  de  la 
lunule,  est  perpendiculaire  à  la  ligne  directrice  antérieure 
de  l'angle  cardinal  intérieur  ;  l'impression  musculaire 
postérieure  tombe  de  même  en  vertical  sur  la  ligne 
directrice  postérieure.  L'attache  du  troisième  muscle 
est  indiquée  par  une  dépression  de  la  grandeur  d'une 
tète  d'épingle  ,  très  profonde  ,  en  dedans  de  la  ligne 
cardinale  intérieure,  à  2  mm.  au  dessus  de  l'impres- 
sion musculaire  antérieure. 


394 

Impression  palléale  entière  à  3  mm.  de  distance  du 
bord  palléal  qui  est  recouvert  intérieurement  de  cré- 
nelures  élégantes,  régulières  ,  mais  peu  larges  et  peu 
hautes. 

Test  composé  de  deux  couches,  dont  l'intérieure  for- 
mée de  filamens  parallèles,  verticales  a.  la  couche  exté- 
rieure, a  le  plus  d'épaisseur  immédiatement  au  dessous 
de  la  charnière  ,  et  s'amincit  vers  l'impression  pal- 
léale, où  elle  disparait  presque  complètement.  C'est  un 
caractère  que  l'espèce  partage  avec  VAstarte  planata 
S.,  comme  nous  l'avons  signalé  ailleurs  (*),  et  que  nous 
rapportons  au  groupe  des  Puschia.  Serait-ce  un  effet  de 
la  fossilisation? 

Dimensions.  Longueur  28  mm.,  largeur  32  mm., 
épaisseur  23  mm. 

Rapports  et  différences.  Du  premier  abord  l'espèce 
rappelle  VA.  planata  ,  de  laquelle  on  la  distingue  ce- 
pendant par  une  longueur  moindre  ,  une  largeur  res- 
pective plus  forte ,  une  plus  forte  épaisseur ,  en 
général  donc  par  les  trois  dimensions  plus  égales  ; 
par  une  épaisseur  des  valves  plus  forte  ,  par  les  dents 
plus  larges  etc. 

Cette  espèce  diffère  aussi  suffisamment  de  la  Lucina 
Frearsiana  Rllr.  (Bull.  1846  pi.  E  f .  5,  a  —  d  Bull. 
1848  p.  276  )  par  le  crochet  placé  au  dessus  de  l'an- 
gle antéro-inférieur ,  par  l'absence  de  l'évasion  profon- 
de à  l'angle  anléro-supérieur  ;    par  la  lunule  plus  cor- 


(*)   Rllr.   et  Vsky.  Bull.    1847  p.   418  —  419. 


395 

di  forme,  plus  profonde,  plus  marquée  ,    par  le  corselet 
beaucoup  moins  large  etc. 

Gis.  et  loc.  Ce  superbe  exemplaire  a  été  trouvé  dans 
l'étage  à  Am.  alternons,  à  Galiovo  ,  où  X Ast.  planata 
manque  totalement.  En  mémoire  de  l'Académicien  Falk, 
qui  le  premier  a  fait  un  forage  dans  le  terrain  jurassi- 
que à  Miatschkovo  ,  qui  est  l'étage  môme  ,  auquel  ap- 
partient notre  fossile. 

Remarque.  Selon  la  description  de  Sowerby  son  A.  planata  (  A 
obliqua  Lk.  Desh.  Bronn.  Noinenc.  p.  117  )  diffère  de  nos  exem- 
plaires que  nous  rangeons  sous  cette  espèce  ,  par  plus  de  largeur 
(  comme  dans  l'espèce  qui  vient  d'être  décrite  )  par  le  test  moins 
régulièrement  rerouvert  de  stries  d'accroissement.  Nos  exemplaires 
approchent  par  la  forme  générale  de  Y  A.  porrecta  de  Bucli  (  Ge- 
birgsf.  p.  94.  pi.  III.  f.  3  —  5)  de  Simhirsk.  Mais  la  position  des 
crochets  et  la  lunule  l'eu  distinguent,  comme  nous  le  voyons  sur  des 
exemplaires  envoyés  par  Mr.   Jazikov. 

92.     AsTARTE  IioEMERI    liob. 

(Fig,   103.) 

Coquille  allongée,  peu  épaisse,  très  inéquilatéraîe,  re- 
couverte de  stries  d'accroissement  concentriques ,  qui  à 
la  partie  supérieure  s'élèvent  même  en  côtes  régulières 
bien  marquées  et  disparaissent  insensiblement  vers  le 
bord  palléal.  Le  bord  buccal  et  l'anal  arrondis  un  peu 
très  inférieurement ,  étroits.  Le  palléal  régulièrement 
arrondi.  Le  cardinal  presque  droit.  Les  crochets  peu 
marqués,  placés  sur  la  limite  du  premier  tiers.  Lunule 
lisse,  peu  marquée  et  peu  large,  de  même  que  le  cor- 
selet. Nymphes  non  apparaotes.  Du  reste  nos  exemplai- 
res défectueux  ne  montrent  pas  assez  nettement  ces  der- 


396 

nièrcs  parties.   On   distingue  deux  dents  sur  un  fragment 
de  la  valve  gauche. 

Dimensions.  Longueur  19  mm.,  largeur  30  mm., 
épaisseur   11   mm. 

Rapports  et  différences.  On  distingue  facilement  cet- 
te espèce  de  tous  nos  fossiles  par  sa  forme  extérieure. 
Un  fait  intéressant  est,  que  l'intérieur  du  fossile  est  le 
plus  souvent  pyritisé  ,  ce  qu'il  partage  exclusivement 
avec  VA.  lineata,  et  qui  est  un  fait  exclusif  pour  nos 
bivalves  de  Moscou,   qui  ne  sont  jamais  pyritisées. 

Gis.  et  loc.  Étage  à  Am.  virgatus,  à  Kharachovo. 
Nous  l'avons  nommé  en  l'honneur  de  Iloëmer,  qui  a 
donné  une  excellente  monographie  du  genre  entier. 

93.   Opis  lunulata. 

Opis  lunulata,  Rllr.   et  Vsky  Bull.    1847  p.   407,  Bull.    1848  p. 

289,  tab.   9,   f.   25,  a     g. 

Ce  fossile  du  second  étage  ,  a  été  retrouvé,  quoique 
très  rarement,   dans  l'étage  à  Am.   catenulatus. 

Nous  remarquerons  la  même  chose  concernant  le 

94.     CaRDIUM    CONCINNUM    B. 

Qui,  en  général,  ne  laisse  pas  que  d'être  très  caracté- 
ristique pour  l'étage  à  Am.  catenulatus  et  qui  cepen- 
dant, par  exception,  a  été  remarqué  au  second.  Il  y  a 
même  au  troisième  étage  (  à  Am.  alternans  )  une  for- 
me très  voisine ,  sinon  identique  ,  mais  que  nous  ne 
connaissons  pas  suffisamment  encore  à  cause  de  sa  pe- 
tite taille  ,    sa  rareté    et  sa  mauvaise  conservation. 


397 

95.  Arca  Àlana  nob. 

(Fig.   105.) 

Coquille  oblongue,  un  peu  carrée  ,  presque  lisse,  c. 
à.  d.  marquée  de  faibles  stries  d'accroissement  et  de 
lignes  rayonnantes  sur  le  tiers  buccal.  Les  valves  très 
épaissies.  Côté  buccal  plus  court  que  l'anal  ,  parfaite- 
ment arrondi  vers  l'angle  inférieur,  et  anguleux  vers  la 
facette  ligamentaire.  Côté  buccal  presque  droit,  un  peu 
convexe  ,  sub-arrondi  inférieurement  et  formant  un  an- 
gle obtus  avec  le  bord  cardinal  ,  parfaitement  droit. 
Bord  palléal  formant  un  cercle  assez  régulier  avec  le 
buccal,  et  ne  rentrant  un  peu  que  vers  l'angle  anal  in- 
férieur, de  sorte  que  la  plus  forte  largeur  de  la  co- 
quille se  trouve  un  peu  en  avant  de  la  limite  antérieu- 
re du  tiers  postérieur.  Crochets  très  involvés,  s'élevant 
sensiblement  au  dessus  du  bord  cardinal  ,  dirigés  en 
avant  et  placés  en  avant  du  milieu  de  la  coquille  iné- 
quilatérale.  Facette  ligamentaire  faiblement  accusée,  peu 
ronde  ,  marquée  de  quelques  lignes  en  sautoir  et  oc- 
cupant presque  en  entier  le  bord  cardinal  qui  égale  en 
longueur  le  bord  anal. 

Intérieur  des  valves  inconnu. 

Dimensions.  Longueur  46  mm.  Largeur  36  mm. , 
épaisseur  32  mm.;  longueur  du  bord  anal  27  mm.; 
longueur  de  la  facette  ligamentaire  23  mm. 

Rapports  et  différences.  Voisine  de  Ydrcu  sarato- 
fensis  d'Orb  (  Russia  II  p.  461,  pi.  39  f.  11-13) 
notre  espèce  s'en  distingue  par  la  forme  plus  allongée, 


398 

I«i  présence  de  lignes  rayonnantes  ,  la  facétie  ligamen- 
taire par  rapport  à  la  longueur  totale  beaucoup  plus 
courte,   etc. 

Gis.  et  loc.  Etage  à  Amm.  virgatus,  à  Kharachovo. 
Très  rare. 

96.    A  RCA    OBLONGA    MM. 

(Fig.   106.) 

Sowevby  :    Cuccullaea  oblonga  Mill 

Rouillier:     Cuc.     oblonga    Mill.?  Bull.    184G,  pi.  D.  f.    16  Ibicï. 

1848  p.  274. 

Coquille  aux  valves  fortement  épaissies  ,  équilatérale, 
quadrangulaire.  Lisse  ou  marquée  de  stries  d'accrois- 
sement forts  irréguliers,  et  un  peu  rugueux.  Bord  car- 
dinal un  peu  convexe,  parallèle  ou  palléal,  qui  est  pres- 
que droit,  aux  deux  angles  inférieurs  arrondis,  surtout 
le  buccal.  Le  buccal  supérieur  anguleux,  un  peu  évasé, 
un  peu  plus  ouvert  qu'un  droit  ;  l'anal  supérieur  de  la 
môme  forme.  Bord  cardinal  par  rapport  au  palléal  beau- 
coup plus  long  que  dans  l'espèce  précédente,  occupé 
entièrement  par  la  facette  ligamentaire.  Crochets  juste 
sur  le  milieu  de  la  longueur,  larges,  s  "élevant  fortement, 
et  très  éloignés  l'un  de  l'autre.  Coquille  aussi  épaisse 
ou  même  plus  épaisse  que  haute  ,  et  un  peu  plus  lon- 
gue, donc  presque  cubique. 

Dimensions.  Longueur  77  mm.;  hauteur  68  mm.; 
épaisseur  71  mm.;  longueur  du  bord  anal  42  mm.; 
longueur  du  bord  cardinal  56  mm. 


393 

Rapports  et  différences.  Elle  diffère  de  toutes  nos 
espèces  par  sa  taille  ,  ses  crochets  très  rassortants  ,  le 
test  très  épais  et  rude,   etc. 

Gis.  et  loc.  Etage  à  Amm.  catcnulatus.  Nous  en 
avons  vu  des  exemplaires  ,  provenant  de  Kislovodsk, 
au  Caucase. 


La  fin  au  prochain  NV) 


Nn  77.  1849.  2G 


IÎiiIIH. !«',<>  T;iUv 


v.  Dohlen  lith. 


howllier  ei  Vosidskv. 


(tni'i'-J   yxoq\Cj\iïi.>. 


lîiillrl. !«'..<>  T.-il..K. 


Tschejolew  del 


smH&fi 


Attention  Scanner:      ner: 
Foldout  in  Book!       ^>k! 


>Vli)-?i 


WM 


m&% 


X.  Martinoff  Iitk 


RouillicT  et  FahrenkoM. 


tttn3c.s    -pxoc^tc  p iou* . 


Bullet.  1S49.  Tab.L. 


J***^4>>i>J' 


%   0 


s  1 


mm 


N'.Marthint'f  Iifli. 


Attention  Scanner: 
Foldout  in  Book 


îmœ 


canner: 
Book! 

9) 


Bullet.  1849.  Tat.M. 


'.  d 


e   ; 


N.  Martinoff  lith. 


Rouillier  et  Falirenkohl . 


ib  bl-LOCÔ      ^A^ÀVUY>weà . 


Bullet.  1849.  Tab.M. 


scheg-olew  âel. 


N.  M»rtino£f  lith. 


Bullet.1849.TabN. 


N.Martinofï  Iith. 


Rouillier   et    Fahrenkolil. 


\dUa2ji&  yu>a\o.\i>wt'h. 


Bullet.  1849.  Tab.  Ni 


N.Martinoff  Iith. 


(*L  S'^,2 


LES  GRÈS 


DES 


ENVIRONS    DE    MOSCOU 

ONT-ILS      ÉTÉ     SOUMIS      A     INACTION     DU     FEU     ON     NON  ? 


(  Ëxtiait   du    îîullet-  de   la  Soc  Imper,  des  Natural.    :1e   Moscou, 
î'uiue  XX.   Wl7.  ) 


;'N 


DES 


ONT-ILS     ÉTÉ    SOUMIS    A    i/ ACTION   DU    FEU    OU    NON? 


Certainement  l'idée  de  discuter  cette  question  , 
dont  la  solution  négative  est  depuis  longtemps  regar- 
dée comme  un  fait  incontestable  acquis  à  la  science, 
ne  me  serait  jamais  venue ,  si  une  opinion  contraire 
n'avait  été  émise  par  Mr.  le  Prof.  RouilKer  et  si,  en 
citant,  pour  la  prouver  «  à  Vévidence,  »  un  fait  rap- 
porté par  moi,  il  ne  m'eut  forcé  de  faire  tout  ce  qui 
dépend  de  moi  pour  contribuer  à  l'éclaircissement 
d'une  question  aussi  importante  et  pour  éloigner  en 
même  temps  de  moi  toute  responsabilité  d'une  hy- 
potbèse  qui,  pour  le  moins,  devra  paraître  extrême- 
ment hasardée. 

Citons  d'abord  le  passage  en  question  (  Bullet. 
1846,  N°  IV,  pag.  403):  «Le  sable  blanc  de  Voro- 
<(  bievo  semble  avoir  été  le  moins  changé  et  être  le 
plus  près  de  l'état  normal  de  déposition.  Il  ne  con- 
«  tenait  en  fait  de  corps  organisés  que  des  plantes 
«  herbacées  ,    qui  n'ont  pu  être  conservées  dans  une 


«  masse  désagrégée  ,  et  n'ont  laissé  leurs  traces  que 
«  dans  le  grès  de  Tatarowa  qui  a  subi  l'effet  d'un 
«  feu  pénétrant,  ce  qui  est  prouvé  à  l 'évidence  par  les 
«  nids  de  charbon  mentionnés  par  Mr.  Auerbach  dans 
«le  grès  provenant  de  Kline.  » 

Sans  doute  Mr.  Rouillier,  en  parlant  du  feu  péné- 
trant qui  aurait  agi  sur  le  grès  de  Tatarowa,  n'en- 
tend pas  par  là  un  feu  accidentel,  produit  par  quel- 
que incendie  de  foret,  par  de  la  tourbe  ou  du  char- 
bon brûlant,  car  ceux-là  n'auraient  jamais  pu  étendre 
leur  action  ni  à  des  profondeurs  considérables , 
ni  sur  un  aréal  aussi  étendu  que  semble  le  leur  accor- 
der l'auteur  distingué,  en  déduisant  d'une  même  cau- 
se les  qualités  analogues  des  grès  de  Kline  et  de 
Tatarowa  (localités  distantes  de  70  werstes  l'une  de 
l'autre  );  c'est  donc  probablement  d'un  contact  avec 
des  roches  d'origine  ignée  qu'il  est  question  dans  le 
passage  cité  ;  mais  un  tel  contact  est-il  imaginable 
sans  altération  sensible  de  la  stratification  des  roches, 
sans  soulèvement  ?  Et  cependant  jamais  rien  de  sem- 
blable n'a  été  observé  dans  notre  Gouvernement.  — 
D'ailleurs  nous  croyons  que,  sans  vouloir  approfon- 
dir l'origine  de  ce  feu  hypothétique,  il  ne  serait  pas 
difficile  de  prouver  «  à  l'évidence  »  que  jamais  nos 
grès  n'ont  pu  avoir  subi  l'action  d'un  feu  quelconque. 
En  voici  les  raisons  : 

1.  Le  seul  fait  cité  par  Mr.  Rouillier  à  l'appui  de 
son  opinion  est,  que  \W  grès  de  Kline  contient  sou- 
vent des  nids  de  charbon  ;  mais  c'est  justement  ce 
fait-là  qui  pourrait  le  mieux  servir  à  prouver  le  con- 
traire, parce  que,  à  côté  des  fragmens  de  charbon  et 


mélangés  avec  eux  ,  on  trouve  des  débris  de  végé- 
taux, qui  n'ont  subi  d'autre  altération  que  d'avoir  élé 
imprégnés  d'une  matière  siliceuse,  donc  ,  le  feu  de- 
vant a«ir  uniformément  sur  toutes  les  substances  con- 
tenues  dans  le  grès,  il  est  évident  ,  que  ce  charbon 
ou  bien  a  été  empâté  comme  tel  par  la  masse  du 
grès  pendant  son  dépôt  (  ce  qui  est  le  plus  proba- 
ble ),  ou  bien  que  son  origine  est  due  à  une  cause  toute 
autre  que  l'action  du  feu,  car  sans  doute  Mr.  le  Pro- 
fesseur lui-même  ne  pense  pas  ,  quoique  l'on  soit 
tenté  de  le  croire  d'après  sa  conclusion  citée  ,  que 
toute  carbonisation  doive  être  attribuée  au  feu. 

2.  Comment  parviendrait-on  à  expliquer  la  pré- 
sence de  couches  de  sable  désagrégé  entre  les  bancs 
de  grès,  en  admettant  que  tous  les  deux,  chimique- 
ment identiques,  aient  été  également  exposés  au  feu? 
Pourquoi  les  uns  n'auraient-ils  pas  subi  les  mêmes 
changements  que  les  autres  ?  Et  cependant  dans  pres- 
que toutes  les  carrières  de  notre  Gouvernement  où 
le  grès  est  exploité ,  on  voit  se  répéter  cette  alter- 
nance de  couches  de  grès  et  de  sable. 

3.  Enfin  rien  que  la  coloration  de  nos  grès  suffi- 
rait peut  être  pour  éloigner  toute  idée  d'une  altéra- 
tion par  le  feu,  parce  que  c'est  toujours  l'oxide  de  fer 
hydraté  qui  produit  leurs  teintes  jaunes  et  brunes, 
et  jamais  l'oxide  de  fer  anhydre,  qui  cependant  au- 
rait dû  se  former  par  une  calcination  et  leur  com- 
muniquer sa  couleur  d'un  rouge  de  cerise  plus  ou 
moins  foncé. 

On  serait  presque  tenté  de  faire  ses  excuses  pour 
avoir    sérieusement    combattu    une    hypothèse  si  peu 


6 

vraisemblable  ,  aussi  lie  suis-je  entré  dans  quelque» 
détails  que  pour  engager  Mr.  Rouillier  à  soutenir  son 
opinion  par  quelques  preuves  plus  valables,  persua- 
dé qu'il  n'aurait  pas  manifesté  son  opinion,  contrai- 
re à  celle  des  Géologues  les  plus  célèbres ,  s'il  n'a- 
vait en  réserve  des  faits  plus  convaincants  que  ceux 
qu'il  a  fournis  jusqu'à  ce  jour. 

J.  Auerbach. 


tt> 


tJBER 


EINE  NEUE   CIDARITEN-ART 


AUS    DEM 

und 
ÛBER    EINIGE 


NEUE  KRYSTALLFORMEN  URALISCHER   MINERALIEN 


von 

M9r.  Jt.  JLuerbach* 


(Aus  den  Verhandl.  der  Minerai.  Gesellschaft  zu  St.  Petersburg, 
fur  die  Jahre  1845 — 46;  besonders  abgedruckt). 


Ht*  Petersburg, 

g  e  d  r  u  c  k  t      b  e  i      C  a  r  l      K  r  a  y. 
1846. 


u'ù 


ZUM  DRUGK  ERLAUBT. 

"•JîjB...     a%S*     «*€%» 

St.  Petersburg,  den  10.  Mai  1846.  A.    Freigang. 


ÛBER  EINE  NEUE 

CIDARITEN-ART, 

au0  btm  3Ho0kauer  3ura, 


von 
Dr.  J.  Auerliacli. 


I 

Dièse  Art,  die  einzige  in  den  petrefaktenreichen  Schichten 
der  Moskauer  Jura  gefundene,  ist  zwar  bisher  nur  aus  einem 
nicht  ganz  vollstândigen  Stachel(*)  bekannt,  dieser  ist  aber  so 
eigenthùmlich  und  von  allen  bisher  beschriebenen  so  abweichend, 
dass  er  gewiss  die  Aufstellung  einer  neuen  Art,  fur  welohe  ich, 
nach  Analogie  des  in  der  Botanik  gebrâuchlichen  Ausdrucks, 
den  Namen  C.  spathulatus   vorschlage,  hinlânglich  gerechtfertigt. 

Cidarites  spathulatus 

Cidarites aculeis  apicem  versus  com- 

pressis,  granulatis,    margine    spinulosis,    versus    basin 

laevigatis,  utrinque  spinosis;  petiolis  terelibus,  glaber- 

rimis;  brevibus. 
Der  Stachel  ist  mindestens  3  Zoll  lang,  dûnn,  an  der  Basis 
stielrund,  nach  der  Spitze  zu  aber  sich  alhnàhlig  abplattend  und 
an  Breite  zunehmend.  Die  Oberflâche  ist  mit  zahlreichen,  nach 
oben  gerichteten  Dornen  besetzt;  welche  zunàchst  der  Basis 
unregelmàssig  auf  der  ganzen  Oberflâche  des  Sfachels  vertheilt 


0    Nat.  Gr.,  der  Theil  von  a  bis  b  ist  nur  im  Àbdruck  erhalten. 

1 


_     4     — 

sind,  aber  vou  der  Stelle  an,  wo  seine  Abplattung  beginnt, 
sich  an  den  Kanten  in  zwei  Reihen  ordnen,  zwischen  denen 
die  Oberflâche  durch  sehr  feine,  nach  der  Spitze  zu  dichter  und 
grôsser  werdende  Wàrzchen  ein  gekôrntes  Ansehen  erhâlt.  Die 
Oberflâche  des  unteren  Theiles  des  Stachels  zwischen  den  Dor- 
nen  und  jene  des  Stiels  sind  durchaus  glatt  und  sehr  glânzend. 
Der  ganze  Stachel  ist;  me  bei  Cidariten  gewôhnlich,  in  Kalk- 
spath  verwandelt,  nach  dessen  Spaltungsrichtungen  er  von  Sprûn- 
gen  durchzogen  ist. 

Dieser  Cidarit,  vielleicht  mit  jenem;  dessen  L.  Agassiz  (*)  in 
seiner  Monographie  der  Echinodermen  envàhnt,  identisch,  scheint 
eine  dem  C.  maximus  Munster  (**)  verwandte  Art  zu  bilden, 
was  um  so  wahrscheinlicher  ist,  als  der  Hr.  Prof.  Rouillier  in 
unserra  Oolith  den  Abdruck  zweier  ïnterambulacralschilder  gefun- 
den  hat;  welche  vermuthlich  unserer  Art  angehôren  und  sich 
demselben  C.  maximus  sehr  nâhern;  sowohl  durch  ihre  elliptische 
Gestalt  und  ihre  gekerbten;  durchbohrten  Stachelwarzen;  als  auch 
durch  ihre  strahlige  Streifung  nach  dem  Fûhlergange  zu;  sie 
unterscheiden  sich  jedoch  von  ihnen  durch  das  nàhere  Beisam- 
menstehen  der  Stachelwarzen;  die  an  unserem  Exemplare  seitlich 
nur  durch  eine  schmale  Leiste  getrennt  werden;  wâhrend  beim 
C.  maximus  mehrere  Reihen  feiner  Wàrzchen  den  Rand  eines 
jeden  Schildes  umgeben. 


+)  Monographie  du  genre  Salenia,  pag.  4.  „les  piquans,  dont  on  a  fait 
le  C.  Schmidelii,  paraissent  aussi  se  rapporter  à  un  genre  particulier.  Il  en  est 
de  même  d'une  espèce  inédite  de  l'oolite  inférieur  dont  les  piquans  se  terminent 
en  larges  lames  spatuliformes." 

*0  Goldfuss,  petref.  Germaniae,  \,  116;  lab.  XXXIX,  fig.  1. 


CBER  einige 

NEUE  COMBINATIONEN    VON    KRYSTALLFORMEN, 


AN 

uralterijm  3Hmtralim  kobactytct 

von 
Dr.  J.  Aiierbacli. 

Eine  umfassende  Arbeit  unseres  unermûdlichen  Forschers, 
des  Herrn  R.  Hermann,  ûber  die  uralischen  Epidote  und  Vesuviane, 
welche  hôchst  intéressante,  nàchstens  zu  verôffentlichende  Re- 
sultate  ûber  die  chemische  Constitution  dieser  Mineralien  und 
durch  dieselbe  bedingte  nothwendige  Aussonderung  zvveier  neuer 
Arten  geliefert  hat;  gab  mir  Veranlassung  dieselben,  imAuftrage 
des  Hrn.  Hermann,  auch  in  ktystallographischer  Beziehung  nàher 
zu  prûfen.  Hierbei  stellte  sich  heraus,  dass  die  von  Hrn.  Her- 
mann  aus  chemischen  Grûnden  von  den  Gattungen  Epidot  und 
Vesuvian  getrennten  Arten,  Achmatit  und  Heteromerit;  zwarkry- 
stallographisch  mit  denselben  durchaus  isomorph  sind,  aber  doch 
ungewôhnliche  und  bisher   nicht  beschriebene  Combinationen  z. 


—     6      — 


Th.  selten  vorkommender  Flàchen  darstellen.  Im  Folgenden  habe 
ich  versucht  sowohl   sie  als  auch  ein  Paar  andere  intéressante 
Krystallformen  uralischer  Mineralien  zu  beschreiben. 
Achmatit,  Hermann  (Epidot;  Auctorum)  von  Achmatowsh. 


ïŒSî|t 


Fig.  3. 


M 


T/ 


sut* 


H. 
Fig.  4 


Die  Krystalle  zeichnen  sich  im  Allgemeinen  durch  ihre 
tafelformige  Gestalt,  (in  Folge  der  Ausdehnung  der  Querflâche 
M)  und  durch  das  Vorherrschen  der  Flàchen  e  des  2fach  stumpfe- 
ren  2-  und  lgliedrigen  Oktaëders  aus.  Ausser  diesen  Flàchen 
erscheinen   an   ihnen   mehr  untergeordnet   die   Oktaëderflâchen  z 


und  n;  die  hinterc  2fach  stumpferc  Oktaëderflâche  u;  diegerade 
Endflâche   1,   die  vorderen  Schiefendflâchen  s  und  r,  die  hintere 
T  und  das  vordere  schiefe  Prisma  q.  Die  Krystalle  haben  meist  eine 
Lange  von  2 — 4  Linien  bei  einer  Breite  von  etwa  1  */% — 2  Li- 
nien,  doch   erreichen  einzelne  unter  ihnen  auch  bedeutend  grôs- 
sere  Dimensionen,  \y^ — 2  Zoll  in  der  Lange  und  1 — ly£  Zoll 
in   der  Breite;  dièse  grossen  Krystalle  sind  auch  durch  Mattheit 
und  geringe   Mannigfaltigkeit   der  Flâchen,   von   denen  fast  nur 
M,  1,  T,  und  e  vorkommen,  unterschieden  (fig.  4}. 
Bezeichnung  der  Flâchen  nach    Werlhe   der  Winkel  mit  dem 
Mohs  u  G.  Rose  (s.  Hartmanns  Reflections-Goniometer  gemes- 
Mineralogie  1843,  II;  47) 
z=z(Y  :  b  :  o)     r  —(a  :  a  b:  c) 
n=(a:b:o)     T=(a':  ab:  c) 
u=z(a':2b:c)     s=(a:ctb:2c) 
e~(a:2b:c)     M=(a:ab:ac) 
q=(aa:b:c)    1  =(aa:ab:c)  M  :  r  =  116<>  12' 

T  :  r   =  128<>  26' 
T  :  M  zz  115«  20' 


sen. 

n 

:  r  —   125o  15> 

e 

r  —   144o  10' 

z  : 

T  zr  125o 

u  : 

T  m   144o  20' 

—     8 


Puschkinit  (Epidot)  von  Neiwinsko-Rudjansk . 


Fie.  5. 


Die  losen,  ausgezeichnet  dichromatischen  Krystalle  dièses 
Minerais,  deren  Mittheilung  ich  der  Gûte  des  Hrn.  Professor's 
Stschurowsky  verdanke,  sind  fast  sàmmtlich  Zwillinge  (Von  1" 
Lange  und  \yi — 2'"  Dicke),  von  denen  die  deutlichsten  von 
der  Querflàche  M,  den  vorderen  und  hinteren  Schiefendflâchen  r 
und  T;  der  Lângsflâche  P  (a  a:  b:  a  c);  der  vorderen  Okta- 
ederflàche  n;  der  hinteren  2fach  stumpferen  u  und  der  2fach 
stumpferen  rhombischen  Saule  h  (su  2b:  a  c)  begrànzt  werden. 
Die  Kanten  zwischen  T  und  r  sind  hâufig  durch  die  gerade 
Endflàche  1  stark  abgestumpft,  wodurch  die  Sàulen  annâhernd 
dreiseitig  erscheinen.  Die  Messungen  ergaben  fur  die  Werthe 
der  Winkel  von  M:  M'.==  129°  10',  von  h:  M  140° 30',  von 
n:  T=118°15',von  u:  T=144°22';  mithin  ist  die;  schon  vom 
Herrn  Obrist  Lieutenant  von  Osersky  ausgesprochene  Identitât 
des  Puschkinit's  mit  dem  Epidot  (Yerhandl.  der  kaiserlich-russi- 
schen  minerai.  Gesells.  zu  St.  Petersburg  1842,  pag.  66)  aucli 
in  krystallographischer  Beziehung  vollkommen  festgestellt. 


—     9 


Ileteromerit,  IJermann  (Vesuvian  auctorum). 


-4L    Fig.  6.      ^ 


Der  Heteromerit  ist  mit  dem  Vesuvian  in  seiner  Krystall- 
form  durchaus  isomorph,  jedoch  erhalten  die  Krystalle  durch  die 
gànzliche  Abwesenheit  der  geraden  Endllàche  und  durch  das 
Herrschendwerden  des  Dioktàeders  s,  das  mit  dem  Hauptok- 
taeder  c  im  Gleichgewicht  auftritt,  ein  fremdartiges  Ansehen; 
ausser  diesen  Flàchen  sind  nur  noch  die  der  isten  und  2ten 
quadratischen  Saule  und;  ganz  untergeordnet,  die  des  3fach 
schàrferen  Oktaeders  t  beobachtet  worden.  Die  Krystalle  haben 
eine  Lange  von  etwa  3  Linien  auf  1'"  Durchmesser. 


Bezeichnung  der  Flâchen. 


Werthe  der  Winkel. 


c  zz  a: 

a:  c 

c:  c     Endkantenwinkel 

zz  129°  27' 

t   —  a: 

a:  3  c 

Seitenkantenwinkel 

zz     74°  21' 

s  zz  a: 

yi  a:  c 

t:  t     Seitenkantenwinkel 

zz  132°  30' 

Mzz  a: 

a  a:  a  c 

s:  s     Endkantenwinkel 

zzfl34°  45' 

d  zz  a: 

a:  a  c 

(148°  23' 

2 

—     10     — 


Vesuvian  von  der  Schischimskaja  Gora. 


Fig.  7. 


**Cy' "P. 

^^^r. 

A^^- 

"■-'"  VW 

\è\ 

il            *                  / 

:i:^>^  x~\  c 

Dièse  Krystalle,  welche  mir  auch  durch  die  Liberalitàt  des  Hrn. 
Profess.  Stschurowsky  zugekommen,  sind  durch  den  fast  gânzlichen 
Mangel  derSâulenflâchen,  welche  nur  als  ganz  schmale  Abstumpf- 
ungen  der  Seitenkanten  der  Oktaëder  erscheinen,  und  durch  starke 
Entwickelung  der  Oktaederflàchen  c  und  o  und  der  geraden  Endflâche 
P  ausgezeichnet.  Ganz  untergeordnet  treten  noch  die  beiden  Diok- 
taëder  a  und  s  hinzu;  so  wie  die  Flâchen  des  3fach  schârferen  Okta- 
eders  t.  Dièse  Krystalle,  welche  immer  mit  einer  der  Sâulen- 
flâchen  aufgewachsen  und  zu  Drusen  gruppirt  sind,  môchten  viel- 
leicht  dieselben  sein;  deren  G.  Rose  (in  seiner  Reise  nach  dem 
Ural  etc.  II;  128);  jedoch  ohne  detaillirtere  Beschreibung,  er- 
wâhnt  und  die  schon  mehrmals  vom  Ural  unter  dem  Namen 
„  grimer  Sphen"  versandt  worden.  Gewôhnlich  messen  die 
Krystalle  ly£  —  2  Linien  in  der  làngsten  Dimension,  jedoch 
erreichen  manche  bis  zu  */%  Zoll  Lange.  Die  Flâchen  M;  d,  o 
und  o  sind  glànzend  und  leicht  mit  dem  Reflections-Goniometer 


—    11    — 

messbar,  die  Flâchen  s  und  a  hingegen  matt  und  gekrûmmt 
und  nur  durch  den  Kantenparallelismus  bestimmbar.  Fitr  den 
Werth  des  Endkantenwinkels  des  Oktaèders  o  ergab  die  Mes- 
sung  141—.  Mithin  finden  sich  an  diesen  Krystallen  ausser  den, 
schon  bei  fîg.  6  erwàhnten  Flâchen,  noch  P  zz  (a  a:  a  a:  c,) 
o  zz  (a:  a  a:  c)  und  a  zz  (a:  yi  a:  )/%  c.) 


SUR 


m  FOSSILES  DU  GOEVEMHEK 


DE    MOSCOU 


G.    Fischer   de    Walmieim. 


Hg>3G^Tr- 


Lorsqne  j'ai  eu  l'honneur  de  présenter  à  la  So- 
ciété une  notice  sur  le  Spondylosaurus  de  Moscou, 
(Bulletin  de  la  Société  1845.  Tome  18.  Vol.  1. 
p.  343  )  je  n'avais  à  ma  disposition  que  quelques 
vertèbres  cervicales  trouvées  par  M.  Frears  dans 
rOolithe  de  Moscou.  Aujourd'hui  que  ,  dans  la 
même  localité,  M.  Fahrenkohl  a  trouvé  des  vertè- 
bres dorsales  et  M.  Vossinskj  un  fragment  de 
mâchoire,  de  nouvelles  recherches  m'ont  été  im- 
posées. La  première  question  qui  se  présente  est 
telle,  ces  objets  ont-ils  appartenu  à  un  seul  et 
même  animal  ?  Je  dois  y  répondre  négativement, 
comme  on  le  verra  plus  tard. 

M.  Frears,  empressé  de  communiquer  tout  ce  qui 
peut  éclaircir  les  formations  de  nos  contrées  à  M. 


9i 

de  MurcTiison  ,  lui  avait  envoyé  ces  échantillons, 
sans  lui  faire  connaître  l'opinion  portée  a,  la  So- 
ciété sur  ces  vertèbres.  M.  Murchison  (Geology  of 
Russia  in  Europe.  Yol.  I.  p.  417.  note.)  deman- 
dant l'opinion  de  M.  Owen,  recevait  la  déclaration 
claire  et  nette:  «  the  Moscon  vertébrée  belong  to 
the  Plesiosaurus  brachyspondylus.  The  are—  mid- 
dle  cervicals,  equailing  in  Size  our  ordinary  Eng- 
lish  spécimens  from  the  Kimmeridge  and  Oxford 
clays.  »  M.  Owen  en  caractérisant  le  Plesiosaurus 
brachyspondylus  (Report  of  the  English  Associa- 
tion. 1743.  p.  7  8.)  assure  lui-même  que  ces  ver- 
tèbres semblent  indiquer  une  nouvelle  espèce  ou 
un  nouveau  sousgenre  des  Enalosauriens.  Je  ne  me 
suis  donc  pas  beaucoup  écarté  de  la  vérité  en  dé- 
clarant le  Spondylosaurus  Frearsii  ,  comme  un 
genre  d'Enalosauriens  intermédiaire  entre  le  Ple- 
siosaurus et  lTchthyosaurus. 

Le  Baron  Georges  de  Guvier,  mon  maître,  était 
très  heureux  dans  la  restitution  de  plusieurs  gen- 
res d'animaux  fossiles  ;  il  devait  ce  bonheur  non 
seulement  à  sa  sagacité  ,  mais  aussi  à  une  riche 
collection  de  squelettes  d'animaux  vivans.  Les  sau- 
riens qui  nous  occupent  ici  de  préférence  n'é- 
taient de  son  tems  connus  que  par  quelques  gen- 
res k  la  vérité    très   remarquables. 

M.  Richard  Owen  Esq.  célèbre  anatomiste  an- 
glais, notre  Membre,  jouit  du  double  avantage  de 
la  possession  de  squelettes  nombreux  d'animaux 
vivans  et  de   la  richesse  de  Sauriens    fossiles    que 


02 

le  terrain  de  l'Angleterre  récèle  dans  une  quan- 
tité prodigieuse.  Non  content  de  ces  richesses  M. 
Owen  a  entrepris  un  voyage  en  Allemagne,  pour 
étudier  les  espèces  de  Boll  en  Wurtemberg  et  pour 
en  connaître  les  opinions  des  Naturalistes  alle- 
mands. On  ne  saurait  donc  faire  un  pas  dans  les 
recherches  sur  les  sauriens  fossiJes  sans  consulter 
les  obervations  de  M.  Owen.  Sans  négliger  les  dé- 
couvertes de  Herraan  de  Meyer,  de  Kaup,  de  Jae- 
ger,  un  résumé  des  idées  de  M.  Owen,  réduites  en 
système,  peut  aider  à  porter  un  jugement  plus  sûr 
sur  les  objets  qui  nous  occupent. 

M.  Owen  a  déposé  ses  recherches  sur  les  sau- 
riens fossiles  dans  les  Actes  de  la  Société  géolo- 
gique de  Londres  (Seconde  Série  Vol.  Y.  p.  511.  N°. 
XXX Yl.  )  dans  les  rapports  de  FAssociation  bri- 
tannique (  Ninth  Meeting  1839.  Lond.  1840.  p. 
43 — 126)  et  dans  son  précieux  ouvrage  sur  l'a- 
natomie  comparée  des  dents.  (  Odonlography.  Lon- 
don.   1840  -  1845    in-8°  maj.  avec  250  planches).     , 

Les  Sauriens  fossiles  peuvent  être  considérés 
comme  marins  ou  Enaliosauriens  (  d'svahioç ,  sur 
ou  dans  la  mer  )  ou  comme  aquatiques  et  ma- 
rins. Les  derniers  ont  des  nageoires  comme  les 
Cheloniens  ou  comme  les  Crocodiles. 

Les  Enaliosauriens  étaient  destinés ,  par  leur 
structure,  à  vivre  dans  la  mer.  La  position  et  la 
structure  des  canaux  nasaux  et  le  mécanisme  os- 
seux de  la  cavité  thorachico-abdominale  prouvent 
qu'ils     devaient  respirer  l'air   atmosphérique;    les 


93 

caractères  particuliers  consistent  clans  l'articulation 
unie  des  vertèbres,  (,în  the  absence  of  the  bail 
and  socket  articulations  of  the  bodies  of  the  ver- 
tébrée )  ;  clans  la  position  des  narines  sur  ou  près 
du  sommet  de  la  tête,  daus  les  hœmatophyses  sé- 
pare'es  des  vertèbres  ;  dans  les  osselets  courts,  nom- 
breux ,  plans  et  digitiformes  des  deux  extrémités, 
couvertes  sans  cloute  d'une  enveloppe  simple  et 
non  divisée  présentant  une  ressemblance  avec  l'ap- 
parence extérieure  des  nageoires  des  Cétacés. 

11  y  a  deux  modifications  principales  d'Enalio- 
sauriens  dont  le  Plesiosaurus  et  l'Iebthyosaurus 
forment  les  types. 

Leurs  vertèbres  offrent  le  plus  souvent  le  meil- 
leur caractère  pour  distinguer  les  espèces  et  mê- 
me les   genres. 

M.  Owen  ayant  adopté  des  dénominations  par- 
ticulières pour  désigner  les  parties  d'une  vertèbre 
a  présenté  un  diagramme  (  Geol.  Trans,  Y.  p. 
518.  PL  44.  f.  1.)  pour  rendre  sa  nomenclature 
plus  intelligible. 

Les  parties  des  vertèbres  peuvent  être  divisées, 
suivant  Owen,  en  autogènes  et  exogènes.  Les  auto- 
gènes sont  développées  indépendamment  en  carti- 
lages séparés  ;  les  exogènes  ne  forment  point  une 
continuation  de  ces  élérnens  indépendans. 

Les  parties  autogènes  sont  : 

1 .  Le  centre  ou  le  corps  d'une  vertèbre  qui  , 
dans  les  mammifères  ,  suivant  Cuvier  est  compli- 
qué par  deux   épiphyses. 


01 

2.  Les  deux  lamelles  supérieures  développées 
pour  protéger  le  cordon  nerveux  qui  repose  sur 
la  surface  supérieure  ou  centre.  M.  Owen  les  a 
appelé  par  cette  raison  neurapophyses ,  (élémens 
périaux  ou  périvertébraux  de  M.  Geoffroy  St.  Hi- 
laire  ). 

3.  Deux  élémens  inférieurs  généralement  déve- 
loppés pour  protéger  les  grands  vaisseaux  sanguins 
placés  à  la  surface  inférieure  ou  au  centre  des  ver- 
tèbres ;  c'est  pourquoi  le  nom  de  hœmapophyses  ; 
(  chevron  bones  de  Gonybeare  ;  élémens  paraaux,  ou 
paravertébraux  de  M.  Geoffroy  St.    Hilaire.  ). 

4.  Les  procès  supérieurs  qui  ,  généralement 
joints  par  anchylose  aux  extrémités  distantes  des 
neurapophyses,  forment  l'arc  supérieur  de  la  ver- 
tèbre; (élémens  épiaux  ou  épivertébraux  de  M. 
Geoffroy  St.  Hilaire  ). 

5.  Un  processus  inférieur  épineux  ,  joint  com- 
munément par  anchylose  aux  extrémités  distantes 
des  hsemapophyses,  formant  avec  elles  des  osselets 
en  forme  de  Y. 

Les  côtes  appartiennent  aux  élémens  autogè- 
nes, dans  les  vertèbres  cervicales,  dorsales  et  cau- 
dales du  Plesiosaurus  ;  on  les  a  décrit  vulgaire- 
ment comme  des  processus  transversaux,  quoiqu'- 
elles formassent  des  os  séparés. 

Les  processus  transversaux  sont  toujours  exo- 
gènes ou  un  simple  prolongement  du  centre  ou  des 
neurapophyses.  Us  sont  d'une  importance  secon- 
daire. Il  y  en  a  deux  diflférens,  les  uns  supérieurs, 


05 

les  autres  inférieurs;  tous  les  deux  se  présentent 
dans  les  vertèbres  cervicales  de  la  plupart  des 
classes  d'animaux  vertébrés;  les  procès  inférieurs 
ne  sont  développés  que  dans  les  poissons. 

Les  processus  articulaires  ou  obliques  sont 
également  exogènes  et  peuvent  être  développés 
par  suite  d'un  prolongement  ,  soit  des  neurapo- 
physes  soit  des  épines  supérieures  des  vertèbres. 

Le  centre  est  le  plus  constant  des  élémens  ver- 
tébraux ;  et  par  rapport  à  l'ossification  les  neura- 
pophyses  sont  constamment  soudées  au  centre  de 
la  vertèbre. 

Caractères  du  Plésioraurus.  Le  caractère  le  plus 
remarquable  de  la  colonne  vertébrale  consiste  dans 
la  longueur  extraordinaire  de  la  région  cervicale 
qui  est  composée  de  20  à  40  vertèbres  ;  la  sur- 
face articulaire  du  corps  des  vertèbres  est  plutôt 
plane  ou  légèrement  concave  ou  plus  fréquemment 
convexe  dans  le  centre  et  concave  à  la  périphérie. 

Les  vertèbres,  suivant  l'observation  de  Cuvier, 
se  reconnaissent  aisément  par  deux  petites  fosset- 
tes ovales  sur  la  surface  inférieure  qui  caractéri- 
sent toutes  les  vertèbres  du  Plésiosaurus,  les  cervi- 
cales comme  toutes  les  autres.  M.  Owen  nie  la 
constance  de  ces  fossettes  ;  il  la  trouve  marquée 
dans  quelques  espèces  que  dans  quelques  autres  ; 
il  a  même  observé  des  vertèbres  indubitablement 
cervicales,  où  il  n'y  en  avait  aucune  trace. 

Dans  les  vertèbres  cervicales  qui  se  rapprochent 


96 

des    dorsales   la  partie    inférieure  de  l'articulation 
costale  devient  plus  étroite. 

Les  neurapophyses  sont  communément  séparées 
(  nou-anchylosées  )  du  centre  de  la  vertèbre  dans 
chaque  partie  de  l'épine.  Cette  circonstance  dans 
les  élémens  vertébraux  supérieurs  ne  se  rencontre 
que  rarement  dans  les  animaux  vertébrés  à  sang- 
froid,  et  jamais  dans   les  classes  à  sang  chaud. 

Les  hœmatophyses  coexistent  avec  les  côtes  ou 
élémens  paravertébraux  dans  la  région  caudale  de 
répiiie,  mais  elles  restent  pendant  toute  la  vie  sé- 
parées soit  du  centre  soit  d'une  autre*  apophyse 
inférieure  ;  l'épine  ici  n'est  donc  pas  développée 
et  conséquemment  il  n'existe  pas  d'os  de  chevron 
dans  le  Plésiosaurus. 

Les  corps  des  vertèbres  de  plusieurs  espèces  du 
Plésiosaurus  est  traversé  verticalement  par  deux 
canaux  vasculaires  qui  conduisent  du  canal  mé- 
dullaire ou  spinal  à  la  surface  inférieure  du  cen- 
tre où  ils  se  terminent  par  deux  orifices.  Ces  ori- 
fices ne  présentent  pas  au  reste  un  caractère  con- 
stant du  genre  Plésiosaurus,  ni  exclusif,  étant 
aussi  présent  dans  les  vertèbres  des  Cétacés,  aussi 
bien  que  dans  d'autres   Sauriens. 

La  gueule  du  Plésiosaurus  est  relativement  plus 
courte  que  celle  de  l'ichthyosaurus. 

Les  détails  anatomiques  de  tout  le  squelette 
peuvent  être  étudiés  dans  les  Observations  de  M. 
Ovven.  lia  décrit  16  espèces  de  Plésiosaurus  dont 
deux  sont  établies  par  Conybeare,   une  par   Guvier 


97 

et  treize  par  lui-même.  J'ai  essayé  d'exprimer  les 
descriptions  très  détaillées  des  espèces  par  une 
phrase  latine,  mais  il  faut  attendre  un  endroit 
plus  convenable  et  vaincre  encore  quelques  diffi- 
cultés avant  de  les  produire.  En  attendant  ,  une 
énumération  nominale  des  espèces  ,  ne  peut  être 
sans  intérêt.  Leurs  descriptions  se  trouvent  dans 
le  Rapport  de  l'Association  Britannique  de  1839 
cité  plus  haut. 

1.  Pies.  Hawkinsii  Owen.  p.  57.  Triatarsostinus 
Hawkins  C'est  l'espèce  dont  le  plus  grand  nombre 
de  squelettes,  complets  ou  presque  complets,  exi- 
stent dans  le  Musée  Britannique  et  dans  d'autres 
collections. 

2.  PI.  dolichodeirus  Conybeare;   O.  p.  60- 

3.  PI.  macrocephalus  Conybeare  ;   Owen.  p.   62. 

4.  PI.    brachycephalus  O.  p.  69. 

5.  PI.  macromus  O.  p.   72. 

6.  PI.  achyomus  O.  p.  74. 

7.  PI.   arcuatns  O.   p.    75. 

8.  PI.  subtrigonus  O.  p.  77. 

9.  PI.   trigonus  Cuvier.  O.  p.   78. 

10.  PI.  brachyspondylus  O.   p.   78. 
IL   PI.  costatus  O.   p.  80. 

['2.  PI.  deedicomus  O.  p.   81. 

(doidvZ,,  cochlear  ;  cojmoô  humérus.  ) 
.13.  PI.  rugosus  O.  p.  82. 

14.  PI.    grandis  O.   p.    83. 

15.  PI.  tiochanterius  O.  p.   85. 

16.  PI.  affinis  O.  p.  86. 

iV°  ///    1S4G.  7 


98 

L'ICHTYOSAURUS. 

11  se  distingue  du  Plésiosaurus  par  la  brièveté  du 
cou  et  par  la  largeur  égale  de  l'occiput  et  du 
thorax  qui,  ordinairement,  paraît  immédiatement 
attaché  à  la  tête  :  ce  qui,  par  l'absence  totale  des 
vertèbres  du  cou,  donne  à  l'observateur  l'idée  que 
cet  animal  a  dû  ressembler  à  un  Cétacé  ou  à  un 
poisson. 

Les  nageoires  de  plusieurs  espèces  d'Ichthyosau- 
rus  ressemblent  plus  à  celles  des  Cétacés  et  sous 
quelque  rapport  plus  particulièrement  à  celles  des 
poissons  qu'à  celles  d'aucun  autre  reptile.  Le  nom- 
bre des  osselets  des  doigts  surpasse  le  nombre  ty- 
pique de  cinq  et  les  doigts  mêmes  ressemblent 
dans  leurs  nombreuses  et  petites  phalanges  aux 
rayons  réunis  qui  soutiennent  la  membrane  nata- 
toire des  nageoires  pectorales  et  ventrales  des  vrais 
poissons. 

Chaque  vertèbre  présente  une  grande  concavité 
à  la  surface  antérieure  et  à  la  postérieure.  Les  ver- 
tèbres de  la  queue  sont  plus  nombreuses  que  dans 
le  Plésiosaurus.  Elles  diminuent  graduellement 
vers  le  bout  de  la  queue  et  prennent  une  forme 
déprimée.  La  queue  au  lieu  d'être  courte  et  large 
comme  dans  les  poissons  est  longue  comme  clans 
les  Crocodiles. 

La  présence  fréquente  d'une  fracture  de  la  queue, 
à  un  quart  de  son  extrémité  ,  fait  supposer  à  M. 
Owen  qu'il  y  avait  une  nageoire  tégumentaire  dont 


99 

la  forme  déprimée  du  bout     confirme    l'existence 
et  la  direction. 

Les  dents  du  Plésiosaurus  logent,  comme  celles 
des  Crocodiles^  dans  un  alvéole  distinct  ;  dans  les 
Sauriens-Lacertins  elles  sont  ancliylosées  avec  le 
processus  alvéolaire  de  la  mâchoire  ,  comme  celle 
de  la  plupart  des  poissons  ;  dans  l'Ichthyosaurus 
les  plaques  extérieures  et  intérieures  de  la  fossette 
alvéolaire  existent ,  mais  la  base  des  dents  est  li- 
bre et  non  enchâssée  dans  l'alvéole.  Cette  base  est 
couverte  d'une  couche  de  ciment  vraiment  osseuse, 
qui  rend  l'anchylose  avec  la  mâchoire  facilement 
possible. 

Quant  à  la  forme  des  vertèbres,  Cuvier  les  com- 
pare à  des  dames  à  jouer,  c.  à  d.  que  le  diamètre 
est  plus  grand  que  Taxe.  Elles  ont  toutes  les 
deux  faces  de  leur  corps  concaves  ,  comme  celles 
des  poissons. 

On  observe  le  centre,  les  neurapophyses  avec 
leurs  épines ,  les  haematophyses  et  les  élémens 
costaux. 

Le  caractère  distinctif  du  corps  de  ces  vertè- 
bres, suivant  Owen,  consiste  dans  la  compression 
antéro-spostérieure  et  dans  la  concavité  des  faces 
articulaires. 

Un  processus  oblique  réunit  ensemble  les  neu- 
rapophyses. Les  hœmatophyses  sont  propres  aux 
vertèbres  abdominales  et  caudales.  Elles  ne  sont 
pas  ancliylosées  avec  le  centre  et  non  réunies  vers 
la  pointe  par  une  épine. 

7* 


100 

Les  côtes  de  i  Ichthyosaurus    commencent  avec 
l'axis  ou  la  seconde    vertèbre     cervicale  et    conti- 
nuent   antérieurement  jusqu'aux    deux     tiers    de 
la  région  caudale.  Le  tubercule  inférieur  qui  sert 
à  Tattache  des  côtes,  ne  quitte  jamais  entièrement 
le  centre    du    corps.     Ce   tubercule     révèle    à     M. 
Owen    un    résultat     intéressant  :    «  quelque     vertè- 
bre qu'on    puisse     découvrir    détachée,  »    «dit-il,  » 
qui     naît    point   ce   tubercule   latéral   ou  de  la  fa- 
ce articulaire  pour  les  côtes,  de  quelque  forme  que 
soit    la    surface     articulaire     antérieure     et  posté- 
rieure, on  peut  hardiment  conclure  quelle  n'a  pas 
appartenu  à  un  vrai  Ichthyosaurus.  » 

Il  y  a  souvent  deux  de  ces  tubercules  :  l'un  pla- 
cé près  des  neuvrapopbyses  ,  l'autre  plus  près  du 
centre. 

Outre  ces  tubercules,  les  centres  des  vertèbres  de 
richthyosaurus  diffèrent  généralement  de  ceux 
du  Piésiosaurus  en  ce  qu'ils  ont  un  contour  plus 
angulaire,  qui  forme  souvent  uu    vrai  hexaèdre. 

Les  détails  anatomiques  et  comparatifs  que  M. 
Owen  donne  du  squelette  entier  de  ces  animaux 
sont  dignes  d'être  étudiés,  mais  nous  éloigneraient 
trop  de  notre  but.  11  me  reste  à  nommer  les  es- 
pèces d'Ichthyosaurus  que  M.   Owen   adopte  : 

1.  Ichth.  communis   Conybeare,   O.    p.  108. 

2.  I.  iulermedius   Conyb.  0.   p.    LlO. 

3.  1.  piatyodon  Conyb.  O.  p.   112. 

4.  I.   lonchiodon    O.  p.    116. 

(de  Aoy^r),  hasta  ) 


101 

5    I.   tenuirostris  Gonyb.  O.   p.    117. 
graudipes  Sbarpe. 
cbirostrongylostinus  Hawkins. 

6.  1.  acutirostris,  O.   p.    121. 

7.  I.   latifrons  Konig,    Icon     scelet.    pi.   XIX.  O. 

p.  122. 

8.  I.   latimanus  O.  p.    123. 

9.  1.   tbyreospondylus  O.  p.    124, 

10.  I.  trigonus  O.  p.   124. 

Ces  observations  appliquées  aux  restes  de  Sau- 
riens fossiles  trouvés  aux  environs  de  Moscou,  je 
dois  laisser  à  la  décision  de  M.  Owen  si  le  Spon- 
dylosaurus  Frearsii  doit  rester  sous  la  dénomina- 
tion de  Plésiosaurus  bracbyspondylus,  ou  s'il  forme 
réellement  un  sous-genre  différent  de  son  Pléo- 
saurus. 

Les  vertèbres  trouvées  à  Dorogomilow  et  à 
Cbélèpikba  paraissent  appartenir  à  l'Iclitbyosau- 
rus  et  comme  je  suppose  à 

l'Ichthyosaurtjs  IxNtermedius  Conybeare. 

PI.  V. 

Il  est  certainement  très  difficile  d'assigner  avec 
certitude  l'espèce  à  laquelle  une  vertèbre  peut 
avoir  appartenu.  Mais  ces  vertèbres  sont  indubita- 
blement d'un  Ichlbyosaurus,  par   trois  raisons  : 

1.  Par  la  concavité  des  faces  antérieures  et  po- 
stérieures. 


102 

2.  Par  la  dépression  antéro-postérieure  ;  et  sur- 
tout 

3.  Par  les  deux  tubercules  caractéristiques  très 
distinctement  exprimés. 

Uinter médius  est  l'espèce  la  plus  commune  ; 
elle  est  moins  grande  que  les  autres  et  porte  plus 
distinctement  les  tubercules  latéraux.  Ces  caractè- 
res cadrent  tous  avec  nos  vertèbres.  J'en  possède 
deux  écliantillons  ,  l'un  blanc  sortant  du  calcaire 
jurassique  de  Dorogomilofï ,  l'autre  brun  saupou- 
dré d'oxide  de  fer,  que  M.  Fahrenkohl  a  trouvé 
sur  la  rive  gauche  de  la  Moskwa  près  de  Mnëw- 
niki. 

Cette  vertèbre  est  très  évasée  à  la  surface  anté- 
rieure et  postérieure.  Le  diamètre  dorsal  est  un 
peu  plus  grand  que  le  ventral.  Le  canal  pour 
recevoir  le  cordon  médullaire  est  très  large  (OVg"') 
et  très  uni.  La  racine  des  neurapophyses  est  sub- 
triaugulaire  ;  sur  elle  s'appuyent  les  tubercules 
latéraux  supérieurs  arrondis  ,  de  la  largeur  du 
corps  et  très  élevés.  Les  seconds  apparaissent  un 
peu  plus  bas,  presqu'au  centre,  mais  plus  rappro- 
chés de  la  surface  articulaire  antérieure.  Ils  ont 
pour  ainsi  dire  un  pétiole  ou  un  support  cylin- 
drique, creusé  à  sa  surface. 

Cette  circonstance  ferait  soupçonner  que  les 
côtes  étaient  bifnrquées  à  leur  insertion,  soupçon 
que  M.  Owen  a  élevé  à  la  certitude  par  l'observa- 
tion de  la  nature  elle-même. 

La  vertèbre  blanche  mesurée  présente  : 


103 

Un  diamètre    antéro-postérieur  de   1"     9'". 

transveral       —       —       !2. 
Diamètre   vertical 

dorsal  -         -  -         10'". 

ventral        —         —  —  6//y. 

L'échantillon  du  Jura  ferrugineux,  quoique  frag- 
ment, présente  les  mêmes  proportions. 

Une  vertèbre  assez  grande  que  M.  Fahrenkohl 
a  trouvée  dans  la  même  localité  mérite  une  men- 
tion particulière.  Je  lui  conserverai  le  nom  de 
Spondylosaurus  jusqu'à  ce  que  des  recherches 
ultérieures  confirment   ou  rejettent  cette  opinion. 

Spondylosaurus    Fahrenkohlii. 
PI.  VI. 

Des  vertèbres  qui  présentent  une  concavité  beau- 
coup plus  grande  que  celle  de  l'Ichthyosaurus, 
sans  montrer  aucune  trace  des  tubercules  latéraux, 
sont  censées  appartenir  à  un  genre  particulier,  dif- 
férant également  de  l'Iclithyosaurus  comme  du 
Plésiosaurus. 

Le  centre  présente  un  corps  presque  parfaite- 
ment rond.  Les  faces  articulaires  antérieures  et 
postérieures  sont  très  évasées  ;  l'arc  annulaire  min- 
ce et  raboteux.  Les  côtés  sont  parfaitement  lisses. 
Sans  aucun  tubercule;  un  peu  amincies  vers  le 
milieu.  Les  neurapophyses  sont  à  leur  base  aussi 
larges  que  le  corps  avec  lequel  elles  sont  parfaite- 
ment  soudées.    En  montant  elles    s'amincissent  et 


10  i 

prennent  une  forme  presque  arrondie  et  se  divi- 
sent en  deux  branches.  La  pointe  de  la  branche 
principale  est  tellement  enclavée  dans  la  pierre 
qu'on  n'en  peut  découvrir  la  forme.  Sur  les  côtés 
même  de  ces  apophyses  on  ne  voit  aucune  trace 
d'une   facette  articulaire  pour  les  côtes. 

Il  faut  donc  présumer  que  cette  vertèbre  ap- 
partient aux  cervicales  d'un  animal  à,  grande  tê- 
te, dont  les  ligamens  de  ces  grandes  neurapophy- 
ses  soutenaient   le  poids. 

Le  diamètre  antéro-postérieur  en   est  de  3"  ô'". 
r—  transversal  —  —  4.      1. 

—  vertical  —         —  3.      5. 

La  hauteur  des  apophyses     —         —         2.     6. 

La  distance  des  pointes  supérieures  3.     8. 

Pour  caractériser  le  fragment  fossile  de  la  mâ- 
choire, citée  plus  haut,  il  suffit  de  rappeller  un 
genre  de  Sauriens  que  M.  Owen  a  appelé 

Pliosaurus. 

Odontography  I.  p.  282.  Saurien  de  la  forma- 
tion du  Kimmeridge-Clay,  remarquable  par  sa  gran- 
deur gigantesque  et  la  forme  de   ses  dents. 

Les  dents  sont  grandes,  simples,  coniques  por- 
tant à  la  base,  comme  celles  du  Plésiosaurus,  des 
raies  élevées  ou  des  cannelures.  Elles  s'en  distin- 
guent par  leur  grosseur  relative,  par  leur  lon- 
gueur et  par  la  forme  subtrièdre  de  leur  cou- 
ronne. La  face  extérieure  est  légèrement  convexe, 
quelquefois     même    plane    et    séparée    des    autres 


Attention  Scanner: 

Foldout  in  Book!  I  SH 


105 

par  une  carène.  Ces  carènes  sont  souvent  très 
arrondies  ,  de  sorte  que  la  dent  en  reçoit  Ja  for- 
me d'un  demi-cone  et  ressemble  alors  à  celle  du 
Mosasaurus,   dont  la  grandeur  est  la   même. 

Dans  la  collection  du  Prof.  Buckland,  à  Oxford, 
il  existe  une  grande  portion  de  la  mâchoire  supé- 
rieure et  inférieure  du  Pliosaurus  brachydeirus. 
On  y  découvre  26  alvéoles  dans  la  mâchoire  su- 
périeure ,  mais  la  série  n'est  pas  complète  posté- 
rieurement. L'extension  de  cette  portion  est  près 
de  trois   pieds. 

Dans  le  fragment  de  la  mâchoire  inférieure,  Ja 
série  dentaire  postérieure  est  complète  mais  non 
pas  l'antérieure.  H  y  a  35  dents  de  chaque  côté. 
M.  Owen  croit  pouvoir  en  adopter  38  qui,  après 
la   quinzième,  diminuent  de  grandeur. 

Les  vertèbres  cervicales  paraissent  placer  cet 
animal  entre  le  Plésiosaurus  et  l'Ichthyosaurus. 

Je  ne  crois  pas  me  tromper  si  je  rapporte  notre 
fragment  au  genre  Pliosaurus,  parce  que  la  jeune 
dent  cadre  parfaitement  avec  la  description  de  M. 
Owen.  Mais  je  la  considère  comme  une  espèce  di- 
stincte et  je  l'appelle,  en  l'honneur  du  jeune  mé- 
decin qui  l'a  découverte  , 

Pliosaurus  Wosinskii. 

PI.  111  et  IV. 

Le  fragment  en  question  appartient  à  la  mâchoi- 
re inférieure;   1.  parce  que  les  dents  vont  en  dimi- 


106 

n uant  de  grandeur  de  devant  en  arrière,  comme 
dans  le  Plésiosaurus  et  le  Pliosaurus  où  les  dents 
antérieures  d'en  bas  et  les  postérieures  d'en  haut 
sont  plus  grosses  et  plus  longues  ;  2.  parcequ'on  y 
trouve  le  canal  inframaxillaire  (PI.  IV.  f.  1.  b.  ) 
qui  est  assez  large. 

La  longueur  du  fragment ,  ne  contenant  que 
trois  dents,  est  de  six  pouces  et  plusieurs  lignes. 
Ces  dents  sont  grosses,  longues,  coniques  ,  arquées. 
Elles  sont  creuses  et  enchâssées  dans  des  alvéoles. 
La  longueur  de  la  plus  grande  dent ,  incomplète 
cependant,  est  de  trois  pouces  neuf  lignes.  Le  dia- 
mètre longitudinale  de  l'alvéole  mesure  un  pou- 
ce sept  lignes.  Le  noyau ,  formé  de  marne  grise  et 
parfaitement  rond,  de  9  lignes  à  la  hase.  L'émail- 
le  est  très  épaisse  et  la  racine  en  est  cannelée. 

La  jeune  dent,  (  PI.  IV.  f.  2.)  tirée  de  l'alvéole 
situé  en  dehors  de  la  troisième  dent  visible  (  PL  IV. 
f.  1  a.)  cadre  parfaitement  avec  la  description 
que  M.  Owen  a  donnée  des  dents  du  Pliosaurus 
en  général.  Elle  est  subtriangulaire,  a  des  carènes 
qui  séparent  la  face  plane  des  autres  un  peu  ar- 
rondies. Elle  est  également  canaliculée  à  la  base. 
PI.  IV.  f.  2. 

La  masse  qui  enveloppe  la  mâchoire  est  une  mar- 
ne noire,  très  dure,  qui  n'est  pas  attaquée  par 
les  acides.  Le  noyau  est  une  marne  grisâtre,  fai- 
sant effervescence  avec  l'acide  sulfurique. 

Localité.  L'oolithe  sur  la  rive  droite  de  la  Mo- 
skva  au   dessus  de  Troitzkoë. 


Btt  lit/ht  /M/>/'.l/. 


Hullrlh,  /S46j:il. 


Hit  Net  in    /S4< 


Il,,//,/;,,  M46.  J'.U. 


Elfonuirus    WosinsMi 


ISuttrtht  tô&6.  / '// 


r„f,  i 


A 


fesifciSâ'K^v-v 


Bn/te/in  /S4J.  P. 1/ 


Tab.  17 


SpondylosauTns    TahrenkoMii. 


•: 


107 


EXPLICATION  DES  PLANCHES. 

PI.  III.   Fragment  de  la  mâchoire  du  Pliosaurus   Wosinskii,  de 

grandeur  naturelle. 
PI.   IV.    1.   la  même  vue  du  côté  inférieur. 

2.  Jeune   dent   tirée  de  l'alvéole   (  b.  ). 
PI.   V.  Vertèbre  de  l'Ichthyosauru.s    iutermedius  Conybeare. 

1.  Vue    de  côté. 

2.  Vue  de   la  face  dorsale. 

3.  Vue  de  la  face   articulaire  antérieure. 

4.  Vertèbre   semblable    d'une   autre  localité. 

PI.  VI.   Vertèbre  du  Spondylosaurus  Fahreukohlii,  de  grandeur 
naturelle. 


MICROSCOPIQTIES  SrR  LES  PARTIES  MOLLES  DU  MAMMOUTH 

(Elephas primigenius  Blumenbach,  Mammonteus  Fischer  jj 

par 

M.r  le   Prof.  Gleboff. 

Avec   trois   planches. 


11   n'y  a   point  de  doute ,    que    la    nouvelle    dé- 
couverte d'un   squelette  entier  de  Mammouth  avec 
les  parties  molles  ,    dernièrement  faite   en  Sibérie, 
n'appartienne   au  nombre   des   faits  les  plus  remar- 
quables, les  plus  rares  et  les  plus  importants  pour 
l'Histoire  naturelle  en   général  et  pour   la  Géolo- 
gie en  particulier.  (*)  Mais  il  est  à  regretter,  que 
les   parties  molles  ,    qui  présentent  le  plus    grand 
intérêt  pour  la  science,     n'aient  pu  être  envoyées 
à  la  Société,  que  séparées  du  squelette.    Et    quoi- 
que il  en  reste  une  masse  considérable  ,  elles  ont 
toutes  plus  ou  moins  souffert  du  temps,  de  sorte 
que  leur  aspect  extérieur   se    trouve  bien    changé. 

(*)    Le  fait   antérieur   d'un    Mammouth     couvert    de   sa    peau, 
trouvé  sur  la  Lena   par  Adams    est  connu. 


109 

Il  est  vrai  qu'il  y  en  a  quelques  unes  d'entre  elles, 
qu'on  peut  reconnaître  à  la  première  vue,  c'est-à- 
dire  qu'on  peut  déterminer  d'abord  à  quel  tissu  du 
corps  animal  appartient  telle  ou  telle  partie  de  ces 
restes  de  Mammouth  :  ainsi  on  peut  distinguer  po- 
sitivement le  muscle,  parce  qu'il  a  conservé  par- 
faitement bien  ses  caractères  anatomiques  et  il  n'y 
a  point  d'autre  tissu  de  toutes  les  parties  molles 
qui  se  soit  conservé  au  même  point  d'intégrité  que 
celui  du  muscle  ;  le  tissu  adipeux,  le  tissu  cellulaire 
et  les  poils  se  déterminent  aussi  sans  aucune  diffi- 
culté d'après  leur  aspect  extérieur,  mais  la  déter- 
mination de  la  plupart,  il  faut  l'avouer,  présente 
bien  des  difficultés,  et  se  trouve  bien  souvent  dou- 
teuse. Dans  ce  dernier  cas  on  se  sert  avec  grand 
avantage  de  leur  situation,  si  elles  restent  encore 
attachées  au  squelette,  soit  extérieurement,  soit 
intérieurement.  De  cette  manière  on  peut  déter- 
miner bien  sûrement  le  cerveau,  puisqu'il  se  trou- 
ve jusqu'à  présent  dans  la  cavité  du  crâne  ,•  parce 
moyen  on  peut  indiquer  avec  précision  les  parties 
tendineuses  des  muscles  ,  car  il  y  en  a  quelques 
unes  qui  sont  restées  attachées  aux  os  du  sque- 
lette ,  comme  les  parties  tendineuses  des  mus- 
cles supraspinati  et  infraspinati,  masseteris,  etc., 
aussi  on  peut  préciser  la  moelle  des  os,  atten- 
du qu'elle  est  restée  jusqu'à  ce  moment  ren- 
fermée dans  les  creux  des  os  longs.  Ainsi  toutes 
ces  parties,  quant  à  la  certitude  de  la  détermina- 
tion de  leur  nature  anatomique,  ne  laissent,  à  ce 


110 

qu'il  me  semble  ,    aucun  doute.  Mais  il  me  paraît 
impossible  de  montrer  ,  d'après  les  restes    conser- 
vés,  à    quelles    régions  du  corps  appartient  chacun 
des    dits    tissus  ,     puisque  toutes   ces  parties  sont 
communiquées  à  la  Société  en  petites    pièces     ré- 
duites à  présenter    l'aspect   d'une    substance    plus 
ou   moins    homogène.     C'est     pour     cela    qu'il     est 
difficile    de  se  prononcer     définitivement    sur  plu- 
sieures  masses  molles,  non  seulement  eu  égard  aux 
régions  du  corps  où  elles  se  trouvaient,  mais  même 
relativement  au  tissu  de  l'organisme,    en  général  , 
dont  elles   faisaient  partie.    Pour   ce  dernier   but  il 
faut  avoir    recours    au    microscope   qui   sert  dans 
ces  recherches  d'un  bien  meillenr  guide  que  l'oeil 
nu.  A  l'aide  du  microscope  on  détermine  très  bien 
les  fibres  du  muscle,  du  tissu   cellulaire  et  de  ses 
modifications^   comme  des  tendons,  du  périoste,  les 
cellules  du  tissu  adipeux,  de  l'epithelium,  les  glo- 
bules  du  sang  ,    la    substance    corticale  et  médul- 
laire   des  poils,  les  filaments  nerveux    du   cerveau 
etc.  etc.  On  ne  se  lasse   point  de  s'étonner  que  les 
formes  anatomiques  élémentaires  des  tissus  de  tou- 
tes les  parties  molles  de  Mammouth,  sans  même  ex- 
cepter    le     cerveau  ,     se   soient    conservées    à   un 
tel  degré    d'intégrité,  qu'on    ne  saurait   les  distin- 
guer des  mêmes    formes  des  tissus  frais    du  corps 
des  animaux  vivants.   Les  fibres  et  les  cellules  des 
tissus  de    Mammouth   offrent    pour   la  plupart    les 
mêmes  caractères  anatomiques   les  plus   minutieux 
que  les  corps  vivants. 


111 

Pour  vérifier  ces  idées  générales  et  les  rendre 
plus  exactes  et  plus  détaillées  j'exposerai  mes  re- 
cherches microscopiques  sur  chaque  tissu  anato- 
mique  à  part  ;  et  Ton  verra  avec  admiration, 
qu'un  temps  si  prolongé,  qui  ruine  les  objets  les 
plus  durables  et  détruit  les  choses  les  plus  so- 
lides comme  le  métal  ,  le  granit  etc.  a  ména- 
gé les  tissus  de  l'organisme  animal  si  tendres  ,  si 
délicats  et  par  leur  nature  si  passagers,  comme  les 
fibres  du  cerveau,  les  cellules  de  répithelium,  etc. 

Du    Cerveau. 

Dans  l'intérieur  du  crâne  de  Mammouth  on 
trouve  quelques  pièces  de  diverse  grosseur  d'une 
substance  sèche  et  très  fragile.  Il  est  très  vraisem- 
blable que  cette  substance  n'est  que  le  reste  de 
l'encéphale  puisqu'elle  remplit  la  plus  grande  par- 
tie des  cavités  du  crâne  en  forme  de  masses  ho- 
mogènes, dont  le  volume  surpasse  plusieurs  fois 
la  circonférence  de  la  plus  grande  ouverture  du 
crâne,  c'est-à-dire  du  trou  occipital,  et  dont  la  plu- 
part sont  jusqu'à  ce  moment  dans  le  crâne  (cet 
arrangement  me  paraissait  nécessaire  afin  de  conser- 
ver le  fait  Je  plus  intéressant  pour  la  science  et 
de  garder  en  réserve  le  moyen  de  vérifier  les  re- 
cherches actuelles  ).  Ces  masses  ne  présentent 
pourtant  par  leur  extérieur  presque  rien  de  sem- 
blable au  cerveau:  elles  consistent  principalement 
en  deux  grands  morceaux,  qui  ,  à  ce  qu'on  voit, 
ne  composaient    autrefois     qu'une    masse    unique  , 


112 

divisée  ensuite  par  une  force  mécanique  en  deux, 
grosses  pièces  el  plusieurs  petites.  Conséquerament, 
les  différentes  parties  de  l'encéphale,  soit  par  l'ac- 
tion de  l'eau,  soit  par  l'effet  de  tout  autre  cause, 
se  sont  d'abord  confondues  en  une  masse,  et 
puis,  après  s'être  desséchées,  se  sont  divisées  de 
nouveau.  Aussi  est-il  à  regretter  que,  de  ces  res- 
tes du  cerveau  nous  ne  puissions  pas  tirer  une 
idée  nette  ni  de  la  forme  extérieure  de  l'encép- 
hale entier  et  de  ses  parties  ,  ni  de  la  disposition 
et  de  la  structure  de  ces  dernières,  ni  de  la  con- 
formation de  ses  cavités  ou  ses  ventricules. 

A  juger  d'après  la  considérable  grosseur  de  ces 
masses,  on  est  porté  à  penser  qu'elles  constituaient 
principalement  les  parties  des  hémisphères  du  cer- 
veau ;  ce  qu'on  doit  aussi  conclure,  en  se  fondant 
sur  leur  situation  .•  elles  occupent  principalement 
les  régions  antérieures  et  moyennes  de  la  cavité 
du  crâne,  et  leur  partie  la  plus  considérable  est 
placée  bien  loin  du  trou  occipital,  dans  le  voisinage 
duquel,  dans  l'intérieur  du  crâne,  on  voit  claire- 
ment un  vide  qui  témoigne  le  manque  de  la  par- 
tie du  viscère  qui  y  était  renfermé.  Voilà  pour- 
quoi il  faut  introduire  la  main  assez  profondément 
dans  la  cavité  du  crâne  pour  toucher  et  examiner 
les  restes  de  l'encéphale  avec  une  exactitude  plus 
ou   moins  détaillée. 

Ces  masses  ont  en  général  une  couleur  blanche 
tirant  sur  le  jaune,  et  en  quelques  lieux  sur  le 
brun;     elles  sont   très   cassantes  et  fragiles;     leur 


113 

cassure  offre  un  aspect  granuleux  ;  sous  une  légè- 
re pression  elles  se  brisent  en  poudre  grossière  et 
eu  partie  se  réduisent  même  en  poussière  menue 
et  fine.  Sur  leur  face  externe,  qui  regarde  la  sur- 
face interne  du  crâne,  elles  présentent  une  croû- 
te épaisse  de  x){"  —  l/Ju  et  plus.  Immédiatement 
sous  cette  croûte  se  trouve  la  masse  qui  ne  pré- 
sente aucune  structure  anatomique  déterminée, 
mais  qui  paraît  être  toute  composée  d'une  sub- 
stance  compacte  et  homogène. 

La  considération  superficielle  de  ces  masses  por- 
te donc  à  croire,  que  la  croûte  externe  n'est  que 
lé  reste  des  enveloppes,  et  la  masse  interne,  les  dé- 
bris  du  cerveau  même. 

Maintenant  nous  allons  examiner  particulière- 
ment la   croûte  externe  puis  la  substance  interne. 

Croûte  externe.  La  croûte  externe  ,  vue  à  l'œil 
nu,  paraît  être  formée  de  fibres*  qui  se  réunissent 
en  lamelles  superposées;  elle  offre  dans  ses  parties 
une  épaisseur  différente  et  se  laisse  diviser  en  cou- 
ches. Le  nombre  de  Ces  couches  est  indéterminé  ; 
on  en  peut  détacher  un  nombre  arbitraire.  Ainsi, 
quoiqu'on  puisse  croire  à  la  première  vue  que  ce 
sont  des  enveloppes  du  cerveau  ,  on  n'y  saurait 
distinguer  les  membranes  qui  couvrent  ordinaire- 
ment l'encéphale. 

En  examinant  cette  croûte  au  moyen  du  micro- 
scope ,  on  voit  bien  qu'elle  se  composé  non  de 
fibres,  mais  d'une  substance  granuleuse.  Les  gra- 
nules  qui  la  constituent,    sont  de  grosseur    et  de 

JV°    III.    1846.  8 


114 

forme  différentes.  Dans  cette  substance  granuleu- 
se on  rencontre  cependant  parfois  les  fibres  ,  mais 
en  très  petit  nombre.  Ces  libres  ne  se  séparent 
presque  jamais  de  la  matière  granuleuse,  mais  pour 
la  plupart  elles  en  sont  recouvertes.  Il  semble, 
que  sur  les  bords  de  la  masse  granuleuse  on  par- 
vienne à  distinguer  des  filaments  courts,  mais  ils 
se  perdent  le  plus  souvent,  quand  on  brise  la  mas- 
se entière.  11  arrive  cependant  parfois  qu'ils  s'iso- 
lent, et  alors  ils  offrent  toutes  les  propriétés  des 
fibres  du  tissu  cellulaire,  c'est-à-dire  ils  sont  fins, 
tortueux  et  diaphanes.  Il  est  très  probable  que 
ce  tissu  cellulaire  appartient  aux  enveloppes  de 
l'encéphale.  On  y  rencontre  aussi  des  cellules  po- 
lygones de  Fépithelium  À.  a.  et  avec  un  noyau 
A.  b.;  on  y  trouve  quelquefois  les  cellules  de  Fé- 
pithelium avec  de  petits  appendices  A.  c.r  qui 
caractérisent  celles  de  la  pie-mère  et  de  ses  plexus 
choroïdes. 

Bien  que  les  fibres  ne  s'observent  dans  la  croû- 
te, que  très  rarement,  il  faut  cependant  croire  que 
la  dure-mère  y  est  aussi  comprise  ,  mais  elle  s'y 
trouve  presque  totalement  détruite,  et  il  est  fort 
probable  qu'elle  s'est  métamorphosée  en  cette 
masse  granuleuse,  dont  se  compose  en  grande  par- 
tie la  croûte.  Il  est  d'autant  plus  vraisemblable 
que  la  dure-mère  y  est  contenue,  que  dans  l'in- 
térieur du  crâne  on  n'en  trouve  aucune  trace, 
même  à  la  base   du  crâne,     où  la   dure-mère    s'ât- 


115 

tache  ordinairement  plus  fermement  qu'au  cerveau, 
il  n'en  reste   nuls    vestiges. 

Il  n'y  a  point  de  doute  que  l'arachnoïde  n'y  soit 
aussi   contenue 

Au  reste  il  faut  dire  que  ,  quoique  les  formes 
analomiques  élémentaires  de  ces  trois  membranes 
se  soient  conservées,'  comme  1°  les  cellules  de  Vé- 
pithelium  qui  tapissent  à  l'ordinaire  la  face  inter- 
ne de  la  dure-mère,  les  deux  faces  de  l'arachnoï- 
de, la  face  externe  de  la  pie-mère  et  ses  plexus,— 
2°  les  fibres  du  tissu  cellulaire  ,  dont  se  forment 
communément  la  dure-mère,  ^arachnoïde  et  la 
pie-mère,  mais  leur  conformation,  comme  celle  des 
enveloppes  du  cerveau  s'est  détruite  ,  s'est  effacée 
absolument. 

Voici  la  structure  interne  de  la  croûte  de  la 
substance  cérébrale  de  Mammouth. 
'■'Substance  interne.  Quant  à  la  substance  jaunâ- 
tre et  blanchâtre, ■  située  sous  la  croûte  décrite, 
elle  ne  présente  à  l'œil  nu  qu'une  masse  granuleu- 
se; mê'me  examinée  au  microscope  elle  ne  présente 
rien'  qu'une  foule  de  grains  de  forme  et  de  grosseur 
diverses.  Du  reste  il  faut  remarquer  que,  même 
dans  le  cerveau  frais*  avec  quelque  grande  précau- 
tion qu'on  en  mette  une  partie  sur  le  verre  du 
microscope  ,  on  n'y  voit  le  plus  fréquemment 
qu'une  masse  granuleuse  ,  et  ce  n'est  que  rare- 
ment qu'on  parvient  à  distinguer  un  filameut 
nerveux,    le  plus  souvent  d'une  forme  variqueuse. 

En     examinant     cependant    la    même    substance 

8* 


1.16 

avec  plus  (l'attention  et  plus  de  persistance  on  y 
distingue  clairement  les  formes  constantes  ejui 
suivent  : 

1.  Masses  plus  ou  moins  arrondies  qui  se  pré- 
sentent d'abord  à  la  vue.  Ces  masses  sont  évidem- 
ment granuleuses;  n'ayant  ni  contours  ,  ni  gros- 
seur déterminées  ;  parfois  d'une  forme  anguleuse 
ou  oblongue  C  *,  et  pour  la  plupart  réunies  en 
groupes,  mais  quelquefois  on  les  apperçoit  isolées 
D.  a.  ;  et  c'est  alors  qu'on  voit  manifestement  , 
qu'elles  sont  d'une  grosseur  différente  et  d'une 
structure  granuleuse  D.  b.  puisqu'elles  se  décom- 
posent cà  et  là  sous  les  yeuis  en  petits  grains  IX 
e  On  s'assure  alors  facilement  que  les  masses  ar- 
rondies, quoiqu'elles  paraissent  être  des  corps  in- 
dépendants lorsqu'elles  sont  observés  en  gro lip- 
pes, n'ont  point  de  cellules,  et  ne  sont  qu'une  ag,- 
grégation  accidentelle  de  la  substance  granuleuse. 

2.  Grains  qui  composent  les  masses  arrondie*, 
ayant  une  grosseur  différente  E.  Les  uns  représen- 
tent une  jorme  moléculaire  (  grossissement  de 
150  fois  )  E.  a.,  dans  les  autres  on  peut  aisément 
distinguer  des  contours  opaques  et  un  milieu 
transparent  —  E.  b.;  la  forme  de  ces  derniers  est 
pour  la  plupart  oblongue,  et  souvent  parfaite- 
ment ronde. 

3.  De  cette  même  substance  granulée  se  sépa- 
rent des  corps  isolés  d'une  forme  parfaitement 
ronde  F.,  d'une  grosseur  bien  moindre  que  les 
masses  arrondies  ;  mais  outre  la  grosseur  ces  corps 


117 

ronds  se  distinguent  encore  par  leurs  contours  très 
précis  et  réguliers,  qui  nous  portent  à  les  recon- 
naître de  suite  pour  des  cpIIuIcs.  Elles  sont  rem- 
plies d'une  matière  granuleuse  d'une  couleur  jau- 
nâtre. Leur    grosseur   est  très  variable.    F,  a.   b.    c. 

4.  Nous  observons  encore  des  globules  G.  d'une 
grosseur  considérable,  dont  le  volume  égale  celui 
des  masses  arrondies.  Ces  globules  offrent  un  con- 
tour prononcé  G»  a.  dans  l'intérieur  duquel  on  en 
distingue  un  autre  moins  précis  G.  b  ;  au  centre 
de  l'un  et  de  l'autre  se  trouve  un  noyau  G.  c. 
à  point  opaque  dans  son  milieu.  Ainsi  on  voit 
évidemment  que  le  globule  de  ce  genre  par  son  or- 
ganisation diffère  entièrement  des  masses  arrondies  ; 
en  outre  on  n'observe  point  de  substance  granu- 
leuse dans  son  intérieur  ,  au  contraire  il  présente 
un  corps  transparent,  de  sorte  qu'en  l'appercevant 
au  milieu  des  masses  arrondies  ,  on  l'y  prendrait 
pour  une  cavité  et  Ton  ne  peut  distinguer  com- 
plètement sa  véritable  organisation  qu'après  l'avoir 
isolé. 

5.  Outre  tout  ce  que  je  viens  d'exposer,  on  y 
remarque  encore  des  corps  diaphanes  à  contours 
à  peine  visibles,  mais  réguliers  H.;  il  est  fort  pro- 
bable que  ce  sont  des  cellules  adipeuses.  Elles  pré- 
sentent tantôt  un  noyau  unique  11.  b.,  tantôt  deux 
H.  a.,  quelquefois  elles  se  rangent  les  unes  près  des 
autres  daus  la  direction  d'une  ligne  H.  c.  et  of- 
frent chacune  un  noyau  plus  ou  moins  précis. 
Parfois  elles  apparaissent    déchirées,  mais  non  pas 


118 

ratatinées  M.  d.,  phénomène  bien  étrange,  si  elles 
sont  vraiment  des  cellules  adipeuses.  Il  y  a  en 
outre  d'autres  cellules  ,  d'une  forme  oblongue  ; 
mais  ces  dernières  sont  d'une  couleur  jaunâtre  et 
renferment  une  substance  granuleuse  H,  e.;  les 
unes  et  les  autres  ressemblent  beaucoup  aux  cel- 
lules qui  se  trouvent  dans  la  graisse  de  Mam- 
mouth. 

().  Parmi  toutes  ces  formes  on  découvre  ,  avec 
un  grossissement  de  290  fois  les  filaments  avec 
des  caractères  de  tubules  nerveux  F.,  savoir,  avec 
des  dilatations  variqueuses  à  leur  prolongement 
F.  a.  et  avec  une  masse  grumeleuse  à  leurs  bouts 
J.  b.  Ces  dilatations  sont  souvent  asse?  réguliè- 
res, alors  le  tubule  entier  prend  un.  aspect  nioni- 
liforme  K..  L'examen  le  plus  attentif  et  le  plus 
persistant  décèle  que  ,  dans  la  substance  granu- 
leuse renfermée  au.  dedans  du  crâne  ,  les  tubules 
nerveux  L.  se  trouvent  en  quantité  beaucoup 
plus  grande  que  les  autres  formes.  Ces  tubules 
s'arrangent  ou  d'une  manière  très  différente  et 
irrégulière  L.  a  ,  ou  d'une  façon  plus  ou  moins  dé- 
terminée et  notamment  en  forme  de  rayons  di- 
vergents h-  b.  Cette  dernière  disposition  des  tu- 
bules nerveux  se  montre  dans  le  cerveau  ,  après 
l'avoir  trempé  dans  de  l'huile  d'amandes  douces 
et  comprimé  au  moyen  du  compressorium  de  Pur- 
quinie.  C'est  à  cette  dernière  cause  que  j'attribue 
la  disposition  des  filaments  en  rayons.  11  arrive 
quelquefois     que   ces    filaments    s'unissent    l'un  à 


119 

l'autre    L.    c.  et  nagent    dans  le   liquide    en  petits 
morceaux. 

7.  Enfin  dans  la  niasse  de  la  substance  céré- 
brale on  touve  des  vaisseaux  sanguins  qui  se  distin- 
guent évidemment  des  filaments  nerveux  par  leur 
couleur  rouge  et  leur  contour  plus  grand  ,  M. 
quelquefois  même  par   leurs  ramifications. 

Muscles. 

J'ai  déjà  dit  que  toutes  les  parties  molles  ont 
été  envoyées  à  la  Société  séparées  du  squelette 
et  dans  un  état  si  confus  qu'il  est  difficile  d'y 
reconnaître  à  la  première  vue  le  tissu  musculaire. 
Cependant  en  les  examinant  de  plus  près  ,  on  y 
peut  au  moins  distinguer  les  pièces  de  ce  tissu  et 
déterminer  sa  nature  musculaire  ,  non  seulement 
à  l'aide  du  microscope  ,  mais  à  l'oeil  nu.  Une  des 
pièces  sur  lesquelles  j'ai  fait  mes  recherches  , 
présente  très  clairement  un  tissu  musculaire  pur. 
On  ne  saurait  dire  seulement  à  quel  muscle  du 
corps  elle  appartenait.  Mais  en  tout  cas  il  faut 
s'étonner  à  quel  point  d'intégrité  elle  a  conservé 
les  caractères  anatomiques  du  tissu  musculaire  : 
ce  morceau  de  muscle  a  l'aspect  d'un  muscle 
tout  frais ,  mais  desséché  ;  et  il  a  conservé  une 
couleur  rouge-brun  ,  demi-transparente  ;  il  est 
évidemment  constitué  de  faisceaux,  qui  se  laissent 
facilement    séparer    l'un  de  l'autre.     Ces    faisceaux 


1-20 

sont  si  bien  conservés  ,  que  pour  les  rompre  il 
fallut  user  du  même  effort  que  pour  un  mus- 
cle fraîchement  desséché.  Ces  faisceaux  se  divi- 
sent facilement  en  faisceaux  secondaires,  tertiaires, 
etc.  et  ces  derniers  en  filaments  les  plus  menus. 
La  partie  musculaire  ,  que  j'ai  examinée,  répand 
une  odeur  faible,  désagréable,  ammoniacale,  même 
dans  l'état  sec  ;  elle  est  d'une  saveur  saline  à  peine 
remarquable.  Un  faisceau  de  ce  muscle,  mouillé  dans 
de  l'eau,  change  sa  couleur  rouge-brun  en  rouge- 
jaunâtre;  humecté  dans  le  vinaigre  i]  devient 
blanc-jaunâtre  ,  presque  diaphane  ;  —  trempé  dans 
l'esprit  de  vin  il  prend  une  couleur  jaune  foncée 
de  succin. 

Le  muscle  examiné  sous  le  microscope,  apparaît 
distinctement  constitué  de  filamens  d'une  couleur 
jaunâtre,  qui  s'unissent  en  faisceaux  N.  ainsi  qu'on 
l'observe  ordinairement  dans  les  muscles;  les  fais- 
ceaux s'arrangent  régulièrement  et  courent  paral- 
lèlement l'un  près  de  l'autre  ;  ils  sont  plus  ou 
moins  égaux  dans  toute  leur  longueur  O.  a.  On 
y  remarque  nettement  des  lignes  longitudinales 
sombres  qui  indiquent  leur  composition  fibreuse 
O.  b.  Dans  la  plupart  des  faisceaux  on  observe 
une  disposition  de  libres  en  forme  de  zigzags 
réguliers  P.  qui  caractérisent  particulièrement  les 
faisceaux  musculaires  et  les  distinguent  de  tous 
les  autres  tissus  fibreux.  Les  faisceaux,  même  les 
plus  fins  ,  séparés  des  autres  ,  gardent  cette  éga- 
le et    constante     flexion  en   forme    de    zigzags    Q. 


121 

Mais  il  est  à  remarquer  qu'ils  sont  privés  d'un  autre 
caractère  non  moins  distinctif,  savoir  qu'ils  n'offrent 
pas  de  traits  transversaux.  Et  leurs  fibres  élémen- 
taires isolées  par  hasard,  ne  présentent  nulle  part 
cet  aspect  monjliforme  qui  distingue  la  fibre 
musculaire  fraîche  de  celle  de  tous  les  autres 
tissus  du  corps  animal  R.  b,  N.  b.  Le  long  des 
faisceaux  on  observe  des  noyaux  de  différente 
forme  ,  ronds  K.  ovales  et  oblongs  ,  souvent  à 
extrémités  pointues.  Ces  noyaux  sortent  toujours 
plus  ou  moins  de  la  surface  des  fibres  ;  ils  se  pré- 
sentent quelquefois  sous  l'aspect  de  corps  étran- 
gers à  la  fibre  ou  au  faisceau ,  ainsi  qu'on 
l'observe  fréquemment  sur  les  fibres  musculaires;  il 
est  donc  vraisemblable  qu'ils  appartiennent  à  la 
gaine  des  fascicules  et  des  fibres  charnues,  composée 
de  tissu  cellulaire,  et  non  pas  à  la  fibre  musculai- 
re ;  c'est  pourquoi  probablement  on  trouve  ces 
noyaux  plus  souvent  sur  les  faisceaux  que  sur 
les  fibres. 

On  distingue  ces  uoyaux  plus  clairement  sur 
les  faisceaux  des  muscles  trempés  dans  du  vinaigre; 
quant  à  la  fibre  on  l'observe  plus  facilement  , 
si  le  muscle  est  trempé  dans  l'esprit-de  vin  fort; 
mais  il  est  désavantageux  d'examiner  la  fibre  et 
les  noyaux  du  muscle  ,  lorsqu'il  a  été  préalable- 
ment trempé  dans  de  l'eau,  puisque  dans  ce  cas 
ils  deviennent  tous  les  deux  également  trans- 
parents. 

Ainsi ,  on  voit  que  le  muscle    de  Mammouth    a 


122 

conservé  non  seulement  son  extérieur  ,  mais  la 
structure  anatomique  interne,  et  probablement  sa 
composition  chimique  clans  son  intégrité,  puisque 
les  réactifs  que  j'ai  employés  afin  de  préparer  les 
faisceaux  et  les  fibres  élémentaires  du  muscle  pour 
les  recherches  microscopiques  ,  c'est-à-dire  l'eau, 
l'acide  acélique  et  Tesprit-de-vin  agirent  sur  lui  de 
la  même  manière  que  sur  une  fibre  musculaire 
fraîchement  desséchée. 

On  voit  même  sur  quelques  faisceaux  ,  bien 
que  rarement,  les  stries  obscures,  qui  provien- 
nent cependant,  à  ce  qu'il  me  semble  ,  des 
courbures  de  fascicules  plutôt  que  des  fibres,  car 
elles  sont  plus   larges  que  d'ordinaire  S. 

Tendons. 

A  cause  de  Tendomageraent  dont  j'ai  déjà  par- 
lé, des  parties  molles,  il  est  encore  plus  difficile  de 
trouver  et  de  déterminer  les  tendons  et  les  aponé- 
vroses, que  le  muscle  même,  ce  tissu  ayant  beau- 
coup de  ressemblance  par  son  extérieur  et  par  sa 
structure  microscopique  avec  plusieurs  autres 
tissus  qui  sont  des  modifications  du  tissu  cellu- 
laire. Il  est  vrai  qu'il  y  a  assez  de  muscles  ,  qui 
ont  bien  conservé  leur  organisation  musculaire  , 
mais  il  n'y  a  pas  une  seule  qui  ait  complètement 
retenu  sa  forme  et  qui  ait  gardé  ses  tendons,  ses 
aponévroses  ou  ses  intersections  aponévrotiques 
d'une  manière  évidente.  Ainsi  il   est  impossible  de 


1-23 

reconnaître  positivement  aucune  de  ces  parties  pour 
tendons,  ni  d'après  l'examen  superficiel,  ni  d'après 
les  recherches  microscopiques    les    plus   minutieu- 
ses.  C'est  ce  qui  m'a  obligé   d'avoir  recours  à  une 
méthode    particulière  de  déterminer    les   tendons  , 
qui  dans  ce    cas-ci    me    paraît    préférable    au    mi- 
croscope. —  Cette  méthode  consiste    dans  l'examen 
des  os  du   Mammouth  et  dans  la  recherche  des  par- 
ties molles  aux    endroits  qui  correspondent  préci- 
sément    aux  points    d'insertion  des    muscles.     En 
effet  j'ai  heureusement  trouvé  les  restes  de  quelques 
muscles  ;   ainsi  j'ai  distingué  sur  le  bord  supérieur 
de  l'omoplate  ceux  des  muscles  supraspinatl  et  in- 
fraspinati  ,    sur    l'arcade    zjgomatique     ceux    des 
muscles  massélères  en  bas,  et   d'aponévrose  tempo- 
rale superficielle  en  haut.   Il  est  déjà  bien  évident, 
à  l'oeil  nu,  que   ces   restes  des  parties  molles  con- 
stituent  un  tissu  fibreux  et  en   même  temps    il  est 
manifeste  que  ce  tissu  diffère  du  tissu  musculaire; 
le  microscope  l'a  confirmé  encore  plus  positivement. 
Une  portion  de  ce  tissu,  après  avoir  été  mouillée 
dans    l'eau    et  mise    sous   le    microscope  ,    a   paru 
être  entièrement  constituée  défibres  T;  il   n'y  avait 
même  que   très  peu  de   substance     granuleuse  ,  la- 
quelle couvre  ordinairement  les  parties  molles  et  les 
pénètre  partout.    Ces   fibres    sont    pâles  ,     presque 
diaphanes  ,    disposées   en  forme   de  faisceaux   com- 
pactes  U.  Ordinairement   ces  faisceaux    se  dirigent 
parallèlement    les   uns    aux  autres  et  forment   des 
masses  plus  ou  moins  épaisses   T.  Ils  se  disposent 


1*24 

pour   la  plupart    bien   près    l'un  à  côté  de  l'autre. 
Daus  quelques  endroits  il  s'insinue  cependant  entre 
eux  du  tissu  cellulaire  flasque,  qui   les  écarte,  les 
force  à  se  fléchir  et  leur  fait  prendre  une  position 
superposée.    Il    arrive    aussi    qu'un    ou    plusieurs 
filaments  isolés  se  disposent  obliquement  par   rap- 
port aux   faisceaux  T.  a.  a.  Peut-être   que    cela   se 
fait   artificiellement  pendant  la  préparation.  D'ail- 
leurs ils  retiennent    toujours,    même  après  la  divi- 
sion artificielle  des  faisceaux  en  filaments,  leur  direc- 
tion  plus    ou    moins    droite  et  parallèle  ,    sauf  de 
très   rares    exceptions    W.;  ils  ne  se   disposent    ja- 
mais irrégulièrement,   ainsi    qu'on  le   trouve  géné- 
ralement   dans    le   tissu    cellulaire,   ce   qui  prouve 
leur  élasticité    considérable  et  les  distingue  des  fi- 
bres   du    tissu    cellulaire  ,    quoique  ils  n'en  soient 
qu'une  modification.  Par  la  préparation  les  faisceaux 
et  les  filaments  se  courbent  quelquefois,  mais  ces 
courbures  prennent  plutôt  la  forme  d'un  arc  que 
celle    d'un  angle  W.  a.  a.    Le  filament  de  ce  tissu 
isolé  est  plus  épais,  plus  fort,  même  plus  opaque  que 
celui   du  tissu  cellulaire  W.  b.  Entre  ces  filaments, 
surtout    lorsqu'ils  ont    été  trempés    dans  le  viuai- 
gre,  qui  les  rend  transparents,  on  observe  des  sé- 
ries de  grains  opaques  V.   tantôt  ronds  V.  a.  tan- 
tôt  ovales     V.     b.    qui  gardent  leur  opacité  même 
après  une  longue  macération    dans    l'acide     acéti- 
que ;    c'est  par  là  qu'on  les  distingue    très    facile- 
ment des    filaments    essentiels   du   tendon.    Parfois 
ils  forment  des  filaments  épais  ,    courbes,     comme 


1-25 

rompus  et  dispersés  d'une  façon  indéterminée  re- 
lativement aux  faisceaux  Y.  a.  a.  a.  Quelquefois 
ces  grains  s'allongent  dans  une  même  direction, 
se  touchent  mutuellement  et  forment  ainsi  des 
filaments  dans  les  tendons  X  a.  auxquels  M.  Hen- 
le  a  donné  le  nom  de  filaments  granuleux  (  Keru- 
fasern  )  ;  ils  constituent  un  caractère  distinctif  de 
cette  modification  du  tissu  cellulaire.  Ces  fila- 
ments s'anastomosent  réciproquement  X.  b  et  se 
ramifient  en  forme  de  fourchette  X.  c.  Cepen- 
dant les  séries  de  grains  se  rencontrent  ici  bien 
plus  souvent  que  les  filaments  complets.  En  géné- 
ral ces  filaments  n'atteignent  pas  une  longueur 
considérable  et  offrent  dans  leur  étendue  un  dia- 
mètre inégal. 

Périoste. 

Pour  déterminer  sûrement  le  périoste  je  me  suis 
servi  de  la  même  méthode  que  j'ai  employée  dans 
les  recherches  des  tendons,  c'est-à-dire  que  j'ai  re- 
connu sur  le  squelette  une  membrane  fibreuse  dont 
j'ai  pris  la  couche  interne,  immédiatement  appli- 
quée à  l'os,  pour  mes  recherches  microscopiques. 
Or,  la  partie  que  j'ai  examinée  est  sans  doute  le 
périoste. 

L'examen  microscopique  du  périoste  indique 
que  l'élément  anatomique  de  cette  membrane  est 
la  fibre  avec  tous  les  caractères  de  celle  du  tissu 
cellulaire  Z.  Les  fibres  s'arrangent  ici  assez  régu- 
lièrement j    presque    parrallèlement   les   unes     aux 


V26 

autres  et  forment  des  faisceaux  plus  ou  moins 
épais  X.  et  bien  résistants.  Dans  ces  faisceaux  les 
fibres  s'unissent  bien  solidement,  de  sorte  qu'il 
faut  user  d'assez  de  force  pour  les  réduire  à  leurs 
principes  anatomiques,  et  même  après  cela  on  ne 
réussit  pas  souvent  à  convertir  le  faisceau  en  des 
fibres  isolées.  Mais  si  on  y  réussit  ,  les  fibres  y 
prennent  une  direction  plus  tortueuse  que  dans  le 
faisceau  même,  ce  qui  désigne  leur  nature  éla- 
stique Z. 

Sur  ces  fibres  on  remarque  clairement,  surtout 
si  elles  restent  encore  réunies  eu  faisceaux  ou 
lames  ,  des  noyaux  ovales  X.  a.  a.  semblables  à 
ceux  des  fibres  du  tissu  cellulaire.  Ces  noyaux 
deviennent  encore  plus  évidents,  quand,  on  trem- 
pe un  faisceau  ou  une  lame  entière  du  périoste 
dans  de  l'acide  acétique  /?.:  alors  ils  apparaissent 
comme  des  corps  sombres,  opaques  ,  et  disposés 
pour  la  plupart  dans  la  direction  d'une  ligne  /8. 
a.  Leur  volume  et  leur  forme  sont  bien  différents: 
tantôt  on  les  apperçoit  comme  extrêmement  pe- 
tits, dont  les  uns  sont  parfaitement  opaques  /3.  b. 
et  les  autres  ne  le  sont  qu'à  leur  contour,  et  pré- 
sentent un  point  transparent  au  milieu  /i.  c, 
tantôt  comme  des  corps  ovales  (3.  e.  ou  oblongs 
/3.  f.  à  contour  opaque  avec  un  point  diaphane 
dans  le  centre  /?.  d.,  quelques  uns  de  ces  corps 
sont  pointus  à  leurs  deux  extrémités  /■?.  g.  ou  bien 
ils  ne  sont  allongés  qu'à  l'un  de  leurs  bouts  j3. 
h.  S'il    reste  des  fibres    élémentaires    apercevables, 


127 

alors  on  voit  clairement,  que  les  noyaux  s'arran- 
gent le  long  ou  à  côté  de  ces  fibres  /?.  c.  i.  En 
se  rapprochant  mutuellement,  ils  forment  une  li- 
gne opaque,  qui  cependant,  après  un  examen  atten- 
tif, apparaît  interrompue  continuellement,  et  évi- 
demment composée  de  noyaux  oblongs,  rappro- 
chés l'un  de  l'autre  ,6,  b.  c.  d.  ;  même  quand  ils 
se  confondent  parfaitement  et  forment  ainsi  un 
vrai  filament  opaque;  on  voit  encore  bien  que  ce 
dernier  change  de  diamètre  en  plusieurs  points, 
parceque  les  extrémités  de  ces  noyaux,  quand  ils 
s'étendent  en  corps  prolongés  ,  deviennent  pins 
ou  moins  pointues. 

Tissu  adipeux. 

Parmi  les  parties  molles  il  s'est  conservé  une 
masse  considérable  de  tissu  adipeux,  qui  offre  au 
premier  abord  tous  ses  caractères  anatomiques. 
Cependant,  à  juger  d'après  le  tact  et  la  vue  ,  il 
ressemble  plutôt  au  savon  sec,  qu'à  un  tissu  na- 
turel du  corps  animal.  Il  est  d'une  couleur  blanc- 
jaunâtre  sur  la  surface ,  jaune-foncé  à  l'inté- 
rieur et  parfois  même  ronge.  11  nage  sur  l'eau. 
A  une  température  élevée  il  tache  le  papier 
comme   la  graisse  ordinaire. 

L'examen  microscopique  prouve  que  cette  mas- 
se adipeuse  se  compose  principalement  d'une  in- 
finité de  cellules,  remplies  d'une  substance  granu- 
leuse jaunâtre.    La  forme    de   ces  cellules  est  bien 


1-28 

différente  y:  ronde,  sphérique  ou  comprimée,  ova- 
le, oblongue,  anguleuse,  etc.  Leur  volume  est  aus- 
si différent  que  leur  forme.  Examinées  eii  masse 
on  ne  distingue  pas  clairement  lefurs  contours, 
mais  on  s'aperçoit  que  leurs  intervalles  sont  plus 
diaphanes  que  les  cellules  mêmes  ,  qui  paraissent 
être  des  tâches  obscures  d.  a.  a.  En  exerçant  une 
certaine  pression  sur  cette  masse  sèche  oii  humec- 
tée ,  à  l'aide  du  compressorium  de  M.  Purquinié, 
il  devient  évident,  qu'elle  se  compose  presqu'en- 
tièrement  de  cellules  distinctes,  déterminées,  rem- 
plies d'une  substance  granuleuse  y.  Eu  employant 
une  compression  encore  pins  forte,  quelques  cel- 
lules se  séparent  de  la  masse  et  s'isolent  ;  en  ce 
cas-là,  il  semble  que  la  substance  granuleuse*  qui 
remplit  les  cellules,  se  dépouille  de  son  enveloppe, 
car  son  contour  apparaît  alors  aussi  granuleux  que 
son  centre  Ë.  a.  et  ses  granules  retiennent  leur  con- 
nexion mutuelle,  probablement  ait  moyen  d'une  sub- 
stance amorphe  qui  se  trouve  ordinairement  dans 
l'intérieur  des  cellules  de  tous  les  tissus  organiques, 
et  qui  s'appelle  substance  intër-globulaire  ou  in- 
ter-cellulaire)  puisqu'elle  sert  souvent  à  combiner 
les  cellules  entre  elles,  Parmi  ces  cellules  il  se 
trouve  beaucoup  de  substance  granuleuse  en  mas- 
ses grandes  ou  petites,  dont  les  granules  sont  de 
différentes  forme  et  grosseur,  et  il  est*  très  pro- 
bable que  cette  substance  est  de  la  même  natu- 
re que  celle  des  cellules.  Ces  cellules  trempées 
dans  de  l'éther   présentent  une  forme  rayonnée /*. 


129 

En  outre  de  la  même  masse  el  en  même  temps 
se  séparent  des  cellules  d'un  autre  genre,  parfaite- 
ment différentes  des  premières,  savoir  :  des  cellu- 
les transparentes,  plus  ou  moins  rondes,  à  con- 
tours égaux,  à  peine  visibles  'Ç.  A,  avec  un  noyau  y. 
c.  quelquefois  deux  'Q.  d.  ou  trois  noyaux,  au  cen- 
tre 'Q.  a,  ou  près  des  parois  %.  b.  Dans  les  cellules 
de  ce  dernier  genre  l'enveloppe  s'est  conservée, 
et  il  est  clair  que  le  contenu  n'y  est  pas  d'une 
nature  granuleuse.  Cependant  il  y  en  a  quelques 
unes  qui  renferment  dans  leur  milieu  de  la  sub- 
stance granuleuse  ,  quoique  toujours  en  petite 
quantité,  de  sorte  qu'il  reste  constamment  un  in- 
tervalle transparent  considérable  entre  cette  sub- 
stance et  ses  contours  ou  parois.  Ces  cellules  se 
rencontrent  parfois  rompues  par  leur  milieu  rj  ; 
quelquefois  il  ne  s'en  présente  qu'un  quart  ou  les 
trois  quarts  de  cellule  ;  maintes  fois  une  moitié  de 
cellule  apparait  comme  brisée,  et  l'autre  y  reste  tou- 
te entière;  dans  quelques  cas  on  observe  sur  la  cellu- 
le des  fêlures,  et  sa  forme  s'est  conservée  néanmoins 
entière.  &.  11  suit  de  tout  ce  qui  a  été  dit.  1,  que  le 
contenu  de  ces  cellules  est  d'une  nature  solide,  quoi- 
que transparente  ;  2,  que  les  cellules  même  ont  une 
forme  de  sphère,  mais  non  pas  celle  d'un  disque, 
comme  les  cellules  de  l'epithélium,  ou  les  globu- 
les de  sang.  On  s'aperçoit  facilement  de  cette  sphé- 
ricité des  cellules,  quand  on  les  rencontre  brisées 
par  le  milieu. 

On  rencontre  encore  comme  partie  constituante 
A°  ///.  1846.  <J 


130 

du  tissu  adipeux  ,  outre  les  cellules  précédentes, 
des  filaments,  qui  ne  diffèrent  en  rien  de  ceux  du 
tissu  cellulaire  <5.  h.  /n.  a.  a.  Il  est  très  remar- 
quable que  dans  ce  dernier  il  se  trouve  une  quan- 
tité de  filaments  granuleux  (  Kernfasern  )  et  sur- 
tout de  noyaux,  qui  ne  se  sont  pas  encore  chan- 
gés en  filaments  ,  telle  que  je  n'en  ai  jamais  ap- 
perçu  dans  aucun  tissu  ,  même  dans  le  tissu  adi- 
peux des  animaux  frais.  Ces  noyaux  ont  une  for- 
me ovale  X.  b.  ou  oblongues  X.  c.  avec  des  extré- 
mités pointues  X.  d.  et  ils  se  disposent  bien  joli- 
ment dans  la  direction  d'une  ligne  droite  X.  e.  e. 
?j.  c.  ou  courbée  d.  c.  X.  f.  mais     pour    la    plupart 

régulièrement.     On     voit   très  clairement    ces    no- 

o 

yaux  ,  si  l'on  trempe  le  tissu  adipeux  dans  de 
l'huile  d'amandes  douces. 


EX.PLICA.T10N  DES  PLANCHES. 
Planche    VII. 

Cerveau. 

A.  Cellules  d'épithelium  :  a.  cellules  polyèdres  ;  b.  leur  no- 
yau;   c.  cellules  à    appendices. 

B.  Substance  corticale  avec  des  fibres  du  tissu  cellulaire  : 
3a.  substance  cérébrale  granuleuse;  b.  fibres  du  tissu  cellulai- 
re ;  c.  noyaux  du  tissu   cellulaire. 


131 

C.  Substance  cérébrale  sous  la  forme  d'agglomération  de 
masses  granuleuses   rondes   et  de  grandeur  différente. 

D.  Les  niasses  précédentes  représentées  séparément  :  a.  de 
grandeur  considérable  ;  b.  de  petite  dimension  ;  c.  divisées  en 
grains. 

E.  Molécules  granuleuses  dont  se  composent  les  masses  men- 
tionnées. 

F.  Cellules  jaunâtres  de  grandeur  différente,  parfaitement 
et  constamment  rondes,  remplies  d'une  substance  granuleuse  : 
a.  les   plus  grandes  ;  b.   les   moyennes,  c.  les  plus   petites. 

G.  Globule  de  la  substance  corticale  :  a.  contour  extérieur 
plus  précis  que  b.  l'intérieur;  c.  noyau  central  relativement  aux 
deux   contours  ;   d.    point  opaque   au  centre   du   noyau. 

H.  Cellules  semblables  à  celles  qui  se  trouvent  dans  la 
graisse  de  Mammouth  :  entièrement  transparentes  ,  a.  cellule 
à  deux  grains  sur  les  parois,  b.  cellule  à  un  grain  ,  c.  suite 
de  pareilles  cellules  ,  dont  chacune  a  un  grain  ,  d.  cellule 
déchirée  du  même  genre  ;  e.  cellules  oblongues  ,  opaques,  de 
couleur  jaunâtre   et   composées  d'une   masse   granuleuse. 

I.  Filament  ou  tubule  nerveux,  présentant  les  varicosités  et 
la   masse   qu'il   contient;   a.  tubule,   b.   masse   qui   en  est  sortie. 

K.  Le  même   tubule  encore  plus  variqueux. 

L.  Amas  de  tubules  ou  filaments  nerveux  qu'on  observe  dans 
l'intérieur  de  la  masse  granuleuse  dont  se  compose  en  grande 
partie  la  substance  cérébrale  :  a.  tubules  disposés  irrégulière- 
ment, b.  en  forme  plus  ou  moins  ra^onnée,  tels  qu'ils  se  pré- 
sentent dans   le  cerveau  humecté. 

M.  Vaisseaux  sanguins  de  la  substance  cérébrale  qui  dif- 
fèrent d'une  manière  très  prononcée  du  reste  de  la  masse 
par  leur  couleur  rouge,  et  des  Glaments  nerveux  par  leur  dia- 
mètre considérable  et  leurs  ramifications  :  a.  vaisseaux  san- 
guins ;    b.  filaments   nerveux;  c.   substance    granuleuse. 

9* 


132 

Planche     VITI. 

Muscle. 

N.  Faisceau  musculaire  :  a.  faisceau,  b.  deux  filamens  élé- 
mentaires occasionellement  séparés  par  un  bout  et  recourbés 
latéralement  ,  c.  extrémités  des  filaments  élémentaires  qui  se 
présentent   sur  un    bout   de   faisceau. 

O.  Faisceaux  d'un  muscle  disposés  plus  ou  moins  parallè- 
lement :    a.  faisceaux,   b.    filaments. 

P.  Faisceaux,  présentant  une  disposition  régulière  des  fi- 
bres en   forme  de  zigzag. 

Q.   Petit   faisceau  isolé  ,     présentant   des   courbures   en  zigzag. 

R.  Faisceau  musculaire  à  fibres  élémentaires  isolées,  et  avec 
un   novau  rond  :    a.   faisceau,   b.   filaments,  c.   noyau   rond. 

S.  Faisceau  musculaire  à  traits  transversaux  :  a.  faisceau,  b. 
traits   transversaux,   c.  filaments  élémentaires. 

Tendon. 

T.  Assemblage  de  faisceaux  disposés  parallèlement;  a  a.  quel- 
ques filaments  ,  en  s'isolant  des  faisceaux,  suivent  une  direc- 
tion  inclinée   relativement  à   ces   derniers. 

U.  Faisceaux  qui  s'écartent  les  uns  des  autres  et  se  divisent 
par  ci   par   là    en   filaments   élémentaires. 

W.  Fibres  artificiellement  séparées  entre  elles;  a  a.  leur 
courbures  forment  des  arcs,  jamais  des  angles;  b  b.  fibres 
plus  denses  et  plus  foncées  que  celles  du  tissu  cellulaire. 

V.  Grains  que  l'on  observe  dans  le  tissu  tendineux,  surtout 
lorsqu'il  a  été  trempé  dans  de  l'acide  acétique  ,  ce  qui  fait 
disparaître  les  fibres  et  rend  les  grains  plus  évidens  ;  a.  grains 
ronds,  b.    grains  ovales. 

Y.  Fibres  granuleuses  a  a.  courtes,  grosses  et  recourbées,  qui 
paraissent  être  les  restes  d'une  fibre  unique,  déchirée  et  dis- 
persée dans  la  masse  du  tendon  trempé  longtemps  dans  du 
vinaigre. 


133 

X.  Fibres  granuleuses  parfaites  d'un  tendon  trempé  dans  du 
vinaigre  :  a.  fibre,  b.  son  anastomose  avec  une  autre  fibre,  c. 
ramification    en   forme  de    fourche. 

Planche   IX. 
Périoste. 

Z  Fibres  disposées  d'une  manière  plus  ou  moins  parallèle 
a  a.  s'écartant  davantage  de  la  direction  droite  que  les  fibres 
de  tendon,  b.  leurs  sinuosités  formant  plutôt  des  angles  que 
des  arcs. 

«.  Faisceaux  dont  les  fibres  ont  conservé  leur  position  na- 
turelle et  présentent  une  disposition  régulière  et  parallèle,  a  a. 
noyaux  ovales   qu'on  y    trouve. 

j5.  Ces  noyaux  deviennent  encore  plus  évidents  dans  une  la- 
melle de  périoste  trempé  dans  du  vinaigre  ;  a.  noyaux  dispo- 
sés en  série,  b.  sous  la  forme  de  petits  corpuscules  parfaite- 
ment opaques,  c.  à  contour  foncé  avec  un  point  clair  au  mi- 
lieu, d  en  forme  de  grains  à  contour  foncé  et  large  milieu 
claire  ;  e.  noyau  ovale,  f.  oblong,  g.  pointu  par  les  deux  bouts, 
b.  pointu  par  un  bout,  i.  noyaux  disposés  à  côté  d'une  fibre, 
b  c  d.  grains  disposés  en  série  sur  une  ligne  droite  et  pre- 
nant  la   forme  d'une   fibre  composée   ou   moniliforme. 

Tissu   adipeux. 

y.  Cellules,  qui  se  trouvent  dans  la  graisse,  de  couleur  jau- 
nâtre, remplies  d'une  substance  granuleuse  de  forme  et  de 
grandeur   différentes. 

J.  Masses  de  graisse  avec  les  cellules  et  avec  des  fibres  du 
tissu  cellulaire:  a  a.  taches  obscures  désignant  les  cellules,  b. 
fibres  du  tissu  cellulaire,  c  noyaux  dont  se  forment  les  fila- 
ments  granuleux  (  Kernfasern  de   Henle  ). 

t.  Substance  granuleuse  qui  remplit  les  cellules  de  graisse:, 
dont  quelques  unes  ont   été    brisées    par  une  forte     pression  «iu 


134 


moyen  de  compressorium  de  Purquinie  :  a.  grains  de  cellule 
qui  restent  agglomérés,  b.  grains  distinctement  séparés. 

<•.  Cellules  de  graisse  transparentes  et  à  noyaux  ;  a.  cellule 
avec  un  noyau  central,  b.  c.  avec  un  noyau  près  des  parois, 
d.  Cellule  à   deux   noyaux.. 

t]    Cellule  transparente  de  graisse  déchirée   en  deux  moitiés. 

&.  Cellule  transparente  de  graisse  avec  une  déchirure,  mais 
dont   les   parties   conservent  leur   liaison  et  leur   forme. 

<?.  *.  Fibres  du  tissu  cellulaire  qui  se  trouvent  dans  le  tissu 
adipeux,    à.    h.  x.   a   a.   X    a. 

X  Noyaux  qu'on  observe  dans  la  graisse  b.  ovales  ,  c.  ob- 
longs,  d.  pointus  par  le  bout,  e.  disposés  en  ligne  droite  f- 
en  courbe. 

f*.  Cellule  jaunâtre  de  graisse  qui  après  avoir  été  trempée 
dans  de  l'éther  acétique   se  présente  sous   une  forme   rayonnée» 


Bitltsfinà    /SU/.P'H. 


r«h.  l'jr 


I! 


h  rVÀ 


rC  : 


E 


D 


a,        JjH 


\ 


II 


0 


\>,"®sd/ 


L 


K 


m, 


-w:; 


"'ft 


L 


T. 

et 

]■■•:■ 


i 


} 


M 


/',,,//,■////.  /Mf/pn. 


T«f?.ian-. 


M. 


•     ), 


a 


s. 


v :  "":    i, 


v 


1  •  i 


s: 

0 


w. 


s       / 


\ 


y 


2c. 


BvZUtvn.  /A'/ô'.&JF. 


Tab.Hr. 


X, 


! 


/       1/' 

>  M  V 


/—**  . 


i 

3L 

c. 

^ 

■^  ™=*  . 

. v^ 

°~  V, 

d 


) 


•  ■ 


■       7      '         -■' 


'■'■    ''.'/ 


• 


BULLETIN 


DE    LA 


r  r 


SOCIETE   IMPERIALE 


IS  NATURALISTES 


«t=2«Z»WLr_ 


Tome  XXI. 


ANNÉE   Î8^§. 


ir  h. 


MOSCOU, 

IMPRIMERIE    GAUTIER   ET    MONIGHETTI. 

1848. 


x> 


H<S>VS<GX 


SUR    LES 


RESTES   DES  CRUSTACÉS   FOSSILES   DU   JURA 
DE    MOSCOU. 


-«S»^<5s- 


Les  restes  des  crustacés  fossiles  sont  très  rares 
dans  noire  terrain  jurassique,  et  ce  ne  fut  que  M.  le 
prof.  Rouillier,  qui,  dans  son  Discours,  fit  mention 
d'un  Astacus,  appartenant  au  second  étage,  sans  en 
donner  une  description  détaillée.  Explorant  dans 
les  derniers  temps  les  couches  de  Khorochovo,  j'ai  été 
assez  heureux  pour  y  trouver  des  restes  de  crustacés, 
qui,  quoique  en  petit  nombre,  auront  cependant  leur 
intérêt,  comme  provenant  de  ces  couches. 

Ces  restes  consistent  en  deux  moitiés  de  carapaces 
assez  bien  conservées,  deux  à  demi  brisées,  une 
pince,  et  des  morceaux  de  doigts.  Ils  sont  tous  em- 
pâtés dans  la  marne,  qui  remplit  notre  étage  moyen. 
Le  test  est  assez  bien  conservé;  dans  les  carapaces, 
iJ  est  très  mince,  luisant,  noirâtre,  dans  la  pince  brun 


495 

clair  et  très  épais.  Comme  toutes  ces  parties  sont 
disjointes,  il  m'a  été  impossible  de  définir  si  elles 
appartiennent  à  une  espèce  ou  à  plusieurs.  La  dé- 
termination que  j'en  donne  est  basée  sur  l'examen 
des  carapaces,  et  je  crois  qu'elles  appartiennent  à  la 

Glyphaea  Bronnii  (*). 
PL  IX.  f.  1. 

Carapace  presque  deux  fois  plus  longue  que 
haute,  divisée  en  trois  régions  par  les  sillons,,  con- 
cave. Bord  postérieur  rebordé,  marqué  dans  sa  moi- 
tié supérieure  d'une  excision  semi-lunaire  pour  l'arti- 
culation avec  l'abdomen;  la  moitié  inférieure  de  ce 
bord  peu  courbée,  se  confondant  avec  le  bord  infé- 
rieur sous  un  angle  presque  droit.  Bord  inférieur 
semi-elliptique,  tranchant,  continu  jusqu'à  la  région 
antérieure.  Bord  supérieur  ou  plutôt  la  ligne  média- 
ne, droite,  presque  parallèle  avec  le  bord  inférieur. 
Les  sillons  transversaux  sont  ou  principaux  ou  acces- 
soires. Les  deux  sillons  transversaux  principaux  divi- 
sent le  céphalothorax  en  trois  parties.  Ils  sont  très 
marqués,  profonds  d'une  demi  ligne,  larges  d'une 
ligne.  Le  sillon  principal  transverse  antérieur  ou  sto- 


(  *  )  Lu  figure  donnée  par  Roeraer  étant  incomplète  et  la 
courte  description  donnée  par  cet  auteur  ,  laissent  beaucoup 
à  désirer,  je  n'ai  point  la  prétention  que  mon  rapprochement 
soit  exact* 


596 

maeaîe  commence  sur  le  premier  tiers  du  bord  in- 
férieur, se  dirige  supérieurement  et  se  confond  avec 
le  bord  supérieur  de  la  carapace  sous  un  angle  pres- 
que droit:  le  sillon  principal  transversal  postérieur 
ou  branchial  suit  une  ligne  assez  sinueuse..  Coim- 
mençant  sur  le  bord  inférieur  de  la  carapace,  il  se 
dirige  supérieurement,,  décrit  deux  courbes  pour  li- 
miter la  région  hépatique,  puis  sur  le  milieu  du  cé- 
phalothorax, il  se  dirige  brusquement  en  arrière  ,  et 
suivant  une  ligne  droite,  il  se  confond  avec  le  bord 
supérieur,  sous  un  angle  antérieur  très  aigu;  c'est 
ce  qui  caractérise  la  Glyphaea,  et  notamment  notre 
espèce.  D'ailleurs,  cette  position  du  sillon  est  la 
cause  que  nous  n'avons,  à  proprement  parler,  au- 
cune région  postérieure  ,  mais  plutôt  une  région 
postéro-inférieure.  Toute  la  carapace  est  couverte 
de  granulations  de  différente  grandeur,  entre  lesquel- 
les on  remarque  des  pores  à  peine  visibles  sous 
la  loupe. 

La  région  antérieure  ou  gastrocéphalique  est  li- 
mitée postérieurement  par  le  sillon  transversal  an- 
térieur. Elle  est  d'une  forme  triangulaire,  ayant  la 
base  deux  fois  plus  large  que  son  sommet  (rostre): 
sa  surface  externe  est  garnie  de  quatre  côtes  longi- 
tudinales, assez  élevés ,  espacés;  chaque  côte  est 
garnie  d'une  rangée  de  tubercules  assez  grands,  coni- 
ques, aigus,  dirigés  obliquement  et  en  avant;  l'espace 
libre  entre  ces  côtes  est  lisse,  luisant,  et  percé  de 
très  petits  pores.  Le  bord  inférieur  de  la  région 
antérieure >  et  justement  la  partie  où  il  se  confond 
avec  le  rostre,   présente     une  excision    semi-lunaire, 


107 

lisse,  longée  extérieurement  d'un  sillon,  et  qui  ser- 
vait pour  constituer  l'orbite.  Le  rostre  étant  le  pro- 
longement de  la  région  antérieure,  est  placé  dans 
la  direction  générale  du  corps.  11  est  assez  long, 
multangulaire,  creusé  en  gouttière,  garni  sur  les  faces 
externe  et  interne  de  côtes  tuberculeuses  sur  les 
angles,  et  marqué  en  avant  d'uu  petit  sillon  trans- 
versal.  Son  sommet  est  brisé. 

L'espace  compris  entre  les  sillons  antérieur  et 
postérieur  principaux  constitue  la  région  médiane. 
Elle  a  une  forme  de  deux  pyramides  rapprochées  l'une 
de  l'autre;  la  base  de  la  première  pyramide  sera  sur 
le  tiers  antérieur  du  bord  inférieur  de  la  carapace, 
le  sommet  touchera  presqu'au  bord  supérieur  (pyra- 
mide verticale);  la  seconde  pyramide  aura  sa  base 
reposant  sur  le  côté  de  la  première,  et  le  sommet 
porté  très  en  arrière  (pyramide  gisante).  Plusieurs 
sillons  accessoires,  qui  correspondaient  aux  parties 
internes,  divisent  la  région  médiane.  La  partie  in- 
férieure de  la  pyramide  verticale  est  occupée  par  la 
région  hépatique:  un  petit  sillon  horizontal  (sillon 
hépatique),  commençant  sur  la  moitié  sinueuse  du 
sillon  branchial  et  procédant  antérieurement  où  il  se 
confond  avec  la  base  du  sillon  antérieur  principal, 
limite  cette  partie  supérieurement,  son  bord  inférieur 
se  confond  avec  le  bord  inférieur  de  la  carapace. 
Elle  est  d'une  forme  réniforme  avec  la  concavité 
tournée  en  bas;  sa  surface  est  couverte  de  granula- 
tions plus  petites  que  sur  les  autres  parties  et  irré- 
gulièrement disséminées.  Relativement  aux  autres  par- 
lies,  la  portion  hépatique  occupe  l'angle    antéro-infé» 


498 

rieur  de  la  carapace.  Le  milieu  de  la  pyramide 
verticale,  est  occupé  par  une  élévation  assez  marquée, 
ovale,  couverte  de  granulations.  Le  sillon  hépatique 
la  sépare  de  la  portion  hépatique;  un  autre  sillon  la 
divise  du  sommet  de  la  pyramide.  Tous  ces  sillons 
sont  assez  larges,  mais  peu  profonds;  leur  surface  est 
très  finement  poreuse.  Le  sommet  de  cette  pyramide 
est  marqué  par  une  élévation  plus  petite,  disjointe, 
par  le  sillon  déjà  mentionné,  de  la  partie  sous-jacente; 
cette  élévation  se  confond  insensiblement  avec  la  base 
de  la  pyramide  gisante.  La  pyramide  gisante  occupe 
le  reste  de  la  région  médiane,  c'est-à-dire  l'espace 
compris  entre  le  bord  supérieur  du  céphalothorax  et 
le  sillon  branchial.  Un  sillon  parallèle  avec  le  sillon 
branchial,  divise  cette  partie  en  deux  moitiés  inégales, 
dont  la  supérieure  présente  une  forme  véritablement 
triangulaire,  et  est  couverte  de  granulations  irréguliè- 
rement disposées;  l'inférieure,  n'offre  qu'une  éléva- 
tion oblongue,  peu  et  également  large,  et  est  cou- 
verte sur  le  sommet  d'une  rangée  de  tubercules. 

La  région  branchiale  occupe  le  reste  et  presque 
les  */5  de  toute  la  carapace,  sa  forme  est  d'un  pen- 
tagone irrégulier;  sa  surface  est  partout  couverte  de 
granulations  coniques,  assez  aiguës,  dirigées  oblique- 
ment et  en  avant;  une  petite  dépression  se  fait  re- 
marquer devant  chaque  tubercule. 


599 


Tableau  comparatif  des  espèces    qui  s'approchent  le 
plus  de  la  nôtre. 

Paîinurus  Suerrii 
Glyphaea  Bronnil{\).  Glyphaea  rostrata{1)  Mey.   (3). 


Carapace  deux  fois 
plus  longue  que  hau- 
te. 

I/excisure  postéri- 
eure rebordée  ,  peu 
profonde. 

Région  antérieure 
non  divisée  par  des 
sillons  transversaux 
accessoires. 

Région  antérieure 
marquée  de  côtes  lon- 
gitudinales, couver- 
tes d'une  rangée  de 
tubercules. 

Région  antérieure 
disjointe  de  la  médi- 
ane par  un  profond 
sillon. 

Le  sillon  branchi- 
al dans  sa  partie  su- 
périeure droit,  et  se 
portant  très  en  ar- 
rière. 


De   même. 


L'excisure  postéri- 
eure profonde. 


De  même. 


De  même. 


Carapace  compara- 
tivement plus  ample. 

L'excisure  profon- 
de, couverte  sur  le 
rebord  d'une  rangée 
de  tubercules. 

Région  antérieure 
divisée  par  des  sil- 
lons  transversaux. 


Région    antérieure 
présentant  des  éléva- 
tions ovales,  circons- 
crites  par  les  sillons 
transversaux. 
De  même,  mais  le        Comme     dans      la 
sillon  transversal  est  Glyphaea  Bronnii. 
longé    sur    la  région 
antérieure  d'une  ran- 
gée de    tubercules. 

Le    sillon  un    peu      Le  sillon  droit  ne 
sinueux.  se    portant  pas  tant 

en  arrière. 


(1)  Roemer.   Die  Versteinerungen   des  Norddeutschen  Oolith- 

gebildes.     Ein    Nachtrag.    Hannover     1839.   pag. 
31   Tab.    XX.   fig.  33. 

(2)  Bronn.   Lethaea   geognostica.    1.  B    Stuttgard.    1837.  pag: 

479.   Tab.   XXVII.  f.  3.   Desmarest.  Crustacés    fos- 
siles,  pag,    132  Tab.    XI.  fig.    3. 

(3)  Acla  Academiœ  Leopoldino-Carolinae.  Vratislaviœ  et  Bon- 

nœ,    1833.  T.  XVI   Pars  II.  pag.   517.  Tab.  XXXVIII. 
fig.    I.   2. 


500 

Glyphœa  Bronnii.         Glyphœa     rostrata.      Palinurus  Suerrii. 


La  région  médiane 
divisée  en  plusieurs 
3  —  4  parties.  Le  sil- 
lon, qui  va  parallèle- 
ment avec  le  sillon 
branchial,  limite  une 
élévation  plus  large 
en  bas  et  rétrécie  en 
haut. 


La  région  médiane 
divisée  en  plusieurs 
parties.— Le  sillon  li- 
miteuneélévation  ob- 
longue,  plus  étroite 
inférieurement  et  qui 
se  rétrécit  supérieu- 
rement. 


Rémarque.  Les  différences  entre  la  Glyphœa  Bron- 
nii, la  Glyphœa  rostrata  Bronnii  ,  et  même  la  Gly- 
phœa Regleyana,  sont  si  peu  marquées,  qu'on  pour- 
rait même  les  considérer  comme  appartenant  à  une 
même  espèce,  d'autant  plus,  qu'elles  appartiennent 
tous  aux  étages  moyens  du  Jura.  Cependant  n'ayant 
à  ma  disposition  ni  des  exemplaires  pour  com- 
parer, ni  les  livres  nécessaires  pour  faire  une  étude 
monographique  ,  je  laisse  cette  question  au  jugement 
des  autres. 


INous  sommes  en  'possession  des  autres  parties 
disjointes  de  la  carapace,  qui  nous  laissent  en  doute 
si  elles  doivent  être  rapportées  à  l'espèce  sus-men- 
tionnée,  ou  non.  Or,  nous  en  faisons  une  étude  à 
paît. 

1.  La  main.  fig.  2  et  2\  Elle  est  composée  de  la  main 
proprement  dite,  du  procès  digiliforme  et  du  doigt 
mohiJe.  La  main  proprement  dite  est  d'une  forme 
quadrangulaire,  avec  les  angles  droits  et  égaux.  Sa 
surface  supérieure  est  arquée,  un  peu  déprimée  vers 
les  hords,  couverte    de    granulations  assez    pointues, 


501 

dirigées  en  avant,  plus  grandes  vers  les  bords,  plus 
petites  au  milieu;  devant  chaque  granule  on  re- 
marque une  petite  impression.  La  surface  inférieure 
est  concave,  munie  de  deux  sillons  longitudinaux, 
parallèles  avec  les  bords;  elle  est  couverte  de  granu- 
lations plus  petites  que  sur  la  surface  supérieure. 
La  face  articulaire  supérieure  ,  servant  pour  l'articu- 
lation avec  l' avant-bras,  est  presque  perpendiculaire 
à  des  surfaces  déjà  décrites,  avec  une  légère  incli- 
nation vers  l'inférieure.  Sa  forme  est  d'un  oval  re- 
bordé, circonscrit  d'une  ceinture  lisse,  sans  granula- 
tions. A  l'intérieur  de  celte  surface  on  remarque 
une  élévation  arrondie,  reste  peut-être  d'une  épine 
brisée,  comme  on  en  voit  de  pareilles  sur  la  main  de 
l'Astacus  marinus  (Goldfuss).  L'autre  surface  articu- 
laire sert  à  la  jonction  du  doigt  mobile  avec  la  main.  Elle 
est  oblique,  c'est-à-dire,  son  axe  rencontre  l'axe  de 
la  main  entière  sous  un  angle  aigu  (*),  marquée  exté- 
rieurement par  un  sillon  assez  profond,  auquel  cor- 
respond sur  la  surface  supérieure  une  élévation  ob- 
longue,  très  inégale,  raboteuse  et  lisse.  Bord  interne 
de  la  main  arrondi,  plus  large  vers  la  partie  supérieu- 
re, rétrécissant  vers  le  procès  digitiforme,  couvert 
de  granulations.  Bord  externe  rétréci.  Le  procès 
digitiforme  et  le  doigt  mobile  commencent  presque 
sur  le  même  plan.  La  base  du  premier  est  aplatie, 
couverte  de  granulations  ;  elle  égale  en  largeur  la 
moitié    de    la  main.    La  base    du  doigt    est    un  peu 


(*)    Dans    l'Astacus    fluviati lis    et   marinus  ces  deux  axes   for« 
ment   un  angle  droit. 


502 

plus  mince,  plus  aplatie,  anguleuse,  munie  sur  sou 
bord  externe  d'un  sillon  longitudinal,  et  ornée  sur 
ces  surfaces  de  fossettes  arrondies  (*)  et  de  peu  de 
granulation. 

1.  Doigt.  La  fig.  3.  parait  être  le  procès  digitiforme 
de  la  main  gauche,  brisé,  ayant  peut-être  la  moitié 
de  sa  longueur  totale.  La  base  est  deux  fois  plus 
large  que  le  morceau  détaché  (brisé),  la  surface  est 
luisante,  lisse,  couverte,  de  trois  côtes  longitudinales 
plus  prononcées  sur  la  surface  inférieure  f.  3.  b.  et 
que  l'on  voit  encore  mieux  dans  la  fig.  4.  b;  l'es- 
pace entre  ces  côtes  est  occupé  par  des  creux 
disposés  sur  une  ligne  droite.  Le  bord  interne  de  ce 
doigt  garni  d'une  rangée  d'épines  au  nombre  de  neuf; 
la  troisième  et  la  dernière  sont  plus  grandes,  les  au- 
tres paraissent  avoir  une  grandeur  égale.  Chaque 
épine  est  formée  de  trois  couches  (  strates  )  s'en- 
caissant  l'une  dans  l'autre.  A  leur  base,  ces  épi- 
nes sont  à  peine  espacées  entre  elles,  mais  elles 
s'amincissaient  vers  le  sommet,  laissant  ainsi  des  in- 
terstices libres,  dans  lesquelles  passaient  les  épines 
du  doigt  opposé,  présentant  ainsi  une  sorte  de  scie. 
Une  disposition  pareille  se  remarque  aussi  dans  la 
main  du  Klytia  Leachii  (Reuss:  Die  Versteinerungen 
des  Bohmischen  Kreidegebirges  T.    I.   Taf.   VI  f.  5.) 


(*)  Les  fossettes  que  l'on  remarque  ici  ,  sont  peut-être  le 
résultat  de  la  destruction  de  la  couche  superficielle  du  test, 
ou  elles  ont  pris  places  de  granules.  C'est  ce  qui  m'est  inspire"  par 
la  remarque  d'Agassiz  (  Bronn  Lethasa  T.    I.  p.  478). 


503 

La  pince  figurée  dans  les  Beitrage  sur  Kenntniss 
des  Norddeutschen  Oolitbgebildes,  Koch  et  Dunker, 
Braunsclrweig,  1837  pag.  35  T.  II.  f.  15.  présente  le 
doigt  mobile  muni  d'épines,  l'autre  en  est  dépourvu. 
La  fig.  4  pourrait  bien  n'être  que  le  sommet  du 
doigt.  On  y  remarque  les  mêmes  singularités;  sa  sur- 
face est  munie  de  creux  disposés  sur  une  ligne  droite; 
son  bord  interne  est  garni  d'épines,  ayant  la  même 
forme  et  la  même  disposition  que  dans  la  fig.  3*. 


EXPLICATION  DES  FIGURES. 
Tab.  IX. 

Carapace. 

Fig.    1.   a.  Sillon   transverse   antérieur. 

b.  Sillon  transverse  branchial. 

c.  Région  antérieure, 
d. moyenne. 

e.  ■ postérieure. 

f.  Portion  hépatique. 

g.  Sillon  hépatique. 

h.  Excision  semi-lunaire. 
i.  Rostre  brisé. 
Fig.    2.  2a   La  main. 

a    Surface  supérieure. 

b.  —    —     inférieure. 

c.  l'Articulation  avec  l'avant-bras. 

d.  —      du  doigt  mobile. 

e.  Tubercules  de  la  surface  supérieure  grossis. 

f.  Creux  de  la  surface  supérieure  du  doigt. 

g.  Profil  du  procès  digitiforme. 
h.     —     du  doigt  mobile. 


504 

Fig.   3.  Procès  digitiforme. 

a.  Surface  supérieure. 

b.  —    --     inférieure. 
3a  Procès  grossi, 

c.  épines. 

d.  épïne   plus  grande. 

3b  Morceau  de  grandeur  naturelle  ,    vu  par   la   face   in- 
terne. 
Fig.   4.  Extrémité  du   procès  digitiforme. 

a.  Surface  supérieure. 

b.  —    —    inférieure. 

Fig.   5.  Morceau  du  céphalothorax. 


A.    VOSINSKY. 


Bulletin  AV4S  P  I 


Tab.  IX 


3." 


L__-a? 


M 


(ilyphaea  Bronnii  Roeni. 

y.      ^aretpa^e  cote  ffa-u/Jtc.  3.a  Procès  digititormr  grossi 

2.  Jfâeùn,,  face-  inférieure.  3P      »  „        ivi  par  la  face  interne. 
Zf1  JKaÎT/f  face  supérieure.                         4.    JSjctremite du  procès  diaïtifbrnte. 

3.  Prr?cé&  digitiforme.  £.    JWoretéiauer  du  eep/taJotJioraJC. 


BTTLLETIH 


DE   LA 


0  u 


ETE  IMPERIAL 


IDE©   MAWI1AMOT] 


DE   MOSCOU. 


ANNÉE  18A& 


Tome    XIX. 

Seconde  partie. 

(  Avec  49  planchos,  ) 

SOUS    LA    DIRECTION    DU    DûCTEUR    RemARD. 


DE    L'IMPRIMERIE   D'AUGUSTE   SEMEN, 


1846. 


D'UNE  NOUVELLE  VARIÉTÉ 

D'AMMONITE    DU    TERRAIN  JURASSIQUE 

de  Moscou. 

Ammonites  Zieteni Rllr.  var.  Âng'iouri&s  nob.  (T.  VIT.). 

^^Qsgseî*— — 

Jmmoniles  sp.  Rouillier.  Bull.    1846.  pi.  A.  f.  8.  1838.  p.  264. 
Amm.   Zieteni  Rouillier.  Bull.    1849.  p.  368.  pi.  A.  f.  8.  a.  b. 

En  parcourant  les  environs  de  Moscou  cette  an- 
née-ci, il  m'est  arrivé  de  trouver  un  ammonite  avoi- 
sinaut  VA.  coronatus  et  Vanceps.  Dans  les  livres  de 
Paléontologie  que  j'ai  pu  me  procurer,  je  n'en  ai  pu 
trouver  la  définition  que  dans  les  travaux  de  Mr.  le  Pro- 
fesseur Rouillier,  et  ceci  m'a  décidé  d'en  présenter  la 
description  aujourd'hui  à  la  Société  Impériale  des  Na- 
turalistes de  Moscou,  qui  peut-être  voudra  bien  rece- 
voir ce  petit  travail  d'un  jeune  adepte. 

Cet  Ammonite,  qu'il  me  soit  permis  d'appeler. 
Ammonites  Zieteni  Rllr.  var.  Angiolinus  ,  se  trouve 
dans  l'oxford-clay  des  environs  de  Moscou  ;  je  l'ai 
trouvé  à  Mnëvniki,  non  loin    de    Kharachovo. 


617 

Mr.  Rouillier  a  reçu  l'espèce  de  Sinabirsk. 

En  voici  la  description:  Testa  inilata,  anfraclibus  de- 
pressis,  latis,  intus  angulatis,  18  tuberculis  acutis  nolalis, 
quorum  quilibet  umbilicurn  versus  costara  simplicem, 
dorsum  versus  costam  bifurcatara,  raox  e  van  esc  ente  m, 
emiltet  ;  dorso  carinato,  convexo,  in  medio  promiuu- 
lo  ,*  apertura  depressa ,  externe  truncata  ;  seplis  Jate- 
ribus  trilobis. 

Coquille  renflée,  carénée  ,  ornée  par  tours  près 
de  l'ombilic  de  18  tubercules  pointus  placés  sur  l'an- 
gle extérieur  des  tours.  Chaque  tubercule  donne 
naissance  en  dehors  à  deux  côtes,  qui  se  perdent 
non  loin  de  leur  origine,  en  se  dirigeant  du  côté  de 
la  bouche  sous  un  angle  aigu,  en  dedans  il  en  sort 
une  seule  côte  bien  plus  distincte.  Leur  nombre  ne 
dépasse  jamais  celui  des  tubercules.  La  carène  peu 
saillante  est  marquée  de  petits  nodules.  Les  dimen- 
sions de  la  spire  avoisinent  celles  de  VA.  coronatus 
(  à  peu  près  deux  fois  plus  large  que  haute  )  les 
tours  sont  tronqués  sur  les  côtes  et  descendent 
vers  l'ombilic  sous  un  angle  de  90°  à  peu  près  ,  où 
en  s'appliquant  sur  l'angle  saillant  du  tour  précé- 
dent ,  ils  forment  un  entonnoir  à  gradins.  Dos  ca- 
réné ,  bien  large  et  proéminent  au  milieu.  Bouche 
déprimée  et  convexe  en  dehors,  tronquée  sur  les 
côtes. 

Cloisons  symétriques,  découpées  de  chaque  côté 
en  trois  lobes  et  autant  de  selles,  formées  de  par- 
ties impaires.  Lobe  dorsal  un  peu  plus  court  et  plus 
large  que  le  lobe  latéral  supérieur,  muni  de  deux 
branches.   Selle  dorsale  un  peu  plus  large   que  le  lo-< 


618 

be  latéral  supérieur,  très  peu  découpée  et  tronquée. 
Lobe  latéral  irrégulier  divisé  en  deux  branches.  Sel- 
le latérale  de  la  moitié  moins  large  que  le  lobe  la- 
téral supérieur,  assez  régulièrement  divisée  en  trois 
parties.  Lobe  latéral  inférieur  très  petit  et  oblique. 
Le  lobe  auxiliaire  indistinct.  La  ligne  des  tubercu- 
les correspond  comme  dans  VA.  coronatus  au  milieu 
de  la  selle  latérale. 

Dimensions,  d'après  la  méthode  de  Quenstcdt:  Hau- 

leur  de  la  bouche  (  Mundhôbe  )  2^  =  2,27.  Progres- 
sion de  chaque  tour  (Windungszunahme)  375  =  1,87. 
Rapport  entre  le  diamètre  de  tout  l'ammonite  et  celui 
de  ses  tours  (Scheibenzunahme)  £7  =  3,5.  Epaisseur 
(  Dicke  )  ou  mieux  encore  rapport  entre  l'épaisseur 
et  la  hauteur  ^  ^=  0,45. 

Rapports.  Cette  espèce  se  rapproche,  vu  la  dépres- 
sion des  tours  ,  de  VA.  coronatus  et  de  Vanceps,  en 
s'en  distinguant  pourtant  par  la  carène  du  dos  et 
les  côtes  moins  nombreuses  ,  qui  ne  passent  jamais 
sur  le  dos,  ainsi  que  par  la  bouche  proéminente  au 
milieu.  Nos  exemplaires  appartiennent  comme  varié- 
lé  à  l'espèce  Amm.  Zieteni  RUr. 

Gisement.  Elle  se  trouve  jusqu'à  présent  unique- 
ment dans  la  division  inférieure  de  l'étage  Oxfordien 
à  Mnëvniki  et  à  Kharachovo,  en  même  temps  que 
VA.   coronatus,  VA.   alternans,  VAstarte  Buchiana. 

Développement  des  caractères  saillants  avec  Vdge. 
Ce  qu'il  y  a  de  plus  jeuue  en  fait  d'Ammoni- 
te   de    cette    espèce,     ne    présente    de    remarquable 


619 

qu'une  petite  carène  et  un  entonnoir  presque  régu- 
lier; on  n'y  remarque  ni  côtes,  ni  tubercules,  les 
contours  des  lobes  ne  parviennent  pas  à  être  dis- 
tingués ,  même  à  l'aide  du  microscope,  les  dimen- 
sions sont  minimes.  Une  fois  que  le  diamètre  atteint 
7  millimètres  à  peu  près,  les  côtes  se  dessinent  dis- 
tinctement; mais  toujours  encore,  absence  complète 
de  tubercules,  contour  vague  des  lobes.  Ce  n'est 
que  lorsque  l'Ammonite  atteint  un  diamètre  de  9m 
que  tous  les  caractères  se  dessinent  nettement  et 
se  laissent  décrire.  Les  trois  pbases  du  dévellopement 
progressif  ont  déjà  été  indiquées  par  Mr.  le  Profes- 
seur Rouillier.  Le  diamètre  du  plus  grand  ammo- 
nite de  cette  espèce  ,  qu'on  ait  rencontré  jus- 
qu'à présent,  ne  dépasse  pas  22  millimètres.  On  l'a 
toujours  trouvé  pyritisé ,  comme  le  remarque  aussi 
l'auteur  cité. 


Emcric   Comte  de  Hutten  Czavski. 


Moscou 
15  Décembre. 

1848. 


BuIiaùt,f#Mf?I. 


r«M7/ 


3 


4 


Ammonites   Antfiolixius     n     sp. 


BULLETIN 


DELA 


a  u 


0C1ETE  aMPEffilAl 


BEi  lifflâMiW^ 


DE    MOSCOU. 


ANNÉE  18*7. 


Tome    XX. 


Première    Partie. 


(  Avec  7  planches.  ) 


S  O  Ù  S      I.  A      DIRECTION      DU      DoCTECR      R  E  N  A  B  D. 


jftttttfcotf 


IMPRIMERIE      SEMEN. 

1847. 


TffEB®  B. 


DEN 

JURAKALR    YON    CIECHOCINEK 

VON 

Louis    Zeuschner. 


Die  Saline  Giechocinek  am  linken  Ufer  cler  Weich- 
sel  im  Kônigreicbe  Polen,  3  Meilen  von  Thorn  enl- 
fernt,  ist  merkwùrdig  durcb  den  Jurakalk,  den  eine 
machtige  Ablagerung  von  aufgesclrwemmtem  Gebirge 
bedeckt,  das  im  Sùden  am  Elusse  Wieprz  bei  seiner 
Einmùndung  in  die  Weicbsel  anfaiigt ,  und  sicb  be- 
stàndig  bis  zum  Baltiscben  Meere  erstreckt.  An  ein- 
zelnen  Punclen  ragt  aus  ibm  tertiairer  Sandstein  , 
Tbon  und  Gips  empor. 

Um  Steinsalz  zu  finden  balle  nian  bis  Ciecbocinek, 
in  der  Nabe  der  Salzquellen  ein  1409'  (  polniscbes 
Maas  )  liefes  Bobrlocb  gemacbt.  Scbon  bei  93'  erreieb- 
te  man  Jurakalk  ,  und  dieser  dauerle  so .  weit  das 
Bobrlocb  berab  ging.  Dass  Steinsalz  im  Jura  nicbt 
gefunden  wurde  ,  ist  natùrlich  ;  demi  nirgends  aller 
Wabrselieiiilicbkeit  nacb    enlbalt     dieser  Absatz  Salz. 


589 

Die  Salzquellen  von  Ciechocinek,  und  aile  audereu  cler 
Uingebung,  und  tleren  sind  mir  38  bekaimt,  nehmen 
im  tertiaireu  Gebirge  ibren  Ursprung ,  cler  eine 
Verlàngerung  cler  Karpatbiscben  Ablagerung  aus- 
macbt.  Wenn  cler  Bohrversucb  zu  keinem  practischen 
Resultate  fùbrte  ,  so  erbielt  die  Wissenscliaft  einen 
hiteressaiiten  Durcliscbnitt  des  Jura,  mit  einer  eigen- 
tbiïmlicben  localen  Entwiekelung.  Ich  hatte  Gelegenheit 
im  vorigen  Jabre  ara  Orte  selbst  aile  die  Gebirgsarten 
zu  untersuchen,  die  aus  clem  Bohrloche  aus  verschie- 
denen  Tiefeu  berausgefôrdert  wurden,  uncl  vyo  je  de 
in  besondern  Scbacbteln  aufbewahrt  sind  ;  clann  nahm 
icb  die  Bobrregisler  zur  Hùlfe  ,  und  babe  folgenden 
Durcbscbnilt  entworfen. 

Das  aufgesclrwemmte  Gebirge,  bestebend  aus  Sand 
und  grauem  Tbon,  bildel  eine  Scliichl  von  70'  ;  daim 
folgt  Topfertbon  mit  Scbichten  von  weissem  Mergel 
bis  93'.  Dem  Aeussern  nacb  bat  dieser  graue  Thon 
die  grôsste  Aehnlichkeit  mit  dem  von  Razionzek,  eine 
balbe  Meile  weiter  nacb  Westen  gelegenem  Orte.  Ob 
dieser  Tbon  terliar  ist,  muss  dabingestellt  sein,  demi 
die  mideutlicben  Pflanzen  Abdrùcke  entscbeiden  we- 
nig.  Von  93'  fangt  die  Juraformation  an  ,  die  in 
zwei  Ablbeilungen  zerfallt  :  in  weissen  Jura  bis  J.0'41' 
uncl  in  weingelben  Dolomit  bis  1409'.  Die  obère  Ab- 
tbeilung  bestebt  aus  weissem,  derben  Jurakalke,  und 
feinkôrnigem  Oolite,  cler  clurcb  Beimengimg  von  Tbon 
bellgrau  wircl.  Beide  Gesteine  wecbsellagern  miter 
einander  ;  im  AUgemeinen  ist  cler  Oolit  mebr  enl- 
wickelt  und  entbalt  viele  Yersteinerungen,  die  stellen- 
weise    ausserordentlicb  angebauft  sind.     Es  sind  clies 


590 

ailes  gut  bekaimle  Species  des  Coralrag  von  Franken 
miel  Wurtemberg,  die  ùber  die  Stellung  dîeser  Scbicbt 
keinen  Zweifel  zulassen.  Folgende  Species  babe  icli 
bestimnit  :  Geriopora  clavata  Gold.;  Cnemidium  ri- 
mulosum  Gold.;  Pentaerinites  ciugulatus  Gold.,  Ci- 
darites  coronarius  Blumenbachii ,  Terebratula  sub- 
striata  ,  loricata,  pectunculus,  Pecten  culoides  ,  orni- 
tbocepbala.  Die  einzelnen  Sehicbten  folgen  auf  einan- 
der  in  folgender  Ordnung  : 

93' — 112'.  Weisser  derber  Kalkslein,  ganz  aelmlich 
dem  von  Rrakau  oder  Arach,  mit  Knollen  von  schwar- 
zem  Feuerstein. 

134'.  Mergliger,  weisser  K.alkstein  mil  Stacbeln  von 
Cid.   coronarius. 

318'.  Gelblicb  weisser  Oolit  :  die  Oolite  sind  gewôbn- 
licb  kleiner  wie  Mohnkorner  und  sind  durcb  nierg- 
ligen  Ralkstein  locker  verbunden.  Einzelne  Scbicbten 
entbalten  viele  Yersteinerungen  ,  unter  denen  Sta- 
cbeln vorwalten  von  Cid.  coronarius  ;  seltener  sind 
die  von  Cid.  Blumenbachii  ;  daim  finden  sich  Pen- 
tacrinites  angulatus,  T.  substriata,  loricata,  pectuncu- 
lus,  pectunculoides. 

324'.  Weisser  JurakalL 

377'.  Oolit  mit  Avicula  clavata,  Cid.  coronarius,  T. 
orniihocephala  ,  pectencuioid.es  ,  Exogyna  sp.  u.   d. 

390'.   Weisser  mergliger  Ralkstein. 

400'.   Oolit  mit  Cid.  coronarius,  P.  cingulatus. 

406'.  Weisser  Mergel;  423'.  Ralkstein;  442'.  Oolit; 
490'.  Ralkstein,;  506v.  Oolit;  515'  weisser  Ralkstein,- 
549'.  Oolit;  553'  helJgrauer  Mergel;  556'  grauer  TJion  ; 
602'  arauer Oolit; 605'  weisser  Kalkstein; 608'  Oolit;618'. 


591 

Mergliger  Kalkstein;  627'.  Oolit;  62,)'  grauer  Thon;  6 16' 
grauer  Oolil;  652'  weisser  Ralkstein;  664'  grauer  Oolit; 
067'  weisser  Kalkstein;  715'  grauer  Oolit;  718'  weis- 
ser Kalkstein  ;  735'  grauer  Oolit;  754'  weisser  Kalk- 
stein ;  757'  weisser  Oolit;  759'  weisser  Kalkstein  ;  764' 
grauer  Oolit  ;  800'  Kalkstein  ;  805'  Oolit  ;  812'  Ralk- 
stein ;  817'  Oolit  ;  895'  Kalkstein  ;  905'  Oolit  ;  916' 
Kalksteiu  ;  961'  Oolit  ;  970'  Kalkstein  ;   1041'  Oolit. 

Die  aiigeliâuften  Versteinerungeu  im  Oolit  haben 
einen  eigenthùmlichen  Charakter  in  der  Grosse.  Die 
Stacheln  des  G.  coronarius  sind  gewôlmlich  sehr 
gross,  dagegen  aile  Terebratelu  in  eiuem  zwergliaften 
Zustaude. 

Eine  einzige  Ausnahme  fand  ieli  nur  an  euiem 
Exe mpl are  der  T.  biplicata  ,  die  ein  Zoil  lang  war. 
Nâkeres  ùber  die  Tiefe  ilires  Vorkommen's  war  uicbt 
angemerkt. 

Wenn  die  Angefùbrten  genau  diesen  Kalkstein  als 
Coralrag  caracterisiren  ,  so  ist  er  von  gleiebem  ïvalk- 
steine  von  Krakau  und  der  schwabischen  Alpen  dadurch 
unterscbieden,  dass  in  den  lezt  genannten  Puncten  kein 
Oolit,  mit  derbem  Kalksieine  wechseliagert.  In  der  Ge- 
gend  von  Malogoszez,  Korytnica  bildet  reiner  Oolit 
das  obère  Glied.  Bei  Giecliocinek  sind  entweder  beide 
Glieder  verkniipft  oder  es  ist  ein  Mitlelglied  der  bei- 
den,  carakterisirt  durch  den  Mangel  an  Ammouiten. 

Das  dolomitiscbe  Glied  fangt  erst  in  der  Tiefe  von 
1041'  an  ;  es  ist  ausgezeiclmet  feinkorniger  Dolomit, 
von  heller,  weingelber  Farbe  ;  in  ihren  unteren  Theilen 
wird  er  dunkelbraun  oder  grau  ,  was  hauptsâchlich 
von  einer  Beiniengung  von  Thon  herrùhrt,     der  sich 


592 

auch  in  schmalen  Lagern  ausscheidet.  Zwischen  dem 
festen  kôrnigen  Gesteine  finden  sicli  loose  Lager,  clie 
ans  feinen  angehâuften  Kornern  von  Dolomit  be- 
stelien ,  und  grosse  Aehnlichkeit  mit  dem  Quarzsan- 
de  haben ,  wofiir  sie  anch  genommen  und  Kur- 
zawka  benaimt  wurden.  Die  einzelnen  Schichten  die- 
ser  Abtheilnng  rulien  auf  einander  in  folgender  Ord- 
nung:  Zwischen  1041  — 1347  wechsellagert  weingelber 
fester  kôrniger  Dolomit ,  mit  der  loosen  sandàhnli- 
chen  Yariëtat.  Zwischen  1347 — 1360  hat  sich  abgela- 
gert  grauer  Thon  mit  erbsengrossen  Kornern  von 
Schwefelkiés,  grimera,  erdigen  Ghlorit  und  Bruchstuc- 
ken  von  Ammoniten  mit  deutlichen  Loben.  Zwischen 
1360 — 1366  findet  sich  eine  Bank  von  Sand.  Bis  1406 
folgt  brauner  Mergel ,  in  dem  sich  Dolomit  in  dim- 
nen  Lagen  ausscheidet.  Tiefer  findet  sich  gewôhnli- 
cher  Quarzsand,   der  mit  Sauren  etwas  aufbrausst. 

Ob  der  Dolomit  von  Ciechocinek  dem  Coralrag  an- 
gehort  dazu  sind  keine  Beweise  vorbanden  ;  die  einge- 
schlossenen  Petrefacten  sind  nicht  so  erhalten  ,  dass 
man  zu  gegrùndeten  Schlussen  berechtigtet  ware. 

In  die  geognostische  Karte  von  Deutschland,  Frank- 
reich  u.  s.  w.  von  Dechen  ist  ein  Fehler  einge- 
schlichen  ;  bei  Ciechocinek  ist  namlich  eine  klei- 
ne  Kreide-Insel  angegeben  ;  es  ist  aber  der  eben 
beschriebene  Jurakalk.  Dièse  Angabe  wiederholt 
Murchison  auf  seiner  Karte  vom  europaïschen  Russ- 
land.  Zwar  wird  der  Jura  bis  Ciechocinek  angege- 
ben ;  die  Kreide-lnsel  aber  auf  das  rechte  Ufer  ver- 
legt  ,  von  der  keine  Spur  in  der  Gegend  sich  be- 
findet. 


593 

Schliesslich  will  ich  Einiges  bemerken  ùber  die  Zu- 
nabme  des  Salzgehalles  der  Quelle  im  Bohrloche  von 
Ciecliocinek,  und  liber  das  Steigen  seiner  Tempera- 
tur  in  der  Tiefe.  Die  Salzquellen  von  Ciechocinek 
enthalten  gewobnlicb  3f/a  Procent  von  Kochsalz.  In 
der  Tiefe  vergrôsserte  sich  der  Salzgehalt,  und  stieg 
in  folgendem  Yerbaltnisse  ;  bei  489'  balle  das  Was- 
ser  4  pr.  beiliiung  100'  tiefer  ,  bei  580'  war  er  5 
pr.;  weiter  vergrôsserte  er  sicb  und  verminderte  bis 
968',  wo  er  7  pr.  entbielt  ;  jedocb  tiefer  fiel  er  wie- 
der  auf  5  und  51/,,  pr.  imd  blieb  so  constant  bis 
zur  grôssten  Tiefe.  Als  man  einige  Tage  bindurcb  in 
meiner  Gegenwart  aus  der  Quelle  gescbôpft  bat,  blieb 
der  zulezt  angegebene  Salzgebalt  nnverandert. 

Die  Teraperatur  des  Wassers  wahrend  der  Arbeit 
des  Bobrlocbes  wurde  sorgfâltig  geniessen  ,  mit  ei- 
nera  gut  eingericbteten  Thermometer  von  Herrn 
Bocbuert ,  bis  zur  Tiefe  von  896'.  Die  Teraperatur 
erbôlite  sicb  in  folgender  Weise.  In  der  Tiefe  von 
68'  war  sie  +  75/4°  R.  229'  +  108 V8°;  290  11V4; 
410  +  13V8°;  890  +  1272°. 

Als  icb  die  Quelle  untersuchte  ,  nacbdera  von  ibr 
einige  Tage  gescbôpft  wurde,  zeigte  sie  +  134/s°  R 
oder  +  17,05  G.  Die  Ursache  des  Vennindern1s  des 
Salzgebaltes,  so  wie  auch  der  Teraperatur  rùbrt  vom 
Zudrang  der  oberirdisclien  Gewasser. 


— ^aKgX^a»— 


Riy;  n;k; 


LETTRE    DE    M.    FIESLRE   BE    ÎASIKOW    A    MR.    LE   DR. 
RENARD,    SECOND    SECRETAIRE    DE     LA  SOCIETE.  J'ai 

reçu  le  N.  T.  du  Bullelin  1847  cl  le  Diplôme  de  M. 
Uraow,  que  je  viens  de  lui  remettre.  Veuillez  avoir  la  com- 
plaisance d'exprimer  ses  remercimens  les  plus  sincères 
à  la  Société  en  lui  communiquant  que  M.  Umow  ,  s'oc- 
cupant  spécialement  des  Lépidoptères  du  Gouvernement  de 
Simbirsk  et  possédant  déjà  une  grande  collection,  est  prêt  à 
offrir  une  partie  de  ses  doubles,  en  casque  la  Société  désire 
être  au  courant  des  découvertes  récentes,  ou  veuille  com- 
pléter ses  collections  de  Lépidoptères  pour  ceux  du  bord  du 
Volga. 

Pendant  mon  séjour  à  Moscou  nous  sommes  convenus  avec 
son  Excellence  M.  Fischer  de  Waldheim  qu'il  décrirait 
les  ossemens  de  Sauriens  que  je  lui  ai  remis  (*)  et  que  je 
fournirais  une  notice  géologique  sur  leur  découverte  et  leurs 
gissemens  5  mais  comme  depuis  mon  retour  à  Simbirsk  j'ai 
été  élu  Président  du  Comité  de  la  Bibliothèque  Karamsinien- 
ne,  fondée  dans  notre  ville,  et  comme  son  établissement  con- 
somme  tout    mon   temps,   au   point  que  jusqu'à  présent  je  n'aj 

f  *  )   V.      Notice     sur   quelques     snuriens   de   l'Oolitlie   du  gou- 
vernement  de    Simbirsk   p.   3G2  —  370. 


595 

pu  rédiger  l'article,  et  ne  pouvant  pas  même  préciser  la  fin 
de  ces  occupations  tout  à  fait  inattendues,  je  ne  voudrais  pas 
arrêter  l'impression  de  l'article  de  M.  de  Fischer,  je  vous 
prie  de  lui  communiquer  les  renseignemens  suivans  sur  la 
découverte  et  les  gissemens  des  ossemens  de  Sauriens  de 
notre  Jura,  afin  de  rendre  l'article  complet. 

Les  N°  1  et  2  sont  les  premiers  ossemens  de  Sauriens 
que  j'ai  découverts  en  1829  sur  la  rive  droite  du  Volga  à  6 
verstes  de  Simbirsk,  en  remontant  le  fleuve,  passé  la  Novaïa 
Palivna  le  long  de  la  grande  dénudation  des  couches  juras- 
siques identiques  avec  le  Jura  de   Moscou. 

Les  N°  3.  5.  8  et  9,  Vertèbres  de  l'Ichthyosaurus  pla- 
lyodon  de  Gonyb.  furent  trouvés  en  4830,  4842  et  1845 
plus  près  du  ravin  de  Palivna  sur  l'effleurement  de  la  couche 
calcaire  compacte   jurassique. 

Le  N°  4,  6  et  7  une  partie  de  l'omoplate,  de  la  côte  et 
les  vertèbres  caudales  enclavées  dans  le  calcaire  furent  trou- 
vées en  4  838  et  4  842  le  long  de  la  grande  dénudation  des 
roches  jurassiques. 

Le  N°  40,  vertèbre  d'ïchthyosaurus  thyreospondylus  Owen, 
a  été  découvert  en  4  845  au  bord  du  Volga  tout  près  de 
Simbirsk.  Les  N°  4  4,  42,  43,  44  et  45  idem,  furent  trou- 
vés en  1845  après  avoir  passé  la  grande  dénudation  des 
couches,  pas  loin  de  Staraia  Palivna  dans  l'argile  de  Besso- 
novka  (  argile  d'Oxford  )  qui  forme  l'étage  supérieur  du  Jura 
de  Simbirsk  et  parait  ne  pas  exister  dans  le  bassin  juras- 
sique de  Moscou. 

Le  K°  4  6.  Crâne  du  Rhinosaurus  lazikovii  Fisch.  quoique 
découvert  dans  le  gouvernement  de  Simbirsk,  est  sans  in- 
dication  précise  de  localité.  Le  calcaire  qui  le  remplit,  com- 
paré au  calcaire  compacte  de  Palivna,  présente  une  identi- 
té parfaite,  alors  il  est  juste  de  présumer  que  le  crâne  a  été 
extrait  d'un  gissement  jurassique  du  gouvernement  de  Sim- 
birsk  appartenant   à  l'étage     moyen,  semblable    au    Jura    de 


596 

Moscou.  En  cas  que  mes  occupations  le  permettent  je  ta- 
cherai de  donner  une  notice  sur  le  gissement  des  ossemens  de 
Sauriens  en  comparant  le  Jura  de  notre  bassin  à  celui  de 
Moscou. 

Pierre  de  Iasikow. 
le  27  Juin  1847 

Simbirsk. 

LETTRE       DE       ME.      I.E      SîâJOR      WANG-ENHEIM      DE 

orALEH.  —  So  eben  komme  ich  von  einer  Excursion 
làngst  der  am  westlichen  Uralrande  auf  Devonian  abgela- 
gerten,  ùberall  slark  nach  Osten  emporgehobenen  ,  innern 
Linie  des  Bergkalks  zurûck  und  liabe  die  Elire  die  Kaiserl. 
Naturforschende  Gesellschaft  zu  benachriclitigen,  dass  ich  so 
glùcklich  war,  in  dieser  alten  Gebirgsarl,  den  fossilen  Hau- 
zahn  und  mehrere  Knochen  eines  vorweltlichen  Riesen- 
thicrs  zu  enldecken. 

Im  Kaiser.  Muséum  des  Bergkorps  ,  so  wie  aucli  in  der 
Mineralogischen  Gesellscbaft  in  Petersburg  befinden  sich  als 
Minerai- Substanz  ,  Handstùcke  eines  schwarzlichen  Feuer- 
sleinarligen  Kalksteins  von  Siçan  am  westlichen  Uralrande  , 
der  von  Murchison  als  die  innere,  nâber  dem  Ural  zu  liegen- 
de  Linie  des  Berkalks  erkannt  wurde.  Obgleicb  nun  dieser 
sclïwarze  Bergkalk  iiberall  hochst  arm  an  fossilen  Thier- 
resten  erscheint — im  Gegensalze  mit  dem  wcissen  Berg- 
kalke  der  àussern  Linie  bei  Slerlitamak  ,  der  damit  iïber- 
fiillt  ist  —  so  habe  ich  doch  nach  Ta^e  lançrem  Suchen  mit 
meinen  Leulen  mehrere  sehr  bezeichnende  Leilmuscheln  des 
Bergkalks  entdeckl  ;  unter  diesen  zeichnet  sich  besonders 
eine  wohl  erhallene  Céphalopode  aus,  welche  ich  anfàng- 
lich  fiir  Belorophon  hiulcus  hielt ,  in  der  ich  aber  bei 
genauerer  Unlersuchung  Goniatites  Diadcma  Goldf.  zu 
erkennen  glaube,  wenigslens  hat  sie  mit  der  von  Verneuil 
im  Bergkalke  des  Urals  enldecklen  die  tâuschendsle  Aehn- 
lichkeil,     (Géologie  de  la  Russie.  Tab.   XXVII.   fig.    \.  c.  ) 


597 

so  dass  —  da  sowohl  èer  Hauzahn  aïs  auch  die  Leilmuscheln, 
sich  im  Gesteine  des  Berskalks  Lefinden  —  die  Gleichzeitie- 
keit  beider  organischen  Ueberresle,  selbst  fiir  denjenigen,  der 
die  Gebirgsart   nicht  kennt,  als  erwiesene  Thalsache  dasteht. 

Der  Hauzahn  mag  von  der  Wurzel  bis  zur  Spilze  unge- 
fàhr  S  bis  9  Werschock  Lange  gehabt  haben,  seiches  aber 
nicbl  so  genau  zu  beslimmen  ist  ,  da  die  Spilze  des  Zahns 
beim  Herausarbeiten  aus  der  sproden  Gebirgsart  in  Trùm- 
mern  zersplillerle  ,  auch  aus  der  Mitte  ein  ungefàhr  Wer- 
scbock  langes  Sliick  unter  dem  Ha  m  mer  zerbrdckelle.  Die 
beiden  Fragmente  aber,  weîche  noch  vorbanden  sind,  bezeich- 
nen  deroohngeachtet  sebr  deutlicb  die  ganze  Form  des 
Zabns.  Die  Làm?e  betragl  iïber  6  Werschock,  der  Unifan?  in 
der  Rùndung  am  unlern  Ende  des  Zahns,  ebenfalls  bis  6, 
an  der  abgebrochenen  Spitze  aher  kaum  4*/2  Werschock. 
Der  Zàhn  ist  vollig  rund,  die  Oberflâche  glalt  und  mit  einer 
bautartigen  Membran  von  grauer  Farbe  bedeckt.  Das  Innere 
des  Zahns  aber  ist  in  die  schwarze  Gebirgsart  des  Bergkalks 
iibergegangen,  doch  kann  man  sebr  deutlich  einen  von  der  àus- 
sern  Masse,  "wie  mit  einem  Radius  umsebenen  inneren  Kern 
erkennen,  auch  ist  der  Zahn  nach  Oben  zu  gekrùmmt,  ganz 
so  wie  allé  dièse  Erscheinungen  auch  an  den  kleinen  Hau- 
zàhnen  der  Saurier  aus  dem  Westuralschen  Kupfersandslei- 
ne  beobachtet  werden.  Ausser  diesem  Hauzabne  ist  beson- 
ders  noch  ein  fossiler  Knochen,  als  ein  solcher  sebr  deutlich 
zu  erkennen,  doch  wage  ich  es  nicht  zu  beslimmen,  welchem 
Theile  des  Thieres  er  angehôrle. 

Neben  diesen  beiden  Gegenslànden  aber,  die  jeden  Zweifel 
an  eine  elwaïge  Tàuschung  zuriïckweiseu  ,  finden  sich  im 
Bergkalke  noch  eine  Menge  anderer  organischer  Ueberreste, 
deren  Grosse  und  eigenlhiïmliche  Formeu  mich  in  Erstaunen 
selzen.  Mit  einem  Blicke  auf  den.  so  deutlich  bezeich 
neten  Hauzahn  und  fossilcn  Knochen  bin  ich  vielleicht 
zu  sebr   geneigt,    aile  dièse     Ueberreste  —  wenigslens     viele 


598 

derselben  —  fur  die  fossilen  Ueberresle  eines  vorweltlichers 
Riesenlbiers  zu  hallen,  mil  denen  einige  dieser  Knochenar- 
ligen  Substanzen  auch  die  grossie  Aehnlichkeit  zu  haben 
scheinen.  So  z.  B.  fand  icb  hier  das  abgebrochene  4  Wer- 
schock  lange  Fragment  eines  riesigen  Hauzahn's ,  wie  es 
scheinl  ,  von  ungefahr  3/4  Arschin  im  Umfange  !  —  Die 
Riindung  dièses  monstrôsen  Hauzahns  isl  wohl  erhallen,  die 
glalle  Oberflache  da,  wo  sie  niclit  abgebrockeîl,  isl  mit  einer 
grauen  hautarligen  Membran  iiberzogen,  wahrend  das  Innere 
des  Zahns  vôllig  in  die  Gebirgsart  des  schwarzen  Bergkalks 
ùbergegangen  isl.  Das  untere  Ende  ist  dicker  wie  das  obère 
und  uni  endlich  die  Wahrscheinlichkeit,  hier  einen  Zahn  vor 
sieh  zu  haben,  noch  mehr  zu  erhôhen,  so  Sind  auch  Spuren 
eines  innern  Kerns  sehr  deullich  zu  erkennen.  Unler  vielen 
andern  Sliicken  fand  ich  ferner  noch  das  Fragment  eines 
spilzigen  Zahns,  wie  wir  sie  in  den  Ueberresten  Krokodil- 
arliger  Thiere  finden  ,  wenigslens  hat  es  mit  einem  solchen 
die  làuschendste  Aehnlichkeit  ,  nur  von  einer  so  gewalti- 
gen  Grosse,  dass  nach  Proportion  der  vorhandenen  Fragmen- 
te, dieser  Zahn  ,  wenn  es  wircklich  als  ein  solcher  erkannt 
wird,  von  der  Wurzel  bis  zur  Spilze  wohl  fast  eine  halbe 
Arschin  Lange  gehabt  haben  mag.  Viele  andere  Knochen  ahn- 
liche  Korper  von  einer  enormen  Grosse  lasse  ich  bis  zur 
nàheren  Untersuchung  ohne  Deutung  ,  da  wie  gesagt  ,  ihre 
Formen  von  so  eigenlhùmlicher  Art  und  so  sehr  von  der 
Gebirgsmasse  durchsetzt  sind  ,  dass  sie  immerwàhrend  wie- 
der  den  Zweifel  erregen  ,  nicht  fossile  Thierresle  ,  sondern 
andern  organischen  Ursprungs  zu  sein. 

Ungliicklicherweise  ist  die  Gebirgsart  so  sprôde  wie 
Glas  —  bricht  ofl  bei  den  leiseslen  Hammerschîàgen  in  llhom- 
benformigen  Splillern  ,  und  nur  dem  glucklichsten  Zufalle 
habe  ich  die  Erhallung  des  Hauzahns  zu  verdanken  ,  wozu 
auch  wohl    vicies  ,    die  allen  Saurier  Ziihnon    des  westural- 


599 

schcn  Kupfersandsleins,  eigenthùmliche  Hârte  untl  "lasurar- 
tige  Bedeckung  milbeigetragen  haben  mag. 

So  oft  auch  Saurier  Reste  in  vereinzelten  Fragmenten  im 
Kupfersandsleine  gefunden  worden  sind,  so  wenig  sind  doch 
bis  jezt  ,  nicht  die  geringslen  Spuren  dieser  Thierreste  im 
Bergkalke  Russlands  erschienen,  wohl  aber  sind  naeh  Bronn 
(  Lethaea  geognostica,  Tom.  1.  pag.  \  5.  )  im  Bergkalke  bei 
Edinburg,  Zahne,  Knocben  und  Koprolithen  von  Reptilien 
enldeckt,  docli  ist  so  vie!  mir  bekannt  geworden,  dieser  Ent- 
deckung  nicht  weiter  erwàhnt,  —  isl  demnacb  dièse  Sache  viel- 
leicht  problemalisch  geblieben,  so  leidet  sie  jezt  keinen  Zwei- 
fel   mehr  und  trilt  in  die  Reihe  geologischer  Thalsachen. 

Sobald  ich  meine  Reise  am  wesllichen  Ural  beendigt,  und 
ailes  vorhandene  Material  geordnet  habe  ,  werde  ich  nicht 
ermangeln,  nach  einer  palaonlologischen  Bestinimung ,  in  so 
weil  sie  anders  moglich  ist  ,  auch  die  Beschreibung  dieser 
organischen  Ueberresle,  Fundort  und  Ablagerungs-Verhàlt- 
nisse  nebst  genauen  Zeichnungen,  an  die  Kaiserl.  Nalurfor- 
schende  Gesellschaft  in  Moscau  zu  iibersenden,  mit  der  ge- 
horsamsten  Bitte,  dieselben  durch  das  Bulletin  der  Oeffenl- 
lichkeil  zu  iibergeben. 

Sterlitamak  am  westlichen  Ural-Abhan^e  des  Orenburgi- 
schen  Gouvernements  den  26ten  Juli  \  847. 


Mr.  Wangenheim  de  Qualen  nous  prie  de  rectifier  une  faute 
d'impression  qui  s'est  glissée  dans  son  dernier  article  inse'ré 
dans  N°  1  du  Bulletin  1847.  On  doit  remplacer  les  lignes  9  et 
7  d'en  bas  à  la  page  90  par  :  "  warum  sie  niemals  in  den  vie- 
len  tausend  Kupjererzgruben  des  Orenburgischen  Gouverne- 
ments ,  wohl  aber  hàujig  in  der  Nàhe  derselben  etc.  etc.  zu 
Tage  stelit.  »  et  mettre  à  la  page  88,  première  ligne  d'eu  haut  au 
lieu  de:  «  Ràsansche    Gouvernement»  Kasansche  Gouvernement, 

— • ■  ^  °  ""-  • 


AMNH   LIBRARY 


100055865 


** 


kY 


■ 


w  . 


\wA\:'wJ/, 


W-ft 


SSréS* 


\  %/'ÉteK 


W 


■~  ••- 


v&it  S^f 


^W 


2rè^>.^ 


•     - 


^f\- 


*T4.  -^ 


"*      *    ta*    -     1 


. ,  -m. 


M® 


«f  s  la 


- 


^K